Pathologie hémorroïdaire.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologie hémorroïdaire."

Transcription

1 + Pathologie hémorroïdaire. Sophie Ribière, IHP, DES Hépato-gastro. 13 janvier 2012

2 + Anatomie n Anus = marge anale + canal anal n Hémorroïdes = formations vasculaires physiologiques, provenant principalement de l artère rectale supérieure. n Ligne pectinée Classiquement 3 paquets hémorroïdaires : latéral gauche, antéro-droit et postéro-droit. Variantes anatomiques fréquentes. Rôle dans la continence fine? Anatomie du réseau hémorroïdaire Hépato-gasto-entérologie, JD Zeitoun at al. VG

3 + Physiopathologie n Pathologie hémorroïdaire : à partir du moment où les hémorroïdes deviennent symptomatiques. n 2 théories : mécanique et vasculaire : n Altération du tissu conjonctif qui ancre les hémorroïdes au sphincter interne. n Hypervascularisation artérielle et/ou altération du retour veineux? n Facteurs favorisants : v Troubles du transit, constipation ++ v Grossesse v Augmentation P abdominale (tumeur pelvienne, ascite) v Niveau socio-économique élevé

4 + Epidémiologie n 1ère cause de consultation en proctologie. n Épidémiologie mal documentée; maladie souvent méconnue, sous-déclarée car socialement taboue. n Pic de fréquence entre 45 et 65 ans. n Hommes et femmes grossièrement également concernés.

5 + Diagnostic clinique 1. Interrogatoire ² Age, ATCD notamment gynéco-obstétricaux chez la femme, prises médicamenteuses (TAC, AAP), profil du transit intestinal. ² Symptômes précis, gêne réelle ² Ancienneté de la maladie ² Traitements essayés 2. Examen physique 3 temps : inspection et palpation de la marge anale, toucher anorectal et anuscopie. Proktos.com Position genu pectorale

6 + Thrombose hémorroïdaire externe n Seule complication des hémorroïdes externes. n SF : Douleur anale aigue, non rythmée par la défécation, non insomniante. n Inspection : tuméfaction bleutée n TR : éliminer un abcès intra-canalaire n PEC : antalgiques (paracétamol), AINS PO, topiques contenant des corticoïdes (proctolog crème),et régularisation du transit. n Incision ou excision du thrombus peuvent être proposées d emblée ou en l absence d efficacité du traitement medical à 24-48h : 1. anesthésie locale xylocaïne sous et autour du caillot 2. incision puis excision des berges 3. extraction du caillot 4. nettoyage de la cavité à la curette.

7 + n Evolutions possibles : Ø Guérison et restitution ad integrum de l aspect de la marge anale. Ø Évacuation spontanée d un ou deux caillots à l origine d un saignement peu abondant puis cicatrisation. Ø Formation d une marisque séquellaire. n Informer les patients des modes évolutifs possibles. n Dans tous les cas, et même en l absence de traitement, la douleur cède en quelques jours. n Si THE à répétition : discussion du traitement chirurgical; hémorroïdectomie classique pédiculaire selon Milligan et Morgan.

8 + Quelques photos Thrombose hémorroïdaire externe gastroenterologiadomicol

9 + Quelques photos marisques gastroenterologiadomicol

10 + Pathologie hemorroïdaire interne 1. Saignements : émissions indolores de sang rouge vif, survenant après la défécation éclaboussant la cuvette. n!! Rechercher une autre étiologie si : ü Saignements en dehors des selles ü Âge supérieur à ans ü Anémie par carence martiale ü AEG ü Douleurs abdominales diarrhée Il peut s agir d une MICI, d un cancer colorectal

11 + 2. Prolapsus Prolapsus : extériorisation de la muqueuse du canal anal recouvrant le tissu hémorroïdaire, contemporaine des efforts de poussée lors de la défécation le plus souvent. n Classification de Goligher I Hémorroïdes internes congestives sans prolapsus II Prolapsus spontanément réductible III Prolapsus manuellement réductible IV Prolapsus permanent et irréductible

12 + Goligher Hémorroïdes grade I Prolapsus hémorroïdaire de grade IV

13 + Symptomes et manifestations plus rares : n Pertes de mucus : muqueuse glandulaire au contact avec le milieu extérieur (en raison du prolapsus) irritée. n Douleurs : thrombose? pathologie associée? n Thrombose hémorroidaire interne : soit non prolabée (TR : nodule ferme), soit prolabée (diagnostic évident à l inspection). n Prurit anal

14 + Quelques diagnostics différentiels de la pathologie hémorroïdaire à évoquer de principe : n THE n Prolapsus hémorroïdaire n Rectorragies n Marisque n Abcès de la marge n Prolapsus rectal n Tumeur du rectum n Condylome Prolapsus rectal

15 + PEC de la pathologie hémorroïdaire interne n 4 attitudes se discutent : 1. L abstention thérapeutique 2. Les RHD +/- traitement médical 3. Traitements instrumentaux 4. Traitement chirurgical n Dépend de la gêne fonctionnelle et du grade de la pathologie. n En l absence de plainte fonctionnelle majeure : abstention thérapeutique.

16 Zeitoun JD, Lehur PA, Atienza P Hépato-gasto Algorithme de stratégie thérapeutique de la pathologie hémorroïdaire

17 + RHD & traitement médical n Aucune des nombreuses RHD proposées n a fait ses preuves. n Augmentation de l apport en fibres et éviction des efforts excessifs de poussée lors de la défécation peuvent limiter les symptômes. n Régularisation du transit avec laxatifs ou ralentisseurs. n Topiques (pommade, crème, suppositoire), principes actifs variables : anesthésiques, corticoïdes, antiseptiques Pas d usage au long cours. n Veinotoniques, effet bénéfique suggéré par une métaanalyse récente

18 + Traitements instrumentaux : n Sclérose n Photocoagulation infrarouge n Ligature élastique Ø Objectif : induire une fibrose cicatricielle supposée rétracter et fixer la muqueuse anale prolabée au plan musculaire sous-jacent. Ø Plusieurs paquets hémoroïdaires peuvent être traités à chaque séance. Ø Séances peuvent être renouvelées à 4 semaines d intervalle. Réalisation d une injection de produit sclérosant au sommet d un paquet hémorroïdaire au cours d une anoscopie. snfge

19 + Ligature élastique Deux ligatures ont été réalisées au sommet de paquets hémorroïdaires procidents lors d'une anuscopie. Appareil de ligature élastique permettant de positionner un anneau élastique (noir) à la base de la muqueuse aspirée dans le cylindre de l'appareil. Snfge.org

20 + Comparaison des principaux traitements instrumentaux : v Sclérose v Photocoagulation Infra rouge v Ligature élastique n Injection sousmuqueuse d un produit sclérosant à la base du paquet hémorroidaire n HI grade I-II n Application d une lampe à halogène délivrant des rayons IR sur la base du paquet. n HI grade I-II n Application d un anneau élastique à la base du paquet hémorroidaire à l aide d un dispositif spécifique habituellement à aspiration. n HI grade I-II-III

21 + Traitements instrumentaux : n Contre-indications : - maladie proctologique associée (fissure, fistule, tumeur) - ID ou cardiopathie valvulaire (CI relative) - traitement anticoagulant ou AAP (CI relative) - MICI n Complications : douleur post procédure, THE/prolapsus thrombosé, hémorragie souvent retardée par chute d escarre (J5 à J20), + fréquente après ligature, sepsis pelvien (très rare)

22 + Traitements chirurgicaux n 3 techniques chirurgicales : 1. L hémorroïdectomie tripédiculaire, classique, de référence, les plaies sont laissées ouvertes selon la technique décrite par Milligan et Morgan. Aux USA, les plaies sont généralement fermées (technique décrite par J Ferguson) 2. L hémorroïdopexie ou technique de Longo. 3. La ligature sous contrôle doppler des artères hémorroïdales.

23 + Hémorroïdectomie n Indications spécifiques : v HI grade IV v Marisques hypertrophiques v Pathologie hémorroïdaire associée à une autre pathologie proctologique : fissure, condylome n Exérèse des 3 paquets hémorroïdaires principaux avec ligature haute de leur pédicule vasculaire. n Suites postopératoires plus lourdes et souvent douloureuses.

24 + L hémorroïdectomie selon la technique de Milligan et Morgan. Triangle d exposition Aspect des plaies en fin d intervention Zeitoun JD, Lehur PA, Atienza P Hépato-gasto 2011

25 + 2) Hémorroïdopexie ou technique de Longo n Concept : repositionner les paquets hémorroïdaires dans le canal anal à l aide d un dispositif spécial et en même temps interrompre partiellement la vascularisation. ² Très bons résultats en terme de douleurs post op et de reprise précoce de l activité. ² Technique difficile ² Complications rares mais graves : douleurs anales chroniques, urgences fécales, fistule rectovaginale,

26 + Hémorroïdopexie vs hémorroïdectomie n Taux de complications postopératoires similaire. n Hémorroïdopexie associée à : Ø Durée opératoire plus courte Ø Suites moins douloureuses Ø Hospitalisation plus courte Ø Reprise plus précoce du travail et de l activité normale n Hémorroidectomie : Ø Efficacité à long terme supérieure, moins de réinterventions Ø Seule possibilité pour les prolapsus de grade IV

27 + 3) Ligature sous contrôle doppler des artères hémorroïdales n Concept : ligature des artères cheminant dans la paroi du bas rectum en direction des HI après repérage à l aide d un rectoscope dédié muni d un transducteur doppler. Technique : Sous anesthésie locale, péridurale,ou générale. Dilatation du canal anal, et insertion du transducteur environ 2 cm au dessus de la ligne pectinée. Localisation des branches de l art rectale et sutures.

28 + Suivi précoce et à 3 ans de 100 patients consécutifs traités par ligature doppler. n Technique facile à pratiquer et à maitriser : 3 à 5 procédures requises n Moins invasif, moins de douleurs postop n Temps opératoire moyen de 28 minutes. n 79 patients sortis le jour même de l hopital, les patients sortis à J1 ou J2 : raisons sociales ou procédure associée à la ligature doppler. n 6 patients ayant présenté complications précoces ou tardives : douleur anale, thrombose et fissure. n Est indiqué à tous les stades de Goligher (discuté ++) n 12 % de récidive à un délai moyen de 12,6 mois (taux de succès de 78 à 97 % dans la littérature) mais les patients peuvent alors etre traités par hémorroidectomie, hémorroidopexie ou nouvelle tentative de ligature doppler. n Mais période de suivi relativement courte et essai non randomisé. Faucheron at al, 2008

29 + Plusieurs études sur la ligature sous contrôle doppler : Faucheron at al, 2008

30 + n 170 patients opérés de ligature doppler +/- mucopexie n Évaluation post op : à 1 semaine,1 et 3 mois puis à 1 an. n 2 patients (1,2%) : saignements post-opératoires nécessitant hémostase chirurgicale. n 4 patients (2,3%) : thrombose hémorroïdaire n 18 patients (10,5%) : Prolapsus hémorroïdaire modéré n Contrôle post-op des saignements : 159 patients (93,5%) n Contrôle du prolapsus : 152 patients (89,5%) n Récurrence de la maladie hémorroïdaire avec 2ème chirurgie : 7 patients (4,1%) n Conclusion : option thérapeutique peu invasive et efficace. Necessité d études comparatives avec les autres procédures. Il reste à définir les indications adéquates. Ratto et al, 2010, Diseases of the colon and rectum.

31 + En résumé : n La pathologie hémorroïdaire est la 1ère cause de consultation en proctologie. n Physiopathologie complexe: facteur mécanique et vasculaire. n Les hémorroïdes externes se compliquent sous la forme de thromboses qui sont à l origine de douleurs anales aigues non rythmées par les selles. n Les manifestations cliniques les plus fréquentes des hémorroides internes sont le prolapsus et les saignements. n Diagnostic est purement clinique, seul examen à discuter : la coloscopie, en cas de rectorragies après 40 ou 45 ans afin d éliminer une lésion colorectale.

32 + n La stratégie de la PEC d une maladie hémorroïdaire est guidée par les constatations cliniques et par la gêne exprimée par le patient. n En cas de prolapsus de grade I-III si RHD et le traitement médical sont inefficaces, on peut proposer traitements instrumentaux. n L hémorroïdectomie reste la technique de référence mais l hémorroïdopexie est une alternative valable moins douloureuse en dépit de récidives plus fréquentes à long terme. n La ligature-doppler des artères hémorroïdales est prometteuse et doit trouver sa place dans l arsenal thérapeutique.

33 + Références : n Stratégie de prise en charge de la pathologie hémorroïdaire, J-D Zeitoun et V Parades, Presse médicale Octobre n Pathologie hémorroïdaire, ou en sommes nous en 2011?, JD Zeitoun, PA Lehur, P Atienza, V de Parades, Hépato-gastro et oncologie digestive, mars-avril n L hémorroïdectomie selon la technique de Milligan et Morgan, V de Parades, C Parisot, P Atienza. n Evaluation of transanal hemorrhoidal dearterialization as a minimally invasive therapeutic approach to hemorrhoids. Ratto et AL n Prospective randomised multicentre trial comparing the clinical efficacy, safety and patient acceptability of circular stapled anopexy with closed diathermy haemorroidectomy,g Brisinda, S Vanella, P Mazzeo et al. GUT 2010 Remerciements : Jean-David Zeitoun.

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

La maladie hémorroïdaire (273a) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La maladie hémorroïdaire (273a) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La maladie hémorroïdaire (273a) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Séméiologie chirurgicale DCEM1 Anatomie du canal anal Résumé : La maladie hémorroïdaire, très

Plus en détail

Conseil de pratique. Traitements de la maladie hémorroïdaire. Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero

Conseil de pratique. Traitements de la maladie hémorroïdaire. Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero Traitements de la maladie hémorroïdaire Rédacteurs : Laurent Siproudhis & Thierry Higuero Date de production : janvier 2013 Relecteurs : conseil d administration de la SNFCP au 10 mars 2013. Références

Plus en détail

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes 1 Traitement chirurgical des Hémorroïdes Les hémorroïdes Définition: les hémorroïdes sont des réservoirs vasculaires (ou plexus), existant à létat l état normal. Ces coussinets sont utiles, car ils participent

Plus en détail

Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie

Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie FMC Val de Creuse - Argenton-sur-Creuse- Mercredi 13 février 2013- Dr Pierre MOREAU LES HÉMORROÏDES

Plus en détail

Item 273 Pathologie hémorroïdaire

Item 273 Pathologie hémorroïdaire P I CDU_Chap27.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:03 17 Item 273 Pathologie hémorroïdaire 27 I. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET FACTEURS DE RISQUE II. EXPRESSION SYMPTOMATIQUE III. EXAMEN CLINIQUE IV. EXPLORATIONS

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

Item 273 : Pathologie hémorroïdaire

Item 273 : Pathologie hémorroïdaire Item 273 : Pathologie hémorroïdaire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Données épidémiologiques et facteurs de risque... 1 1. 1 Épidémiologie et filières de

Plus en détail

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 La proctologie en pratique quotidienne M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 Matériel de proctologie Les oreilles, les yeux et les doigts Source de lumière froide Anuscopes, proctoscope,

Plus en détail

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter TROUBLES HEMORROIDAIRES comprendre, détecter et traiter 1 COMPRENDRE QU APPELLE-T-ON HEMORROIDES? Les hémorroïdes sont des structures normales, présentes chez chacun d entre nous, au niveau de l'anus.

Plus en détail

Les Hémorroïdes. Introduction. Rappel anatomique. Définition

Les Hémorroïdes. Introduction. Rappel anatomique. Définition S.BENKHALED Bien qu'elle soit courante, la pathologie hémorroïdaire reste souvent mal prise en charge. Les patients peuvent éprouver une certaine anxiété avant de subir un toucher rectal ou s'ils ont besoin

Plus en détail

mise au point La pathologie hémorroïdaire est sans LA PATHOLOGIE HÉMORROÏDAIRE www.quotimed.com SOMMAIRE Anatomie et physiopathologie Page 2

mise au point La pathologie hémorroïdaire est sans LA PATHOLOGIE HÉMORROÏDAIRE www.quotimed.com SOMMAIRE Anatomie et physiopathologie Page 2 www.quotimed.com PAGES SPÉCIALES N 8855 LUNDI 15 NOVEMBRE 2010 SOMMAIRE Anatomie et physiopathologie Page 2 mise au point Quand parle-t-on de pathologie hémorroïdaire? Page 3 La thrombose pour les hémorroïdes

Plus en détail

Fissures anales. Définition et épidémiologie. Causes, facteurs favorisant. Signes et symptômes. Diagnostic.

Fissures anales. Définition et épidémiologie. Causes, facteurs favorisant. Signes et symptômes. Diagnostic. Fissures anales. Définition et épidémiologie. «Ulcération allongée et superficielle généralement très douloureuse siégeant dans les plis radiés de l anus.» 1 La fissure survient le plus souvent chez les

Plus en détail

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville HEMORROÏDES J'ai des Hémorroïdes douloureuses Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville 1 De quoi s agit-il? C est une affection connue depuis la plus haute antiquité. Les

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

Hémorroïdes. Anatomie (Fig. 1) Introduction. A. Senéjoux

Hémorroïdes. Anatomie (Fig. 1) Introduction. A. Senéjoux Hémorroïdes A. Senéjoux La maladie hémorroïdaire est une affection fréquente même si son épidémiologie et sa physiopathologie ne sont pas parfaitement connues. Les principaux facteurs de risque clairement

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

Digestive. Patho Chir

Digestive. Patho Chir Digestive Patho Chir gastroscopie colonoscopie Abdomen à blanc normal Pas bon Bon Abdomen couplé a un thorax air sous coupoles signe d une perforation Abdomen à blanc couché Abdomen à blanc sur le coté

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une hémorroïdectomie par l équipe chirurgicale des docteurs

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er décembre 2010 TRONOTHANE 1% gel pour application locale Boîte de 10 tubes de 30g, CIP : 553 563-9 Laboratoires LISAPHARM Chlorhydrate de pramocaïne Propylène glycol

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

PROCTOLOGIE PRATIQUE. Dr Elkhayati Youssef CHR Tetouan 26/11/2015

PROCTOLOGIE PRATIQUE. Dr Elkhayati Youssef CHR Tetouan 26/11/2015 PROCTOLOGIE PRATIQUE Dr Elkhayati Youssef CHR Tetouan 26/11/2015 CAT et Actualités Pathologie hémorroïdaire Fissure anale Fistule anale et Suppuration aigue Pathologie Hémorroïdaire Introduction La maladie

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

HOSPITALISATION AMBULATOIRE

HOSPITALISATION AMBULATOIRE Institut de proctologie Léopold Bellan Pôle spécialités chirurgicales iplb@hpsj.fr Institut de Proctologie Léopold Bellan Docteur Vincent de PARADES Chef de Service Docteur Nicolas LEMARCHAND Docteur Paul

Plus en détail

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations 25-050-B-40 Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations N. Lemarchand, K. Fellous En proctologie, les motifs de consultation en urgence sont dominés par la douleur. Celle-ci est essentiellement

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

Recommandations pour la Pratique Clinique sur le traitement de la maladie hémorroïdaire

Recommandations pour la Pratique Clinique sur le traitement de la maladie hémorroïdaire Masson, Paris, 2001. Gastroenterol Clin Biol 2001;25:674-702 Recommandations pour la Pratique Clinique sur le traitement de la maladie hémorroïdaire Coordonnateur : Laurent ABRAMOWITZ Coordonnateur du

Plus en détail

49 e CONGRES DE L A.M.U.B.

49 e CONGRES DE L A.M.U.B. 49 e CONGRES DE L A.M.U.B. Dr. J-F NYST Gastro-entérologue Clinique E. Cavell C.H.I.R.E.C. Digestive Disease Center Session GESTES TECHNIQUES Modérateurs : Drs A. FIRKET, J-M THOMAS. Vendredi 11 septembre

Plus en détail

Fissures anales. thierryhiguero@yahoo.fr

Fissures anales. thierryhiguero@yahoo.fr 2 DOI : 10.4267/2042/47398 Fissures anales Thierry Higuero (Beausoleil), Anne-Laure Tarrerias (Paris) thierryhiguero@yahoo.fr Introduction PROCTOLOGIE La fissure anale est le deuxième motif de consultation

Plus en détail

I - ANATOMIE DU CANAL ANAL (FIGURE N

I - ANATOMIE DU CANAL ANAL (FIGURE N chirurgie Dr Fehmi Hamila Pr Rached Letaief Service de chirurgie générale et digestive, CHU Farhat Hached, Sousse (Tunisie) Conférence présentée aux journées de médecine d urgence du centre, Sousse, 11

Plus en détail

Le traitement chirurgical des hémorroïdes

Le traitement chirurgical des hémorroïdes Le traitement chirurgical des hémorroïdes Dans le service, repose sur deux techniques : essentiellement sur l hémorroïdectomie dite de Bellan qui consiste à associer à la technique de Milligan-Morgan,

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES

UNIVERSITE DE NANTES UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2014 N 147 T H E S E pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES de CHIRURGIE par Anne-Sophie DIDNEE née le 4 juillet 1984 à Brive-la-gaillarde Présentée

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXIII publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Pour le médecin, la constipation se définit

Pour le médecin, la constipation se définit Cas clinique La constipation : Comment s y prendre pour mieux la traiter? Mickael Bouin, MD, Ph.D. Le cas de Josette Josette, âgée de 50 ans, sans antécédents, vous consulte pour une constipation qui dure

Plus en détail

HEMORROIDES. F. BRION Médication officinale - Octobre 2006

HEMORROIDES. F. BRION Médication officinale - Octobre 2006 HEMORROIDES F. BRION Médication officinale - Octobre 2006 PHYSIOPATHOLOGIE Les hémorroïdes : physio. est-ce ou logique? patho. ANATOMIE ET PHYSIOPATHOLOGIE DU RECTUM PREVALENCE / INCIDENCE P = nombre de

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau.

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. A) La machine La machine utilisée pour cette étude est celle du Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Elle nous a été fournie par

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Thrombectomie veineuse avec stent

Thrombectomie veineuse avec stent Prise en charge des TVP fémoro-iliaques Thrombectomie veineuse avec stent O HARTUNG Sce de Chirurgie Vasculaire, CHU Nord, Marseille Complications des TVP Aigue Extension Embolie pulmonaire Récidive Syndrome

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

LES URGENCES PROCTOLOGIQUES. DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin

LES URGENCES PROCTOLOGIQUES. DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin LES URGENCES PROCTOLOGIQUES DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin PLAN: 1/ gangrène de Fournier 2/ corps étrangers 3/ rectorragies I/ LA GANGRÈNE DE FOURNIER Définitions: fasciite nécrosante:

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

1 Généralités et rappels

1 Généralités et rappels 1 Généralités et rappels Généralités Hémorragies digestive = saignement d une lésion située sur le tractus digestif Œsophage Estomac Intestin Grêle Duodénum Jéjunum Iléon Colon Rectum Anus Définitions

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Marc Papillon ASRCC 2012 Différents troubles de la statique rectale : - Prolapsus extériorisé du rectum - Prolapsus rectal

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Proctologie en gynécologie obstétrique

Proctologie en gynécologie obstétrique Proctologie en gynécologie obstétrique Professeur Roland COPÉ Chapitre 1 Physiopathologie et étiopathogénie de la maladie hémorroïdaire Résumé L hémorroïde anatomique doit être définie comme une formation

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte

Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte Groupe de veille documentaire Nambotin P, Boussageon R, Jamet S, Mas Jl, Oriol JM, Senez B FORGENI 18 sept 2008 «Recommandations pour

Plus en détail

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA INVAGINATION Intestinale aiguë Dr Aaron VUNDA 1 Invagination DEFINITION: L invagination intestinale survient lorsqu un segment intestinal et son mésentère pénètrent dans l intestin d aval et s y incarcèrent

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du canal anal Physiologie de la défécation Sémiologie chirurgicale DCEM 1 Résumé : La fissure

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY Proctologie en images Agnès Senéjoux (Paris) Alain Claudy (Lyon) 17 et 18 mars 2007 FMC HGE Lyon FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 «Anal intraepithelial

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

La ligature élastique des hémorroïdes internes Thèse N 043/08- Faculté de médecine et de pharmacie de Fès SOMMAIRE

La ligature élastique des hémorroïdes internes Thèse N 043/08- Faculté de médecine et de pharmacie de Fès SOMMAIRE SOMMAIRE Douhi Zakia Service d Hépato-gastroentérologie- CHU Hassan II- Fès Page 1 INTRODUCTION..1 RAPPELS ANATOMIQUE 3 I- Anatomie de la région anale...4 1-Définition...4 2-Morphologie..4 3-Moyens de

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique : la constipation chronique de l adulte

Recommandations pour la pratique clinique : la constipation chronique de l adulte Recommandations pour la pratique clinique : la constipation chronique de l adulte Michel DAPOIGNY Clermont-Ferrand Thierry PICHE Nice RPC Constipation chronique de l adulte Promoteur SNFGE Co-Promoteurs

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

Chirurgie des Varices par LASER ENDOVEINEUX versus STRIPPING CONVENTIONEL. Pierre SARRADON. Polyclinique Les Fleurs Clinique Saint-Jean Toulon FRANCE

Chirurgie des Varices par LASER ENDOVEINEUX versus STRIPPING CONVENTIONEL. Pierre SARRADON. Polyclinique Les Fleurs Clinique Saint-Jean Toulon FRANCE Chirurgie des Varices par LASER ENDOVEINEUX versus STRIPPING CONVENTIONEL Polyclinique Les Fleurs Clinique Saint-Jean Toulon FRANCE Insuffisance veineuse - Varices Forte prévalence répercussion sociale

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

L insuffisance Veineuse et les Varices

L insuffisance Veineuse et les Varices L insuffisance Veineuse et les Varices Jean-Pierre Laroche CHU de Montpellier 3 ème Partie CH Traitement : pourquoi? 1. Éviter les complications cutanés des varices 2. Éviter troubles trophiques 3. Éviter

Plus en détail

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Suppura&ons et fistules ano- rectales XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Introduc&on! abcès ano- rectaux et fistules anales: deux phases successives d une même pathologie.! La fistule anale

Plus en détail

Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant

Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant 2014 Pr Merrot Remerciements au Pr Dodat pour son iconographie Du séminaire du collège hospitalo-universitaire d orange 2005 étiologies variées examen

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE SEMINAIRE 1 FACULTE DE MEDECINE VERSAILLES / St QUENTIN EN YVELINES Hôpital Ambroise Paré - Boulogne Billancourt (Métro : Boulogne Jean Jaurès, ligne 10)

Plus en détail