Cours CH2. Molécules & solvants moléculaires

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours CH2. Molécules & solvants moléculaires"

Transcription

1 Cours C2 Molécules & solvants moléculaires David Malka MPSI Lycée Saint-Exupéry

2 Table des matières 1 Structure des ions et des molécules - Modèle de la liaison covalente Potentiel d interaction inter-atomique La liaison covalente Modèle de la liaison covalente Rôle des électrons de valence Formule de Lewis Règles de stabilité Formule de Lewis d une molécule Moment dipolaire électrique permanent Forces intermoléculaires Interaction de Van der Waals Interaction dipôle permanent - dipôle permanent Terme de Keesom Interaction dipôle permanent - dipôle induit - Terme de Debye Interaction dipôle induit - dipôle induit Terme de London Energie potentielle d interaction de Van der Waals Liaison-hydrogène Interprétation de quelques propriétés physico-chimiques Température de transition de phase Caractéristiques d un solvant Mise en solution d un composé ionique Miscibilité de deux corps purs liquides Choix d un solvant Table des figures 1 Potentiel d interaction interatomique Polarisation d une molécule apolaire par une molécule polaire Energie potentielle d interaction de Van der Waals Liaison hydrogène entre deux molécules d eau Capacités exigibles 1. Établir un schéma de Lewis pour une entité donnée. 2. Relier la structure géométrique d une molécule à l existence ou non d un moment dipolaire permanent. 3. Déterminer direction et sens du vecteur moment dipolaire d une molécule ou d une liaison. Forces intermoléculaires : lier qualitativement la valeur plus ou moins grande des forces intermoléculaires à la polarité et la polarisabilité des molécules. 4. Prévoir ou interpréter les propriétés physiques de corps purs par l existence d interactions de van der Waals ou de liaisons hydrogène intermoléculaires. 5. Interpréter la miscibilité ou la non-miscibilité de deux solvants. 6. Justifier ou proposer le choix d un solvant adapté à la dissolution d une espèce donnée, à la réalisation d une extraction et aux principes de la Chimie Verte.

3 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Introduction A part les gaz nobles (e, Ne, Ar...), les éléments chimiques n existent pas à l état atomique. Ils captent ou perdent des électrons pour former un ion plus stable que l atome : exemple : l atome de chlore Cl peut former l ion chlorure Cl ou bien se lier à d autre atome pour former une molécule : exemple : l atome de chlore Cl peut se lier à un atome d hydrogène pour former une molécule de chlorure d hydrogène Cl ou bien à un autre atome de chlore pour former du dichlore Cl 2 L étude de la structure des molécules via un modèle très simple le modèle de la liaison covalente est l objet de ce cours. La connaissance de cette structure permet d expliquer et de prédire qualitativement les valeurs de quelques grandeurs physico-chimique comme la solubilité, la miscibilité, les température de transition de phase...le caractère protique/aprotique d une espèce chimique ainsi que sa polarisation et sa polarisabilité y joue un grand rôle. 1 Structure des ions et des molécules - Modèle de la liaison covalente 1.1 Potentiel d interaction inter-atomique Soit deux atomes A et B. Le potentiel d interaction interatomique est représenté Fig.1. Ep(r) est l énergie potentielle d interaction dans le référentiel de la molécule, r est la distance entre les atomes A et B. Figure 1 Potentiel d interaction interatomique La force d interaction est attractive à longue distance (interaction électrons-noyau) et répulsive à courte distance (interaction noyau-noyau). Il existe un minimum en r = r 0 correspondant à un équilibre stable du système. La distance r 0 s interprète alors comme la longueur de la liaison A B. L energie E 0 = Ep(r 0 ) est l énergie de la liaison A B c est-à-dire l énergie qu il faut fournir à la molécule pour rompre cette liaison. 1

4 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires! rdres de grandeur Longueur de liaison : r pm Energie de liaison : E ev ou E kj.mol 1 Il apparaît que le système défini par l atome A et l atome B est plus stable (car de moindre énergie potentielle) lorsqu ils sont liés que lorsqu ils sont dissociés. 1.2 La liaison covalente Modèle élaboré par Lewis en Modèle de la liaison covalente Modèle de la liaison covalente La liaison covalente entre deux atomes résulte de la mise en commun d une paire d électrons, appelée doublet liant, par ces deux atomes. exemple : + = N 3 + Cu 2+ = [Cu N 3 ] 2+ R En mécanique quantique, la liaison entre deux atomes s interprète en terme de recouvrement d orbitales Rôle des électrons de valence Seuls les électrons de valence des atomes interviennent dans la formation de la liaison covalente. Le nombre d électrons de valence de l atome d un élément détermine donc le nombre de liaisons formées par cet élément. Valence d un élément chimique n appelle valence v d un élément chimique, le nombre de liaisons que peut former cet élément. En générale, la valence v d un élément est égal au nombre d électrons nécessaire pour saturer la couche de valence de cet élément (voir règles de stabilité, paragraphe 1.2.4). exemple : Carbone C : 1s 2 2s 2 2p 2, v = 4 xygène : 1s 2 2s 2 2p 2, v = 2 P Application-1 Déterminer la valence de l élément chlore Cl (Z=17) et de l élément hydrogène. Justifier Formule de Lewis La formule de Lewis d une molécule est la représentation des atomes qui composent la molécule, des liaisons entre ces atomes ainsi que des doublets non liants des couches de valence des atomes. n donne, pour exemple, la formule de Lewis de l acide méthanoïque C : C Nous apprendrons ultérieurement à déterminer la formule de Lewis d un molécule. 2

5 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Règles de stabilité La remarquable stabilité, et donc inertie chimique, des gaz nobles nous amène à énoncer la règle de stabilité suivante. Règle générale Les atomes s ionisent ou forment des liaisons covalente de façon à saturer leur couche de valence. Leur configuration électronique tend alors vers la configuration électronique du gaz noble le plus proche. Cette règle générale se décline en deux règles. Règle du duet L hydrogène cherche à s entourer de deux électrons. exemple : l hydrogène existe sous forme de dihydrogène 2 à l état pur : En partageant un doublet électronique, chaque atome d hydrogène est entouré d un duet d électrons et satisfait donc à la règle de stabilité. P Application-2 Déterminer l ion stable formé par l hydrogène et donner son schéma de Lewis. Comparer au schéma de Lewis de l atome d hélium. Règle de l octet Jusqu à Z = 18, les atomes s ionisent ou forment des liaisons covalentes de façon à s entourer de quatre doublets électroniques (liants ou non liants) c est-à-dire d un octet. exemple : la forme stable de l oxygène pure est la molécule de dioxygène : n constate que, la double liaison étant partagée par les deux atomes d oxygène et les deux atomes d oxygène possédant chacun deux doublets non liants propres, chaque atome est entouré de quatre doublets. P Application-3 Déterminer l ion stable formé par l atome d oxygène. En déduire le schéma de Lewis de cet ion. Exceptions 1. Manque d électron dans la molécule pour satisfaire à la règle de l octet. C est le cas des hydrures, par exemple : Li Dans l hydrure de lithium, l hydrogène satisfait à la règle du duet mais le lithium Li ne satisfait pas à la règle de l octet. 2. ypervalence. Le soufre S et le phosphore P sont susceptibles de s entourer de plus que quatre doublets. n donne, pour exemple, la formule de Lewis de l acide sulfurique 2 S 4 : S L atome de soufre est entouré de six doublets. 3. Métaux de transition : ce sont les éléments (ou tel qu il existe un ion) dont les niveaux d ou f ne sont pas saturés. Dans la quatrième période, ce sont les éléments compris entre le scandium Sc et le zinc Zn. 4. les éléments de transition dont les orbitales d et f autorisent plus de quatre doublets. 3

6 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires 1.3 Formule de Lewis d une molécule Dans ce paragraphe, on donne une méthode pour déterminer la formule de Lewis d une molécule. Chaque étape est illustrée sur l exemple de l acide nitrique N 3. 1 Dénombrer le nombre N d électrons de valence : : 1s 2 2s 2 2p 4 6 e de valence N : 1s 2 2s 2 2p 3 5 e de valence : 1s 2 2s 2 2p 3 1 e de valence D où : N = = 24 e R Dans le cas d un ion, il ne faut pas oublier de soustraire ou d ajouter le nombre de charges de l ion. 2 En déduire le nombre D de doublets (liants et non liants confondus) à placer dans la molécule : D = N 2 = 12 3 Placer les atomes les plus valents au centre, les moins valents à la périphérie : N 4 Relier chaque atome à ses voisins par un doublet liant : N Il reste 8 doublets à placer 5 Placer les doublets propres aux atomes non hypervalents : N Il reste 2 doublets à placer. 6 Placer les doublets restant de façon à ce qu il y ait un maximum d atomes qui satisfassent à la règle de stabilité (duet ou octet). N Il y a bien 12 doublets sur la molécule. 7 Placer les charges formelles sur chaque atome : N 4

7 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Calcul des charges formelles q : q = nombre d électrons entrourant l atome dans la molécule nombre d électrons dans la couche de valence de l atome isolé Pour l azote N, cela donne c FN = 5 4 = 1 qu on note. Pour l oxygène du haut, cela donne c F = 6 7 = 1 qu on note. 8 Si plusieurs formules de Lewis peuvent-être écrites, comment discrimer la formule la plus acceptable? Par ordre de priorité : 0.1 le maximum d atomes doit satisfaire à la règle de stabilité (sauf pour les éléments hypervalents et éléments de transition.), 0.2 la somme des valeurs absolue des charges formelles doit être minimale, 0.3 attribuer préférentiellement les charges formelles négatives aux éléments les plus électronégatifs et les charges formelles positives aux éléments les moins électronégatifs. P Application-4 Proposer une formule de Lewis pour le dioxyde de soufre S 2 puis l ion sulfate S Moment dipolaire électrique permanent Dans une molécule hétéroatomique, le doublet électronique n est pas équitablement partagé entre les deux atomes liés du fait de leur différence d électronégativité. Il en résulte des charges partielles non nulles sur chacun des atomes. Prenons les exemples du méthane et de l eau : +δ +δ 4δ C +δ +δ +δ 2δ +δ Méthane Eau Qu advient-il du barycentre N des charges négatives et du barycentre P des charges positives? Dans le cas du méthane il est évident que P et N sont confondus en C : le méthane est une molécule apolaire. Dans le cas de l eau, N est confondu avec le centre l atome d oxygène, P est le milieu du segment joignant les centres des atomes d hydrogène. Le vecteur NP est non nul : l eau est une molécule polaire de moment dipolaire permanent p = 2δ NP. +δ 2δ p +δ Molécule polaire Une molécule est dite polaire si elle possède un moment dipolaire électrique permanent non nul.! rdres de grandeur Moment dipolaire de l eau : p = 1, 83 D où 1 D 3, C.m Le caractère polaire ou apolaire d une molécule est très important car il rend compte des interactions entre molécules (interactions de Van der Waals) et explique des propriétés physiques macroscopique de l espèce chimique comme les températures de transition de phase ou la solubilité/miscibilité. Comment déterminer si une molécule est polaire? 1. Représenter par un vecteur chaque liaison polarisée c est-à-dire chaque liaison hétéroatomique. Par exemple une liaison C est polaire tandis qu une liaison C C est apolaire. 2. Faire la somme des vecteurs. Si le vecteur résultant est non nul, la molécule est polaire. Sinon, elle est apolaire. 3. La polarité d une molécule dépend donc des atomes qui la constituent et de sa géométrie. 5

8 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires P Application-5 Parmi les molécules suivantes, lesquelles sont polaires? Cl Cl Cl, N, Cl C Cl Cl, Cl 2 Forces intermoléculaires La liaison covalente explique la cohésion des molécules. Mais comment expliquer le cohésion d un liquide ou d un solide c est-à-dire la cohésion qui peut exister entre différentes molécules? Nous allons voir qu il existe des liaisons dites faibles 1 qui explique cette cohésion. 2.1 Interaction de Van der Waals Dans une molécule, bien que globalement électriquement neutre, le barycentre des charges négatives N et le barycentre des charges positives P peut ne pas coïncider. Nous savons que dans ce cas là, elle possède un moment dipolaire électrique permanent p. Ce sont les forces d interaction électrique entre les moments dipolaires électriques des molécules que l on appelle forces intermoléculaires de Van der Waals. n distingue trois types d interaction entre moments dipolaires Interaction dipôle permanent - dipôle permanent Terme de Keesom Considérerons par exemple le chlorure d hydrogène Cl qui est une molécule polaire. Dans le gaz Cl, chaque molécule possède un moment dipolaire permanent. Ces différents moments dipolaires interagissent et s attirent. Influence du moment dipolaire Plus le moment dipolaire permanent d une molécule est important, plus les forces inter-moléculaires sont intenses Interaction dipôle permanent - dipôle induit - Terme de Debye Considérons un mélange de molécules polaires et de molécules apolaires. Existe-il une interaction entre ces deux types de molécules? La réponse est oui. Comment? Le champ électrique créé par les molécules polaires polarisent les molécules apolaires 2 : fig.2. A l équilibre, les molécules polarisées possèdent alors un moment dipolaire induit p i : vecp i = α E où E est le champ électrique au voisinage de la molécule et α est la polarisabilité de la molécule. Une molécule est d autant plus polarisable qu elle est «grosse» (i.e de numéro atomique élevé) car elle possède plus d électrons et ils sont moins liés au noyau donc plus facilement déplaçables. Influence de la polarisabilité Plus une molécule comporte d électrons, plus elle est polarisable. Plus une molécule est polarisable, plus les forces inter-moléculaires sont intenses. 1. Appelée ainsi car d énergie plus faible que les liaisons covalentes ou ioniques, dites liaisons fortes. 2. Le champ électrique entraîne le noyau dans un sens tandis qu il entraîne le nuage électronique dans l autre sens 6

9 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Molécule apolaire E=0 Molécule polarisée p Molécule polaire (polarisante) p i =αe Figure 2 Polarisation d une molécule apolaire par une molécule polaire Interaction dipôle induit - dipôle induit Terme de London D après ce que nous venons de voir, si l on considère un liquide purement constitué de molécules apolaires telle que le benzène C 6 6 par exemple, il ne devrait pas exister d interaction entre ces molécules. En conséquence de quoi le benzène ne devrait exister qu à l état gazeux. r, sous pression atmosphérique, le benzène est liquide aux températures inférieures à 6 C. Comment l expliquer? Une molécule apolaire n est en fait apolaire qu en moyenne. A chaque instant, la forme du nuage électronique de la molécule change, et donc la molécule apolaire possède en fait un moment dipolaire instantanée sans cesse changeant. Les molécules apolaires interagissement alors via leurs moments dipolaires instantanées. Les molécules, même celles apolaires en moyenne, se polarisent donc les unes les autres et s attirent fortement. Influence de la polarisabilité Les molécules apolaire peuvent se polariser. Plus une molécule est grosse, plus elle est polarisable. Plus une molécule est polarisable, plus les forces inter-moléculaires sont intenses. R ormis pour des molécules de très grand moment dipolaire permanent, c est l interaction dipôle induit - dipôle induit qui contribue le plus aux forces intermoléculaires Energie potentielle d interaction de Van der Waals La somme des termes de London, Debye et Keesom auxquelles on ajoute la répulsion à très très courte distance entre nuages électroniques donne le potentiel d interaction de Van der Waals (fig.3) : E p,v dw (r) = b r 1 2 a r 6 dont dérive la force d interaction de Van der Waals, où r est la distance entre deux molécules, a et b des paramètres qui dépendent des molécules considérées (entre autres de leurs moments dipolaires permanents éventuels et de leurs polarisabilités).! rdres de grandeur Energie de liaison intermoléculaire : E kj.mol 1 Longueur d une liaison de Van der Waals : r pm. 2.2 Liaison-hydrogène La prise en compte des forces de Van der Waals n explique pas la valeur de certaines grandeurs physiques caractéristiques d une espèce chimique. Par exemple, le modèle de Van der Waals prédit une température de fusion égale à 75 C pour l eau pure sous pression atmosphérique au lieu des 100 C constaté expérimentalement. Il faut donc supposer l existence d un autre type de liaison entre les molécules d eau : c est la liaison hydrogène. 7

10 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Ep (kj/mol) r (m) 1e 10 Figure 3 Energie potentielle d interaction de Van der Waals Dans l eau, la charge partielle portée par l hydrogène est très importante du fait de la grande différence d électronégativité entre l oxygène et l hydrogène. De ce fait un doublet non liant d une molécule d eau est très attiré par un atome d hydrogène d une autre molécule. C est la liaison-hydrogène (fig.4). +δ -2δ Liaison hydrogène +δ -2δ +δ +δ Figure 4 Liaison hydrogène entre deux molécules d eau Liaison hydrogène n appelle liaison-hydrogène, la liaison qui s établit entre un atome d hydrogène lié à un petit atome très électronégatif, N ou F et le doublet électronique d un atome, N ou F d une autre molécule.! rdres de grandeur Energie de liaison : E kj.mol 1 Longueur de liaison r pm 8

11 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires 2.3 Interprétation de quelques propriétés physico-chimiques Pour interpréter les grandeurs physiques caractérisant un corps pur ou d un mélange, il faut analyser les liaisons intermoléculaires qui opèrent Température de transition de phase Température de transition de phase Plus les forces de Van der Waals sont importantes, plus les températures de fusion et de vaporisation d une espèce chimique sont élevées. L existence de liaisons-hydrogène augmente de façon très importante les températures de fusion et de vaporisation de l espèce chimique. P Application-6 La température d ébullition du butane C 4 10 vaut 0, 5 C. Celle de l heptane C 7 16 est de 9, 4 C. Situer les températures d ébullition du pentane C 5 12 et de l octane C 8 18 par rapport aux températures précédentes. Justifier Caractéristiques d un solvant n rappelle qu un solvant est l espèce ultra-majoritaire d un mélange. Les autres espèces sont appelées solutés. Les réactions chimiques qui peuvent se dérouler au sein d une solution sont très influencé par la nature du solvant. Les forces mises en jeu entre solutés et solvant dépendent de son caractère polaire, de son caractère protique et de sa permittivité électrique relative ε r. n classe les solvants suivant les trois caractéristiques suivantes : Le pouvoir ionisant d un solvant est défini comme la capacité de ce solvant à transformer en une paire d ions un soluté ionique (ex : NaCl) ou un composé moléculaire ionisable (ex : Cl). Un solvant est d autant plus ionisant que son moment dipolaire est élevé. exemple : L eau est un solvant fortement ionisant. Le pouvoir dissociant d un solvant est défini comme sa capacité à dissocier une paire d ions. Plus la permittivité électrique relative ε r d un solvant est grande, plus l interaction anion-cation est affaiblie dans ce solvant. exemple : L eau est un solvant fortement ionisant : ε r = 80 Un solvant est dit protique s il est susceptible d établir des liaisons hydrogènes avec le soluté. exemple : L eau est un solvant protique Mise en solution d un composé ionique La mise en solution d un composé ionique se fait en trois étapes : 1. ionisation : le composé ionique est transformé en paire d ions ; 2. dissociation : l anion et le cation sont séparés ; 3. solvatation : les molécules de solvant forment des liaisons faibles (Van der Waals, hydrogène, interaction ion-dipôle...) avec les ions. 9

12 MPSI Lycée Saint-Exupéry D.Malka C2 Molécules & solvants moléculaires Miscibilité de deux corps purs liquides Miscibilité de deux corps pur liquides n dit que deux solvants sont miscibles si leur mélange constitue une phase homogène. Les molécules de chacun des solvant sont alors uniformément réparties au sein du mélange. Deux liquides peuvent être : totalement miscibles : le mélange forme une phase unique ; partiellement miscibles : le mélange forme deux phases différentes mais chaque phase est un mélange des deux corps pur à proportion différentes ; il faudrait parler ici plus proprement de solubilité (quantifiable) ; non miscibles : le mélange est constitué de deux phases, chacune des phases ne contenant qu un seul des deux corps. La phase la plus dense occupe la partie supérieure du mélange. Pour interpréter la miscibilité de deux liquides, il faut comparer l intensité des forces intermoléculaires entre molécules identiques avec les forces intermoléculaires entre molécules différentes : ce sont les liaisons faibles qui peuvent s établir entre les molécules des deux espèces qui déterminent si deux liquides sont miscibles Choix d un solvant Choix d un solvant 1. Les espèces chimiques polaires ou fortement polarisable sont très solubles dans les solvants polaires (ex :Cl dans l eau). Au contraire, les espèces apolaires et/ou peu polarisables sont peu solubles dans l eau (ex : les alcanes dans l eau). 2. Les espèces chimiques protiques sont très solubles dans les solvants protiques (ex : éthanol dans l eau). 3. Les espèces chimiques apolaires se dissolvent bien dans les solvants apolaires (ex : le diiode I 2 dans le cyclohexane). P Application-7 Expliquer pourquoi les huiles à longue chaîne carbonée sont très peu miscibles avec l eau. Extraction par solvant Pour extraire une espèce dissoute dans un solvant, on utilise un autre solvant dans lequel elle est bien plus soluble, ce nouveau solvant étant lui-même très peu miscible avec le solvant initial. Par agitation, l espèce a extraire passe du premier au deuxième solvant. L opération est réalisée dans une ampoule à décanter. D après La dangerosité et la toxicité du solvant sont aussi des critères à prendre en compte. Sans la cadre de la Chimie Verte, on cherche à mettre au point de nouveaux solvants efficaces et inoffensifs. 10

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

PHYSIQUE CHIMIE. Notions de première indispensables. Table des matières. pour la Terminale S 1 LE PHOTON 2 LES SOLUTIONS COLORÉES

PHYSIQUE CHIMIE. Notions de première indispensables. Table des matières. pour la Terminale S 1 LE PHOTON 2 LES SOLUTIONS COLORÉES Table des matières 1 LE PTN 2 LES SLUTINS CLRÉES 3 AVANCEMENT D UNE RÉACTIN CIMIQUE 4 STRUCTURE DES MLÉCULES PYSIQUE 5 INTERACTINS FNDAMENTALES 6 RADIACTIVITÉ ET RÉACTINS NUCLÉAIRES 2 CIMIE 7 MATIÈRE ET

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Préambule Objectifs La culture scientifique et technique acquise au collège doit permettre à l élève d avoir une première représentation

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

CHIMIE ET ENVIRONNEMENT : LA «CHIMIE VERTE»

CHIMIE ET ENVIRONNEMENT : LA «CHIMIE VERTE» CHIMIE ET EVIEMET : LA «CHIMIE VETE» A.1. Liaison chimique et structure du monoxyde d azote A.1.1. Donner la configuration électronique de l atome d azote et de l atome d oxygène dans leur état fondamental

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Fiche professeur. Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu

Fiche professeur. Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu Fiche professeur TEME du programme : Comprendre ous-thème : Cohésion et transformations de la matière Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu Type d activité : Activité expérimentale

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

LES ELEMENTS CHIMIQUES

LES ELEMENTS CHIMIQUES LES ELEMENTS CHIMIQUES.LA CLASSIFICATION PERIODIQUE DE MENDELEÏEV En 869, le chimisme russe Dimitri Ivanovitch Mendeleïev rangea les 63 éléments chimiques connus à son époque dans un tableau. Il les disposa

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 22 avril 2012 Table des matières 1 Couleur, vision et image 3 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 3 1.2 Lentille

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

1 ère Partie : Concepts de Base

1 ère Partie : Concepts de Base 1 ère Partie : Concepts de Base 7 8 J-89 COURS 2. Qu est ce que la Chimie? Ce chapitre ainsi que le suivant sont des rappels de concepts que vous êtes censés avoir appris en Terminale S. Néanmoins, il

Plus en détail

Généralités. Chapitre 1

Généralités. Chapitre 1 Chapitre 1 Généralités Les complexes des métaux de transition sont des molécules constituées d un ou de plusieurs centre(s) métallique(s) (Ti, Fe, Ni, etc.) lié(s) à un certain nombre de «ligands». Ceux-ci

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Des molécules hydrophobes dans l eau

Des molécules hydrophobes dans l eau Des molécules hydrophobes dans l eau B. Cabane PMMH, ESPCI, Paris bcabane@pmmh.espci.fr Je remercie pour leurs contributions: D. Durand, B. Guillot, H. Lannibois-Drean, C. Pascal, C. Poncet-Legrand, A.

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 Sommaire La pression des gaz Séance 1 Comprimer de l air Séance 2 Mesurer la pression d un gaz Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 24 Cned, Physique - Chimie

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ G. Bosschieter, J. Errera To cite this version: G. Bosschieter, J. Errera. Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Plus en détail

Vitesse d une réaction chimique

Vitesse d une réaction chimique Chimie chapitre itesse d une réaction chimique A. Avancement d un mobile et vitesse de déplacement Soit un mobile supposé ponctuel P se déplaçant le long d un axe x [Doc. ] : sa position instantanée est

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE Banque «Agro-Véto» Technologie et Biologie AT - 0310 SCIECES PYSIQUES Durée : 3 heures L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui

Plus en détail

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses. Sommaire Les liquides et la conduction électrique Séance 1 Quels liquides utilisons-nous dans la vie quotidienne? 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Simulation des processus moléculaires à la surface de la glace.

Simulation des processus moléculaires à la surface de la glace. Simulation des processus moléculaires à la surface de la glace. Cas de la photodissociation de la molécule HCl. Stéphane Briquez ( * )( ** ), Maurice Monnerville ( ** ), Brigitte Pouilly ( * )( ** ), Céline

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Introduction aux techniques de nettoyage

Introduction aux techniques de nettoyage BRUNO MERCIER Service Vide L.A.L mercier@lal.in2p3.fr Introduction aux techniques de nettoyage fabrication nettoyage Détection fuite Traitements désorptions Analyse surface installation Étuvage in situ

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Séquence 6. Les piles électriques et l énergie chimique. Fabriquons et utilisons une pile de Volta

Séquence 6. Les piles électriques et l énergie chimique. Fabriquons et utilisons une pile de Volta Sommaire Les piles électriques et l énergie chimique Séance 1 Comment Volta a-t-il inventé la première pile électrique? Séance 2 Fabriquons et utilisons une pile de Volta 1 Fabriquons la pile 2 Utilisons

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Cours 1. Bases physiques de l électronique

Cours 1. Bases physiques de l électronique Cours 1. Bases physiques de l électronique Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Champ électrique et ses propriétés Ce premier cours introduit

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Chapitre I- Le champ électrostatique I.- Notions générales I..- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Quiconque a déjà vécu l expérience désagréable d une «décharge électrique» lors

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

MEMOIRE Présenté pour l obtention du diplôme de MAGISTER EN : PHYSIQUE Spécialité : Matériaux & Composants

MEMOIRE Présenté pour l obtention du diplôme de MAGISTER EN : PHYSIQUE Spécialité : Matériaux & Composants N d ordre : 41/2010-M/PH République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail