Gestion Organisation Stratégie des cabinets d avocats. Avocats Management & Stratégie Août 2006 : Lettre d information n 3.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion Organisation Stratégie des cabinets d avocats. Avocats Management & Stratégie Août 2006 : Lettre d information n 3."

Transcription

1 Avocats Management & Stratégie Août 2006 : Lettre d information n 3 Editorial Et voilà revenu le temps de la rentrée et des bonnes résolutions. «Ah! ce management qui cette fois ne nous échappera pas!». Mais c est sans compter le quotidien qui reprendra vite le dessus et pourrait ralentir le déroulé des sages intentions. A moins que cette fois on ne s y tienne. Nous vous livrons ici quelques recettes et pistes de réflexion qui, nous l espérons, vous donneront le plaisir de remplir vos nouveaux cahiers et de prolonger, si ce n est soutenir vos projets. Nous vous souhaitons bonne lecture. Caroline Neveux 1

2 Finance : L incidence du manque de fonds propres sur la stratégie du cabinet Par Caroline Neveux Associée fondatrice de Jurimanagement Malgré l essor impressionnant de la SEL, plus de 70% des cabinets français est encore sous forme de SCP et d association (dans une moindre mesure), dans des régimes soumis aux BNC. Chacun sait ce que signifie cette option en matière de capitalisation de la structure : une impossibilité de doter le cabinet de fonds propres issus de l affectation des résultats aux réserves, sauf à considérer que le compte courant de chaque associé fera office de réserve. Or en matière de compte courant d associé, qui donc a déjà payé l impôt, ou qui va le payer incessamment, il est particulièrement difficile d imposer un blocage alors même que le revenu est censé être distribué et qu il est considéré comme acquis! Surtout dans les cabinets d avocats et plus généralement dans les professions libérales subissant la règle du décalage de trésorerie. Les rares structures dans lesquelles on trouve donc des comptes courants, sont des petits cabinets (ayant parfois grossi), dans lesquels le ou les fondateurs prudents ont laissé une partie de leur revenu pour aider à la croissance. On remarque à ce titre qu ils auraient mieux fait (mais la loi est somme toute récente) de préférer un système de SEL afin de ne pas distribuer l excédent, de le capitaliser, de valoriser la structure et de ne pas payer l impôt sur le revenu pour des sommes qu ils n ont pas perçues. On remarque également que c est un puits sans fond. Cet exemple est particulièrement valable dans le cas où d autres associés les ont rejoints entre temps, sans payer de droit d entrée. En effet, si le fondateur prétend au remboursement de son compte courant quelques années après, avec quelle trésorerie le rembourser puisque le résultat est distribué en BNC entre tous les associés et que le compte courant d origine a servi à financer des investissements? On arrive à des logiques d explosion. Ce cas est malheureusement trop fréquent. Que faire donc dans un marché qui nécessite des logiques d investissement de plus en plus fortes sans fonds propres? On rappelle à ce titre, que l investissement est avant tout, dans les cabinets d avocats, du temps non immédiatement productif, passé à définir des stratégies, à faire du business development, à ouvrir des départements, à promouvoir un collaborateur au statut d associé alors qu il n est pas encore parfaitement productif, à organiser, à structurer à manager. Or le retour sur 2

3 investissement de ces actions, on le sait, n est pas immédiat puisque, par définition, elles s inscrivent sur le moyen terme, voir le long terme. Il convient donc de financer ces investissements immatériels devenus aujourd hui inéluctables et partant d en avoir les moyens, sans pour autant être dans l obligation de subir une baisse de revenu ou de détruire sa vie privée! Première règle, la mise en place d une gouvernance claire qui laisse place à l investissement dans les emplois du temps des associés. Ce qui suppose naturellement que cet investissement soit mesuré. Deuxième évidence, changer de forme de structure et entamer une logique de capitalisation d une partie des résultats de la structure qui figurera au règlement intérieur, ou encore annexé aux statuts au chapitre répartition du résultat: une autre règle de gouvernance incontournable. Dans le cas où le changement de structure s avère difficile (c est de plus en plus rare), il est bien entendu nécessaire de chiffrer scrupuleusement et opérationnellement tous les projets d investissements immatériels, d en mesurer la faisabilité, d en traduire l impact à la baisse sur les revenus des associés, de faire un planning des retours sur investissement, de le contrôler et de le faire accepter par la collectivité des associés. Notons que certains projets immatériels (ouverture de département, implantation à l étranger) peuvent être financés par voie bancaire à condition que le dossier de ROI (retour sur investissement) soit convainquant. Enfin, dernier indice, faire financer tous les projets d investissements matériels avec une durée de vie égale à celle de l amortissement du bien ainsi financé. Cela permet d éviter le décalage de trésorerie au moment de la distribution des résultats. Se développer s est investir, investir c est calculer et anticiper ce qui a de surcroît pour mérite d éviter les écueils du type phase de test non consensuelle. Et si l on ne respecte pas tout cela que se passe-t-il? Ce qu il se passe trop fréquemment dans les cabinets. Nous commencerons notre exposé par le stigmate de la logique d opportunité non maîtrisée, non évaluée qui conduit à des erreurs de stratégie ou de positionnement, difficiles à enrayer. Deuxième difficulté, l impossibilité de faire face à tout problème non assurable, tel que le dumping des concurrents sur une période donnée ou un marché donné. Troisième écueil trop fréquent, des problèmes de trésorerie, qui peuvent engendrer des comportements dangereux en matière de facturation, de comportement vis-à-vis de la clientèle et qui sont souvent à l origine des explosions. Quatrième indice, un frein à tout développement engendrant une évidente stagnation du cabinet. Enfin, si la volonté de capitaliser une partie du résultat est le reflet d un comportement évidemment solidaire de la part des associés du cabinet, qui réfléchissent «pérennité de structure», l inverse renvoie souvent à des stratégies individuelles, à l opposé de l esprit d entreprise aujourd hui nécessaire aux cabinets. Contacter Jurimanagement 3

4 R. Humaines : Quel Office manager? Par Annette Denis Senior Manager chez Jurimanagement Si la tâche principale de l avocat reste de satisfaire les attentes de ses clients, l associé, qui a choisi d exercer au sein d une structure, doit intégrer un ensemble de nouvelles compétences pour organiser son cabinet, le gérer et le développer. Traditionnellement, dans les cabinets de petite ou moyenne taille, un certain nombre de travaux indispensables sont affectés à des personnes salariées (parfois des assistantes en sus de leur travaux de secrétariat) prenant en charge par exemple le suivi des encaissements, des dépenses et de la trésorerie, ou l outil de gestion du temps et de la facturation. Selon les cas, des associés en charge de la gestion supervisent plus ou moins ces personnes et leurs travaux. Durant ces 10 dernières années, parallèlement au développement du marché et de la concurrence, les structures ont pris conscience de l intérêt de «gérer» et la fonction de «responsable administratif et financier» s est développée pour superviser les fonctions «support». L étendue de ce poste et la difficulté à l exercer sont souvent fonction de la volonté ou de la capacité des associés à déléguer la gestion de leur cabinet à une tierce personne non associée. Ces freins peuvent provenir également : - d une confusion dans la notion délégation, qui si elle est pratiquée selon les principes des outils de management, n exclut absolument pas le contrôle, - d une timidité ou d une hésitation à transposer des méthodes d organisation issues des entreprises industrielles et commerciales aux structures d exercice libéral du droit. Pourtant, les avantages de s appuyer sur une personne ou une équipe non impliquées dans la «production», et disposant de la formation et des compétences spécifiques en gestion, en management et ayant un état d esprit orienté «affaires» sont nombreux et précieux. Aujourd hui, de plus en plus de cabinets osent se lancer dans une organisation entrepreneuriale en créant véritablement la fonction de secrétaire général ou «d office manager» dont les attributions dépassent largement le périmètre traditionnel de l administratif et du financier. 4

5 Outre les travaux classiques à assurer (comptabilité, trésorerie, paye, reporting de gestion, services généraux, informatique, etc.), l office manager peut devenir une force de proposition et fournir des outils synthétiques d aide à la décision, par exemple dans les domaines suivants : Contrôle de gestion : En complément de la diffusion des tableaux de bord de base relatifs par exemple au chiffre d affaires facturé et encaissé, par département ou par associé, et en comparaison avec les années passées et les prévisions, des analyses de rentabilité peuvent être menées : elles peuvent être déclinées par dossier, par client, par producteur, par département, etc. et surtout elles conduisent à envisager des plans d action ciblés. Trésorerie : Les relations avec la banque doivent être régulières et entretenues dans une optique de partenariat, en veillant à l application pour le cabinet des meilleures conditions. Le contrôle des dépenses et des échéanciers ainsi que du recouvrement des créances est le cœur de survie de chaque structure. Mais au-delà de son impact sur la trésorerie, la gestion des comptes clients peut s avérer un outil de communication et de valorisation d image de qualité vis-à-vis du client. En effet, un client satisfait des prestations respectera une démarche de relance professionnelle et bien faite. Management et ressources humaines : Les collaborateurs et les secrétaires ont bien souvent un lien direct avec les associés, qui, en général, relève de l organisation du travail, du suivi des échéances et des échanges et supervisions techniques. Mais ce type de relation peut s avérer insuffisant pour favoriser la motivation et l implication des individus et pour s assurer de leur fidélisation, autant de facteurs intervenant également dans la fidélisation des clients, qui apprécient la continuité du service rendu et la personnalisation des prestations. La réflexion autour d un système de management consistant à faire coïncider les attentes des personnes avec les objectifs de la structure permettra d agir sur les différents leviers de motivation. Communication interne : Parmi les vecteurs de motivation, la communication interne autre qu informelle ne doit pas être négligée. Il s agit donc de structurer la diffusion de l information générale sur le cabinet, et d imaginer et de programmer des actions de communication interne (réunions, manifestations). 5

6 Business développement : Cette démarche n est pas encore souvent activée faute peut- être de moyens et de savoir faire, mais surtout par manque de temps. Or les orientations stratégiques, quant aux secteurs à prospecter et aux actions de transversalité à mener, seraient déjà dessinées, dès lors qu un certain nombre de travaux seraient préalablement présentés : études de marché, mise à jour de la base clients et prospects, analyse de l activité du cabinet et de son positionnement, identification de nouveaux marchés, veille concurrentielle. Pour réussir, l office manager doit développer de réels talents de manager, d animation de groupe et de créativité. Il doit également savoir utiliser son autorité naturelle, pour assurer un rôle de négociation en interne et en externe, tout faisant preuve de flexibilité et de sens du service. Chaque cabinet, dès lors qu il est convaincu des atouts réels de la fonction d office manager, peut être en mesure, quelque soit sa taille, de mettre en œuvre ces actions contribuant indéniablement au développement du cabinet : - soit en les confiant à une société de conseil spécialisée (interventions périodiques ou missions de projets) - soit en recrutant directement la personne présentant ce profil polyvalent (type école de commerce ou équivalent). Si le cabinet a fait le choix de recruter la personne compétente dans ces multiples fonctions, il devra mettre en œuvre tous les moyens pour la fidéliser, par exemple en veillant à communiquer, en lui faisant confiance, en la responsabilisant, et la positionnant en «accompagnateur» de l évolution et de la progression du cabinet. En conclusion, l office manager apporte un réel soutien aux associés, sans pour autant se substituer aux prises de décisions qui restent de la responsabilité des associés. Mais quel gain de temps et de productivité de pouvoir se positionner et faire les choix stratégiques à partir d études et de synthèses de qualité! Vous souhaitez : Améliorer votre organisation? Recruter un office manager? Contacter Jurimanagement 6

7 Marketing : L enquête de satisfaction clients : Cas pratique au cabinet X Par l équipe de Jurimanagement Mercredi matin 8h30 - Cabinet AAAA Paris 8 ème - réunion d associés Cas vécu: A l ordre du jour : le développement de la clientèle L idée est lancée par Marc, le managing partner, de diligenter une enquête de satisfaction de la clientèle. La réaction des associés est immédiate : A : «Une enquête de satisfaction? Quelle drôle d idée, on n a pas le temps» B : «C est parfaitement anti-déontologique. Nous ne sommes pas dans un supermarché» C : «Vous feriez mieux de demander à vos clients de régler plus vite, ça serait tout de même plus efficace» D : «Et puis quoi encore, une note sur 20 de ma manière de travailler? Comme à l école?» E : N est pas encore arrivé à la réunion d associés Tous en pensée : «Nous ne sommes pas des commerçants». Marc s arme de patience et commence à exposer son point de vue : «La première donnée qui me vient à l esprit est cette distorsion entre ce que nous sommes et l image que nous véhiculons. Combien de clients me disent ne pas avoir une vision complète de notre activité alors même que nous nous efforçons chaque jour de communiquer à travers nos outils sur nos différentes compétences. Pourquoi dans ce cas ne pas leur demander directement s ils souhaitent utiliser les autres services du cabinet? Cela serait une excellente manière de rappeler que nous avons différents secteurs?» A : «Ils n ont qu à lire la plaquette ou aller sur le site» B : «Mais on leur dit toute la journée en rendez-vous que nous avons de multiples compétences» C : «Encore un budget de plus» D : Joue sur son blackberry E : Vient de faire irruption Marc impassible: «Il me semble donc, qu outre un excellent outil de communication, c est une bonne manière de tester le degré de satisfaction et d engager des actions 7

8 correctives le cas échéant. On pourrait apporter un service encore plus personnalisé et de meilleure qualité. Prenez l exemple des médecins en clinique. On ne peut plus passer un examen ou se faire hospitaliser sans remplir un questionnaire de satisfaction. C est tout de même un phénomène de société!» A : «Les médecins sont des entomologistes» B : «Les avocats ne sont pas la pour suivre les phénomènes de société et faire comme tout le monde» C : «Les médecins ont les moyens» D : Envoie un SMS E : «Je n ai pas tout suivi mais globalement pourquoi ne pas faire une enquête de satisfaction clients?» Marc poursuit: «Par ailleurs, j ai remarqué que nous avions du mal à anticiper les attentes de nos clients, les raisons pour lesquelles ils consomment du droit, leurs propres visions de nos concurrents, les raisons de leur choix. Soyons objectifs, nous avons du mal à poser ces questions en rendez-vous. Une enquête ne nous permettrait-elle pas de lever cette gêne et de mieux nous positionner?». A : «Ils vont en profiter pour nous critiquer à titre individuel, c est tout ce que tu vas obtenir» B : «Si tu leur poses la question des raisons de leur choix par rapport à la concurrence, ils vont penser aux concurrents et tu vas les perdre» C : «Tu joues à Socrate Marc, Connais-toi toi-même!» D : Lit son courrier et l annote E : «Je le dis depuis longtemps, nous devons raisonner en termes de marché et d offre» Marc en riant : «C est précisément ce que je vous dis! Il vaut mieux affronter le regard de nos clients, l intégrer et le faire notre, plutôt que de le subir! C est donc un outil d anticipation et de correction. Je rappelle en outre, que ceux de nos clients qui ne se sont pas manifestés depuis deux années pourraient faire partie de l échantillonnage. Ce serait une excellente manière de se rappeler à leurs bons souvenirs!» A : «Ca c est évident. Mais dans ce cas, il vaudrait mieux faire un déjeuner» B : «Un déjeuner est plus élégant et plus déontologique» C : «Combien coûte une enquête de satisfaction? Tu la multiplies par le nombre de déjeuners et tu vois le plus économique» D : A quitté la séance, appelé par le standard. E : Je vous signale qu on peut aussi leur demander ce qu ils pensent de notre politique d honoraires. J ai rencontré X ce matin au Palais. Il m a dit qu il avait fait une enquête de satisfaction de la clientèle et qu il avait multiplié par un et demi son 8

9 rendement! 42 questions posées, 153 questionnaires envoyés sur un échantillonnage précis, 80% de taux de réponse, le tout traité à l extérieur en parfait anonymat, encodé et analysé statistiquement. Le mieux c est qu ils ont aujourd hui un outil d analyse récurrent et un classement de leurs clients! A : «Même X Le fait? Tout fout le camp!» B : «Tu crois que les clients vont répondre?» C : «Tu connais un prestataire qui ne coûte pas cher?» D : Revient E : C est un outil de fidélisation remarquable à mon sens. Je vous informe que les clients sont très sensibles à cette démarche. Puisque nous n avons pas choisi la certification, on peut au moins s offrir l enquête de satisfaction! Sans compter que l on entre dans un positionnement différentiel en faisant cela. Marc : Etes vous d accord? Tous : «C est toi qui décides» Marc : OK, je ferai venir le prestataire à la prochaine réunion. Merci. Traitement du reste de l ordre du jour Vous souhaiter réaliser une enquête de satisfaction clientèle? Contacter Jurimanagement 9

10 Production : Les avocats et leur informatique : une relation pas toujours facile! Par Agnès Burzinski - Andbur Partenaire Jurimanagement Les cabinets d avocats n ont pas tous la même approche de l informatique. Cela s est vu nettement entre l an 2000 et le passage imposé à l Euro, qui ont obligé les avocats à s intéresser à leur informatique : pour certains, ces deux obstacles ont été digérés sans aucune difficulté, d autres ont encore du mal à s en remettre! Au vu de notre expérience, nous pourrions mettre en relief trois grands types de comportement : - les fous de technologie - les réfractaires - les réalistes Pour chacun de ces types, il y a des zones de risques différentes, présentées cidessous : Les fous de technologie Ils doivent toujours être à la pointe de la technologie. Blackberry, VoIP, salle blanche high-tech, équipe informatique interne, voire pléthore de prestataires, Ces cabinets consacrent un budget important à la technologie. Leurs zones de risques : Accros des dernières nouveautés, ils ont vu dans «LE MAGAZINE NTIC» LA technologie qui va révolutionner leur mode de fonctionnement!!! Il faut bien sûr tout de suite la mettre en place! Le rôle de leur responsable informatique est de faire le tri entre les nouveautés pour ne prendre que celles qui apportent un vrai plus au Cabinet, et pas de se faire plaisir en intégrant toutes ces nouveautés. L équipe informatique doit donc être bien encadrée, et contrôlée par un(e) associé(e) maîtrisant un minimum l informatique et surtout s y intéressant réellement. Quelle que soit l équipe interne, elle ne maîtrise pas forcément toutes les nouvelles technologies et il faut faire intervenir des prestataires extérieurs pour les mettre en place. Il est indispensable de faire un transfert de connaissance suffisant en interne, pour ne pas se retrouver pieds et poings 10

11 liés à une société extérieure qui sera la seule à maîtriser la technologie en question. Il faut veiller à former suffisamment les équipes à l utilisation de toutes ces technologies, afin de bénéficier pleinement de leurs avantages, sinon elles représenteront un investissement inutile. Pour certain(e)s, l ordinateur n est qu une machine à écrire améliorée! Attention au «bidouilleur»! Comme le mécanicien du dimanche qui n est pas garagiste, celui-ci n est pas informaticien, même s il connaît l informatique plutôt mieux que la moyenne. Pour une mise à jour de serveur, une installation complète, la mise en place d une vraie sauvegarde, d une synchronisation, pour un accès à Internet réellement sécurisé, idem pour une connexion WiFi ou BlueTooth, mieux vaut faire confiance aux professionnels! Les réfractaires Pour eux, l informatique est un mal nécessaire. D ailleurs, certains associés n ont pas d ordinateur dans leur bureau, sauf éventuellement un portable, parce que ça décore! Et tant que ça marche, on ne change rien! Est-ce qu il y a une sauvegarde? Oui, peut-être Est-ce qu elle marche? C est une autre question! Quelle est la protection contre les virus? On a installé un anti-virus il y a 2 ans! Est-ce qu il est mis à jour? Non, la licence coûte trop cher! La caricature est un peu forte, quoique! Leurs zones de risques : Le «crash» : au risque d énoncer une banalité, un ordinateur fonctionne jusqu au jour où il ne fonctionne plus! Idem pour les serveurs, les systèmes de sauvegarde, les routeurs, Mais une fois que le serveur est planté, ou que le disque dur d un poste a crashé, ou qu il y a eu une attaque virale, c est souvent trop tard! Et c est là que cela peut coûter très cher! SOS info, comme SOS plombier ou SOS serrure, peut avoir tendance à «assommer» son client, en profitant de sa détresse. La perte de productivité : certains cabinets ne sont pas encore connectés à Internet, ou alors juste un poste, isolé du réseau, pour éviter les virus. Et pourtant, tous ceux qui travaillent régulièrement avec Internet et la messagerie se demandent comment ils faisaient avant, tellement cela leur facilite la tâche. De même, on attend qu un poste ait une panne matérielle pour le changer, mais c est un mauvais calcul : si on essaye de quantifier le temps perdu sur un vieux poste, à redémarrer quatre fois par jour, ou à ne pas pouvoir lancer plusieurs applications simultanément parce que ça rame, ou à recommencer un document qu on a perdu suite à un plantage, un nouvel ordinateur est très 11

12 vite amorti. Et ce, sans compter la satisfaction des utilisateurs, qui elle, n a pas de prix! Une sécurisation insuffisante : aujourd hui, un PC sous Windows connecté directement sur Internet sans aucune sécurité ne peut rester plus de 5 minutes sans subir une tentative de piratage ou une attaque virale. Pourtant, on voit encore des échanges non ou mal sécurisés, des réseaux WiFi sans aucun cryptage, Sans parler des documents confidentiels envoyés en clair par messagerie, qui plus est dans un format modifiable! Le coût : au lieu d avoir un budget régulier, ces cabinets n ont pas ou très peu de budgets habituellement, mais doivent faire face à de gros investissements quand il est impossible de reculer plus longtemps. Et ce n est jamais le bon moment : il faut payer l Urssaf et la défiscalisation!... ;-) Les réalistes Ils ont compris que l informatique est un outil dont ils ne peuvent et ne veulent plus se passer. Ils l ont intégrée dans leur budget de fonctionnement et essayent de s organiser pour maintenir leur parc et leurs outils et les faire évoluer, en intégrant de manière réfléchie les nouvelles technologies. Ils s intéressent et se documentent, mais savent que l informatique n est pas leur métier. Ils s adressent par conséquent aux «professionnels de la profession» pour être aidés. Leurs zones de risques : Ne pas trouver les bons intervenants : il est nécessaire d avoir un informaticien pour maintenir le parc, mais le cabinet n a pas toujours la taille suffisante pour avoir une personne en interne. Et si c est le cas, le technicien informatique n a pas forcément le recul nécessaire, ni/ou le temps, ni/ou les compétences, pour aider les associés dans leurs choix stratégiques d évolution. Il est donc souvent nécessaire de faire appel à un prestataire extérieur, qui pourra à la fois envoyer régulièrement un technicien pour la maintenance, assurer éventuellement une assistance téléphonique ou une télémaintenance, et/ou déléguer un consultant pour les aspects stratégiques. Ainsi, il est donc souvent nécessaire de faire appel à un prestataire extérieur, qui prendra en charge tout ou partie de l informatique du Cabinet. Comme dit le proverbe, ce n est pas l informatique qui coûte cher, ce sont les mauvais choix et les mauvais prestataires! Voici donc quelques pistes de réflexion quant à ce choix. 12

13 - Il faut comprendre tout ce que vous dit le prestataire! Il est tellement facile de noyer son interlocuteur avec son jargon professionnel! Le prestataire doit expliquer clairement ce qu il propose, donner si nécessaire des schémas explicatifs de l infrastructure qu il préconise, et il doit fournir une tarification précise et limpide, que ce soit au forfait ou au temps passé. - Si vous souhaitez faire passer régulièrement un technicien dans vos locaux, renseignez-vous sur l organisation du prestataire : est-ce que cela sera toujours la même personne? Si non, comment se passe la transmission d informations? Pourrez-vous joindre le technicien dédié par téléphone? - Comme pour tout, la qualité se paye. Il faut bien entendu faire jouer la concurrence, mais le prix ne doit en aucun cas être le seul et unique critère de choix. - L informatique est, comme le droit, un domaine très vaste. Faites plutôt confiance au prestataire qui saura vous dire les éléments qu il ne maîtrise pas et pour lesquels il fera appel à son partenaire spécialisé, qu à celui qui vous assure qu il sait absolument tout faire. Pour conclure, le conseil aux avocats est notre métier, que nous faisons avec le plus grand sérieux et un professionnalisme sans faille, ce qui n empêche pas un brin d humour et de causticité! Vous souhaitez un point sur votre informatique? Consultez Jurimanagement 13

14 Associés : Retraite : Madelin & LMP Par Frank Bleines Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant- Agent Immobilier et Courtier en Assurances - partenaire Jurimanagement Même les avocats partent à la retraite! Pourquoi ne pas anticiper? Vos objectifs principaux seront probablement les suivants : 1. Obtenir un revenu régulier de remplacement ; 2. Alléger la pression fiscale : d une part, éviter de soumettre les liquidités obtenues à l ISF, et d autre part, bénéficier du bouclier fiscal; 3. Optimiser la transmission de votre patrimoine. Tout d abord, et quel que soit votre statut actuel, je vous conseille d ouvrir un contrat Madelin Retraite, ce qui vous permettra de percevoir un revenu sous forme de rente lorsque vous prendrez votre retraite, en fonction des versements annuels que vous aurez effectués. Ce Madelin Retraite bénéficie, en outre : d un avantage fiscal puisque les versements sont, tout ou partie, déductibles de vos revenus imposables, et d un avantage en terme de prévoyance, puisque sur option, votre conjoint peut bénéficier d une rente durant 10 ans dans le cas où vous décéderiez avant d atteindre l âge de la retraite. Aujourd hui seulement 40% des chefs d entreprise ont ouvert un contrat Madelin Retraite alors que celui-ci a été mis en place en En ce qui concerne le produit de cession de votre activité, ou les liquidités économisées, dans 9 cas sur 10, votre banquier, votre assureur ou votre conseiller vous proposeront de les placer sur un contrat d assurance vie. Parfois, certains conseillers plus avertis vous proposeront en outre, un contrat à bonus de fidélité garanti afin d obtenir des revenus réguliers nets de fiscalité et de prélèvements sociaux, et d alléger la valeur soumise à l ISF durant 8 ans voire 16 ans. En outre, un contrat d assurance vie permet de transmettre euros en franchise de droits de succession à chacun des bénéficiaires; cependant, attention aux particularités lorsque vous effectuez des versements après l âge de 70 ans. A mon sens, et bien que ma position aille naturellement à l encontre des analyses patrimoniales des compagnies d assurance ou des banques, puisque celles-ci 14

15 commercialisent des contrats d assurance et non des biens immobiliers, l assurance vie seule ne suffit pas car elle ne permet pas de répondre aux 3 objectifs mentionnés ci-dessus. Bien que chaque cas patrimonial soit différent et doive faire l objet d une étude personnalisée afin de proposer une ou plusieurs solutions, il est cependant fort probable qu une optimisation répondant aux objectifs précités, passe par un panachage entre un contrat d assurance vie (et notamment un contrat à bonus de fidélité sur une durée pouvant atteindre 16 ans) et la mise en place d un statut de Loueur Meublé Professionnel («LMP»). Il est également possible de répondre aux 3 objectifs décrits par la seule mise en place d un LMP. En effet, l assurance vie permet : d obtenir un revenu régulier de remplacement, le cas échéant net d impôt et de prélèvements sociaux lorsque la nature juridique du contrat est appropriée; de bénéficier du bouclier fiscal en investissant idéalement sur un contrat multi support ; d alléger, à l avenir, la valeur déclarée à l ISF, mais uniquement dans le cadre d un contrat à bonus de fidélité ; de transmettre, à chaque bénéficiaire, euros en franchise de droits de succession. L assurance vie ne permet pas : d être exonéré de l ISF ; d éviter les fluctuations des risques de marché, puisqu une partie des sommes placées sur un contrat multi support, sont nécessairement investies sur des supports plus risqués de type obligataires ou actions ; de bénéficier d un rendement satisfaisant, puisque le placement en euros est aujourd hui d environ 4% avant impôt, et devrait encore décliner à l avenir. Le statut LMP permet d atteindre les objectifs précités, seul ou en complément d un contrat d assurance vie. Pour obtenir le statut LMP il faut: s inscrire au registre du commerce et des sociétés (à titre individuel ou par le biais d une EURL ou d une SARL de famille) ; louer les biens immobiliers en meublé, soit directement soit par le biais d un exploitant ; retirer au moins euros de recettes annuelles du LMP ou que ceux-ci représentent plus de 50% de la totalité de vos revenus. Le LMP permet notamment : 15

16 de ne pas être soumis à l ISF concernant les biens immobiliers acquis dans le cadre du LMP, lorsque les recettes annuelles atteignent euros et que les revenus du LMP représentent plus de 50% de la totalité de vos revenus ; d imposer ses recettes en optant pour une déduction forfaitaire de 68%, lorsque ces recettes annuelles ne dépassent pas euros ; de bénéficier d un rendement net d impôt sur une période d environ 20 ans, grâce à l amortissement du bien immobilier ; d imputer tout déficit constaté sur son revenu global ; de continuer à cotiser à la retraite lorsque vous n avez pas acquis le nombre de trimestres requis ; de ne pas être soumis à une plus-value de cession lorsque l on vend un bien plus de 5 ans après la mise en place du LMP (en droit commun, ce délai est de 15 ans) de transmettre le LMP en bénéficiant des avantages liés à la transmission des biens professionnels. Comme vous l aurez noté, le statut LMP, permet notamment l exonération totale d ISF concernant le placement des liquidités en biens immobiliers, une imposition allégée des revenus, tout en bénéficiant d une éventuelle revalorisation de l immobilier et de revenus quasiment sans risques et nets d impôt, dans le cadre d un bail commercial avec un exploitant de première qualité. Cependant, le LMP comprend un certain nombre de pièges à éviter et demande une importante analyse lors de sa mise en place, notamment concernant l emplacement (car c est avant tout un bien immobilier), le traitement des parties communes, l exploitant chargé de la résidence et naturellement le montage comptable, juridique et fiscal. Vous souhaitez un conseil en gestion patrimoniale? Contactez Jurimanagement 16

17 A méditer : Le syndrome «Crackberry» Source : Le Figaro économie, p22, Vianney Aubert, 21/06/2006 «Le BlackBerry, téléphone portable s apparentant au bureau de poche, est devenu en peu de temps l outil de prédilection des commerciaux, avocats, ingénieurs, financiers et autres cadres, leur permettant de consulter partout et à tout moment leurs courriels. Avec cinq millions d utilisateurs à travers le monde, il génère «une certaine dépendance» car «le Blackberry vous appelle en permanence, c est lui qui vous sollicite, et attire votre attention à la réception de chaque mail» précise le directeur de Bouygues Telecom Entreprises. Un phénomène de dépendance désigné sous le terme de «syndrome crackberry», ainsi nommé Outre-Atlantique par analogie avec l accoutumance immédiate provoquée par le crack. Et certains d ajouter : «Je l utilise de mon réveil jusqu à mon coucher», effaçant ainsi la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Au lieu d un outil d aliénation, certains cadres y voient l instrument d une plus grande liberté comme cet utilisateur de souligner: «Ce n est pas une laisse plus courte. Plus rien ne m attache à mon bureau, c est une liberté extraordinaire». Nicole Aubert, sociologue et professeur à l Ecole supérieur de commerce de Paris, fait néanmoins remarquer que «tous ces outils d instantanéité, destinés à combattre l urgence, arrivent à créer un climat d urgence. Ils deviennent des outils qui suscitent un besoin de fonctionner dans l immédiateté au-delà du nécessaire. On entre dans une spirale inflationniste»». 17

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP)

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Je vous propose un feuilleton 2007 sur les thèmes relatifs à l investissement immobilier ; pour ce premier volet, je vous emmène ce trimestre, à la découverte

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé professionnel (LMP) François Longin 1 www.longin.fr Plan (1) Le statut LMP Juridique (location meublée)

Plus en détail

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE. La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE. La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004 Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004 Profil de l'enquête La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012 Que faire? Conseils et Précautions Optimisations patrimoniales et fiscales Jeudi 1 er Novembre 2012 Plan I. Réduire la base imposable II. Réduire l impôt III. Conclusion : Conseils et précautions L épargne

Plus en détail

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 ENQUÊTE PRÉALABLE A L ÉLABORATION DU CATALOGUE RÉGIONAL DE FORMATION CERECAMP 2009 2010 A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 Nom, Prénom

Plus en détail

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation,

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation, Aide, assistance et accompagnement à la décision et à la gestion d installations de professionnels (SEL), de leurs évolutions (regroupement, holding, cession de parts,..) et des extinctions d activités

Plus en détail

Chapitre 1 Introduction... 11

Chapitre 1 Introduction... 11 Sommaire Chapitre 1 Introduction................. 11 Préambule....................................... 11 1. Investir dans l immobilier pour préparer l avenir....... 12 2. Se constituer des revenus avec

Plus en détail

Présentation du Statut LMP :

Présentation du Statut LMP : Présentation du Statut LMP : Pour tout investisseur, même non-imposable, le statut du Loueur Meublé Professionnel (LMP) est le dispositif qui encadre la location de logements meublés. Un investissement

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr Logo_ harvest Finalisation Logo_ harvest Finalisation www.harvest.fr 3 rue La Boétie 75008 PARIS contact@harvest.fr T : 01 53 30 28 00 F : 01 53 30 28 01 La patrithèque Solution documentaire électronique

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE. Pour préparer vos projets et votre retraite

ÉPARGNE SALARIALE. Pour préparer vos projets et votre retraite PROFESSIONNELS ARCANCIA PRO ÉPARGNE SALARIALE Pour préparer vos projets et votre retraite 2 SOMMAIRE Une épargne complétée par votre affaire 4 Des avantages fiscaux et sociaux immédiats 5 Un dispositif

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

Guide méthodologique du bilan patrimonial

Guide méthodologique du bilan patrimonial Guide méthodologique du bilan patrimonial Atelier «Etablir un bilan patrimonial» Pôle LES MISSIONS DE DEMAIN www.experts-comptables.fr/65 Guide méthodologique du bilan patrimonial Sommaire I Définir le

Plus en détail

RETRAITE. par Philippe Jean. Résumé de l exposé du 31 janvier à REIMS. Retraites prévisionnelles

RETRAITE. par Philippe Jean. Résumé de l exposé du 31 janvier à REIMS. Retraites prévisionnelles LA par Philippe Jean RETRAITE A Àmoins Résumé de l exposé du 31 janvier à REIMS. Retraites prévisionnelles y compris baisses futures Retraite immédiate Pour un BNC de : 80.000 100.000 150.000 32.000 37.000

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

SUGGESTIONS THEMATIQUES ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION POUR LES ANIMATIONS

SUGGESTIONS THEMATIQUES ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION POUR LES ANIMATIONS SUGGESTIONS THEMATIQUES POUR LES ANIMATIONS ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION 65 E CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES STRASBOURG 14 AU 17 OCTOBRE 2010 Il sera apporté attention dans le choix et

Plus en détail

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Conférence / Débat Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Les 3 piliers de votre protection sociale La Santé La Retraite La Prévoyance Complémentaire Santé Complémentaire Retraite Complémentaire

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

Cabinet MaiConseils.fr conseil en optimisation fiscale et stratégie

Cabinet MaiConseils.fr conseil en optimisation fiscale et stratégie DOSSIER DE PRESENTATION Personne à contacter : Cédric Mai Portable : 06 62 06 51 77 Téléphone : 09 51 70 89 66 Télécopie : 02 40 20 89 52 Messagerie : cmai@maiconseils.fr 1 Objet : Présentation d offre

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE Développer harmonieusement votre patrimoine 1 Un partenaire proche, fiable, solide Développer son patrimoine nécessite une relation de proximité. Avec plus d un million

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

Accept er u n b o n c o n s e i l, sa propre performance. Goethe

Accept er u n b o n c o n s e i l, sa propre performance. Goethe Accept er u n b o n c o n s e i l, c e s t a c c ro î t re sa propre performance. Goethe Le Cabinet Laroze Patrimoine Conseils est un acteur indépendant du conseil et de la gestion de patrimoine, qui met

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine 1. Vos intervenants 2. Comment évaluer la valeur de mon entreprise? 3. Actualité fiscale 4. 5 points clés pour organiser son patrimoine 5. De l utilité

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

La transmission d un cabinet d EC et de CAC

La transmission d un cabinet d EC et de CAC La transmission d un cabinet d EC et de CAC Ou les cordonniers sont les plus mal chaussés! Par Nathalie GORRY et Boris SAUVAGE Avec la participation de Fabrice ZINSSNER de Gan Assurances 1 Objectifs de

Plus en détail

SOMMAIRE PREMIÈRE PARTIE : LA NOTE EXPLICATIVE

SOMMAIRE PREMIÈRE PARTIE : LA NOTE EXPLICATIVE SOMMAIRE PREMIÈRE PARTIE : LA NOTE EXPLICATIVE I) Objectifs et intérêt de l étude Page 2 II) Lien entre le sujet et les travaux effectués Page 6 III) Bibliographie et sources d information Page 7 IV) Les

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1 CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1. La SCI en bref L essentiel sur la société civile immobilière (SCI) Une SCI est une société civile qui gère un patrimoine Immobilier. La

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

Dossier 2 :La création d entreprise

Dossier 2 :La création d entreprise Dossier :La création d entreprise Corrigé Activité 1 : Les étapes de la création d entreprise 1. D après le document 1, par quelles étapes Philippe est-il passé pour créer son entreprise? Philippe est

Plus en détail

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement!

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement! LA SILVER ECONOMY UNE OPPORTUNITE DE MARCHE Les retraités de demain seront de plus en plus nombreux à rechercher des logements adaptés au vieillissement: des résidences services séniors Le vieillissement

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Newsletter Jurimanagement & Juricommunication Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Editorial : Par Michel Lehrer Directeur associé de Jurimanagement Dans un marché en pleine mutation

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Sociétés d Exercice Libéral. Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl

Sociétés d Exercice Libéral. Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl Sociétés d Exercice Libéral Par : Gérard De BRUYKER Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl En 1999, certains clients médecins et chirurgiens dentistes, nous ont consulté

Plus en détail

www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier

www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier Ce sont les rencontres qui nous enrichissent! Alors.rencontrons nous! Odgpatrimoine Pourquoi l immobilier? La

Plus en détail

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était.

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. Vous avez des projets d épargne? L assurance-vie est la solution qui s adapte à tous vos besoins L ASSURANCE-VIE

Plus en détail

Pôle Les Missions de Demain. Etablir un bilan patrimonial

Pôle Les Missions de Demain. Etablir un bilan patrimonial Pôle Les Missions de Demain Etablir un bilan patrimonial Intervenants Stéphan Chenderoff Conseil en gestion de patrimoine, membre du directoire de Cyrus Conseil Jean Yves Menut Expert comptable, président

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE

CONSEILS -EN- PATRIMOINE CONSEILS -EN- PATRIMOINE DIAGNOSTIC PLACEMENT 15 Préambule Ermont, le XXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité et assurer la transmission de vos biens dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT 1. Préambule Préalablement à toute intervention pour l une des sociétés SIGMA Conseil, SIGMA Opérations ou CONCEPT RISK, le consultant doit disposer d un cadre

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière complexe établir une déclaration de CVAE ou une liasse fiscale ne se résume pas à

Plus en détail

Actualités Juridiques

Actualités Juridiques À savoir Actualités Juridiques Investir dans la pierre : une garantie pour la retraite Louez bien, louez meublé? Etat des lieux : une précaution indispensable! Investir dans la pierre : une garantie pour

Plus en détail

GESTION PATRIMONIALE

GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Animateur Dr Pierre-Paul SCHLEGEL, Président de l URML-Alsace M. Alain BURGUN, Expert-comptable, Diplômé en gestion de patrimoine, Président de la SOCIETE D AUDIT ET DE COMPTABILITES

Plus en détail

Le financement de l installation

Le financement de l installation Le financement de l installation Les relations bancaires Le budget prévisionnel Les financements 2 ème Edition du Salon Européen de l Ostéopathie 31 mars et 1 er avril 2012 PUBLIC Sommaire 1. Un contexte

Plus en détail

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr LA GESTION COMPTABLE DU CABINET MEDICAL Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr 18/05/2008 Docteur Marc HECKLER 1 18/05/2008 Docteur Marc

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE. LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél.

PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE. LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél. PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél. : 03 20 93 14 43 email : contact@lk-conseil.com Site : www.lk-conseil.com

Plus en détail

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI LA RETRAITE suite Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI Objectif Plafonds Ces contrats d assurance de groupe permettent aux indépendants non agricoles et leur conjoint collaborateur de se constituer

Plus en détail

d entreprendre? Votre parcours avec la CCI de Bordeaux

d entreprendre? Votre parcours avec la CCI de Bordeaux d d entreprendre? d? Votre parcours avec la CCI de Bordeaux Vous expliquer les étapes du parcours du créateur ét Vous aider à visualiser la vie du créateur et du chef d entreprise Vous présenter les facteurs

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNALISER LA GESTION DU PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA SANTE OBJECTIF DE LA FORMATION Utiliser des méthodes et des outils permettant de professionnaliser la gestion du personnel

Plus en détail

Investissez dans l'immobilier

Investissez dans l'immobilier Investissez dans l'immobilier 1 Investissez dans l'immobilier Visitez : www.immo-topics.fr 2 Investissez dans l'immobilier Sommaire Est-ce que l immobilier est fait pour vous?... 3 Pourquoi vous avez tout

Plus en détail

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Cours du 15/06/2012 Guadeloupe Martinique Guyane Sommaire I. Préalable II. Les principes Généraux III. IV. Vous êtes étudiant Vous êtes remplaçant V.

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 Société anonyme au capital de 538 668 euros. Siege social: 5-9, rue Mousset Robert 75012 Paris. RCS Bobigny 440 014 678 Activité : Services de Télécommunication

Plus en détail

L assurance du risque social et fiscal

L assurance du risque social et fiscal En partenariat avec le cabinet L'expert de la protection sociale L assurance du risque social et fiscal Parce qu un contrôle fiscal et social peut générer de la facturation imprévue pour les entreprises,

Plus en détail

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société

Plus en détail

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité?

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? HSBC Intervention du 18 janvier 2011 En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? Les enjeux sociaux et patrimoniaux

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Quelques constats pour commencer! L entrepreneur en quelques chiffres Plus de 300.000 entreprises sont créées par an (hors auto-entrepreneurs)

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel La qualité de loueur en meublé professionnel est reconnue aux personnes louant des logements meublés, anciens

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

NOS PARTENAIRES AVEC LE SOUTIEN DE PARTENAIRES PRESSE

NOS PARTENAIRES AVEC LE SOUTIEN DE PARTENAIRES PRESSE LE PROGRAMME NOS PARTENAIRES AVEC LE SOUTIEN DE PARTENAIRES PRESSE Notre philiosophie pour la vente de vos prestations. En bref, un partenaire qui s intéresse d abord à votre valeur ajoutée. Fidroit est

Plus en détail

SARL CONCEPT & STRATEGIE

SARL CONCEPT & STRATEGIE BILAN PATRIMONIAL SARL CONCEPT & STRATEGIE Siège social: 29 boulevard de la Ferrage Résidence Cannes 2000 06400 CANNES SARL Cap. 10 000 - Siret 504 714 122 00034 - Code APE 6622 Z 1 Les informations recueillies

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser Cession, transmission & financement des cabinets Anticiper pour pérenniser Intervenants Denis Barbarossa Expert-comptable, Président du CJEC Luc Fialletout Directeur Général Adjoint (Interfimo) Jean-Pierre

Plus en détail

I - Vos cotisations au Régime de base (RBL)

I - Vos cotisations au Régime de base (RBL) I - Vos cotisations au Régime de base (RBL) En 2012 Vous payez un FORFAIT de 594 E au prorata temporis (19 % du PASS*). En 2013 Vous payez de nouveau un FORFAIT de 907 E (29 % du PASS*). Vos cotisations

Plus en détail

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS Source d infos : ANSP ( Agence National de Services à la Personne )du 16 décembre 2008 TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS En tant que travailleur indépendant

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 SOMMAIRE Composez votre dispositif sur mesure 4 Étoile PEI 2 - Étoile PERCOI 2 Principales caractéristiques 5 Conseils d optimisation pour le dirigeant et les

Plus en détail

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise É P A R G N E R E T R A I T E E N T R E P R I S E Triadys Retraite 39 La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise Votre entreprise a besoin d eux... leur retraite

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Audit de Protection Sociale

Audit de Protection Sociale Audit de Protection Sociale Réunion Créateurs Réunion cabinet Réunion CCI Grenoble Présentation du groupe Présentation du groupe SGAM (crée en 2008) 1 er groupe de protection sociale en France Une offre

Plus en détail