Démarche du diagnostic bactériologique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démarche du diagnostic bactériologique"

Transcription

1 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION BACTERIENNE? Le diagnostic bactériologique est un ensemble de moyens permettant de confirmer telle ou telle étiologie infectieuse d'origine bactérienne. Ces moyens diagnostiques sont variés et caractérisent soit le diagnostic direct soit celui indirect : DIAGNOSTIC DIRECT : mise en évidence de la bactérie elle-même, donc finalement de sa culture ou isolement qui permettra l'identification ultérieure ainsi que de préciser sa sensibilité aux antibiotiques (antibiogramme). Ceci n est pas toujours possible soit : - L agent a disparu avant ou peu après l apparition des symptômes (ex : Rhumatisme articulaire aigu, brucellose) ou a la suite d un traitement antibiotique trop hâtif. - La bactérie de culture impossible, ex : agent de la syphilis (tréponème) - La bactérie est de culture très lente ou nécessite des milieux de culture spéciaux. Isolement fait par des laboratoires spécialisés (ex : agent de pneumopathie atypiques : chlamydiae, mycoplasmes). On a donc recourt à d'autres moyens de diagnostic direct : recherche d Ag bactérien ou mise en évidence de séquences d'adn spécifiques de bactéries. DIAGNOSTIC INDIRECT : mise en évidence de la réponse de l'organisme à l'infection par la présence d'anticorps spécifiques, le plus souvent sériques ou plus rarement par une réponse d hypersensibilité, dite allergique. RETENIR : Le diagnostic direct est le seul diagnostic de certitude, car il permet la mise en évidence de la bactérie elle-même, donc finalement sa culture ou isolement qui permettra l'identification ultérieure mais aussi de préciser sa sensibilité aux antibiotiques (antibiogramme).

2 2 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE BACTERIOLOGIQUE DIRECT (cf.poly) PRELEVEMENT Site Mode Transport EXAMEN BACTERIOLOGIQUE JO Aspect macroscopique Examen microscopique - cytologie appréciation de la présence de polynucléaires - coloration mise en évidence de la présence de bactéries Diagnostic moléculaire direct : PCR, sonde Mise en culture : choix des milieux de culture spécifiques incubation * température * atmosphère * durée J1 Résultats des cultures - si culture positive identification antibiogramme - si culture négative prolongation de l'incubation Résultats de l'identification et de l'antibiogramme J2 Typage selon indication : sérotype, technique moléculaire

3 3 1/ LE PRELEVEMENT : 1ERE ETAPE DU DIAGNOSTIC Les résultats des examens bactériologiques dépendent pour une grande part des conditions de prélèvements et de transport. VARIE SELON LE SIEGE DE L INFECTION ET LE GERME QUE L ON COMPTE ISOLER Méningite Diarrhée Infection urinaire Pneumonie PL (LCR) + hémoculture (sang) Coproculture (selles) ECBU expectoration ou prélèvement bronchique + hémocultures DOIT ETRE EFFECTUE AVEC DU MATERIEL STERILE A USAGE UNIQUE (RECIPIENT STERILE OU ECOUVILLON) EN RESPECTANT LES REGLES D ASEPSIE ELEMENTAIRES : Toute contamination du produit peut entraîner des causes d erreur dans l interprétation du résultat. Contamination par les flores : Penser que la peau, les muqueuses, les cavités naturelles oropharyngées, digestives, vaginales sont le siège d une flore commensale (cf. poly et cours sur flore commensale) qui vont contaminer le prélèvement. (ex de la gélose ensemencée avec gorge) ex : urines Contaminations par l environnement : Penser que dans l environnement il y a des bactéries et spores (eau, terre, poussière) ex : gélose ouverte en début de cours DOIT ETRE EFFECTUE AU MOMENT OPPORTUN : - Précocement - Avant toute antibiothérapie. DOIT ETRE TRANSPORTE RAPIDEMENT ENSEMENCEMENT RAPIDE Certains germes ne résistent pas ou se multiplient

4 4 2/ L EXAMEN BACTERIOLOGIQUE A J0 Infection bactérienne la présence de bactéries de signes biologiques liés à l'inflammation : leucocytes polynucléaires 2.1. ETUDE MACROSCOPIQUE DU PRELEVEMENT : o Trouble : urine, LCR, liquide pleural ou articulaire o Hématurique : urine, LCR, liquide ou autre coloration anormale pleural ou articulaire o Odeur : on notera celle caractéristique lors d'infections à germes anaérobies stricts dans un liquide pleural o Consistance : Exemple d'une selle diarrhéique 2.2 ETUDE MICROSCOPIQUE DU PRELEVEMENT aucune anomalie macroscopique visible nécessité de rechercher des bactéries et des éléments cellulaires de type polynucléaire au microscope optique ETAT FRAIS : 1. compte des cellules en Malassez (microscope optique X40) 2. visualisation de la mobilité des bactéries (microscope optique X40)

5 5 COLORATION DE GRAM : microscope optique à immersion (X100) Coloration basée sur la perméabilité de la paroi des bactéries à l alcool. - 1 er temps : cristal violet + lugol complexe colorant soluble dans l alcool qui colore en violet le cytoplasme de toutes les bactéries. - 2 e temps : décoloration par l alcool l alcool traverse la paroi des bactéries dites à Gram négatif et dissout le complexe colorant (bactéries décolorées). bactéries à Gram positif : la paroi ne se laisse pas traverser par l alcool (bactéries restent colorées en violet): bactéries dites à Gram positif. - 3 e temps : contre coloration par de la fushine (rose) : les bactéries décolorées apparaissent rose on les dit à Gram négatif. Retenir : La coloration de Gram ne permet pas une identification mais une orientation (17-19) Renseigne sur la présence (ou absence) de bactéries leur forme (cocci ou bacille, cocobacille, fusiforme) leur groupement (amas, chaînettes, diplocoques) leur gram (+ ou -) voir tableau à la fin du poly très utile car oriente l antibiothérapie. Ex : Pus : orientation vers un Staphylocoque. Leucocytes Coccis à Gram positif en amas Hématies Ex : Méningite : orientation vers un méningocoque : atb approprié. Diplocoques à Gram négatif

6 6 AUTRES COLORATIONS (certaines bactéries ne se colorent pas avec la coloration de Gram) Ziehl-Neelsen pour les mycobactéries : coloration des bacilles acidoalcoolo-résistants 2.3/ AUTRES METHODES UTILISEES : en développement+++ Recherche du pathogène dans le prélèvement (on détecte une de ses caractéristiques) * Méthodes immunologiques Ex : Détection de l antigène soluble pneumococcique dans le LCR rapide 30min (méthode immunochromatographique sur membrane) écouvillon spécifique Echantillon de Contrôle 15 min négatif LCR membrane revêtue d Ac de lapin spécifique de l Ag soluble de S. pneumoniae positif * Méthodes moléculaires PCR : décrite en 1983 par Kary Mullis L amplification génique multiplie de manière exponentielle un ADN cible ADN (pg) copie non détectable ADN (µg) milliard de copies détectable 2 (cycles)

7 La PCR (réaction de polymération en chaine) - multiplie spécifiquement l ADN cible - le nombre de copies croît de manière exponentielle avec le nombre de réplications effectuées (30 à 35 cycles) 7 Applications : bactéries non cultivables bactéries de culture lente et difficile détection rapide en urgence d un pathogène amélioration de délai diagnostic (mycobactéries) Inconvénient : encore cher en bactériologie et pas développé pour l ensemble des applications. 2.4/ LA MISE EN CULTURE DU PRELEVEMENT : Retenir : La culture est l examen principal, reste la référence en bactériologie, nécessite au minimum 24h, couramment quelques jours parfois 3 mois. Le prélèvement est ensemencé sur différents milieux choisis en fonction du pathogène recherché : Simples Enrichis bactéries exigeantes ex : méningocoque Sélectifs bactérie à isoler au sein d une flore commensale Isolement des bactéries : milieux solides étalement et isolement en stries (voir poly) pour étaler les bactéries et les isoler les unes des autres. les bactéries se multiplient et donne une colonie visible à l œil nu au bout de 18 à 24h ou plus Etuve à 37 C Atmosphère : aérobie, anaérobie, CO2 Colonies isolées

8 8 2.5/ SYNTHESE POUR LE CLINICIEN : Retenir : signes inflammation+détection bactérie+tests diagnostic rapide permettent une orientation clinique Mise en place d une antibiothérapie probabiliste 3/ L EXAMEN BACTERIOLOGIQUE A J1 J1 (à J5) Lecture des milieux de culture L isolement sur milieu solide permet d obtenir des colonies séparées. 3.1 IDENTIFICATION D UN PATHOGENE : L interprétation d une culture positive se fait en fonction du site de prélèvement et du contexte clinique. Responsabilité du bactériologiste distinguer un pathogène au sein d un flore incriminer une bactérie dite commensale comme responsable de l infection (terrain particulier) Quantification du pathogène ex : urines 3.2 IDENTIFICATION DE LA BACTERIE RESPONSABLE DE L INFECTION Orientation diagnostic : - Coloration de Gram sur une ou des colonies (confirme ex direct) : forme, groupement coloration + ou - présence d une capsule ou non, de spore. - Aspect des colonies en culture : grosses petites, muqueuses, sèches, hémolyse sur gélose au sang, pigmentation odeur particulière caractères culturaux (pousse en atmosphère anaérobie, sous CO 2 ) sur milieu enrichi uniquement. - Tests biochimiques simples sur les colonies : Les bactéries possèdent un équipement enzymatique que l on utilise pour les identifier Ex : certaines bactéries possèdent une catalase d autre non : enzyme qui décompose l H2O2 en H2O et oxygène libre (une goutte de H2O2 + une colonie = apparition de bulles). Ex p 17

9 9 - Mise en évidence de constituants antigéniques : avec des sérums spécifiques dirigés contre la paroi Ex : méningocoque (type C, virulent) But de cette première analyse résultat au clinicien, permet d orienter l étiologie de l infection et le traitement. Galerie d identification : Evolution avec les années mais reste la référence Pourrait être progressivement remplacé par des identifications génomiques Contient des tests plus lents (résultat en 4h à 24h) basés sur l étude de la fermentation de sucres et des caractères enzymatiques. Une colonie Inoculation des cupules incubation

10 REALISATION D UN ANTIBIOGRAMME But : Tester la bactérie vis a vis d un panel d antibiotiques pour déterminer les sensibilités aux antibiotiques à partir d une colonie, résultat en 4h à 24h. Méthode manuelle la plus utilisée : méthode de diffusion en gélose inoculum 106 bactéries /ml gélose standardisée (Mueller Hinton) disque de papier (antibiotique) Avantages : Simple, compatible avec routine, test de nombreux antibiotiques sur une seule boite de gélose Une colonie suspension 10 ml H2O bactérienne inoculer gélose Incubation étuve Dépôt des disques imprégnés d antibiotiques

11 11 4/ L examen bactériologique à J2 Retenir : Résultats de l identification et de l antibiogramme en un minimum de 48 h Intérêt de l utilisation de tests rapides d identification et l utilisation d antibiothérapie probabiliste dans les infections graves à pronostic vital 4.1 Lecture des galeries d identification Notification des réactions positives et négatives Code d identification Banques de données Nom de la bactérie NB : Il suffit d intégrer cette démarche pour identifier la plupart des pathogènes. Même logique pour l identification à partir à d autres critères (ADN)

12 Lecture de l antibiogramme Après une incubation à 37 C, le diamètre d inhibition de l antibiotique entourant les disques permet de calculer la CMI de l antibiotique pour la souche examinée en rapportant ce diamètre à une courbe de concordance. Culture au contact du disque Diamètre d inhibition (absence de culture autour du disque) diamètre (en mm) pénicilline G Diamètre observé c CMI calculée 16 C CMI(en mg/l) Courbe de concordance

13 L intérêt de l antibiogramme est de permettre de comparer la CMI d un antibiotique donné à celle de 2 concentrations critiques c et C proposées par le comité d expert du Comité de l Antibiogramme de la Société Française de Microbiologie. Ces 2 concentrations permettent de catégoriser la souche à étudier en S, R ou I en confrontant la CMI d un antibiotique donné à celle de c et C / Retour des résultats aux cliniciens Liaison clinique : essentielle Renseignements cliniques : indispensables pour orienter les recherches bactériologiques. Car dans le laboratoire, il n existe pas une méthode seule qui permette d isoler tous les germes (voir généralités du cours). Retour des résultats au clinicien réorientation diagnostic et thérapeutique A 48h : Rediscutions de l antibiothérapie probabiliste Références

14 14 DEMARCHE DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE INDIRECT But : Détection d anticorps spécifiques d une pathologie donnée Diagnostic d infection bactérienne pourra se faire par l ascension des Ac dirigés contre la bactérie. Classiquement la production d'igm caractérise une infection primaire (ne persistent pas). Indications : le diagnostic d infection due à une bactérie de croissance difficile ou impossible (Syphilis, rickettsiose, leptospirose, maladie de lyme ) Tester 2 sérums à 15 jours d intervalle. Interprétation peut être délicate en raison de : - Infection antérieure cicatrices sérologiques - Vaccination - Réaction croisée avec antigènes voisins d une autre bactérie : fausse positivité Sérodiagnostic est tardif ne peut se substituer au diagnostic direct : méthode complémentaire

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Méthodes dʼisolement dʼune bactérie, Antibiogramme

Méthodes dʼisolement dʼune bactérie, Antibiogramme Méthodes dʼisolement dʼune bactérie, Antibiogramme Emilie Bessède, Laboratoire de Bactériologie, CHU Pellegrin Etapes classiques du diagnostic bactériologique Examen macroscopique Examen microscopique

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Optimisation de la boue activée d une station d épuration

Optimisation de la boue activée d une station d épuration LYCEE LES MANDAILLES Module 58 : Optimisation de la boue activée d une station d épuration Projet réalisé en partenariat avec l entreprise Emin Leydier pour l obtention du BTSA ANABIOTEC Fiche de synthèse

Plus en détail

Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles

Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles Dr Nicolas Veziris, Laboratoire de Bactériologie-Hygiène, Pitié-Salpêtrière Centre National de Référence des Mycobactéries 23 mars 2011 Généralités

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Microbiologie Biologie des micro-organismes

Microbiologie Biologie des micro-organismes Microbiologie Biologie des micro-organismes 7bactéries procaryotes "avant le noyau" 2 groupes taxonomiques de procaryotes eubactries archobactries 7levures, moisissures, champignons (mycètes) 7algues 7protozoaires

Plus en détail

KIT ANTIBIOGRAMME A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION DU COLIS : Kit Antibiogramme - Lycée Page 1 sur 7 www.sordalab.com. Ref : ANTI.

KIT ANTIBIOGRAMME A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION DU COLIS : Kit Antibiogramme - Lycée Page 1 sur 7 www.sordalab.com. Ref : ANTI. : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : sordalab@wanadoo.fr KIT ANTIBIOGRAMME Ref : ANTI. A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 Stocker les articles

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Marie-Laure COLOMBIER*, Pierre LEROY**, Kazutoyo YASUKAWA***

Marie-Laure COLOMBIER*, Pierre LEROY**, Kazutoyo YASUKAWA*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2006, 49 97 Séance de travail Mercredi 11 mai 2005 Les tests bactériens en parodontie Marie-Laure COLOMBIER*, Pierre LEROY**, Kazutoyo YASUKAWA*** Les maladies parodontales

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2004 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies PREMIERE SESSION 2012-2013 Épreuve de Biotechnologies-Chimie Biochimie Sciences du vivant Durée :

Plus en détail

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien TP de microbiologie : ANALYSES PLATS CUISINES I. Introduction Le but de ce TP est d analyser un plat cuisiné, le hachis Parmentier,

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON Quelques généralités Infections et agents infectieux Infection = agression

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAKOTOZANDRINDRAINY Njariharinjakamampionona Doctorant en Microbiologie Encadreurs : Pr RAHERIMANDIMBY

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Calculatrice interdite. Vous êtes en stage en industrie cosmétique, pour découvrir quelques aspects du métier de technicien de laboratoire.

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

FORMATION POSTGRADUÉE POUR SPÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL. Cahier des stages. Version 4.11. «prénom» «nom» #«Nr»

FORMATION POSTGRADUÉE POUR SPÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL. Cahier des stages. Version 4.11. «prénom» «nom» #«Nr» FORMATION OSTGRADUÉE OUR SÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL Cahier des stages Formation postgraduée monodisciplinaire Microbiologie médicale Version 4.11 de «prénom» «nom» #«Nr» COMITÉ

Plus en détail

MANUEL DE TRAVAUX PRATIQUES DE MICROBIOLOGIE BG2

MANUEL DE TRAVAUX PRATIQUES DE MICROBIOLOGIE BG2 UNIVERSITE DE NOUAKCHOTT FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE MANUEL DE TRAVAUX PRATIQUES DE MICROBIOLOGIE BG2 Par Aminetou Bent Mohamed Aicha mint Sidi Baba 2007-2008 1 SOMMAIRE

Plus en détail

L2 Microbiologie: TD2

L2 Microbiologie: TD2 # Andrew Tolonen (atolonen@gmail.com) # 06 février 2013 L2 Microbiologie: TD2 Exercice 1 On trouve le microorganisme Rhizopus sur du pain moisi. Pourquoi les moisissures poussent-elles plus facilement

Plus en détail

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine.

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. 30/04/12 Camille Garbarino Sémiologie Pr Barlier 6 pages SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Plan : A) Principales

Plus en détail

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation Guide d Interprétation Petrifilm Test pour la numération des E. coli et Coliformes Ce document est destiné à vous apporter une aide pour l interprétation des résultats obtenus à partir du test M Petrifilm

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Cycle supérieur Section de l'assistant technique médical - laboratoire Enseignement technique

Plus en détail

Partiel de Microbiologie L2

Partiel de Microbiologie L2 Partiel de Microbiologie L2 mai 2013 Exercice 1. Comparer la composition chimique, la structure, et la fonction des pili et des flagelles chez les bactéries (2 pts) Structure Composition chimique Structure

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Pathologies génétiques du surfactant

Pathologies génétiques du surfactant Pathologies génétiques du surfactant Ralph Epaud Qu est-ce que le surfactant? Le surfactant est un film mince qui tapisse l intérieur des alvéoles pulmonaires. Cette substance possède des capacités tensioactives,

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

"Après avoir été informés, nous soussignés (noms, prénoms) mère, père de l enfant...................................................

Après avoir été informés, nous soussignés (noms, prénoms) mère, père de l enfant................................................... 3 jours, L âge du dépistage Pourquoi? qui? Madame, Monsieur, Dès les premiers jours suivant la naissance de votre bébé, la maternité va vous proposer de lui faire des tests dans le cadre du programme national

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

F-Identification des échantillons

F-Identification des échantillons F-Identification des échantillons L identification des échantillons doit être effectuée par le préleveur au moment du prélèvement. «Décret n 2002-660 du 30 avril 2002, Art.20-5- Les prélèvements destinés

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères MÉMENTO DEFINITION DU BIOLOGISTE Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères Les anticorps anti-nucléaires (AAN) sont des auto-anticorps réagissant avec divers constituants du noyau cellulaire

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique moléculaire microbiologique BMM Page : 1 / 12 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 05/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 02/11/2015 Fonction : Adjoint Nom : DELAUNE Déborah Visa

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2134 rév. 3

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2134 rév. 3 Convention N 3172 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-2134 rév. 3 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE Septembre 2007 Arrêté modifié portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet

Plus en détail

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55 Tarifs Bovins Autopsie Animal de moins de 150 kg 20.00 Animal de 150 à 400 kg 34.00 Animal de plus de 400 kg 57.00 Décérébration sur suspicion ESB 336.00 Cytologie Dénombrement cellulaire du lait 8.35

Plus en détail

Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incr

Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incr REALISATION DE L ANTIBIOGRAMME Dr Roughyatou Ka Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incriminée

Plus en détail

Méthodes d étude de la résistance des bactéries au laboratoire

Méthodes d étude de la résistance des bactéries au laboratoire TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Méthodes d étude de la résistance des bactéries au laboratoire Bactéries résistance naturelle résistance

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire des diarrhées sanglantes. Pr Aïssatou Gaye-Diallo Bactériologie-Virologie Hôpital A. le Dantec Dakar - Sénégal

Diagnostic au laboratoire des diarrhées sanglantes. Pr Aïssatou Gaye-Diallo Bactériologie-Virologie Hôpital A. le Dantec Dakar - Sénégal Diagnostic au laboratoire des diarrhées sanglantes Pr Aïssatou Gaye-Diallo Bactériologie-Virologie Hôpital A. le Dantec Dakar - Sénégal Introduction Diarrhées épidémiques o Choléra épidémique Vibrio cholerae

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

VAL I D AT I O N D E L A T E C H N I Q U E L E C T U R E P U I S E S T I M AT I O N D E L A C M I C AT É G O R I S AT I O N C L I N I Q U E

VAL I D AT I O N D E L A T E C H N I Q U E L E C T U R E P U I S E S T I M AT I O N D E L A C M I C AT É G O R I S AT I O N C L I N I Q U E La lecture de l antibiogramme Prise en compte des recommandations du Comité de l Antibiogramme de la Société Française de Microbiologie (CA-SFM) pour la réalisation d une lecture interprétative. 1 VAL

Plus en détail

Les déchets solides hospitaliers : quantification, analyses bactériologiques. Cas de l hôpital Ibn Sina - Rabat - Maroc

Les déchets solides hospitaliers : quantification, analyses bactériologiques. Cas de l hôpital Ibn Sina - Rabat - Maroc Les déchets solides hospitaliers : quantification, analyses bactériologiques. Cas de l hôpital Ibn Sina - Rabat - Maroc Meriem BAHRI 1, Rachid BELKHADIR 2, Yahya KOULALI 3, Larbi IDRISSI 4, Abdelhamid

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Du prélèvement àl analyse

Du prélèvement àl analyse Du prélèvement àl analyse L eau est prélevée selon un plan d échantillonnage précis dans des flacons stériles d 1 litre additionné de thiosulfate de sodium. Pourquoi stérile? Afin d être exempt de toutes

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

BTS : ABM. (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse

BTS : ABM. (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse BTS : ABM (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse Brevet de Technicien Supérieur Analyses de Biologie Médicale en 2 ans (bac + 2) = technicien dans un domaine spécialisé : biologie appliquée aux maladies

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique Identification et détection des virus La détection et l'identification des virus font appel à différentes méthodes. Ces méthodes se caractérisent par leur spécificité et leur sensibilité. On peut citer

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail