Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet"

Transcription

1 Dr Gabriela Buffet

2 Cas pratiques - cas N 1 Recueil des informations : : Femme de 50 ans Couverture de prêt : / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Rhumatisme inflammatoire traité Rapport Médical (récent) : Taille : 1,60 m Poids : 56 kg P.A. : 110/070 mm Hg Antécédents : Polyarthrite rhumatoïde suivie depuis 12 ans, peu active, localisée essentiellement aux mains, actuellement en minime poussée Bilan sanguin (récent) : VS augmentée modérément (25mm à la 1ère H) et CRP augmentée Traitement : corticoïdes 10 mg / j et AINS

3 Maladie auto-immune Autoanticorps

4 Polyarthrite rhumatoïde - Pathogénie Foie Vaisseaux Syndrome inflammatoire Redistribution du fer Athérosclérose Infarctus AVC Graisse Cerveau Acides gras livres Adipo cytokines Baisse tolérance au Stress Dépression Os Insuline résistance Ostéoporose Fractures McInnes IB, Schett G. N Engl J Med 2011;365: Cas pratiques en Rhumatologie

5 Polyarthrite rhumatoïde - Diagnostic

6 Polyarthrite rhumatoïde - Diagnostic

7 Polyarthrite rhumatoïde - Diagnostic Critères de L ARA 1987 Raideur matinale Critères Arthrite d'au moins trois groupes articulaires Arthrite des articulations des mains Arthrite symétrique Nodules rhumatoïdes Facteurs rhumatoïdes sériques Modifications radiologiques des mains et poignets

8 Polyarthrite rhumatoïde - Sélection Médicale Certificat du médecin traitant indiquant : les antécédents de la maladie (date du diagnostic), l'évolution (nombre de poussées, durée, fréquence), les signes systémiques (fièvre, fatigue, perte de poids), l'atteinte des articulations (poignets, mains, grandes articulations, colonne vertébrale) et / ou atteinte viscérale (cœur, poumon), les résultats des analyses de sang (VS, CRP, ), le traitement médical ou chirurgical, l'état clinique actuel avec le degré d'invalidité le cas échéant et l'aptitude au travail

9 Polyarthrite rhumatoïde Forme légère : aucune inflammation des articulations au cours des deux dernières années aucun stéroïde systémique aucun DMARD (Disease - Modyfing AntiRheumatic Drugs) aucun effet secondaire du médicament aucune manifestation extra-articulaire Forme modérée : aucune inflammation des articulations au cours des deux dernières années aucun effet secondaire du médicament aucune manifestation extra-articulaire Forme sévère : occurrence d'une inflammation des articulations lors du traitement avec les DMARD stéroïdes systémiques ou utilisation continue de bloqueurs de TNF-alpha

10 Evolution L évolution de la PR est variable, IMPREVISIBLE : 15 à 20% s éteignent dans les 2 à 3 ans 30% évoluent vers des formes modérées 10 à 20% évoluent vers des formes agressives, progressant d un seul tenant ou par poussées successives

11 Risque cardiovasculaire Décès Maladie cardiovasculaire (Infarctus, AVC, artérite) Maladie vasculaire asymptomatique (endothéliale) Polyarthrite rhumatoïde Vascular disease in rheumatoid arthritis: From subclinical lesions to cardiovascular risk Tanasescu C, Jurcut C, Jurcut R, Ginghina C European Journal of Internal Medicine 20 (2009)

12 Mortalité Gonzalez A, Maradit Kremers H, Crowson CS, Nicola PJ, Davis JM, 3rd, Therneau TM, Roger VL, Gabriel SE: The widening mortality gap between rheumatoid arthritis patients and the general population. Arthritis Rheum 2007, 56:

13 Invalidité

14 Polyarthrite rhumatoïde Facteurs pronostiques : anti TNF Corticoïdes Incapacité / Invalidité : Analyse des formes légères non évolutives

15 Cas pratiques - cas N 2 Recueil des informations : Homme de 49 ans Couverture de prêt : / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Rhumatismes depuis l'âge de 19 ans Rapport Médical (récent) : Taille : 1,80 m Poids : 73 kg P.A. : 140/080 mm H Antécédents : SPA connue depuis une trentaine d années, de localisation plutôt axiale, avec ankylose modérée des articulations sacro-iliaques, malgré le traitement instauré Traitement : AINS-antalgiques Bilan sanguin (récent) : HLA B 27 + VS et CRP normales

16 Spondylarthrite Ankylosante - Clinique Manifestations pelvi-rachidiennes : Rachialgies inflammatoires / sacroiliites Douleurs de la paroi thoracique antérieure Arthrites périphériques inflammatoires : Oligoarthrite asymétrique des grosses articulations des membres inférieurs Doigts en orteils «en saucisse» Enthésiopathies : Talalgies Manifestations extra-articulaires : Uvéite antérieure aigue / valvulopathie Terrain génétique : ATCD familial de SpA / uvéite / entérocolopathie inflammatoire HLA B27

17 17

18 Ankylosing Spondylitis Spondylarthrite Ankylosante - Clinique La colonne vertébrale est complètement ossifiée et fusionnée avec l'aspect de «tronc de bambou» Yoong JK. N Engl J Med 2008;359:

19 Spondylarthrite Ankylosante - Diagnostic

20 Spondylarthrite Ankylosante - Diagnostic Les examens complémentaires clés sont : la recherche du groupe HLA B27 les radiographies du bassin et de la colonne vertébrale l IRM des sacro-iliaques +/- rachis pour repérer les zones inflammatoires

21 Spondylarthrite ankylosante - Sélection Médicale Certificat du médecin traitant indiquant : la date du diagnostic et l'histoire de la maladie l importance des atteintes de la colonne vertébrale et des articulations, les manifestations extra-articulaires le traitement et l'évolution l'état clinique actuel les éventuelles atteintes viscérales les résultats des tests biologiques effectués au cours de la dernière année les résultats des dernières épreuves fonctionnelles respiratoires (formes sévères)

22 Spondylarthrite ankylosante Atteinte légère : aucune difformité spinale ou difformité minime aucune atteinte fonctionnelle ou atteinte minime activité de la maladie minime uvéite seulement occasionnelle pas d'atteinte de la hanche pas d'arthrite périphérique Atteinte modérée : atteinte fonctionnelle modérée, atteinte de la hanche arthrite périphérique ou uvéite fréquente Atteinte sévère : atteinte fonctionnelle sévère réponse médiocre aux médicaments très évolutive

23 Spondylarthrite ankylosante - Mortalité Standardised mortality rate (SMR) and 95% CI in ankylosing spondylitis Overall mortality Overall mortality, gender specified Male Female 1.63 (1.29 to 1.97) 1.38 (0.48 to 2.28)

24 Incapacité et Invalidité Socioeconomic consequences of ankylosing spondylitis A. Boonen Clin Exp Rheumatol 2002; 20 (Suppl. 28): S23-S26.

25 Incapacité et Invalidité Withdrawal from labour force due to work disability in patients with ankylosing spondylitis A Boonen, A Chorus, H Miedema, D van der Heijde, R Landewé, H Schouten, H van der Tempel, S van der Linden Ann Rheum Dis 2001;60:

26 Spondylarthrite ankylosante Facteurs pronostiques : anti TNF Corticoïdes Radiothérapie (ancien traitement) Tarifer les affections associées (atteintes respiratoires, oculaires, cardiaques) Incapacité / Invalidité : selon la gravité

27 Cas pratiques- cas N 3 Recueil des informations : Femme de 33 ans Couverture de prêt : / 25 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Lupus érythémateux disséminé Rapport Médical (récent) : Antécédents : Lupus diagnostiqué en 2008 Atteintes initiales: glomérulonéphrite lupique classe III de l OMS, péricardite, polyartralgies Etat actuel: asymptomatique, rémission complète depuis 2010 Bilan sanguin (récent ) : créatinine 67 µmol/l, sans protéinurie, sans hématurie, pas de syndrome inflammatoire biologique, complément normal, FAN normal. Traitement : traité par Mycophénolate mofétil + corticoïdes puis Plaquenil jusqu à 2012

28 Lupus érythémateux systémique - Pathogénie Maladie auto-immune (dérèglement du système immunitaire) Hyperactivité humorale et cellulaire cascade d évènements inflammatoires production de différents auto-anticorps des lésions tissulaires

29 Lupus érythémateux systémique - Pathogénie

30 LES Signes

31 Signes biologiques Syndrome inflammatoire vitesse de sédimentation protéine C

32 Signes biologiques Auto-anticorps Anticorps antinucléaires en immunofluorescence indirecte : méthode très sensible (environ 95 %) mais peu spécifique pouvant être positive dans d autres connectivites, dans certaines hépatopathies et hémopathies lymphoïdes Anticorps anti-adn natif : très spécifiques du lupus (> 90 %) mais inconstants (50 à 85 %) test radio-immunologique de Farr, immunofluorescence, dosage immuno-enzymatique (ELISA) Anticorps spécifiques d antigènes nucléaires solubles (anticorps anti-ena) : anticorps anti-sm, peu sensibles (30 %) mais très spécifiques du LED (> 95 %) anticorps anti-rnp (anti-ribonucléoprotéines), parfois observés dans le LED (30 %) ; surtout connectivite mixte anticorps anti-ssa (ou anti-ro), surtout syndrome de Gougerot-Sjögren primitif, mais aussi lupus

33 Signes biologiques Autres anticorps : facteurs rhumatoïdes, anticorps anti-hématies (Coombs), anti-plaquettes anti-lymphocytes anti-polynucléaires anti-phospholipides cryoglobulines Complément sérique : hypocomplémentémie fréquente (2/3 des malades), surtout lors d une poussée (CH50, C3, C4)

34 Critères diagnostiques LES

35 Classification OMS revue en 2003 par la société internationale de néphrologie Classe I : lésions mésangiales minimes Classe II : lésions mésangiales prolifératives Classe III : néphrite lupique focale atteinte proliférative endo ou extracapillaire et touchant < 50 % des glomérules Classe IV : néphrite lupique diffuse atteinte proliférative endo ou extra capillaire touchant 50 % des glomérules Classe V : néphrite lupique membraneuse Classe VI : sclérose avancée > 90 % des glomérules la biopsie rénale est justifiée dès qu il existe des anomalies urinaires

36 Critères d évolutivité

37 Lupus Erythémateux Systémique Sélection Médicale Il est nécessaire d'obtenir un certificat du médecin traitant indiquant : les antécédents de la maladie (date du diagnostic, symptômes et atteinte initiale) l'évolution (nombre de poussées, durée, fréquence) les atteintes viscérales (cœur, rein, poumon, cerveau) les complications l'état clinique actuel le traitement médical (depuis le diagnostic) les résultats des analyses de sang récents (VS, CRP, complément, anticorps anti-nucléaires, test de Farr)

38 La Mortalité est 2-3 fois supérieure à celle de la population générale Le risque de décès est augmenté : chez les femmes chez les jeunes pendant les 2 premières années après le diagnostic Les principales causes de décès sont : Causes de décès Risque de décès (par rapport à la Population Générale) Maladie cardiaque et AVC 1,7 Cancer (pulmonaire et hématologique) 2,1 Infections 5 Atteinte rénale 7,9 Yurkovich, Marko, Vostretsova, Kateryna, Avina Zubieta, J. Antonio; Overall and Cause Specific Mortality in Patients with Systemic Lupus Erythematosus. A Meta Analysis of Observational Studies. Arthritis Rheum 2012;64 Suppl 10 :2685

39 Arrêt de travail et invalidité

40 Lupus Erythémateux disséminé Tarifer les affections associées : atteinte rénale atteinte du cœur, des poumons, du système nerveux central ou l artérite sont de très mauvais pronostique Incapacité / Invalidité

41 Cas pratiques - cas N 4 Recueil des informations : Femme de 36 ans, Couverture de prêt immobilier : / 20 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Arthropathie traitée de 2004 à 2012 Rapport Médical (récent) : Taille : 1,64m Poids : 57 kg P.A. : 120/070 mm Hg Antécédents : polyarthrite rhumatoïde depuis 2004, avec atteinte digitale, non évolutive actuellement Traitement : corticoïdes 10 mg / j et AINS arrêtés depuis juin 2012 Bilan sanguin (récent) : CRP égale à 3 Remarques : pas d arrêts de travail ; proposante professionnellement active

42 Cas pratiques- cas N 5 Recueil des informations : Homme de 35 ans Couverture de prêt immobilier : / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Affection rhumatismale récente Rapport Médical (récent) : Taille : 1,78m Poids : 64 kg P.A. : 110/060 mm Hg Antécédents : pélvispondylite rhumatismale en mai 2008, découverte à l occasion de douleurs des membres inférieurs avec atteinte articulaire métatarso-phalangienne et rétractions débutantes des orteils Bilan sanguin (récent) : VS et CRP normales Traitement : AINS Remarques : Suite à l unique poussée, il persiste une légère impotence, actuellement non invalidante

43 Cas pratiques- cas N 6 Recueil des informations : Homme de 34 ans Couverture de prêt immobilier : / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical (récent) : Lupus cutané et articulaire depuis janvier 2010, avec protéinurie isolée Rapport Médical (récent) : Antécédents : lupus systémique avec atteinte rénale PBR: aspect histologique en faveur de lésions glomérulaires minimes Bilan sanguin (récent) : VS, CRP, complément normaux. Protéinurie 0,6 g/24hs Traitement : Plaquénil 2 comp/j Etat actuel : Asymptomatique

44 Dr Gabriela Buffet

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Cas clinique en pathologies inflammatoires

Cas clinique en pathologies inflammatoires Cas clinique en pathologies inflammatoires Dr. Elisabeth ASLANGUL Médecine Interne Groupe Hospitalier Hôtel Dieu/Cochin Pr. Franck PAGES Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Faculté de Médecine

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps : la place des autoanticorps EASI Core Group Italie Danemark Angleterre lgg Fc Fab lgg France Israël Allemagne Hollande lgg Espagne EASI (European Autoimmunity Standardization Initiative) Ce groupe de

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic Spondylarthropathies SA Juvénile Spondylarthrite Ankylosante Spondylarthrite Indifférenciée

Plus en détail

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations)

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 8 Scénario : Vous voyez en consultation pour la première fois Madame H., âgée de cinquante

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères MÉMENTO DEFINITION DU BIOLOGISTE Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères Les anticorps anti-nucléaires (AAN) sont des auto-anticorps réagissant avec divers constituants du noyau cellulaire

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Éric Toussirot, Nhu Uyen Nguyen, Gilles Dumoulin, Daniel Wendling Rhumatologie Explorations Fonctionnelles Rénales & Métaboliques Composition

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil SPONDYLARTHROPATHIES Définition Les Spondylarthrites spondylarthrite ankylosante rhumatisme

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

L Arthrite Juvénile Idiopathique à l âge adulte Dre Anne-Laure Chetaille Rhumatologue adulte et pédiatrique CHUL du CHUQ 26 février 2011

L Arthrite Juvénile Idiopathique à l âge adulte Dre Anne-Laure Chetaille Rhumatologue adulte et pédiatrique CHUL du CHUQ 26 février 2011 L Arthrite Juvénile Idiopathique à l âge adulte Dre Anne-Laure Chetaille Rhumatologue adulte et pédiatrique CHUL du CHUQ 26 février 2011 Objectifs Pouvoir définir et classifier l arthrite juvénile idiopathique

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE DOSSIER DE PRESSE - 27 MAI 2015 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE INTRODUCTION L inflammation aiguë est la première défense de l organisme lors d infections

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Mobilité et lupus - 2007

Mobilité et lupus - 2007 Mobilité et lupus - 2007 Conférence du 24 novembre 2007, hôpital cantonal, Lucerne Intervenant : Dr Lukas Schmid, hôpital cantonal, Lucerne Résumé : Max Hagen. Traduction : Marie-Louise Hagen-Perrenoud

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012 Communiqué de presse Bâle, le 6 juin 2012 RoACTEMRA de Roche, administré à titre d agent thérapeutique unique, a entraîné une régression plus significative des signes et symptômes de polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Quoi de neuf au congrès belge de rhumatologie?

Quoi de neuf au congrès belge de rhumatologie? Infos médicales Quoi de neuf au congrès belge de rhumatologie? Qu y avons-nous appris sur les rhumatismes inflammatoires qui puisse intéresser ceux qui en souffrent? POLYARTHRITE Diagnostic et suivi A

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Enoncé Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Madame A., 47 ans, vous consulte en raison de douleurs intéressant les mains et les poignets, évoluant depuis un peu moins de 2 mois,

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale MÉDECINE LPS 1/2016 Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale CHRISTA INGLIN Le Dr Thomas Langenegger est médecin-chef de la clinique médicale de rhumatologie

Plus en détail

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Maizières - 19 mars 2005 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CONTEXTE EXAMEN CLINIQUE STANDARDISE RADIOGRAPHIES ANORMALES - Tendinopathie calcifiante - Omarthrose,

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Le rachis inflammatoire Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Spondylo-arthrites SAPHO Quelques diagnostics différentiels Les spondyloarthrites Terminologie

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

Cas Clinique Pied de Charcot

Cas Clinique Pied de Charcot Cas Clinique Pied de Charcot M. Cazaubiel C.H. Tourcoing Madame B. est adressée à la consultation du pied diabétique pour une plaie du médio-pied gauche. * L interrogatoire permet de dater le début de

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée

Le programme. Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée Le programme Treat To Target (TtT) [1,2] Une prise en charge ciblée traiter et personnalisée vers la cible Mettre en place des objectifs thérapeutiques pour mieux gérer sa polyarthrite rhumatoïde Soutenu

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

FIBROMYALGIE. ou ou REALITE REALITE. MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. 20 mai 2006.

FIBROMYALGIE. ou ou REALITE REALITE. MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. 20 mai 2006. FIBROMYALGIE ou ou MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger 20 mai 2006 20 mai 2006 Séminaire de Médecine Générale Séminaire de Médecine Générale REALITE REALITE Un

Plus en détail

Goutte: les équations résolues

Goutte: les équations résolues Goutte: les équations résolues Dr RALANDISON Stéphane Rhumatologue- Interniste Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Atelier Pharma 7, avril 2013, Carlton Madagascar Introduction «Docteur,

Plus en détail

PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN

PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN 20 ème Congrès de la société algérienne de médecine interne Alger 16-18 mai 2014 PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN Dr

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. L arthrite. Les articulations en souffrance

Rhumatismes inflammatoires. L arthrite. Les articulations en souffrance Rhumatismes inflammatoires L arthrite Les articulations en souffrance Que sont les rhumatismes inflammatoires? Les rhumatismes inflammatoires englobent une centaine d affections rhumatismales s accompagnant

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus.

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus. FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie Technique de massage manuelle, basée sur la micropalpation des différents tissus du corps, afin de recueillir des informations spécifiques, quand

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen

Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen Maladies auto-inflammatoires : Maladies génétiques rares se traduisant

Plus en détail

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique Traitement de la douleur d épaule chronique Experts: Dr. J. L. Ziltener, méd du sport, M. Monnin physio, Dr. A. Lädermann, orthopédiste Animatrices: T. Sacroug et M.C. Kramer Colloque MPR 28 octobre 2009

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 6 août 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1021239A

Plus en détail

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION LES OMÉGA-3 LES OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION Notre mode d alimentation a beaucoup changé. Malgré que nous soyons très sensibilisés, notre alimentation occidentale contemporaine est désormais

Plus en détail

Actualités de la Spondyloarthrite

Actualités de la Spondyloarthrite Actualités de la Spondyloarthrite A. Baillet Service de Rhumatologie, Hôpital sud, Echirolles Nouveaux paradigmes des spondyloarthrites La spondyloarthrite Attéinte articulaire Enthésite Synovite Dactylite

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug. Cas clinique Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.com Patiente de 18 ans Pas de mauvaise habitude Pas de traitement habituel

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS )

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) H. Mrabti fassi, N.Bnouachir,H.Enneddam, M. Ouali Idrissi, N. Cherif El guanouni,s.alj, O.Essadki, A.

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail