METHODOLOGIE EMPLOYEE DANS LA CARACTERISATION DE MORTIERS DE LA CATHEDRALE DE PAMPELUNE (ESPAGNE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "METHODOLOGIE EMPLOYEE DANS LA CARACTERISATION DE MORTIERS DE LA CATHEDRALE DE PAMPELUNE (ESPAGNE)"

Transcription

1 1457 METHODOLOGIE EMPLOYEE DANS LA CARACTERISATION DE MORTIERS DE LA CATHEDRALE DE PAMPELUNE (ESPAGNE) ALVAREZ, JOSE IGNACIO; MARTIN, ANTONIO et GARCiA CASADO, PEDRO J. oepartamento de Quimica Y Edafologia, Facultad de Ciencias, c/lrunlarrea sin, Universidad de Navarra, 318 Pamplona (Espana) RESUME On etudie 1 echantillons de mortiers provenants de l'interieur du temple de la catmdrale de Pampelune, Espagne (XIV et XVeme ss.). Au debut, on a realise une classification precedent des differents types de mortiers analyses, basee dans un examen visuel, diffraction des rayons X (DRX) de l'echantillon et determination chimique elementaire. Les resultats montrent!'existence de sept possibles zones avec de differents types de mortiers. La caracterisation des memes on a effectue par!'analyse chimique general, caractensation de l'agregat employe - composition mineralogique par diffractometrie des rayons X et courbe granulometrique-. determination de sels solubles par potentiometrie, observation au micoscope electronique a balayage, determination d'anions par cromatographie ionique, et caracterisation thermique par analyse thermique differentielle (ATD) et analyse thermogravimetrique (ATG). Les resultats obtenus confirment les deductions de l'etude precedent. INTRODUCTION La construction d'ouvrages monumentaux a present devenus d'interet historique et artistique represente un defit "technico-scientifique" tres interessant. Le therme "mortier'' designe un melange de sable, d'eau et de calcaire ou cement. Dans le temps, on utilisait des mortiers faits d'un melange de calcaire, de sable et d'eau, c'est a dire, respectivement, d'un composant durcissant, d'une charge inerte et d'un moyen d'obtenir une consistance plastique facile a travailler (Frizot. 1975; Putnam y Carlson, 1989; Martin, 199). La caractensation des mortiers est specialement compliquee; ceci est du a leur complexite chimique. Le numero et le type des determinations depend directement des objectifs du travail. Pour un archeologue, la caracterisation est souvent limitee a determiner un petit nombre de parametres chimiques et souvent un examen visuel suffit a satisfaire ses pretentions (Furlan y Bisseger, 1975; Jedrzejewska, 1981). Pour un scientifique qui s'occupe des mortiers, la caracterisation doit etre plus ample et censee realiser un plus grand nombre de determinations. Si on veut effectuer une reconstruction, ii est convenable de caracteriser le mortier sur son aspect visuel morphologique et physique, afin que le nouveau mortier ne differe pas trap de l'ancien (Ashurst, 1983). OBJECTIFS Dans cette etude, nous avons mis en oeuvre une methodologie pour caracteriser les mortiers qui en general, tiendrait compte en premier lieu des mortiers employes dans les differentes etapes de la construction d'un monument ancien, s'etendant. dans le temps grace a une methode rapide utilisee sur tous les echantillons qui on pu etre preleve sur!'edifice. Pour cela, on a essaye de prouver la rapidite de la methode avec des echantillons de mortier du meme genre et de caracteristiques semblables utilisees a la cathedrale de Pampelune. Deuxiemement on a etabli la caractensation complete (morphologique, chimique, physiochimique, mineralogique et petrographique) d'un nombre reduit d'echantillons representatifs, correspondant a chacune des differentes sortes de mortiers qui ont pu ~tre differencies grace a la methode rapide. NOTIONS HISTORIQUES Les echantillons ont ete pris des murs et des voutes de la partie interieure du temple de la cathedrale Santa Marfa la Real de Pampelune. Le temple se trouve a l'extremite septentrionale du groupe de la cathedrale; la tete s'oriente vers l'ouest avec une legere deviation vers le nord. II a ete construit entre 1394 et 1512, ii est, en croix latine, avec trois nets. Le nef central, le transept et la grande chapelle sont plus hautes (25,8 m) que les nets laterales (12,8 m). Le demier tronc;on de

2 1458 ces nets, proche a l'entree principale, a ete construit plus tard (XVlleme siecle) quand on a edifie la fayade neoclassique (Torres, 1946; Lambert, 1951; Garriz, 199) Figure 1. Plan du temple. Cathedrale de Pampelune. Differents etapes de construction METHODOLOGIE EXPERIMENTALE Le procede employe pour recuperer les echantillons a consiste a prendre des echantillons de mortiers avec un ciseau, rejetant la partie exteneure des jointures dans le but d'obtenir un material le mains modifie possible et non-altere. On a pris un total de 1 mortiers de!'edifice qui correspond par rapport au dessin n 1 aux zones de construction de a , et en plus une zone decouverte dans des excavations et qui appartient a l'ancienne catmdrale romaine, detruite en La methodologie de caracterisation a suivi les phases suivantes: 1. Groupement des mortiers. Ces determinations ont ete realises sur tous les echantillons disponibles. Tout d'abord on proceda a un examen visuel a l'aide d'une loupe et a un examen microscopique (Wild M42 avec MPS 46/52 accouple a une Photoautomatique Nikon). Pour chaque echantillon on a rempli une fiche identique a celle qui suit, et aussi est obtenu une microphotographie de grossissement 65: ECHANTILLON: DATE: Degre d'homogeneite tres bas_bas_moyen_eleve_tres eleve_ LIANT: AGREGAT: Domin ante Dominante. Superficie: uniforme Superficie: ronde. irreguliere. avec arretes tres irreguliere Variabilite a cause de: couleur Couleur dominante taille. Autres couleurs Degre de variabilite nul. Bements etranges bas. mo yen. el eve Variable par zones Couleurs dominantes. Degre d'insertion dans le Jiant Puis, ayant pris une fraction representative de l'echantillon, apres l'avoir moulu dans un mortier d'agate, on proceda a la caractensation mineralogique par diffraction de rayons X (Diffractiometre Siemens D-5).

3 1459 L'analyse chimique se fonda sur l'attaque des echantillons avec du HCI (1 :5) chaud durant 1/2 heure au bain mairie et avec une agitation mecanique pendant 5 minutes. Puis on le filtre a travers un creuset avec plaque filtrante (taille de pore 4) prealablement tasse. C'est ainsi que l'on detenninera la fraction du residu insoluble (Puertas et al., 1992). Sur une autre partie de l'echantillon on determina, par calcimetrie, le dioxyde de carbone transforme en contenu theorique de carbonate de calcium, fraction liante. La difference jusqu'a 1 de la somme des valeurs du residu insoluble et du carbonate de calcium est la fraction soluble (Jedrzejewska, 1981). Dans la solution qui precede l'attaque, on determina du Si 2 soluble, Fep 3, A1p 3, Na 2 y Ki par spectrometrie d'emission de plasma accouple par induction (ICP), spectrophotometrie d'absortion atomique et d'emision avec flamme et par des methodes gravimetriques et volumetriques (Alvarez et al., 1996). 2. Caracterisation complete des mortiers. Ces determinations sont ete realises seulement dans des echantillons representatifs de!'ensemble determines en (1). On a effectue une analyse chimique complete par desagregation avec carbonate de sodium. En outre, une portion des echantillons a ete soumi a une extraction des sels solubles avec d'eau distillee, et celles-ci ont ete determinees quantitativement par potentiometrie (potentiometre Mettler Toledo), et par cromatographie ionique (Dionex QIC Analyzer) les anions sulfate, nitrate et chlorure presents. Une autre portion representative de l'echantillon (5 g) a ete soumie a une attaque avec HCI (1 :1) dans le but de mettre en solution le liant et faire, a travers de tamis, la courbe granulometrique qui est correspondante. Les composants du residu insoluble de l'attaque avec HCI realisee a (1), ceux-ci ont ete analyses par desagregation avec carbonate de sodium et par diffraction de rayons X. A la fin, les echantillons representatifs ont ete analyses par une methode thermique, un analysateur ATG-ATD simultane (Stanton-Redcroft STA-78), et on a aussi employe le microscope electronique a balayage pour voir les echantillons a differents grossissements. RESULTATS ET DISCUSSION Les resultats obtenus permettent de regouper les echantillons en sept zones possibles differentes et numerotees de 1 a 7 correspondant a: zone 1, absidiole; zone 2, maitre autel ou presbytere; zone 3, transept; zone 4, nef laterale sud, premiers trom;ons; zone 5, nef laterale sud, deuxiemes trom;:ons; zone 6, nef centrale; zone 7, fondations romaines. Le dessin ci-dessous montre les surfaces qui determinent les differents types d'echantillons. La zone 7 se trouve justement dans l'une des fouilles realisees dans le sol de la zone 1. zona 3 zona 2 zona 1 zona 6 zona 5 zona 4 Figure 2. Zones classees avec different mortier Ci-ctessous, les resultats obtenus. Les observations typiques notees correspondent aux valeurs moyennes.

4 146 Tableau I. Homogeneite et caracteristiques des echantillons DEGRE D'HOMOGENEITE ZONE CARACTERISTIQUES 1 mo yen enduit gris, zones alveolaires 2 moyen-eleve croote superficielle plus dure 3 eleve charge inerte tres visible 4 moyen (tres variable) enduit gris, nodules de liant 5 mo yen zones irregulieres fragmentees 6 moyen bas-bas enduit gris, zone grise deterioree, nodules de Ii ant 7 m~en nodules de liant mal cristallise Tableau II. Examen visuel du liant ZONE SUPERFICIE COULEUR AUTRES CORPS ETRANGERS COULEURS 1 tres irreguliere blanc beige-grisatre fragments de bois, paille 2 irreguliere blanc beige fonce coquilles 3 irreguliere blanc - fragments de bois 4 tres irreguliere blanc grisatre paille, charbon 5 irreguliere blanc beige - 6 tres irreguliere beige blanc, gris, marron, fragments de bois, noir charbon 7 tres irreguliere blanc-marron be_!g_e - T a bl eau Ill Ex amen v1sue Id e I' a_g_r~a ZONE TAILLE DEGRE DE DEGRE COULEUR VARIABILITE D'INSERTION 1 tres petit moyen haut rouge, gris, marron 2 tres petit moyen-bas tres haut marron, gris 3 pet it mo yen tres haut rouge, gris, marron, beige 4 tres petit mo yen haut blanc, gris, rouge, marron 5 tres petit mo yen haut blanc, gris, rouge, marron 6 pet it moyen haut blanc, gris, rouge, marron 7 tres _e_etit mo_len mo_len blanc, rou_g_e, marron Tableau IV. Resultats du DRX sur un echantillon entier ZONE CALCITE SILICE PLATRE ANHYDRITE PHASES DE CaC3' SILICATES SiO...z. 1.. * t - t, p 1, * - 1,79 3 * # # t 1, * # 2, * 2, p 1, t,57 ***: >75%; **: 4%-75%; *: 2%-4%; p: petite quantite (5-2%); t: traces (<5%); - : absent#: phases presentes en quelques echantillons des zones. Sur le tableau precedent, on a recueilli aussi les resultats de considerer semi-quantitative la technique, en rapprochant la relation entre calcite et silice.

5 _/ 1461 Tableau V. Analyse chimique ZONE RES I DU CaC3 (%) FRACTION INSOLUBLE j_o/o}_ SOLUBLE(%) 1 4,1 53,3 6, ,16 54,9 12, ,82 57,81 13, ,84 53,42 2, ,29 64,33 1,38 6 3,83 59,73 9, ,41 48,41 4,18 Tableau VI. Composition chimique de la solution ZONE MgO Si2 sol(%) FE!23 Al23 (%) Na2 K2 _t>/tl_ fl/tl_ fl/ol {%) 1 1,71,41,31,27,5,9 2 1,77 1,43,39,44, 11,9 3 2,84 2,9,44,38,4,7 4 2,65 1,5,34,42,12,13 5 2,4,82,32,41,12,16 6 2, 11 1,22,44,45,5, ,57,77,31,34,4,7 Les analyses effectuees montrent que les echantillons analyses correspondent a des mortiers de chaux avec des agregats de nature silicieuse. Les echantillons presentent, en general, un etat de conservation relativement mediocre, selon les observations realisees a la loupe et au micorscope; ii taut remarquer le degre de deterioration de la zone 6. Les resultats de!'analyse mineralogique realisee par DRX soulignent que la calcite est la principale phase minerale presente. On ne trouve practiquemment pas de phases de platre qui fasse partie des melanges, sauf dans certains cas ponctuels (echantillons des zones 3 et 4) mais dans aucun cas comme phase dominante. On a compare les relations CaCOJSiOy obtenues par DRX et par analyse chimique, grace au test de Wilcoxon pour des distributions non-norrnales, sans qu'il y ait pour autant de differences significatives (p=.4553). Les valeurs obtenues par!'analyse chimique ont ete portees sur un graphique triangulaire (Frizot, 1975; Bello y Martin, 1988) qui a perrnis de les comparer et d'etablir des differences entre les divers zones. Les graphiques suivants representent les valeurs pour les echantillons de chaque zone. L'origine des echantillons dans le monument,!'examen macro et microscopique et la position sur des graphiques triangulaires comme on peut observer sur les precedents dessins, a pennis de separer tes mortiers, d'abord les types des zones 1, 4, 5 et 7 et un autre du aux echantillons des zones 2, 3 et 6 (bien que les echantillons de cette demiere offrent un etat de conservation beaucoup moins bon). Vraiment, on ne semble qu'on puisse faire une etude plus profonde jusqu'a ceci. On a employe pour cela la representation en graphiques circulaires. -Ci-dessous, les graphiques circulaires. Comme on peut le constater, ces graphiques corroboient les aspects qui ont ete defini jusqu'a present en ce qui conceme les differences entre les types de mortiers. On propose l'emploi du parametre residu insoluble/fraction soluble comme element differentiateur avec les valeurs suivantes. Tableau VII Relation residu insoluble/fraction soluble ZONE RESIDU INSOLUBLE/FRACTION SOLUBLE 5,75 2,6 2,15 1,25 2, ,

6 ......,,.,._duncih1>le 1462

7 1463 ZONE 1. ABSIDIOLE % r. insolubl e ZONE4, N EF SUD PREMIERS TRON<;:ONS _, C % r. insoluble % CaC3 % tjgc3 % SiOZ sol. % R23 rill reste ZONE 2: MAITR E AUTE L ZONE 5, NEF SUD DEUXIEMES TRON<;:ONS a% r. insoluble % CaC3 % tjgc3 ISi% Si2 sol. % R23 lllreste ZONE 3, TRANSEPT ZONE 6, NEF CENTRALE a % r. insoluble % CaC3 % tjgc3 Ill% SiOZ sol. % R23 Ill reste ZONE 7, ROMAINE % CaC3

8 1464 Ce parametre permet de distinguer des zones chronologiquement contigi.ies, comme par exemple la zone 4 et 5 et ii permet de discriminer la zone 6 des zones 2 et 3. La differentiation se complique d'une fa9on extraordinaire pour les zones 2 et 3. C'est pour cela que dans cette etude nous avons propose une analyse exhaustive des composants de la fraction soluble et la caracterisation complete realisee plus tard. Cependant ce degre de similitud correspond aux phases de construction de!'edifice, dans lequel les zones 2 (presbytere) et 3 (transept) ont ete construites a peu pres au meme temps et probablement avec les memes materiaux, c'est pourquoi les differences seront minimes et dues plutot a son point d'echantillonage. D'un autre cote,!'utilisation de l'acide chlorhydrique comme agent attaquant re9oit l'aval pour son emploi frequent, note dans la bibliographie. Les conditions de reactions varient selon les auteurs. Dupas (1981) indique comment devrait se faire l'attaque pour stabiliser au maximum la silice constitutive des composants hydrauliques: 1. Avec du chlorhydrique tres dilue pour favoriser la mise en solution de divers composants et limiter la formation de silice colloidal. 2. II taut travailler a temperature ambiante pour eviter la precipitation de la silice combinee (silicates et silicoaluminates de calcium). 3. Limiter le temps de reaction. Dans l'attaque du HCI (1 :4) 16 heures a temperature ambiante, le temps de reaction semble excesivement eleve, ce qui implique plus de travail dans le cas ou le nombre d'echantillons est plus important. Puertas (1992) a reduit ce temps a 1 /2 heure d'attaque et d'agitation magnetique, sans que cela est une quelconque incidence sur les resultats obtenus. Dupas meme (1981) averti que la quantite de silice rendue soluble diminue legerement quand le temps de reaction augmente. Dans cette etude, on a realise une comparaison entre l'attaque avec du HCI (1 :5) a temperature ambiante (froid) et chaud (bain marie) parmi 19 echantillons, 7 sont representatifs des zones de prelevement et 12 sont selectionnes aleatoirement. Les ecarts ont ete determines par un test de couples pour des distributions qui s'eloignent de la loi normale. Les resultats de la comparaison des variables determinees sont exposees dans le tableau suivant: Tableau VIII. Comparaison entre l'attaque acide a chaud et a froid Variable Valeur de la probabilite associee a l'ecart de la methode statist!_g_ue Residu insoluble,1 (***) Oxyde de calcium,49 (n.s.) Silice soluble,7 (**) Oxyde de magnesium,2598 (n.s.) Oxyde de fer,1 (***) Oxyde de aluminium,1 (***) Oxyde de sodium,28 (*) O~de de.e_otassium,21 J.**l n.s.: pas significatif; *: significatif; **: tres significatif; ***: hautement significatif ca veut signifier!'existence de differences hautement significatives entre la methode a froid et la methode a chaud pour la determination du residu insoluble (p=,1). La methode a forid semble ne pas mettre en solution toute la fraction liante, et rester encore plus que le residu insoluble dans la portion retenie. Cette hypothese est appuyee aussi dans les differences observees entre les valeurs de Fep 3 et A1p 3 (hautement significatives, p=,1 pour chacun). lesquelles pourraient etre atribuees a la partie de la fraction liante (avec d'impuretes), et aux silicates hydrauliques lesqules l'attaque a froid ne peut pas les mettre en solution. Les ecarts observes pour les oxydes alcalins (Na 2 y ~O) y auraient leur explication.

9 1465 Cependant, ii y a une autre hypothese a considerer a la vue de ces resultats: que la methode a chaud est si forte que soit capable de mettre en solution une partie de la fraction de ragregat et ceci origine ces differences entre les deux. L'insuffisant temps d'attaque ne semble pas appuyer cette demiere hypothese, mais pour la ecarter on a fait dans cette etude une analyse chimique complete des echantillons pour desagregation avec carbonate de sodium. L'analyse donne un point de reference pour les valeurs obtenus. En plus, on a realise aussi une analyse chimique aux residus insolubles de l'attaque acide, et on a poruve que la methode a chaud permet la mise en solution de toute la calcite, ce qu'on n'est pas possible avec la methode a temperature ambiante. La restriction du temps de reaction a une demie heure empeche la decomposition des sables argileux, pusique les variations dans les teneurs en Rp 3 entre l'un et l'autre traitement (forid et chaud) rarement depassent le 1 %. Cela pourrait etre atribue a la fraction liante, dont la methode a froid ne pourrait pas mettre en solution par le court temps de reaction. II est convenable dire que Dupas fixe en 16 heures le temps de reaction avec HCI a temperature ambiante justement dans le but d'assurer la mise en solution de ces oxydes de fer et d'aluminium. Pour les mortiers analyses, les differences indiquees par Dupas (1981) pour les teneurs en silice combinee, malgre leur signification statistique (p =,7) resultent peu releves du aux bas teneurs de la silice soluble (autour de,4% pour l'attaque a chaud). C'est pour cela qu'il n'est pas raison suffisante pour choisir l'attaque a froid. L'attaque a chaud, limite dans son temps de reaction, met en solution taus les composants de la fraction liante et reste dans le residu insoluble, avec une bonne approche, la fraction de l'agregat. Cet aspect resulte d'un grand inten~t si on pretend evaluer l'hydraulicite et impuretes de la fraction liante employee, puisqu'on evite comme-ya une attaque si forte qu'affecte a une partie de l'agregat. L'effet de l'acide sur l'agregat augmenterait les valeurs en evitant tirer des conclusions valables. En plus, cette attaque est valide pour les echantillons avec phases de platre, et pour cela, ecarte son effet excessivement agressif sur l'agregat, resulte l'attaque souhaitable pour les mortiers analyses dans ce travail. Le tableau suivant montre les resultats de!'analyse chimique complete de composants majoritaires. Tableau IX. Analyse chimique quantitative ZONE Pertea SiO,* Ca(%) MgO (%) ~O:\* so~- 4 Na?O (%) K?O (%) feu* (/'1 1%1 1%) 1 27,48 29,37 32,98 2,49 5,63,81,28, , 11 24,95 35,96 3,28 4,17,52,31, ,27 22,18 37,56 2,49 4,7,9,63,26, ,5 19,75 36,9 3,48 3,98,69,28, ,1 19, 11 38,42 4, 8 3,55,65,17, ,78 38,36 24,63 1,98 4,81,3, 15, ,35 39,13 26,34 2, 12 7,23,82,22,66 *Pertea feu indique la perte par calcination a C. Le pourcentage de Si 2 fa1t reference a Si2 totale de l'echantillon. R 2 3 indique le % de Fe, Al y Ti comme oxydes. Ces resultats tendent a montrer et confirment les differences obtenues entre chacun des types de mortier. On detache a nouveau la ressemblance entre les echantillons des zones 2 et 3. Les zones 4 et s (de la meme epoque de construction) offrent aussi des valeurs semblables malgre qu'elles sont restees bien differenciees dans les graphiques triangulaires et circulaires, et aussi meme, comme on vera, avec les valeurs de la conductivite totale. Les resultats obtenus par l'attaque avec HCI a chaud, a froid et par desagregation avec carbonate de sodium ont ete compares pour les variables determinees. Le tableau suivant

10 1466 montre les resultats de la comparaison et la probabilite associee a la valeur statistique calculee. La methode statistique de Friedman (univariante pour des distributions non normales) a ete employee pour estimer le degre de signification. Tableau X. Comparaison attaque acide a froid-attaque acide a chaud-desagregation avec carbonate de sodium Variable Valeur de la probabilite associee l1i l'ecart de la methode statist.!_g_ue## Residu insoluble#,119(*) Oxyde de calcium,7716 (n.s.) Oxyde de magnesium,5647 (n.s.) R23,9 (***) Oxyde de sodium,38 (**) O~de de potassium,21 (**) # comparaison avec Si2 dans la desagregation ## n.s.: pas significatif; *: significatif; **: tres significatif; ***: hautement significatif II ya des differences significatives entre les methodes (p =,119) pour la valeur du residu insoluble (associe a Si 2 dans la desagregation); on trouve aussi des differences hautement significatives (p =,9) pour la determination de R 2 3, et tres significatives pour celles des alcalins Na 2 et K 2 (p=,38 et p=,21, respectivement). Pour les valeurs de Cao et MgO on n'a pas trouve differences significatives entre les methodes. Apres, on a essaye la methode statistique de Wilcoxon pour evaluer les traitements entre lesquels on etablissaient differences. On a observe que pour la variante residu insoluble, ii y a des differences significatives entre la desagregation et l'attaque a froid (p =,28), et, comme on a deja indique, aussi meme entre l'attaque a forid et a chaud (p =,18). Pour les valeurs de R 2 3 on a trouve des ecarts significatifs entre les methodes, deux a deux, desagregation-attaque a chaud, desagregation-attaque a froid, et attaque a froid-attaque a chaud (p=,18 pour chaque comparaison). Pour les oxydes alcalins Na 2 et K 2 on a vu des ecarts de la desagregation aussi avec l'attaque a chaud comme avec l'attaque a froid (p=,18 pour chaque comparaison). Ces comparaisons tendent a montrer et evaluent un nombre de problemes de la desagregation qu'au debut ceux-ci pouvaient deja les supposer, c'est-a-dire:!'analyse complete par desagregation ne fait aucune difference entre le liant et l'agregat, car l'attaque trop agressive augmente significativement les valeurs de R 2 3 et d'oxydes alcalins, et comme resultat, fait impossible associer l'appartenance de ces composants a chacune des fractions dites. Peut-etre, l'ecart significatif de ces composants, plus encore que la convenable mise en solution de la partie associee au liant, celui-ci serait correspondant avec la partie associee a l'agregat dont l'attaque si forte permettra la mise en solution. En effet, on ne trouve aucun ecart significatif entre Cao et MgO, ce que tend a prouver que l'acide chlorhydrique met, d'une fa9on convenable, en solution le liant. Ce probleme empeche la connaissance plus profonde du type de liant employe (calcaire pure, avec impuretes et son pourcentage,... ) a travers!'analyse complete, et, par consequence, evaluer le degre d'hydraulicite de l'echantillon. L'analyse complete par desagregation ne met pas en evidence les diverses varietes de silice, et ceci empeche, definitivement, evaluer le degre d'hydraulicite puisqu'on ne determine pas le pourcentage de silice soluble en acide (laquelle appartient aux silicates hydrauliques). Ce probleme a deja ete souligne precedemment dans la bibliographie (Dupas, 1981). La methode mise au point dans ce travail semble etre plus convenable pour la caracterisation des mortiers que la desagregation, aussi pusiqu'il faut longtemps pour essayer celleci, pendant que celle-la c'est mieux pour un grand nombre d'echantillons. Cependant, on peut employer la desagregation dans le but de comparer les resultats

11 1467 obtenus puisqu'elle offre les teneurs reels de tous les composants de l'echantillon. on a realise cette comparaison, comme on a deja dit precedemment, pour ecarter l'hypothese de l'attaque a l'agregat qunad on emploie le traitement a chaud. Aussit6t, la comparaison effectuee entre l'attaque chlorydrique a temperature ambiante et a chaud par rapport a la desagregation, montre a nouveau 1es ecarts significatifs quand on considere le parametre residu insoluble. La methode a chaud approche mieux le residu insoluble a un parametre reel de reference lequel pourrait etre le pourcentage de silice calcule par desagregation. II n'existe aucun ecart significatif apres la comparaison des valeurs du residu insoluble de l'attaque chlorydrique a chaud et les teneurs de Si 2 de la desagregation. La methode a froid ne met pas en solution tout le liant; on a etabli un ecart significatif (p =,28) entre le pourcentage de residu insoluble de l'attaque a froid et le pourcentage de silice calcule par desagregation. On peut dire que l'attaque a froid reste encore "un peu plus" que residu insoluble, et qu'on ne peut pas associer au pourcentage de Si 2 obtenu par desagregation. II taut dire que dans les mortiers analyses le residu insoluble devra etre compose de Si 2 (sous la forme de a-quarte) principalement, et des silicates non hydrauliques, non solubles, mais en tres bas pourcentages. Par consequence, l'attaque avec HCI a chaud donne une meilleure distinction entre la fraction liante et la fraction de l'agregat que celle qui donne l'attaque avec HCI a froid. L'analyse chimique comparee des residus insolubles de toutes les deux methodes a confirme ces hypotheses dans le cadre de l'etude de comparaison entre eux. On montre les valeurs obtenus par potentiometrie dans l'extrait aqueux et des teneurs des anions. Tableau XI. Valeurs potentiometriques et d'anions ZONE Valeur poten-tiometrique er(%) N3-(%) so7-(%) pour 1 mg d'echantillon ~ar ml_imsj_ 1 17,98,25,, ,61,159,84, ,36,139,5,2 4 71,58,412 1,876, ,39,72 1,524, ,22,471,35,37 7 2,8,267,,7 On peut voir dans le tableau precedent claires differences entre les zones 4 et 5, et une ressemblance notoire entre 2 et 3. Les teneurs d'anions calculees par cromatographie ionique coincident avec ces considerations. Les grandes teneurs d'anion nitrate trouvees pour les zones 4 et 5 (superieures a 1,5%) posent l'hypothese de!'utilisation des memes materiaux d'origine, bien que les mortiers sont differents, et compte tenu de leur voisinage dans le monument et dans l'epoque de construction. Leurs differences peuvent etre en rapport avec changes de proportion dans les recipes d'origine, mais en tout cas pas trop accentues. En outre, la consideration propre a les teneurs de sels solubles presente une relation evidente avec l'etat de conservation du mortier. On a effectue la caractensation complete de l'agregat par diffraction de rayons X du residu insoluble de l'attaque avec HCI, et par granulometrie de la sable. L'examen de rayons X montre que la plupart du residu insoluble est compose par a-quarte principalement, et aussi, en plus bas proportion, par moscovite [(K,Na)(Al,Mg,Fe) 2 (Si 6, 1 A1. 9 ) 1 (H) 2 ), anortite (CaAl 2 Sip 6 ), albite (NaAISip 6 ), sanidine (Na 1< t.isi o ), et encore plus bas augite [(Ca,Mg,Fe)Si 3 ). oligoclase (,83NaAISi 3 6,,61' ',39' ' O, 16CaAl 2 Si 2 Q 6 ), parawollastonite (CaSi 3 ), chlorite [(Mg 2. 6 Fe 2.~ 1 1 )Si 2. aa1 1.P 1(H)8], ma1s tou1ours en petite proportion. Les graphiques suivants montrent les courbes granulometriques accumulatives representatives des zones. on represente a abscisses le log(taille du tamis (mm)), et a ordonnees le Pourcentage de refus.

12 N Ill ~ 8 ~ ci log(temeno de mall del temlz (mm)) "" =.... ~ Ill a ~ a ~ ~ ~ s e ~ ~ ~ N N N N N log(tameno de mall del tamlz (mm)) Zone 1. Absidiole Zone 2. Ma.i"tre autel i = Ill a f2 a ~ ~ ": a ~ ~ ci N N N N log(tamano de mall de111mlz (mm)) 2 u.. ~ Ill I? a ~ ~ I? N o< ~ Ii! ~ ii'i :ii N N N N N log(tomeno de mall del temlz (mm)) Zone 3. Transept Zone 4. Nef laterale sud, premiers tronyons i ~ 4. Ill a ~ 8 ~ ~ ~ 8 ~ ~ ~ ~ - _:NNNNN log(temano de ma Ila del tamlz (mm)) tn ~ C'i N ~.... Ill a ~ a ~ ~ ~ s 2 ~ ~ ~ ~ ~ - ~ N N N N N N N log(tamano de mall del tamlz (mm)) Zone 5. Nef laterale sud, deuxiemes tronyons Zone 6. Nef centrale "".. = Ill a ~ 8 ~ ~ ~ 8 e ~ ~ ~ ~ ~ - _: N N N N N N N log(temano de mell1 del tomlz (mm)) Zone 7. Fondations romaines

13 1469 Les courbes confirment l'hypothese posee: les materiaux employes dans les zones 4 et 5 ce sont les memes, car ils ont un haut degre de ressemblance en ce qui conceme a la distribution des tailles de l'agregat. Pour cela, on peut dire qu'il s'agit d'un agregat du meme type. L'interpretation des thermogrammes obtenus montre les valeurs suivantes. Tableau XII. Examen thermogravimetrique: courbes endothermiques et pertes associees ZONE Courbe % initial de % final de % perte de endotherm!g_ue l'echantillon l'echantillon l'echantillon ,497, ,885 97,27 1, ,27 96, 197, , ,923 22, ,29, ,439 95,723 2, ,723 94,54 1, ,54 68,28 26, ,747, ,736 96,629 2, ,629 95,88, ,32 67,11 28, ,35, ,521 94,845 2, ,845 94,34, ,34 65,914 28, ,151, ,919 95,22 2, ,22 94,331, ,331 63,694 3, ,72, ,85 97,19 1, ,19 96,338, ,338 67,724 28, ,788 1, ,363 92,877 5, ,877 92, 175, , ,719 18,456 Ces valeurs correspondent a peu pres au pourcentage d'humidite (2-12 ), perte d'eau structurelle (3-55 ), decomposition du carbonate de magnesium (55-61 ) et decarbonatation de la calcite (61-88 ). Les valeurs des pourcentages de perte de poids associees au rang de temperatures confirment les hypotheses anterieures: la ressemblance entre les zones 2 et 3; l'emploi des memes materiaux a 4 et 5. La zone 7, fondations romaines, montre un ecart significatif des autres dans cette analyse thermogravimetrique. CONCLUSIONS 1a La methodologie proposee dans cette etude resulte valide pour la caracterisation des mortiers de la catmdrale de Pampelune. Celle-ci consisterait a: 1 Groupement des mortiers. Realisation des determinations dans tous les echantillons disponibles. 1) Examen

14 147 - macroscopique: visuel, a l'aide d'une loupe - microscopique: microphotographie 65X 2) Diffraction de rayons X: elle peut etre utilisee pour!'analyse quantitative de la relation CaC3'Si 2 dans mortiers avec agregats siliceux. On peut determiner!'existence de phases de platre. Si cette determination-ci resulte positive, on procede a calculer par gravimetrie l'anion sulfate dans la solution de l'attaque avec HCI. 3) Analyse chimique rapide avec HCI dilue a chaud. 4) Classification des types de mortiers en tenant compte dans cet ordre: 1 Examen visuel et lieu de prelevement (zone d'echantillonnage dans le monument) 2 Graphique triangulaire 3 Graphique circulaire: relation Residu insoluble/fraction soluble 4 Graphique circulaire: composants de la fraction soluble 2 Caracterisation complete des mortiers. Ces determinations on les fera seulement dans les echantillons representatifs. 1) Analyse chimique complete de constituants majoritaires: point de reference sur les valeurs des composants de la melange. 2) Determination de sels solubles 3) Caracterisation de l'agregat: DRX du residu insoluble en acide et granulometrie 4) ATD-ATG de l'echantillon 5) Microscopie electronique a balayage: pour resoudre des problemes ponctuels. 2a On peut etablir sept types differents de mortiers, de ceux qui ont ete analyses dans la cathedrale de Pampelune, correspondants a sept zones architectoniquement distinctes et avec differences chronologiques en ce qui concerne a leur edification. BIBLIOGRAPHIE 1. Frizot, M. Mortiers et enduits peints antiques -etude technique et archeologique. Ed. Centre de Recherches sur les techniques greco-romaines. Universite de Dijon (1975). 2. Putnam and Carlson. Diccionario de Arquitectura, Construcci6n y Obras Publicas. Ed.Paraninfo (1988). 3. Martin, A Ensayos y experiencias de alteraci6n en la conservaci6n de obras de piedra de interes hist6ricoartfstico. Ed.Centro de Estudios Ram6n Areces. Madrid (199). 4. Furlan, V.; Bisseger, P. Les mortiers anciens. Histoire et essais d'analyse scientifique. Revue suisse d'art et d'archeologie. (1975), 32, Jedrzejwska, H. Ancient mortars as criterion in analysis of old architecture. Mortars, Cements and Grouts used in the Conservation of Historic Buildings, Symposium ICC ROM. ( 1981 ), Ashurst, J. Mortars, plasters and renders in conservation, Ecclesiastical Architects'and Surveyors'Association (1983). 7. Torres, L. Filiaci6n arquitect6nica de la Catedral de Pamplona. Principe de Viana (1946), Lambert, E. La Catedral de Pamplona. Principe de Viana (1951), Vol.42-43, Garriz, J. Catedral de Pamplona. Colecci6n NAVARRA. Temas de Cultura Popular (199), Puertas, F.; Blanco-Varela, M.; Martinez, S.; Acci6n, F.; Alvarez, G. Methodology of analysis of stones and mortars in monuments. 7th International Congress on Deterioration and Conservation of Stone. Lisbon (1992), Alvarez, J. l. ; Martin, A ; Garcia Casado, P.J. Caracterizaci6n rapida de morteros de la Catedral de Pamplona. Libro de Comunicaciones del Ill Congreso Internacional de Rehabilitaci6n del Patrimonio Arquitect6nico y Edificaci6n. Granada, mayo Ed.E.M.Sebastian Pardo, I. Valverde, U.Zezza. pp Bello, M.A.; Martin, A The cathedral of Seville (Spain). 11- mortar characterization. Conference Proceedings. Vlth International Congress on Deterioration and Conservation of Stone. Torun (1988), Dupas, M. L'analyse des mortiers et enduits des peintures murales et des batiments anciens. Mortars, Cements and Grouts used in the Conservation of Historic Buildings, Symposium ICCROM :

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE DOCUMENT DE SYNTHESE ETUDE DE LA STABILITE DU E-LIQUIDE ILIXIR TESTES PAR ANALYSES THERMIQUES (ATG/ATD) Philippe Ayrault (1), François Jérôme (1), Antoine Piccirilli (2), Vincent Bonnarme (2) (1) IC2MP

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

Elaboration d une Pouzzolane Artificielle à Base de la Zéolithe X Synthétisée à partir de Kaolin Naturel

Elaboration d une Pouzzolane Artificielle à Base de la Zéolithe X Synthétisée à partir de Kaolin Naturel MATEC Web of Conferences 11, 01005 ( 2014) DOI: 10.1051/ matecconf/ 20141101005 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 2014 Elaboration d une Pouzzolane Artificielle à Base de la Zéolithe X

Plus en détail

L eau dure La dureté de l eau

L eau dure La dureté de l eau L eau dure La dureté de l eau Tous les jours, les publicités nous parlent de l'eau qui est trop dure, de l'eau qui est pleine de calcaire, que cela n'est pas bon. Quelles sont les conséquences liées à

Plus en détail

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments 1.3 Caractéristiques et emplois des ciments L industrie cimentière met aujourd hui à la disposition de l utilisateur un grand nombre de ciments qui présentent des caractéristiques bien définies et adaptées

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille

Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille Myriam Bouichou Elisabeth Marie-Victoire - Philippe Bromblet - Claire Valageas - Luca Baldazzi Les ciments naturels

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Les eaux d irrigation par leur composition peuvent avoir une influence sur le sol (Coutinet, 1965). Comme, les eaux de la nappe du Mio-plio-quaternaire de la

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ;

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ; CONCOURS EXTERNES IT 2012 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 01 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 208 Corps : Techniciens de la recherche BAP : B Sciences chimiques et sciences des matériaux Emploi-type

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel 1 Principe Importance de la mesure de la teneur en chlore actif La mesure de la teneur en chlore actif est très importante pour un fabricant, un préparateur

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS 1s_cntgeol_2011_03_29.doc 1/6 DST classe de 1ère S - durée 3H00 - calculatrices interdites SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS BUT

Plus en détail

Chapitre V. Exercices pratiques

Chapitre V. Exercices pratiques Chapitre V Exercices pratiques Exercice n 1 Enoncé : Une cimenterie exploite une carrière de craie dont la composition chimique est donnée sur matière brute dans le tableau suivant. Craie SiO² % 1,00 Al²O3

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

III Présentation de l Univers

III Présentation de l Univers III Présentation de l Univers 3- L'élément chimique Exercices d'applications A- Entourer la (les) bonne(s) réponse(s) 1. Les éléments situés dans la 1 ère colonne de la classification : a) constituent

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL COI/T.20/Doc. nº 6/Rév. 1 septembre 2007 FRANÇAIS Original: ESPAGNOL Príncipe de Vergara, 154 28002 Madrid Espagna Tel: +34 915 903 638 Fax: +34 915 631 263 - e-mail: iooc@internationaloliveoil.org

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps 1 - I - Atmosphère primitive, atmosphère actuelle 2 Le Soleil est donc le moteur de la dynamique de l atmosphère, du cycle de l eau et d une

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

comburante corrosive explosive inflammable irritante ou nocive toxique

comburante corrosive explosive inflammable irritante ou nocive toxique TP 1 : périodicité des propriétés chimiques : Objectifs : Présentation du laboratoire et importance de l application des règles de sécurité. Evolution des propriétés chimique dans une même période. Analogie

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Nous savons que la chimie est bien présente dans notre quotidien : sur la plupart des emballages en matière plastique se trouve un logo qui précise

Nous savons que la chimie est bien présente dans notre quotidien : sur la plupart des emballages en matière plastique se trouve un logo qui précise Nous savons que la chimie est bien présente dans notre quotidien : sur la plupart des emballages en matière plastique se trouve un logo qui précise la nature exacte de la matière plastique employée : PET,

Plus en détail

Eau de chaux et chimie du calcium

Eau de chaux et chimie du calcium ACCUEIL Eau de chaux et chimie du calcium Frédéric ELIE, 25/02/2004 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution. Les applications industrielles de mesure de conductivité sont nombreuses.

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Présenté Par: M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

Nanothermite. L énigme de la chip mystérieuse résolue! J. Quirant www.bastison.net

Nanothermite. L énigme de la chip mystérieuse résolue! J. Quirant www.bastison.net Nanothermite L énigme de la chip mystérieuse résolue! J. Quirant www.bastison.net Depuis 2007, Steven E. Jones, un physicien américain considéré comme un des leaders du 911 truth movement aux Etats-Unis,

Plus en détail

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES Jean-Pierre MAGNAN - IFSTTAR Page 1 PRÉAMBULE La géotechnique a toujours été la partie cachée de la construction. Il n y a nulle trace des fondations dans les représentations de ponts, de maisons, de monuments

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET D'INVENTION

DEMANDE DE BREVET D'INVENTION REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE PARIS de publication : lan utiliser que pour le classement et les commandes de reproduction.) (2j) d enregistrement national (A utiliser

Plus en détail

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton 3.2 Les adjuvants Historique Dès les origines de la fabrication du béton de ciment Portland, commencent les recherches sur l incorporation de produits susceptibles d améliorer certaines de ses propriétés.on

Plus en détail

V- Purification des Protéines

V- Purification des Protéines V- Purification des Protéines = séparation des autres constituants de la cellule Protéine assez enrichie pour que tout contaminant puisse être tenu comme valeur négligeable : «raisonnement pure» Plusieurs

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

Matériaux minéraux : Les roches

Matériaux minéraux : Les roches Identifier et choisir les matériaux utilisés dans les constructions paysagères. CCF en décembre 2010 (coef 1,5) D43 : 5.2- Etablissement d'un devis D44 : 4.1- Identifier et choisir les matériaux D44 :

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

1.1 Fabrication et propriétés des ciments

1.1 Fabrication et propriétés des ciments Chapitre 1 Les ciments 1.1 Fabrication et propriétés des ciments Ce chapitre concerne essentiellement la fabrication et l utilisation du ciment Portland. Il existe d autres ciments élaborés suivant d autres

Plus en détail

EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème

EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Enseignement secondaire II Direction générale Collège de Genève EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème ANNÉE Nom :...

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES

L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES I. ENEA, S. TENU ET E. PÎRVANESCU Institut de Recherches Hydrotechniques

Plus en détail

Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité. d utilisation finale du malt

Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité. d utilisation finale du malt Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité d utilisation finale du malt M.J. Edney 1, Marta S. Izydorczyk 1, S.J. Symons 1 et N. Woodbeck 2 Étude conjointe des Services

Plus en détail

Séparation Qualitative c/e L'or Et D u. Pla+ine D'/\vee l'/ak5enie,l'/lnlifnûi/ie + L'Ft4in

Séparation Qualitative c/e L'or Et D u. Pla+ine D'/\vee l'/ak5enie,l'/lnlifnûi/ie + L'Ft4in L, L. De Koni'ncK Séparation Qualitative c/e L'or Et D u Pla+ine D'/\vee l'/ak5enie,l'/lnlifnûi/ie + L'Ft4in TN 769.K6 llparatlor QUALITATIVE DE L'OR ET DU PL4TIXE ïïkuc L'ARSEIVIG, L'AimMOmE ET LtrAM,

Plus en détail

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux Les solvants UE 11:Pharmacotechnie et pharmacie galénique Semaine : n 10 (du 09/11/15 au 13/11/15) Date : 13/11/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 75 Correcteur : n 74 PLAN DU

Plus en détail