ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO"

Transcription

1 INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN de médecine, soins de suite et réadaptation et EHPAD de Sainte FEYRE (Creuse)

2 Le service de Pneumologie (1) capacité d accueil Activités de court séjour 34 lits de médecine dont 4 lits de surveillance continue 5 places d hospitalisation de jour de médecine 3 places d hospitalisation de nuit Activités de soins de suite 22 lits de soins de suite spécialisés 22 lits de réadaptation fonctionnelle (RF) en hospitalisation complète 2 places d hospitalisation de jour de RF

3 Le service de Pneumologie(2) données d activités ité Pour l année 2014: 462 séjours pour BPCO en MCO sur 1298 séjours (35,5%) 248 séjours pour BPCO en RF et HDJ SSR sur 356 séjours (70%)

4 Intérêt de l APA Dans les maladies respiratoires chroniques (BPCO, asthme, cancers pulmonaires), une pratique régulière de type marche ou vélo 2h par semaine permet une diminution i des hospitalisations ti (jusqu à 40%) et de la mortalité d origine respiratoire. Pour la BPCO, l activité physique fait partie intégrante du traitement. C est la seule thérapeutique de Classe A avec l oxygénothérapie pour les patients les plus graves.

5 RECOMMANDATIONS POUR LA REHABILITATION RESPIRATOIRE Entrainement à l exercice physique Éducation thérapeutique Sevrage tabagique Prise en charge psychologique Suivi nutritionnel Prise en charge sociale EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE

6 PROGRAMME THERAPEUTIQUE

7 SUIVI à MOYEN et LONG TERME Selon les recommandations de la SPLF: Suivi médical et paramédical (ETP, prise en charge psychosociale et diététique) Poursuite à vie d une activité physique régulière au moins 3 fois par semaine pendant 30 à 45 mn à une intensité suffisante (seuil de dyspnée, fréquence cardiaque cible)

8 QUESTIONNEMENT COMMENT FAVORISER L OBSERVANCE DES CONSEILS EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES APRES UNSEJOUR D HOSPITALISATION EN Réadaptation Fonctionnelle?

9 LE CARNET DE SUIVI C est quoi? Il est donné par qui? A quel moment est il donné? Qui il l explique? li Comment est il utilisé pendant le séjour?

10 EVALUATION 1 ère EVALUATION DU DISPOSITIF: 30 patients répartis en 2 groupes Un groupe témoin Un groupe bénéficiant du carnet d activités physiques GENERALISATION DU DISPOSITIF POUR TOUS LES PATIENTS DE L UNITE MODALITES D EVALUATION: Questionnaire téléphonique à 2 mois après la sortie

11 RESULTATS (1) ECHANTILLON DE 30 PATIENTS INTERROGES PAR TELEPHONE SUR LA PERIODE DE JANVIER A MAI hommes 13 femmes Moyenne d âge: 63 ans

12 RESULTATS (2) 30 personnes continuent à 2 mois de faire de l activité physique 0% 0% 3% 13% 20% 34% Marche vélo 43% <2h de 3 à 5h de 6 à 9h >10h Fréquence d activité 87% Types d activité Bricolage, jardinage Autres

13 RESULTATS (3) % oui non Niveau d effort demandé 80% Intérêt du livret

14 RESULTATS (4) Facilité VQ Augmenter Augmenter Parler et Améliorer Augmenter force Améliorer qualité Diminuer stress mobilité endurance essoufflé mémoire sommeil

15 Synthèse des commentaires Aide à la motivation :7 Aide au maintien de l APA:5 Suivi: 4 Aide à la gestion et programmation: 3 Visualisation de la progression:3 Utilisation quotidienne:2 Relai avec un cahier personnel de suivi:1

16 LIMITES de L ETUDE Nombre restreint de patients (30) Pas de prise en compte des différents stades de la BPCO avec ou sans O2 Pas de prise en compte du niveau d activité physique préalable Questionnaire par téléphone (déclaratif)

17 PERSPECTIVES Continuer l utilisation du carnet en ciblant son utilisation aux personnes ayant un niveau d activité physique inférieur aux recommandations Utiliser les consultations ETP en ambulatoire pour le suivi à 6 mois et mesurer les effets de la pérennisation de l APA au domicile

18 BIBLIOGRAPHIE Recommandation de la SPLF sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO (2009) Guide parcours de soins «BPCO» HAS (juin 2014) «Evaluation de l intérêt d un carnet de suivi de l activité physique adaptée dans l observance de celle ci chez les patients insuffisants respiratoires i chroniques après réadaptation fonctionnelle à l effort au Centre Médical de Sainte FEYRE» thèse de médecine générale THOYER Laetitia (2013)

19 REMERCIEMENTS Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de cette présentation: la direction de l établissement et la MGEN pour notre participation au congrès Dr JEANDEAU pneumologue chef de service, Dr DENOYER médecin Directeur de l Information Médicale et l ensemble de nos collègues pour leur soutien Le SIDIIEF pour nous avoir permis de venir partager avec vous cette expérience

20 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca

Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca producti Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca Hermine Lenoir Unité Cognitivo-Comportementale CMRR Broca, Paris XIII (Pôle de Gérontologie- Pr. A.S. Rigaud)

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Soins de courte durée, de suite & de réadaptation. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Suivi. Médecins.

Soins de courte durée, de suite & de réadaptation. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Suivi. Médecins. Quand les soins créent du lien Equipes soignantes Qualité des soins Environnement Prise en charge Médecins Animateurs Séjours personnalisés Soins de courte durée, de suite & de réadaptation Les Etablissements

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE

PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE 1 PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE Le Centre Hospitalier de SOMAIN a achevé sa restructuration en 1999 avec la fermeture de plusieurs services actifs (maternité,

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES ATTEINTES DE MALADIES CHRONIQUES - LA BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) 2012-2016 Projet Régional de Santé du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 Plan Définition de la dépendance Etiologies de la dépendance Epidémiologie Prévenir les situations de crise

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER EDITO Conscients de la multiplicité des acteurs et des rôles de chacun, nous, acteurs du diabète en Loiret-Cher, nous sommes réunis afin de travailler à l élaboration

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

LOI HPST. Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com

LOI HPST. Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com Analyse qualitative, 16 patients, entretien semi dirigé, écoute active reformulation BPCO 300/AN DMS 1 MOIS

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

Des bronches à l appropriation

Des bronches à l appropriation Histoire de la réhabilitation r respiratoire : Des bronches à l appropriation En hommage au Professeur Christian Préfaut Pr. Grégory Ninot Directeur, laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût?

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? études L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? Nadine Sannino Efect/Cemka-Eval Françoise Martin-Dupont Jean Boisvert Centre d éducation thérapeutique de

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

Dossier de presse. Septembre 2015

Dossier de presse. Septembre 2015 Septembre 2015 Contact presse Emilie BALAGUER Responsable communication Mob: 06 18 900 901 Tel: 04 13 427 018 e.balaguer@hopitaleuropeen.fr Hôpital Européen Marseille 6, rue Désirée Clary - 13331 Marseille

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Spirodoc. Quatre appareils en un, design italien

Spirodoc. Quatre appareils en un, design italien MEDICAL INTERNATIONAL RESEARCH Spirodoc Laboratoire tactile pour l analyse respiratoire Deux modes d utilisation: Médecin et Patient à domicile Quatre appareils en un, design italien Spiromètre avec écran

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Patrice BLONDEL Colette BRUNEL H. HAOUCHINE I. DECASTRO P. BOISTARD Centre Hospitalier de SAINT-DENIS Hôpital DELAFONTAINE : - Court séjour M.C.O.

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION A compléter recto verso par le patient, à signer et à nous renvoyer à l adresse postale : Hôtel-Dieu

Plus en détail

Dossier de demande d admission

Dossier de demande d admission E HPAD Saint-Antoine Dossier de demande d admission Nom : Prénom : 39, avenue Garibaldi 87000 Limoges 05 55 33 96 30 www.mutualitelimousine.fr EHPAD Saint-Antoine 40 rue Principale - Le bourg 19410 Perpezac-le-Noir

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

COORDINATION NORD 05 ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE POUR LES MALADIES CHRONIQUES

COORDINATION NORD 05 ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE POUR LES MALADIES CHRONIQUES COORDINATION NORD 05 ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE POUR LES MALADIES CHRONIQUES Secteur Briançonnais-Embrunais LES BÉNÉFICES DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE C est quoi l Éducation Thérapeutique du Patient (ETP)?

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand Unité Mobile de Gériatrie : Quel(s) rôle(s) en EHPAD? «Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand UMG : Quelques

Plus en détail

d évaluation de la toux chez l enfant

d évaluation de la toux chez l enfant Validation d un questionnaire d évaluation de la toux chez l enfant Mémoire présenté par Caroline TROCCY Pour l obtention du diplôme de master(e) en kinésithérapie Promoteur: Monsieur G. Reychler Année

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon EDUCATION THERAPEUTIQUE DES PATIENTS CORONARIENS

UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon EDUCATION THERAPEUTIQUE DES PATIENTS CORONARIENS UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon EDUCATION THERAPEUTIQUE DES PATIENTS CORONARIENS Comment améliorer l éducation thérapeutique proposée aux patients coronariens?

Plus en détail

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature SOINS AMBULATOIRES CMP Philippe Paumelle Centre de consultation ambulatoire 6 équipes de secteur (psychiatre, infirmier, assistant social) Anastasia TOLIOU De 5 à 8 L 3 M3 Participation aux consultations

Plus en détail

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie!

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie! Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête mieux dans sa vie! Pathophysiologie BPCO: Le cercle vicieux du déconditionnement VEMS Déconditionnement Dyspnée Immobilité Dépression Isolement social impairment

Plus en détail

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Journée Mondiale des Soins Palliatifs 9 octobre 2013 Dr Aurélie Laurent-Baraldi La Marteraye Centre

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Dr Negar Sedghi, Dr S. Kleinlogel, Mlle S. Chevalley, Dr K. Fonmartin Pr M. Gonzalez Service de Pathologie Professionnelle

Plus en détail

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE ETRE-INDRE @FMC 36 Jeudi 12 juin 2014 «La Gourmandine» Villedieu-sur-Indre Mme Christine MOREAUX, infirmière

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

ACTIONS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI DU CENTRE DE READAPTATION DE

ACTIONS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI DU CENTRE DE READAPTATION DE ACTIONS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI DU CENTRE DE READAPTATION DE COUBERT Les différentes prises en charge du Centre de réadaptation de Coubert Les services : Réadaptation des pathologies cérébrales (30 lits):

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

hôpital vilierssaintdenis

hôpital vilierssaintdenis hôpital vilierssaintdenis hôpital lamusse samsah lamusse accueildejour alzheimer vilierssaintdenis centre d appareilage vilierssaintdenis institutsdeformation en ergothérapie etmasso-kinésithérapie lamusse

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale A. Atramont, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, M-N. Vercambre Fondation MGEN pour la Santé Publique, Paris MUTUELLE SANTÉ.

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire Mon Plan d action MPOC _ Exemplaire du patient (Nom du patient) Date Lignes directrices MPOC Traitable. Évitable. Ce plan explique comment prendre soin de moi si j ai une exacerbation de ma MPOC. Ventilation

Plus en détail

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Dossier de Pré-admission Dossier Administratif À remplir par le futur résident, son représentant, ou les services sociaux

Plus en détail

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 Centre de Soins de Suite et de Réadaptation 87430 Verneuil sur Vienne Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 «Analyse de la pertinence des prescriptions conditionnelles de paracétamol

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Nadia Sech Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

e-satis campagne 2015 Kit d information à destination du personnel des Etablissements de Santé

e-satis campagne 2015 Kit d information à destination du personnel des Etablissements de Santé e-satis campagne 2015 Kit d information à destination du personnel des Etablissements de Santé 01 Planning de la campagne nationale e-satis Planning- Campagne Nationale e-satis 2015 - HAS S0 S1 S2 S3 S4

Plus en détail

SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS

SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS Normes en vigueur dans le secteur. NORMES FEDERALES Normes d agrément des maisons de repos Maisons de repos et de soins AR du 21/09/2004 modifié

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

Point Chiffres 2013. Rapport d activité abrégé. Le centre hospitalier d'aix-les-bains. L'activité du centre hospitalier

Point Chiffres 2013. Rapport d activité abrégé. Le centre hospitalier d'aix-les-bains. L'activité du centre hospitalier Point Chiffres 2013 Rapport d activité abrégé P. 2 P. 4 P. 7 Le centre hospitalier d'aix-les-bains L'activité du centre hospitalier La qualité de prise en charge du patient P. 10 Les ressources humaines

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé Dr Jean Jacques ANTOINE FEMALOR 14 Juin 2012 METZ 57 1 Déclara'on d intérêts J ai actuellement ou j ai eu au cours des trois

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

DIPLOME D UNIVERSITE «SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT»

DIPLOME D UNIVERSITE «SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT» DIPLOME D UNIVERSITE «SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT» Responsables universitaires : Pr Fati Nourashémi Responsables pédagogiques : Dr Nathalie Caunes - Dr Nicolas Saffon Secrétariat universitaire : Corinne

Plus en détail

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage.

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage. Dépistage Soins Respect Orientations Éducation thérapeutique Quand les soins créent du lien Aides Séjours personnalisés Santé mentale Les Établissements MGEN Relais Équipes soignantes Qualité de soins

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers 1 - Les objectifs des travaux Explorer les contours des métiers

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile.

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile. LVL Médical La référence de l assistance médicale à domicile > Expérience > Expertise > Qualité > Valeurs humaines > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie > ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT Chloë Bezel HL Le Vigan Armelle Develay-Rambourg CHU Nîmes Eric Jobard CH St Brieuc Claire Pollet EPSM Armentières Edgar Tissot CHS Novillars Définition «L ETP vise à

Plus en détail

Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet)

Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet) Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet) Présentation I - Démarche DGOS Un Nouveau guide Complété par des fiches techniques II - Réalisation des fiches Déroulement du travail Liste des fiches

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail