Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cancer de la Prostate Quoi de neuf?"

Transcription

1 Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux

2 Généralités nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez l homme. 9% des décès par cancer Augmentation du nombre de cas Vieillissement de la population Utilisation large du dosage des PSA Seuil minimum de PSA bas : 4-5 ng / ml

3 Diagnostic du cancer de prostate TR + PSA > 3-4ng/ml Biopsies transrectale randomisées échoguidées Bas risque Risque Moyen Haut risque TR T1 T2 a T2b T2c T3 T4 PSA < > 20 Gleason <

4 IRM

5 IRM et cancer de prostate Recommandations de l AFU Bas risque Pas d indication d IRM. Risque intermédiaire IRM dans le bilan d extension pour les candidats à la prostatectomie. Entre 45 et 81% risque de T3 Haut risque: au cas par cas IRM pour le bilan d extension locale et ganglionnaire IRM corps entier? Scintigraphie osseuse

6 IRM prostatique en 2011 Elle doit être multiparamétrique Séquences morphologiques T1 axial T2 3 plans Séquences fonctionnelles Diffusion avec cartographie ADC ou spectroscopie IRM Séquences dynamiques avec injection de PDC IRM 1,5 T ou 3 T Suivre les recommandations Européennes Magnetic Resonance Imaging for the detection, localisation, and characterisation of prostate cancer: recommandations from a European consensus meeting. European urology 59 (2011)

7 Technique HR, coupes 3/3m, FOV 15 cm Sonde ER et/ou phase array externe Résultats Zone focal en hyposignal Corrélé au Gleason Faux positifs Prostatite chronique Cicatrice remaniements post radiothérapie Saignements post biopsie (T1) La séquence T2

8 La séquence T2 dans la détection du cancer A retenir Performances médiocres? -Sens 74%, Spéc 54% -Petits foyers < 0,5cc difficiles à identifier -Cancer de la zone de transition difficile à voir -Estimation du volume non fiable??

9 La séquence T2 dans l extension -La fiabilité globale: 51 à 76 % -PROBLEMES. Faible sensibilité des envahissements microscopiques Jager GJ et AL, AJR 1996 Sens = 14% si envahissement < 1 mm Sens = 67% si envahissement 1 à 3 mm Sens = 100% si envahissement > 3 mm. Evaluation de l apex. Subjectivité de l interprétation Tempany et al. Radiology lecteurs, fiabilité de 52 à 79%

10 La séquence T2: franchissement capsulaire -Infiltration d e la graisse Péri prostatique -Bombement focalisé du Contour prostatique -Asymétrie des bandelettes Neuro vasculaire

11 La séquence T2: atteinte des VS N Se Spe Fiabilité Cornud % 94% 77%

12 IRM dynamique de perfusion -Principe Comparer la cinétique de rehaussement du gadolinium dans la tumeur (angiogénèse), la prostate normale et hyperplasique. - Approche visuelle purement qualitative du rehaussement -Approche semi-quantitative flux d entrée (Wash in), et de sortie (Wash out), intensité de signal maximal et time to peak -Approche quantitative peu utilisée

13 IRM dynamique de perfusion -Séquence Injection de Gadolinium (0,1 0,2 mmol/kg) à 3-4 ml/s Séries d acquisitions T1 sur la prostate répétées toutes les 2 à 5 s ou 10s pendant 2 mn - Absence de consensus sur la résolution temporelle Approche qualitative du rehaussement

14 IRM dynamique; approche semi-quantitative Etude du signal Pente du pic raide et élevé (wash in) et le lavage décroissant (wash out)

15 IRM dynamique: approche quantitative Etude de la concentration du Gadolinium Radiographics May-June 2011 Ktrans = pente

16 IRM dynamique de perfusion -Spécificité moyenne (70%) -Inflammation couramment détectée en IRM -Hypervascularisation de l hyperplasie bénigne simule le cancer -Excellente sensibilité (90-95%) -Amélioration par rapport au T2 de la détection des nodules cancéreux Taux de détection 34% Gleason < 6 81% Gleason 7 97% Gleason > 7 Seuil de détection pour détecter 97 % des tumeurs 0,3 cc ZP et 0,5 cc ZT Girouin N. et al. Eur radiol 2007

17 IRM de diffusion Principe La diffusion des molécules d eau dans un milieu cellulaire est d autant plus difficile que la densité cellulaire est élevée. Séquence Séquence pondérée en diffusion dans laquelle le rephasage entravé des protons entraine une chute du signal qui dans un cancer est proportionnelle à la densité cellulaire. La chute du signal peut être quantifiée par un coefficient de diffusion (ADC) ou représentée dans un organe par une cartographie (ADC)

18 IRM de diffusion Avantages Séquence robuste, rapide (moins de 5 minutes) Améliore la fiabilité de l imagerie T2 Sensibilité 86,7% Spécificité = 72,2% % pour des tumeurs > 0.5cc Inconvénients Mauvaise résolution spatiale Artefact de susceptibilité Magnétique Pas de consensus sur la valeur du b -b100 et b 800 -Valeur d un b élevé: 1400? Chute de l ADC est corrélée au Gleason

19 IRM de diffusion Bilan d extension PSA: 12.7

20 Spectroscopie IRM Principe Etablir une cartographie des spectres métabolites prostatique: - du citrate (très élevé dans la prostate périphérique, mais faible dans le cancer) - de la créatinine/choline faible dans la prostate et élevée dans le cancer. Rapport - Choline+créatine/citrate élevé dans le cancer ce qui différencie les hyposignaux bénins du cancer

21 Spectroscopie IRM Rapport Choline,Créatine/citrate Région Moy G O,9 Région Moy D 0,32 Radiology 261 oct 2011

22 Spectroscopie IRM Résultats: détection par secteur, spectro IRM combinée à l IRM T2: Sens 95%, Spec 91% Limites: Artéfacts rendant ininterprétables les pics des métabolites L activité métabolique de l hyperplasie ou de la prostatite peut simuler un cancer La sensibilité est limitée La séquence longue (autour de 20 mn)

23 IRM multiparamétrique une nouvelle donne T1 Dynamique (Gadolinium) T2 3 plans + Diffusion (cartographie ADC) Et/ou Spectroscopie IRM MP et Détection Sens Spéc Acc T2 73% 54% 64% T2+Diff 84% 85% 84% T2+Diff +Perf 95% 74% 86% Tanimoto et al, AJR, 2007

24 IRM Prostatique de nouvelles indications 1- IRM et Cancer Prostatique à risque faible 2- IRM avant des biopsies ciblées 3- Bilan avant la planification d une prostatectomie 4-Recherche d une récidive locale après traitement

25 IRM et cancer prostatique à faible risque Peut upgrader un cancer prostatique Peut autoriser une surveillance active Peut autoriser un traitement focal

26 Mr B 57 ans PSA = 5,54 ng/ml. Biopsies: + sur 1 mm région moyenne droite RCP: surveillance active ou Hémi ablatherm lobe droit IRM référence. Siège des biopsies Bloc Nb de biop sies Taille totale (mm) Long ueur cance r (mm) Gleason Filets nerveux Tissus péripr ostiqu e Autre lésion IHC (p63 p504s ) Apex G mm Vus Vus Partie T2 ADC Dyn 30s moyenne mm Vus G Base G mm Vus Vus Vus Inflammati on hyperplasi e à Re cellules biopsies basales Inflammati on P63+/ dystophies P504 épithéliale S- s Apex D mm 1,4 et 0,5m m Sains Sains Inflammati P63-/ P504 S+

27 IRM et biopsies ciblées Principe: l IRM avant biopsies, oriente les biopsies sur des zones suspectes - antécédents familiaux de cancer de la prostate - élévation persistante et croissante du PSA avec premières séries de biopsies négatives ; - persistance d une élévation de taux de PSA au-delà de 2 ng après RTU ou adénomectomie ou après découverte d une tumeur sur des copeaux de résection -devant des microfoyers tumoraux ;

28 60 ans TR N, PSA 6ng/ml, Biopsies: - 6 mois après PSA 10 ng/ml. IRM et biopsies ciblées KP, Gleason 6 antérieur de 12 mm de diamètre

29 IRM et bilan pré thérapeutique Nombre, topographie des lésions Patient 55 ans Avant IRM: risque faible PSA:4 mg/ml, TR+ D, CP: 14mm BG Atteinte de l apex, du col vésical Importance du franchissement capsulaire Estimation du volume lésionnel Après IRM: stade T3

30 IRM et récidive locale Après prostatectomie IRM dynamique pour distinguer une récidive locale d une récidive ganglionnaire. Après radiothérapie et/ou Ultrasons focalisés IRM dynamique pour cartographier la récidive avant traitement de rattrapage.

31 Récidive locale Patient de 65 ans. PT en élévation progressive et lente Du PSA actuellement à 2.5ng/ml.

32 IRM multiparamétrique Points forts Amélioration de la détection du cancer prostatique Guide les biopsies modifie la prise en charge du cancer prostatique Points faibles absence de véritable consensus de protocole et de Prise en charge Manque de spécificité Avenir mise en place de scores de probabilité de cancer Analyse automatique et combinées des séquences (CAD)

33 Score IRM multiparamétrique PI RADS (2012) Principe Division de la prostate de 16 à 27 zones Score pour chaque lésion, séquence par séquence Dimension maximal pour chaque lésion Score diagnostic 1 cancer prostatique très peu probable 2 cancer prostatique peu probable 3 Imagerie équivoque 4 Cancer prostatique probable 5 Cancer prostatique très probable Score d extension: 5

34 IRM 3T Amélioration du Signal sur bruit Amélioration de la résolution spatiale T2 +++, Diffusion ++ Amélioration de la résolution spectrale Spectro IRM Amélioration de la résolution temporelle IRM de Perfusion Spécificité T2+spectro: 96% T2+ perfusion: 86% IRM endorectale? T2 HR AJR March 2011

35 ECHOGRAPHIE

36 Echographie de contraste Principe - Le cancer prostatique se réhausse précocement et le pic de contraste est élevé mais avec des faux + et faux - Intérêt - Augmenter la spécificité des nodules hypoéchogènes - Essayer de localiser des nodules cancéreux isoéchogènes - En cas de zone suspecte sur une IRM fonctionnelle et après une ou plusieurs série de biopsies -, l écho de contraste permet de cibler le territoire suspect - Récidive locale après traitement - Limite - Brièveté du temps disponible = évaluation complète de la prostate difficile

37 Mr L 58 ans Elévation des PSA continue 3 séries de biopsies Biopsies ciblées sous échographie de contraste

38 Elastographie Principe Evaluation de l élasticité du tissu prostatique Cancer: diminution de l élasticité et compressibilité Résultats - Miyagana Int J Urol 2006 Elastographie Echographie TR Sens 93% 59% 53% - Augmentation de 20% du taux de détection du cancer par biopsie en combinant élastographie et échographie TR. Pallwein et al Eur Radiol 2007

39 CONCLUSIONS Les progrès récents de l imagerie sont en train de modifier totalement les recommandations de prise en charge du cancer prostatique L IRM MP par ses performances dans la détection du cancer prostatique est réalisée de plus en plus en amont des biopsies surtout si une première série s est révélée négative. Dans les cancers à bas risque, elle aide au choix de la surveillance active ou des nouveaux traitements focaux

40 CONCLUSIONS Il est encore nécessaire de standardiser les protocoles d imagerie et de déterminer des paramètres quantitatifs reproductibles du cancer prostatique. La classification Pi RAD devrait aider. L échographie de contraste ou l élastographie jouent actuellement un rôle dans l amélioration des performances de la biopsie.

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Faculté de Médecine Paris 7 - Denis Diderot Département de FMC LES TUMEURS DE LA PROSTATE Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Professeurs Vincent DELMAS et Alain EDDI 1 Classement des cancers par

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Diagnostic du cancer de la prostate

Diagnostic du cancer de la prostate Diagnostic du cancer de la prostate Daniel PORTALEZ, J.M LHEZ, B ELMAN, J BESSE, C LAVAL, B DOMENECH, D COLOMBIER, J.L GRANIER Toulouse Chapitre 1 : TR, PSA, Echographie Dias 2 à 26 Chapitre 2 : Biopsies

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE X. REBILLARD, A. VILLERS, A. RUFFION, P. BEUZEBOC, A. SOULIE, P. RICHAUD, B. BARRE, P. ESCHWEGE, E. FONTAINE, V. MOLINIE, J.L. MOREAU, M. PENEAU, V. RAVERY, F. STAERMAN 29 30 Progrès

Plus en détail

Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate

Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate Le point de vue d une autre spécialité Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate Impact of MRI in the work up of prostate cancer François Cornud 1, Frédéric Lecouvet 2, Daniel Portalez

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles IRM mammaire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles Principe Etude de la néovascularisation tumorale => corrélation entre la densité des vaisseaux et la prise de contraste» Frouge et

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE. Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE. Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud OBJECTIFS Décrire les différents aspects échographiques des cancers de la prostate Préciser

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans MISE AU POINT Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans La définition du stade T3 est ambiguë. Quelle est la signification, le pronostic, d une tumeur qui s étend au-delà de l

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE LOCALISE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge 25/10/2014 Objectifs Qui sont les patients qui entrent dans notre département pour bénéficier d

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Cécile Chougnet RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Carcinome papillaire : Intra thyroïdien T1, T2, T3 sur la taille (y compris variant folliculaire) Pas d embole

Plus en détail

CEUS Prostate Int 2014 US PROSTATE. Son rôle dans le diagnostic du cancer de la prostate. Koelis. Watanabe H. 1974

CEUS Prostate Int 2014 US PROSTATE. Son rôle dans le diagnostic du cancer de la prostate. Koelis. Watanabe H. 1974 CEUS Prostate Int 2014 US PROSTATE Son rôle dans le diagnostic du cancer de la prostate Watanabe H. 1974 Koelis CHALLENGE DU CLINICIEN Détection des cancers significatifs (Gleason >7 0,5 cc) Limiter le

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Limitations. N est pas conçu pour

Limitations. N est pas conçu pour PI RADS V2 Objectifs 2012 PI RADS V1 2015 PI RADS V2 Établir les paramètres minimum acceptables pour mpmri Simplifier et standardiser la terminologie et le compte-rendu radiologique Faciliter l utilisation

Plus en détail

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités prise en charge thérapeutique d un cancer

Plus en détail

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE Pr François Kleinclauss Service d Urologie et Transplantation Rénale CHU de Besançon FACTEURS DE CHOIX DU TRAITEMENT Classification pronostique de d Amico - PSA -

Plus en détail

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas G.Piana (1), O.Turrini (2), M.Giovannini (3), J-R.Delpero (2), A.Sarran (1) (1) Service d imagerie médicale (2) Service de chirurgie digestive (3) Service

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Intérêt de la mesure du T2 en IRM prostatique multiparamétrique à 3T

Intérêt de la mesure du T2 en IRM prostatique multiparamétrique à 3T Intérêt de la mesure du T2 en IRM prostatique multiparamétrique à 3T Au Hoang Dinh, Rémi Souchon, Flavie Bratan, Florence Mège-Lechevallier, Christelle Melodelima, Olivier Rouvière Service d imagerie urinaire

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron PLACE DE L IRM CARDIAQUE DANS LE DIAGNOSTIC DU CŒUR D ATHLÈTE Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron Vivien THOMSON - Radiologue Centre d imagerie de la Sauvegarde - IRM des Sources LYON

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL

PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL F. Bratan, C. Mélodelima, F. Mège-Lechevallier, R. Souchon, O. Rouvière Département d Imagerie Urinaire et Vasculaire,

Plus en détail

IRM dans le Cancer de la prostate. Nouveautés 2015 Laurent BRUNEREAU

IRM dans le Cancer de la prostate. Nouveautés 2015 Laurent BRUNEREAU IRM dans le Cancer de la prostate Nouveautés 2015 Laurent BRUNEREAU Antenne? ou Transrectale Externe «phased array» Transrectale Phased array SNR Prostate ++ + Analyse ganglions - + Artefacts + - Spectro

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX R.MESSALA, S.TOUATI, A.MECIBAH Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale EPH BATNA Cancers du larynx : INTRODUCTION - Place importante

Plus en détail

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Il y a T3 et T3 T2b? T3 Il y a T3 et T3 et T3 Il y a T3 et T3 et T3 et T3 Bilan d extension TDM AP

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer

Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer Carole Lartizien carole.lartizien@creatis.insa-lyon.fr CREATIS, Lyon, France 1 Plan Place de l imagerie médicale dans le diagnostic

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate

Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate JFR 2013 Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate JM Correas 1+2+3, A Khairoune 1, AM Tissier 1, G Khoury 1+2, O Hélénon 1+2 1:

Plus en détail

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité:

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: détection des récidives r locales par IRM O Rouvière, N Girouin, L Glas, A Ben Cheikh, A Gelet, F Mège-Lechevallier, D Lyonnet Hôpital

Plus en détail

IRM et cancer prostatique : mesure de la cinétique du gadolinium avec un système CAD

IRM et cancer prostatique : mesure de la cinétique du gadolinium avec un système CAD Progrès en urologie (2010) 20, 121 129 ARTICLE ORIGINAL IRM et cancer prostatique : mesure de la cinétique du gadolinium avec un système CAD MRI and prostatic cancer: Measurements of kinetic perfusion

Plus en détail

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Indications...1 2 Aspects techniques... 2 3 Les pièges... 3 4 Résultats attendus... 4 5 Légendes des illustrations...5

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Cas 1 Béatrice, femme de 47 ans, consulte suite à la palpation d une

Plus en détail

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Progrès en Urologie (1997), 7, 449-454 Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Jean-Louis PARIENTE (1), François JACOB (1), Hervé TRILLAUD (2), Colette DEMINIERE

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-Pyrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Surveillance par imagerie des seins et des ovaires Janvier 2016

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique?

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? ONCO-WS-11 - PSA rapporté au volume de la zone périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? M CHELIF, S SALLAMI, S BEN RHOUMA, R MEJRI, Y NOUIRA, A HORCHANI SERVICE UROLOGIE HOPITAL

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE. Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN

IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE. Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN GENERALITES SUR LE CANCER DE LA PROSTATE 1 er rang des cancers incidents et 3 ème cause de décès

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate X. Coutouly, V. Perot, G. Rigou, G. Robert, C. Calvet, N Grenier - hôpital Pellegrin CHU Bordeaux -FRANCE- BUT DE L ETUDE Déterminer

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Spectroscopie par résonance magnétique Aspects théoriques et pratiques Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Objectifs - Comprendre les bases de la spectroscopie - Maitriser

Plus en détail