Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux"

Transcription

1 Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) env journées d hospitalisation / an env consultations ambulatoires / an 2200 lits 1

2 Agenda Stratégies de gestion des risques Apport des technologies de l information Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Conclusions Agenda Stratégies de gestion des risques Apport des technologies de l information Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Conclusions 2

3 To err is human (USA) Complications graves dans % des hospitalisations % des événements conduisent à la mort Extrapolation: à décès aux USA chaque année (erreurs de médication: 7 000)! 8 ème cause de mortalité (accidents de la route , cancer du sein , SIDA ) Equivalent d un BOEING 747 qui s écrase tous les 2 jours... To err is human, IOM, 1999 Aviation Accidents concernant les transporteurs réguliers Source Boeing Moins d 1 accident pour 3 millions de décollages Pour un vol par jour, 1 accident tous les 2740 ans Avion Procédures Formation Travail en équipe Année

4 Fiabilité des activités Bracco D, MedHyg 2002;60: Pourquoi? Parce que nous sommes des êtres humains! Parce que les processus sont complexes! Erreur Défaillance 4

5 Fiabilité humaine Omission dans l exécution d une tâche non guidée 5% guidée par une check-liste 0,3% (> 10 instructions) guidée par une check-liste 0,1% (< 10 instructions) Fiabilité humaine Dans le circuit du médicament Préparation des traitements 1% d erreurs Calculs 10 % d erreurs 5

6 Fiabilité humaine Efficacité des contrôles humains Introduction d erreurs dans le remplissage de doses unitaires Capacité de détection: Pharmaciens: 87.7% Infirmières: 82.1% Facchinetti NJ, Med Care 1999;37:39-43 Efficacité = 85% (valeur reconnue en milieu industriel) Se méfier des «doubles-contrôles» Où sont les erreurs? 6

7 Stratégie d amélioration Simplifier Standardiser Réduire le recours à la mémoire Supprimer les retranscriptions Eliminer les étapes manuelles Diminuer la ressemblance Renforcer les barrières Améliorer la communication Réviser les flux produit/information (re-engineering) Stratégies pour améliorer la sécurité Approche systémique Standardisation (choix de produit, prescription, processus...) Informatisation Dose unitaire Injectables à haut risque préparés par la pharmacie Protocoles spéciaux pour médicaments à haut risque Pas de solutions iv concentrées dans les unités Visites de pharmaciens cliniciens Rendre l information disponible aux soignants Améliorer la connaissance du traitement par le patient To err is human, IOM,

8 Où commencer? Par le début du processus prescription Par les processus à haut risque chimiothérapies Par les lieux à haut risque soins intensifs, pédiatrie, anesthésiologie, Par les molécules à haut risque potassium, héparine, insuline, morphine, Par les voies d administration à haut risque intrathécal, intraveineux Stratégie actuelle aux HUG DPI dans toute l institution Produits à haut risque: -Prêt à l emploi -Individualisation Pharmaciens dans les lieux à haut risque Essais pilotes de scanning Outils d analyse: - Déclaration d incident et analyse de causes racines - Analyse de risque (AMDEC) 8

9 Agenda Stratégies de gestion des risques Apport des technologies de l information Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Conclusions Apport potentiel des technologies de l information Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Améliorer la sécurité Suivi et documentation des actes de plus en plus exigé jusqu au niveau du patient Améliorer la traçabilité Besoin de plus en plus grand de transmission d informations intra- et inter-établissements Améliorer la communication 9

10 Erreurs de prescription Inadéquation mauvaise qualité de la thérapeutique choix des molécules interactions adaptation de la posologie durée du traitement Imprécision risque d erreur dans la suite du processus lisibilité exactitude exhaustivité univocité Prescription électronique Imprécision en principe résolu C. Lovis, HUG,

11 Prescription électronique Inadéquation dépend des systèmes d aide à la décision (Clinical decision support systems, CDSSs) information officielle directives thérapeutiques lien avec reste du dossier patient informatisé (labo, radios, consultations, signes vitaux, scores diagnostics, notes médicales et infirmières ) adaptations posologiques (IR, pédiatrie, ) interactions médicamenteuses allergies Principales aides à la décision HUG C. Lovis, HUG,

12 Des expériences positives... Réduction de 55% des erreurs médicamenteuses non interceptées [ / 1000 patients-jours] Résultats par étapes: Prescription - 19% Mais surtout : Transcription - 84% Dispensation - 68% Administration - 59% Bates DW, JAMA 1998;280: et négatives Echec de l implantation Trop vite Pas d appui suffisant des cadres médicaux Mauvaise ergonomie résistances / refus Nouveaux risques induits Liés au système Liés aux modifications du processus 12

13 Nouveaux risques induits Liés au système 22 risques facilités par le système Erreurs d information Confusion dosage emballage et posologie Solvant de dilution doit être spécifié, mais pas pré-programmé Défauts d interface homme-machine Erreurs de sélection (patient, médicament) Lenteurs, perte de données, indisponibilités du système Jusqu à 20 écrans pour voir toute la médication Koppel R, JAMA 2005;293: Nouveaux risques induits Liés aux modifications du processus Augmentation de la mortalité (Soins intensifs de pédiatrie) 2.8 % 6.6 % Han YY, Pediatrics 2005;116:

14 Nouveaux risques induits Liés aux modifications du processus Augmentation de la mortalité (Soins intensifs de pédiatrie) Facteurs contributifs identifiés Environnement de soins intensifs (nécessité d agir vite) des délais de mise en place des traitements Pas de prescription avant enregistrement du patient Temps de prescription augmenté (1-2 min vs qques sec) Lenteur du système en cas de surcharge Médicaments centralisés à la pharmacie et plus disponibles directement dans l unité Modification du mode de communication médecins-infirmières ( interaction verbale) Han YY, Pediatrics 2005;116:1506 Scanning au lit du malade Lien avec la prescription électronique et l intégralité du dossier patient informatisé Assurer les 5 B éviter des erreurs (patient, médicament, dose, voie, heure) = dernière chance! Permettre la traçabilité jusqu au patient (emar) (qui, à qui, quoi, quand) 14

15 Les 3 acteurs du scanning Le patient Le soignant Identification? Le médicament Les 3 acteurs du scanning Le patient Le soignant Le médicament 15

16 Identification du patient Acceptabilité Cléopas A, Service qualité des soins, HUG, 2003 Identification de la dose unitaire? Reconditionnement par la pharmacie Identification par l industrie 16

17 Identification de la dose unitaire L exemple de la FDA: «FDA rule» Identification du produit obligatoire (n lot et date d expiration encouragé) Obligatoire depuis le 26 avril 2006 Prévention de événements indésirables /an? Bénéfices du scanning Impact sur les évènements indésirables (étude d observation) Churchill WW, Brigham and Women s Hospital, Boston (unpublished data) 17

18 Bénéfices du scanning Peu d études, mais Fiabilité du contrôle a priori = 100% Problèmes potentiels: Problèmes culturels Indisponibilités du système Problèmes de lecture Violation de procédures Scanning différé ou anticipé Bracelet attaché au lit ou placé ailleurs Alertes ignorées Importance de l intégration au processus! Le besoin de standards Cohérence de la traçabilité Interopérabilité Entre applications internes Avec d autres institutions Limitation du nombre de dispositifs de lecture par professionnels 18

19 La solution adoptée aux HUG GS1 EAN-128 International Complet Bien adapté à nos besoins Utilisé pour les médicaments en Suisse Polyvalent: Démarche Création d un standard de codification interne basé sur GS1 (patients, collaborateurs, locaux, etc ) Création d un serveur de codes GS1 Production de structures de code GS1 Décomposition de structures de code GS1 Création de barre-codes, écriture de RFID Développement d applications utilisant GS1 Migration progressive d applications existantes vers GS1 19

20 Agenda Stratégies de gestion des risques Apport des technologies de l information Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Conclusions Contexte aux HUG < 1999 fabrication des cytostatiques dans les lieux de traitement (sauf pédiatrie) manipulation par plus de 100 infirmières 2002 fin de la centralisation à la pharmacie manipulation par env. 10 personnes système global d assurance-qualité démarrage de l implantation des technologies de l information cytostatiques par an 20

21 Principaux risques Toxicité pour les soignants Fabrication en isolateurs Marge thérapeutique étroite Système d assurance-qualité Technologies de l information Amélioration de la sécurité Impact de la centralisation de la fabrication? Intérêt potentiel des technologies de l information? Sur la prescription Sur la préparation Sur l administration Utilisation d une méthode d analyse de risque 21

22 Analyses de risque Origine Techniques développées dans les industries àhaut risque nucléaire aviation aérospatiale chimique / pétrolière Peu appliquées dans le domaine de la santé Analyse de risque Caractéristiques principales Vision globale de l ensemble d un processus Permet de remettre en question le fonctionnement, sans attendre un incident Evaluation de la fiabilité et détermination des points critiques Support à la détermination de l acceptabilité Définition de priorités d action et estimation de l impact de mesures correctives 22

23 Méthodes AMDEC Méthode Découpage du processus en étapes Brainstorming (post-it): modes de défaillances «Qu est-ce qui pourrait mal se passer dans ce processus?» Cotation en groupe de la fréquence, sévérité, détectabilité à l aide des tables de cotation Calcul des indices de criticité Evaluation de l acceptabilité et propositions de mesures d amélioration Méthodes AMDEC Fréquence Probabilité Indice Inexistante 1/ pas d occurrence connue Basse 1/ possible, pas de donnée existantes Modérée 1/ documenté, mais peu fréquent Elevée 1/100 7 documenté et fréquent 1/50 8 Très élevée 1/20 9 erreur pratiquement certaine 1/10 10 Williams E, Hosp Pharm 1994;29:

24 Méthodes AMDEC Sévérité Indice Ennui léger 1 peut affecter le système Problème systémique léger 2-3 peut affecter le patient Problème systémique majeur 4-5 peut affecter le patient Atteinte mineure du patient 6 Atteinte majeure du patient 7 Atteinte terminale ou décès du patient 8-9 Williams E, Hosp Pharm 1994;29:331-7 Méthodes AMDEC Détectabilité Probabilité Indice Très élevée 9/10 1 système détectera toujours l erreur Elevée 7/ probabilité élevée de détection avant d atteindre le patient Modérée 5/ probabilité modérée de détection 4/10 Basse 2/ probabilité basse de détection 1/10 Inexistante 0/10 9 détection impossible dans le système Williams E, Hosp Pharm 1994;29:

25 Méthodes AMDEC Indice de criticité (IC) Fréquence x Sévérité x Détectabilité Minimum: 1 Maximum: 810 Analyse AMDEC Criticité du mode décentralisé Indice de criticité total modes de défaillance Prescription (3) - 25% Transmission (2) - 48% Validation (1) Protocole fabrication (2) Etiquette (1) Matériel (3) Fabrication (5) Envoi à l unité (1) Décentralisé Centralisé Demande Fabrication CATO Administration (9) électronique Contrôle ultime scanning 25

26 Centralisation Prescription standardisée Centralisation Fiche de fabrication standardisée 26

27 Centralisation Fabrication en isolateurs Zone à atmosphère contrôlée (Classe C BPF) Centralisation Contrôle ultime 27

28 Impact d une check-list Résultats expérimentaux Check-liste (check-liste vs aucune aide) Moyenne [IC 95%] % [ ] 98.6% [ ] n=62 50 Aucune aide Check-liste R. Balbaaki, HUG, 2006 Analyse AMDEC Impact de la centralisation Indice de criticité total % - 48% Résultats 27 modes de défaillance Indices de criticité (IC): Décentralisé Centralisé Demande électronique Fabrication CATO Contrôle ultime scanning 28

29 Technologies de l information Prescription informatisée Technologies de l information Fiche de fabrication électronique 29

30 Technologies de l information Contrôle électronique des pesées CATO (en cours d implantation) Technologies de l information Traçabilité 30

31 Technologies de l information Contrôle ultime électronique CYTOS-TRACE Identité opérateur (RFID) Identité + validité produit (RFID) (en cours d implantation) Identité patient (RFID) Technologies de l information Contrôle ultime électronique 31

32 Technologies de l information Contrôle ultime électronique Résultats expérimentaux D'accord/Tout à fait d'accord [% Acceptabilité n= Intelligible Efficace Facile d'utilisation Rapide Rassurant Allège la charge de travail R. Balbaaki, HUG,

33 Résultats expérimentaux Acceptabilité [%] n=41 7 Je préfère utiliser En situation de stress, je préfère utiliser 7 88 Je recommande à mes collègues 7 Au quotidien, je préfère utiliser 88 CK SE R. Balbaaki, HUG, 2006 Résultats expérimentaux Analyse coût-efficacité (prescription électronique existante) Datamatrix Sans coût erreur Avec coût erreur Coût /erreur évitée [Frs] Taux utilis. CL/élect [%] 100 / / 100 Scanning vs aucune aide Scanning vs check-liste

34 Analyse AMDEC Les résultats Indice de criticité total % - 48% 0 Décentralisé Centralisé Demande électronique Fabrication CATO Contrôle ultime scanning Analyse AMDEC Les résultats Résultats globaux 27 modes de défaillance Indices de criticité (IC):

35 Analyse AMDEC Les résultats Détermination des indices de criticité Erreur de fabrication (produit/dose) F S D IC Réduction Décentralisé Centralisé % CATO % Analyse AMDEC Les résultats - acceptabilité Erreur de dose (protocole fabric) Erreur de fabrication (produit/dose) Extravasation Non détection d'une erreur de prescription Contamination microbienne (fabric) Contamination microbienne (admin) Erreur rédaction / validation protocole prescription Choix du faux protocole Erreur voie d'administration Erreur étiquetage (inversion) Erreur préparation matériel Erreur de prescription (dose, patient, voie, etc ) Erreur débit Décentralisé Centralisé IT Mesures +++ Accepté Faux patient Indices de criticité 35

36 Analyse AMDEC Analyse des résultats Evaluer l indice de criticité plus élevé qu imaginé alerte Extravasation (252) moins élevé qu imaginé rassurant Contamination patient (32) Définir un niveau d action risque accepté pas d action Contamination microbienne (252) risque inacceptable mesures d amélioration Erreur rédaction protocole prescription (175) Analyse AMDEC Coûts de la sécurité Additional costs (Frs) Sum of criticality indexes (CI) 36

37 Autres actions de maîtrise du risque Chimiothérapies intrathécales Procédure en cas d extravasation Collaboration interdisciplinaire Agenda Stratégies de gestion des risques Apport des technologies de l information Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Conclusions 37

38 Conclusion Chimiothérapies Amélioration de la sécurité du processus Par la centralisation Par les technologies de l information Ne pas se limiter à la production Prescription Administration Plusieurs niveaux de technologies peuvent être utilisés «Low-tech» «High-tech» Conclusion Analyses de risque Les analyses de risque permettent d avoir une vue d ensemble des risques de les hiérarchiser de prendre conscience de l ensemble des risques de décider de l acceptabilité des risques de remettre en question l organisation des processus (re-engineering) d accompagner des démarches d amélioration continue 38

39 Le risque La cible à atteindre Le risque zero n existe pas Déterminer le niveau d acceptabilité du risque Atteindre au moins ce niveau Ne pas attendre l incident Surtout Quand le risque est rare Quand les conséquences peuvent être lourdes Conclusion Technologies de l information Quelques critères de réussite Conception interdisciplinaire Implication forte des cadres Bonne ergonomie Evaluation de l impact sur les processus Support technique Utilisation de standards (p.ex. EAN-GS1) 39

40 Fiabiliser toutes les étapes Processus comprenant 100 étapes nombre d étapes nombre d étapes fiabilité totale fiables à 99% fiables à 99,9% du processus ,6% ,0% ,5% ,4% La sécurité, ça ne s obtient pas du jour au lendemain Cette conférence peut-être téléchargée: ens/conferences.htm Publication: Bonnabry et al, Int J Qual Health Care 2006;18:

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Prof. Pascal BONNABRY Certificat qualité des soins Genève, 14 avril 2011 Agenda Introduction: analyse de risques Exemple d application de

Plus en détail

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier AG des pharmaciens hospitaliers francophones de Belgique Pourquoi le pharmacien? «A la pointe de la gestion du processus et du

Plus en détail

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière L'Association Belge des Pharmaciens Hospitaliers 15 Novembre 2013 Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière PD Dr. Farshid Sadeghipour Service de Pharmacie 2 Risques La préparation

Plus en détail

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS, Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008 Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus Hopipharm Définition du risque Production aseptique = processus à haut risque processus complexe très basé sur la fiabilité humaine

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Chimiothérapies: un processus global

Chimiothérapies: un processus global Scanning des chimiothérapies au lit du patient: de la RFID au Datamatrix Prof. Pascal BONNABRY International RFID congress Nice, 7 novembre 2012 Chimiothérapies: un processus global Préparation avec contrôle

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points vigilance axe fonctionnel SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- CONCILIATION DES TRAITEMENTS... 2 FICHE N 2- PRESCRIPTIONS COMPLEXES SERVICES SPECIFIQUES... 3 FICHE N 3- NIVEAU

Plus en détail

Médicaments à haut risque

Médicaments à haut risque Médicaments à haut risque Prof. Pascal BONNABRY Formation FHV «Prévention des événements indésirables liés aux médicaments» Prilly, 29 septembre 2010 Une simple confusion Insuline héparine aux soins intensifs

Plus en détail

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008 Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger 3 èmes Journées Premium Agenda Présentation de l environnement Aspects légaux en Suisse Evolution des activités de production Système de gestion

Plus en détail

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008 Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus Hopipharm Définition du risque Production aseptique = processus à haut risque processus complexe très basé sur la fiabilité humaine

Plus en détail

Critères de choix des préparations injectables fabriquées à l hôpital. Prof. Pascal BONNABRY. GERPAC La Grande Motte, 4 octobre 2012. 15 ans...

Critères de choix des préparations injectables fabriquées à l hôpital. Prof. Pascal BONNABRY. GERPAC La Grande Motte, 4 octobre 2012. 15 ans... Critères de choix des préparations injectables fabriquées à l hôpital Prof. Pascal BONNABRY GERPAC La Grande Motte, 4 octobre 2012 15 ans... Qu avons-nous appris sur la sécurité des injectables? injectables?

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Présentation de la Pharmacie des HUG Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Visite de vous 4 juillet 2013 + Info Voir le film de présentation des HUG

Plus en détail

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres?

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Prof. Pascal BONNABRY Symposium Teva Pharma AG Lausanne, 21 avril 2010 To err is human USA Complications médicamenteuses graves

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Les Bonnes Pratiques de réalisation des Piluliers dans les établissements sanitaires

Les Bonnes Pratiques de réalisation des Piluliers dans les établissements sanitaires Les Bonnes Pratiques de réalisation des Piluliers dans les établissements sanitaires Mars 2015 Guide "Les Bonnes Pratiques de réalisation des piluliers" Version 1 18 Mars 2015 1/11 PRÉAMBULE L Observatoire

Plus en détail

Méthodologie AMDEC : Application à la préparation des anticancéreux.

Méthodologie AMDEC : Application à la préparation des anticancéreux. Méthodologie AMDEC : Application à la préparation des anticancéreux. Dr Farshid SADEGHIPOUR, CE Dr Pascal BONNABRY, CC Hyères, 19 Octobre 2005 2 Le risque Stratégie de maîtrise Prévention analyse de risque

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC DIU de pharmacotechnie hospitalière Agenda Apports théoriques (2 périodes) Maîtrise du risque Analyse prospective des risques Exemple d

Plus en détail

Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09

Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09 Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09 Le médicament: de la commande à l administration 1 CIRCUIT DU MEDICAMENT Pharmacie centrale Unité de soins Infirmier Médecin Prescription Commande

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

Circuit du médicament

Circuit du médicament HOPITAL DE SOULTZ N S.PT.S.028.1 Circuit du médicament SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE SERVICE

Plus en détail

Quelles stratégies de prévention?

Quelles stratégies de prévention? UE6 - Initiation à la connaissance du médicament Chapitre 3 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse Quelles stratégies de prévention? Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR

Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR Clarisse Roux-Marson Pharmacien OMEDIT LR / CHU Nîmes LAROPHA 27 septembre 2011 OMEDIT Structure d expertise et d appui pour les instances de santé

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle

Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle Françoise Anceaux Sylvia Pelayo PERCOTEC La demande (2004) Informatisation

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points de vigilance axe organisationnel POINTS DE VIGILANCE... 1 AXE ORGANISATIONNEL... 1 FICHE N 1- SITUATIONS EXCEPTIONNELLES... 2 FICHE N 2- SUPPORT - HOTLINE... 3

Plus en détail

HUG-CHUV / PLEXUS. Gestion logistique et traçabilité

HUG-CHUV / PLEXUS. Gestion logistique et traçabilité Plateforme logistique HUG-CHUV / PLEXUS Gestion logistique et traçabilité CAIB / RA / 29.04.2016 Ordre du jour 1. Les contraintes des deux hôpitaux 2. Historique 3. Gains attendus 4. Organisation du projet

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Conducteur(trice) de ligne de conditionnement des Industries Chimiques : niveau IV* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION. www.dai.fr

LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION. www.dai.fr LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION www.dai.fr Découvrez Rééducation & son fonctionnement Un fonctionnement architecturé autour du dossier unique du

Plus en détail

Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine

Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine Cécilia Folch Etudiante en pharmacie Rapport Stage à Option 2 ème année de Master en Pharmacie, mai à août 2012 Superviseurs : Laure-Zoé

Plus en détail

Le point sur la méthode SCRUM

Le point sur la méthode SCRUM Le point sur la méthode SCRUM Inspirée du privé et de la gestion des projets informatiques, la méthode SCRUM est devenue de nos jours de plus en plus adoptée dans les équipes de développement. Cette méthode

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS

LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS Groupe Hospitalier du Havre Le 16 avril 2015 Faire progresser la culture sécurité en apprenant de ses erreurs et en favorisant le signalement des situations à risque

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs Chapitre 1 Introduction 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs L évolution des télécommunications répond principalement à une double attente : la convergence des réseaux (fixe/mobile et voix/données) et l intégration

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

I. Demander réparation

I. Demander réparation Éléments-clés du cadre juridique en Europe : un droit très défavorable aux victimes Intervention de Sophie Le Pallec, Présidente de l association Amalyste, membre du Collectif de Lutte contre les Accidents

Plus en détail

Présentation aux porteurs de projet DMP

Présentation aux porteurs de projet DMP Présentation aux porteurs de projet DMP Contacts projet Jean-Luc Audhoui Alain Delgutte Sylvain IEMFRE 06 61 63 62 47 siemfre@ordre.pharmacien.fr Olivier PORTE 06 62 72 69 82 oporte@ordre.pharmacien.fr

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Gestion de projet. Epreuves avec propositions de solutions. Examens modulaires SVF-ASFC. Série pilote (Descriptif de module 2013)

Gestion de projet. Epreuves avec propositions de solutions. Examens modulaires SVF-ASFC. Série pilote (Descriptif de module 2013) Examens modulaires SVF-ASFC Série pilote 2013 Série pilote (Descriptif de module 2013) Gestion de projet Epreuves avec propositions de solutions Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés:

Plus en détail

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle «Analyse de parcours patient selon la méthode du patient-traceur» Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle Soazig BOHUON Dr Isabelle ROGER 26 Avril 2016 OBJECTIFS Décrire la réalisation

Plus en détail

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004 TAG-MRTD/15-WP/17 27/4/04 GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION Montréal, 17 21 mai 2004 Point 2 : Rapport du Groupe de travail sur le contenu

Plus en détail

Le GS1 DataMatrix au service du Médicament

Le GS1 DataMatrix au service du Médicament TRAÇABILITE Halim RECHAM Président GS1 Le GS1 DataMatrix au service du Médicament Sommaire Introduction Définition du Médicament Industrie Pharmaceutique et réglementation Le marché Algérien du médicament.

Plus en détail

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria TRAÇABILITE Halim RECHAM Président GS1 Le GS1 DataMatrix t au service du Médicament Sommaire Définition du Médicament Le marché Algérien du médicament. La contrefaçon des médicaments et son impact sur

Plus en détail

Hôpitaux Universitaires de Genève. Partage expérience: Identito-Vigilance Services SMIG et SMIR-BS. Etre les les premiers pour vous pour. S.

Hôpitaux Universitaires de Genève. Partage expérience: Identito-Vigilance Services SMIG et SMIR-BS. Etre les les premiers pour vous pour. S. Hôpitaux Universitaires de Genève Partage expérience: Identito-Vigilance Services SMIG et SMIR-BS S. Le Du M. Ferreira et S. Dumont C. Guégueniat Dupessey Etre les les premiers pour vous pour vous Présentation

Plus en détail

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal White Paper Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal Conseils pour un ROI optimal Année après année les entreprises investissent dans les compétences linguistiques de leurs collaborateurs,

Plus en détail

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours 1 Description L organisation des premiers secours dans l entreprise de construction est non seulement obligatoire mais également primordiale car les risques sont nombreux dans ce secteur et la fréquence

Plus en détail

METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES. JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES. JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN QUALITE-OUTILS METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

La préparation. a) Connaissance du problème. a) Pourquoi nous sommes là? (pourquoi) Quel est la nature est du problème? (les faits, (fond))

La préparation. a) Connaissance du problème. a) Pourquoi nous sommes là? (pourquoi) Quel est la nature est du problème? (les faits, (fond)) La préparation a) Connaissance du problème Défnir la problématique (niveaux de problèmes et hiérarchisation) a) Pourquoi nous sommes là? (pourquoi) Quel est la nature est du problème? (les faits, (fond))

Plus en détail

Simulation en aviation

Simulation en aviation Hôpitaux Universitaires de Genève Intérêt de la simulation en pharmacotechnie Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef JFSPH 23 avril 2015 Etre les premiers pour vous Simulation en aviation 2 1 Simulation en

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables XXIIe Journée Annuelle du Sud Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins et de formation en hygiène Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Lutte

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince

compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince 29/02/2016 Edito Edito, A l ère sociale et collaborative, les entreprises, pour être compétitives, se doivent de réduire les coûts et les délais, d améliorer

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Etude du circuit de la méthadone et de son flux logistique en milieu carcéral et propositions de mesures d amélioration

Etude du circuit de la méthadone et de son flux logistique en milieu carcéral et propositions de mesures d amélioration Travail de Master en pharmacie Etude du circuit de la méthadone et de son flux logistique en milieu carcéral et propositions de mesures d amélioration Elodie Weibel 1, Isabella De Giorgi 2, Messaoud Benmebarek

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins SEMAINE SECURITE DES PATIENTS 2013 25 au 29 novembre 2013 OMEDIT CHU Poitiers, coordination des vigilances Principe «La

Plus en détail

Weenaõ Consulting présente la solution AuraPortal BPMS *

Weenaõ Consulting présente la solution AuraPortal BPMS * Weenaõ Consulting présente la solution AuraPortal BPMS * Une solution informatique de gestion d entreprise, nouvelle génération, innovante, évolutive et flexible. Vous définissez les objectifs de votre

Plus en détail

CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV*

CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV* CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV* Dossier VAE Candidat Nom :... Prénom :... Signature : *LE NIVEAU AUQUEL IL EST FAIT REFERENCE EST CELUI DE LA NOMENCLATURE

Plus en détail

29 RISQUES PROFESSIONNELS Version n 02 2901 DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (DUER)

29 RISQUES PROFESSIONNELS Version n 02 2901 DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (DUER) OVE Cette fiche est la propriété d'ove et ne peut être reproduite ni diffusée sans autorisation. Domaine 2 GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Fiche N 2901 29 RISQUES PROFESSIONNELS Version n 02 2901 DOCUMENT

Plus en détail

Rappel : Notions de Risque

Rappel : Notions de Risque Rappel : Notions de Risque Danger Le Risque Exposition Danger Risque Exposition S. BERNIER IRPS 17/03/2006 Que dit la réglementation? Directive cadre n 89/391/CEE Loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (art.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Rencontre Inter-Régionale 13 juin 2013 Bruno Grossin 1 Sommaire Objectifs et périmètre de l étude Panorama de la profession d infirmier

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014 1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique Jeudi 27 Novembre 2014 Organisation Présentation de la journée Missions de l OMéDIT Observer et promouvoir le bon usage du médicament -Missions centrées

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 18 juin 2006 ; A. CONTEXTE JURIDIQUE ET OBJET DE LA DEMANDE

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 18 juin 2006 ; A. CONTEXTE JURIDIQUE ET OBJET DE LA DEMANDE CSSS/06/098 1 AVIS N 06/11 DU 18 JUILLET 2006 RELATIF A LA DEMANDE DE L ONSS (OFFICE NATIONAL DE SECURITE SOCIALE) D OBTENIR UNE RECONNAISSANCE MINISTERIELLE POUR UN SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE EN

Plus en détail

Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Dr Pascal BONNABRY, PD

Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Dr Pascal BONNABRY, PD Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Certificat de formation continue en qualité des soins Le risque Stratégie de maîtrise! Prévention " analyse de risque " sécurisation du

Plus en détail

Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Dr Pascal BONNABRY, PD

Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Dr Pascal BONNABRY, PD Analyse prospective des risques: exemple en pharmacie hospitalière Certificat de formation continue en qualité des soins Le risque Stratégie de maîtrise! Prévention " analyse de risque " sécurisation du

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité)

MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité) MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité) designer, responsable diplômes cy cle long École de design Nantes Atlantique,

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers)

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) GTG GT1 Version V5 du 30 mars 2012 PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) Page : 1/6 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes depuis

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

SOMMAIRE LE GROUPE BIOTECH DENTAL, PARTENAIRE DU CABINET DENTAIRE 2.0. Biotech Dental. Page 2. Sommaire. Page 3. Présentation.

SOMMAIRE LE GROUPE BIOTECH DENTAL, PARTENAIRE DU CABINET DENTAIRE 2.0. Biotech Dental. Page 2. Sommaire. Page 3. Présentation. BROCHURE LE GROUPE BIOTECH DENTAL, PARTENAIRE DU CABINET DENTAIRE 2.0 Depuis sa création en 1987, Biotech Dental s est engagé à développer une forte relation de confi ance avec les chirurgiens-dentistes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité

Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité Rôle infirmier et apport de l interdisciplinarité 31 mars 2012 Laurence Nootens Infirmière Principale, Equipe Interface Equipe de soins palliatifs à domicile Cliniques Universitaires Saint-Luc De la multidisciplinaritéà

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC Projet de loi n 59 Loi concernant le partage de certains renseignements de santé MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 9

Plus en détail