OBSERVATOIRE DE LA FILIERE APICOLE LANGUEDOC ROUSSILLON

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE DE LA FILIERE APICOLE LANGUEDOC ROUSSILLON"

Transcription

1 Association de Développement de l'apiculture Professionnelle du Languedoc Roussillon OBSERVATOIRE DE LA FILIERE APICOLE LANGUEDOC ROUSSILLON Etat des lieux des acteurs et du poids économique de la filière régionale ADA PRO LR CRA LR - Maison des agriculteurs A Mas de Saporta CS Lattes CEDEX Tel Fax mail : N siret : code APE : 913E

2 Cette étude a été menée au cours de l année L objectif du document est de fournir un état des lieux des acteurs de la filière apicole régionale ainsi qu une estimation de la valeur économique dégagée par cette activité. Pour cela, nous nous sommes basés sur des données existantes complétées par des enquêtes auprès de services administratifs et de sociétés privées (négociants). Différentes sources d informations ont été mobilisées : pour évaluer le nombre d apiculteurs, - une enquête auprès des différentes Directions Départementales des Services Sanitaires (DDSV) a été menée. Tout possesseur de ruches est tenu de les déclarer à sa DDSV. Jusqu en 2006, les apiculteurs devaient déclarer le nombre de ruches en leur possession chaque année. Cette déclaration est désormais obligatoire uniquement en cas de variation notable du nombre de colonies (>30%). - Des données déjà disponibles d études précédentes ont été utilisées : audit GEM, 2004 ; - Une requête au niveau des Centre de Formalités des Entreprises (CFE) des Chambres d Agriculture a été effectuée. - Utilisation des résultats d une enquête MSA de 2003 (l actualisation des données n a pas été possible). les apiculteurs possédant de 10 à 150 colonies sont cotisants solidaires. Ils cotisent à l'amexa dès qu'ils ont plus de 150 colonies, où dès lors qu'ils ont une autre production agricole. - Pour les données sur l installation, une enquête téléphonique auprès de chaque Point Info Installation a complété les données du CFPPA de Rodilhan. pour analyser les pratiques apicoles - concernant les pratiques de transhumance, des chiffres ont été obtenus via les DDSV. Pour transhumer hors de son département, l apiculteur doit faire une demande d autorisation à la DDSV qui lui délivre alors une carte pastorale de transhumance - l étude des différents systèmes de production a été complétée par un diagnostic effectué en 2005 dans la région et par des entretiens avec des apiculteurs pour évaluer les volumes et poids économiques émanant de la filière - les enquêtes production effectuées par l ADAPRO auprès de ses adhérents, 2004, 2005 et les données de l audit GEM, les données de la DRAF LR basé sur le RGA données d études menées sur l apiculture en région : rapports de stage. Fabien JEREZ, avril juin Fanny SOREL, janvier juin pour étudier les acteurs de la filière - enquête auprès de différents apiculteurs (4 apiculteurs enquêtés), enquête auprès des négociants (2 réponses sur 5 enquêtés) et fournisseurs, 2007

3 Il est à noter que les données relatives au nombre d apiculteurs sont assez fiables car émanent de données réelles de déclaration. Bien entendu, il existe toujours une marge d erreur notamment due au fait du nombre important d apiculteurs amateurs. Par ailleurs, les évaluations de volumes et de prix restent approximatives et sont parfois le résultat d extrapolation d enquêtes réalisées sur un échantillon. Ces données sont donc à manipuler avec précaution et pourront faire l objet d une enquête plus large et d un suivi dans l avenir.

4 1- Les apiculteurs et productions régionaux La région Languedoc-Roussillon compte apiculteurs (données DDSV 2007), soit environ 5% des apiculteurs de France. Au sein de la filière apicole nationale, les producteurs peuvent être regroupés en trois catégories : les amateurs, ayant moins de 70 colonies (88% des apiculteurs) les pluriactifs, agricoles ou non, qui disposent de 70 à 150 (6% des apiculteurs) les professionnels qui conduisent plus de 150 colonies et dont l apiculture est la principale source de revenu (6% des apiculteurs). Avec 6% d apiculteurs professionnels, Languedoc-Roussillon est la 2ème région la plus professionnalisée de France (après PACA et ses 6,6% de professionnels). Elle dispose de 9% du cheptel national. Les 6 % d apiculteurs professionnels détiennent 55 % du cheptel de la région et produisent 70% du miel. Source : Audit de la filière miel 2005 GEM Oniflhor / août 2005 (ci-joint) basé sur le recensement réalisé par les Directions Départementales des Services Vétérinaires (DDSV). La répartition des apiculteurs dans les 5 départements de la région Du fait du nombre important d apiculteurs amateurs ayant moins de 70 ruches, le nombre d apiculteurs par département est assez difficile à déterminer. Les chiffres suivants (reportés dans le fichier Excel ci-joint) correspondent aux données fournies par les DDSV, le cas échéant complétées par les données d Agreste (Recensement Agricole 2000), ou des syndicats départementaux. Est considéré comme professionnel dans ce tableau de recensement tout apiculteur détenant plus de 150 ruches.

5 Aude Gard Hérault Lozère PO LR nb total d'apis par dpt nb d'apis professionnels par dpt % d'apiculteurs par dpt 12% 33% 30% 16% 9% 100% % d'apis professionnels par dpt 15% 30% 35% 16% 5% 100% nb adhérents professionnels ADAPRO % d'apis pros adhérant à l'adapro 53% 61% 78% 52% 44% 63% nb adhérents professionnels GQMLR % d'apis pros adhérant au Gqmlr 23% 39% 44% 23% 22% 35% Répartition des apiculteurs professionnels de la région par département Lozère 16% PO 5% Aude 15% Aude Gard Hérault Lozère PO Gard 30% Hérault 34% 40% 35% 30% 25% Répartition des apiculteurs par département 33% 30% 30% 35% % d'apiculteurs par dpt 20% 15% 10% 12% 15% 16% 16% 9% % d'apis professionnels par dpt 5% 5% 0% Aude Gard Hérault Lozère PO Une enquête auprès de la MSA a été réalisée par l ADAPRO en Elle complète les données ci-dessus, mais n informe pas précisément sur le caractère professionnel de l activité apicole. En effet, les pluriactifs agricoles, particulièrement nombreux en Lozère et dans les PO, sont considérés comme professionnels car assujettis à l AMEXA, alors que leur production principale n est pas forcément l apiculture (possesseurs de ruches dont la production principale est le bovin viande ou autre ). (Les chiffres n ont pas pu être actualisés en raison d une facturation conséquente demandée par la MSA cette année pour la fourniture de données).

6 Aude Gard Hérault Lozère non cotisants MSA Cotisants solidaires Cotisants Amexa Rappel : Tout possesseur de ruche est tenu des les déclarer en DDSV. Concernant la MSA, les apiculteurs possédant de 10 à 150 colonies sont cotisants solidaires. Ils cotisent à l'amexa dès qu'ils ont plus de 150 colonies, ou dès lors qu'ils ont une autre production agricole. La différence entre les valeurs communiquées par les DSV et la MSA s'explique par un faux taux de pluriactifs agricoles dans certains départements, notamment la Lozère et le Gard. La dynamique de la filière Les enquêtes auprès des différents Points Info Installations des 6 départements ont permis de fournir le nombre de dossier d installation en apiculture avec DJA validé chaque année depuis Nb installation DJA en Languedoc Roussillon TOTAL depuis moyenne sur 7 ans 6,71 Nombre d'installations DJA AUDE GARD HERAULT LOZERE PO moyenne entre 2000 et ,86 1,43 1,71 1,57 1,25 écarts Dans la région, on dénombre entre 3 à 9 installations DJA en apiculture par an (en moyenne 6.5 entre 2000 et 2006) avec une part d installation plus importante dans les départements de l Hérault, du Gard et de la Lozère. Il est important de noter que ce nombre d installations est sous estimé compte tenu de la part importante d installations qui se réalisent hors DJA. Il est très difficile d estimer cette part mais les discussions avec les apiculteurs laissent transparaître ces stratégies d installation progressive comme des phénomènes fréquents. L étude technico économique en cours de réalisation à l ADAPRO LR en partenariat avec le CFPPA de Rodilhan montre que sur 11 installations, 6 se sont faits avec DJA.

7 2- Quelques éléments sur les pratiques apicoles régionales Un diagnostic socio-économique élaboré en 2005 a permis d identifier une typologie des exploitations apicoles selon des critères de taille de cheptel, de volume de production, de système de production, de mode de commercialisation et de spécialisation ou pluriactivité agricole. Cette étude dénombre ainsi 5 groupes d apiculteurs (Source : Etude socio-économique de l apiculture dans le Languedoc Roussillon, ISARA de Lyon, 2005): 1 : Les exploitations en production miel semi-intensif : reprise d exploitation (agricole ou apicole) il y a environ 10 ans, de taille modeste (à peine une SMI qui correspond à 400 ruches en apiculture). Production spécialisé en miel, équipement moderne et commercialisation en gros ou demi-gros et parfois un peu en vente directe. 2 : Les exploitants optant pour une valorisation-transformation des produits apicoles : apiculteurs non issus du monde apicole, exploitations âgées de plus de ans. Tailles moyennes (le nombre de ruche atteint la SMI), équipements modernes. Production diversifiée : miel, pollen, gelée royale, essaims et transformation. Commercialisation au détail en demi gros ou en vente directe 3 : Les exploitations à production intensive. Exploitants issus du monde agricole. Taille importante (près de 700 ruches en moyenne), équipements modernes et adaptés à la taille de l exploitation. Production majoritairement spécialisée en miel, commercialisation en gros. 4 : Les jeunes exploitations : Exploitants non issus du milieu rural. Jeunes exploitations disposant d une demi SMI. Equipement faible. Production diversifiée, commercialisation uniquement en détail. 5 : Les pluri-actifs : Exploitant non issu du milieu agricole. Jeune exploitation avec un nombre de ruches moyens de 160 ruches et un niveau d équipement faible. Exploitant pluriactif. Production faible et dans les 3 circuits de commercialisation. Sur un échantillon d une cinquantaine d apiculteurs choisis au hasard dans la région, voici la répartition dans ces 5 groupes : 1 : 23% 2 : 23% 3 : 18% 4 : 16% 5 : 20% Notes sur les pratiques de transhumance Afin de diversifier les catégories de miels produits et pour face à un certain nombre d aléas climatiques, de nombreux apiculteurs sont amenés à déplacer leurs ruches au cours de l année. Les apiculteurs professionnels sont concernés par ces méthodes de transhumance, il faut en effet un investissement matériel plus ou moins conséquent (poids lourd, remorque, élévateur, grue ) pour déplacer les colonies (de 20 à plus de 100) à la fois et ce sur plusieurs centaines de kilomètres parfois. L identification de ces mouvements de transhumance interdépartementaux dans le département permet de comprendre les échanges existant entre les départements qui détiennent des caractéristiques naturelles différentes. Notons par exemple, que la transhumance des départements du Gard et de l Hérault concerne un déplacement des ruchers vers la flore de châtaigneraies, de bruyères se trouvant au nord de ces départements ou en Lozère. Par ailleurs, les déplacements des ruchers des apiculteurs lozériens (et autres ex : Hte Loire) vers les

8 départements du sud de la Région pendant l hiver permet un hivernage plus doux et une reprise d activité des ruches plus précoces au printemps. Aude Gard Hérault Lozère PO nb apis transhumant hors de leur département nb d'apis transhumant de l'extérieur vers le département Notes sur l apiculture biologique Les quelques éléments dont nous disposons proviennent d enquêtes réalisées auprès d apiculteurs de la région. En Languedoc Roussillon, 21 apiculteurs sont dénombrés comme détenant un label biologique, avec plus de la moitié d entre eux qui sont apiculteurs à titre principal (source : enquête FRAB : Fédération Régionale de l Agriculture Biologique, 2007). Cette partie de la filière apicole est actuellement peu structurée (selon les dires des apiculteurs) au niveau de la Région. La pratique de l apiculture biologique se distingue de l apiculture conventionnelle sur différents points : - traitements : pas d utilisation d antibiotique ou de produits chimiques dans la lutte des pathologies apiaires - nourrissement : sirop ou sucre biologique en quantité limitative - équipement de qualité alimentaire - emplacement des ruchers : nécessaire de fournir une carte spécifiant un zonage de flore spontanée ou de cultures biologiques - cire d origine biologique - pas de clippage des reines - traçabilité La moyenne de production par ruche est semble-t-il sensiblement la même (voire légèrement inférieure) qu en conventionnelle (pas d évaluation précise à ce jour) mais la commercialisation se réalise majoritairement en conditionné demi gros ou vente directe. Les acteurs spécifiques de la filière biologique en Languedoc Roussillon : - en aval : la cire se trouve dans les magasins apicoles conventionnels (Ickowitz), le sucre est généralement acheté auprès de grossistes spécialisé dans les produits biologiques - en amont : marchés conventionnels ou marchés paysans ou biologiques, groupement de producteurs (il existe une SARL de 3 producteurs), magasins ou coopératives spécialisés biologiques, Apibiosud qui développe une gamme apithérapie (coopérative située en Ariège regroupant environ 10 apiculteurs), société spécialisée en transformation de la propolis à Clermont l Hérault.

9 3- Les produits de la ruche Le miel La production française de miel est toujours extrêmement difficile à appréhender. Elle est en effet dépendante des aléas climatiques d une année sur l autre et d une zone géographique à l autre. Elle varie également et très fortement selon les pratiques et les stratégies des apiculteurs : ruches sédentaires ou transhumantes, importance des transhumances, choix des types de miels recherchés (miel monofloraux ou polyfloraux de crus, toutes fleurs ou miels de grandes cultures ). Source : Audit de la filière miel GEM Oniflhor / août L audit GEM réalisé en 2005 évalue la production française à tonnes, dont tonnes pour les apiculteurs professionnels. La production des amateurs n entre que très peu dans les circuits de commercialisation ; ils sont absents des circuits de gros et ½ gros. Au niveau national, la France est déficitaire en miel (de 6 000t à t en 10 ans). Les importations se font à des prix variant entre 1,8 /kg et 2,6 /kg. A titre indicatif, un apiculteur récolte en moyenne 20 kg de miel par colonie et par an. Les données fournies par la DRAF LR, basées sur le RGA 2000, indiquent une production régionale de 1500 tonnes par an, avec la répartition départementale suivante : (cf. tableur Excel ci-joint). Production de miel par dpt - RA 2000 PO 16% LOZERE 13% GARD 18% AUDE 19% HERAULT 34% Les productions moyennes à la ruche peuvent aller selon les années et les zones de production de 13-17Kg (pour des années de sécheresse par exemple) à Kg. La quantité produite par les apiculteurs est également révélatrice de leur expérience du métier. Ainsi, l étude menée par l ISARA en 2005 montre que les apiculteurs avec moins de 3 années de métier parviennent à des production de Kg par ruche, alors qu un apiculteur de 20 ans de profession atteint des production de Kg sur une même année. Par ailleurs, les enquêtes de production réalisées auprès d apiculteurs en fin de saison (année 2006, 2005, 2004) révèlent des différences de rendement selon la miellée concernée : 4-5 Kg sur le thym à 30 Kg sur le tournesol. Les miels les plus produits en Languedoc Roussillon sont ceux de châtaignier, de garrigue, de romarin, de montagne, d acacia, de bruyère blanche, de romarin. Source : enquête production ADAPRO/ 2006 Ne disposant pas de chiffres exhaustifs sur les quantités de miels obtenues par type de miellée, nous nous baserons sur les chiffres de production fournis par Agreste soit 1500 tonnes de miel sur la région par an. La gelée royale Depuis une dizaine d année, la production de gelée royale a connu un développement dans la filière apicole. Elle concerne aujourd hui environ 70 apiculteurs qui produisent une quantité annuelle de 2 tonnes au niveau national. Cette activité intéresse de plus en plus les apiculteurs qui y voient une

10 opportunité de développer leurs activités et notamment de développer le caractère technique de cette production. La production française de gelée royale est fortement concurrencée par l importation de gelée venant de Chine et d Asie du Sud-Est et vendue à moindre prix. L activité française se positionne sur une différenciation qualitative du produit par rapport aux produits importés, à travers une politique stricte de qualité, régie par une Charte de qualité mise en place par le GPGR (Groupement des Producteurs de Gelée royale). 6 apiculteurs en production de gelée royale sont dénombrés dans la région par le GPGR mais aucun apiculteur ne vit en majorité de cette activité dans la région (enquête auprès de quelques apiculteurs). La production moyenne d un apiculteur en gelée royale est de l ordre de Kg/an. (Source, enquête GPGR, 2007). La plupart des producteurs en gelée royale commercialise en direct à des prix d environ euros / Kg selon le mode de commercialisation (détail ou demi-gros par Kg). La production de gelée royale détient des perspectives de développement intéressantes nécessitant cependant une caractérisation poussée du produit français et une communication auprès des acheteurs. (Source : Audit de la filière miel GEM Oniflhor / août 2005). La pollinisation La pollinisation est une activité complémentaire à celle de la production de miel. Cette pratique permet de lier l apiculture à l agriculture. Il s agit de contrat entre un agriculteur (bien souvent maraîcher et/ou arboriculteur) et un apiculteur afin d effectuer la pollinisation des cultures grâce au dépôt de ruches à proximité des parcelles. Ce procédé est bénéfique aux deux parties car l agriculteur est contraint, notamment dans les milieux confinés et pour les plantes entomophiles de trouver une alternative de pollinisation croisée pour assurer son rendement alors que, de son côté, l apiculteur bénéficie d une source de revenu stable et indépendante de la production de miel. (Source : Etude socio-économique de l apiculture dans le Languedoc Roussillon- ISARA-ADAPRO/ décembre 2005). L évaluation économique de cette activité s avère complexe dans la mesure où il s agit de chiffrer la part de responsabilité de l activité pollinisatrice de l abeille au rendement des cultures. Différentes sources proposent des évaluations : - Contribution au rendement des cultures (et donc à la valeur économique) de l ordre de 7% (SPMF : Syndicat des Producteurs de Miel Français) - Les chercheurs Borneck et Merle estiment que l abeille serait responsable d une valeur ajoutée estimée à 3 milliards de francs (soit environ 45 millions d euros) en Europe. Robinson et al. pensent que 30% de la valeur commerciale des cultures est à attribuer à l abeille. La différence entre ces estimations de gains liées à la pollinisation des abeilles peut être attribuée au fait que dans le premier cas, on ne parle que de rendement alors que dans le deuxième cas il est également question de critères qualitatifs, de précocité et d uniformité des récoltes, ayant des répercussions sur les prix de vente. L INRA d Avignon travaille plus particulièrement sur cette évaluation. Compte tenu des données dont nous pouvions disposer, il n a pas été possible d évaluer ce poids économique de la pollinisation à l échelle régionale. En effet pour effectuer cette évaluation, il aurait été

11 nécessaire d estimer les surfaces de cultures nécessitant la pollinisation par les abeilles et faisant appel à la pollinisation dans la région (vergers : pommes, poires, maraîchage : melon.) et la part de la valeur économique de ces productions que l on peut attribuer à la pollinisation. Des recherches ont été effectuées à ce sujet auprès du CTIFL, de la Chambre régionale d Agriculture mais nous n avons pas pu avoir ces informations pour le moment. Cependant, ces évaluations sont en cours à l INRA d Avignon et nous poursuivrons nos prospectives dans ce domaine. En terme de perspective de développement de cette activité, il faut noter que la pollinisation présente des inconvénients limitants sa pratique par les apiculteurs. En effet, les apiculteurs restent frileux et à juste titre, notamment concernant les traitements phytosanitaires administrés aux cultures et sont sensibles aux risques encourus et aux conséquences économiques liées aux pertes d abeilles suite à des intoxications. La vente d essaims Certains apiculteurs diversifient leurs sources de revenus sur leurs exploitations en vendant à d autres apiculteurs les essaims qu ils constituent eux-même. Cette pratique se développe d autant plus ces dernières années où des pertes importantes de cheptel ont pu être constatées chez des apiculteurs qui ont cherché alors à rapidement reconstituer leur cheptel. Un essaim selon le son niveau de sélection peut être vendu à prix variant de 50 à 100 environ par les apiculteurs de la région. (Source : enquête apiculteur 2007) Autres produits de la ruche Le pollen, la propolis Il n'y a pas d'apiculteurs dans la région spécialisés uniquement dans la production de pollen ou de propolis. Dans la plupart des cas, le pollen et la propolis sont vendus au détail (4 apiculteurs seulement commercialisent le pollen en gros dans la région). Ces produits de la ruche peuvent représenter jusqu'à 20% du Chiffre d'affaire de l apiculteur. Les produits transformés Le miel est un produit dont la fluctuation de prix peut être importante, en raison notamment de la concurrence sur les marchés et de celle créée par les produits d importation. Ainsi, certains apiculteurs optent pour la transformation et la valorisation de leur produit en vue de garantir les prix et de diversifier son panel de produits pour sa clientèle. Les produits transformés sont le pain d épice, le nougat, l hydromel Il est difficile d évaluer cette production sur le Languedoc Roussillon car elle fluctue d années en années Cependant, la part que constitue la commercialisation des produits transformés dans le chiffre d'affaire peut être importante.

12 4 - La commercialisation du miel Le marché du miel est segmenté en deux sous catégories : - marchés alimentés par les entreprises de conditionnement : marché dit du «vrac» par les apiculteurs - marchés alimentés par les apiculteurs eux-mêmes : marché de la vente directe ou du demigros (vente à des supermarchés, commerçants) Au niveau national, la quantité de miel commercialisée en vrac auprès des entreprises de conditionnement est estimée à 25 % - 30% de la production, le reste étant vendu directement par l apiculteur. Source : Audit de la filière miel GEM Oniflhor / août En Languedoc Roussillon, une enquête réalisée en 2005 auprès d une quarantaine d apiculteurs indique la répartition des ventes de la manière suivante : % d'apiculteurs pratiquant: Vente au détail seulement 5,41% Vente en demi gros seulement 0,00% Vente en gros seulement 10,81% un seul mode de commercialisation 16,22% Vente en gros et en demi gros 5,41% Vente en gros et au détail 13,51% Vente en demi gros et détail 35,14% 2 modes de commercialisation 54,05% Trois modes de vente 29,73% 29,73% total 100,00% 100,00% % d'apiculteurs commercialisant: Exportation 5,41% Autre 13,51% Détail : Foire, marché, vente directe 83,78% Demi-gros : GMS, boutique spécialisée 70,27% Gros : Conditionneur, négociateur, coopérative 59,46%

13 Une enquête menée en 2005 à l ADAPRO LR sur un échantillon d une quarantaine d apiculteurs permet de connaître les volumes commercialisés dans les différents modes existants (stage de Fabien Gerez, ADAPRO, 2005) % du volume produit : Estimation des volumes sur la région (en Tonne de miel): Vente en gros 41.5 % Vente en demi gros 25% 375 Vente au détail 33 % 495 Vente à l exportation 0.5 % 7.5 Les enquêtes production réalisées auprès d une vingtaine d apiculteurs de la région nous fournissent des moyennes de prix de commercialisation sur trois années successives Prix en euros/kg Prix moyen du miel vendu en vrac Prix moyen du miel vendu conditionné pour le ½ gros Prix moyen du miel vendu conditionné pour le détail ,95 9,23 9,60 Ces différentes données issues d enquêtes auprès d échantillon d apiculteurs nous permettent d estimer (de manière approximative) la valeur économique liée à la production de miel en Languedoc Roussillon. Pour cela, nous avons pris les prix pratiqués en 2005 La valeur économique liée à la vente de miel en Languedoc Roussillon est donc estimée à = euros/an Les modes de commercialisation sont variés Les prix sont fluctuants surtout sur le marché du gros Le marché du miel est segmenté La vente directe La vente directe est donc le mode de commercialisation le plus utilisé par les apiculteurs mais les volumes commercialisés au détail sont nettement inférieurs aux volumes commercialisés en gros ou en demi gros. Ce type de commercialisation se pratique principalement sous forme de vente directe sur les exploitations et vente sur les marchés de proximité. (Fanny Sorel, Mémoire de fin Répatition des ventes au détail expédition Point de vente collectif Foires Marché Vente directe sur l'exploitation 0,00% 10,00% 20,00% 30,00% 40,00% 50,00%

14 d étude IUP Biotraçabilité, accompagnement dans la mise en place de signes officiels de qualité des miels, 2004) Chiffres tirés d une étude menée avec un échantillon de 44 apiculteurs du Languedoc Roussillon La vente en demi-gros La vente en demi-gros se fait principalement dans la région par des boutiques spécialisées. (Fanny Sorel, Mémoire de fin d étude IUP Biotraçabilité, accompagnement dans la mise en place de signes officiels de qualité des miels, 2004) Les apiculteurs commercialisent également leur miel en passant par des GMS (Grande et Moyenne Surface) locaux. La vente en gros La vente en gros se fait principalement hors région. Les miels commercialisés en gros sont de toutes origines avec une proportion plus importante remarquée de miel de grandes cultures. Néanmoins, l importance de ce mode de commercialisation nécessite l implication des conditionneurs dans la démarche (négociants, coopératives.) (Fanny Sorel, Mémoire de fin d étude IUP Biotraçabilité, accompagnement dans la mise en place de signes officiels de qualité des miels, 2004) Ces acheteurs vont généralement conditionnés le miel qu ils ont achetés en fûts afin de le revendre pour la plupart à des GMS. Une partie du miel peut également être revendu à des transformateurs (fabricants de pain d épices, nougatiers de la vallée du Rhône ) Il n'y a pas d'acheteurs importants installés dans la Région, c'est pourquoi les apiculteurs font appel à des entreprises d'autres régions. Parmi les structures d'achat du miel en gros et vrac, on dénombre: une coopérative «France Miel» des négociants privés Notons qu il y a eu une initiative, il y a 10 ans avec le Conseil Régional de créer une association de promotion du Miel (Pro miel) qui est devenue la Coopérative Apisud. Cette initiative avait pour objectif de développer les débouchés de commercialisation pour les apiculteurs de la région, et notamment dans le secteur de la grande distribution. Cependant, même si certaines démarches positives ont pu se mettre en place, l'action n'a pas pu être pérennisée (pb d'approvisionnement...). La Coopérative «France Miel» (estimé à 16% du volume de miel régional conditionné)* La coopérative est basée dans la Jura et est le 2ème acheteur français. En Languedoc Roussillon, France miel achète entre 70 et 90 T de miel chaque année à des apiculteurs individuels (principalement professionnels et quelques pluri actifs) ou à un regroupement régional de la coopérative. 97 % du miel acheté est conditionné en pots et vendu à des GMS. L autre partie du volume est revendue en fûts à des transformateurs (nougatiers, céréaliers de petits déjeuners, pâtissiers). *(Source : Enquête producteur 2005) Quelques commentaires d un apiculteur enquêté sur la différence coopérative /négociant :

15 - délai de paiement: la coopérative achète et paye le miel dans un délai de 17 mois. Elle se base sur un prix initial du marché pour le premier versement à l'apiculteur. Si au cours des 17 mois le prix varie, l'apiculteur aura soit une augmentation de paiement, soit une déduction (principe du marché américain des céréales). Le problème signalé par les apiculteurs est le délai de paiement car l'argent attendu ne peut être utilisée pour des investissements ou pour un placement bancaire. La vente à un négociant permet un paiement dans un délai de 5 mois et cela avec un prix fixé au préalable entre l'apiculteur et le négociant. (prise de contact fin août-début septembre, pour la signature d'un contrat) - Prix d'achat: la coopérative achète généralement à un prix inférieur au négociant - conditions: l'adhésion à la coopérative nécessite l'achat de parts sociales et engage pour la livraison d'une quantité annuelle de miel fixée au préalable mais qui ne correspond pas pour autant à la totalité de la production.. Les Etablissements Michaud (estimé à 16% du volume de miel régional conditionné)* basés à Gan dans le 05 1er acheteur français avec 4 500T/an Société «les Apiculteurs associés» (estimé à 6% du volume de miel régional conditionné)* Cette société est basée à la Ferté Saint Aubin (45). En 2004, la société conditionnait 750 T/ an correspondant à une collecte sur l ensemble du territoire (Source :brochure «les apiculteurs associés, 2004). SARL Dorsman Cette société est basée dans le Jura. En Languedoc Roussillon, la société achète en moyenne 20 T de miel par an à 15 à 20 apiculteurs. La société achète préférentiellement un miel de bruyère callune. La société ne conditionne pas et le miel est revendu directement en fût à des conditionneurs. Société Apidis basée à Dijon Exportation Ce mode de commercialisation concerne une part réduite d apiculteurs. Parmi les pays cités, c est en Allemagne qu il y a le plus de miel exporté (52,7%) sinon les autres pays d export se situent uniquement dans l Union Européenne.

16 5 - Les fournisseurs apicoles En Languedoc Roussillon, l approvisionnement en matériel apicole passe essentiellement par la société Ickowicz qui propose tout le matériel apicole : ruches, cadres, produits de nourrissement, de traitement, du matériel de transhumance (grue, élévateur), des pots et emballage, de la cire Un autre lieu d approvisionnement mais cette fois-ci hors région peut également être une société basée à Avignon ou les Etablissements Thomas basés à Orléans auxquels il est nécessaire de passer commande pour une livraison (système souvent jugé moins pratique par les apiculteurs). Par ailleurs, l approvisionnement en cire peut également passer par des ciriers indépendants. 6- Structuration de la filière apicole régionale Les syndicats apicoles Les syndicats apicoles ont pour mission : - syndicats d amateurs ; la défense de l abeille dans l environnement, la réalisation d actions de promotion (foires, journées découvertes, rucher école ) - syndicats de professionnels : défendre l outil de production et les intérêts de ses membres, contribuer au développement et à la promotion du produits, aider à pérenniser les exploitation en les soutenant et en favorisant les installations. Il existe 3 grands syndicats apicoles nationaux : - le SNA : syndicat des apiculteurs amateurs, - l UNAF : union nationale des apiculteurs de France (amateurs, pluriactifs, quelques professionnels), - le SPMF : Syndicat des Producteurs de Miel de France (professionnels uniquement). A l échelle de la région, il existe la FALR (Fédération Apicole en Languedoc Roussillon) qui regroupe les présidents des 5 syndicats départementaux (hors SPAA Gard-Lozère), ainsi que le SAPLR (Syndicat Apicole Professionnel du LR). Enfin, les syndicats apicoles départementaux regroupent souvent des amateurs et des professionnels. Ils offrent la possibilité aux apiculteurs de souscrire aux assurances, ils organisent la défense de l activité, notamment dans la lutte contre les intoxications d abeilles ou dans le cadre des déclarations de calamité agricole. Ils assurent également la promotion de l apiculture (rucher école, foires ). On en compte six en Languedoc-Roussillon : - l Abeille de l Aude - l Abeille Héraultaise - le Syndicat Apicole du Gard - le Syndicat des Professionnels Apicoles Autonome du Gard et de la Lozère - le Syndicat Apicole de Lozère - l Union Syndicale des Apiculteurs du Roussillon

17 Organisation sanitaire Dans chaque département, les apiculteurs se regroupent au sein d un GDSA (Groupement de Défense Sanitaire Apicole). Ces GDSA, en liaison avec les DSV s occupent de l aspect sanitaire des ruches (information et prévention) et assurent le relais des informations relatives aux traitements sanitaires émanant des DSV (Direction des Services Vétérinaires). On en trouve un dans chaque département de LR, sauf dans le Gard où les professionnels ont créé le CTSAG : Comité Technique et Sanitaire Apicole du Gard. Organismes de développement Le Centre National de Développement de l Apiculture (CNDA) fédère toutes les Associations de Développement de l Apiculture régionales (17 ADA), dont l ADAPRO-LR. Le CNDA préfigure d un Institut Technique Apicole. Il est le seul organisme reconnu au niveau national par le Ministère de l Agriculture. Sa mission consiste à concourir au développement de l apiculture (appui technique, expérimentation, actions économiques ) et à représenter les apiculteurs auprès d instances nationales. Il fédère 17 ADA régionales (sachant qu une seule ADA est reconnue par région). Le Conseil d Administration de ces ADA doit être composé majoritairement d apiculteurs professionnels. Leur Président doit obligatoirement être lui-même apiculteur professionnel. Au niveau régional, en 1999, compte tenu de la professionnalisation de l activité et de l absence d appui technique au niveau des chambres d agriculture, les apiculteurs professionnels ont créé l ADAPRO LR qui a reçu le soutien de la DRAF LR et de la Chambre Régionale d Agriculture. Les syndicats d amateurs ont de leur côté créé l ADA LR, qui a une vocation fédératrice des structures départementales d amateurs. A noter, le Groupement qualité du Miel et des Produits de la Ruche LR a été créé en 2002 à l initiative des apiculteurs professionnels. Ce groupement œuvre pour la mise en place de Signe d Identification de la Qualité et de l Origine, en particulier une IGP «Miels des Cévennes». Schéma synthétique de présentation de la filière : : circulation du produit (miels) : autres échanges (matériels, informations, conseils ) Production extraction Fournisseurs de matériels (ruches miellerie et de consommables (nourrissement, cire ) Les producteurs de miels : apiculteurs Vente en vrac Association de développement, GDSA, Groupement Qualité syndicat conditionnement vente Vente directe Les producteurs de miels : apiculteurs Vente en conditionné superette.. Les consommateurs Les conditionneurs : négociants, coopérateurs

18 Bibliographie Résultats d enquête production auprès d apiculteurs. ADAPRO Résultats d enquête production auprès d apiculteurs. ADAPRO Résultats d enquête production auprès d apiculteurs. ADAPRO Etude socio-économique de l apiculture dans le Languedoc Roussillon. Mise en place de données de référence sur l apiculture professionnelle de la région. ISARA Lyon/ ADAPRO-LR. Décembre Audit de la filière miel. Réactualisation des données économiques issues de l audit GEM/ ONIFLHOR. Août Agreste. Données statistiques agricoles. Rapport de stage, «les modes de commercialisation en apiculture et les apports des SOQ», Fabien JEREZ, avril juin Rapport de stage, «Accompagnement dans la mise en place de SIQO», institut universitaire professionnel de biotraçabilité, Mtp II, Fanny SOREL, janvier juin Entretiens avec des apiculteurs, 2007 Enquête FRAB, Enquête GPGR (Groupement des Producteurs de Gelée Royale), 2007.

Article BTA Région Languedoc Roussillon

Article BTA Région Languedoc Roussillon Article BTA Région Languedoc Roussillon 1. Situation géographique et systèmes agro-pédo-climatiques Le Languedoc-Roussillon compte environ 2,295 millions d'habitants, pour une superficie de 27376km². Il

Plus en détail

Une photographie technico-économique de l apiculture française

Une photographie technico-économique de l apiculture française Une photographie technico-économique de l apiculture française Dans le cadre d un mémoire de deuxième année, Stéphanie Passot, élève ingénieur de l INA Paris-Grignon, a réalisé, pour le CNDA, une enquête

Plus en détail

Cynips du châtaignier et apiculture

Cynips du châtaignier et apiculture Cynips du châtaignier et apiculture Comité stratégique apicole - 30 septembre 2014 Chambre d Agriculture de l Ardèche Crédits photos : Hennion-CTIFL / Bertoncello -CA07 Syndicat National des Producteurs

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Pourquoi? POURQUOI UNE CHARTE? La présente charte a pour objectifs de fixer les contours et l éthique

Plus en détail

Comment installer une ruche dans les établissements scolaires

Comment installer une ruche dans les établissements scolaires Octobre 2012 Fiche action nº 25 - les bonnes pratiques Comment installer une ruche dans les établissements scolaires Les pages locales des quotidiens relatent de plus en plus souvent l installation d une

Plus en détail

RAPPEL : TOUT DOSSIER ENVOYE SANS LE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / DEMANDE DE VERSEMENT POSTERIEUREMENT AUX DATES LIMITES DE DEPOT SERA REJETE.

RAPPEL : TOUT DOSSIER ENVOYE SANS LE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / DEMANDE DE VERSEMENT POSTERIEUREMENT AUX DATES LIMITES DE DEPOT SERA REJETE. Transhumance RAPPEL : TOUT DOSSIER ENVOYE SANS LE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / DEMANDE DE VERSEMENT OU POSTERIEUREMENT AUX DATES LIMITES DE DEPOT SERA REJETE. L attention des apiculteurs est attirée

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

PIDIL DES PYRENEES ORIENTALES

PIDIL DES PYRENEES ORIENTALES PIDIL DES PYRENEES ORIENTALES ADASEA 66 AUDIT D EXPLOITATION M. Jane RUSSILLY (Estavar) Rapport d expertise suite à la visite d exploitation datée du 10/08/2007. Réalisée par : Georges YAU : Conseiller

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel.

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel. DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE Le fondateur Le concept Fonctionnement Notre philososphie Historique Les acteurs Les points de retrait Les tarifs Les produits Chiffres clés Magasin Titres reçus 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

V- Soutien au repeuplement du cheptel apicole

V- Soutien au repeuplement du cheptel apicole V- Soutien au repeuplement du cheptel apicole V.1- Aide au maintien et développement du cheptel Cofinancement FranceAgriMer Dates limites de dépôt de la demande d'aide : 1 ère tranche : 15 décembre pour

Plus en détail

P our qu un système d organisation

P our qu un système d organisation Formations des intervenants sanitaires en apiculture en France par Monique L HOSTIS P our qu un système d organisation sanitaire fonctionne, il est indispensable de disposer d acteurs de terrain ayant

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7 1 SOMMAIRE Le Frelon asiatique Vespa velutina Bref rappel p 4 I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6 II - Les demandes des apiculteurs p 7 III - L UNAF lance un appel aux

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS

NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS PROGRAMME APICOLE 2012 / 2013 (du 1 er septembre 2012 au 31 août 2013) Le programme communautaire relatif à l amélioration des conditions de la production et

Plus en détail

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles Résultats 2006 Observatoire des exploitations viticoles Réalisation de l étude Cette étude est réalisée par le Conseil national des centres d économie rurale (CNCER) pour le compte de Viniflhor. L observatoire

Plus en détail

Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique

Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique N 3 - Avril 2013 Numéro 150 : Avril 2013 Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique En 2009, dans la zone de montagne touristique pyrénéenne, les emplois salariés

Plus en détail

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 Direction du développement économique, de l emploi et de l enseignement supérieur Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 N appel à projets sur SIMPA : ESS

Plus en détail

Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012?

Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012? Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012? L'agence Guest & Strategy a mené une étude sur la rentabilité actuelle de l activité de chambres d'hôtes et gîtes en France, à travers une enquête

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Direction Générale des Politiques Agricole, Agroalimentaire et des Territoires

Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Direction Générale des Politiques Agricole, Agroalimentaire et des Territoires Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Direction Générale des Politiques Agricole, Agroalimentaire et des Territoires FranceAgriMer Etablissement national des produits de l'agriculture

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

AUDIT DE LA FILIERE MIEL

AUDIT DE LA FILIERE MIEL 1 AUDIT DE LA FILIERE MIEL VOLET 3 : FILIERE FRANCAISE D ELEVAGE DOCUMENT PROVISOIRE 2 FEVRIER 2006 SOMMAIRE PRESENTATION ET OBJECTIFS 3 I RAPPEL 4 II - IMPORTATIONS 5 III PRODUCTION FRANCAISE DE REINES

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 Les Emplois d'avenir en Languedoc-Roussillon en quelques chiffres

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio L'introduction de produits bio en restauration collective Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio Avant propos Produits bio et/ou locaux? - En cas d offre de produits bio insuffisante

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

PROCEDURE PR 3 (révision N) RECENSEMENT DES RUCHERS

PROCEDURE PR 3 (révision N) RECENSEMENT DES RUCHERS GDSA13 24 Décembre 2014 PROCEDURE PR 3 (révision N) RECENSEMENT DES RUCHERS PREAMBULE Il faut être déclaré «apiculteur» pour adhérer au GDSA13. Cette condition est satisfaite lorsque la personne possesseur

Plus en détail

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Lancement d une plate-forme de distribution des produits locaux en 2011 Demande en produits locaux pour la RHD L Ariège s

Plus en détail

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable.

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. Communiqué de presse Bois-Colombes, le 11 février 2009 La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. L année 2008 restera, pour les épargnants et les assurés, une

Plus en détail

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE "APPROVISIONNEMENT DE LA RESTAURATION COLLECTIVE DANS LE JURA PAR DES PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES LOCAUX" PREAMBULE

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

MACROECONOMIE AGRICOLE

MACROECONOMIE AGRICOLE MACROECONOMIE AGRICOLE Arnaud Diemer Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 2005-2006 1 INTRODUCTION Qu est ce que la macroéconomie agricole? C est l étude des exploitations agricoles

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE. Emploi en 2009 EN REGION CENTRE. Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET

ECONOMIE SOCIALE. Emploi en 2009 EN REGION CENTRE. Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET ECONOMIE SOCIALE EN REGION CENTRE Emploi en 2009 Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET LES CHIFFRES CLEFS EN 2009 : Plus de 8 000 établissements employeurs Près de 87 000 salariés, soit 12,6% du

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

COMMERCE BIO SOMMAIRE

COMMERCE BIO SOMMAIRE COMMERCE BIO SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE BIO... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE BIO... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE BIO... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE BIO... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014

CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014 CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014 I PRESENTATION Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages d élevage en France. Il coordonne

Plus en détail

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS > Les synthèses de FranceAgriMer Avril 2015 numéro VINS / 27 OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège

Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège «Salon International de l Agriculture de Paris : producteurs/transformateurs

Plus en détail

Présentation filière apicole en Rhône-Alpes. Signature CROF apicole Septembre 2012

Présentation filière apicole en Rhône-Alpes. Signature CROF apicole Septembre 2012 Présentation filière apicole en Rhône-Alpes Signature CROF apicole Septembre 2012 La filière apicole régionale Rhône-Alpes, en position de leader 15,3 % des apiculteurs de France 12,7 % des ruches de France

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole 1 LES ACTEURS Saint-Etienne Métropole Nicolas QUITTARD, chargé de mission agriculture Chambre d agriculture de la Loire

Plus en détail

Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables)

Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables) Le marché européen des ballons de sports (équitables et durables) Résumé en français INTRODUCTION L étude du Trade for Development Centre décrit le marché des ballons de sport dans l Union européenne (UE),

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Compte rendu. Mercredi 4 juin 2014 Séance de 17 heures 15. Commission d enquête sur l exil des forces vives de France

Compte rendu. Mercredi 4 juin 2014 Séance de 17 heures 15. Commission d enquête sur l exil des forces vives de France Compte rendu Commission d enquête sur l exil des forces vives de France Mercredi 4 juin 2014 Séance de 17 heures 15 Compte rendu n 11 Audition, ouverte à la presse, de M. Guillaume Bordry, président de

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes.

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes. Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Châtaigne Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

Les entrepôts et leur activité en 2010

Les entrepôts et leur activité en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 334 Juillet 202 Les entrepôts et leur activité en 200 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 200, environ 3 00 entrepôts de plus de 5 000 m² ont été dénombrés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Laval, le 19 août 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Plan de soutien à l élevage en Mayenne Le gouvernement a décidé la mise en œuvre d un plan de soutien à l élevage. Ce plan est constitué de mesures classées

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire»

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» DAAF Martinique Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» Le 24 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction Email IGOUT Maryse Conseil

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Conférence technique. 25 juin 2015 Maison de l Habitat

Conférence technique. 25 juin 2015 Maison de l Habitat Conférence technique Comment une collectivité peut elle financer ses travaux avec les CEE? Les différentes solutions et retours d expériences Synthèse des acteurs et du fonctionnement du dispositif Font

Plus en détail

L ŒUF : ENQUETE CSA 2015

L ŒUF : ENQUETE CSA 2015 L ŒUF : ENQUETE CSA 2015 Un produit qui fait l «unanimité» : 97% de Français consommateurs De multiples qualités : culinaires pour 96% des Français, nutritionnelles (93%) naturelles (93%) et de préparation

Plus en détail

Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours.

Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours. Le Renouvellement des Générations en Agriculture Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours. LA SESSION RGA EN QUELQUES MOTS, C EST 1-

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

SICA-SARL les ateliers Rénova

SICA-SARL les ateliers Rénova SICA-SARL les ateliers Rénova Présentation générale de l atelier www.villorama.com La SICA-SARL les ateliers Rénova est un atelier de transformation de fruits et légumes situé à Daumazan sur Arize, en

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION I. Présentation de l action La Région Champagne-Ardenne propose depuis 2003, en collaboration avec l Ademe, un accompagnement technique et

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles

Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles Type d opération 4.2.2 du Programme de Développement Rural Régional 2014-2020* *faisant référence au PDR Haute Normandie

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole

L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole Résultats de l enquête nationale sur le devenir des diplômés 2009 de Licence

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Observatoire départemental

Observatoire départemental Dossier de presse Janvier 2016 Observatoire départemental Etude relative aux prix pratiqués au sein des pompes funèbres dans le Doubs Contact presse : Marlène Amiotte-Petit : 03 81 88 76 84 Marlene.Amiotte-Petit@famillesrurales.org

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Atlas agricole de l Auvergne

Atlas agricole de l Auvergne Atlas agricole de l Auvergne 5 ème assemblée des utilisateurs CRAIG 4 décembre 2012 Seán HEALY Nicolas VENY DRAAF Auvergne Service Régional de l'information Statistique et Economique (S.R.I.S.E.) PLAN

Plus en détail