Historique, finalités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Historique, finalités"

Transcription

1

2 Généralités La création, fin 2009, d EMRA (Environment and Materials Research Association) a concrétisé la volonté du CRIBC (Centre de Recherche de l Industrie Belge de la Céramique), du CTP (Centre Terre et Pierre), de l INISMa (INstitut Interuniversitaire des Silicates, Sols et Matériaux) et de l INS (Institut National des Silicates) d adopter une stratégie de développement concertée, en vue d une clarification et d une optimisation de leur offre de services aux entreprises. L alliance, au sein d une «association forte», de ces quatre institutions hennuyères apparaît comme un aboutissement somme toute assez logique de leurs parcours respectifs, de leurs collaborations passées et de l évolution du paysage wallon de la recherche. 1

3 Historique, finalités Fondés respectivement en 1938, 1948 et 1973, sous l impulsion d industriels du secteur de la céramique, l INS, le CRIBC et l INISMa exploitent leurs synergies au sein du BCRC (Belgian Ceramic Research Centre) et y déploient leurs compétences en matière de matériaux (céramiques, verre, ), de sols et d environnement, essentiellement. Le CTP a vu le jour plus récemment, en 1996, lui aussi suite à une initiative industrielle d ALC Tournai, entreprise du secteur métallurgique. D abord exclusivement voué à la minéralurgie, le CTP a progressivement diversifié ses activités et y allie à présent son expertise en matière d environnement (recyclage et valorisation) et de matériaux alternatifs aussi bien que nouveaux. Les quatre partenaires ont des liens privilégiés avec les milieux universitaires. Ainsi, au côté des représentants du monde industriel, la FPMs et l Université de Mons (aujourd hui regroupées au sein de l UMons) figurent parmi les membres fondateurs de l INISMa, tout comme l IDEA, tandis que le CTP a été co fondé par l UCL et l IDETA et compte aujourd hui parmi ses membres l ULB et l UMons. Les travaux menés en partenariat avec les universités ou avec leur appui sont d ailleurs nombreux. Le CRIBC, quant à lui fondé par la Fédération des Industries Céramiques de Belgique, en application de la loi de Groote, collabore également de longue date avec les institutions universitaires montoises. Impliqués dans des activités de recherche à finalité industrielle et présentant les caractéristiques organisationnelles et managériales voulues, le CRIBC, l INISMa et le CTP ont obtenu et maintenu leur agrément en qualité de Centres de Recherches Agréés (CRA) wallons. Ils peuvent dès lors bénéficier du financement de certains de leurs projets de recherche dans le cadre de programmes wallons ou européens gérés par le Service Public de Wallonie. Notons que le CRIBC bénéficie quant à lui également d interventions appréciables du Service Public Fédéral, notamment dans la conduite de recherches prénormatives et l animation d une Antenne Normes. Membres d ACCORD Wallonie, asbl fondée, dès 2002, par les 22 centres collectifs de recherche wallons titulaires de l agrément, afin de promouvoir leurs activités, de favoriser les synergies entre eux et ainsi stimuler l innovation technologique au sein des entreprises wallonnes, le CTP, l INISMa et le CRIBC y ont multiplié les contacts et découvert les complémentarités de leurs compétences et leurs nombreux points communs. Ceux ci se sont dans un premier temps traduits par la poursuite de projets de recherche menés en partenariat. L une de ces collaborations a même été organisée sous la forme d un groupement d intérêt scientifique (G.I.S. MATINORG) entre le CTP et l INISMa, GIS qui s était donné comme objectif de proposer aux PME une approche intégrée pour le développement de matériaux inorganiques. Les orientations stratégiques préconisées par le gouvernement wallon à l égard de la politique régionale de recherche et d innovation visent notamment à encourager le regroupement des centres de recherche en plateformes thématiques, afin d accroître la lisibilité de l offre technologique, de rationnaliser et pérenniser son organisation et d optimiser la capacité d innovation des acteurs de la recherche. Dans un tel contexte, les similitudes, complémentarités évidentes et affinités qui se sont révélées au fil des échanges et collaborations entre les quatre structures ont induit l émergence d une réflexion sur l opportunité d organiser plus concrètement encore le rapprochement entre le CTP, l INISMa, l INS et le CRIBC, en s inspirant des modalités que ces trois derniers expérimentent de longue date au sein du BCRC. Mus par une même culture d entreprise où qualité du service aux entreprises, rigueur managériale et finesse de la gestion des ressources humaines jouent un rôle déterminant, les quatre institutions, de taille comparable, jouissent d une bonne santé financière. 2

4 Toutes les conditions étaient donc réunies pour que l INISMa, l INS, le CRIBC et CTP s engagent avec enthousiasme dans la constitution d une association forte, tout en bénéficiant pour cela du soutien et des encouragements de leurs membres respectifs aussi bien que des représentants des autorités régionales : l Environment and Materials Research Association EMRA était née. EMRA occupe aujourd hui près de 150 personnes, dont 80% de scientifiques et techniciens, investis dans des projets et travaux qui ont rapporté non loin de 11 millions de recettes en En pratique, les organes décisionnels et de gestion du CRIBC, du CTP, de l INISMa et de l INS et travaillent en croissante concertation au sein de EMRA, même si les quatre institutions conservent leur autonomie juridique. Sur le plan de l image, l acronyme EMRA et le logo de l association prendront progressivement le pas sur ceux des quatre structures, afin d apparaître comme une entité unique auprès du monde industriel et accroître la lisibilité des activités déployées au sein de l association. La mise en œuvre d EMRA constitue une réelle opportunité de développement pour les quatre institutions qui exploiteront avec efficience leurs complémentarités et synergies et mettront conjointement leurs compétences respectives au service des entreprises. Les domaines d expertise et l offre de services technologiques d EMRA est résumée dans le schéma ci dessous. Recyclage Valorisation Hydrométallurgie Mineral processing Aide aux entreprises Essais et analyses Consultance Formation Expertises R&D Verres Ciments Céramiques Géotechnique Environnement Sols Matériaux 3

5 Certifications ISO Les membres d EMRA sont tous titulaires de la certification ISO La plupart des services «essais et analyses» (à Mons et à Bertrix) bénéficient en outre de l accréditation ISO Informations financières Investissements Produits Subventions d'investissement Subventions de fonctionnement Contrats industriels Redevances et cotisations Autres Charges Rémunérations Fonctionnement Restitution partielle de redevances Amortissements Autres Résultat Evolution du personnel En ETP Scientifiques 83,7 82,2 74,3 Techniques 33,6 31,8 30,6 Administratifs 15,8 14,5 13,7 Ouvriers 9,4 11,1 10,3 TOTAL EMRA 142,5 134,4 128,9 4

6 Recherche Des objectifs ambitieux à la mesure des défis actuels La politique de recherche d EMRA est menée de manière à répondre aux principales attentes du monde industriel. Ces attentes résident dans le maintien de la compétitivité, le déploiement et/ou redéploiement des activités, l'adaptation aux mutations technologiques et les démarches de diversification des produits et des processus. Les Centres membres d EMRA constituent de par leurs infrastructures, l'équipement dont ils disposent, leurs activités de recherche et de veille technologique et leur intégration dans les réseaux internationaux, des pôles de compétence dans leurs domaines technologiques respectifs. 5

7 2010 en quelques chiffres Au cours de l exercice 2010, le portefeuille de projets d EMRA comptait plus de 30 projets parmi lesquels : - 3 projets de type FIRST DOCA (SPW) ; - 1 projet de recherches stratégiques de base (BELSPO) ; - 5 projets de recherches collectives ; - 5 projets de recherche en partenariat et 3 projets d acquisition d équipements exceptionnels se répartissant dans 6 portefeuilles de projets du programme convergence/compétitivité et emploi RW dont 3 comme opérateur chef de file ; - 1 projet de recherche précompétitive dans le cadre du FP7 NMP 2008 EU India 2 ; - 2 projets de type prénormatif (NBN SPF Economie) ; - 3 projets de recherches technologiques en partenariat transfrontalier (Interreg) ; - 5 projets dans le cadre du plan Marshall Région wallonne dont 1 dans le cadre du programme mobilisateur «EnergyWall». Sur les 6 projets de recherches collectives déposés en 2010, 4 ont été retenus dont 1 a débuté en décembre, les 3 autres commenceront début Ils portent sur : le développement de filières de valorisation de résidus solides dans des fours de fusion ou d affinage (RECYMELT) CRM, CRIBC, CTP, ULg, ISSeP le développement d outils adaptés fiabilité et durabilité pour le soudage d acier par le procédé de friction malaxage (STEELFSW) CEWAC, IBS, CRIBC la valorisation optimale des flux de matière issus de la revalidation d'anciennes décharges (REVADEC II) CTP, Certech, CERISIC. le développement de ciments ternaires à haute teneur en calcaire et à faible teneur en laitier (CEMCALC) CSTC, CRIC, CTP, ULg Le projet de FIRST DOCA préparé en début d année a été accepté et a démarré en septembre Il porte sur l exploitation d une technologie de mise en forme de matériaux céramiques poreux à porosités orientées dont l agent porogène est l eau (icetemplating). Notre plateforme HAINOLASE s est également complétée de 2 nouveaux équipements remarquables : un système de micro impression de couches fonctionnelles (impression jet d encre 2D, 3D multi matériaux fournie par Ceradrop ; une unité de photo ablation laser pour la micro texturation, fourni par OPTEC et doté d un laser excimère KrF. Notre Plateforme SOLINDUS s est quant à elle enrichie d un spectromètre de fluorescence X de type Bruker S8 Tiger 4 kw. 6

8 PORTEFEUILLE DE RECHERCHES 2010 Recyclage, traitement et valorisation matériaux COLAMIN Projets Gestion simultanée de l'amiante et autres déchets industriels basée sur le développement d'une unité mobile de neutralisation croisée Partenaires CTP, INISMa, SBMI, Menart REFIOM Application matériaux des REFIOM CTP, CRIBC, ULB SOLINDUS TECHNOPOLY VALSOLINDUS GeDSeT CEMCALC RECYSTERIL CARMAT SOLutions INtégrées et DUrables pour Sédiments et matières assimilées. TECHNOlogie de POLYmères VALidation et VALorisation de SOLutions INtégrées et DUrables pour Sédiments et matières assimilées. Gestion Durable des Sédiments Transfrontaliers. Développement de ciments ternaires à haute teneur en calcaire et à faible teneur en laitier. Séparation et valorisation des déchets hospitaliers infectieux préalablement décontaminés Développement de nouveaux types de matériaux à usage du BTP obtenus par carbonatation, au moyen de fumes industrielles et de fractions de scories d aciéries difficilement valorisables. CTP, INISMa, DGO2, ISSeP CERTECH, CTP, MATERIA NOVA CTP, ISSeP, CARAH, UMons ARMINES, BRGM, CTP, INERIS, ISSEP CSTC, CRIC, CTP, Ulg Partenariat industriel RECYWaLL, CTP Partenariat industriel, CRR, CSTC, ISSeP, UCL, CTP Utilisation rationnelle et valorisation de l'énergie VTGHT EVERFIRE CHEMAT Projets Vecteur Thermique Granulaire Haut Température Étude de faisabilité du développement de modules à changement de phase pour récupération/accumulation de chaleur à moyenne température ; application à des foyers à bois à haut rendement Matériaux intelligents pour la transformation, le stockage et l utilisation rationnelle de l énergie produits par Chimie douce" Partenaires CRM, CRIBC, INISMa, CTP CRM, CRIBC, INISMa, partenariat industriel ULg, CRIBC, UG 7

9 Développement et optimisation de processus de fabrication DELIFRI TICOPIM² T REX EQUIDER RF HAINOLASE T REX CERAPIDE T REX MORECAR RF CLEARZINC FIRST DOCA SPS FIRST DOCA HYCOLASE FIRST DOCA ECOPOR RF LASESURF SIMUGLASS Projets Maîtrise des cycles de déliantage et de frittage de "greens" céramiques et métalliques provenant de technologies additives Time and Cost effective Powder Injection Moulding and Micro moulding EQUIpement de Densification Rapide de type Spark Plasma Sintering Plateforme hennuyère dédiée aux traitements de surface par laser Validation industrielle d'une technologie innovante de densification rapide par frittage sous champ électrique pulsé de produits céramiques et cermets à haute valeur ajoutée Modélisation des propriétés rhéologiques de bétons réfractaires Mise au point d'un nouveau procédé anti corrosion en remplacement de la galvanisation Evaluation critique d'une méthode de frittage rapide et son applicabilité aux céramiques techniques et composites Déposition par laser de composites céramique métal à haute performance destinés au durcissement superficiel de pièces anti usures Procédé de fabrication respectueux de l'environnement de structures céramiques organisées à porosité orientée Amélioration des propriétés d'usage des matériaux par traitement laser Développement d'outils synergiques de modélisation de matériau, simulation de procédé et optimisation du moulage de verre pour application optique Partenaires CRIBC, SIRRIS SIRRIS, CRIBC CRIBC CRIBC INISMa, CRIBC, CTP, UMons FPMs, SIRRIS INISMa, CSTC, Ulg CRIBC, INISMa, CRM, CoRI, UMons FPMs, ULB, Materia Nova INISMa, UCL, KUL, ULimerick CRIBC, BAM, VTT, UMons CRIBC, UMONS, ISCV, UVHC CRIBC, UMons Fhg Production Technology, CRIBC, India Institute of Technology, Central Glass end Ceramic Research Institute, partenariat industriel Nanotechnologies NANOFORM METEORIT Projets Etude de l impact de l incorporation de nanopoudres de ZnO de morphologie contrôlée sur les propriétés des matériaux : application au cas des revêtements Mise au point d un procédé de projection de poudres pour le développement de nouveaux produits galvanisés Partenaires CTP, CRIBC INISMa, CoRI CRM, CRIBC, CRM, Materia Nova 8

10 Développement et optimisation de matériaux avancés HM+ PRISTIMAT MEDIMAT PRISTIMAT TRANSMAT Projets L'avion plus intelligent : Health Monitoring et Maintenance Prédictive Les matériaux pour applications médicales à base de HAP et TCP Les matériaux pour le transport (modification de surface fonctionnelle, matériaux à gradient et intelligence embarquée) Partenaires Partenariat industriel, CRIBC, CETIC, ULB, Ulg, UCL CSL, UMons, CRIBC, SIRRIS, UVHC, UPJV CRIBC, SIRRIS, UVHC, UPJV Développement et optimisation de processus de contrôle PRIBREF REGEL Projets Procédures standardisées d'aide à la maîtrise de l'ouvrabilité et de la prise de bétons réfractaires à prise hydraulique Analyse critique et optimisation de la méthodologie européenne d'évaluation du comportement au gel des briques et des maçonneries Partenaires CRIBC CRIBC, CSTC Principales sources de financement 9

11 Aides aux entreprises Forte de ses quatre composantes, EMRA présente un large éventail de compétences complémentaires dans des domaines aussi variés que les céramiques, le verre, les ciments, la géotechnique, l hydrométallurgie, le mineral processing, les matériaux composites, les technologies laser, l environnement (sols, air, ), le recyclage et la valorisation Les travaux de recherche précompétitive effectués au sein de EMRA, souvent en collaboration avec des institutions universitaires ou d autres centres de recherche, permettent aux partenaires d associer à leur longue expérience un savoir toujours à la pointe de l évolution technologique et des connaissances. Leurs compétences sont mises en œuvre afin de déployer une importante offre de services aux entreprises, auxquelles EMRA apporte son soutien à l innovation selon différentes modalités de collaboration. 10

12 Etudes et accompagnement à l'innovation Études Les membres de EMRA mènent divers travaux de recherche et études pour le compte d industriels dans le cadre de contrats bilatéraux. Ces collaborations, de durée variable (de quelques mois à quelques années), ont pour objet général d assister les entreprises dans leur processus d innovation (mise au point de produits ou de procédés) ou dans la résolution de problèmes technologiques. Parmi les études récentes, on citera, à titre d exemples, les thématiques suivantes : amélioration du traitement superficiel de verres pour gobeleterie ; développement de couches hybrides déposées par LASER ; mise au point de capteurs de gaz ; diversification des formulations de suspensions réfractaires ; amélioration des performances énergétiques et diminution de l impact environnemental des fours industriels ; fabrication de liants à froid pour produits abrasifs ; développement d'un nouveau produit (filière scories) et d'un nouveau procédé (mâchefers) dans une perspective à la fois d'extension du marché et de diversification ; étude de la possibilité de stabilisation in situ des sols pollués par formation de phases chimiquement stables. En 2010, nos équipes ont eu l occasion d accompagner les entreprises dans leur recherche d aides publiques et ont notamment préparé 5 supports techniques. Guidances, accompagnement à l'innovation et veille technologique Les centres de recherche agréés, comme le CTP ou le BCRC, sont des interlocuteurs privilégiés des entreprises désireuses d'améliorer leur processus ou de développer un nouveau produit. Les projets de guidance, subventionnés par la Région wallonne, favorisent le transfert de compétences vers les entreprises wallonnes en assurant une veille technologique dans le domaine concerné, en accompagnant les entreprises dans leur choix et en les aidant dans la résolution des problèmes techniques qui impliquent le recours à des technologies particulières. Thématique Matériaux et structures hautes températures Valorisation Matières et recyclage Matériaux à usage domestique Matériaux avancés Mineral Processing Animation Jacques Tirlocq (Mons) Hervé Brequel (Tournai) Christine Kermel (Mons) Xavier Buttol (Mons) Paul Hubaux (Tournai) Au vu de la diversité technologique maîtrisée par les centres, et afin de mieux cibler les besoins spécifiques des entreprises, la guidance technologique a été structurée en cinq thématiques principales. Une personne de référence est identifiée pour chacune d'elles. Au cours de l'année 2010, pas moins de 243 entreprises ont été contactées. Les Antennes Normes, créées au départ à l initiative du SPF Economie, font partie depuis 2007 des missions déléguées du Bureau de Normalisation en application de l A.R. de novembre Se conformant aux missions qui lui sont dévolues collecte, gestion et dissémination des informations quant aux normes en vigueur et en développement, assistance technique d entreprises dans la recherche d information normative, défense des industriels au sein des commissions de normalisation ad hoc, tant aux niveaux belge qu européen ou international l Antenne Normes du CRIBC mène ses activités dans les domaines de la céramique et du verre, et s adresse prioritairement aux PME de ces secteurs. 11

13 La veille technologique est avant tout synonyme de vigilance. Les centres de recherche de EMRA mettent leurs outils de recherche d'informations au service de leurs clients au travers de travaux ciblés de veille. La veille technologique, généralement menée en parallèle de la recherche et des services aux entreprises, permet d'étayer et d'argumenter le choix des options retenues pour l'élaboration de projets de recherche. Chèques Technologiques Disponible depuis le 1er janvier 2009, le Chèque Technologique (CT) est un outil d intervention financière (max /an, par tranches de 500, financées à 75%) destiné aux PME qui souhaitent recourir à une expertise technologique sur un sujet particulier. Cette assistance peut notamment concerner des essais, calculs et analyses préliminaires, la réalisation en tout ou partie des travaux de conception et/ou d'adaptation de produits, procédés et services, ou encore la résolution de problèmes techniques liés à la qualité et la mise en conformité des produits, procédés et services développés. En 2010, quelque 36 prestations, financées par 386 chèques ont été réalisées pour 23 entreprises au sein de EMRA. Crédit d'impôt Recherche (CIR) Les incitations fiscales sont devenues l'un des instruments importants des politiques publiques en faveur de la recherche et de l'innovation. De nombreux pays les ont adoptées comme des instruments généraux susceptibles d'améliorer l'environnement national pour les activités de recherchedéveloppement (R&D) sans ciblage sectoriel ou technologique, contrairement aux aides directes ciblées telles que les subventions. Le Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche a mis en place le CIR qui est une déduction d'impôt calculée sur la base de toutes les dépenses de R&D effectuées par une entreprise et qui concernent la recherche fondamentale, la recherche appliquée ainsi que le développement expérimental. Ces dépenses sont relatives aux moyens humains et matériels affectés à la R&D au sein de l'entreprise, à la recherche sous traitée à des organismes agréés, à la veille technologique ainsi qu'à la prise et à la défense de brevets. Au sein de EMRA, le CTP bénéficie d'ores et déjà de l'agrément du Ministère français de la Recherche. Le dossier introduit à cet effet par l'inisma est à l'instruction. 12

14 Essais, analyses et expertises A Bertrix, Mons et Tournai, EMRA réalise des travaux d essais, analyses et expertises dans des domaines diversifiés (étude des matériaux, caractérisation chimique, minéralogique, physique et thermique, traitements minéralurgiques et hydrométallurgiques, études et essais environnementaux,...), grâce à des équipes expérimentées dotées de laboratoires de pointe et d un parc d équipements performants. La bonne coordination des différents services leur permet de maintenir et de développer un atout essentiel vis à vis des industriels, la capacité à offrir une solution globale à leurs besoins ou problèmes ponctuels. Une attention particulière est également portée au délai de réalisation des prestations, dont la qualité est objectivée et garantie par la certification ISO 9001 de la structure et l accréditation ISO d un éventail toujours plus étendu d essais. Analyses Physique et Chimie, expertises Les services sont organisés de manière à répondre aux demandes d'analyse, de caractérisation et essais sur les différents sites de EMRA mais également de prendre en charge des missions d expertises scientifiques et technique en toute objectivité. Notre structure permet une grande réactivité et une réelle faculté d'adaptation à tout problème particulier posé. Le large éventail de technologies d'analyses et de caractérisation chimiques à disposition des laboratoires de Mons et Tournai (spectromètre à plasma induit (ICP), fluorescence X (XRF), microscope à balayage couplé à l'analyse EDS et WDS, spectrophotomètre UV Visible, analyseur à mercure, chromatographie ionique, ) permet de couvrir les besoins d analyse sur tous types de matériaux inorganiques et matière minérale tels les céramiques, les réfractaires, le verre, les matières premières, les déchets d origine minérale, les bétons, Une partie des analyses chimiques est accréditée ISO Nos laboratoires offrent également un large éventail de caractérisations physiques des matériaux et matières dont : la caractérisation minéralogique (pétrographie via microscope optique polarisant, stéréo microscopie, DRX y compris en température, technique de préparation d échantillons y compris une rectifieuse pour lames minces) la caractérisation structurale et texturale : micrographie (MEB), granulométrie (sédigraphie, laser, granulo morphologie), porosimétrie, rugosimétrie, mesure de perméabilité (perméamètre de Blaine), mesure du potentiel zeta la caractérisation mécanique et thermomécanique : flexion, compression et traction, mesure du module d élasticité, usure, dureté et fluage la caractérisation thermique : dilatométrie, conductivité, diffusivité, résistance, thermogravimétrie, calorimétrie, choc thermique, suivi séchage, la caractérisation des comportements rhéologiques : Mobilité électrophorétique, rhéométrie (viscosité, fluage, fatigue en fonction de la fréquence) des suspensions, pâtes céramiques et bétons, mesure de consistance de bétons et suivi de prise hydraulique (aiguille VICAT, profil exothermique, utltrasons), conductivité électrique, rhéométrie capillaire pour pâtes céramiques, turbidimétrie, Rhéométrie et mesure de viscosité en température pour milieu fondu la caractérisation optique : transmission et réflexion UV Visible, mesure indice de réfraction et de l émissivité, mesure de la couleur 13

15 la caractérisation mécanique et tribologique de revêtements (micro et nano scratch test, nano dureté, usure, ) Nos experts proposent leur assistance sur des sujets aussi différents que : les défauts de fabrication, les problèmes d utilisation, l origine d un vieillissement prématuré, les interactions entre les matériaux et l environnement, l identification des défauts d origines mécanique et chimique, les problèmes d esthétique, et développent leur offre de service vers la simulation de comportement des matériaux Nos expertises portent notamment sur : les anomalies des briques, tuiles ou carrelages céramiques (efflorescences, taches, usure anormale, éclats,...) éventuellement liées à leur mise en œuvre le choix des matériaux réfractaires et l'analyse du comportement en fonction, la recherche des causes de dysfonctionnement. l'analyse de défauts dans les produits verriers, l'identification de leur origine (inclusions, pierres, cordes, bulles,...) et le diagnostic de casse l identification de l origine des fragments de verre retrouvés en cas de contamination accidentelle de produits commerciaux (chaîne alimentaire, pharmaceutique, ) les problématiques soumises par des bureaux d ingénierie concernant la stabilité des sols en vue de la construction de bâtiments ou d ouvrage d art ou pour l élaboration de garnissages réfractaires l'examen de ruptures de matériaux (céramique, verre, métallurgie,...) la mise en évidence de l'utilisation d'accélérants dans les incendies "criminels" l'examen des phénomènes de corrosion de tuyauteries et autres éléments métalliques la présence et l'identification des amiantes dans les matériaux l'aide à la conception de pièces, optimisation paramétrique de design d un point de vue thermo mécanique, par modélisation (FEM), rétro engineering de pièces par modélisation de frittage, l'inspection par caméra infra rouge d outils de traitement thermique (four, séchoir, poche de coulée, ) Mineral processing Dans les halls d essais des sites de Mons et Tournai (plus de 5000 m2), sont regroupés de nombreux équipements tant à l'échelle laboratoire qu'à l'échelle pilote permettant le traitement minéralurgique et de conditionnement de matières ainsi que la mise en forme de matériaux. Des équipements minéralurgiques permettant d effectuer des séparations granulométriques, gravimétriques, électrostatique, par courants de Foucault, physico chimiques (flottation), des traitements mécaniques ou encore des séparations solide/liquide sont mis à disposition des entreprises pour leurs études de développement de procédés ainsi qu une large gamme de déchiqueteurs, de concasseurs, de granulateurs (y compris spray dryers) et de broyeurs dont un broyeur autogène qui permet de réaliser une boucle de traitement broyage séchage à l échelle pilote. Différents fours (à moufle, rotatif, ) sont à disposition pour le traitement thermique ainsi que des techniques de consolidation plus sophistiquées tels le pressage à chaud (uniaxial et isostatique) et le SPS. Diverses techniques de mise en forme à froid sont également mises à disposition (pressage uniaxial et isostatique, étirage, coulage, ) 14

16 Vitrages et Composants L'équipe réalise des essais dans le domaine de l'homologation de la certification de produits verriers pour bâtiment et l'automobile. Le laboratoire est également équipé pour la détermination de la nature et de la qualité des gaz de remplissage des doubles vitrages et l'identification des bulles dans les vitrages (par spectrométrie de masse), ainsi que la caractérisation optique des verres. Ce laboratoire aide ainsi quelques producteurs verriers dans le suivi de leur production, notamment dans le suivi de la dérive de la couleur. Il est compétent pour réaliser la mesure de l'indice de réfraction ou de l'émissivité ainsi que dans le contretypage de teintes. Afin d'assurer un suivi régulier des connaissances et des performances, les membres de l équipe participent aux différents groupes de travail normatifs et aux Round Robin Test qu'ils organisent. Parmi l éventail des essais proposés, 45 sont accrédités selon la norme ISO Construction Le service "Construction" possède deux antennes, l'une située à Mons, l'autre à Bertrix. Ces deux entités ont acquis de nouveaux équipements au cours des dernières années afin de couvrir de concert une large gamme d essais sur divers matériaux, et ce, aussi bien sur site qu en laboratoire. Ceci tout en garantissant un savoir faire de plus en plus prononcé par le biais d une certification ISO 9001 pour l'ensemble de leurs activités mais aussi une accréditation ISO pour toute une série d essais repris dans leur scope d accréditation. C est de cette manière que le service situé à Mons, est reconnu dans le domaine des essais de Gel/Dégel, aussi bien pour les matériaux en terre cuite, comme les briques et les tuiles, que pour les granulats. C est aussi dans ce cadre que celui ci participe activement à une recherche avec le CSTC concernant la comparaison entre les normes belges d application par le passé et les normes européennes en collaboration avec le site de Bertrix qui héberge et surveille un site d exposition de briques en condition de cyclage gel dégel réelle. Le service de Bertrix, quant à lui, s est spécialisé ces dernières années dans le domaine des bétons bitumineux. Depuis la fin de l année 2009, une certaine émulation a été déployée autour de ce domaine. Après avoir investi en temps et en matériel, différentes procédures ont été mises au point, celles ci ont été soumises à une demande d extension de scope que les deux entités ont passé avec brio lors de l audit ISO mené par BELAC. Grâce à cela, une aide efficace a pu être apportée aux différentes centrales d enrobage. Dans le cadre du marquage CE, des épreuves de formulation ont été éditées et validées par la direction de la recherche et du contrôle routier (DGO1). Par la suite, un appel d offre conjoint Région wallonne/sofico (cahier des charges ), portant sur le «Prélèvement d échantillons et essais en laboratoire pour revêtements hydrocarbonés et matériaux s y rapportant» a été lancé. La région wallonne a été divisée en 7 lots, chacun de ces lots reprenant des listes d essais et des quantités présumées. Les offres des sites de Bertrix et de Mons ont été retenues. Le lot du Luxembourg a été remporté par le site de Bertrix. Pour ce qui est du site de Mons, deux associations momentanées ont été crées, d une part entre l INISMa et Labotour pour le lot de Mons et d autre part entre l INISMa et Labomosan pour le lot de Charleroi. Suite à ce marché, le site de Mons s est doté fin 2010 d'une presse à cisaillements giratoires, 15

17 matériel déjà en activité sur le site de Bertrix depuis Tous ces développements ont permis aux responsables de participer activement à des groupes de travail tels que le GT4 et le GT14 dans le domaine des bétons, des granulats, des bétons hydrocarbonés et des sols, mais également à la mise au point de nouveau CME (cahier de méthodes d essai) en vue de la prochaine parution du document RWD (revêtement wallon durable). Environnement "Air" et "Sols" Le service Environnement "Air" offre une assistance spécialisée pour l'évaluation des effets sur l'environnement de procédés industriels. En 2010, il a obtenu la certification VCA (Veiligheidschecklist Aannemeers : Certification Sécurité Contractants). Le service est également accrédité BELAC (NBN EN ISO 17025) pour la mesure de la pollution atmosphérique à l'émission dont : les mesures en continu (O 2, CO 2, CO, SO 2, NO x et les hydrocarbures totaux) ; les prélèvements en discontinu : HCl, HF, SO 2 et SO 3 ; le prélèvement de poussières et des métaux lourds (nickel, cuivre, cobalt, plomb, ). Le service est aussi agréé en Région wallonne pour le prélèvement des dioxines et furanes (PCDD/F's) ainsi que les prélèvements et analyses de composés organiques volatils à l'émission (méthane, benzène, HAP, PCB's, phtalates, ). Il assure un rôle d'information, d'accompagnement et de conseils. Il réalise enfin un suivi permanent de la législation et de la normalisation relative à l'environnement et à la prévention des nuisances d'origines industrielles. En matière d'environnement "Sols", EMRA intervient au travers d'acenis, scrl qui constitue un interlocuteur unique pour répondre aux besoins en matière de caractérisation des contaminations du sol et du sous sol (y compris les eaux souterraines) et des remèdes à y apporter. Au cours de l'année 2010, EMRA a traité près de 40 dossiers dans le cadre de son partenariat avec ACENIS scrl. Géotechnique L activité du service Géotechnique consiste essentiellement à investiguer les sols et soussols dans le cadre de projets relevant du secteur de la construction. Ses missions sont, soit celles d un laboratoire d essais, soit celles d un consultant. EMRA via l INISMa est entrepreneur agréé en classe 1, sous catégorie G1 (travaux de sondages et forages). Etant donné la diversité des projets d étude qui lui sont soumis, la clientèle du service est très variée. Elle provient tant du secteur privé (industriels, entrepreneurs, bureaux d études, architectes, particuliers) que du secteur public (administrations, parastataux). Pendant l année 2010, le service géotechnique de Mons a géré plus de 500 dossiers, principalement dans le Hainaut et les zones limitrophes. Le laboratoire de Bertrix, qui dispose également de compétences dans le domaine, a, quant à lui, pris en charge cette année 35 chantiers, principalement dans la province du Luxembourg. 16

18 Formation EMRA, via le CTP, est reconnu comme Opérateur de Formation agréé par la Région wallonne. A ce titre, il travaille en collaboration avec le FOREM, les Centres de Compétence de la Région wallonne et les entreprises régionales pour développer des cycles de formation ayant trait aux technologies utilisées dans les domaines du traitement, de la récupération et de la valorisation, notamment par la voie matériaux, des matières solides. Les grands projets de relance de l économie wallonne se sont concrétisés par la participation de EMRA, dès 2009 à de nombreux portefeuilles de projets dont une des lignes conductrices, la préservation de l environnement, a fortement marqué de son empreinte les cycles de formation en 2009 et Les formations en collaboration avec le FOREM sont destinées à des demandeurs d emploi et ont généralement lieu dans les différents centres du FOREM, notamment le Centre de Compétence en Environnement de Mons. En 2010, ces formations ont représenté environ heures candidat prestées. En vue de diffuser leur expertise en milieu industriel et d étendre leurs activités au niveau formation et recherche, une collaboration entre les institutions membres de EMRA ainsi que le rapprochement avec d'autres partenaires comme le CSTC à Limelette sont envisagés. Le fond et la forme de ces formations destinées aux industriels doivent encore être précisés. 17

19 Publications Abdelouhab S., Buttol X., Flament P., Erauw J. P., Mastroianni I., Cambier F.; Robust methods for the determination of the setting times of refractory cement neat pastes : a comparison between Vicat needle tests and simultaneous exothermic profile and conductivity measurements; Proceedings du 53ème Colloque International sur les Réfractaires (CD rom), Aachen (DE), 08 09/09/2010 Buttol X., Erauw J. P.; Standard testing of refractories; Proceedings of CIMTEC 2010 (CDrom), Montecatini (IT), 6 11/06/2010 Chorfa A., Hamidouche M., Madjoubi M. A., Petit F.; Mechanical behaviour of glass during cyclic instrumented indentation; Materials Science Poland, vol. 28 (1), (2010) Clarinval A. M., Boilet L., Descamps M., Leriche A., Monnoye D., Sforza T., Lardot V., Cambier F.; Synthèse de poudres phosphocalciques et mise en forme par prototypage rapide; Proceedings Matériaux 2010 (CD rom), Nantes (France), 18 22/10/2010 Deschuyteneer D., Petit F., Gonon M., Cambier F.; Comparison of metal and composite clad coatings reinforced with tungsten carbide particles; Proceedings 12th European Inter Regional Conference on Ceramics (CD rom), UMons, Mons (BE), 07 09/09/2010 Dupont V., Erauw J. P., Delmotte C., Cambier F., Boulanger T., Emmerechts C., Guerra B., Beeckman E.; Modèle prédictif applicable au déliantage sous eau de pièces moulées par injection au départ d'un feedstock commercial; Proceedings Matériaux 2010 (CD rom), Nantes (FR), 18 22/10/2010 Latka L., Pawlowski L., Chicot D., Pierlot C., Petit F.; Mechanical properties of suspension plasma sprayed hydroxyapatite coatings submitted to simulated body fluid; Surface & Coatings Technology, vol.204, N 9 10, pp (2010) Lucion, C., Los residuos de aparatos eléctricos y electrónicas, Partie de CD Rom, Memorias del II Congreso Internacional de Reciclaje de Materiales y tratamiento de efluentes industriales, novembre 2010, 80 pages. 18

20 Martic G., Petit F., Lardot V., Cambier F.; Discrete element simulation of slurry deposition by spray for optimized laser sintering (SLS); Proceedings 12th European Inter Regional Conference on Ceramics (CD rom), UMons, Mons (BE), 07 09/09/2010 Meerseman J., Descamps Ph., Lucion C., Piérard J. Michel Fr.; Valorisation de fillers porphyriques et calcaires dans les mortiers et les bétons, Ciments, bétons, plâtres et chaux, n 901, février mars 2010, (pp 59 à 66). Muguerra H., Rivas Murias B., Traianidis M., Henrist C., Vertruyen B., Cloots R.; Improvement of the thermoelectric properties of [Bi1.68Ca 2 O 4 ]RS[CoO 2 ]1.69 cobaltite by chimie douce methods; Journal of Solid State Chemistry, 183, 1252 (2010) Pereira F., Koller E., Lucion C., Hiver J M. and Libert Y. ; Integrated and sustainable solutions for the treatment and valorisation of dredging sediments: the SOLINDUS project ; PIANC, Liverpool, mai Rivas Murias B., Muguerra H., Traianidis M., Henrist C., Vertruyen B., Cloots R.; Enhancement of the power factor of (Bi1.68Ca 2 O 4 )RS(CoO 2 )1.69 Ag composites prepared by the spray drying method; Solid State Science, 12, 1490 (2010) Sarrazin M., Petit F.; Equivalence between domain walls and "noncommutative" two sheeted spacetimes : model independent matter swapping between branes; Physical Review D 81, (2010) Smits A., Grégoire Y., Tirlocq J., Lefort V., André S.; Frost resistance of clay masonry unit : indepth experimental study of the european method; Proceedings of the 8 th International Masonry Conference 2010 (CD rom), Dresden (NL), 04 07/07/2010 Traianidis M., Buttol X., Tirlocq J., Lardot V., Cambier F.; Exothermic profile measurements : an easy and rapid tool for the development of refractory castables; Proceedings 12 th European Inter Regional Conference on Ceramics (CD rom), UMons, Mons (BE), 07 09/09/

De la brique à la réparation à chaud: un saut technologique. Osvaldo Di Loreto Directeur Général Groupe «FIBS»

De la brique à la réparation à chaud: un saut technologique. Osvaldo Di Loreto Directeur Général Groupe «FIBS» De la brique à la réparation à chaud: un saut technologique Osvaldo Di Loreto Directeur Général Groupe «FIBS» ACCORD-Wallonie - Journée Guidance 8 novembre 2011 Présentation du Groupe FIBS Création : 1987

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

PRESENTATION GROUPE LHP

PRESENTATION GROUPE LHP PRESENTATION GROUPE LHP 1. PRESENTATION DU GROUPE Micropolluants Technologie : Laboratoire d analyses spécialisé dans la détection de polluants présents à l état de traces et d ultra traces dans les domaines

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

Programme Possibilités de financement d un projet d innovation, par Céline Géradon, pôle GreenWin

Programme Possibilités de financement d un projet d innovation, par Céline Géradon, pôle GreenWin Programme Valorisation des cendres : freins, opportunités, pistes de recherche, par Céline Géradon, pôle GreenWin Retour d expertises sur l analyse de cendres en vue d une valorisation agronomique, par

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS Charte Qualité Gestion Février 2004 Contexte d élaboration de la Charte Pour s inscrire dans un développement durable La préservation des ressources naturelles

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Étudiants àla maîtrise et au doctorat Stagiaires postdoctoraux De septembre 2009 àaoût 2014 Soumettre votre candidature à: Lyne Dupuis

Plus en détail

CELLULE VALORISATION ANALYSES DES MATERIAUX EQUIPEMENT

CELLULE VALORISATION ANALYSES DES MATERIAUX EQUIPEMENT CELLULE VALORISATION ANALYSES DES MATERIAUX EQUIPEMENT Analyses micro-structurales et de surface : Microscope Electronique à Balayage (MEB), Hitachi S3500 Micro-analyse EDS (composition chimique), Kevex

Plus en détail

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Evaluation de la conformité Vous recherchez des solutions à la hauteur de vos exigences Au cœur d un marché mondial, concurrentiel, en évolution de plus en

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge La construction durable : quelle stratégie d innovation d? Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge Le béton est le matériau le plus utilisé sur la planète après l eau et le plus largement disponible Materials

Plus en détail

Séminaire sur la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020

Séminaire sur la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020 Les opportunités 2014/2020 des programmes INTERREG pour les acteurs du Nord Pas de Calais Les 1ères rencontres de la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020 Séminaire sur la Coopération Territoriale

Plus en détail

GUIDE DES MATÉRIAUX USUELS

GUIDE DES MATÉRIAUX USUELS 1 GUIDE DES MATÉRIAUX USUELS Impression 3D Fabrication additive 2015 - FABULOUS 2 3 agence conseil en solutions d impression 3d FABULOUS est un bureau d experts 3D, alliance de la technologie et du conseil

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Pôle de Compétitivité FIBRES CIM-ECO - Développement de compétences en éco-conception

Pôle de Compétitivité FIBRES CIM-ECO - Développement de compétences en éco-conception Pôle de Compétitivité FIBRES CIM-ECO - Développement de compétences en éco-conception Daniel MERINO Chef de Projets Eco-Conception et Développement Durable Coordinateur du programme CIM-ECO 06 67 85 54

Plus en détail

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES Technologie des matériaux TTT 1 Contenu 1 Définition 2 Classification 3 Propriétés 4 Matériaux 5 Fabrication Technologie des matériaux TTT 2 1 Céramiques courantes Briques Marbres

Plus en détail

Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments

Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments Illustration des activités du Centre Scientifique et Technique de la Construction dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments Journée Smart Cities 07 juin 2012 Centre collectif de recherche

Plus en détail

WARE: Cartographie wallonne des compétences en solaire thermique

WARE: Cartographie wallonne des compétences en solaire thermique WARE: Cartographie wallonne des compétences en solaire thermique Philippe ANDRE Délégué «Solaire Thermique» Université de Liège Solaire thermique Deux volets: Concentrated Solar Power («CSP») Correspond

Plus en détail

GIS LiRGeC Institut Ligérien de Recherche en Génie Civil et Construction

GIS LiRGeC Institut Ligérien de Recherche en Génie Civil et Construction GIS LiRGeC Institut Ligérien de Recherche en Génie Civil et Construction CSTB centre de Nantes GeM Institut de recherche en génie civil et mécanique UMR CNRS-Centrale Nantes-Université de Nantes IFSTTAR

Plus en détail

Les différentes étapes de la Technologie PIM

Les différentes étapes de la Technologie PIM Les différentes étapes de la Technologie PIM Arburg Florimonde LEBEL CRITT-MDTS, 28/11/2013 1 Sommaire 1) Elaboration du feedstock 2) Injection 3) Déliantage 4) Frittage 5) Post-traitements 2 Définition

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

Aides publiques et financements en matière d environnement et d énergie

Aides publiques et financements en matière d environnement et d énergie Aides publiques et financements en matière d environnement et d énergie Aides à l investissement et constitution de dossier, CBC Aides au financement, Service développement économique UCM Pause Aides fédérales

Plus en détail

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Juillet 2015 DIRECTION DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE Florence HENNART Plan Spécialisation intelligente en Wallonie : processus et fondements Stratégie

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Les formations en cycle ingénieur

Les formations en cycle ingénieur Les formations en cycle ingénieur Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources

Plus en détail

Environment and Materials Research Association SOMMAIRE

Environment and Materials Research Association SOMMAIRE SOMMAIRE 1 2 ÉDITORIAL EMRA fédère les compétences de six Centres de Recherche en Environnement, Matériaux et Procédés afin de répondre aux grands défis économiques et sociétaux dans une logique de développement

Plus en détail

Valorisation métallurgique des boues d usinage - Projet VALBOM

Valorisation métallurgique des boues d usinage - Projet VALBOM Page 1 Valorisation métallurgique des boues d usinage - Projet Congrès «Ecotechnologies pour le futur» Atelier Le Recyclage en faveur de l éco conception des produits de demain Lille - Jérôme RIBEYRON

Plus en détail

Bilan provisoire sur les Unités d Enseignement

Bilan provisoire sur les Unités d Enseignement Bilan provisoire sur les Unités d Enseignement Avril 2010 Enquête de la Commission Poudres & Matériaux Frittés 1. Tableau récapitulatif des 17 unités d enseignement déjà recensées Ville Etablissement/

Plus en détail

Prestation par heure (1 jour = 7 h 36) Niveau A (administratif ou scientifique) 55,00 Niveau B 35,00 Niveau C/D 23,00 Indemnité par kilomètre 0,35

Prestation par heure (1 jour = 7 h 36) Niveau A (administratif ou scientifique) 55,00 Niveau B 35,00 Niveau C/D 23,00 Indemnité par kilomètre 0,35 Tarif 2014 Prestations du personnel de l IRPA Prestation par heure (1 jour = 7 h 36) Niveau A (administratif ou scientifique) 55,00 Niveau B 35,00 Niveau C/D 23,00 Indemnité par kilomètre 0,35 Département

Plus en détail

ICOS BELGIUM CONSORTIUM STUDY DAY

ICOS BELGIUM CONSORTIUM STUDY DAY ICOS BELGIUM CONSORTIUM STUDY DAY 22 avril 2015 Bergmans, Beaumont, Lenartz. ISSEP : CORE BUSINESS ENVIRONMENTAL MONITORING RISK EVALUATION RESEARCH & TECHNOLOGY 2 ISSEP : ENVIRONMENTAL MONITORING ENVIRONMENTAL

Plus en détail

Les Vice-Présidents, Le Ministre de l Economie et de l Enseignement supérieur, Le Ministre de la Recherche et du Développement durable,

Les Vice-Présidents, Le Ministre de l Economie et de l Enseignement supérieur, Le Ministre de la Recherche et du Développement durable, Les Vice-Présidents, Le Ministre de l Economie et de l Enseignement supérieur, Le Ministre de la Recherche et du Développement durable, La Reverse metallurgy ou l'innovation technologique au cœur du recyclage

Plus en détail

Le pôle GreenWin. 30 janvier 2014 Polygone de l eau

Le pôle GreenWin. 30 janvier 2014 Polygone de l eau Le pôle GreenWin 30 janvier 2014 Polygone de l eau Agenda I. GreenWin en quelques lignes et quelques chiffres II. Mission du pôle III. IV. Les axes stratégiques et les thématiques du pôle Projets labellisés

Plus en détail

ceradry La maîtrise du séchage

ceradry La maîtrise du séchage ceradry La maîtrise du séchage L assurance d un procédé maîtrisé dans sa globalité Caractérisation Simulation Optimisation Conception Réalisation SAV Formation Des ressources humaines Solène LE BRAS Pascal

Plus en détail

«SERVICES D INGENIERIE»

«SERVICES D INGENIERIE» PUNCH POWERGLIDE STRASBOURG 45 années d expériences Le pôle R & D de PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement,

Plus en détail

Offre de services 2014 Producteurs de fibres et renforts

Offre de services 2014 Producteurs de fibres et renforts Plateforme de développement des agromatériaux fibres végétales Offre de services 2014 Producteurs de fibres et renforts Connaître le potentiel matériau Adapter sa production aux besoins de l industrie

Plus en détail

Action de Formation à la Carte Année 2011

Action de Formation à la Carte Année 2011 CENTRE INTERNATIONAL DES TECHNOLOGIES DE L ENVIRONNEMENT DE TUNIS Direction de la Formation et du Renforcement des Capacités Action de Formation à la Carte Année 2011 CITET,Boulevard de Leader Yasser Arafat,

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation La passion de l'excellence Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation Comités et séminaires RTI Phase : Initiation - Détection 1 Projets Objectif Faciliter les échanges entre les membres de NAE

Plus en détail

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Julien ADAM, Chargé de Mission Maitrise de l énergie - j.adam@atee.fr 1 Maitrise de l énergie dans l

Plus en détail

Ministère de l Equipement & de l Environnement. Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis. Présentation du CITET

Ministère de l Equipement & de l Environnement. Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis. Présentation du CITET Ministère de l Equipement & de l Environnement Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis Création du CITET : Présentation du CITET Le CITET est une institution publique placée sous

Plus en détail

Matières d experts SECTEUR NORD. Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes...

Matières d experts SECTEUR NORD. Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes... Matières d experts SECTEUR NORD Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes... 1 MATIÈRE DURABLE, MATIÈRE D AVENIR Performant par son aspect économique et sa disponibilité locale,

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques.

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Parole d experts Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Panel d experts autour de Prof. Eric PIRARD, ULg - GeMMe Avec le soutien de : Les déchets

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Don t let the market leave without you Our know-how makes your success Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Mardi 27 Mai 2014 - Namur

Plus en détail

RECYNAM Lives-sur-Meuse 26/09/2014 Projet de guide de bonnes pratiques sur les granulats recyclés

RECYNAM Lives-sur-Meuse 26/09/2014 Projet de guide de bonnes pratiques sur les granulats recyclés RECYNAM Lives-sur-Meuse 26/09/2014 Projet de guide de bonnes pratiques sur les granulats recyclés 1. ORIGINE DU GUIDE ET PROCESSUS DE REDACTION 2. CADRE REGLEMENTAIRE Législation en Wallonie Régime normatif

Plus en détail

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage LES INSTALLATIONS FIXES pierres naturelles sables et graviers recyclage Les installations fixes une ingénierie «Made in Autriche» Franz Wageneder ne pouvait pas imaginer en 1950, lorsqu il construisit

Plus en détail

CEMENT AND MINING TECHNOLOGY GMBH. Nos clients sont notre succès!

CEMENT AND MINING TECHNOLOGY GMBH. Nos clients sont notre succès! CEMENT AND MINING TECHNOLOGY GMBH > Nos clients sont notre succès! NOUS DONNONS LE MEILLEUR DE NOUS-MEME POUR VOTRE REUSSITE Ici, on pourrait affirmer maintes choses concernant d incroyables prestations

Plus en détail

ATG 12/2885. Agrément Technique ATG avec Certification. Valable du 28/06/2012 au 31/08/2013. 1 Objectif et portée de l agrément technique 2 OBJET

ATG 12/2885. Agrément Technique ATG avec Certification. Valable du 28/06/2012 au 31/08/2013. 1 Objectif et portée de l agrément technique 2 OBJET Agrément Technique ATG avec Certification Opérateur d agrément et de certification Post-isolation de murs creux avec le polyuréthane NESTAAN V648 ATG 12/2885 Titulaire d agrément Nestaan Holland BV Slabbecoornweg

Plus en détail

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Sylvain Martel Directeur des approvisionnements en bois Qui sommes

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

ecteur de l amique de

ecteur de l amique de ention de la ollution dan Prévention de la pollution dans le secteur de la céramique de construction ecteur de l amique de Le Centre d activités régionales pour la production propre (CAR/PP) du Plan d

Plus en détail

Notre expérience à votre service depuis 1880

Notre expérience à votre service depuis 1880 Notre expérience à votre service depuis 1880 bollini, bâtisseur depuis 1880 présentation de l entreprise Fondée par Marc Bollini en 1880, l entreprise de construction Bollini est active tant dans le secteur

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Sujets de la présentation

Sujets de la présentation INNOSQUARE Platform Presentation 12.06.15 Pascal Bovet 1 Sujets de la présentation 1. Projet PICC à bluefactory 2. Interactions actuelles et futures 3. Organisation et infrastructures 4. Soutien de la

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE. Mécatronique Mécanique UTC 2022

UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE. Mécatronique Mécanique UTC 2022 UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Mécatronique Mécanique UTC 2022 Mécatronique UTC 2022 2 Méthode de travail Groupe de travail: Christine Prelle, Didier Lemoine, M Bricogne, F. Lamarque, Guy Friedrich

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1560 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1560 rév. 2 Convention N 150 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1560 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur

Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur Pierre-François BAREEL Dr. Ir. Civil des Mines 23 Avril 2015 Introduction RUDOLOGIE [RydɔlɔƷi] : n.f. 1985

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

Eau, environnement, aménagement

Eau, environnement, aménagement Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources et de gérer les problèmes environnementaux

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

SOLIDIFICATION GENERALITES

SOLIDIFICATION GENERALITES Cours Matériaux 2005 SOLIDIFICATION GENERALITES Jean-Marc HAUDIN CEMEF PLAN 1. INTRODUCTION 2. LES MATERIAUX DE DEPART 3. DESCRIPTION DE PROCEDES TYPES 4. PROBLEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE. La durabilité au service de la créativité

SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE. La durabilité au service de la créativité SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE La durabilité au service de la créativité Lafarge, leader mondial des matériaux et solutions constructives, développe et propose un nouveau produit de bardage avec son Béton

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux 15/01/20 13 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be Post-isolation des murs creux Introduction et diagnostique préalable CCB-C 15/01/2013 Avec le support de la guidance technologique

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Normes et marquage CE

Normes et marquage CE Nathalie Maraval Délégation Afnor Midi-Pyrénées Normes et marquage CE CCI du Lot - 17 Le Groupe AFNOR : Un groupe de services pour développer et valoriser vos performances Opérateur central du système

Plus en détail

Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France

Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France By Philippe BUCHET Philippe.buchet@gazdefrance.com RESEARCH AND DEVELOPMENT DIVISION AFG congrès- septembre

Plus en détail

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques Descriptif du Parcours Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques 12/03/2014 Sommaire Sommaire... p. 2 Présentation... p. 3 Contact

Plus en détail

LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES. Jonathan DECOTTIGNIES

LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES. Jonathan DECOTTIGNIES LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Jonathan DECOTTIGNIES Le Cercle National du Recyclage La nature association loi 1901 née en juin 1995 Paul DEFFONTAINE (Vice

Plus en détail

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière

Interreg V France Suisse. Un programme de coopération transfrontalière Interreg V France Suisse Un programme de coopération transfrontalière 1 Interreg France Suisse, un des programmes européens de coopération transfrontalière impliquant la Suisse 2 Territoire INTERREG France-Suisse

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Danielle Sarlet Secrétaire générale f.f.

Danielle Sarlet Secrétaire générale f.f. Le Plan de développement durable (PDD) du Service public de Wallonie (SPW), approuvé par le Comité stratégique fin 2011, représente l implication concrète de l administration face aux nombreux défis actuels

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 4a:

Plus en détail

Association Suisse de Déconstruction, Triage et Recyclage Règlement d assurance-qualité de l ASR

Association Suisse de Déconstruction, Triage et Recyclage Règlement d assurance-qualité de l ASR Association Suisse de Déconstruction, Triage et Recyclage Règlement d assurance-qualité de l ASR pour les granulats et graves recyclés Edition du 29 mars 2012 Impressum Editeur Association Suisse de Déconstruction,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation > Les nuances de carbure à grain ultra-fin se caractérisent par une dureté très élevée et une excellente résistance à l usure. Elles sont utilisées à la fabrication d outils de fraisage et de forets pour

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013 La ges durable des risques de l amiante Charleroi - Juin 2013 Contexte: l amiante en Belgique Minéral fibreux Propriétés: ininflammable et résistant à la chaleur chimiquement inerte (acides/bases) inusable

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse Dossier de presse Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : 05 45 05 22 52 - abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82 50 / Fax 05 45 65 82 55 / Numéro vert : 0

Plus en détail

Manuel Qualité des Fournisseurs de Salzgitter Mannesmann Précision Etirage

Manuel Qualité des Fournisseurs de Salzgitter Mannesmann Précision Etirage Manuel Qualité des Fournisseurs de Salzgitter Mannesmann Précision Etirage Manuel Qualité Rédacteur des Fournisseurs : C. Chevrel de Salzgitter Mannesmann Date : 21/02/2011 Précision Etirage Page Page

Plus en détail

Halle BRGM de traitement des matières premières minérales et des déchets

Halle BRGM de traitement des matières premières minérales et des déchets Halle BRGM de traitement des matières premières minérales et des déchets PLATEFORME BRGM Un espace de 2000 m 2 Une plateforme d innovation technologique de R&D pour le traitement des matières premières

Plus en détail

Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national périodique D : habilitation d une nouvelle formation

Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national périodique D : habilitation d une nouvelle formation Avis n 2010/07-01 relatif à l habilitation de l Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance

Plus en détail

3D Printing un aperçu Process Matériaux Chances - Limites i-net Technology Workshop 3D Printing à Delémont

3D Printing un aperçu Process Matériaux Chances - Limites i-net Technology Workshop 3D Printing à Delémont 3D Printing un aperçu Process Matériaux Chances - Limites i-net Technology Workshop 3D Printing à Delémont Ralf Schumacher Head group for Medical Additive Manufacturing www.fhnw.ch/ima ralf.schumacher@fhnw.ch

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES CONGRÈS MATÉRIAUX 2014 Colloque 6 «Corrosion, vieillissement, durabilité, endommagement» LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES Une méthode non destructive pour contrôler le vieillissement et l endommagement

Plus en détail