ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007"

Transcription

1 ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007

2 SESSION DE MAI 2007 EXAMEN UE BAAN 22 DOCUMENTS NON AUTORISES REDACTEUR : Céline Cakir-Kiefer EXERCICE 1 : Le chromatogramme ci-dessous montre la séparation des sucres contenus dans un jus de fruit. Les questions sont indépendantes. Questions 1 Analyse des sucres contenus dans un jus de fruit. Vous préciserez les conditions analytiques pour ce type de dosage : Rappeler le type de chromatographie utilisé, son principe et donner le type de colonne. De quels d appareils avons-nous besoin? Précisez le détecteur utilisé. Questions 2 Qu appelle t-on la Résolution Chromatographique? Quels sont les différents paramètres qui influencent la résolution? Sur le chromatogramme ci-dessus, nous avons les séparations suivantes : Temps (min) Molécule 4,9 Glucose 5,6 Fructose 10,3 Saccharose (en anglais : Sucrose) Quelle est la sélectivité de la colonne pour le glucose par rapport au fructose. Le débit est de 1 ml/min. Le volume mort Vo est de 1,7 ml Comment peut-on améliorer cette sélectivité?

3 Question 3 Nous disposons d une boisson allégée. L étiquetage mentionne "sans sucre". Afin de quantifier la concentration en glucose à l état de trace dans ce jus de fruit, la méthode des ajouts dosés a été utilisée : Volume de jus de fruit (ml) 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 Volume ajouté (ml) d une solution de glucose à 5 mg.l -1 Volume d eau ajouté (ml) 48,5 44,5 40,5 36,5 32,5 28,5 Volume final (ml) Aire du pic de glucose (na/min) 0,24 0,44 0,64 0,84 1,04 1,24 En vous servant de ces valeurs, calculer la concentration du glucose en mg.l -1. Vous pouvez vous servir du papier millimétré joint en copie pour tracer une courbe d étalonnage. Question 1 : EXERCICE 2 : Quels sont les points communs et les différences entre une CLHP (HPLC) et la CPG (GC). Quels sont les critères à prendre en compte lors du choix de l une des deux techniques. Question 2 : Nous avons à notre disposition trois flacons d huile d origine différente. Les flacons ont été mélangés et il n y a pas d étiquette dessus. A votre avis, comment peut-on procéder pour identifier ces huiles. Proposez un protocole et justifier clairement. EXERCICE 3 : On se propose de purifier une protéine en utilisant la technique de la chromatographie ionique. Quel type de détection allons-nous utiliser pour suivre les différentes étapes de la purification? Quelles autres techniques peut-on utiliser pour suivre ces étapes de purification. Une fois la protéine accrochée à la colonne, de quelles façons peut-on la décrocher? Justifier votre réponse.

4 EXERCICE 4 : Le premier chromatogramme ci-dessous a été obtenu dans les conditions suivantes : 20% eau / 80% acétonitrile. La colonne utilisée est une C18. Rappeler de quel type de colonne il s agit. Le deuxième chromatogramme a été obtenu strictement dans les mêmes conditions que le premier. La seule différence se trouve dans les pourcentages eau / acétonitrile. A votre avis, quels sont les pourcentages eau / acétonitrile pour le deuxième chromatogramme. Justifiez. 20% eau / 80% acétonitrile?

5

6 SESSION DE MAI 2007 EXAMEN UE BAAN 22 DUREE : 20 min DOCUMENTS NON AUTORISES REDACTEUR : Ewa ROGALSKA 1. Donnez les noms des éléments suivants : Al As Be Cd Co Cr Cu Fe Hg Mn Mo Ni Pb Se Sn Ti V Zn 2. Indiquez les éléments essentiels et nonessentiels. 3. Quels éléments présents sur la liste ne peuvent pas être considérés comme des métaux? 4. Quels métaux présents sur la liste sont considérés comme les plus toxiques? 5. Quels sont les sources de contamination par les métaux que vous cités dans la réponse à la question précédente?

7 Sujet examen BAAN Mai 2007, 9h-11h, sans document Muriel JACQUOT Un industriel vient vous voir pour optimiser la composition de sa recette de cocktail énergétique sucré parfumé à la vanille. Il s interroge sur l effet de la concentration en arome sur la perception du caractère sucré et ainsi que sur l effet de la couleur du cocktail. Il souhaiterait baser son choix sur des données sensorielles. Que pouvez vous lui proposer comme plan d expérimentation? Construisez une séance d analyse sensorielle complète (questions, jury, échantillons, tests) permettant de répondre à ses attentes. Illustrez vos choix en vous appuyant sur la théorie et en rappelant les grands principes de l évaluation sensorielle.

8 MASTER BAAN UE 27 EXAMEN I. QCM (0,5 points par réponse juste sinon 0). 1) Les conditions pour qu un marché soit concurrentiel sont : a la liberté, l équité, l utilité b l atomicité, la transparence, l homogénéité c la sécurité, le retrait de l Etat, l uniformité d la flexibilité des prix, la substituabilité des facteurs, la rationalité des agents 2) Un effet externe négatif est émis quand : a la politique économique génère une dégradation du solde du commerce extérieur b l augmentation de la taille de la production entraîne une hausse des coûts unitaires c un agent économique utilise une ressource non valorisée par le marché d la récession entraîne une détérioration du solde du budget de l Etat 3) Le calcul économique du producteur consiste à : a choisir la technologie et le volume de production optimaux b développer chiffre d affaire par croissance interne et externe c substituer le travail par du capital d obtenir un coût moyen de production minimum 4) Le coût marginal c est : a l excédent du prix sur le coût variable b le rapport entre l accroissement du coût et celui de la quantité c le coût par unité produite 5) La mondialisation de l économie c est : a la hausse des flux importés et exportés de marchandises, services et matières premières b la hausse des échanges extérieurs et des investissements directs à l étranger c la globalisation de la stratégie des firmes et l uniformisation des modes de consommation d le résultat de la stratégie américaine de domination 6) la valeur ajoutée c est : a la marge bénéficiaire de l entreprise b la croissance du chiffre d affaire de l entreprise c le supplément de valeur créé par la qualité totale d le solde de la production et des consommations intermédiaires 7) L objectif d une entreprise est de : a développer ses ventes b maximiser son profit c satisfaire ses clients d développer l emploi

9 8) La loi de la productivité marginale décroissante énonce que : a le coût unitaire de production décroît avec la taille de la production b la productivité du travail décroît au-delà de 40 heures par semaine c l utilisation croissante d un même facteur génère des accroissements de production de plus en plus faibles d la substitution du travail par du capital génère une compétitivité décroissante de la firme 9) La politique d offre de lutte contre le chômage consiste à : a inciter les chômeurs à devenir inactifs b réduire le coût du travail pour les entreprises c accroître les revenus d activité d inciter les femmes à rester au foyer 10) L élasticité prix de la demande mesure : a la variation relative du prix consécutive à une évolution relative de la demande b la variation relative de la demande consécutive à la variation relative du prix c la variation relative de la demande d un bien consécutive à la variation relative du prix d un autre bien 11) Le surplus du consommateur mesure : a la quantité supplémentaire de biens consommés en cas de promotion b la différence entre le consentement à payer et le prix de marché c le surcroît de demande généré par la hausse du pouvoir d achat 12) Un monopole naturel se constitue sur un marché a quand les conditions naturelles de production créent des barrières à l entrée du marché b quand la demande des consommateurs est totalement inélastique aux prix c quand la technologie permet l obtention de rendements d échelle constamment croissants 13) On peut parler d exploitation du consommateur quand a l Etat relève les taux de TVA b la structure du marché ampute le surplus du consommateur c la firme met en place une politique de différenciation produit 14) Les 3 moteurs de la croissance économique sont : a la consommation, les exportations, l investissement b le taux d intérêt, le taux de chômage, l inflation c la hausse des cours de bourse, le moral des ménages, le cours du dollar d la tenue de l Euro, la demande mondiale, le déficit public 15) L Euro est principalement créé par : a les banques commerciales situées dans la zone Euro b la Banque de France c la Banque Centrale Européenne d le marché monétaire 16) La politique de la Banque Centrale Européenne vise : a la stabilité du cours de change de l Euro b la croissance économique c la stabilité de la valeur interne de l Euro d le développement des exportations 17) Un impôt est dit progressif si : a il est proportionnel au revenu disponible du ménage b son taux augmente en fonction du revenu disponible du ménage c il est proportionnel au niveau de patrimoine du ménage d il incite les ménages à développer leur offre de travail

10 II. QUESTIONS DE SYNTHESE (11,5 points). Nick Stern, Chef du service économique du gouvernement britannique, indique dans un rapport rendu public le 30 Octobre 2006 que le réchauffement climatique occasionnerait une baisse du produit intérieur brut mondial de 5% à 20% à l horizon Ce scénario catastrophe pour l économie mondiale serait «d une ampleur analogue à ceux qui ont suivi les grandes guerres et la grande dépression de la première moitié du XX siècle». Dans ce contexte, le rapport préconise que les pays développés réduisent leurs rejets de gaz à effet de serre de 60% à 80% d ici Pour ce faire Stern met en avant 4 instruments principaux : - les permis négociables ; - la coopération technique (pour développer les énergies propres) ; - la lutte contre la déforestation ; - l adaptation des politiques de développement aux conséquences du changement climatique. Dans un texte structuré et argumenté (2 pages maximum), présentez un «plan climat français horizon 2050» adapté aux enjeux mis en avant par le rapport Stern. Vous devrez envisager des mesures en direction des producteurs et des consommateurs, en vous appuyant notamment sur la modélisation de leurs comportements envisagée lors des cours et TD.

11 EXAMEN BAAN 21 Question 1 sur 5 points Dans le cadre d'une petite entreprise fabricant un grand nombre de produits quel type de stérilisateur faut-il choisir. Question 2 sur 5 points Quels sont les avantages et les inconvénients de la cryogénie par rapport à la surgélation classique Question3 sur 10 points : On veut déterminer un barème de stérilisation et l optimiser pour un plat cuisiné à base de viande. Le tableau ci-dessous présente les valeurs de températures de l autoclave et du produit et la valeur stérilisatrice au cours du temps de stérilisation. Ces grandeurs ont été mesurées à l aide d une sonde placée au cœur du produit dans la verrine de stérilisation. 1/ Déterminer le barème idéal et le barème ajusté. 2/ Pourquoi est-il nécessaire d ajuster le barème idéal? 3/ L absence de viande dans le plat à cuisiner aura-t-elle une incidence sur le barème de stérilisation? Expliquez votre réponse. Courbe de Ball: g en fonction de fh/u g y = 0, ,9264.lnx + 0,6906.(lnx) 2-0,0542.(lnx) fh/u 1

12 Temps (min) T autoclave ( C) T produit ( C) vs (min) ,2497E , ,9 3,2497E , ,9 3,2497E , ,9 3,2497E , ,2497E ,5 0, ,1 3,2497E ,5 109,5 0, ,3 3,2497E , ,7 3,2497E , ,2497E , ,5 3,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,5 70 3,2497E E , , ,5 85 0, , , , , ,5 94 0, , , , , , ,25 2

13 UHP- NANCY I INPL FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES ENSAIA SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master BAAN M1 Epreuve de Bases de la toxicologie alimentaire Nom de l UE MABA2U12 Session :Mai 2007 Date : 23 mai 2007 Horaire : 13h30-15h30 Durée : 2 heures Nom des rédacteurs : Marie-Hélène LIVERTOUX Documents autorisés Documents non autorisés Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Sujet Sur deux copies différentes Copie 1 (10 points) Stratégie d'évaluation de la toxicité d'une substance chimique Question 1 : (4 points) Les différentes étapes et les principales méthodes d'étude de la toxicité d'un xénobiotique. Question 2 : (6 points) Extrapolation des données expérimentales : Principales valeurs de référence toxicologiques, extrapolation à l'homme, DJA. Copie 2 (10 points) Toxines naturelles Question 1 (3 points): Définir les 5 classes de toxines étudiées et citer les sources de production correspondantes. Question 2 (7 points) : Mycotoxines : principales familles de toxines, exposition, organes cibles et effets toxiques.

14 SUJET D EXAMEN SESSION de mai 2007 MASTER BAAN M1 UE BAAN 31 Le comportement alimentaire : de la psychologie à la pathologie Responsable d UE : Pr Jean Pierre KAHN Documents non autorisés Calculatrice non autorisée Durée de l épreuve : 2 heures Les 2 sujets doivent être traités sur des copies séparées. SUJET de Simon Thornton (1 ère partie de l UE) (10 points / 20) 1) Décrivez la régulation hydrominéral de Madame Z. suite à 3 heures de randonné sans eau à boire en montagne en été (5 points) 2) Un repas peut être déclenché par l augmentation au niveau centrale du peptide NPY ou inhibé par une augmentation en périphérie de la leptine. Décrivez les actions de la leptine au niveau du noyau arqué (5 points) SUJET de MADAME LE DOCTEUR WITKOWSKI (2ème partie de l UE) (10 points / 20) -TABLEAU CLINIQUE DE L ANOREXIE DU JEUNE ENFANT 1

15 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES et TECHNIQUES INPL-ENSAIA SUJET D EXAMEN Master BAAN M1 DIPLÔME BAAN M1 Epreuve de UE 25 Molécules biofonctionnelles d'origine agroalimentaire Session de Mai 2007 Date 24 Mai Horaire 9h 11h Durée du sujet : 2h Nom du rédacteur : Gaillard JL & Linder M Documents autorisés : NON Documents non autorisés : X Calculatrices autorisées : NON Calculatrices non autorisées : X Attention, les sujets de Mr Gaillard et de Mr Linder doivent être rédigés sur des copies séparées. Sujet de Mr Gaillard (75 min ): 1) Existe-t-il des différences de répartition du fer dans les laits humains et bovins? Comment la lactoferrine interagit-elle avec le fer? Facilite t-elle son assimilation? Comment la lactoferrine, ou des dérivés, exercent-ils des effets antimicrobiens? 2) Quelle sont la structure et l origine des immunoglobulines G1 et G2 du colostrum/lait bovin? Comment s effectue leur transfert dans le colostrum/lait? Par quel process peut-on préparer industriellement, à partir de colostrum, un produit contenant des F(ab )2 en remplacement des IgG? Quel est l intérêt de cette transformation des IgG en F(ab )2? Que perd on comme type(s) de fonction(s) lors de cette transformation? Quelles sont les utilisations principales du colostrum ou des produits dérivés? 3) Peptides antihypertenseurs : Compte tenu des causes de l hypertension, quel est le modèle in vitro utilisé pour identifier des peptides potentiellement antihypertenseurs? Quels sont ensuite les autres types de tests à effectuer pour valider leur activité antihypertensive? Pour

16 quelles raisons, à votre avis, un peptide ayant in vitro une activité potentiellement antihypertensive peut-il s avérer inactif in vivo? Sujet de Mr Linder (45 min ): Question 1 : Quelles sont les principales spécificités des lipases qui nous permettent de faire le choix d une enzyme pour hydrolyser un triacylglycérol? Explicitez votre réponse et donner des exemples de lipases. Question 2 : A partir du tableau extrait de la publication scientifique ci-dessous 2a Donner la spécificité des lipases 2b Donner un mode de mesure du degré d hydrolyse utilisé sur la figure et expliquer la cinétique

17 Question 3 : Donner la méthodologie permettant d obtenir ces graphes. Explicitez votre réponse.

18 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES et TECHNIQUES SUJET D EXAMEN Master BAAN M1 INPL-ENSAIA DIPLÔME BAAN M1 Epreuve de UE 18 Microbiologie et Biochimie Alimentaires Session de Mai 2007 Date 21 Mai Horaire 9h 11h Durée du sujet : 2h Nom du rédacteur : Dary A. & Gaillard JL Documents autorisés : NON Documents non autorisés : X Calculatrices autorisées : NON Calculatrices non autorisées : X Attention, les sujets de Mme Dary et de Mr Gaillard doivent être rédigés sur des copies séparées. Sujet de Mme Dary (1h): Répondre en 2 pages maximum La prise de conscience de l influence de l alimentation sur sa santé amène le consommateur à être de plus en plus vigilant sur les effets santé potentiels des aliments qu il consomme. Dans ce cadre, les probiotiques utilisés dans la fabrication de divers laits fermentés font l objet d une communication importante de la part des industriels qui vantent leur bienfait. En vous basant sur vos connaissances et après avoir défini la notion de probiotiques, vous évaluerez le bien fondé de telles affirmations. Sujet de Mr Gaillard (1h) : Développez les différents points en 1,5 page maxi. 1) Les lipides du lait, structure, origine et sécrétion. 2) Quelles sont les causes moléculaires de la diversité des caséines présentes dans le lait? 3) La micelle. 4) La β-lactoglobuline : quels sont les éléments de sa structure, ou autres, à l origine des hypothèses de sa(ses) fonction(s) biologique(s) Adaptez vos réponses au temps imparti. Evitez les longueurs inutiles (faites néanmoins des phrases correctement construites SVP!).

19 EXAMEN UE mai 2007 sans document Sujet : Une société spécialisée dans la commercialisation de céréales pour la consommation humaine et une société spécialisée dans la commercialisation de lait et produits laitiers vous contactent car elles ont entendu parler de risques de présence de polluants dans les produits agricoles malgré les contrôles réalisés habituellement. En tant qu expert scientifique des flux de polluants dans les agrosystèmes, les responsables des sociétés attendent de vous un rapport synthétique sur la réalité de la présence de molécules polluantes, sur l identification des composés susceptibles d être détectés et sur les méthodes de mesures et d analyses. Ils vous demandent également de leur donner un avis sur les limites rencontrées aujourd hui par les scientifiques et de conclure si il existe un vrai risque de pollution pour leurs produits et si oui de leur suggérer quelques mesures à prendre pour garantir la qualité des céréales et des produits laitiers.

20 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES DIPLOME : Master FAGE Epreuve de : FAGE 17 Session de mai 2007 SUJET D'EXAMEN Durée du sujet : 2 heures Nom du rédacteur : M. Chalot.(CM) et D. Gérant (TP/TD) Documents autorisés Date : 22 mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00-11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Les deux sujets (A et B) sont à traiter sur des copies séparées. A. Sujet de cours. M. Chalot durée : 1h Deux nouveaux gènes (AtNRT3.1 et AtNRT3.2) codant des transporteurs putatifs de nitrate ont été récemment mis en évidence chez Arabidopsis thaliana. Vous commenterez et interpréterez les 3 figures ci-dessous, en replaçant ces données dans le contexte plus général de la nutrition nitrique d Arabidopsis. Figure 1. Expression analysis of AtNRT3.1 and AtNRT3.2 by relative quantitative real-time RT-PCR. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then transferred to 50 µm KNO 3 for 1 week. A, Relative expression level of AtNRT3.1 and AtNRT3.2 against clathrin, a housekeeping gene, in wild-type roots. The inset is an expanded-scale plot of AtNRT3.2. B and C, Relative expression profile of AtNRT3.1 (B) and AtNRT3.2 (C) in wild-type plants and Atnrt3.1 mutants. Each sample was normalized by clathrin and relatively expressed to wild-type root. The values are means of four replicates (two biological replicates x two independent reactions). Error bars = SE. Different letters above the bars indicate significant difference at P < 0.05 (t test). n.d. not detected Notes : Housekeeping gene : gène de référence utilisé pour normaliser les résultats de RT-PCR (ici : clathrine). Atnrt3.1-1 et Atnrt3.1-2 sont des lignées mutantes obtenues par insertion d un T-DNA dans la séquence du gène Atnrt de 4

21 Figure NO 3 influx by CHATS and IHATS. A, 13 NO 3 influx due to CHATS in wild-type and Atnrt3.1 mutants as percentages of wild-type fluxes. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week. Nitrate influx was then measured at 100 µm NO 3. Figure NO 3 influx into wild-type and Atnrt3.1-2 mutant roots. A, High-affinity 13 NO 3 influx. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 10, 25, 50, 75, 100, 125, and 150 µm NO 3. Values are means ± SE of five replicates. The fitted curve was obtained by direct fit to the Michaelis-Menten equation. Estimated K m and V max values are indicated in the figure. B, 13 NO 3 influx due to IHATS in wild-type and Atnrt3.1 mutants as percentages of wild-type fluxes. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 100 µm NO 3. IHATS influxes were calculated by subtracting the measured CHATS flux from the flux measured after induction. Data values are means ± SE of four replicates. Notes : CHATS : constitutive high affinity transport system IHATS : inducible high affinity transport system B, Low-affinity 13 NO 3 influx. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 1, 5, and 10 mm NO 3. Data values are means ± SE of four replicates. Notes : Nitrogen deprived : carencé en azote 2 de 4

22 B. Sujet de TP/TD (D. Gérant) durée : 1h Des mitochondries ont été purifiées à partir de feuilles de tabacs transformés surexprimant l alternative oxydase (AOX). Cette enzyme est une enzyme qui est régulée de deux manières indiquées dans l encadré 1. 1) L AOX existe sous deux formes : dimèrique ou monomèrique (figure 1). Le passage à l une ou l autre forme est mis en évidence par incubation de mitochondries avec ou sans DTT (dithiothreitiol, réducteur) puis extraction protéique et Western Blot : electrophorèse puis transfert des protéines mitochondriales sur membrane et hybridation avec des anticorps spécifiques dirigés contre l AOX (figure 2). 2) Le pyruvate est un activateur allostérique de l AOX (stabilise la forme active, figure 3). Encadré 1 S S SH SH Figure 1 + DTT - DTT Figure 2 Figure 3 Des analyses ont été réalisées à partir de mitochondries extraites des feuilles de tabac. Dans l encadré 2 sont présentées : Pour les figures 4 et 5, la même quantité de protéines mitochndriales a été ajoutée au milieu d électrode (ph 7.2). Comme indiqué sur la trace, différents réactifs ont été ajoutés : NADH 2mM, ADP 1mM, Myxothiazol 16µM (myxo) composé ayant le même effet que le KCN, Pyruvate (Pyr) 1mM, DTT 10mM, Malate (Mal) + Glutamate (Glu) 10mM et N propyl gallate 100µM (npg) composé ayant le même effet que le SHAM. Les chiffres le long des tracés représentent les vitesses d oxydations en nmoles d O2/min/mg protéines. La figure 6 correspond aux Western Blot obtenus à partir des protéines extraites de mitochondries incubées pendant 5 minutes avec soit du NADH 2mM soit un mélange Malate + Glutamate 10mM. L hybridation a été faite avec des anticorps spécifiques dirigés contre l AOX. Rappelez le rôle de chaque réactif ajouté pour les figures 4 et 5. Indiquez quelle forme de l AOX est active. Quel est l objectif de cette expérience et quelle hypothèse peut-on en tirer? Argumenter avec les résultats présentés dans l encadré 2. Par ailleurs, l oxydation du malate est suivie à l électrode à oxygène pour différents ph (encadré 3). Quel est l objectif de cette deuxième expérience? Argumenter votre réponse. 3 de 4

23 Encadré 2 Figure 4 Figure 5 Figure 6 Encadré 3 Figure 7 Figure 8 4 de 4

24 UNIVERSITE HENRI POINCARE NANCY I Faculté des Sciences & Techniques Master FAGE 2e semestre, 1e session FAGE 23 Durée de l épreuve : 120 minutes Documents non autorisés Calculatrices autorisées Des réponses précises et argumentées sont attendues. Elles doivent être concises. Les éléments «hors sujet» sont particulièrement mal venus. Sujet de M. EPRON La figure ci-contre représente les résultats d une expérience ayant consistée à placer plusieurs serres au dessus d une savane nord américaine avant le développement de la végétation (fin de saison sèche), et à contrôler la concentration en CO 2 dans les serres. Différentes concentrations ont été maintenues ainsi pendant 13 semaines. La production de biomasse aériennes des plantes C3 et C4 qui se développent à partir de la banque de graine naturellement présente dans le sol a été mesurée dans chacune des serres au bout de 13 semaines. Elle est exprimée en g de matière sèche par m 2. La pression partielle de CO 2 est exprimée en Pa. Une pression partielle de 35 Pa équivaut à une concentration de 350 ppm. 1. Rappelez brièvement les différences entre les plantes C3 et C4 2. Commentez et analysez les résultats de cette expérience 3. Quelles hypothèses pouvez-vous formuler pour les prochaines décennies, compte tenu d une augmentation probable de la température? 4. Cette réponse dépend t elle de l évolution des précipitations?

25 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master 1 FAGE Durée du sujet : 1 h Epreuve de : UE 24 Nom du rédacteur : D. MARAGE 1 ère session Documents autorisés Date :24 Mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00 à 11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées 1. Qu'est ce qu'un trait d'histoire de vie? 2. Quels sont les traits d'histoire de vie d'une espèce dite K? 3. Selon un gradient de fertilité croissant, quels sont les effets de l'herbivorie sur le fonctionnement des écosystèmes? 4. Vous commenterez la figure ci-dessous, puis en donnant des exemples, expliquez pourquoi les espèces ne jouent pas toutes le même rôle dans le fonctionnement des systèmes écologiques. Biomass (t/ha)

26 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master 1 FAGE Durée du sujet : 1 h Epreuve de : UE 24 Nom du rédacteur : B. AMIAUD 1 ère session Documents autorisés Date :24 Mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00 à 11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Un chargé de mission du PNR de Lorraine doit quantifier la diversité des amphibiens sur un site au sein de deux zones contiguës (A et B) dans le cadre d une étude d impact de construction d un ouvrage d art pour le passage d une autoroute. Il échantillonne le long d un transect qui parcourt les deux zones en entier. Le long de ce transect, tous les 500 m, il note le type d habitat et identifie les espèces présentes dans une zone de 100 m². L échantillonnage a permis de noter la présence de 13 espèces différentes d amphibiens réparties de la façon suivante : Zone Position (en m) Habitat Espèces d amphibiens A 500 Marais A, B, C, D, E A Marais F, G, H A Prairie humide C, B, F, G A Prairie humide B, F, G A Prairie humide A, B, F, G A Marais F, G, H, I, J A Marais F, G, H, I, K, L A Marais B, F, G, H A Marais B, F, G, H A Marais B, F, G, H, K, L B Prairie humide C, B, F, G B Prairie humide C, B, F, G B Prairie humide A, B, C, B, F, G B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I, M B Marais F, G, H, I, K, L, M B Marais F, G, H, I, J, K, L, M Après avoir donné une définition de chaque indice, vous calculerez les indices de diversité alpha, bêta et gamma dans le cadre de cette étude.

27 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : M1 FAGE Durée du sujet : 2 heures Epreuve de : Fage 26 Nom du rédacteur : P. FONTAINE 1 ère session Documents autorisés Date : 21 mai 2007 X Documents non autorisés Horaire : 13h30-15h30 Calculatrices autorisées X Calculatrices non autorisées Sujet : Décrivez les différentes techniques de marquage utilisées pour les études de la dynamique des communautés ichthyennes en milieu naturel. Précisez les avantages et les inconvénients des différentes techniques.

28 UNIVERSITE HENRI POINCARE NANCY I Faculté des Sciences & Techniques Master FAGE 2e semestre, 1e session U.E. FAGE 27 Durée de l épreuve : 120 minutes Documents autorisés Calculatrices autorisées Des réponses précises et argumentées sont attendues. Elles doivent être concises. Les éléments «hors sujet» sont particulièrement mal venus. Sujet de M. LONGDOZ (durée conseillée 1h30) 1) Expliquez quelles sont les conditions pour qu un flux d énergie par conduction existe et décrivez également comment ce flux d énergie par conduction va se produire. Donnez un exemple pratique utilisant le fait que la conductivité de l air est très faible. 2) Déterminer l indice de clarté à Vielsalm (50,65 Nord ; 6,09 Est ) le 11 août sachant que l on a mesurer à 15 heures et 20 minutes (Temps Universel) un rayonnement solaire global de 535 W m -2. Que peux-t-on en déduire sur le type de ciel présent à ce moment là à Vielsalm. Sujet de M. EPRON (durée conseillée 0h30) En vous appuyant sur un schéma, vous expliquerez pourquoi un changement du type de couverture végétale peut influencer le bilan radiatif à l échelle régionale.

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Conservation des grains de céréales et des farines

Conservation des grains de céréales et des farines Les calculatrices sont autorisées conformément à la circulaire no 99-186 du 16 novembre 1999. La clarté du raisonnement et la qualité de la rédaction interviennent dans l appréciation des copies. Conservation

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Les différentes stratégies de quantification :

Les différentes stratégies de quantification : Les différentes stratégies de quantification : Ce chapitre présente les 2 principales stratégies de quantification relative utilisée classiquement : la méthode des droites standards et celle des Ct. Les

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom :

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : 1- On dispose de 3 cultures bactériennes d'une même souche de bacillus subtilis qui ont été obtenues par ensemencement de milieu LB à partir de 3 pré-cultures

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Le métier d enseignant chercheur

Le métier d enseignant chercheur Conférence d UV industrie n 4. Le métier d enseignant chercheur Donnée le 18 janvier 2006, Par Isabelle Margaill. Groupe numéro 4 I. Parcours universitaire. Son parcours : Etude de pharmacie : -5ème année

Plus en détail

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 :

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 : Que code un gène? Comment? C2 recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document C12 C26 C27 savoir exploiter un logiciel déduire interpréter Activité 1 : Le phénotype de la maladie héréditaire

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE Les médicaments de Micro-Immunothérapie Labo Life sont notifiés en tant que médicaments homéopathiques auprès de différentes instances

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Explications théoriques

Explications théoriques Explications théoriques L'ADN: Définitions L'ADN (Acide Désoxyribo Nucléique) est la molécule qui est utilisée dans la nature comme support matériel de l'information génétique des êtres vivants, un peu

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00)

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00) Pour jeudi 12/02/2014 DEVOIR A LA MAISON BMGG (temps recommandé : 2H00) Calculatrice non autorisée Dictionnaire anglais/français autorisé. Clonage et PCR En 1983, Kary Mullis conçut l'idée de la réaction

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation.

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation. B E S O I N S N U T R I T I O N N E L S E T A P P O R T S R E C C O M M A N D E S L organisme demande pour son bon fonctionnement la satisfaction de trois types de besoins : Besoins énergétiques : l individu

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures Banque «Agro Véto» AT 0109 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique.

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. L L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. Figure 1 Mitochondries observées au microscope électronique à transmission Plus tard, cet ADN

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà5

Devoir de Sciences Physiques nà5 Exercice I : sur le zinc Devoir de Sciences Physiques nà5 L épreuve dure 1h50. L usage de la calculatrice est autorisé. Les précipitations sont naturellement acides en raison du dioxyde de carbone présent

Plus en détail

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines Génie génétique Définition : Ensemble de méthodes d investigation et d expérimentation sur les gènes. Outils nécessaires : ADN recombinant, enzyme de restriction, vecteur, banque ADNc, sonde nucléique...

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Pâte de «flammekueche»

Pâte de «flammekueche» REMPLACEMENT 2012 France métropolitaine - Antilles - Guyane - Réunion Série : STAV BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE ÉPREUVE E 8 SCIENCES DE LA MATIÈRE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse INSTITUT PREPARATIRE AUX ETUDES D INGENIEURS DE SFAX DEPARTEMENT DE PREPARATIN AUX NURS DE BILGIE A.U. : 2011-2012 orrection de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre Devoir de synthèse Exercice 1 (12

Plus en détail

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE Université Paris 7 - Denis Diderot Mycologie fondamentale 12 ects 2EMHFWLIGXSDUFRXUV Les champignons tant

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Programme pédagogique du «Génie Biologique»

Programme pédagogique du «Génie Biologique» REPUBLIQUE GABONAISE Union Travail Justice MINISTERE DE l ENSEIGNEMENT SUPERIEUR LEAD SCHOOL ET MATASS BUSINESS SCHOOL N 00131/MES/DG/LS- MBS/2015 Programme pédagogique du «Génie Biologique» Présentation

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

Approche pratique de la transgénèse :

Approche pratique de la transgénèse : Approche pratique de la transgénèse : Recherche et analyse fine d une modification génétique dans le génome murin octobre 2006 1) 2) 3) 7) 8) 9) 10) 11) 12) 13) 14) Plan / Introduction Extraction et Préparation

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis 1ère PARTIE : Restitution des connaissances (8 points). STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Après avoir défini en introduction la

Plus en détail

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Organisation de la formation L2 Sciences de la Terre

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES Université de Neuchâtel Laboratoire de Physiologie végétale Travaux pratiques de Physiologie végétale L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES En général, les plantes couvrent leur besoin en azote par

Plus en détail

DUT GÉNIE BIOLOGIQUE - MONTPELLIER

DUT GÉNIE BIOLOGIQUE - MONTPELLIER DUT GÉNIE BIOLOGIQUE - MONTPELLIER RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : DUT Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Spécialité : DUT Génie Biologique - Montpellier OBJECTIFS Le DUT Génie

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Sujet zéro BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BIOTECHNOLOGIES MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Durée de l'épreuve : 2 heures Coefficient : 1 Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8 L usage d un

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité Sciences et Technologies Bioindustrielles L enseignement de Sciences et technologies bioindustrielles sera assuré par un professeur de Biochimie- Génie Biologique. Il est recommandé que ce professeur intervienne

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE Septembre 2007 Arrêté modifié portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet

Plus en détail

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Doc PP Hatier HCl : réaction avec le magnésium [magnésium (réactif 1) + HCl (réactif 2) dihydrogène + chlorure de Mg (produits

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP L industrie pharmaceutique constitue un moteur majeur de l économie, et possède une forte

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail