Photonique pour les Cellules Solaires Organiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Photonique pour les Cellules Solaires Organiques"

Transcription

1 Photovoltaïque Photonique pour les Cellules Solaires Organiques Ludovic Escoubas, JJ. Simon, Ph. Torchio, J. Le Rouzo, F. Flory, D. Duché, G. Rivière, G. Yeabiyo, S. Vedraine, H. Derbal Equipe OPTO-PV IM2NP, Institut Matériaux Microélectronique et Nanosciences de Provence UMR - CNRS 6242 (Marseille / Toulon)

2 Dupont / Uniax Sanyo Siemens Toshiba COVION

3 Avantages des cellules solaires organiques Très bas coût Pas de problème d approvisionnement de matières Grandes surfaces (par ex. dépôt «roll to roll») Grande facilité de mise en œuvre Flexibilité, dépôt sur substrats souples ou courbes Konarka 2003 LIOS

4 Fonctionnement d une cellule PV organique Absorption des photons Création des excitons D A Diffusion des excitons Dissociation des excitons Transport des charges Collecte des charges

5 Hétérojonction de volume Réseau interpénétré Accepteur Donneur Accepteur Dépôt tournette Mélange Forte densité d interfaces où les excitons peuvent être séparés Séparation des chemins de conduction des électrons et des trous (idem dans les DSC ou cellules de Gratzel)

6 Al, Au LiF, BCP + - Polymère / Petites molécules PEDOT-PSS ITO Épaisseurs des couches ~ 100 nm

7 Etat de l art en cellule tandem : 6,5 % (déc 2007) Cathode Aluminium TiO x Optical spacer Top Cell P3HT / PC 70 BM PEDOT:PSS TiO x /PEDOT Separating layer Bottom Cell Anode PCPDTBT / PCBM PEDOT:PSS ITO 1 Center for Polymers and Organic Solids, University of California, Santa Barbara, CA , USA. 2 Department of Materials Science and Engineering, Gwangju Institute of Science and Technology, Gwangju , Korea.

8 Etat de l art en cellule simple : 5,6% (déc. 2008) LUMO 3,20 HOMO 4,90 Voc = 0,56 FF = 65% Jcc= 15,6mA/cm²

9 Etat de l art en cellule simple : 7,9 % (déc 2009) J. AM. CHEM. SOC. 2009, 131, Start-up Californienne Solarmer : - 6% d efficacité en % quelques mois plus tard - Nouveau record avec 7.9% (certifié par le U.S. Department of Energy's NREL)

10 Les rendements «records» Single junction Tandem cell Organic solar cell efficiences Solarmer Solarmer Efficiency (%) Solarmer Konarka Konarka

11 Cellules solaires organiques industrielles Dépôt 'roll-to-roll' Salon PV Expo Tokyo 2009 Cellules translucides : Applications : intégration aux fenêtres 0,25W - 4V : microélectronique et capteurs 5W - 8V : recharge de batteries portables, tél. mob., organiseurs 26W - 16V : recharge de batteries, alim. de système de com. Durée de vie : 1 an en fonctionnement démontré par Konarka (20 % de baisse de rendement)

12 Quels challenges? Cellules solaires organiques 0,7 V Tension V Bandes d Energies 15mA/cm² Record η ~ 8% Tension de circuit ouvert V co Densité de Courant J 40mA/cm² Silicium FF Facteur de forme Densité de courant de court-circuit J cc Transport excitons / charges Record η ~ 24% Absorption

13 Photonique Optimisation champ électromagnétique Cristaux photoniques Plasmons Distribution Energie (%) ITO Couche active Couche d interface Electrode Réflexion Longueur d onde (nm) 800

14 Ingénierie du champ électromagnétique 4.00 Couche Active Al LiF PEDOT ITO Verre λ = 500nm 3.00 E 2 (u.a.) 2.00 Lumière Profondeur (nm) L.A. Pettersson et al. Journal of Applied Physics, 86-1, pp (1999) P. Peumans et al, Journal of Applied Physics., Vol. 93, 3693 (2003) F. Monestier et al. Nonlinear Optics and Quantum Optics, Vol. 37, pp (2007).

15 De l optique à l électrique E 2 (a.u.) 300 nm < λ < 600 nm ni Q(z, λ ) = α ( λ) n I solar 0 E0 Q : énergie dissipée E(z) 2 Q( z, λ) G( z, λ) = hυ 900 = λ= 300 G( z) G z (, λ ) Répartition de E 2 en fonction de λ et de z 1 d J n e d x ( z) + G( z) R( z) = 0 G : taux de génération des excitons d n J = q D + q n µ E d x

16 Application: Détermination de l épaisseur optimale de la couche active Jcc (ma/cm 2 ) er maximum 2nd maximum 2 Données expérimentales * Simulation Epaisseur couche active (nm) n k 2.2 P3HT:PCBM (1:1) Longueurs d'onde (nm) P3HT:PCBM (1:1) Longueurs d'onde (nm) P3HT : PCBM H. Hoppe et al. Phys Stat Sol. (RRL) 1 R40-R42 (2007) A.J. Moulé et al. Appl. Phys. B 86, (2007). J. Gilot et al. Appl. Phys. Lett., Vol. 91, (2007). F. Monestier, et al. Sol. Energ. Mater. Sol. Cells, Vol. 91, pp (2007). K. R. Moritz et al. Appl. Phys. Lett, Vol 92, (2008). P3HT:PCBM Verre

17 Géometrie de la cellule non optimisée: Verre / ITO (120 nm) / PEDOT (100 nm) / PFDTBT (10 nm) / C60 (60 nm) / Al (100 nm) z 0 Depth (Å) Application: Optimisation de la structure de la cellule ITO PEDOT PFDTBT C longueur d'onde (A ) λ (Å) Cellule non optimisée Cellule optimisée : 2 couches optimisées : (ITO Q (10-4 a.u.) and C60 ) F. Monestier et al. Nonlinear Optics and Quantum Optics, 37, (2007). Al Depth (Å) ITO PEDOT Al Lumière Substrat ITO PEDOT PFDTBT C Cellule optimisée Al PFDTBT C60 λ (Å) z 0

18 Influence d une couche supplémentaire transparente: espaceur optique Transport de trous Eindhoven University of Technology, Chemical Engineering and Chemistry

19 Photonique Optimisation champ électromagnétique Cristaux photoniques Plasmons Distribution Energie (%) ITO Couche active Couche d interface Electrode Réflection Longueur d onde (nm) 800

20 Cristaux photoniques :

21 Définition d un cristal photonique Matériau structuré doté d une permittivité ou indice optique périodique Période spatiale de l ordre de la longueur d onde de travail Art de contrôler la lumière à l échelle de la longueur d onde des photons : Structurer l espace dans lequel on cherche à la confiner Contrôle des photons dans l espace le plus restreint possible pendant des intervalles de temps les plus longs possibles Structures de dimensions micrométriques contrôlées avec une résolution nanométrique De nouveaux degrés de liberté pour le contrôle de la cinétique (piégeage, ralentissement, pertes optiques) des photons notamment en matière de résolution angulaire, spatiale et spectrale

22 Pré-requis Equation dite «maîtresse» (issue des équations de Maxwell): Composantes électrique et magnétique du champ : ω pulsation de l onde et ε(r) permittivité du milieu Il s agit d un problème aux valeurs propres. Les modes optiques constituent les solutions propres des équations de Maxwell présentant une distribution spatiale du champ stationnaire dans le temps. Les caractéristiques de dispersion sont fournies par les équations aux valeurs propres qui relient la pulsation des modes optiques correspondants à leur constante de propagation.

23 Analogie Maxwell - Schrödinger

24 Cristaux photoniques 3D Iridescence d une opale Iridescence des ailes du papillon «Blue Morpho»

25 Cristal Photonique 1D Ag Active Layer ITO Ag Azopolymer Substrat Nanostructures submicroniques dans un film d azopolymer Excitation d un mode guidé absorption optique accrue 10 à 20 % de gain en photocourant

26 Des premières réalisations Heeger Center for Advanced Materials Department of Materials Science and Engineering Gwangju Institute of Science and Technology (Korea) School of Materials Science and Chemical Engineering Kunsan National University Kunsan, Chonbuk, (Korea) P3HT/PCBM Périodes +/- 500nm Hauteur 50nm 1D 2D

27 Cellules solaires organiques et cristaux photoniques Utilisation des propriétés des cristaux photoniques: Couplage de l onde incidente dans la couche active hν matrice de PCBM Cylindres P3HT hauteur Paramètres pertinents: n: la différence d indice entre les deux matériaux Géométrie de la structure: période, motif de la maille période

28 Méthode utilisée FDTD (Finite Difference Time Domain) h ν GAP PHOTONIQUE Mode de Bloch lents : Densité de modes Diagramme de Bandes Durée de vie des modes 1/τ = Vg/L + α/(4π)(2π/l)² +

29 Absorption de la nanostructure Absorption d un mélange P3HT PCBM (ellipsométrie) Absorption (%) D. Duché et al. Appl. Phys. Lett. 92, (2008). 1.54µm ,40 1,45 1,50 1,55 1,60 1,65 1/λ(µm -1 ) Densité de Modes (x10)

30 Nanostructuration de matériaux polymères Objectif: nanostructurer des matériaux organiques Méthode: mise en œuvre d une méthode expérimentale ( nanovelours -IRILAB) Matrice of nanocanaux en alumine (Al 2 O 3 ) (MEB x ) Autoclave haute pression Développement d un prototype Premiers résultats obtenus avec du PMMA

31 Vers une structure idéale : Optimisation géométrique de la structure: - pour la dissociation des excitons (période et taux de remplissage) - pour le transport des charges (hauteur et taux de remplissage)

32 Proc. SPIE (2008)

33 Z Y P3HT:PCBM X hpedot:pss = 45 nm PEDOT:PSS L h h = 100 nm, P = 400 nm, L = 100 nm hblend = 50 nm P ~ 1,4 µm

34 Photonique Optimisation champ électromagnétique Cristaux photoniques Plasmons Distribution Energie (%) ITO Couche active Couche d interface Electrode Réflection Longueur d onde (nm) 800

35 Plasmons : notions de base Définition : Interaction entre le métal et la lumière càd entre les charges et une onde électromagnétique Réponse du plasma à une onde électromagnétique incidente : Pulsation propre du plasma ω p Ionosphere: ω p radiofréquence, λ ~ 100 m Métaux: ω p fréquence optique, λ ~ 200 nm (UV)

36 Plasmons : notions de base Permittivité relative (constante diélectrique Formule de Drude) : Pour ω = ω p, ε(ω) = 0 résonance du plasma = plasmon Pour ω << ω p, ε(ω) : valeur négative (indice de réfraction < 1), fort facteur de réflexion du milieu Pour ω >> ω p, ε(ω) ~ 1, le plasma apparaît transparent Comportement si plasma de taille finie (par ex. petite sphère) Théorie de Mie (diffusion de lumière) : Résonance (forte diffusion) quand ε m = 2, d où : et pour ω p dans l UV, est dans le visible

37 Plasmons à base de nano-particules Vitraux de la Sainte Chapelle (Paris) Pour de très petites particules, la couleur dépend seulement de la taille (métal) et du matériau hôte Pour des particules plus grandes, la taille et la forme comptent La nanofabrication permet de contrôler la fréquence de résonance plasmon de la particule

38

39 Effets bénéfiques : Réseau de nano-agrégats d Ag : Recombinaison des porteurs Accroissement (x 100) du champ électromagnétique (jusqu à 10nm du réseau de nanoparticules d Ag) Accroître l absorption des photons dans les couches organiques proches Générer plus d excitons Augmentation relative de 15% du rendement de conversion

40 P. Peumans Thesis (2004).

41

42 Structures plasmoniques au sein de cellules solaires organiques Expérimental MEH-PPV:PCBM Substrat Substrat / NPs / MEH- PPV:PCBM 1:4 D. Duché, Ph. Torchio et al. Solar Energy Materials & Solar Cells 93, (2009)

43 Photovoltaïque Merci pour votre attention

Modélisation optique des cellules solaires organiques

Modélisation optique des cellules solaires organiques Modélisation optique des cellules solaires organiques F. Monestier, J.J. Simon, Ph. Torchio, M. Cathelinaud* et L. Escoubas * Laboratoire TECSEN U.M.R.- C.N.R.S. 6122 Marseille * Institut Fresnel U.M.R.-

Plus en détail

Concepts photoniques pour les cellules solaires organiques

Concepts photoniques pour les cellules solaires organiques Photonique et Photovoltaïque Carr ry Le Rouet 30 & 31 Mars 2011 Concepts photoniques pour les cellules solaires organiques D. Duché, S. Vedraine, G. Rivière, G. Yeabiyo, H. Derbal, J. Le Rouzo, L. Escoubas,

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Institut des Nanotechnologies de Lyon, Université de Lyon, INSA de Lyon Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Tetyana Nychyporuk Équipe Photovoltaïque 1 Le future et le photovoltaïque

Plus en détail

Photovoltaïque : solutions actuelles et futures. JJ Simon, Equipe OPTO-PV

Photovoltaïque : solutions actuelles et futures. JJ Simon, Equipe OPTO-PV Photovoltaïque : solutions actuelles et futures JJ Simon, Equipe OPTO-PV 1 Plan de l exposé Introduction Histoire Données économiques Fonctionnement d une cellule solaire Les différentes filières (performances,

Plus en détail

MECANISME DE NOIRCISSEMENT

MECANISME DE NOIRCISSEMENT MECANISME DE NOIRCISSEMENT Le noircissement fait intervenir la capture des trous photoinduits et la création in situ des lacunes et des ions argent en position interstitielle selon les mécanismes suivants:

Plus en détail

Modélisation optique des cellules solaires organiques

Modélisation optique des cellules solaires organiques Modélisation optique des cellules solaires organiques J.J. Simon, F. Monestier, Ph. Torchio,, D. Duché M. Cathelinaud et L. Escoubas. Laboratoire TECSEN UMR-CNRS 6122 Université Paul Cézanne Aix-Marseille

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques organiques

Les cellules photovoltaïques organiques Les cellules photovoltaïques organiques Laurence VIGNAU Maître de Conférences ENSCPB Laboratoire de l Intégration du Matériau au Système (IMS) Département MCM site ENSCPB laurence.vignau@ims-bordeaux.fr

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Elaboration et caractérisation de composants organiques

Elaboration et caractérisation de composants organiques Elaboration et caractérisation de composants organiques Laurence ignau, Guillaume Wantz, Lionel Hirsch, Pascal Tardy, Jean-Paul Parneix Laboratoire IMS, UMR-CNRS 5218, Site ENSCPB, 16 Avenue Pey Berland,

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles L. del Campo, H. Gomart, D. de Sousa Meneses, B. Rousseau, P. Echegut CEMHTI-CNRS, 1D Av.

Plus en détail

Institut des Sciences Moléculaires - Université de Bordeaux -

Institut des Sciences Moléculaires - Université de Bordeaux - Les Cellules Photovoltaïques Hybrides à Colorant Céline OLIVIER Institut des Sciences Moléculaires - Université de Bordeaux - 9èmes Rencontres Régionales des Électroniciens et Instrumentalistes 04 Juillet

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste STM apparent

Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste STM apparent Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste TM apparent N. Battaglini, Z. Qin, P. Lang.. M. Marsault, V. Repain,. Rousset projet "AMNET" Réseau de

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

Utilisation de composites à base de polymères conjugués dans les cellules. photovoltaïques pour la conversion du rayonnement solaire

Utilisation de composites à base de polymères conjugués dans les cellules. photovoltaïques pour la conversion du rayonnement solaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen Faculté des Sciences Département de Physique

Plus en détail

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE des Sciences et Techniques XLIM UMR CNRS 6172 Thèse N 76-2009 Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges Spécialité

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 Histoire de l effet photovoltaïque 1839 : effet photovoltaïque découvert par Edmond Becquerel 1877 : première

Plus en détail

.,~. V RVB RVB. Données: ~ 1 ev = 1,60 X 10-19 J ; ~ constante de Planck h = 6,63 x 10-34 J.s ; ~ 1 octet = 8 bits. 1. Du capteur à l'image numérique

.,~. V RVB RVB. Données: ~ 1 ev = 1,60 X 10-19 J ; ~ constante de Planck h = 6,63 x 10-34 J.s ; ~ 1 octet = 8 bits. 1. Du capteur à l'image numérique EXERCICE - LE SMARTPHONE, L'OUTIL MULTIMÉDIA (6 points) De nos jours, le smartphone est devenu un outil multimédia de plus en plus apprécié. À lui seul, il combine toutes les fonctionnalités «high-tech)}

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Les cellules solaires au silicium cristallin

Les cellules solaires au silicium cristallin Les cellules solaires au silicium cristallin Santo Martinuzzi (santo.martinuzzi@univ-cezanne.fr) Professeur Émérite, Université P. Cézanne Aix-Marseille III Après une description sommaire des principaux

Plus en détail

NAPHO Nano-sources de photons. G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse)

NAPHO Nano-sources de photons. G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse) NAPHO Nano-sources de photons G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse) Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies 212

Plus en détail

Technologies, applications et développement en France : quelles perspectives pour le solaire photovoltaïque?

Technologies, applications et développement en France : quelles perspectives pour le solaire photovoltaïque? Technologies, applications et développement en France : quelles perspectives pour le solaire photovoltaïque? Philippe Malbranche CEA-INES Tél : 33 4 79 44 45 46 Mél : philippe.malbranche @ cea.fr www.ines-solaire.com

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Un fil quantique idéal

Un fil quantique idéal Une chaîne de polymère conjugué, isolée en matrice cristalline, se comporte comme un fil quantique idéal. Par des mesures interférométriques, nous montrons que son émission de lumière provient d un état

Plus en détail

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices Combinaison cohérente de fibres amplificatrices C. Bellanger, A. Brignon, J. Colineau, JP. Huignard Thales Research & Technology Laboratoire Photonique Avancée Research & Technology Motivations Sources

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE

THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité Sciences mécaniques, acoustiques et électroniques SMAER (Ecole Doctorale de Sciences Mécaniques, Acoustiques et Electroniques de Paris)

Plus en détail

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression -

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Ali Soltani 1, Abdelkrim Talbi, Jean-Claude Tricot, H. Happy

Plus en détail

NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?)

NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?) NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?) Institut de Chimie de Clermont-Ferrand, ICCF UMR UBP-ENSCCF-CNRS 6296 24, Avenue des Landais, BP 80026 63171 Aubière Cedex Rachid.Mahiou@univ-bpclermont.fr

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

L énergie photovoltaïque et les cellules solaires. Chapitre I

L énergie photovoltaïque et les cellules solaires. Chapitre I Chapitre I L énergie photovoltaïque et les cellules solaires 5 Energies solaire : 1.Historique : La conversion de la lumière en électricité, appelée effet photovoltaïque, a été découverte par Antoine Becquerel

Plus en détail

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL Journées Scientifiques 2015 de l URSI SONDER LA MATIÈRE PAR LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques Gilles Horowitz ITODYS, Université Paris-Diderot horowitz@univ-paris-diderot.fr L électronique La révolution technologique du

Plus en détail

Optique non linéaire et applications

Optique non linéaire et applications Optique non linéaire et applications Plan Origine des non linéarités Conjugaison de phase Bistabilité optique Optique "linéaire" I in, ω I out = I in e -αl, ω Même fréquence de sortie αne dépend pas de

Plus en détail

La technologie OLED. Construction et fonctionnement

La technologie OLED. Construction et fonctionnement La technologie OLED Une diode luminescente organique (en anglais organic light emitting diode, OLED) est un composant luminescent à couches minces composé de matériaux organiques semiconducteurs, qui se

Plus en détail

LES CAPTEURS OPTIQUES

LES CAPTEURS OPTIQUES Page 1 LES CAPTEURS OPTIQUES I/ INTRODUCTION Un capteur optique est un dispositif capable de détecter l'intensité ou la longueur d'onde des photons. On les utilise pour détecter un grand nombre de phénomène

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité 1 Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement Négatoscope Contrôle de qualité 2 3 1-définition: Les rayonnements X sont des rayonnements électromagnétique de très courte longueur

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

Solutions. Liquides chargés : l optique voit tout

Solutions. Liquides chargés : l optique voit tout MESURES PHYSIQUES Liquides chargés : l optique voit tout Les suspensions rencontrées dans les milieux industriels ne sont pas faciles à analyser.la spectrophotométrie UV et la granulométrie ont chacune

Plus en détail

Electricité Solaire Photovoltaïque. Bernard Equer, CNRS

Electricité Solaire Photovoltaïque. Bernard Equer, CNRS Electricité Solaire Photovoltaïque Bernard Equer, CNRS Photovoltaïque- B.Equer Journées Optique (3-5 Juin 2009) 1 Plan Etat des lieux : les filières industrielles le marché photovoltaïque la filière du

Plus en détail

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel. Couches minces optiques sous flux laser intense L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.fr Plan de l'exposé Introduction La problématique de l'endommagement

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Simulation et analyse d une cellule solaire organique

Simulation et analyse d une cellule solaire organique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEINEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE BATNA FACULTE DE TECHNOLOGIE MEMOIRE Présenté au DEPARTEMENT D ELECTRONIQUE

Plus en détail

STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies

STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies Serge MONNERET Institut Fresnel Domaine universitaire de Saint-Jérôme, 13397 Marseille Cedex 20 La réaction de photopolymérisation liquide + lumière

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D 24 1. Dosage de la vitamine D par RP-HPLC 1.1. Principe de la méthode Pour réaliser une séparation d'un mélange on le fait diluer dans un solvant approprié,

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Baccalauréat général annale zéro

Baccalauréat général annale zéro éduscol Baccalauréat général Enseignement de physique-chimie Épreuve de spécialité séries S Baccalauréat général annale zéro Sujets de spécialité Extrait du BO spécial n 8 du 13 octobre 2011 En plaçant

Plus en détail

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE Laurence Lecamp & Philippe Lebaudy INSA de ROUEN Laboratoire Polymères Biopolymères Surfaces (PBS) UMR CNRS 627

Plus en détail

LA DÉCOUPE LASER FIBRE DE RÉFÉRENCE

LA DÉCOUPE LASER FIBRE DE RÉFÉRENCE DÉCOUPE LASER LA DÉCOUPE LASER FIBRE DE RÉFÉRENCE LA DÉCOUPE LASER FIBRE DE RÉFÉRENCE LE COMPROMIS PARFAIT ENTRE FAIBLE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE ET GRANDE PRODUCTIVITÉ PIONNIER DE LA MACHINE DE DÉCOUPE

Plus en détail

Cristaux photoniques pour les cellules photovoltaïque en silicium

Cristaux photoniques pour les cellules photovoltaïque en silicium Cristaux photoniques pour les cellules photovoltaïque en silicium Christian Seassal Institut des Nanotechnologies de Lyon INL Université de Lyon, Ecole Centrale de Lyon, INSA-Lyon Cristaux L optique photoniques

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement

CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement R. Ossikovski, LPICM - Ecole Polytechnique Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s IN SITU : ÉNERGIE 2 PANNEAUX SOLAIRES Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s Ce film montre des applications pratiques des générateurs électriques que sont les

Plus en détail

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées)

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées) INTEGRATION OPTIQUE DANS LES LAB-ON-A-CHIP POUR LE DIAGNOSTIC MEDICAL S.K. Krawczyk et R.C. Blanchet LEOM UMR CNRS/ECL n 5512 Ecole Centrale de Lyon PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Modélisation de matériaux photoréfractifs

Modélisation de matériaux photoréfractifs Modélisation de matériaux photoréfractifs B. Bidégaray-Fesquet Laboratoire de Modélisation et de Calcul CNRS, Grenoble Journées EDP Rhône-Alpes, 2006 B. Bidégaray-Fesquet (LMC) Modélisation de matériaux

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels L. Duvillaret1,2,G. Gaborit1,2, M. Bernier1, A. Warezecha1 1 IMEP-LAHC / UMR CNRS n 5130 / Minatec-INPG / Grenoble 2 Kapteos / Savoie

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS)

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) PRINCIPE ET APPLICATIONS Patrick MAUCHIEN CEA- SACLAY 1 Plan de l exposé Principe et Historique Avantages et limitations Domaines d application

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

SolarEdge. Conversion d énergie solaire par systèmes distribués. 2014 SolarEdge

SolarEdge. Conversion d énergie solaire par systèmes distribués. 2014 SolarEdge SolarEdge Conversion d énergie solaire par systèmes distribués 2014 La vision de SolarEdge Être le premier fournisseur au monde d électronique intelligente au niveau du module pour l'industrie PV Accélérer

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

mai 2010 >> Volume 3 L électronique imprimée

mai 2010 >> Volume 3 L électronique imprimée mai 2010 Volume 3 L électronique imprimée mai 2010 Volume 3 Introduction Électronique imprimée Depuis quelques années, les procédés d impression ont fait leurs preuves dans la fabrication de systèmes électroniques,

Plus en détail

Thème : Effets de la température sur les paramètres caractéristiques des cellules solaires

Thème : Effets de la température sur les paramètres caractéristiques des cellules solaires REPUBLQUE ALGERENNE DEMOCRATQUE ET POPULARE MNSTERE DE L ENSEGNEMENT SUPEREUR ET DE LA RECHERCHE SCENTFQUE UNVERSTE FERHAT ABBAS - SETF MEMORE Présenté à la Faculté des Sciences Département de Physique

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques et les éoliennes une introduction. Cours J.L. Lilien, ULg. (partim) Préparé par Pierre-Paul Barbier

Les cellules photovoltaïques et les éoliennes une introduction. Cours J.L. Lilien, ULg. (partim) Préparé par Pierre-Paul Barbier Les cellules photovoltaïques et les éoliennes une introduction Les cellules photovoltaïques Le spectre lumineux E = h c / λ h = constante de Planck (6,626 E-34) c = vitesse de la lumière (299 792 458 m

Plus en détail

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique 1 Introduction Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique Nous avons vu dans le chapitre précédent que les fibres optiques permettent de transmettre de l information sous forme de signaux

Plus en détail

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK 1. Le but de l expérience L étude de l effet photoélectrique externe et le calcul de la constante de Planck( h ). 2. Considérations théoriques

Plus en détail

Rayonnement du corps noir

Rayonnement du corps noir Rayonnement du corps noir Loi de Stefan - Boltzmann La puissance totale émise par un corps noir, à la température T et pour toutes les longueurs d onde, est : P = σ S T 4 S = surface émettant le rayonnement

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE des Sciences et Techniques de Limoges XLIM Département MINACOM Thèse N 59-2008 Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS 15.1 Les espèces absorbantes Afin d'observer une transition électronique soit dans l'uv soit dans le visible, il faut que la molécule possède des

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE La disponibilité pour les citoyens du monde entier d une quantité suffisante d énergie propre et renouvelable est une nécessité pour l avenir de nos sociétés. Une énergie propre pour

Plus en détail