Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines."

Transcription

1 Université de la Méditerranée Année universitaire Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session (Janvier 2003) Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Vous voudrez bien traiter sur deux copies séparées les deux sujets suivants. Vous remettrez obligatoirement deux copies en fin d'examen. Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Sujet 2 (12 points). La migration cellulaire nécessite la réalisation de plusieurs étapes comme : 1/ la formation d extensions cellulaires (lamellipodes et parfois filopodes) et 2/ de nouvelles structures d adhérence au substrat (matrice extracellulaire [MEC]) appelés complexes focaux dans la région du front de migration (ces structures d adhérence sont différentes des points focaux, cf 4/); 3/ la contraction du corps cellulaire ; 4/ la destruction de points focaux d adhérence dans la région «arrière» de la cellule en migration. Ces différentes étapes doivent être coordonner afin de permettre une migration efficace. En particulier, l extension du lamellipode est dépendante de la formation de nouveaux complexes focaux. En effet, si l adhérence au substrat du lamellipode est déficiente, ce dernier se rétracte et ne peut servir de moteur à la migration. La formation de lamellipodes est aussi observée chez la plupart des cellules en cours d étalement sur un substrat et la formation de nouvelles structures d adhérence est, là aussi, critique. La formation et l extension du lamellipode sont sous-tendues par la polymérisation de nouveaux microfilaments d actine contrôlée par le complexe Arp2/3. L activité de ce complexe est, dans ce cas précis, activée par la petite GTPase Rac, elle-même activée par des signaux intra- ou extra-cellulaires. La formation des complexes focaux, au cours de la migration ou de l étalement des cellules, implique les intégrines, récepteurs transmembranaires assurant la liaison entre des composants de la MEC et le cytosquelette d actine. La construction de cette interface requiert la présence de plusieurs protéines capables de lier les intégrines ou la F-actine. La taline ou la vinculine, par exemple, capables de lier la F-actine, entrent dans la composition des complexes focaux (ces deux protéines sont également retrouvées dans la composition des points focaux d adhérence). Il est donc possible d imaginer que la coordination des processus d extension du lamellipode et de formation des complexes focaux se fonde sur des interactions entre la voie «Rac- Arp2/3» et la voie «intégrine». Le problème suivant, inspiré de [DeMali KA et al, The Journal of Cell Biology vol 159, 5, Dec 9, 2002, ] traite de l identification et de la caractérisation d une telle interaction. 1/ (2,5 points) Des expériences préliminaires ont montré une interaction physique possible entre le complexe Arp2/3 et la vinculine. Afin de confirmer cette interaction, des co- 1

2 immunoprécipitations sont réalisées sur des fibroblastes adhérents en culture complètement étalés et sans stimulation (pas de lamellipodes). Dans ce contexte, aucune interaction ne peut être détectée. Dans un deuxième temps, des fibroblastes en culture sont traités par de l EGF (Epidermal Growth Factor) pour stimuler la formation de lamellipodes. Le traitement est interrompu à différents temps et des lysats cellulaires sont alors immédiatement préparés et utilisés pour réaliser des immunoprécipitations (IP) en utilisant un anticorps anti-vinculine (cas de la fig1a) ou anti-taline (cas de la fig1b). Ces immunprécipités sont analysés en Western blot (WB) avec des anticorps anti-vinculine, anti-taline, anti-actine et anti-p34 (fig 1A et 1B ; p34 est une sous-unité du complexe Arp2/3). a/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 1A? b/ Le complexe Arp2/3 activé est capable de se lier aux microfilaments d actine. D après l analyse de la figure 1A, existe t il une corrélation entre cette capacité et l interaction étudiée? c/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 1B? d/ Comment qualifier alors l interaction étudiée figure 1A? Des cellules en cours d étalement sur un substrat présentent des lamellipodes. Afin de déterminer si, dans ce nouveau contexte, il existe également une interaction entre la vinculine et le complexe Arp2/3, des fibroblastes sont ensemencées dans des boîtes dont le fond est recouvert de fibronectine (FN). Des lysats cellulaires sont réalisés à différents temps (de 5 à 30 minutes après l ensemencement) avec des cellules en cours d étalement. Un lysat avec des cellules complètement étalées et stationnaires est également préparé. L analyse est réalisée à partir de ces différents lysats par IP anti-vinculine suivie d une analyse en WB (anticorps antivinculine et anti-p34) (fig1c). e/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 1C? En résumé : f/ Diriez-vous que l interaction entre la vinculine et le complexe Arp2/3 est constitutive ou induite? g/ Quelle hypothèse formulez-vous quant à la localisation sub-cellulaire de cette interaction et les structures avec lesquelles elle est associée? Quel type d expériences mèneriez-vous pour confirmer cette hypothèse? 2/ (3 points dont 1,5 points pour d/) La PI3K (Phosphoinositide 3-kinase) est activée en aval d une stimulation par l EGF ou de l'activation des intégrines lors de l étalement. Des fibroblastes sont traités par l EGF pendant différents temps (de 0 à 30 minutes), en présence ou en absence de la Wortmannine, un inhibiteur de la PI3K. L interaction entre la vinculine et le complexe Arp2/3 est alors analysée comme dans le 1/ (IP anti-vinculine suivie d une analyse en WB) (fig2). a/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 2? Rac peut être activée par la PI3K ainsi qu en réponse à l EGF ou à l activation des intégrines. Des fibroblastes transfectés par un vecteur d expression vide (MOCK) ou par un vecteur codant un dominant-négatif de Rac (N17Rac) sont traités par l EGF pendant différents temps (de 0 à 30 minutes). L interaction entre la vinculine et le complexe Arp2/3 est alors analysée comme précédemment (fig3a) et l activité de Rac est également mesurée (fig3a). Cette 2

3 même interaction est analysée dans des fibroblastes exprimant un mutant de Rac constitutivement activé (L61) (fig3b). b/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 3? Rac entraîne d une part, la production de PIP2 (phosphatidylinositol-4,5-biphosphate), et d autre part, active le complexe Arp2/3 via l activation de membres de la famille Scar/WAVE des NPFs (Nucleation Promoting Factors). De plus, il a été montré que PIP2 induit un changement de conformation de la vinculine, ce qui augmente la capacité de cette dernière à s associer avec certains de ces partenaires comme la taline par exemple. Des fibroblastes sont incubés en présence de PIP2 exogène ou de GST-VCA (VCA désigne le domaine des NPFs Scar/WAVE responsable de l activation du complexe Arp2/3) et l interaction vinculine-complexe Arp2/3 est analysée par IP anti-vinculine suivie d une analyse en WB (fig4). c/ Quelles conclusions tirez-vous de l analyse de la figure 4? d/ Représentez sous forme d un schéma simple vos conclusions sur les voies envisageables régulant l interaction vinculine-complexe Arp2/3 (données des figures 2, 3 et 4). 3/ (2,5 points) On veut maintenant comprendre comment la vinculine lie le complexe Arp2/3. Pour cela différents fragments chevauchants de la vinculine sont synthétisés et purifiés sous forme de protéines de fusion «GST-fragments» (fig5a). Ces fragments purifiés sont fixés sur des billes microscopiques et ces billes sont incubées en présence d extraits cellulaires bruts (source : plaquettes). Les billes sont ensuite récupérées et rincées puis une analyse en WB des protéines liées aux différents fragments est réalisée en utilisant un anticorps anti-p34. a/ D après l analyse de la figure 5B, indiquez le domaine capable de lier le complexe Arp2/3 (acides aminés x à y). Les extraits cellulaires bruts utilisés ci-dessus contiennent de la F-actine. Un fragment de vinculine pouvant lier la F-actine mais dépourvu de site de liaison au complexe Arp2/3 (fragment ) ainsi qu un fragment pouvant lier le complexe mais pas F-actine (fragment ) et un fragment ne pouvant lier ni F-actine ni le complexe (fragment 1-398) sont utilisés dans le même type d expérience qu en 3/. L analyse en WB est réalisée avec des anticorps anti-actine et anti-p34 (fig5c). b/ Quel est le but de cette expérience? c/ Quelle est la conclusion de cette expérience? Deux fragments de la vinculine (1-811 et ) fusionnés avec la GST sont synthétisés, purifiés et fixés sur des billes. Chaque fragment ainsi préparé est ensuite incubé séparément en présence de complexe Arp2/3 purifié. Après l incubation, les billes sont récupérées, rincées et une analyse en WB est réalisée en utilisant un anticorps anti-p34 (fig6). d/ Quel est le but de cette expérience? e/ Quelle est la conclusion de cette expérience? 4/ (2 points) Un mutant de vinculine (vin mut ) incapable de lier le complexe Arp2/3 est élaboré. Ce mutant est, tout d abord, exprimé dans des fibroblastes vinculine -/- (ces fibroblastes sont obtenus à partir d embryons de souris chez qui le gène vinculine a été invalidé par 3

4 recombinaison homologue). On constate alors qu il s exprime à un niveau normal et qu il se localise parfaitement au niveau des complexes focaux. Par ailleurs, ce mutant est capable de recruter les partenaires connus de la vinculine à l exception bien sûr du complexe Arp2/3. a/ D après vous, quelles informations ont été utilisées pour élaborer ce mutant? Les fibroblastes vinculine -/- (vin-/-) présentent des défauts d adhérence sur la FN ainsi que des capacités d étalement très réduites. On observe que ces fibroblastes mutants forment des lamellipodes de taille réduite et en plus petit nombre comparativement à des cellules sauvages. Des fibroblastes vin -/- sont transfectés avec un vecteur d expression vide ou codant la vinculine sauvage ou encore le mutant vinculine vin mut évoqué précédemment. Le comportement d étalement sur FN de ces trois lignées est comparé. Les résultats montrent que les fibroblastes vin -/- exprimant la forme sauvage de la vinculine présente un comportement comparable à celui de fibroblastes sauvages. En particulier, ils forment des lamellipodes normaux et s étalent suivant une cinétique normale sur FN. Au contraire, les fibroblastes vin-/- transfectés avec le vecteur vide ou exprimant vin mut présentent des défauts d étalement et la formation de lamellipodes anormaux de petite dimension. Cependant, les fibroblastes exprimant vin mut présentent une adhérence de type sauvage sur FN. b/ Que montrent les résultats de cette expérience? c/ Que suggèrent ces mêmes résultats? Pour étudier plus avant les mécanismes qui pourraient sous-tendre les défauts d étalement des fibroblastes vin-/- exprimant vin mut, on réalise l expérience suivante : des billes recouvertes de FN sont placées, pendant quelques minutes, au contact de fibroblastes vin -/- exprimant vin mut ou la vinculine sauvage. Le recrutement de la vinculine sauvage ou mutante ainsi que du complexe Arp2/3 au voisinage de la bille est quantifié par immunofluorescence (fig7). La quantification exprime le pourcentage de billes ayant recruté l une ou l autre des protéines considérées (billes positives pour le marquage par un anticorps anti-vinculine ou anti-p34). d/ Que montrent et confirment les résultats de la figure 7? 5/ (2 points) Il a été montré que l activation des intégrines stimule l activité de Rac et que Rac activée peut, dans certains contextes cellulaires, recruter des intégrines de haute affinité dans la région du lamellipode. En tenant compte de ces données et de vos conclusions tout au long de ce problème, proposez, sous forme d un schéma, un modèle de la séquence des évènements conduisant à l étalement d un fibroblaste sur de la FN. 4

5 Figure 1 Temps en minutes (traitement EGF) WB: anti-actine LYS: lysat cellulaire entier c est-à-dire sans immunoprécipitation +: stimulation par EGF IP: anti-taline puis WB -: absence de stimulation IP: anti-taline puis WB Temps en minutes (après ensemencement) ST: cellules étalées stationnaires Figure 2 Temps en minutes Figure 3 WM: wortmaninne DMSO: diméthylsulfoxide, utilisé pour diluer la wortmaninne -: transfection vecteur vide

6 Figure 4 -: pas d ajout de EGF, PIP2 ou VCA +: ajout de EGF, PIP2 ou VCA Figure 5 vinculine WB: anti-actine

7 Figure 6 Figure 7 % billes positives vinculine complexe arp2/3 vin mut

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie Cellulaire Chapitre 5 : L adhérence cellulaire : les protéines d adhérence cellule-matrice extracellulaire Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT UE2 : Trafic et migration cellulaire Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine Claire DURMORT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures Banque «Agro Véto» AT 0109 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

LES JONCTIONS D ANCRAGE

LES JONCTIONS D ANCRAGE LES JONCTIONS D ANCRAGE 1. Généralités Liées au cytosquelette (microfilaments, filaments intermédiaires= FI). Connexion entre les cellules. Connexion à la matrice extracellulaire. transmission des forces

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire S'il vous plaît lisez l'ensemble du sujet avant de commencer. Les questions 1-8 et 12-14 sont des questions de biologie générale. Dans les questions

Plus en détail

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Ayham ALKASSAB & Julien GARYGA Ce sujet de biologie cellulaire est composé de 10 QCM. L épreuve dure 60 minutes. Chaque QCM compte pour 5 points. L ensemble correspond donc

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1 Jonctions Intercellulaires et Adhérence Les intégrines 1- Jonctions étanches 2- Jonctions d'ancrage 2.1- ancrage cellule - cellule par les cadhérines 2.2- ancrage cellule - matrice par les intégrines 2.3-

Plus en détail

Documents de Travaux Dirigés

Documents de Travaux Dirigés Documents de Travaux Dirigés TD1 : TECHNIQUES UTILISEES EN BIOLOGIE DU DEVELOPPEMENT (1 ère partie) I) Techniques de microscopie 1) Analyse de la morphologique externe La figure ci-dessous représente des

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I BMC 403- artiel du 22-12-2006 - Sujet de Microbiologie (1heure) Répondre aux différentes questions dans les cadres destinés à cet effet Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système

Plus en détail

Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h. Partie1. Génomique fonctionnelle

Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h. Partie1. Génomique fonctionnelle Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h L examen comporte deux parties, l une axée sur la génomique fonctionnelle et l autre sur la

Plus en détail

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm.

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer Année universitaire 2013-2014 ED 1 Jacques Elion jacques.elion@inserm.fr Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier CONTEXTE Facteur de transcription Nucléaire

Plus en détail

Migration cellulaire. Forces de traction développées par les cellules Benoît Ladoux (Matière et Systèmes Complexes, Paris 7)

Migration cellulaire. Forces de traction développées par les cellules Benoît Ladoux (Matière et Systèmes Complexes, Paris 7) Migration cellulaire Forces de traction développées par les cellules Benoît Ladoux (Matière et Systèmes Complexes, Paris 7) Séminaire FIP 21 Février 2006 Felix Sturm Maxime Deforet 1 Introduction La migration

Plus en détail

Structure modulaire du microtubule

Structure modulaire du microtubule Les microtubules Les microtubules 1. Structure et dynamique 1.1 Dimères de tubuline, fixation de GTP 1.2 Nucléation, polymérisation 1.3 Modifications post-traductionnelles et dynamique in vivo 1. Protéines

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. DM facultatif

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. DM facultatif SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1/6 DM facultatif Thème 1 : Etude chez la levure Saccharomyces cerevisae de la réplication d un ADN endommagé D après ENS 2005 Répondez aux questions posées, relatives

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin).

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). CORRECTION 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). Cf l article 2. Représentez sous forme d'un schéma le trafic cellulaire

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures. Ocytocine, progestérone et parturition chez les Mammifères

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures. Ocytocine, progestérone et parturition chez les Mammifères Banque «Agro-Véto» AT-0113 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L'usage d'abaques, de tables, de calculatrice et de tout instrument électronique susceptible de permettre au candidat d'accéder

Plus en détail

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom :

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : 1- On dispose de 3 cultures bactériennes d'une même souche de bacillus subtilis qui ont été obtenues par ensemencement de milieu LB à partir de 3 pré-cultures

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSI 2014 Sous-épreuve écrite de Chimie biochimie

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

05/05/2011. Première partie : Effets de la Latrunculine, du Nocodazole et de l acrylamide (ACR) sur les composants du cytosquelette des mélanophores

05/05/2011. Première partie : Effets de la Latrunculine, du Nocodazole et de l acrylamide (ACR) sur les composants du cytosquelette des mélanophores Travaux dirigés n 3 Biologie Cellulaire Licence 2ème année (2011) Effets des drogues sur le transport intracellulaire et l organisation du cytosquelette des mélanophores Aspengren S et al. Cell Motility

Plus en détail

3.3. La dégénérescence cortico basale (DCB).19

3.3. La dégénérescence cortico basale (DCB).19 Table des matières I. Introduction 8 1.Aspects cliniques de la maladie d Alzheimer 9 1.1. Diagnostic clinique..9 1.2. Aspects épidémiologiques 9 1.3. Aspects génétiques..9 2. Lésions neuropathologiques

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Examen Janvier 2008 Introduction (à lire attentivement) L actualité

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

!"#$%&%'("%'*($'("+! "#$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5!

!#$%&%'(%'*($'(+! #$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5! Motilité et domiciliation cellulaires I- Définitions Motilité cellulaire : aptitude à effectuer des mouvements spontanés ou réactionnels avec consommation d'énergie. Mobilité Vs Motilité : La mobilité

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE

INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE 1. Introduction Les génomes de différentes espèces ayant été séquencés ces dernières années, la majorité des efforts de la communauté scientifique se porte aujourd hui

Plus en détail

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice Cours Mercredi 4 septembre Introduction Ce chapitre est un chapitre un peu à part puisqu on ne décrit pas une cellule toute seule, mais la façon

Plus en détail

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE Rôle de la voie endo/exo-cytaire (eucaryote) Modification des molécules qui seront sécrétées vers l'extérieur Connections (indirecte) de la membrane plasmique au réticulum

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Mesurer et analyser le trafic d un site internet Comment analyser l audience de son site et connaître les centres d intérêts des visiteurs?

Mesurer et analyser le trafic d un site internet Comment analyser l audience de son site et connaître les centres d intérêts des visiteurs? 8 Mesurer et analyser le trafic d un site internet Comment analyser l audience de son site et connaître les centres d intérêts des visiteurs? Les outils pour analyser le trafic d un site internet Les indicateurs

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

FICHES REVISION UE 2

FICHES REVISION UE 2 FICHES REVISION UE 2 «Ce document est la propriété du TAM. Toute autorisation totale ou partielle sans son autorisation sera passible de poursuites selon les articles. L. 335-2 et 335-3 du Code de la Propriété

Plus en détail

Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration

Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration Les plaquettes sont des cellules anucléées provenant de la segmentation du cytoplasme des mégacaryocytes. Elles sont de forme discoïde, avec

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

Les voies de signalisation intracellulaire : la protéine Rab5

Les voies de signalisation intracellulaire : la protéine Rab5 UMR CNRS : 7213 Laboratoire de biophotonique et pharmacologie Equipe de signalisation cellulaire : Signalisation intracellulaire et protéines transmembranaires Les voies de signalisation intracellulaire

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires Jonctions Intercellulaires et Adhérence Licence de Biologie Cellulaire (L2) Module Biologie Moléculaire de la Cellule II Arnauld Sergé Organismes multicellulaires L émergence des organismes multicellulaires

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

Supplément : Exercice de biologie du développement

Supplément : Exercice de biologie du développement Supplément : Exercice de biologie du développement En cette fin de semestre, un tuteur de biologie fou de tristesse décide de se lancer dans l'étude d'une protéine impliquée dans le développement du Xénope

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

BIOLOGIE Durée : 4 heures

BIOLOGIE Durée : 4 heures Concours B ENSA B - 17B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4.

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. L opéron lytsr de Staphylococcus aureus code un système de régulation à deux composants qui affecte l activité peptidoglycane hydrolase et l autolyse.

Plus en détail

Corrigé de l examen de BME Janvier 2006, sujet 1 (C. Vola)

Corrigé de l examen de BME Janvier 2006, sujet 1 (C. Vola) Corrigé de l examen de BME Janvier 2006, sujet 1 (C. Vola) 1) Les auteurs veulent étudier la fonction de la protéine nucléaire CBP (CREB Binding Protein), en relation avec p65 (RelA). - p65 est une des

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie

Plus en détail

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Société Domaine d excellence : Développement d Anticorps d à façon Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Collaborations de long terme avec acteurs de classe mondiale

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE L3 BIOLOGIE CELLULAIRE S6 2009 - Première Session (BIO17) BIOLOGIE MOLECULAIRE DE LA CELLULE III Ce sujet et celui de F. André doivent être rédigés sur des copies séparées Sujet de C. Vola et N. Bertrand

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire

Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire Cours n 5 : Mercredi 17 septembre 14h- 16h Chap. II Chromosome, épigénéfque, réparafon, domaines régulateurs L3 UE 5.2 EP1 2014-2015 99 Variabilité de lecture

Plus en détail

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser.

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser. AVERTISSEMENT Au fil de l ouvrage, les termes ou les notions importantes développés dans le livre de cours Bases cellulaires et moléculaires du développement (Ellipses, 2007), sont notés (I) ou (I, p.x).

Plus en détail

Á partir de l exploitation des documents et de vos connaissances, étudiez quelques aspects de la nutrition des coraux.

Á partir de l exploitation des documents et de vos connaissances, étudiez quelques aspects de la nutrition des coraux. Banque «Agro Véto» A - 0111 BIOLOGIE Épreuve B Durée : 3 heures 30 minutes L usage d une calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère

Plus en détail

Chapitre 5. Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN

Chapitre 5. Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN Chapitre 5 Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN Réplication de l ADN 1. La complémentarité des bases permet la réplication de l ADN 2. La synthèse de l ADN commence aux origines de réplication

Plus en détail

UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015

UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015 UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015 La plupart des illustrations du TD proviennent de Molecular Biology

Plus en détail

Résultats : Partie III

Résultats : Partie III Résultats : Partie III Analyse des rôles respectifs de RhoA et RhoC dans le phénotype des cellules d adénocarcinome prostatique Introduction Parmi les protéines du sous-groupe Rho, RhoC a été décrit comme

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

TD Bioinformatique : Sequence Alignment. Pourquoi faire une recherche par similarité?

TD Bioinformatique : Sequence Alignment. Pourquoi faire une recherche par similarité? TD Bioinformatique : Sequence lignment Pourquoi faire une recherche par similarité? - Savoir si ma séquence ressemble à d'autres déjà connues. - Trouver toutes les séquences d'une même famille. - Rechercher

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées

Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées Ludovic Pelosi MeetOchondrie AUSSOIS 9-12 mai 2010 Equipe Transporteurs Mitochondriaux Laboratoire de Biochimie et Biophysique des Systèmes

Plus en détail

EXPRESSION ET ANALYSE DE

EXPRESSION ET ANALYSE DE EXPRESSION ET ANALYSE DE PROTÉINES DE FUSION DANS DES CELLULES HUMAINES EN CULTURE Assistants : Fabrizio Vacca Katarina Trajkovic - 1 - 1. Introduction Le but de cette expérience est d étudier des protéines

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30. Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30

BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30. Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30 BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30 Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30 Exercice n 1 : La lignification : un marqueur de la différenciation cellulaire. La lignification

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Réponse de la fibre musculaire à l entrainement. Plan: Plan: Définition: Définition:

Réponse de la fibre musculaire à l entrainement. Plan: Plan: Définition: Définition: Réponse de la fibre musculaire à l entrainement Objectif: Expliciter comment la fibre musculaire s adapte à un entrainement. Stefan Matecki INSERM 1046 s-matecki@chu-montpellier.fr Définition: Excitabilité

Plus en détail