Bienvenue Congrès 2007 AAPQ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bienvenue Congrès 2007 AAPQ"

Transcription

1

2 Bienvenue Congrès 2007 AAPQ

3 LE PHYTOTRAITEMENT Le Roseau Épurateur et les systèmes MRP Une solution pour La gestion des eaux sanitaires et pluviales Présenté par Jean Pichette ing. et Robert Lapalme M. env. Novembre 2007 HG Environnement

4 Thèmes de la conférence 1 L h t t it t 1. Le phytotraitement 2. Le Roseau Épurateur 3. Les systèmes MRP 4. Les eaux sanitaires résidentielles communautaires et commerciales 5. Les eaux pluviales résidentielles et urbaines 6. Les eaux industrielles

5 Ce qui est fait ailleurs avec des techniques différentes. France Cette station est constituée de bassins creusés dans le sol, dont les côtés et le fond sont compactés pour les rendre imperméables. Ces bassins sont remplis de diverses catégories de granulats. Différentes espèces de plantes aquatiques - macrophytes - sont plantées dans ces lits et sont, avec les bactéries, les principaux acteurs de l'épuration.

6 Ce qui est fait ailleurs avec des techniques différentes. Manitoba Bassins de gravier filtrant avec plantes

7 Le Roseau Épurateur sanitaire Le Roseau épurateur ne se compare à aucune autre technologie d épuration des eaux usées existante sur le marché québécois. Reproduisant de façon optimale les systèmes naturels d épurations présents dans notre environnement, cette technologie est à l image de la robustesse de notre écosystème.

8 L EFFICACITÉ BEAUCOUP D ESSAIS ONT ÉTÉ RÉALISÉS ET DIFFÉRENTES MÉTHODES DE FABRICATION SONT UTILISÉES. BASSIN D ARGILE INFILTRATION VERTICALE FILTRATION HORIZONTALE OXYGÉNATION RECIRCULATION DÉPHOSPHATATION DÉSINFECTION ETC. NOUS CROYONS FERMEMENT QUE LE SYSTÈME DU ROSEAU ÉPURATEUR EST LA MÉTHODE DE PHYTOTRAITEMENT LA PLUS DÉVELOPPÉE ET LA PLUS EFFICACE ACTUELLEMENT SUR LA MARCHÉ. NOUS AVONS EU, ICI AU QUÉBEC A PRENDRE EN CONSIDÉRATION PLUSIEURS FACTEURS IMPORTANTS DANS LA CONCEPTION DU ROSEAU ÉPURATEUR LA TEMPÉRATURE LA DÉSINFECTION LA DÉPHOSPHATATION MISSION ACCOMPLIE, NOUS AVONS LE ROSEAU ÉPURATEUR. L APPORT DE CHAUX DOLOMITIQUE GRANULAIRE PERMET DE CONTRÔLER LE ph ET DE PRÉCIPITER LE PHOSPHORE

9 Le Roseau Épurateur Système de traitement des eaux usées sanitaires et commerciales ( selon application ) 100 % naturel Élément épurateur de type secondaire avancé et tertiaire Rejet de l effluent à la nature sans risque

10

11 Type d installation Champ de polissage autonome secondaire avancée Complètement hors terre Partiellement hors terre Sous terre

12 Système secondaire avancée Classe III Résultat obtenue 1-6 mois Autre tableau 6-12 mois

13 Système tertiaire avec désinfection Classe V Façon passive Sans apport de composantes électromécaniques

14 Des applications diverses Résidences isolées Communautaire Projet domiciliaire décentralisé Complexe commerciaux hors réseau Applications industriels

15 Municipalité de Chelsea Année d implantation : 2003 Tertiaire avec déphosphoration Débit : 65 m 3 par jour 2 bassins doubles (12 m X 61,5 m) Gravitaire avec fosse commune Rejet au fossé

16 Sutton-Jonction Année d implantation : 2004 Tertiaire avec déphosphoration Débit : 22 m 3 par jour 1 bassin double (12 m X 40 m) Fosse commune avec station pompage Rejet à la rivière

17 Sutton-Jonction

18 Abbaye Cistercienne Localité : St-Jean-Matha Travaux en cours Tertiaire avec déphosphoration et désinfection Débit : 14 m 3 par jour 1 bassin double (12 m X 26 m) Réutilisation de l eau traitée et surplus rejeté au marais artificiel

19 Auberge Le Baluchon Localité : St-Paulin Travaux en cours Tertiaire avec déphosphoration Débit : 130 m 3 par jour 4 bassins doubles (12 m X 58 m) Rejet à la rivière

20 Auberge g Le Baluchon

21 Projets réalisés : Cap Saint-Jacques

22 Projets réalisés : résidentiels

23 Système MRP Marais Réactif Perméable Les systèmes MRP sont des marais filtrant HSS et VSS améliorés qui assurent : U t b té i i Un support bactérien maximum Une bonne rétention de l eau TRH L élimination des bactéries pathogènes La précipitation des métaux lourds L adsorption, l absorption et la sédimentation de 100% du phosphore

24 Les applications du MRP Gestion des eaux pluviales Épuration des eaux usées industrielles

25 Gestion des eaux pluviales Les objectifs recherchés Réduction de la surcharge du réseau pluvial (run off Zero ) Augmentation de l évapo-transpiration Recharge de la nappe phréatique (Leed) Protection des lacs et cours d eau

26 Réduction de la surcharge du réseau pluvial (run off Zero )

27 MRP résidentiel

28 MRP résidentiel

29 Bassin versant naturel ou urbanisé?

30 Problématiques générales Inondations plus fréquentes Contamination des eaux de surfaces en milieu urbain Écoulement rapide (agricole, Europe) Cas: déluge du Saguenay en juillet 1996 Changements climatiques

31 Lessivage des surfaces

32 Érosion des frayères et encapsulage des fonds

33 La charge polluante via les sédiments La perte de sol attribuée en Kg/Ha/an en fonction des usages : Sol forestier 5,5 à 110 Parcelle agricole 110 à Site en construction 552 à Surface urbaine en développement 92 à Surface urbaine développée 32 à 160

34 La barrière.

35 L utilisation de l eau de pluie L eau de pluie peut être utilisée avec profit pour des usages qui ne requièrent pas de l eau potable : Irrigation Aquaculture Horticulture Lavage des surfaces Refroidissement et démoulage

36 Cyanobactérie

37 Qualité de la neige MDDEP secteur résidentiel Accumulation annuelle varie de 200 à 350 cm Matériaux utilisés (sel, calcium et abrasif) de 0-2,5 cm d accumulation Ordre d imp:débris, MES, huiles et graisses, Cl, fe, Pb. Contaminants t Sources Débris (63 microns et +) MES (très variable) Huiles et graisses (33 mg/l) Ions: Chlorures (Cl-, 299 mg/l), sodium (Na+), calcium (Ca++) Métaux: Plomb(Pb, 299 mg/l), Manganèse (Mn), fer (Fe), chrome (Cr) Abrasifs, ordures, gazon, papiers, sols Abrasifs, cendres, particules provenant de la corrosion et de l usure de véhicules et de structures Lubrifiants provenant des véhicules Fondants Corrosion et usure de véhicules et de structures (routes, bâtiments), gaz d échappement

38 Habitat de poisson

39 Impacts sur le milieu aquatique Débris : Colmatage des frayères, ingestion par les organismes. MES : turbidité +,Photosynthèse-,température de l eau+. Huiles et graisses : Effets mutagènes et cancérigènes, lumière. Cl : Effets sur l osmorégulation des poissons Pb : Concentration dans la chaîne alimentaire effets sur les reins et le cerveau. Mn et Fe : Coloration de l eau, éclosion des œufs. Cr : Toxicité aigue et chronique pour la vie aquatique.

40 MRP pluvial résidentiel Mettre des plantes, fleurs et arbustes dans les secteurs autrement gazonnés Permet d ameublir le sol avec les racines L eau s y infiltre plus facilement Favorise l évapotranspiration

41 MRP pluvial commercial Les bio filtres possèdent une forte densité de couvert végétal qui réduit le débit d écoulement de l eau, intercepte et facilite la dégradation des particules ainsi que l absorption des hd hydrocarbures.

42 MRP industriel agricole, golf, site d enfouissement, boues de papetière etc.

43 MRP industriel

44 MRP urbain

45 MRP gestion de sédiments

46 MRP urbain

47 MRP urbain Point d entré des eaux Création d îlots de plantation permettant de récolter les eaux de ruissellement de la rue et de les traiter sur place avec des végétaux Favorise l infiltration

48 MRP urbain Rétention filtration et Rétention, filtration et assainissement des eaux Il y a moins d eau qui se rend à l égout pluvial en aval du système

49 MRP urbain

50 Réutilisation de l eau des toits Arrosage de la plantation par l eau de toit. Recharge de la nappe

51 MRP communautaire 80% à 90% des précipitations arrivent en petites averses fréquentes L aménagement des bâtiments et des sites peuvent être conçu pour gérer efficacement ces eaux de ruissellement

52 MRP urbain

53 MRP urbain

54 MRP urbain

55 Pratiques durables Pour faire de cette ressource naturelle, une alliée pour le développement de nos communautés dans le respect des lois de la nature.

56

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Service public d assainissement Non collectif

Service public d assainissement Non collectif Service public d assainissement Non collectif Création de l installation : Adresse : Commune : Propriétaire : L assainissement non collectif (ou individuel ou autonome) est un dispositif qui doit assurer

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

Guide de l assainissement non collectif

Guide de l assainissement non collectif éco-action eau assainisse m ent Guide de l assainissement non collectif Guide de l assainissement non collectif éco-action eau assainisse m ent Dans un souci de santé publique et afin de veiller à la protection

Plus en détail

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Un phenomene p L e n t r e p r i s e L entreprise, Bernoulli System AB fut la première à exploiter le principe de Bernoulli pour la filtration

Plus en détail

Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien

Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien Lorsqu il pleut, l eau de ruissellement se charge de polluants, de matières en suspension et d hydrocarbures. Les débris flottants sont entraînés

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing.

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing. AESEQ Carrefour de l eau express 2015 Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs Par : Christian VÉZINA, ing. Objectifs de la conférence À la fin de cette conférence le participant

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Qu'est-ce que l'assainissement Non Collectif? Chaque jour, vous utilisez de l eau pour la douche, la vaisselle, les WC, la lessive Après usage, ces eaux sont polluées et

Plus en détail

AUTOEPURE ssainissement Non Collectif (ANC) par filtres plantés de roseaux. La meilleure solution en filière traditionnelle!

AUTOEPURE ssainissement Non Collectif (ANC) par filtres plantés de roseaux. La meilleure solution en filière traditionnelle! Solution olution d Assainissement Non Collectif (ANC) : AUTOEPURE COMMUNICATION TECHNIQUE AUTOEPURE Solution d épuration d Assainissement ssainissement Non Collectif (ANC) (A par filtres plantés de roseaux.

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

SAGE VILAINE. Règlement

SAGE VILAINE. Règlement SAGE VILAINE Règlement Projet pour la CLE du 29 mars 2013 1 Les Zones Humides Les zones humides jouent un rôle important dans la gestion quantitative et qualitative de l eau, en particulier sur les têtes

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

LES ASPECTS TECHNIQUES

LES ASPECTS TECHNIQUES LES ASPECTS TECHNIQUES La réalisation d un dispositif d assainissement non collectif devra être conforme au DTU 64.1 XP P 16-603 (mars 2007). Le prétraitement : Le système de prétraitement retient les

Plus en détail

Station SEPTODIFFUSEUR

Station SEPTODIFFUSEUR Station SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement sur filtre à sable drainé compact Une solution compacte en assainissement non collectif sur le principe des filières traditionnelles AGRÉMENT MINISTÉRIEL

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

Les causes possibles de mauvais fonctionnement

Les causes possibles de mauvais fonctionnement Les causes possibles de mauvais fonctionnement Symptômes Causes et remèdes possibles Dégagement de mauvaises odeurs dans le logement - Absence de siphons au niveau de vos équipements domestiques - Évaporation

Plus en détail

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Présenté par Roger Lacasse, ing., M.Sc.A. Marc a Poulin St-Hyacinthe, le 10 avril 2008 CRE Montérégie

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 PRÉAMBULE La gestion des eaux pluviales vise trois enjeux principaux : Réduire le risque d inondations ; le dimensionnement du

Plus en détail

Réussir son. assainissement non collectif. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf. jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg. Un guide. à l usage des.

Réussir son. assainissement non collectif. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf. jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg. Un guide. à l usage des. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf Réussir son assainissement non collectif jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg Un guide à l usage des particuliers. o6 64 67 33 97 Mot du Président du Conseil général Notes La protection

Plus en détail

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS Direction Générale des Services Techniques Direction de l Eau et de l Assainissement FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1. - Administratifs Raison sociale :.. N Rue

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Différentes techniques d épuration

Différentes techniques d épuration Différentes techniques d épuration Le lagunage naturel Les caractéristiques de cette technique sont tirées du document technique FNDAE n 22, Filières d épuration adaptées aux petites collectivités, Ministère

Plus en détail

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7 S.P.A.N.C. Schémas de principe et de fonctionnement des différents dispositifs SOMMAIRE Schémas de principe et de fonctionnement A / Définition des filières d assainissement p 3 B / Fosse toutes eaux p

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

Eau, gestion et valorisation

Eau, gestion et valorisation Eau, gestion et valorisation plantasion Vision d une ville verte par une école du paysage Florian BURKHARD Johanna VOIBLET Année académique 2015-2016 Organisé par Eric Amos, Christian Betti & Sonia Rosello

Plus en détail

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire Antoine GARCIA Ville de BESANCON Mardi 13 mai 2014 Associations d idées Hier / Aujourd hui / Demain Réseau unitaire / Réseau

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette filière a été élaborée par

Plus en détail

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Quelques conseils simples pour bien choisir, implanter et dimensionner votre installation L objectif est de mettre en place une installation permettant

Plus en détail

Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir

Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir Nous utilisons chaque jour de l eau pour la douche, la lessive, la vaisselle, les W.C. Rejetées ainsi au milieu naturel, ces

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF GUIDE SUR LES TRAITEMENTS. Roannaise de l Eau intervient sur la compétence Assainissement pour le compte de

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF GUIDE SUR LES TRAITEMENTS. Roannaise de l Eau intervient sur la compétence Assainissement pour le compte de ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF GUIDE LES TRAITEMENTS SUR Roannaise de l Eau intervient sur la compétence Assainissement pour le compte de SOMMAIRE PROPOS INTRODUCTIFS QU EST-CE QUE L ANC? LES MISSIONS DU

Plus en détail

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif conformément Diagnostic à l arrêté de l installation du 27 avril 2012 existante relatif aux modalités de contrôles d assainissement

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE D ASSAINISSEMENT AUTONOME

NOTICE TECHNIQUE D ASSAINISSEMENT AUTONOME République Française Département de la Moselle Arrondissement de Sarrebourg Communauté de Communes de la Vallée de la Bièvre Siège : HÔTEL DE VILLE DE TROISFONTAINES 15, Rue de la Libération - 57870 TROISFONTAINES

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

Le Rouillacais vous explique

Le Rouillacais vous explique Le Rouillacais vous explique l Assainissement Autonome Préambule : Conscients que nous sommes confrontés chaque jour aux problèmes de pollution de notre milieu et que l avenir de nos ressources dépend

Plus en détail

LE SPANC VOUS CONSEILLE POUR :

LE SPANC VOUS CONSEILLE POUR : LE SPANC VOUS CONSEILLE POUR : ~ LA CONCEPTION D UN DISPOSITIF NEUF, ~ LA MODIFICATION D UNE INSTALLATION EXISTANTE. ET CONTRÔLE LA CONFORMITÉ DES INSTALLATIONS. POUR TOUT RENSEIGNEMENT 02 98 15 29 80

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 Commune de CREYSSEILLES ASSAINISSEMENT COLLECTIF

Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 Commune de CREYSSEILLES ASSAINISSEMENT COLLECTIF Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 PHASE 3 : ASSAINISSEMENT COLLECTIF Version : Date : Etablie par : Vérifiée par : 1 02/2005 Y.B S.M 2 08/2005 Y.B S.M Schéma Général d Assainissement

Plus en détail

SPANC : Service Public d'assainissement Non Collectif

SPANC : Service Public d'assainissement Non Collectif SPANC : Service Public d'assainissement Non Collectif LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE L eau étant devenue patrimoine commun, il est nécessaire de redonner au milieu naturel une eau traitée, dans le but de préserver

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS 5.3 Gestion des rejets d eaux résiduaires La gestion des eaux résiduaires de rejet est un élément important à considérer au moment de

Plus en détail

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME I SITUATION ADMINISTRATIVE La station d épuration et les réseaux d assainissement de la Ville de MEAUX appartiennent à la ville et sont exploités en régie communale

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Annexes sanitaires Pièce n 6-a PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE PREY Eure Place René Cardin 27220 PREY Tél : 02.32.37.95.80 Fax : 02.32.37.27.88 Règlement Prescrit le : 12 janvier 2009 Arrêté le : 6 décembre

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière Articles L1331-11-1 du code de la santé publique et L271-4 du code de la construction et de l habitation Date de la visite : 02/11/2015

Plus en détail

Environnement Inc. Expertise complète en traitement d eau depuis 2006. Procédé OEM et brevetée d électrocoagulation

Environnement Inc. Expertise complète en traitement d eau depuis 2006. Procédé OEM et brevetée d électrocoagulation Environnement Inc. Expertise complète en traitement d eau depuis 2006 Procédé OEM et brevetée d électrocoagulation Gamme complète d équipements de traitement d eau Solutions adaptées et services sur mesure

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3)

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) Agenda de présentation 1. La fosse septique et ses accessoires 2. Les éléments épurateurs (classique, modifié,

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn SEMAINE DE L EAU Matinée des techniciens 12 février 2008 Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn Marie-Anouk Bourchenin Clément Psaïla SEMAINE DE L'EAU

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE. Diagnostic de l installation d assainissement avant cession. Communauté de Communes des Monts de Gy. Référence du dossier :

RAPPORT DE VISITE. Diagnostic de l installation d assainissement avant cession. Communauté de Communes des Monts de Gy. Référence du dossier : Communauté de Communes des Monts de Gy Service Public d Assainissement Non Collectif 10 rue des Chênes ZA «Les Graverots» 70700 Gy ccmgy.eau@orange.fr 03.84.32.76.67 Référence du dossier : Date du contrôle

Plus en détail

Mail (pour une réponse plus rapide) : Souhaitez-vous recevoir une copie courrier : Oui Non. Adresse des travaux :

Mail (pour une réponse plus rapide) : Souhaitez-vous recevoir une copie courrier : Oui Non. Adresse des travaux : Pour tous renseignements s adresser à : CCSA Service SPANC Espace loisirs «Les Etangs» - 81710 SAIX Tél. : 05.63.72.84.88 / Fax. : 05.63.72.84.80 Mail : spanc@communautesoragout.fr + infos : www.communautesoragout.fr

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC)

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Juin 2007 Les Guides de la CAB 2 Guide du Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Sommaire : P2 P3...... SOMMAIRE LE MOT DU PRÉSIDENT P4-8... 1. QU EST-CE QUE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

Plus en détail

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif I. Prescriptions particulières : Il est important pour ne pas nuire au bon fonctionnement de la filière d assainissement non

Plus en détail

Société E-G-A-E : www.goudronnage-assainissement-enrobe.com Tél :05..31.47.53.06 E-Mail :contact-g-a-e@orange.fr FICHES TECHNIQUES FILTRES COMPACTS

Société E-G-A-E : www.goudronnage-assainissement-enrobe.com Tél :05..31.47.53.06 E-Mail :contact-g-a-e@orange.fr FICHES TECHNIQUES FILTRES COMPACTS FICHE TECHNIQUE : LES FILTRES COMPACTS TYPE D OUVRAGE :LES FILTRES COMPACTS. CRITERES DE PRESCRIPTION (Les filtres COMPACT sont des filtres compacts destinés au traitement des eaux usées domestiques prétraitées.

Plus en détail

Société G-A-E, Secteur Réseaux,Région Midi-Pyrénées. Tél :05.61.21.90.39. Fax :05.61.21.92.70. E-Mail :contact-g-a-e@orange.fr

Société G-A-E, Secteur Réseaux,Région Midi-Pyrénées. Tél :05.61.21.90.39. Fax :05.61.21.92.70. E-Mail :contact-g-a-e@orange.fr FICHE TECHNIQUE : LES FILTRES COMPACTS TYPE D OUVRAGE :LES FILTRES COMPACTS. CRITERES DE PRESCRIPTION (Les filtres COMPACT sont des filtres compacts destinés au traitement des eaux usées domestiques prétraitées.

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

«LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT»

«LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT» L ingénierie de l assainissement Principes, méthodes et outils pour une meilleure intégration dans le cycle de l eau Maîtrise d ouvrage : Direction de l eau (MEDD) Juin 2003 Valise pédagogique CERTU 2006

Plus en détail

Service Public. d Assainissement. Non Collectif. Un contrôle payant, pourquoi?

Service Public. d Assainissement. Non Collectif. Un contrôle payant, pourquoi? Un contrôle payant, pourquoi? Comme le service d assainissement collectif, le SPANC est un service public dont le budget est indépendant du budget général de la collectivité. La réglementation impose que

Plus en détail

MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES

MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES Olivier MURZILLI Hydrogéologue agréé 111 avenue Barthélemy Buyer 69005 LYON Mob : 06 63 27 58 22 Email : o.murzilli@arch-groupe.com MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES AVIS HYDROGEOLOGIQUE SUR

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

P O M P E S À L O B E S. Le concept Börger : La clairvoyance dans l innovation.

P O M P E S À L O B E S. Le concept Börger : La clairvoyance dans l innovation. P O M P E S À L O B E S T E C H N I Q U E D E B R O Y A G E La clairvoyance dans l innovation. P O M P E S À L O B E S Flexibilité sur toute la ligne. Les pompes à lobes Börger sont des pompes volumétriques

Plus en détail

L intégration des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales dans les projets de développement urbain en Wallonie

L intégration des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales dans les projets de développement urbain en Wallonie Journée d information et d échange sur la gestion des eaux pluviales en agglomération 9 décembre 2014 à Waterloo L intégration des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales dans les projets

Plus en détail

Point de vue d un maître d ouvrage

Point de vue d un maître d ouvrage Point de vue d un maître d ouvrage Frédérique RAMETTE Responsable du Service Contrôle d Assainissement ARTOIS COMM. INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE 28 Novembre 2013 La

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT Frank SOUCIET Responsable Pôle GEMAPI 03 décembre 2015 Mission Inter-Services de l Eau en Vaucluse Préambule Principes généraux Champ d application

Plus en détail

L inform EAU. Novembre 2013

L inform EAU. Novembre 2013 Novembre 2013 Le RAPPEL se voit décerner un prix au Gala des prix d excellence en environnement des Cantons-de-l Est de la Fondation estrienne en environnement. Le RAPPEL a été récompensé dans la catégorie

Plus en détail

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad JOURNEE TECHNIQUE Quelle place pour les toitures végétalisées Paris, Capacité épuratoire des toitures végétalisées Julie Schwager Amandine Irles, Jérémy Thiriat CETE de l Est LRPC de Nancy Directeurs de

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE

CROIX-ROUGE FRANÇAISE CROIX-ROUGE FRANÇAISE Direction des Opérations Internationales / PIROI Gestion, nettoyage et sanitation des puits en situation de catastrophe Document P.I.R.O.I Julien Thiria (ingénieur sanitaire) Mise

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Toilettes sèches et assainissement des eaux grises : quels dimensionnements?

Toilettes sèches et assainissement des eaux grises : quels dimensionnements? Toilettes sèches et assainissement des eaux grises : quels dimensionnements? 1-Travaux du PANANC : Le guide d information pour les usagers / fiches contrôles 2-Usages et modèles de toilettes sèches 3-Exemples

Plus en détail

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité 12 octobre 2012 Centre de stockage de déchets d ultimes non dangereux ou dangereux Les obligations réglementairesr en matière de conception et de traçabilit abilité Présentation de l inspection des installations

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1 6 Impasse de la Fontaine 08260 MAUBERT-FONTAINE Tél. : 03.24.26.13.31 - Fax : 03.24.32.50.22 E mail : ardennes.thierache@orange.fr Président : Miguel LEROY Informations générales Date du contrôle Date

Plus en détail

L imperméabilisation des sols

L imperméabilisation des sols Des sols qui ont perdu leur vocation Les sols compactés, recouverts de matériaux plus ou moins imperméables ou simplement ceux sur lesquels des bâtiments ont été érigés, ont des répercussions importantes

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Communauté de Communes du Grand Langres 46 avenue Turenne BP 142 52206 LANGRES CEDEX Tél : 03.25.87.99.54 Fax : 03.25.87.07.04 spanc@grand-langres.fr

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT

COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT Date de la délibération du Conseil communal : 24/06/2010 Visé par le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale : 25/08/2010 Entrée

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE? COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse,

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION

ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE 16-2015 Domaine : Eaux Sujet : Monitoring de la STEP pour le mois d avril 2015

Plus en détail

Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales

Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales SOMMAIRE Évolution des interventions de l'homme sur le cycle de l'eau et leur impact Les enjeux et

Plus en détail

Parcelle rurale, sol urbain

Parcelle rurale, sol urbain Projet ANCRES Mise en place d un indicateur intégratif pour la gestion du potentiel épurateur des sols soumis à l infiltration en assainissement non collectif Partenaires Ecole des Ponts (établissement

Plus en détail