ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007"

Transcription

1 ANNALES MASTERS 1 MAI 2006 / 2007

2 SESSION DE MAI 2007 EXAMEN UE BAAN 22 DOCUMENTS NON AUTORISES REDACTEUR : Céline Cakir-Kiefer EXERCICE 1 : Le chromatogramme ci-dessous montre la séparation des sucres contenus dans un jus de fruit. Les questions sont indépendantes. Questions 1 Analyse des sucres contenus dans un jus de fruit. Vous préciserez les conditions analytiques pour ce type de dosage : Rappeler le type de chromatographie utilisé, son principe et donner le type de colonne. De quels d appareils avons-nous besoin? Précisez le détecteur utilisé. Questions 2 Qu appelle t-on la Résolution Chromatographique? Quels sont les différents paramètres qui influencent la résolution? Sur le chromatogramme ci-dessus, nous avons les séparations suivantes : Temps (min) Molécule 4,9 Glucose 5,6 Fructose 10,3 Saccharose (en anglais : Sucrose) Quelle est la sélectivité de la colonne pour le glucose par rapport au fructose. Le débit est de 1 ml/min. Le volume mort Vo est de 1,7 ml Comment peut-on améliorer cette sélectivité?

3 Question 3 Nous disposons d une boisson allégée. L étiquetage mentionne "sans sucre". Afin de quantifier la concentration en glucose à l état de trace dans ce jus de fruit, la méthode des ajouts dosés a été utilisée : Volume de jus de fruit (ml) 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 Volume ajouté (ml) d une solution de glucose à 5 mg.l -1 Volume d eau ajouté (ml) 48,5 44,5 40,5 36,5 32,5 28,5 Volume final (ml) Aire du pic de glucose (na/min) 0,24 0,44 0,64 0,84 1,04 1,24 En vous servant de ces valeurs, calculer la concentration du glucose en mg.l -1. Vous pouvez vous servir du papier millimétré joint en copie pour tracer une courbe d étalonnage. Question 1 : EXERCICE 2 : Quels sont les points communs et les différences entre une CLHP (HPLC) et la CPG (GC). Quels sont les critères à prendre en compte lors du choix de l une des deux techniques. Question 2 : Nous avons à notre disposition trois flacons d huile d origine différente. Les flacons ont été mélangés et il n y a pas d étiquette dessus. A votre avis, comment peut-on procéder pour identifier ces huiles. Proposez un protocole et justifier clairement. EXERCICE 3 : On se propose de purifier une protéine en utilisant la technique de la chromatographie ionique. Quel type de détection allons-nous utiliser pour suivre les différentes étapes de la purification? Quelles autres techniques peut-on utiliser pour suivre ces étapes de purification. Une fois la protéine accrochée à la colonne, de quelles façons peut-on la décrocher? Justifier votre réponse.

4 EXERCICE 4 : Le premier chromatogramme ci-dessous a été obtenu dans les conditions suivantes : 20% eau / 80% acétonitrile. La colonne utilisée est une C18. Rappeler de quel type de colonne il s agit. Le deuxième chromatogramme a été obtenu strictement dans les mêmes conditions que le premier. La seule différence se trouve dans les pourcentages eau / acétonitrile. A votre avis, quels sont les pourcentages eau / acétonitrile pour le deuxième chromatogramme. Justifiez. 20% eau / 80% acétonitrile?

5

6 SESSION DE MAI 2007 EXAMEN UE BAAN 22 DUREE : 20 min DOCUMENTS NON AUTORISES REDACTEUR : Ewa ROGALSKA 1. Donnez les noms des éléments suivants : Al As Be Cd Co Cr Cu Fe Hg Mn Mo Ni Pb Se Sn Ti V Zn 2. Indiquez les éléments essentiels et nonessentiels. 3. Quels éléments présents sur la liste ne peuvent pas être considérés comme des métaux? 4. Quels métaux présents sur la liste sont considérés comme les plus toxiques? 5. Quels sont les sources de contamination par les métaux que vous cités dans la réponse à la question précédente?

7 Sujet examen BAAN Mai 2007, 9h-11h, sans document Muriel JACQUOT Un industriel vient vous voir pour optimiser la composition de sa recette de cocktail énergétique sucré parfumé à la vanille. Il s interroge sur l effet de la concentration en arome sur la perception du caractère sucré et ainsi que sur l effet de la couleur du cocktail. Il souhaiterait baser son choix sur des données sensorielles. Que pouvez vous lui proposer comme plan d expérimentation? Construisez une séance d analyse sensorielle complète (questions, jury, échantillons, tests) permettant de répondre à ses attentes. Illustrez vos choix en vous appuyant sur la théorie et en rappelant les grands principes de l évaluation sensorielle.

8 MASTER BAAN UE 27 EXAMEN I. QCM (0,5 points par réponse juste sinon 0). 1) Les conditions pour qu un marché soit concurrentiel sont : a la liberté, l équité, l utilité b l atomicité, la transparence, l homogénéité c la sécurité, le retrait de l Etat, l uniformité d la flexibilité des prix, la substituabilité des facteurs, la rationalité des agents 2) Un effet externe négatif est émis quand : a la politique économique génère une dégradation du solde du commerce extérieur b l augmentation de la taille de la production entraîne une hausse des coûts unitaires c un agent économique utilise une ressource non valorisée par le marché d la récession entraîne une détérioration du solde du budget de l Etat 3) Le calcul économique du producteur consiste à : a choisir la technologie et le volume de production optimaux b développer chiffre d affaire par croissance interne et externe c substituer le travail par du capital d obtenir un coût moyen de production minimum 4) Le coût marginal c est : a l excédent du prix sur le coût variable b le rapport entre l accroissement du coût et celui de la quantité c le coût par unité produite 5) La mondialisation de l économie c est : a la hausse des flux importés et exportés de marchandises, services et matières premières b la hausse des échanges extérieurs et des investissements directs à l étranger c la globalisation de la stratégie des firmes et l uniformisation des modes de consommation d le résultat de la stratégie américaine de domination 6) la valeur ajoutée c est : a la marge bénéficiaire de l entreprise b la croissance du chiffre d affaire de l entreprise c le supplément de valeur créé par la qualité totale d le solde de la production et des consommations intermédiaires 7) L objectif d une entreprise est de : a développer ses ventes b maximiser son profit c satisfaire ses clients d développer l emploi

9 8) La loi de la productivité marginale décroissante énonce que : a le coût unitaire de production décroît avec la taille de la production b la productivité du travail décroît au-delà de 40 heures par semaine c l utilisation croissante d un même facteur génère des accroissements de production de plus en plus faibles d la substitution du travail par du capital génère une compétitivité décroissante de la firme 9) La politique d offre de lutte contre le chômage consiste à : a inciter les chômeurs à devenir inactifs b réduire le coût du travail pour les entreprises c accroître les revenus d activité d inciter les femmes à rester au foyer 10) L élasticité prix de la demande mesure : a la variation relative du prix consécutive à une évolution relative de la demande b la variation relative de la demande consécutive à la variation relative du prix c la variation relative de la demande d un bien consécutive à la variation relative du prix d un autre bien 11) Le surplus du consommateur mesure : a la quantité supplémentaire de biens consommés en cas de promotion b la différence entre le consentement à payer et le prix de marché c le surcroît de demande généré par la hausse du pouvoir d achat 12) Un monopole naturel se constitue sur un marché a quand les conditions naturelles de production créent des barrières à l entrée du marché b quand la demande des consommateurs est totalement inélastique aux prix c quand la technologie permet l obtention de rendements d échelle constamment croissants 13) On peut parler d exploitation du consommateur quand a l Etat relève les taux de TVA b la structure du marché ampute le surplus du consommateur c la firme met en place une politique de différenciation produit 14) Les 3 moteurs de la croissance économique sont : a la consommation, les exportations, l investissement b le taux d intérêt, le taux de chômage, l inflation c la hausse des cours de bourse, le moral des ménages, le cours du dollar d la tenue de l Euro, la demande mondiale, le déficit public 15) L Euro est principalement créé par : a les banques commerciales situées dans la zone Euro b la Banque de France c la Banque Centrale Européenne d le marché monétaire 16) La politique de la Banque Centrale Européenne vise : a la stabilité du cours de change de l Euro b la croissance économique c la stabilité de la valeur interne de l Euro d le développement des exportations 17) Un impôt est dit progressif si : a il est proportionnel au revenu disponible du ménage b son taux augmente en fonction du revenu disponible du ménage c il est proportionnel au niveau de patrimoine du ménage d il incite les ménages à développer leur offre de travail

10 II. QUESTIONS DE SYNTHESE (11,5 points). Nick Stern, Chef du service économique du gouvernement britannique, indique dans un rapport rendu public le 30 Octobre 2006 que le réchauffement climatique occasionnerait une baisse du produit intérieur brut mondial de 5% à 20% à l horizon Ce scénario catastrophe pour l économie mondiale serait «d une ampleur analogue à ceux qui ont suivi les grandes guerres et la grande dépression de la première moitié du XX siècle». Dans ce contexte, le rapport préconise que les pays développés réduisent leurs rejets de gaz à effet de serre de 60% à 80% d ici Pour ce faire Stern met en avant 4 instruments principaux : - les permis négociables ; - la coopération technique (pour développer les énergies propres) ; - la lutte contre la déforestation ; - l adaptation des politiques de développement aux conséquences du changement climatique. Dans un texte structuré et argumenté (2 pages maximum), présentez un «plan climat français horizon 2050» adapté aux enjeux mis en avant par le rapport Stern. Vous devrez envisager des mesures en direction des producteurs et des consommateurs, en vous appuyant notamment sur la modélisation de leurs comportements envisagée lors des cours et TD.

11 EXAMEN BAAN 21 Question 1 sur 5 points Dans le cadre d'une petite entreprise fabricant un grand nombre de produits quel type de stérilisateur faut-il choisir. Question 2 sur 5 points Quels sont les avantages et les inconvénients de la cryogénie par rapport à la surgélation classique Question3 sur 10 points : On veut déterminer un barème de stérilisation et l optimiser pour un plat cuisiné à base de viande. Le tableau ci-dessous présente les valeurs de températures de l autoclave et du produit et la valeur stérilisatrice au cours du temps de stérilisation. Ces grandeurs ont été mesurées à l aide d une sonde placée au cœur du produit dans la verrine de stérilisation. 1/ Déterminer le barème idéal et le barème ajusté. 2/ Pourquoi est-il nécessaire d ajuster le barème idéal? 3/ L absence de viande dans le plat à cuisiner aura-t-elle une incidence sur le barème de stérilisation? Expliquez votre réponse. Courbe de Ball: g en fonction de fh/u g y = 0, ,9264.lnx + 0,6906.(lnx) 2-0,0542.(lnx) fh/u 1

12 Temps (min) T autoclave ( C) T produit ( C) vs (min) ,2497E , ,9 3,2497E , ,9 3,2497E , ,9 3,2497E , ,2497E ,5 0, ,1 3,2497E ,5 109,5 0, ,3 3,2497E , ,7 3,2497E , ,2497E , ,5 3,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E , ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,2497E ,5 70 3,2497E E , , ,5 85 0, , , , , ,5 94 0, , , , , , ,25 2

13 UHP- NANCY I INPL FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES ENSAIA SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master BAAN M1 Epreuve de Bases de la toxicologie alimentaire Nom de l UE MABA2U12 Session :Mai 2007 Date : 23 mai 2007 Horaire : 13h30-15h30 Durée : 2 heures Nom des rédacteurs : Marie-Hélène LIVERTOUX Documents autorisés Documents non autorisés Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Sujet Sur deux copies différentes Copie 1 (10 points) Stratégie d'évaluation de la toxicité d'une substance chimique Question 1 : (4 points) Les différentes étapes et les principales méthodes d'étude de la toxicité d'un xénobiotique. Question 2 : (6 points) Extrapolation des données expérimentales : Principales valeurs de référence toxicologiques, extrapolation à l'homme, DJA. Copie 2 (10 points) Toxines naturelles Question 1 (3 points): Définir les 5 classes de toxines étudiées et citer les sources de production correspondantes. Question 2 (7 points) : Mycotoxines : principales familles de toxines, exposition, organes cibles et effets toxiques.

14 SUJET D EXAMEN SESSION de mai 2007 MASTER BAAN M1 UE BAAN 31 Le comportement alimentaire : de la psychologie à la pathologie Responsable d UE : Pr Jean Pierre KAHN Documents non autorisés Calculatrice non autorisée Durée de l épreuve : 2 heures Les 2 sujets doivent être traités sur des copies séparées. SUJET de Simon Thornton (1 ère partie de l UE) (10 points / 20) 1) Décrivez la régulation hydrominéral de Madame Z. suite à 3 heures de randonné sans eau à boire en montagne en été (5 points) 2) Un repas peut être déclenché par l augmentation au niveau centrale du peptide NPY ou inhibé par une augmentation en périphérie de la leptine. Décrivez les actions de la leptine au niveau du noyau arqué (5 points) SUJET de MADAME LE DOCTEUR WITKOWSKI (2ème partie de l UE) (10 points / 20) -TABLEAU CLINIQUE DE L ANOREXIE DU JEUNE ENFANT 1

15 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES et TECHNIQUES INPL-ENSAIA SUJET D EXAMEN Master BAAN M1 DIPLÔME BAAN M1 Epreuve de UE 25 Molécules biofonctionnelles d'origine agroalimentaire Session de Mai 2007 Date 24 Mai Horaire 9h 11h Durée du sujet : 2h Nom du rédacteur : Gaillard JL & Linder M Documents autorisés : NON Documents non autorisés : X Calculatrices autorisées : NON Calculatrices non autorisées : X Attention, les sujets de Mr Gaillard et de Mr Linder doivent être rédigés sur des copies séparées. Sujet de Mr Gaillard (75 min ): 1) Existe-t-il des différences de répartition du fer dans les laits humains et bovins? Comment la lactoferrine interagit-elle avec le fer? Facilite t-elle son assimilation? Comment la lactoferrine, ou des dérivés, exercent-ils des effets antimicrobiens? 2) Quelle sont la structure et l origine des immunoglobulines G1 et G2 du colostrum/lait bovin? Comment s effectue leur transfert dans le colostrum/lait? Par quel process peut-on préparer industriellement, à partir de colostrum, un produit contenant des F(ab )2 en remplacement des IgG? Quel est l intérêt de cette transformation des IgG en F(ab )2? Que perd on comme type(s) de fonction(s) lors de cette transformation? Quelles sont les utilisations principales du colostrum ou des produits dérivés? 3) Peptides antihypertenseurs : Compte tenu des causes de l hypertension, quel est le modèle in vitro utilisé pour identifier des peptides potentiellement antihypertenseurs? Quels sont ensuite les autres types de tests à effectuer pour valider leur activité antihypertensive? Pour

16 quelles raisons, à votre avis, un peptide ayant in vitro une activité potentiellement antihypertensive peut-il s avérer inactif in vivo? Sujet de Mr Linder (45 min ): Question 1 : Quelles sont les principales spécificités des lipases qui nous permettent de faire le choix d une enzyme pour hydrolyser un triacylglycérol? Explicitez votre réponse et donner des exemples de lipases. Question 2 : A partir du tableau extrait de la publication scientifique ci-dessous 2a Donner la spécificité des lipases 2b Donner un mode de mesure du degré d hydrolyse utilisé sur la figure et expliquer la cinétique

17 Question 3 : Donner la méthodologie permettant d obtenir ces graphes. Explicitez votre réponse.

18 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES et TECHNIQUES SUJET D EXAMEN Master BAAN M1 INPL-ENSAIA DIPLÔME BAAN M1 Epreuve de UE 18 Microbiologie et Biochimie Alimentaires Session de Mai 2007 Date 21 Mai Horaire 9h 11h Durée du sujet : 2h Nom du rédacteur : Dary A. & Gaillard JL Documents autorisés : NON Documents non autorisés : X Calculatrices autorisées : NON Calculatrices non autorisées : X Attention, les sujets de Mme Dary et de Mr Gaillard doivent être rédigés sur des copies séparées. Sujet de Mme Dary (1h): Répondre en 2 pages maximum La prise de conscience de l influence de l alimentation sur sa santé amène le consommateur à être de plus en plus vigilant sur les effets santé potentiels des aliments qu il consomme. Dans ce cadre, les probiotiques utilisés dans la fabrication de divers laits fermentés font l objet d une communication importante de la part des industriels qui vantent leur bienfait. En vous basant sur vos connaissances et après avoir défini la notion de probiotiques, vous évaluerez le bien fondé de telles affirmations. Sujet de Mr Gaillard (1h) : Développez les différents points en 1,5 page maxi. 1) Les lipides du lait, structure, origine et sécrétion. 2) Quelles sont les causes moléculaires de la diversité des caséines présentes dans le lait? 3) La micelle. 4) La β-lactoglobuline : quels sont les éléments de sa structure, ou autres, à l origine des hypothèses de sa(ses) fonction(s) biologique(s) Adaptez vos réponses au temps imparti. Evitez les longueurs inutiles (faites néanmoins des phrases correctement construites SVP!).

19 EXAMEN UE mai 2007 sans document Sujet : Une société spécialisée dans la commercialisation de céréales pour la consommation humaine et une société spécialisée dans la commercialisation de lait et produits laitiers vous contactent car elles ont entendu parler de risques de présence de polluants dans les produits agricoles malgré les contrôles réalisés habituellement. En tant qu expert scientifique des flux de polluants dans les agrosystèmes, les responsables des sociétés attendent de vous un rapport synthétique sur la réalité de la présence de molécules polluantes, sur l identification des composés susceptibles d être détectés et sur les méthodes de mesures et d analyses. Ils vous demandent également de leur donner un avis sur les limites rencontrées aujourd hui par les scientifiques et de conclure si il existe un vrai risque de pollution pour leurs produits et si oui de leur suggérer quelques mesures à prendre pour garantir la qualité des céréales et des produits laitiers.

20 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES DIPLOME : Master FAGE Epreuve de : FAGE 17 Session de mai 2007 SUJET D'EXAMEN Durée du sujet : 2 heures Nom du rédacteur : M. Chalot.(CM) et D. Gérant (TP/TD) Documents autorisés Date : 22 mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00-11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Les deux sujets (A et B) sont à traiter sur des copies séparées. A. Sujet de cours. M. Chalot durée : 1h Deux nouveaux gènes (AtNRT3.1 et AtNRT3.2) codant des transporteurs putatifs de nitrate ont été récemment mis en évidence chez Arabidopsis thaliana. Vous commenterez et interpréterez les 3 figures ci-dessous, en replaçant ces données dans le contexte plus général de la nutrition nitrique d Arabidopsis. Figure 1. Expression analysis of AtNRT3.1 and AtNRT3.2 by relative quantitative real-time RT-PCR. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then transferred to 50 µm KNO 3 for 1 week. A, Relative expression level of AtNRT3.1 and AtNRT3.2 against clathrin, a housekeeping gene, in wild-type roots. The inset is an expanded-scale plot of AtNRT3.2. B and C, Relative expression profile of AtNRT3.1 (B) and AtNRT3.2 (C) in wild-type plants and Atnrt3.1 mutants. Each sample was normalized by clathrin and relatively expressed to wild-type root. The values are means of four replicates (two biological replicates x two independent reactions). Error bars = SE. Different letters above the bars indicate significant difference at P < 0.05 (t test). n.d. not detected Notes : Housekeeping gene : gène de référence utilisé pour normaliser les résultats de RT-PCR (ici : clathrine). Atnrt3.1-1 et Atnrt3.1-2 sont des lignées mutantes obtenues par insertion d un T-DNA dans la séquence du gène Atnrt de 4

21 Figure NO 3 influx by CHATS and IHATS. A, 13 NO 3 influx due to CHATS in wild-type and Atnrt3.1 mutants as percentages of wild-type fluxes. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week. Nitrate influx was then measured at 100 µm NO 3. Figure NO 3 influx into wild-type and Atnrt3.1-2 mutant roots. A, High-affinity 13 NO 3 influx. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 10, 25, 50, 75, 100, 125, and 150 µm NO 3. Values are means ± SE of five replicates. The fitted curve was obtained by direct fit to the Michaelis-Menten equation. Estimated K m and V max values are indicated in the figure. B, 13 NO 3 influx due to IHATS in wild-type and Atnrt3.1 mutants as percentages of wild-type fluxes. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 100 µm NO 3. IHATS influxes were calculated by subtracting the measured CHATS flux from the flux measured after induction. Data values are means ± SE of four replicates. Notes : CHATS : constitutive high affinity transport system IHATS : inducible high affinity transport system B, Low-affinity 13 NO 3 influx. Plants were grown for 4 weeks in 1 mm NH 4NO 3 and then nitrogen deprived for 1 week before being reexposed to 1 mm KNO 3 for 6 h. Nitrate influx was then measured at 1, 5, and 10 mm NO 3. Data values are means ± SE of four replicates. Notes : Nitrogen deprived : carencé en azote 2 de 4

22 B. Sujet de TP/TD (D. Gérant) durée : 1h Des mitochondries ont été purifiées à partir de feuilles de tabacs transformés surexprimant l alternative oxydase (AOX). Cette enzyme est une enzyme qui est régulée de deux manières indiquées dans l encadré 1. 1) L AOX existe sous deux formes : dimèrique ou monomèrique (figure 1). Le passage à l une ou l autre forme est mis en évidence par incubation de mitochondries avec ou sans DTT (dithiothreitiol, réducteur) puis extraction protéique et Western Blot : electrophorèse puis transfert des protéines mitochondriales sur membrane et hybridation avec des anticorps spécifiques dirigés contre l AOX (figure 2). 2) Le pyruvate est un activateur allostérique de l AOX (stabilise la forme active, figure 3). Encadré 1 S S SH SH Figure 1 + DTT - DTT Figure 2 Figure 3 Des analyses ont été réalisées à partir de mitochondries extraites des feuilles de tabac. Dans l encadré 2 sont présentées : Pour les figures 4 et 5, la même quantité de protéines mitochndriales a été ajoutée au milieu d électrode (ph 7.2). Comme indiqué sur la trace, différents réactifs ont été ajoutés : NADH 2mM, ADP 1mM, Myxothiazol 16µM (myxo) composé ayant le même effet que le KCN, Pyruvate (Pyr) 1mM, DTT 10mM, Malate (Mal) + Glutamate (Glu) 10mM et N propyl gallate 100µM (npg) composé ayant le même effet que le SHAM. Les chiffres le long des tracés représentent les vitesses d oxydations en nmoles d O2/min/mg protéines. La figure 6 correspond aux Western Blot obtenus à partir des protéines extraites de mitochondries incubées pendant 5 minutes avec soit du NADH 2mM soit un mélange Malate + Glutamate 10mM. L hybridation a été faite avec des anticorps spécifiques dirigés contre l AOX. Rappelez le rôle de chaque réactif ajouté pour les figures 4 et 5. Indiquez quelle forme de l AOX est active. Quel est l objectif de cette expérience et quelle hypothèse peut-on en tirer? Argumenter avec les résultats présentés dans l encadré 2. Par ailleurs, l oxydation du malate est suivie à l électrode à oxygène pour différents ph (encadré 3). Quel est l objectif de cette deuxième expérience? Argumenter votre réponse. 3 de 4

23 Encadré 2 Figure 4 Figure 5 Figure 6 Encadré 3 Figure 7 Figure 8 4 de 4

24 UNIVERSITE HENRI POINCARE NANCY I Faculté des Sciences & Techniques Master FAGE 2e semestre, 1e session FAGE 23 Durée de l épreuve : 120 minutes Documents non autorisés Calculatrices autorisées Des réponses précises et argumentées sont attendues. Elles doivent être concises. Les éléments «hors sujet» sont particulièrement mal venus. Sujet de M. EPRON La figure ci-contre représente les résultats d une expérience ayant consistée à placer plusieurs serres au dessus d une savane nord américaine avant le développement de la végétation (fin de saison sèche), et à contrôler la concentration en CO 2 dans les serres. Différentes concentrations ont été maintenues ainsi pendant 13 semaines. La production de biomasse aériennes des plantes C3 et C4 qui se développent à partir de la banque de graine naturellement présente dans le sol a été mesurée dans chacune des serres au bout de 13 semaines. Elle est exprimée en g de matière sèche par m 2. La pression partielle de CO 2 est exprimée en Pa. Une pression partielle de 35 Pa équivaut à une concentration de 350 ppm. 1. Rappelez brièvement les différences entre les plantes C3 et C4 2. Commentez et analysez les résultats de cette expérience 3. Quelles hypothèses pouvez-vous formuler pour les prochaines décennies, compte tenu d une augmentation probable de la température? 4. Cette réponse dépend t elle de l évolution des précipitations?

25 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master 1 FAGE Durée du sujet : 1 h Epreuve de : UE 24 Nom du rédacteur : D. MARAGE 1 ère session Documents autorisés Date :24 Mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00 à 11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées 1. Qu'est ce qu'un trait d'histoire de vie? 2. Quels sont les traits d'histoire de vie d'une espèce dite K? 3. Selon un gradient de fertilité croissant, quels sont les effets de l'herbivorie sur le fonctionnement des écosystèmes? 4. Vous commenterez la figure ci-dessous, puis en donnant des exemples, expliquez pourquoi les espèces ne jouent pas toutes le même rôle dans le fonctionnement des systèmes écologiques. Biomass (t/ha)

26 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : Master 1 FAGE Durée du sujet : 1 h Epreuve de : UE 24 Nom du rédacteur : B. AMIAUD 1 ère session Documents autorisés Date :24 Mai 2007 Documents non autorisés Horaire : 9h00 à 11h00 Calculatrices autorisées Calculatrices non autorisées Un chargé de mission du PNR de Lorraine doit quantifier la diversité des amphibiens sur un site au sein de deux zones contiguës (A et B) dans le cadre d une étude d impact de construction d un ouvrage d art pour le passage d une autoroute. Il échantillonne le long d un transect qui parcourt les deux zones en entier. Le long de ce transect, tous les 500 m, il note le type d habitat et identifie les espèces présentes dans une zone de 100 m². L échantillonnage a permis de noter la présence de 13 espèces différentes d amphibiens réparties de la façon suivante : Zone Position (en m) Habitat Espèces d amphibiens A 500 Marais A, B, C, D, E A Marais F, G, H A Prairie humide C, B, F, G A Prairie humide B, F, G A Prairie humide A, B, F, G A Marais F, G, H, I, J A Marais F, G, H, I, K, L A Marais B, F, G, H A Marais B, F, G, H A Marais B, F, G, H, K, L B Prairie humide C, B, F, G B Prairie humide C, B, F, G B Prairie humide A, B, C, B, F, G B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I B Prairie humide A, B, F,G, H, I, M B Marais F, G, H, I, K, L, M B Marais F, G, H, I, J, K, L, M Après avoir donné une définition de chaque indice, vous calculerez les indices de diversité alpha, bêta et gamma dans le cadre de cette étude.

27 UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY I FACULTE DES SCIENCES SUJET D'EXAMEN DIPLOME : M1 FAGE Durée du sujet : 2 heures Epreuve de : Fage 26 Nom du rédacteur : P. FONTAINE 1 ère session Documents autorisés Date : 21 mai 2007 X Documents non autorisés Horaire : 13h30-15h30 Calculatrices autorisées X Calculatrices non autorisées Sujet : Décrivez les différentes techniques de marquage utilisées pour les études de la dynamique des communautés ichthyennes en milieu naturel. Précisez les avantages et les inconvénients des différentes techniques.

28 UNIVERSITE HENRI POINCARE NANCY I Faculté des Sciences & Techniques Master FAGE 2e semestre, 1e session U.E. FAGE 27 Durée de l épreuve : 120 minutes Documents autorisés Calculatrices autorisées Des réponses précises et argumentées sont attendues. Elles doivent être concises. Les éléments «hors sujet» sont particulièrement mal venus. Sujet de M. LONGDOZ (durée conseillée 1h30) 1) Expliquez quelles sont les conditions pour qu un flux d énergie par conduction existe et décrivez également comment ce flux d énergie par conduction va se produire. Donnez un exemple pratique utilisant le fait que la conductivité de l air est très faible. 2) Déterminer l indice de clarté à Vielsalm (50,65 Nord ; 6,09 Est ) le 11 août sachant que l on a mesurer à 15 heures et 20 minutes (Temps Universel) un rayonnement solaire global de 535 W m -2. Que peux-t-on en déduire sur le type de ciel présent à ce moment là à Vielsalm. Sujet de M. EPRON (durée conseillée 0h30) En vous appuyant sur un schéma, vous expliquerez pourquoi un changement du type de couverture végétale peut influencer le bilan radiatif à l échelle régionale.

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus Journées SFR condorcet Compiègne 8-9 juillet 2015 Projet Hydroseq : UMR FARE-CRRBM Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

Barcoding environnemental par séquençage haut débit

Barcoding environnemental par séquençage haut débit Barcoding environnemental par séquençage haut débit Potentiel et limites Jean-François Martin Échantillonnage Spécificités du barcoding environnemental Amplification (PCR) de marqueurs choisis Séquençage

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Outils de gestion des ressources biologiques

Outils de gestion des ressources biologiques Le Cahier des Techniques de l INRA 2015 (84) N 1 Outils de gestion des ressources biologiques Frédéric Sanchez 1 *, Tou Cheu Xiong 1 Résumé. Les recherches en biologie génèrent un grand nombre d échantillons

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité OBJEIFS Parcours Microbiologie appliquée à l agro-alimentaire et l agro-environnement La spécialité a pour but de former des cadres de haut

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG)

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG) Annexe n 1 : Offre de formation de l Université Paris-Sud 11 Diplômes de Masters demandés en habilitation ou cohabilitation pour le contrat quadriennal 2010-2013. Deux domaines (DEG = Droit Economie Gestion,

Plus en détail

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent Pharma Eau purifiée Perspectives dans l analyse des eaux purifiés 11 News THORNTON Leading Pure Water Analytics SST Test d adéquation du système pour la détermination du COT dans l eau ultra pure La détermination

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE

OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE Un exemple de Projet PNRI Pr. Ahmed Noureddine HELAL 11 Mars 2015, Hôtel Monastir Center, Monastir Notre Projet

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE 2 e édition Juin 2011 Réalisé par : Partenaire financier du CQVB : Objectif : Ce répertoire vise à faciliter le maillage entre les étudiants-chercheurs universitaires et

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures Analyse & Medical Electrovannes miniatures Introduction Technologies d analyse Les vannes et les procédés utilisés pour les analyses dans les laboratoires ou les industries ne sont pas en contact direct

Plus en détail