Village et école assainis, source de vie Eau potable, hygiène et assainissement pour le Congo rural

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Village et école assainis, source de vie Eau potable, hygiène et assainissement pour le Congo rural"

Transcription

1 République Démocratique du Congo Ministère de la Santé publique Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel Programme national «Village et École assainis» Village et école assainis, source de vie Eau potable, hygiène et assainissement pour le Congo rural

2 Sommaire Avant-propos 3 Une urgence silencieuse 4 Couverture en eau potable et assainissement en milieu rural et périurbain 5 Programme national «Village et École assainis» Le gouvernement congolais réagit 6 Village assaini : la santé aux mains des communautés 7 Village assaini : comment ça marche? Les huit pas du processus «Village assaini» 8 École assainie : vers une école amie des enfants 10 Les élèves promoteurs de l hygiène 11 Zones de santé d intervention du programme national «Village et École assainis» 12 Objectifs et résultats du programme 13 Financements du programme 14 Parole aux communautés Mabala : quand le village et l école intègrent le processus ensemble 16 L assainissement ne coûte pas cher mieux, il génère des bénéfices! 18 Innovation : les Universités «Village et École assainis» 19 Structures gouvernementales investies dans le secteur de l eau, l hygiène et l assainissement 20

3 Programme national «Village et École assainis» / 1 Eau, hygiène et assainissement : pour un peuple congolais en bonne santé aujourd'hui et demain «Depuis que nous avons assaini le village et l école, nos familles sont moins malades.» Marie, habitante de Mabala, Bandundu

4 2 / Programme national «Village et École assainis» Village et École assainis, source de vie : Eau potable, hygiène et assainissement pour le Congo rural Village et École assainis, 2010 Tous droits réservés Éditeurs responsables : Ministère de la Santé publique & Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel Texte et conception graphique : Héloïse Vilain Photographie UNICEF/Olivier Asselin Graphisme et production : Handmade Communications

5 Programme national «Village et École assainis» / 3 Avant-propos L eau, c est la vie. Elle est indispensable à la réalisation de tous nos objectifs de développement. Cependant, pour garantir la santé de nos populations, l approvisionnement en eau ne suffit pas. En effet, l assainissement et l adoption de bonnes pratiques en matière d hygiène constituent des éléments clés et sans lesquels un projet ayant pour but d améliorer la santé des populations n aura aucun succès sur le long terme. Le Gouvernement congolais a décrété 2010 «année du social», avec un accent particulier sur l amélioration des dispositifs de desserte en eau potable et assainissement. Cette volonté est manifestée par la présence de l eau et de l assainissement à l agenda du gouvernement, spécialement dans le Document Stratégique de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) et le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS). Avec l objectif de réduire de moitié, d ici 2015, le pourcentage de la population qui n a pas accès à l eau potable et à l assainissement, le travail à accomplir pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) est énorme. La présente brochure explique comment, depuis 2006, le Ministère de la Santé publique œuvre avec ses partenaires pour faire valoir les droits fondamentaux de la population congolaise à l eau potable et l assainissement à travers son programme national «Village assaini». Dr Victor Makwenge Kaput Ministre de la Santé publique en RDC Outre les villages, les écoles doivent aussi devenir des endroits d apprentissage de l hygiène. Dans un souci de synergie avec le Programme national «Village assaini», le Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel a mis en place en 2008, le Programme «École assainie». En effet, une grande partie des écoles en République Démocratique du Congo ne disposent pas de point d eau, ni de robinet pour se laver les mains. Les latrines, quand elles existent, sont le plus souvent dans un état lamentable. Ainsi les élèves évoluent dans un environnement malsain vecteur de maladies. Lorsqu ils sont malades, les élèves ne viennent pas en classe et leurs résultats scolaires en pâtissent. Cette brochure présente comment le Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel essaye, au quotidien, d améliorer l environnement d apprentissage des enfants dans des zones périurbaines et rurales de la République Démocratique du Congo. Maker Mwangu Famba Ministre de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel en RDC

6 4 / Programme national «Village et École assainis» Une urgence silencieuse En République Démocratique du Congo, 30 millions d hommes, de femmes et d enfants n ont pas accès à l eau potable et 35 millions d entre eux vivent dans un environnement insalubre 1. Cette situation alarmante, combinée à une mauvaise hygiène provoque la mort de milliers de Congolais chaque année. La Démocratique du Congo dispose d énormes ressources en eau. Pourtant, avec 52 % des ressources en eau douce du continent africain, l accès à l eau potable entre aujourd hui dans la catégorie des nombreux paradoxes du pays. En effet, en zone rurale, seulement 31 % 2 de la population congolaise a accès à l eau potable. En ce qui concerne l assainissement, seulement 23 % 3 bénéficie des dispositifs adéquats. Ces chiffres alarmants font suite aux nombreux conflits qui ont décimé le pays. Les services de l état en pleine déliquescence n ont pu maintenir les ouvrages existants, ni répondre à la demande toujours croissante en eau. Dans le Congo rural, en plus d êtres distantes, les sources traditionnellement utilisées sont souvent contaminées. La consommation de cette eau, l insalubrité et les mauvais comportements en matière d hygiène sont à l origine de la plupart des maladies touchant les familles congolaises, en particulier les enfants. Le stade ultime des maladies d origine hydrique, en République Démocratique du Congo, s avère très souvent être la mort. Les OMD pour 2015 : pas sans les communautés rurales Si le gouvernement congolais veut atteindre les OMD, 15 millions de congolais supplémentaires devraient avoir accès à l eau potable et à l assainissement d ici Pour atteindre les OMD le plus rapidement possible, les zones rurales et périurbaines doivent devenir des lieux stratégiques d intervention (70 % de la population congolaise vit en milieu rural). Comment soutenir l approvisionnement en eau, l amélioration de la qualité de l environnement et l adoption de bonnes pratiques en matière d hygiène? Comment améliorer la santé des populations? Il faut renforcer les structures de l État à tous les niveaux, mais aussi envisager le «développement» comme un processus qui naît au sein du village et qui donne aux communautés rurales la possibilité de poser des choix qui se traduisent en actions concrètes pour leur propre développement. 1 Chiffres en milieu rural et périurbain 2 Source : Enquête par grappes à indicateurs multiples, MICS, Source : Progrès en matière d assainissement et d alimentation en eau, Rapport 2010,OMS & UNICEF

7 Programme national «Village et École assainis» / 5 Couverture en eau potable et assainissement en milieu rural et périurbain Accès à l'eau potable en zone rurale et périurbaine PROVINCE ORIENTALE 29.5 % Quelques chiffres * : * Chiffres en milieu rural et périurbain EQUATEUR 27.3 % NORD- KIVU 29 % Taux de couverture en eau potable : 31 % 4 Taux de couverture en assainissement : 23 % 5 Taux de mortalité diarrhéique : 12 % 6 Population ne se lavant pas les mains avant de manger : 40 % 7 KINSHASA 89.4 % BAS-CONGO 51.1 % BANDUNDU 28.5 % KASAI OCCIDENTAL 30.7 % KASAI ORIENTALE 29.1 % MANIEMA 29 % SUD- KIVU 30.6 % 4 Source : Enquête par grappes à indicateurs multiples, MICS, Source : Progrès en matière d assainissement et d alimentation en eau, Rapport 2010, OMS & UNICEF 6 Source : Enquête de Démographique et de Santé 2007 (EDS) 7 Source : Base de données du programme «Village et École assainis» Légende 25 % < % <30 % 30 % < % < 50 % % > 50 % KATANGA 30.1 % En République Démocratique du Congo, les maladies telles que la malaria, la diarrhée et les infections respiratoires affectent toutes les familles. Consommer une eau potable, utiliser des latrines hygiéniques, vivre dans un environnement sain et adopter des comportements adéquats en matière d hygiène permettent de diminuer d au moins 75 % la propagation des maladies d origine hydrique.

8 6 / Programme national «Village et École assainis» Programme national «Village et École assainis» Le gouvernement congolais réagit Pour répondre à la crise du secteur de l eau, de l hygiène et de l assainissement, et pour faire valoir les droits fondamentaux y afférents, le gouvernement congolais a mis sur pied le Programme national «Village et École assainis». Ce programme vise à accroître la couverture rurale en matière d approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement de plus de 11 millions de congolais d ici Il a l ambition d atteindre villages et écoles. Basé sur une approche communautaire décisionnelle participative, il a pour objectif principal la réduction de 25 % de la morbidité et de la mortalité, dues aux maladies d origine hydrique et au manque d assainissement, par une amélioration de l approvisionnement en eau potable, l adoption de bons comportements en hygiène individuelle et collective, et la création d un environnement sain. Stratégie d intervention du Programme «Village et École assainis» Environnement favorable Réduction des maladies d origine hydrique Accès aux Infrastructures hydro-sanitaires Promotion de l hygiène Pour réduire la propagation des maladies d origine hydrique, le programme national «Village et École assainis» œuvre simultanément et de manière complémentaire pour l amélioration de l accès aux infrastructures hydro-sanitaires, la promotion de l hygiène et la création d un environnement favorable.

9 Village assaini : la santé aux mains des communautés Sous le pilotage de la Direction de l Hygiène du Secrétariat général du Ministère de la Santé publique, «Village assaini» est mis en œuvre dans 149 zones de santé rurales et périurbaines à travers tout le pays depuis Programme national «Village et École assainis» / 7 La force de «Village assaini» repose d un côté sur la complémentarité de sa stratégie d intervention (figure p. 6), et de l autre sur son approche. «Village assaini» part du principe que les communautés décident elles-mêmes de s engager ou non dans le processus du programme. C est l approche communautaire décisionnelle participative. Une fois qu elles ont décidé de s engager, ces communautés ont entre 6 mois et une année pour améliorer progressivement leurs infrastructures d approvisionnement en eau, leurs comportements en matière d hygiène et l assainissement de leur village. Concrètement, cela signifie qu après avoir remis une lettre de demande à la Direction de leur zone de santé, les villages sélectionnés signent un protocole d accords avec celle-ci. Ensuite, les animateurs et les relais communautaires utilisent des techniques participatives pour que les familles prennent conscience par elles-mêmes des déficiences sanitaires et comportementales qui menacent leur santé et celle de leurs enfants. Les familles dressent alors une liste d interventions sanitaires qui sert de point de départ et de cadre pour toutes les interventions. C est le «Plan d Action Communautaire». Au moins trois activités doivent être incluses dans ce plan : la protection des points d eau, la construction de latrines familiales et le lavage des mains. Pour être déclaré assaini, un village doit atteindre des standards minimums relatifs à l eau, l hygiène et l assainissement, tels qu ils sont définis par le programme (voir le tableau ci-contre). Les normes d un village assaini Un village ayant un comité dynamique Au moins 80 % de la population a accès à l eau potable Au moins 80 % des ménages utilisent des latrines hygiéniques Au moins 80 % des parcelles sont propres Au moins 80 % des ménages évacuent correctement les ordures ménagères Au moins 60 % de la population se lave les mains avec du savon ou tout autre détergent avant de manger et après avoir utilisé la latrine Au moins 70 % des ménages comprennent le schéma de la transmission des maladies à partir du péril fécal et les moyens de prévention s y rapportant Au moins une fois par mois les ménages désherbent et nettoient le village Les agents de la zone de santé : des facilitateurs de processus Outre l engagement communautaire, le succès de l approche «Village assaini» repose aussi sur la capacité managériale du médecin chef de zone, les capacités techniques du superviseur en eau et assainissement, et celles de l animateur communautaire. Ils agissent en tant que facilitateurs au niveau de la zone de santé et auprès de chaque communauté. Grâce à diverses formations et soutiens matériels, le programme «Village assaini» renforce les compétences de ces acteurs clés et des ONG pour améliorer leurs capacités et la qualité de leurs interventions sur le terrain. Les participants aux formations passent un test après chaque module, une façon supplémentaire d assurer la qualité du processus. Enfin, la réussite du programme dépend aussi de l implication d autres acteurs, tels que les associations locales, les organisations non gouvernementales, les autorités politico-administratives, les autorités sanitaires, les autorités du district, de la province et du niveau national ainsi que celle des bailleurs de fonds. La qualité de la mise en œuvre du processus garantit la durabilité des résultats atteints.

10 8 / Programme national «Village et École assainis» Village assaini : comment ça marche? Les huit pas du processus «Village assaini» CÉLÉBRATION Visite du médecin chef de zone et certification du village ÉTUDE D IMPACT pas pas pas 0 DÉSICION COMMUNAUTAIRE La communauté écrit une demande formelle au bureau de la zone de santé Le bureau de la zone de santé réalise une étude comportementale finale ACTION A BASE COMMUNAUTAIRE La communauté met en œuvre son plan d action pas pas 1 ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE La communauté et le bureau de la zone de santé signent un protocole d accord PLANIFICATION COMMUNAUTAIRE La communauté élabore un plan d action communautaire pas pas 2 GOUVERNANCE LOCALE La communauté élit un comité de village DIAGNOSTIC PARTICIPATIF La communauté analyse ses propres conditions d hygiène et d assainissement pas pas 3 ANALYSE PRÉALABLE Enquête sur les comportements, attitudes et pratiques des ménages

11 Programme national «Village et École assainis» / 9 Un processus, pas à pas, aux mains et au rythme des communautés La communauté met en œuvre son plan d action communautaire. Des membres du comité du village de Buhagazi (Sud-Kivu) préparent de la boue pour le sol de la latrine en construction. 2. La communauté analyse ses propres conditions d hygiène et d assainissement. Un groupe de femmes du quartier Loya dans la zone de santé de Kisantu dans le Bas-Congo participent à une activité sur la chaîne de transmission des maladies du péril fécal. 3. Un jeune habitant du village assaini de Bonkulu (Bandundu) se lave les mains après avoir été aux toilettes, en utilisant une bouteille d eau recyclée. Le programme «Village assaini» conscientise les communautés sur l importance du lavage des mains, et promeut le recyclage de matériaux trouvés localement pour construire les lave-mains. 4. Une habitante d Habako, village assaini de la zone de santé de Rwampara/Ituri, puise de l eau à la source aménagée non loin de chez elle. 5. Un animateur communautaire facilite une session de promotion d hygiène avec une famille du village assaini de Mabala dans la zone de santé de Nioki (Bandundu). 5

12 10 / Programme national «Village et École assainis» École assainie : vers une école amie des enfants Une grande partie des écoles en République Démocratique du Congo ne disposent pas de point d eau ni de station de lavage des mains. Certaines écoles n ont même pas de latrines et quand il y en a, elles ne sont pas adaptées aux enfants et sont mal entretenues. De plus, il n existe pas de séparation pour les filles et les garçons. Cet environnement malsain favorise la transmission de maladies. Les élèves en mauvaise santé travaillent moins bien à l école et, souvent, ils n assistent pas aux cours. Les frais médicaux occasionnés ne permettent parfois plus aux familles de supporter financièrement le retour de l enfant en classe. Les enfants s absentent donc durant de longs mois et leur cursus scolaire est interrompu. Quand un village obtient son statut de «Village assaini», les écoles de ce village doivent aussi devenir des endroits d apprentissage de l hygiène. Dans un souci de synergie, le Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel a mis en place le Programme «École assainie» et, en 2008, à travers la Direction des Programmes scolaires et du matériel didactique, a défini une série de normes minimales et d indicateurs pour qu une école puisse être déclarée «assainie». Calqué sur le même principe que Village Assaini, l école atteint son statut d «École assainie» en s engageant dans un processus dont le premier pas est matérialisé par la remise d une lettre de demande du directeur de l école à la sous-division éducationnelle. Une fois acceptée, l école entre dans un processus au cours duquel premièrement les enseignants sont formés à la stratégie «École assainie» pour ensuite faciliter la mise en œuvre du processus au sein des écoles enrôlées. La mise sur pied de brigades scolaires pour la santé et l environnement constitue la deuxième étape du processus. Les brigadiers sont élus démocratiquement par les élèves. Ils mènent un «diagnostic participatif» des conditions hydrosanitaires de l école. Encadrés par leurs enseignants formés, ils évaluent l état sanitaire de l école, une façon d encourager une prise de conscience de l environnement d apprentissage. Un plan d opération et de maintenance des infrastructures hydro-sanitaires est ensuite développé par les élèves, les enseignants et les parents. Ces derniers participent activement à l amélioration des conditions d apprentissage de leurs enfants sous l impulsion du comité des parents (COPA) qui, lui aussi, a été formé au processus du programme. En général, le plan d opération et de maintenance concerne les stations de lavage des mains, un point d approvisionnement en eau et les latrines. Au niveau du cursus scolaire, les enseignants dispensent des cours sur la santé et l environnement. Ce manuel propose des activités autour de la promotion de l hygiène à travers lesquelles les enfants prennent conscience du lien entre leur environnement immédiat et la santé, et deviennent porteurs de changements au sein de leur communauté. Autre clé du processus, la mise en réseau de tous les acteurs de mise en œuvre. La direction de l école et sa supervision, les agents de santé, les ONG mais surtout, les élèves et leurs parents. Cela renforce la transparence et soutient l implication dans le processus pour garantir sa durabilité. A l heure actuelle, le programme travaille sur la possibilité d intégrer l approvisionnement en eau potable grâce aux techniques bon marché telles que les biofiltres à sable, les filtres à céramique, voire les forages manuels. Brigade scolaire Une brigade scolaire de santé et de l environnement est une association d élèves d un même établissement scolaire, qui est soucieuse de promouvoir sa santé et d œuvrer pour l amélioration de la situation sanitaire de son milieu. Il s agit d un groupe autonome qui, pour l essentiel, est dirigé par les élèves eux-mêmes.

13 Programme national «Village et École assainis» / 11 Les élèves promoteurs de l hygiène Dans la cour de récréation de l école Movoto, dans la province du Bandundu, la brigade de la propreté balaye le sol avec des balais confectionnés avec des branches de palmiers séchées. 2. De bon matin, quelques élèves s occupent de l entretien des latrines de leur école (Province du Bandundu/Mabala). 3. A l école Movoto, dans le Bandundu, une ONG construit des latrines. L école s est engagée dans le programme «École assainie». 4. Une élève de l école de Bukunda dans la province du Sud-Kivu se lave les mains avec de l eau propre et de la cendre en sortant de la latrine. 5. Les élèves de l école de Bukunda dans la province du Sud-Kivu apprennent comment éviter la transmission des maladies d origine hydrique dans leur cours d éducation sur la santé. 4

14 12 / Programme national «Village et École assainis» Zones de santé d intervention du programme national «Village et École assainis» Zones de santé du programme national en 2009 PROVINCE ORIENTALE EQUATEUR Zones de santé du programme national en 2010 NORDKIVU KINSHASA BANDUNDU Autres zones de santé BAS-CONGO KASAI ORIENTALE SUDKIVU MANIEMA KASAI OCCIDENTAL KATANGA Limite de province Le programme «Village et École assainis» vise les zones rurales et périurbaines de la République Démocratique du Congo. En 2010, il est mis en œuvre sur toute l étendue de la RDC, dans 11 provinces dont 149 zones de santé rurales. D ici 2012, 250 zones de santé sur les 515 zones du pays seront couvertes.

15 Programme national «Village et École assainis» / 13 Objectifs et résultats du programme Objectifs Pour contribuer aux Objectifs du Millénaire pour le Développement, le programme national «Village et École assainis» a l ambition d atteindre villages et écoles d ici Cela concerne 11 millions de congolais à travers le pays. Nombre de personnes ayant accès à une eau potable et un assainissement de base (Programme national «Village assaini») Nombre d élèves ayant accès à une eau potable et un assainissement de base (Programme national «École assainie») Résultats 2010 Provinces Villages Écoles Nombre en processus Nombre ayant atteint le statut d assaini Nombre d ayant droit qui ont accès à l eau potable Kasai Oriental Bas-Congo Katanga Kinshasa Nombre d ayant droit qui ont accès à l assainissement Sud-Kivu Kasai Occidental Nord-Kivu Impact sur la santé -77 % Equateur Bandundu Province Orientale C est la réduction du taux de morbidité diarrhéique après intervention dans les villages et les écoles ayant le statut «d assaini» en Maniema TOTAL

16 14 / Programme national «Village et École assainis» Financements du programme Évolution des financements du programme entre 2006 et 2010 (US$) Année Répartition des financements en 2010* (US$) *à la date du 15 octobre 2010 Année 2010 UNICEF Ressources régulières DFID Japon USAID 0 Espagne Nations Unies Norvège 0 Hollande Comité national suédois Comité national français Pooled fund Gouvernement congolais Total % 3 % 7 % 30 % 16 % 43 % 8 Estimation faite sur la base des salaires mensuels des agents de l état impliqués dans la mise en œuvre du programme «Village et École assainis» UNICEF Ressources régulières DFID Japon Autres Pooled fund Gouvernement congolais Année Année Année Année Année

17 Programme national «Village et École assainis» / Dans le village de Mabala qui vient d être déclaré assaini, une jeune fille balaye le sol. 2. La chef du village de Mabala montre le certificat obtenu à l occasion de la cérémonie de déclaration du statut de «Village assaini». 3. Des femmes du village de Mabala célèbrent la cérémonie de déclaration du statut de «Village assaini». 1

18 16 / Programme national «Village et École assainis» Parole aux communautés Mabala : quand le village et l école intègrent le processus ensemble BANDUNDU A la fin du mois de novembre 2009, les habitants de Mabala atteignaient le statut de «Village assaini». Rencontre avec quelques incontournables de ce petit village situé dans une zone rurale et reculée de la Province du Bandundu. Magellan est à la fois enseignant et président du comité de son village. Il raconte comment la communauté s est investie pour atteindre le statut de «Village assaini». Les animateurs de la zone de santé nous ont d abord aidés à composer le comité de village pour encadrer les travaux d assainissement, sensibiliser la population et améliorer l hygiène dans le village à travers l utilisation de latrines, son entretien, la fabrication d un lave-mains, la pratique du lavage des mains et la gestion des déchets. Au quotidien, nous essayons de promouvoir le changement sur le plan du développement. Il faut que les gens se défassent de leurs anciennes habitudes. La première section de Mabala a déjà atteint son statut de «Village assaini». Les familles de la deuxième section du village commencent déjà à imiter les bons comportements adoptés par les villageois de la première section. Il y a un effet tâche d huile! Explique Magelan. Marie a quatre enfants. Habitante de Mabala, elle raconte comment «Village assaini» a changé la vie de sa famille au quotidien. Maintenant, nous sommes assainis. Nous avons de l eau potable et construit nos latrines. Je vais puiser l eau à la source aménagée ou à la pompe de l école. Quand l école s est engagée dans le programme «École assainie», le dynamisme qu a montré la communauté du village lui a permis d atteindre le statut très rapidement. Magellan explique : les familles ont pris part au programme par l intermédiaire du comité des parents. Ils ont cherché du sable et du gravier et ont construit des briques pour l école. Nous donnons aussi des cours sur les questions sanitaires et environnementales. Les élèves ramènent chez eux les bonnes pratiques d hygiènes qu ils ont apprises à l école.

19 Programme national «Village et École assainis» / 17 Marie le confirme : ses enfants rappellent souvent qu avant et après le repas il faut se laver les mains avec du savon de même qu après avoir utilisé la latrine. S il n y a pas de savon, il faut utiliser de la cendre. Ramazan, le fils de Marie, vient de rentrer de l école. Il explique : Une école assainie est une école propre. A l école, nous avons des latrines, de l eau de forage et des manuels sur la santé et l environnement. Avant l installation de la pompe manuelle au milieu de leur cour de récréation, les élèves de l école du village de Mabala n avaient pas d eau. Ils devaient aller à la source du village située à plus d un kilomètre et consacraient plusieurs heures à cette tâche. Ce matin nous avons appris la chaîne de transmission des maladies hydriques avec des dessins. L hygiène est importante, les mouches peuvent transporter les microbes en provenance des latrines et contaminer les aliments. Quelques jours après avoir mangé, la personne tombe malade. Parfois même au risque d y laisser sa vie, termine Ramazan. Quand village et école s organisent et avancent ensemble sur le chemin de l'hygiène et de l assainissement, hommes, femmes et enfants s investissent ensemble pour l amélioration de leurs conditions de vie. Depuis 2006, le nombre d'expériences similaires croît à travers tout le pays Marie Bola, 48 ans et son mari Louis Wambo, 54 ans, puisent de l eau à la pompe de l école primaire de leur village. 2. Ramazon, le fils de Marie, jette les ordures dans le trou prévu à cet effet. Les élèves ramènent chez eux les bonnes pratiques enseignées dans leur cours d éducation sur les questions sanitaires et environnementales. 3. Magellan, instituteur et président du comité du village de Mabala, enseigne un cours sur la transmission des maladies d origine hydrique. 3

20 18 / Programme national «Village et École assainis» L assainissement ne coûte pas cher mieux, il génère des bénéfices! Répartition des coûts d une latrine familiale La perception de l assainissement est qu il coûte cher. Or, cette conception est fausse. En plus d être abordable, l assainissement peut aussi générer des économies virtuelles. Certaines études démontrent que l assainissement est un des meilleurs investissements qu un pays puisse réaliser. En effet, l assainissement améliore la santé; il contribue à la dignité et au changement social et favorise la protection de l environnement. Aussi, les élèves en bonne santé apprennent mieux et sont plus productifs de même que les travailleurs. Une économie de plus 18 millions de dollars américains pour la RDC En RDC, les maladies diarrhéiques constituent un problème de santé publique avec 6 épisodes de diarrhée par an et par enfant. 9 La même étude précise que le coût moyen d un épisode est de $6 par enfant, soit une dépense de $36 par enfant et par an. Les résultats du programme «Village assaini 10» ont montré que la morbidité des maladies diarrhéiques est passée de 26 % à 6 % chez les enfants vivant dans les 776 villages certifiés assainis (fin juin 2010), soit une réduction de 83 %. Cette réduction se traduit par une réduction des dépenses de santé et un accroissement de la productivité familiale. En terme financier, elle se matérialise par un gain de près de $1 200 par village et par an. L objectif du programme étant d atteindre villages certifiés en 2012, cela permettrait à la population congolaise de faire une économie financière de près de 18 millions de dollars américains qui pourraient être investis dans d autres secteurs d amélioration du niveau de vie des communautés villageoises. Contribution externe $ % 57 % Investissement des ménages $19.33 Coût unitaire : $34 L investissement communautaire supérieur à l appui financier externe Pour qu un village atteigne son statut de «Village assaini», au moins 80 % des ménages doivent posséder leur latrine familiale. Le calcul suivant montre comment les ménages participent à plus de la moitié du coût de la construction de leur latrine. Pour construire leur latrine, les familles creusent la fosse, apportent les matériaux locaux tels que du gravier et du moellon, payent le maçon de la communauté pour la fabrication de la dalle, et construisent la superstructure. Les ressources externes permettent de payer la fabrication du moule de la dalle, l achat du ciment et des barres en fer, le transport du matériel ainsi que la formation du maçon du village. Le schéma suivant montre la répartition des coûts pour la construction d une latrine familiale. Les coûts unitaires sont répartis entre la valeur de l investissement du ménage et la valeur des ressources externes. Le résultat de cette estimation montre que le ménage participe de plus de moitié au coût de la construction de sa latrine familiale. 11 Ce même calcul peut être fait entre l apport externe et l investissement des ménages pour la construction de la source. De plus, les lave-mains sont entièrement conçus par les communautés, et l assainissement du village leur appartient également. 9 Résultats de l Enquête Démographique et de Santé (2007) 10 Source : Base de données nationale du Programme 11 Estimation réalisée à partir de deux modèles de latrines en briques d argile et en chaume, sur la base des prix locaux à Nioki, dans la province du Bandundu, et à Mbuji-Mayi dans le Kasaï Oriental

21 Programme national «Village et École assainis» / 19 Innovation : les Universités «Village et École assainis» Développement de technologies à faible coût adaptées au contexte congolais et renforcement de l entreprenariat local BAS-CONGO BANDUNDU EQUATEUR C était un rêve, et il est devenu réalité. Avec six équipes de forage manuel travaillant déjà dans deux provinces de la RDC, les Universités «Village et École assainis» ont relevé le défi : former des techniciens et des ingénieurs en technologies à faible coût tout en renforçant l entreprenariat local. Imaginez, un pays grand comme un 2 continent, un accès à l eau et à l assainissement limités et très peu de techniciens locaux capables de répondre à la demande grandissante en eau et en assainissement. Imaginez, des gens motivés, qui ne demandent qu à apprendre et améliorer les conditions de vie des congolais à travers le pays. Ce qui leur manque? Les outils. Face à cette crise de compétences, l idée est de soutenir une initiative susceptible de redévelopper les capacités de réponses à une demande toujours grandissante en eau et en assainissement dans les provinces, en synergie avec l adoption de bonnes pratiques en matière d hygiène. Comment? D un côté, en canalisant la demande à travers le programme national «Village assaini» qui travaille au niveau de la zone de santé avec les agents de l état, et de l autre, en créant un environnement favorable où les techniciens formés sont capables de répondre à la demande. Les Universités «Village et École assainis» proposent une série de formations allant de la fabrication du biofiltre à sable pour la production d eau potable, au forage manuel en passant par la fabrication des dalles pour les latrines. Dans les provinces du Bandundu, de l Equateur et du Bas-Congo, les 144 techniciens formés durant 2009 et 2010 ont réalisé 43 forages manuels, soutenu la construction de 57 biofiltres à sable et de plus de 400 dalles Un élève brigadier de l école de Mabala remplit les lave-mains qui vont ensuite être placés devant les latrines. Grâce à ce forage manuel, les élèves ont de l eau potable au milieu de leur cour de récréation. 2. Une équipe de techniciens formés par les Universités «Village et École assainis» dans le Bandundu, réalise un forage manuel.

22 20 / Programme national «Village et École assainis» Structures gouvernementales investies dans le secteur de l eau, l hygiène et l assainissement Ministère des Travaux publics Ministère de l Énergie Ministère de l Environnement Ministère du Développement rural Ministère de la Santé publique Ministère de l Enseignement primaire, secondaire et professionnel Ministère du Plan Office national des Voiries et Drainage (OVD) Régie de Distribution d eau (REGIDESO) Direction nationale d Assainissement (DNA) Service National de l Hydraulique Rurale (SNHR) Direction Nationale de l Hygiène (D9) Direction des Programmes scolaires et matériel didactique (PESE) Comité National d Action de l Eau et d Assainissement (CNAEA, Organe sectoriel de coordination)

23 L eau, c est la vie ; l assainissement, c est la dignité. Programme national «Village et École assainis» / 21

24 Contacts : Programme national «Village assaini» : Programme national «École assainie» : DFID Department for International Development From the People of Japan

Un processus en 7 pas et 6 normes à atteindre

Un processus en 7 pas et 6 normes à atteindre 3.3 Comment? L approche «Ecole Assainie» Un processus en 7 pas et 6 normes à atteindre 3.3.1 Pas à pas : le processus «Ecole Assainie» 7 6 1 5 2 4 3 Décision communautaire Pas Les parents d élèves et la

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé SEVES L ASSOCIATION Systèmes Economiquement Viables pour l Eau aux Suds Association loi

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge «Des toilettes dans mon école» au Cambodge Proposition de projet Localisation : Début du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : Budget : 5 441 Durée : Le village de Boeng Kieb dans la commune de

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Rapport final. Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05

Rapport final. Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05 Rapport final Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05 Rappel des objectifs du projet Le but de ce projet était d améliorer les

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Résumé La déclaration du Millénaire des Nations Unies confirme que l eau et l assainissement jouent

Plus en détail

STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE

STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE L objectif de ce programme, mené dans le district de Bombali, en Sierra Leone, est d accompagner et de former les communautés villageoises

Plus en détail

PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT)

PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT) PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT) DIVISION / DEPARTEMENT / LOCATION: International / HECA / DRC / Bukavu SALAIRE: Cfr barème FAMILLE

Plus en détail

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT VICE PRIMATURE CHARGEE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement adéquat

Plus en détail

Présentation du Programme

Présentation du Programme Ministère de l Hydraulique et de l Assainissement République du Sénégal ATELIER DE LANCEMENT SECTORIEL EAU-ASSAINISSEMENT Jeudi 25 septembre 2014, King Fahd Palace Hôtel - Dakar Présentation du Programme

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Cadre des projets L'action du Service de la coopération fonde sa légitimité dans la Constitution jurassienne à travers ses articles

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX PUBLICS ET RECONSTRUCTION CELLULE INFRASTRUCTURES Projet d Appui à la Réouverture

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL C est un pari gagné pour le Ministre de l Agriculture, Pêche et élevage,

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population Juin 2014 Volume 13, numéro 4 La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti Dans ce numéro Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population - Mise en œuvre de la Politique

Plus en détail

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations CADRE CONCEPTUEL DE LA MEO DU PASS Pyramide sanitaire Production Niveaux Central Structures Ministère + Autres acteurs Type d'appui/projets AIMS Institutionnel PNDS Politiques de santé Orientations stratégiques

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Présentation Entreprises 2011

Présentation Entreprises 2011 Présentation Entreprises 2011 Sommaire L Unicef en quelques mots L initiative «Entreprise Amie de l Unicef» Participez au financement de la campagne «Des écoles pour l Afrique» Devenez «Entreprise Amie

Plus en détail

Améliorer l assainissement pour les minorités ethniques de Bach Thong, au Vietnam

Améliorer l assainissement pour les minorités ethniques de Bach Thong, au Vietnam Améliorer l assainissement pour les minorités ethniques de Bach Thong, au Vietnam Rapport de résultats et d impact Localisation du projet Date de début Septembre 2013 Durée du projet Objectif Nombre de

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

La mobilisation sociale pour la prévention et la lutte contre les arboviroses (la dengue)

La mobilisation sociale pour la prévention et la lutte contre les arboviroses (la dengue) Colloque Chikungunya et autres arboviroses en milieu tropical Saint-Pierre, La Réunion, France, 3 et 4 Décembre 2007 La mobilisation sociale pour la prévention et la lutte contre les arboviroses (la dengue)

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Référentiel des villes apprenantes. Liste de caractéristiques clés et méthodes d évaluation

Référentiel des villes apprenantes. Liste de caractéristiques clés et méthodes d évaluation Référentiel des villes apprenantes Liste de caractéristiques et méthodes d évaluation Adopté à la Conférence internationale sur les villes apprenantes Pékin, Chine, - octobre 0 Référentiel des villes apprenantes

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015

IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015 Pratique du lavage des mains par un élève IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015 Préparé par Léon

Plus en détail

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program Présentation sur les Services Durables a l Echelle (Triple-S): une initiative d apprentissage pour l approvisionnement des services d eau potables permanent www.waterservicesthatlast.org July 2012, IRC

Plus en détail

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT VICE PRIMATURE CHARGEE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à

Plus en détail

Les Actus du secteur. Publique. Elle a la charge de promouvoir toutes les activités pouvant

Les Actus du secteur. Publique. Elle a la charge de promouvoir toutes les activités pouvant INF EAU CONGO Bulletin d'information du secteur de l eau, l hygiène et l assainissement en milieu rural et périurbain en République Démocratique du Congo Éditeurs responsables Ministère de la Santé Publique

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra Lutte contre les maladies hydriques et le choléra La sensibilisation de la population Guide à l intention des agents sensibilisateurs République Démocratique du Congo Mission Sud-Ouest Projet de Réduction

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Rapport de l Enquête sur le financement de l Education effectué à Kinshasa, du 12 au 14 Avril 2010

Rapport de l Enquête sur le financement de l Education effectué à Kinshasa, du 12 au 14 Avril 2010 Congo Coalition Nationale de l Education Pour Tous en République Démocratique du CONEPT/ RDC Contact : (+243) 991390284 (+243) 998448305 - (+243) 899174475 Courriel : coneptrdc2011@gmail.com Rapport de

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L'EDUCATION Direction de l Enseignement Elémentaire Le Collectif des Directeurs d Ecole CODEC Mai 2006 Le Sénégal est en train de mettre

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE République Démocratique du Congo Réunion du Conseil de Surveillance Indépendant pour l Eradication de la Polio Genève, 21-22 Décembre 2010 LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE

Plus en détail

Des constats, des chiffres, des commentaires

Des constats, des chiffres, des commentaires Atelier de réflexion stratégique et de proposition d actions Thème : Les financements solidaires pour l eau et l assainissement : L EUROPE PARTAGE SES SOLUTIONS Des constats, des chiffres, des commentaires

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours Programme des Nations Unies pour le développement Discours Atelier technique de mobilisation des parties prenantes au processus de formulation de l Agenda d Action-Pays (AAP) et la formulation du Programme

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public Dossier de Presse Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public HCCI 20 Fevrier 2007 1. Une approche : valoriser les ressources humaines locales 2. Une conviction : l accès à des soins

Plus en détail

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Les mains propres sauvent les vies Journée Mondiale du Lavage des Mains Comment et pourquoi mener cette

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement 2 1. Le Gret et les projets d eau et d assainissement 2. Le marketing, c est quoi? 3. Le marketing de l assainissement

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12 Dossier de presse Une initiative de Ensemble, les citoyens peuvent se réapproprier leur ville, leur planète, leur destin commun. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

35 projets humanitaires et sociaux

35 projets humanitaires et sociaux PROGRAMME AFRIQUE FONDACIO UN MOUVEMENT AU SERVICE DE l humain L aventure naît à Poitiers en 1974, à l initiative de jeunes adultes qui souhaitaient s engager au service d un monde plus humain. Fondacio

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Le marketing de l assainissement GEMENA EQUATEUR - RDC

Le marketing de l assainissement GEMENA EQUATEUR - RDC Le marketing de l assainissement GEMENA EQUATEUR - RDC Ashley Meek WASH Consortium 9 decembre 2014 Qu est ce que le Marketing de l assainissement? Une approche basée sur le marché, répondant à la demande

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. CyCle 2 ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Nous

Plus en détail