Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application"

Transcription

1 Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété est alors exprimée par une implication. Au final, on doit écrire : Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ) et montrons que x 1 = x 2. On fera apparaître ce squelette en couleur. Cette fiche a pour but de faire un point sur les grandes méthodes à utiliser pour démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application. Ce type de raisonnement sera abordé à l aide de différents exemples. 1 Montrer le caractère injectif d une application 1.1 Démonstration élémentaire On peut parler de démonstration élémentaire ici car il s agit d une méthode de démonstration basique, s appuyant sur la définition. Elle est aussi élémentaire en ce sens qu on montre une propriété sur les éléments de l ensemble de départ de l application. Rappelons la définition d injectivité Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est injective si deux éléments distincts de E ont des images distinctes par f. (x 1, x 2 ) E 2, x 1 x 2 f(x 1 ) f(x 2 ) Il est souvent plus simple de manipuler une propriété énoncée de manière positive. On utilisera donc plutôt la contraposée de la propriété précédente, à savoir : (x 1, x 2 ) E 2, f(x 1 ) = f(x 2 ) x 1 = x Illustration sur des exemples Exercice 1 Soit f : E F et g : F E deux applications. Montrer que : g f = id E f injective. Supposons g f = id E et montrons que f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ). En composant par g, on obtient g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, on a g f = id E donc g(f(x 1 )) = x 1 et g(f(x 2 )) = x 2. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que f est injective. On a donc montré que : g f = id E f injective. Exercice 2 Soient f : E F, g : F G deux applications. On considère l application h : E F G x ( f(x), g(x) ). Montrer que : (f injective OU g injective) h injective. Supposons (f injective OU g injective) et montrons que h est injective. Il y a donc deux cas à traiter. Si f est injective : Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons h(x 1 ) = h(x 2 ). On a donc h(x 1 ) = (f(x 1 ), g(x 1 )) = (f(x 2 ), g(x 2 )) = h(x 2 ). Ceci montre notamment que f(x 1 ) = f(x 2 ). Or f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que h est injective. Si g est injective : on démontre de manière analogue que h est injective. On a donc montré que : (f injective OU g injective) h injective. 1

2 Exercice 3 Soient f : E G, g : F H deux applications. On considère l application h : E F G H ( x 1, x 2 ) ( f(x 1 ), g(x 2 ) ). Montrer que : (f injective ET g injective) h injective. Supposons (f injective ET g injective) et montrons que h est injective. Soit (u, v) (E F ) 2. Supposons h(u) = h(v). u et v sont des éléments de E F. Ceci signifie qu ils s écrivent sous la forme u = (u 1, u 2 ) avec u 1 E et u 2 F et v = (v 1, v 2 ) avec v 1 E et v 2 F. On a alors : h(u) = (f(u 1 ), g(u 2 )) = (f(v 1 ), g(v 2 )) = h(v). Ceci signifie que f(u 1 ) = f(v 1 ) et g(u 2 ) = g(v 2 ). Or f et g sont injectives donc u 1 = v 1 et u 2 = v 2. On en conclut que u = (u 1, u 2 ) = (v 1, v 2 ) = v. On a ainsi montré que h est injective. On a donc montré que : (f injective ET g injective) h injective. 1.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. 1) g f injective f injective 2) } f injective g injective g f injective 1) Supposons g f injective et montrons que f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ). En composant par g, on obtient que g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, l application g f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que f est injective. On a donc montré que : g f injective f injective. 2) Supposons f et g injectives et montrons que g f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons g f (x 1 ) = g f (x 2 ). Autrement dit, g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, l application g est injective. On a donc f(x 1 ) = f(x 2 ). Or, par hypothèse, l application f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que g f est injective. On a donc montré que : (f ET g injectives) g f injective. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 1) On remarque que les énoncés de la propriété 1) et de l Exercice 1 sont très similaires. On reprend ici la démonstration de cet Exercice 1. Supposons g f = id E et montrons que f est injective. L application id E est bijective. Elle est donc notamment injective. Ainsi, g f est injective. On en conclut que f est injective. On a donc montré que : g f = id E f injective. Utilisation de la propriété 2) La propriété 2) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère injectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 4 Démontrer l injectivité de h : [1, + [ R x ln x 2

3 L application h apparaît comme la composée des applications f : [1, + [ R+ x ln x et g : R+ R x (h = g f). Or f et x g sont injectives (car ce sont des applications réelles strictement croissantes). L application h est donc injective. 2 Montrer le caractère surjectif d une application 2.1 Démonstration élémentaire Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est surjective si tout élément de F admet au moins un antécédent par f. Ce qui revient à dire : f(e) = F. y F, x E, y = f(x) Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit y F. La propriété est alors exprimée par un quantificateur existentiel. Il s agit donc d exhiber un élément x E tel que y = f(x). Pour y F fixé, il s agit de démontrer l existence d un élément x E tel que y = f(x). Une rédaction comme : «Soit x E tel que y = f(x)...» est donc impropre puisqu elle suppose l existence de l élément x (c est justement ce que l on cherche à démontrer!). On fera apparaître le squelette de la démonstration en couleur Illustration sur des exemples On reprend les exercices précédents qui ont permis d illustrer la démonstration de l injectivité. Exercice 5 Soit f : E F et g : F E deux applications. Montrer que : g f = id E g surjective. Supposons g f = id E et montrons que g est surjective. Soit y E. Comme g f = id E, on a g(f(y)) = y. Ainsi, y apparaît comme l image par la fonction g de l élément f(y). On a trouvé x F (x = f(y)) tel que y = g(x). Ainsi, g est surjective. On a donc montré que : g f = id E g surjective. Exercice 6 Soient f : E F, g : F G deux applications. On considère l application h : E F G x ( f(x), g(x) ). Si f et g sont surjectives, en est-il de même pour h? Il ne s agit pas ici de montrer de la surjectivité mais de montrer que l implication [(f surjective ET g surjective) h surjective] n est pas vérifiée. Il s agit donc de trouver deux applications f et g surjectives telles que h n est pas surjective (un contre-exemple). On peut prendre E = F = G = R et f(x) = x + 1, g(x) = x + 2. Dans ce cas, h n est pas surjective. En effet, (5, 5) est un élément de R 2 qui n admet pas d antécédent x R par la fonction h. On peut le montrer par l absurde : s il existe x R tel que h(x) = (f(x), h(x)) = (5, 5), alors on a x + 1 = 5 et x + 2 = 5. On trouve donc x = 4 et x = 3, ce qui est impossible. h n est donc pas nécessairement surjective, même si f et g le sont. Exercice 7 Soient f : E G, g : F H deux applications. On considère l application h : E F G H ( x 1, x 2 ) ( f(x 1 ), g(x 2 ) ). Montrer que : (f surjective ET g surjective) h surjective. 3

4 Supposons (f surjective ET g surjective) et montrons que h est surjective. Soit y G H. Ainsi y s écrit y = (y 1, y 2 ) avec y 1 G et y 2 H. Or f est surjective. Il existe donc x 1 E tel que y 1 = f(x 1 ). De même, g est surjective. Il existe donc x 2 F tel que y 2 = f(x 2 ). On a trouvé x E F (x = (x 1, x 2 )) tel que y = h(x). Ainsi, h est surjective. On a donc montré que : (f surjective ET g surjective) h surjective. 2.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. 3) g f surjective g surjective 4) } f surjective g surjective g f surjective 3) Supposons g f surjective et montrons que g est surjective. Soit y G. Comme g f : E G est surjective, il existe u E tel que y = g f (u). Autrement dit, y = g(f(u)). On a trouvé x F (x = f(u)) tel que y = g(x). Ainsi, g est surjective. On a donc montré que : g f surjective f surjective. 4) Supposons f et g surjectives et montrons que g f : E G est surjective. Soit y G. Comme g : F G est surjective, il existe u F tel que y = g(u). Comme f : E F est surjective, il existe x E tel que u = f(x). Ainsi, y = g(u) = g(f(x)) = g f (x). On a trouvé x E tel que y = g f (x). Ainsi, g f est surjective. On a donc montré que : (f surjective ET g surjective) g f surjective. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 3) On remarque que les énoncés de la propriété 3) et de l Exercice 5 sont très similaires. On reprend ici la démonstration de cet Exercice 5. Supposons g f = id E et montrons que g est surjective. L application id E est bijective. Elle est donc notamment surjective. Ainsi, g f est surjective. On en conclut que g est surjective. On a donc montré que : g f = id E g surjective. Utilisation de la propriété 4) La propriété 4) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère surjectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 8 Démontrer la surjectivité de h : [1, + [ R+ x ln x L application h apparaît comme la composée des applications f : [1, + [ R+ x ln x et g : R+ R + x (h = g f). Or f et x g sont surjectives (elles sont même bijectives : faire une étude de fonction). L application h est donc surjective. 4

5 3 Montrer le caractère bijectif d une application 3.1 Démonstration élémentaire Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est bijective si elle est à la fois injective et surjective. De manière équivalente, une application f est une bijection si : y F,!x E, y = f(x) Il y a donc deux manières élémentaires de montrer le caractère bijectif d une application f : E F : a) montrer que f est injective et surjective. b) montrer que tout élément de F admet un et un seul antécédent par f. On ne revient pas sur le point a) qui a déjà été traité dans les sections précédentes. Illustrons le point b) sur un exemple. On fera apparaître le squelette de cette démonstration en couleur Illustration sur un exemple Exercice 9 On considère l application f définie par : f : R\{ 5} R\{2} x 2x 3 x+5 Montrer que f est bien définie, qu elle est bijective et donner sa bijection réciproque. La fonction f est définie pour tout x n annulant pas son dénominateur. Ainsi, D f = R \ { 5}. On souhaite montrer que : y R \ {2},! x R \ { 5}, y = f(x) Soit y R \ {2}. On résout l équation y = f(x) d inconnue x R \ { 5}. Pour ce faire, on raisonne par équivalence : y = f(x) (1 ) y = 2x 3 (2 ) x + 5 y(x + 5) = 2x 3 (3 ) x(y 2) = 3 5y (4 ) x = 3 + 5y (5 ) 2 y ( On a trouvé un unique x R \ { 5} x = 3 + 5y ). Ainsi, f est bijective. 2 y (Notez que la ligne (2 ) est justifiée par le fait que x 5 et que la ligne (5 ) est justifiée par le fait que y 2) Sa bijection réciproque f 1 est donnée par : Pourquoi raisonne-t-on ici par équivalence? Considérons le raisonnement par implication suivant : f 1 : R \ {2} R \ { 5} x 3+5x 2 x Soient y 2 et x 5 tels que y = f(x). Alors (par les mêmes étapes de calcul), x = 3+5y 2 y. Ce raisonnement permet de prouver que s il existe x tel que y s écrit sous la forme y = f(x) alors x est déterminé de manière unique par x = 3+5y 2 y. Mais ceci ne prouve pas qu il existe un tel x. Cette étape primordiale est démontrée par l implication réciproque, qui peut se résumer par : Soient y 2. Alors y = f( 3+5y 2 y ).. 5

6 3.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. } f bijective 5) g f bijective g bijective Supposons f et g bijectives. f et g sont donc sont notamment injectives. Leur composée g f est donc injective. De même, f et g sont surjectives donc g f est surjective. Ainsi, g f est bijective. Soit f : E F. S il existe g : F E tq { g f = ide f g = id F alors f est bijective et g = f 1. Supposons l existence d une telle fonction g. D après l Exercice 1 (ou la propriété 1 )) on déduit de g f = id E que f est injective et de f g = id F que g est injective. D après l Exercice 5 (ou la propriété 3 )) on déduit de g f = id E que g est surjective et de f g = id F que f est surjective. Ainsi, f et g sont bijectives et ont pour bijection réciproque f 1 et g 1. Enfin, g = f 1 f g = f 1 id F = f Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 5) La propriété 5) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère bijectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 10 Démontrer la bijectivité de h : [1, + [ R+ x ln x L application h apparaît comme la composée des applications + x ln x et g : R + R + f : [1, + [ R x (h = g f). Or f x et g sont bijectives (faire une étude de fonction). L application h est donc bijective. Utilisation de la seconde propriété Il faut y penser dès que l on voit apparaître l application identité comme composée de deux fonctions. Exercice 11 Soit f : E E une application vérifiant f f f = id E. Montrer que f est bijective et déterminer son inverse. On a (f f) f = id E et f (f f) = id E. Ainsi, l application f est bijective, d inverse f f. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer. 6

7 Utilisation des propriétés précédentes Pour montrer qu une application est bijective, on peut montrer son caractère injectif et surjectif en utilisant les propriétés précédentes. Exercice 12 Soient f : E F, g : F G, h : G H. On suppose que g f et h g sont bijectives. Démontrer que f, g, h sont bijectives. On montre tout d abord que g est bijective. Comme g f est surjective, g est surjective. Comme h g est injective, g est injective. Ainsi, g et bijective, et sa réciproque g 1 est aussi bijective. On en conclut que f = g 1 (g f) et h = (h g) g 1 sont bijectives car s écrivent comme la composée de deux applications bijectives. Exercice 13 Soient f : A B, g : B C et h : C A telles que : h g f et f h g sont injectives g f h est surjective Montrer que f, g et h sont bijectives. On montre tout d abord que g est bijective. Comme g f h est surjective, g est surjective. Comme f h g est injective, g est injective. Ainsi, g et bijective, et sa réciproque g 1 est aussi bijective. On en conclut que f h = g 1 (g f h) est surjective car est la composée de deux applications surjectives. Ainsi, f est surjective. Or f est aussi injective car (h g) f est injective. Ainsi, f est bijective. Enfin, h = (h g f) f 1 g 1 est injective car est la composée de 3 applications injectives. h est de plus surjective car s écrit comme composée de 3 applications surjectives : h = f 1 g 1 (g f h). Ainsi, h est bijective. 7

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples.

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Introduction : On suppose connues les notions d injectivité, surjectivité,

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Vandana BHANDARI Marc-Olivier CZARNECKI P R E P AMA TH Collection dirigée par Éric MAURETTE Sommaire Algèbre Notionsdebase... 1,2 Arithmétique...

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Somme directe de sous-espaces vectoriels

Somme directe de sous-espaces vectoriels [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 Somme directe de sous-espaces vectoriels Exercice 1 [ 00212 ] [correction] Soit f un endomorphisme d un K-espace vectoriel E vérifiant

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 Université de Paris Sud 11 L MPI Mathématiques ème semestre 14/15 Math06 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 NB. Ces exercices, et les corrigés qui suivent, sont issus du site http://www.bibmath.net

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Serge Cohen, Monique Pontier, Pascal J. Thomas Septembre 2004 1 Généralités : ensembles et parties d un ensemble Définition 1.1 On appelle ensemble une

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Opérations sur les fonctions

Opérations sur les fonctions Opérations sur les fonctions Remarque On sait bien ce qu est la somme de deux nombres mais nous n avons pas encore défini la somme, le produit, etc. de deux fonctions. Les définitions présentées ci-après

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble MPSI 2 1 Généralités Soit E un ensemble non vide. Définition 1..1 On appelle relation binaire sur E le couple (E, G où G est un graphe de E dans

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires le 8 Février UTBM MT Arthur LANNUZEL http ://mathutbmal.free.fr Applications linéaires Exemples et définitions. Soit E et F, espaces vectoriels sur K = R ou C. On s intéresse aux applications qui conservent

Plus en détail