SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO"

Transcription

1 COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO Abuja, Juillet 2004

2 I. INTRODUCTION La présente synthèse des rapports nationaux représente un point de départ dans la préparation d un plan régional harmonisé sur l adoption du Tarif Extérieur Commun (TEC) de la CEDEAO. Elle vise à fournir le cadre permettant de démarrer les arrangements transitoires pendant la période , pouvant aboutir à la création de l Union Douanière de la CEDEAO à partir du 1 er janvier La synthèse est basée sur les rapports nationaux de cinq Etats membres de la CEDEAO, à savoir, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Nigéria et la Sierra Léone, représentant leurs positions nationales de négociations sur l adoption du TEC de la CEDEAO? Ces rapports nationaux sont les résultats des études d impacts menés dans chacun de ces cinq pays aussi bien des consultations nationales des parties prenantes tenues en vue d atteindre un consensus autour des questions principales relatives à l adoption du TEC. 2. CONTENU DES RAPPORTS NATIONAUX Les rapports nationaux, et par la suite la présente synthèse, abordent les 6 éléments principaux ci-après : - Exemptions au TEC - Exonérations du TEC - Période transitoire - Accords commerciaux bilatéraux - Zones spéciales d exportation - Impact de l adoption du TEC sur les ressources budgétaires Exemptions aux taux TEC L adoption du TEC implique l application des taux ci-après pour les produits importées de pays tiers et pour les produits fabriqués dans les Etats membres mais ne remplissant pas les critères d origine CEDEAO pour être originaires de la Communauté : 0% = pour les produits sociaux 5% = pour les produits de première nécessité, les matière premières, les biens d équipement et les intrants spécifiques 10% = pour les produits intermédiaires 20% = pour les produits de consommation finale. 1

3 Cependant, durant la période transitoire ( ), les Etats membres pourront être autorisés à différer l application de ces taux pour un certain nombre de produits pour les raisons suivantes : - protection du secteur industriel - engagements pris vis-à-vis des sociétés industrielles ; - pertes importantes de ressources budgétaires ; - caractère social ; - engagements bilatéraux ou internationaux ; - politique économique. A la fin de la période transitoire, toutes ces exemptions doivent disparaître et les taux indiqués ci-dessous doivent être appliqués de façon uniforme par les Etats membres. Il existe 2 types d exemptions : Type A : Des droits de douane qui, au début de la période transitoire, sont différents de ceux du Tarif Extérieur Commun et pour lesquels l Etat membre demande le maintien pendant au moins une partie de la période transitoire. Toute exemption de type A devrait être alignée avec le TEC de la CEDEAO avant le 31 décembre Type B : Des droits de douane pour lesquels l Etat membre demande d entreprendre des négociations pour ajuster le taux de droit de douane à appliquer sous le TEC de la CEDEAO. Il s avère que des requêtes d exemptions de type B peuvent être difficiles à harmoniser ainsi, les Etats membres sont priés de faire tout le possible pour limiter le nombre de ces requêtes. Toute exemption de type B devrait être alignée avant le 31 décembre EXONERATIONS DU TEC Des exonérations offrent un accès concessionnel ou exempt de droits de douane sous des régimes spéciaux d importation, tels qu un code d investissement. Des pertes substantielles de revenu douanier en résultent. Lors de la réunion d experts sur le TEC de la CEDEAO en novembre 2003, il a été noté que, souvent des exonérations sont établies pour une période transitoire, ou temporaire, mais qu elles restent en vigueur au-délà du délai établi. 2

4 Les régimes d exonération principaux qui doivent être harmonisés au cours de la période transitoire dans le cadre de l adoption du TEC de la CEDEAO incluent : - Les exonérations diplomatiques, basées sur les articles 36 et 37 de la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques (1961) aussi bien que l article 55 de la Convention de Vienne sur les Relations Consulaires et les Protocoles Facultatifs (1963). - Les biens importés pour le compte de l Etat tels que les achats pour l investissement en infrastructure, du matériel militaires, des denrées agricoles ou des produits agro-industriels destinés à la distribution aux démunis, entre autres. - Concessions sur les droits de douane sous des codes d investissement. - Admission temporaire, drawback, ou entrepôts en douane pour intrants, notamment des matières premières ou d intrants intermédiaires utilisés dans la production de produits finis pour exportation. - Taxes spéciales ou exonérations, tels que des régimes douaniers spéciaux qui réduisent ou exemptent de droit de douane les produits appartenant à des individus ou à des groupes de personnes, à savoir, les ONG et les organisations charitables. - Les biens importés sous les programmes financés par des bailleurs de Fonds. Tout exonération devrait être alignée au plan régional harmonisé avant le 31 décembre PERIODE TRANSITOIRE Dans le cadre du processus de l adoption du TEC de la CEDEAO, il a été convenu que la période transitoire pour l application du Tarif Extérieur Commun sera de trois ans, à partir du 1 er janvier 2005 jusqu au 31 décembre La période transitoire fournira le cadre permettant d atteindre un certain nombre d objectifs, dont les principaux sont : - Initier des débats au sein du public et des activités de sensibilisation aussi bien que les procédures législatives ; 3

5 - Calendrier permettant de supprimer progressivement ou d harmoniser les exceptions de type A avec le TEC de la CEDEAO ; - Harmonisation des exceptions de type B. 2.4 ACCORDS COMMERCIAUX BILATERAUX Certains Etats de la CEDEAO ont signé des accords commerciaux avec des Etats non membres. L adoption du TEC impliquera donc une harmonisation de tous ces accords commerciaux bilatéraux, et ce, conformément à l article 43 du Traité Révisé de la CEDEAO qui spécifie que «en aucun cas, les concessions tarifaires octroyées à un pays tiers par un Etat membre ne devraient jamais être plus favorables que les concessions appliquées sous ce Traité». 2.5 ZONES FRANCHES OU ZONES SPECIALES D EXPORTATION Des Etats membres de la CEDEAO ont établi des Zones franches ou Zones spéciales d exportation. Sous ces régimes des fabricants peuvent importer des intrants exemptés des droits de douane, sous condition qu un certain pourcentage spécifié des produits opérant en zones franches reçoivent souvent des avantages spéciaux relatifs aux impôts, en plus de la réduction ou de l exemption des droits de douane. Dès que l Union Douanière de la CEDEAO serait opérationnelle, il va falloir que la re-exportation de marchandises fabriquées en zones franches soit destinée à des pays hors de la CEDEAO. Des produits fabriqués sous ces régimes ne peuvent pas être considérés comme d origine communautaire. Par conséquent, pour les zones existantes, la question principale est de savoir si les produits fabriqués en zones franches sont destinés à d autres Etats membres de la CEDEAO ou ils doivent nécessairement être exportés uniquement à des pays non membres de la CEDEAO. 2.6 IMPACT DE L ADOPTION DU TEC SUR LES RESSOURCES BUDGETAIRES Chaque Etat membre veillera à indiquer l impact de l application du TEC sur le revenu du gouvernement, qui est l objectif principal des études d impact. Deux éléments clés à évaluer : - Revenu douanier actuel et le montant prévu avec l application du TEC. - Gain ou perte de revenu prévu en pourcentage. 4

6 3. RAPPORTS DE SYNTHESE DESETUDES D IMPACT/RAPPORT NATIONAUX Comme il a été indiqué précédemment, les rapports nationaux sont les résultats des études d impact et des consultations nationales qui ont été menées dans chacun des Etats membres concernés, aboutissant à un consensus national sur les questions portant sur l adoption du TEC de la CEDEAO. Les rapports de synthèse des études d impact et les rapports nationaux sont justifiés davantage par la matrice (voir annexe 1) qui fournit le graphique de la position de chaque pays sur les six éléments faisant l objet de discussion cidessus. 3.1 CAP VERT 3.2 LA GAMBIE Après l application du Tarif Extérieur Commun (TEC) de la CEDEAO, la Gambie envisage un gain global de revenu dans l ordre de 17,24 millions de Dalasis, soit 2,27% des droits de douane sur les importations, soit 0,9% du revenu total du gouvernement et 0,02% du produit intérieur brut (PIB) au niveau des importations de En ce qui concerne les exemptions, il existe environ quarante produits différents de la catégorie de type A dont les droits de douane pratiqués actuellement varient entre 5% et 20%. Les taux pour ces produits sous le régime TEC sont donc entre 5% et 20% La Gambie n indique pas son intention de demander des exemptions de la catégorie de type B. S agissant des exonérations, la Gambie dispose actuellement de sept (7) produits sur sa liste d exonération sous le régime TEC, la Gambie présente onze (11) produits qu elle propose pour l exonération. En terme de la période transitoire, la Gambie a indiqué que la date de l application effective dépend du soutien éventuel des bailleurs de fonds permettant d absorber les pertes dues à l application des taux actuels sur les produits re-exportés comme des exceptions jusqu à ce que d autres secteurs soient capables d absorber les pertes qui en résultent. Il n y a aucune indication du plan de majoration des taux de 0%, 10% à 18% à 5%, 10%, 20% respectivement. Est-ce que le mouvement des taux se fera en une seule fois ou progressivement? 5

7 Les accords commerciaux bilatéraux de la Gambie se présentent en deux catégories, à savoir, (a) cinq accords commerciaux bilatéraux signés avec cinq pays entre 1996 et 2002 et (b) des accords bilatéraux sur la promotion et la protection réciproque d investissement avec six pays entre 2001 et En ce qui concerne les zones franches ou zones spéciales d exportation, la Gambie a dressé une liste de trois sites de zones spéciales d exportation ciaprès : a) la zone de l aéroport ; b) la zone du port maritime ; c) le premier site d agriculture GHANA Le régime des droits de douane sur les importations au Ghana a connu des réformes considérables au cours des deux dernières décennies. Ces réformes visaient à : i) éliminer les distortions introduites dans l économie à la suite de la pléthore des restrictions quantitatives et des nombreux taux des droits de douane élevés ; ii) simplifier le régime des droits de douane ; iii) iv) réduire les niveaux d impôts tout en rétrécissant et en réduisant aussi le nombre des bandes d impôt ; augmenter l utilisation du régime du commerce extérieur pour appuyer la compétitivité de l industrie ghanéenne en pratiquant des taux différents ; mais inférieurs pour les matières premières et les biens d équipement ; et v) accroître le taux effectif des droits de douane En raison de ces réformes, les taux des droits de douane sur les importations au Ghana sont semblables à ceux de l UEMOA depuis Par conséquent, l application du Tarif Extérieur Commun (TEC) ne provoquera pas de distorsions significatives dans le système d incitation ou dans les prix des marchandises en général. Une moyenne de rendement de 6,52% est attendu de l application des taux de l UEMOA, par rapport au taux actuel de 5,4%. On estime également qu en appliquant le TEC de la CEDEAO, le Ghana aura un gain net de revenu de 254,5 milliards de cedis, soit 20% de gain en revenu douanier par rapport au chiffre de Ces différences découlent du 6

8 remplacement des droits de douane ghanéens réduits avec ceux de l UEMOA qui sont plus élevés. Le Ghana se propose d adopter le TEC de l UEMOA en bloc, et ensuite se pencher sur la liste des exemptions au cours de la période transitoire. En général, les considérations en priorité du Ghana pour les exemptions seront orientées sur les principes en vue de, entres autres, protéger l environnement, préserver la compétitivité des industries locales, promouvoir l agriculture, encourager la croissance dans le secteur social, promouvoir l industrie locale, et ne pas protéger les monopoles et les duopoles. Tout en cherchent à harmoniser les exonérations à son régime tarifaire, qui vise à encourager le développement industriel aussi bien que la diversification des exportations vers le secteur de fabrication et pour attirer l investissement étranger dans l économie, le Ghana est en train d examiner l adoption d autres moyens, afin de continuer à fournir ces incitations. Ces schémas d exonération incluent ceux du programme des zones franches du Ghana ; du code d investissement du Ghana, du système d entrepôt en douane, des concessions (TVA, drawback) sur certaines exportations, et des exonérations pour les comptes du gouvernement, les personnes privilégiées, les organisations et les institutions charitables. Le Ghana se propose de procéder à des négociations sur les zones spéciales d exportation comme une exonération couvrant la Communauté, mais avec des incitations normalisées à travers les pays. Le Ghana a très peu d accords bilatéraux portant sur le système tarifaire. Les accords commerciaux bilatéraux avec le Burkina Faso et la Côte d Ivoire pour l accès exempt des droits de douane à leurs marchés, sont réciproques. Les accords commerciaux bilatéraux avec les pays industrialisés et avec des organisations comme l UE /ACP, et les accords commerciaux de l AGOA semblent s avèrent non réciproques. 3.3 GUINEE Le régime tarifaire de la Guinée connaît une reforme depuis 2002, et il s agit là de la sixième réforme tarifaire depuis son indépendance en Ces réformes tarifaires ont été motivées, non pas par des considérations budgétaires, mais plutôt comme une réponse au programme de la CEDEAO sur l intégration sousrégionale et la création de l Union Douanière. Ces réformes ont abouti à une révision totale du régime tarifaire et la révision des textes sur les tarifs douaniers. Les réformes sont assorties de certaines décisions clés dont. 7

9 L adoption du calendrier de l UEMOA pour la catégorisation des produits, à savoir : - Catégorie 0 pour les produits sociaux dont les droits de douane sont 0%. - Catégories 1 pour les matières premières dont les droits de douane sont 5%. - Catégories 2 pour les produits intermédiaires dont les droits de douane sont 10%. - Catégories 3 pour les produits de consommation finale dont les droits de douane sont 20%. Le remplacement des droits de douanes explicites (droits de douane à l entrée ou le DDE), et une mesure de mobilisation de revenu sur les importations sous l appellation droit fiscal à l entrée ou le DFE avec seulement un type de droits de douane sur les importations (droit fiscal d importation, ou le DFI, et seulement un type de droits de douane sur les exportations (le droit fiscal d exportation ou le DFE). L introduction de la taxe dégressive de protection (TDP), que la Guinée se propose d appliquer sur une douzaine de produits fabriqués localement pour une période de cinq ans. L introduction de la taxe conjoncturelle à l importation (TCI), qui permet essentiellement au pays importateur de maintenir un prélèvement variable temporaire en vue d assurer des prix de référence minimum pour certaines marchandises en vrac (tel le riz). La suppression des sur taxes sur la consommation et leur remplacement avec une taxe d accises à propos d une liste de 14 produits La suppression du système de «taux forfaitaire», où les conteneurs de 7m pour certains importateurs, paient un taux forfaitaire de 9 millions de francs Guinéens (soit 4.500$ US) et 18 millions de GNF (soit 9.000$ US) pour les conteneurs de 14m. Outre ces mesures la Guinée a décidé d adopter le TEC de l UEMOA à partir du 1er janvier 2005 comme il est exigé par les Chefs d Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. Toutefois, la Guinée propose une liste d exemptions de 957 produits dans le cas des exemptions de type A et environ 15 dans le cas des exemptions de type B. La Guinée se propose d introduire une taxe dénommée la Redevance pour traitement des liquidations (RTL) de 2%, ce qui est l équivalent de la Redevance statistique (RS) de l UEMOA de 1%, et elle propose, dans le cadre de 8

10 sa liste d exceptions, que la RS de l UEMOA soient révisés à la hausse au même niveau que ces 2%. Sur la base des études d impact de l application du TEC sur les 50 premières importations en terme de quantité et de droits de douane, il est estimé que la Guinée aura des gains supplémentaires de revenu s élevant à 5 milliards de francs CFA, si les droits pour chacun des produits passe de 15% à 20%. 3.4 NIGERIA 3.5 SIERRA LEONE Les études d impact de la Sierra Léone prévoient une perte de revenu de 0,6% du revenu annuel des importations. Par contre, si le riz était exonéré du taux des droits de douane on aurait un gain de revenu de 1,8% du revenu annuel du gouvernement des importations. La Sierra Léone propose une liste de 175 exemptions de type A, présentant des produits dont les droits de douane sont égaux, ou sont inférieurs aux taux TEC, allant de 0% à 20% dans les régimes TEC. Aucune exemption du type B n a été proposée. La liste des exonérations de la Sierra Léone présente trois types d importations, à savoir les importations par les missions diplomatiques, les importations par les ONG et les organisations religieuses aussi bien que les importations destinées aux programmes de développement et des agences charitables. En ce qui concerne la période transitoire, bien qu il soit prévu une augmentation des droits de douane de 0% et de 5% à 10% et à 20% respectivement, la Sierra Léone n indique pas la stratégie aboutissant à ces augmentations. Est-ce que ces augmentations seront effectuées progressivement durant la période transitoire ou elles se feront en une seule fois? Il s agit là d une question très critique, qui doit être abordée, afin d éviter ou de réduire au minimum les conflits civils provoqués par l augmentation des prix à la consommation des marchandises de première nécessité suite à l application des taux plus élevés du TEC. Le rapport de la Sierra Léone ne fournit pas les informations sur les accords commerciaux bilatéraux, et il n y aucun renseignement sur les zones spéciales d exportation. 9

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Cotonou 27 aout 2013 Salifou TIEMTORE Directeur des Douanes pi RAPPELS L article 3 du Traité Révisé fait de la création

Plus en détail

- la fiscalité directe ; - la fiscalité indirecte ; - autres impôts, redevances, droits et taxes, - enregistrement et timbre I - FISCALITE DIRECTE

- la fiscalité directe ; - la fiscalité indirecte ; - autres impôts, redevances, droits et taxes, - enregistrement et timbre I - FISCALITE DIRECTE IMPÔTS ET TAXES APPLIQUES EN GUINEE DERNIERE LOI DES FINANCES 2004 La dernière loi des Finances promulguée le 26 février 2004 a adopté le Code général des impôts qui est composé entre autres titres : -

Plus en détail

Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre

Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre J. Dirck Stryker, AIRD 4 mars 2005 Le Communiqué final du vingt-huitième sommet des Chefs d États et de gouvernements de la CEDEAO

Plus en détail

Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE. Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014

Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE. Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014 Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014 Objectifs et Enjeux Objectifs Décrire et analyser les fondements, la pratique

Plus en détail

Fiscalité des médicaments, consommables et équipements médicaux dans les pays membres de l UEMOA

Fiscalité des médicaments, consommables et équipements médicaux dans les pays membres de l UEMOA Fiscalité des médicaments, consommables et équipements médicaux dans les pays membres de l UEMOA Dr Amadou Moctar MBAYE & Gérard FOULON Direction santé - Département du Développement Social 2ème Colloque

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest

Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest Convergence des environnements juridiques et fiscaux dans l UEMOA Jean-Jacques Lecat Président de la Commission Juridique et Fiscale du CIAN Avocat Associé

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

Promouvoir l Intégration Commerciale de l Afrique

Promouvoir l Intégration Commerciale de l Afrique germany ecowas ZUSAMMENARBEIT DEUTSCHLAND ECOWAS Promouvoir l Intégration Commerciale de l Afrique de l Ouest (WATIP) Mis en œuvre par Contexte CONTEXTE La Communauté Economique des Etats d Afrique de

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST 4 INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST Cette partie du rapport procède à une brève analyse d'une autre opportunité manquée d'accroître la base fiscale dans l'espace CEDEAO : les avantages fiscaux.

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA COMPILATION DES STATISTIQUES DU COMMERCE INTERNATIONAL DES MARCHANDISES ( Abuja, 30 Août 2 Septembre 2005 )

SEMINAIRE SUR LA COMPILATION DES STATISTIQUES DU COMMERCE INTERNATIONAL DES MARCHANDISES ( Abuja, 30 Août 2 Septembre 2005 ) SEMINAIRE SUR LA COMPILATION DES STATISTIQUES DU COMMERCE INTERNATIONAL DES MARCHANDISES ( Abuja, 30 Août 2 Septembre 2005 ) PRESENTATION DE LA PRODUCTION DES STATISTIQUES DOUANIERES GUINEE Conakry I -

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Généralités : Les franchises et exonérations des droits de Douane sont régis par le Code des Douanes de la

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

Economic Community Of West African States. Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest

Economic Community Of West African States. Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest Economic Community Of West African States Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest rotocole additionnel A/SP.2/12/01 portant amendement du Protocole portant création d une Carte Brune CEDEAO

Plus en détail

DIALOGUE REGIONAL APE

DIALOGUE REGIONAL APE DIALGU RGINAL AP PRCL PAPD CMPNSAIN FISCAL NGAGMNS CNRAIGNANS U BNNS INNINS? Par Stéphane AKA-ANGHUI I N R D U C I N LS FNDMNS D LA CMPNSAIN FISCAL Le volet développement de l AP ne se limite pas au PAPD

Plus en détail

LEGAL FLASH I CASABLANCA

LEGAL FLASH I CASABLANCA LEGAL FLASH I CASABLANCA MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2014 Février 2014 SOMMAIRE LES MESURES FISCALES CONSACRANT LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES MAROCAINES 2 MESURES VISANT À FAVORISER

Plus en détail

Analyse de la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l Ouest

Analyse de la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l Ouest Agence Française de Développement document de travail juin 2011 114 Analyse de la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l Ouest Jean-Pierre Rolland Arlène Alpha GRET Contact : Jean-René Cuzon,

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Groupe thématique Commerce/APE. Note d analyse et d orientation sur le TEC-CEDEAO dans le cadre des négociations UE/ ACP pour la signature des APE

Groupe thématique Commerce/APE. Note d analyse et d orientation sur le TEC-CEDEAO dans le cadre des négociations UE/ ACP pour la signature des APE Groupe thématique Commerce/APE Note d analyse et d orientation sur le TEC-CEDEAO dans le cadre des négociations UE/ ACP pour la signature des APE Par Mariétou Coulibaly/SPIDS et Mamadou Mignane Diouf /CONGAD

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Professeur Niama Diop SALL

Professeur Niama Diop SALL Harmonisation des Curricula de Formation en Santé dans l Espace CEDEAO Professeur Niama Diop SALL Mondialisation Mondialisation Expansion et Harmonisation des liens d interdépendance entre les nations,

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS I) CONTEXTE II) LES GRANDS CHANGEMENTS III) DISPOSITIF DE GESTION DU CODE REGIMES: BENEFICE DES AVANTAGES PLUS FAVORABLES MECANISME DE CONTRÔLE ET DE SUIVI EVALUATI

Plus en détail

Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce

Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce Catherine Araujo Bonjean CERDI Stéphanie Brunelin CERDI Céline Carrère Université de Genève et FERDI Conférence sous-régionale: Renforcer l intégration

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN :

CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN : Niamey, le Affaire suivie par : Kamayé Amadou CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN : Le système fiscal nigérien est fondamentalement déclaratif. Il est constitué d impôts de diverses natures que

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur APE. Bio Goura SOULE LARES Cotonou

Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur APE. Bio Goura SOULE LARES Cotonou Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur l intégration régionale r et la négociation n des APE Bio Goura SOULE LARES Cotonou Plan de la présentation Le contexte généralg La

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA PERIODE : 2002-2013 - 1 - Email : commission@uemoa.int Site Internet : www.uemoa.int et www.izf.net

Plus en détail

Séminaire sur la compilation des statistiques du commerce international de marchandises, Abuja, Nigeria, 30 août - 2 septembre 2005

Séminaire sur la compilation des statistiques du commerce international de marchandises, Abuja, Nigeria, 30 août - 2 septembre 2005 NATIONS UNIES DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES DIVISION DE STATISTIQUE Séminaire sur la compilation des statistiques du commerce international de marchandises, Abuja, Nigeria, 30 août -

Plus en détail

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU)

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) Audit l Conseil l Contentieux l Opérateur Economique Agréé l Dédouanement l Régimes douaniers l Accises l Exportateur Agréé l Entrepôt

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012

COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DE LA LEGISLATION ET DU CONTENTIEUX COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012

Plus en détail

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2 Mars 2003 Anglais et français seulement 1 EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION (Note présentée par les Etats africains) 2 1. INTRODUCTION 1.1 L Afrique a commencé son expérience dans la

Plus en détail

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++ COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES A L INVESTISSEMENT: COUT ET EFFICACITE

INCITATIONS FISCALES A L INVESTISSEMENT: COUT ET EFFICACITE REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES SEMINAIRE REGIONAL SUR LA COORDINATION FISCALE DANS LES ETATS MEMBRES

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) -------------------

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- I. CONTEXTE GENERAL : Le Mali est un vaste pays enclavé se situant

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI. 30 ème SESSION DU COMCEC. 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie

RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI. 30 ème SESSION DU COMCEC. 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI 30 ème SESSION DU COMCEC 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie 0 Table des Matières A. APERCU DU FINANCEMENT DU COMMERCE 1. Offre de

Plus en détail

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le GHANA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1 La

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES

COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES QUI SOMMES NOUS? CÔTE D IVOIRE GHANA TOGO BURKINA FASO Une équipe d experts qualifiés et expérimentés Un réseau de sociétés présent dans les principaux ports de l Afrique

Plus en détail

GUIDE LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES BIENS EN AFRIQUE DE L OUEST

GUIDE LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES BIENS EN AFRIQUE DE L OUEST GUIDE DE LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES BIENS EN AFRIQUE DE L OUEST Elaboration Dr Luc Marius IBRIGA Kassem Salam SOURWEMA Conception Laboratoire Citoyennetés Mai 2014 GUIDE DE LA LIBRE CIRCULATION

Plus en détail

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Titre 1 - Impôts directs...12 Chapitre 1 - Impôt sur les sociétés (IS)...12 Section 1 - Généralités...12 Section 2 - Champ d application...12

Plus en détail

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME Assiette carbone et rééquilibrage de la taxation essence-diesel Propositions de mise en œuvre sur la période 2014-2020 Projet, préparé sous la responsabilité du président, à débattre le 13 juin en séance

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

West and Central African Council for Agricultural Research and Development

West and Central African Council for Agricultural Research and Development Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 Freetown, octobre 2009 Introduction La stabilisation des taux

Plus en détail

BR Office Burundais des Recettes. Présenté par: Léonce NIYONZIMA. Directeur des Programmes et Suivi COMMISSARIAT DES DOUANES ET ACCISES

BR Office Burundais des Recettes. Présenté par: Léonce NIYONZIMA. Directeur des Programmes et Suivi COMMISSARIAT DES DOUANES ET ACCISES BR Office Burundais des Recettes Soyons fiers d être des contribuables et construisons notre pays REFORMES DOUANIERES & PERSPECIVES Présenté par: Léonce NIYONZIMA Directeur des Programmes et Suivi COMMISSARIAT

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE

REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- LE CONSEIL DES MINISTRES REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres réglementaires et de contrôle solides 9 e Consultation téléphonique : 26 mars 2015 «Mutuelles, coopératives et organisations

Plus en détail

Volume I. Le modèle d analyse d impact : présentation et résultats

Volume I. Le modèle d analyse d impact : présentation et résultats C E N T R E D ' E T U D E S E T D E R E C H E R C H E S S U R L E D E V E L O P P E M E N T I N T E R N A T I O N A L ETUDE SUR L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE ENTRE L AFRIQUE DE L OUEST ET LA COMMUNAUTE

Plus en détail

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Instruments et stratégies d intervention de l ARAA/CEDEAO pour atténuer volatilité des prix et assurer la sécurité

Plus en détail

Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique. Sommaire

Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique. Sommaire Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique Dr Aliou Diagne Chef de Programme Politiques / Impact Centre du Riz pour l Afrique (AfricaRice) «Renforcement

Plus en détail

C est quoi le District Health Information Software 2?

C est quoi le District Health Information Software 2? Introduction Actions entreprises C est quoi le Health Information Software 2? Avantages Inconvénients Conclusion Le système d information sanitaire est l un des piliers du Système de Santé Il contribue

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL Groupe de recherche et d échanges technologiques RAPPORT D ETUDE FINAL Etude prospective sur les mesures de protection nécessaires pour le développement du secteur agricole en Afrique de l Ouest (illustration

Plus en détail

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD Plan Les incitations financières et le rôle des droits d accise Section B Les causes du commerce illicite Les réactions du Gouvernement face à la contrebande Les autres facteurs qui contribuent à la contrebande

Plus en détail

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28 Préface.......................................................................... 7 Comprendre la Colombie 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés.................................................................

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 12 avril 2013 prescrivant la souscription d une soumission générale cautionnée pour le dédouanement

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

EVALUATION DES PROTOCOLES SUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES MARCHANDISES DE 1979 ET DU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES (SLEC) DE LA

EVALUATION DES PROTOCOLES SUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES MARCHANDISES DE 1979 ET DU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES (SLEC) DE LA EVALUATION DES PROTOCOLES SUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES MARCHANDISES DE 1979 ET DU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES (SLEC) DE LA CEDEAO Rapport Provisoire Décembre 2013 Ce rapport

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Colloque «La micro-assurance agricole en Afrique de l Ouest : réalités et perspectives» Paris, 27 février 2014 Source «The emergence

Plus en détail