La clause de retour conventionnel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La clause de retour conventionnel"

Transcription

1 Doctrine La clause de retour conventionnel Fabienne Tainmont Maître de conférences à l U.C.L. & Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles Table des matières Introduction Les contours du retour conventionnel...6 A. Les cas d ouverture du retour conventionnel Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire, qu il laisse ou non des descendants Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire sans postérité 7 3. Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire et de ses descendants...8 B. Le bénéficiaire du droit de retour conventionnel...8 C. Les donations visées par le retour conventionnel...9 D. Le moment de la stipulation du retour conventionnel La nature juridique du retour conventionnel et ses conséquences...11 A. La nature juridique du retour conventionnel...11 B. Les conséquences Le caractère rétroactif du droit de retour Le caractère automatique du droit de retour L absence de taxation en droit de succession Le bénéfice du retour limité au donateur L indemnisation des dommages causés au bien et des améliorations y apportées L absence de contribution du donateur au passif héréditaire Les modalisations du retour conventionnel...14 A. La limitation ou la suppression de la rétroactivité...14 B. Le caractère automatique ou optionnel du droit de retour conventionnel...15 C. Le retour conventionnel face à la situation du conjoint ou du cohabitant légal du donataire...17 D. L objet du droit de retour La donation a porté sur une somme d argent ou sur des choses fongibles La donation a porté sur un bien qui a bénéficié d améliorations ou subi des transformations La donation a porté sur un bien qui a été détruit Le retour alternatif quant à son objet Le retour conventionnel et la subrogation E. Autres modalisations La renonciation au droit de retour conventionnel après l acte de donation...22 A. Pendente conditione B. Après le décès Conclusion

2 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 6 Introduction 1. Le droit de retour conventionnel est une clause résolutoire stipulée dans le cadre d une donation. Conformément à l article 951 du Code civil, donateur et donataire conviennent que les biens donnés retourneront dans le patrimoine du donateur, soit en cas de prédécès du donataire seul, soit en cas du prédécès du donataire et de ses descendants. Cette clause, très courante en pratique, traduit le caractère intuitu personae de la libéralité : c est le donataire et non ses successeurs que le donateur a voulu gratifier Le droit de retour conventionnel ne doit pas être confondu avec le droit de retour légal visé à l article 747 du Code civil, lequel constitue un cas de succession légale anomale. Le droit de retour légal est d application lorsqu un bien a été donné au donataire par un ascendant et que le donataire prédécède sans postérité. Le but est certes le même faire en sorte que le bien donné retourne dans le patrimoine du donateur mais le retour légal a des effets beaucoup plus limités que le retour conventionnel Ces dernières années, les clauses de retour conventionnel ont suscité un regain d intérêt directement lié à l accroissement du nombre de donations. L allongement de la durée de vie de même que le désir d aider la jeune génération expliquent que bien souvent, le testament est délaissé au profit de la donation dont la taxation, en matière mobilière, est fortement allégée depuis une dizaine d années 3. Conscients entre autres du bénéfice qu ils peuvent tirer de la non- applicabilité de la réserve de progressivité s ils enregistrent la donation consentie (voy. art. 66bis, al. 2, C. succ. ou art du V.C.F.), disposant et bénéficiaire en profitent pour mettre par écrit les 1. M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 174, n H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 679, n C est la Région flamande qui, la première, a pris l initiative de décider, par un décret du 19 décembre 2003, que toutes les donations de biens meubles ne seraient plus soumises qu à un droit d enregistrement au taux non progressif de 3 % en ligne directe ou entre époux ou entre cohabitants (selon la même typologie que pour les droits de succession) et de 7 % entre toutes autres personnes (art. 131, 2, C. enr. ou art , 2, du V.C.F.). La Région bruxelloise a adopté des dispositions semblables par une ordonnance du 9 mars 2005 (art. 131, 2, C. enr.), tout en ne prenant en compte, pour le taux de 3 %, outre les époux, que les seuls cohabitants légaux (comme en matière de droits de succession). La Région wallonne a mis en œuvre une réforme comparable par son décret du 15 décembre 2005 (art. 131bis C. enr.). Actuellement, les taux sont de 3,3 % pour les donations en ligne directe, entre époux et entre cohabitants légaux, 5,5 % pour les donations entre frères et sœurs, et entre oncles ou tantes et neveux ou nièces et 7,7 % pour les donations à d autres personnes. modalités de la donation, que ce soit dans l acte de donation, s ils ont recours au service d un notaire, ou dans un pacte adjoint. Il en va de même des parties qui choisissent de prendre le risque des trois ans (voy. art. 7 C. succ. ou art du V.C.F.) et, dès lors, de ne pas enregistrer la donation. Les praticiens ont ainsi l occasion de mettre leur ingéniosité à l épreuve et de confectionner des clauses de retour conventionnel de plus en plus sophistiquées. Leur validité n a toutefois pas encore été mise à l épreuve de la jurisprudence, remarquablement pauvre en la matière. Comme on le verra, l insertion d un retour conventionnel est particulièrement intéressante pour le donateur. En cas de prédécès du donataire et/ou de ses descendants, il a l assurance de récupérer le bien donné et ce, sans payer de droits de succession 4. Ces avantages correspondent bien à l état d esprit de nombre de disposants qui acceptent de donner mais qui, dans le même temps, s assurent de pouvoir récupérer l objet de leur donation au moindre coût fiscal. Notons toutefois que les législateurs flamand et wallon ont quelque peu assoupli les incidences fiscales en droit de succession en cas de retour légal 5. I. Les contours du retour conventionnel A. Les cas d ouverture du retour conventionnel 4. Conformément à l article 951 du Code civil, le droit de retour des objets donnés peut être stipulé, soit pour le cas du prédécès du donataire seul, soit pour le cas du prédécès du donataire et de ses descendants. En revanche, le retour légal ne peut avoir lieu qu en cas de prédécès du donataire sans descendance. 5. Si les parties n ont pas indiqué dans quelle hypothèse précise le retour conventionnel était appelé à jouer, il appartiendra au tribunal de trancher cette question. Le retour doit, à notre sens, jouer en cas du prédécès du donataire, qu il laisse ou non des descendants 6. Cette interprétation est conforme à la nature de la 4. E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Il est renvoyé au point 29, infra. 6. C. Demolombe, Cours de Code Napoléon, vol. XX, Traité des donations entre- vifs et des testaments, t. 3, Paris, A. Durand et L. Hachette et Cie, 1863, p. 473, n 500 ; M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 108, n 168 ; E. de Wilde d Estmael, B. Delahaye et G. Hollanders de Ouderaen, «Les donations», in Rép. Not., t. III, l. VII, Bruxelles, Larcier, 2009, p. 247, n 219.

3 La clause de retour conventionnel Doctrine clause. Comme l exprime F. Laurent 7, «C est une condition résolutoire expresse ; elle demande donc une expression de volonté, partant on ne peut l étendre au- delà de ce que les parties ont déclaré vouloir ; sinon la condition résolutoire expresse deviendrait une clause résolutoire tacite, ce qui est contradictoire». Pour éviter toute discussion, mieux vaut donc identifier clairement l hypothèse dans laquelle le retour est susceptible d avoir lieu. 6. En présence de plusieurs donateurs et/ou donataires, mieux vaut éviter la formule, que l on rencontre parfois dans les actes notariés ou dans les pactes adjoints, selon laquelle les parties sont «ci-après dénommées le donateur et le donataire». Des difficultés d interprétation se poseront immanquablement. Si un des donataires décède, le retour joue- t il ou n opèret il qu en cas de prédécès de tous les donataires? S il joue, est- ce à concurrence de tout le bien ou à concurrence de la part reçue par le donataire prédécédé? Proposition de clause En cas de prédécès d un des donataires, le retour conventionnel ne jouera qu en ce qui concerne la part reçue par ce donataire, la donation subsistant dans le chef des autres donataires. La pluralité de donateurs pose moins de problèmes car le retour n est effectif qu au profit du donateur encore en vie (voy. infra, n 16). C est en ce sens que la clause devra être exécutée. Il n en demeure pas moins que pareille formulation est inadéquate lorsqu un donateur seulement veut stipuler un droit de retour en sa faveur. 1. Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire, qu il laisse ou non des descendants 7. Dans cette hypothèse, le droit de retour conventionnel joue dès la mort du donataire. Il importe peu que celui- ci laisse ou non des descendants. A priori, on pourrait supposer que cette variante est rarement utilisée. Généralement, les donations se font au sein de la famille et le donateur verra d un œil favorable que les biens donnés passent aux enfants du donataire. En pratique, c est toutefois cette variante qui est la plus courante en matière mobilière. 7. F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 541, n 450. Voy. aussi les développements pp. 541 et 542, n os 451 et Plusieurs raisons incitent les parties à prévoir un retour même si le donataire laisse des descendants. Il se peut d abord que la donation ne soit pas effectuée dans un cadre familial. Le donateur souhaite gratifier le donataire mais en aucune façon les enfants du donataire si celui-ci prédécède. Compte tenu des circonstances de fait, le donateur pourrait craindre que le donataire meure en laissant des enfants mineurs, ce qui compliquerait la gestion du bien donné. Le donateur voudra peut- être récupérer le bien pour éviter qu il tombe dans la succession de son enfant et que le conjoint de celui- ci y exerce son usufruit successoral. Le choix de cette variante peut aussi s expliquer pour des raisons fiscales. Exemple Un fils (résident bruxellois) décède en laissant une succession très importante dans laquelle figurent les biens qu il a reçus de son père (résident bruxellois). Ce fils laisse deux enfants. Afin de diminuer l assiette imposable dans le chef des ayants droit du donataire, il pourrait être intéressant que le donateur exerce le droit de retour sur les biens donnés et transfère par donation ces biens à ses petits- enfants. S il s agit de biens mobiliers, taxés à un taux fixe, contrairement au taux progressif par tranches des droits de succession, l économie peut être considérable. Si la succession est importante, le taux maximal de 30 % sera d application selon le droit bruxellois (art. 48 C. succ.). Si le donateur récupère les biens donnés et les transfère par donation à ses petits- enfants, il n en coûtera que 3 % de droits d enregistrement (art. 131, 2, C. enr. Br.-Cap.), quelle que soit la valeur des biens mobiliers transmis. S il s agit de biens immobiliers, l économie d impôts sera certes moins importante mais la transmission aux petits- enfants par voie de donation plutôt qu à titre successoral présente l avantage de casser la progressivité de l impôt, à tout le moins si la donation intervient plus de trois ans avant le décès du donateur 8. La solution n est pas toujours «parfaite», particulièrement en matière mobilière. En effet, il est possible que le donateur ne procède pas à de nouveaux dons en faveur de ses petits- enfants, ce qui provoquera des différences éventuelles entre les branches d enfants. Il est possible aussi qu il y ait des difficultés de rapport ou de réserve dans le cadre de la succession du donateur en fonction des biens donnés et du moment de ces dons. 2. Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire sans postérité 9. Dans cette deuxième hypothèse, le droit de retour s exerce uniquement en cas de prédécès du donataire et en l absence de descendants du donataire. 10. Si le donataire meurt en laissant une postérité, le droit de retour ne joue donc pas, même si cette postérité décède à son tour avant le donateur. La condition 8. Mais même dans ce cas, une économie d impôts peut être réalisée si le bien a augmenté de valeur entre la donation et le décès. La base imposable en droit d enregistrement sera plus faible qu en droit de succession. 7

4 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 8 résolutoire est en effet défaillie dès qu il y a des enfants au décès du donataire 9. Les biens donnés tombent donc dans la succession du donataire et sont recueillis conformément aux règles de dévolution applicables. 11. Dans cette variante, l intention libérale du donateur s élargit en quelque sorte à la descendance du donataire, c est- à- dire tant à ses enfants qu à la descendance de ceux- ci. Le donateur admet que les biens donnés demeurent dans la proche famille du donataire, qui est du reste souvent la sienne également. Mais le donateur accepte alors aussi que les biens donnés restent, le cas échéant, en usufruit au conjoint survivant du donataire qui n est peut-être pas le parent des enfants du donataire, usufruit qui peut grever le patrimoine durant de très nombreuses années (ou un capital important en cas de conversion). 12. Afin d éviter tout risque d interprétation de la clause, on veillera à préciser que le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire et en l absence de descendants «en vie au moment du décès du donataire». Si seule l absence de postérité est mentionnée et si les descendants du donataire sont eux- mêmes décédés avant le donataire, les héritiers du donataire pourraient être tentés de s opposer au droit de retour au prétexte que la condition d absence de descendants n est pas remplie Le droit de retour est stipulé en cas de prédécès du donataire et de ses descendants 13. Dans cette dernière hypothèse, le retour ne joue que si le donataire et ses descendants prédécèdent. Le donateur ne prive donc pas les descendants du donataire de l avantage de la donation 11. Le droit de retour ne sera en effet effectif que si tous les descendants du donataire décèdent avant le donateur. Si le donataire prédécède et laisse des descendants, le droit de retour continuera à grever les biens pendant le cas échéant de longues années, ce qui risque de pénaliser un partage rapide des biens entre les enfants du donataire 12. Cette clause est toutefois à conseiller dans tous les cas où le donateur se réserverait l usufruit 9. F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 542, n C. De Wulf (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 412, n H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 682, n C. De Wulf (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 412, n 713. du bien donné (car dans ce cas, un partage entre les enfants du donataire n aurait en principe lieu qu au remembrement de la pleine propriété). De fait, cette clause permet d éviter les effets négatifs du cas classique de l accident. Le donataire décède dans un accident et son fils, victime du même accident, décède le lendemain. Dans la deuxième variante, il n y aurait pas de retour conventionnel possible et deux dévolutions successives rapides alors que dans cette troisième variante, le bien reviendrait au donateur sans droits de donation ou de succession. B. Le bénéficiaire du droit de retour conventionnel 14. Le droit de retour conventionnel ne peut être stipulé qu au profit du donateur 13 (art. 951, al. 2, C. civ.). Seul le donateur bénéficie du droit de retour légal. Il doit, au surplus, être un ascendant du donataire. 15. Il ne peut être stipulé au profit d un tiers ou des héritiers du donateur 14. On justifie généralement cette interdiction par le fait qu il s agit d une substitution prohibée (art. 896 C. civ.) 15. On peut y voir aussi une conséquence de l effet rétroactif de la clause de retour. Si la donation est censée ne jamais avoir été réalisée, le bien est réputé ne jamais avoir quitté le patrimoine du donateur 16. La sanction d une telle stipulation interdite est controversée en doctrine. Il nous semble que la sanction est la nullité de la donation entière car la stipulation litigieuse constitue une substitution prohibée. Toutefois, si la stipulation est faite non seulement au profit du donateur mais aussi à l égard des héritiers ou d un tiers, la donation serait valable mais la stipulation à l égard des héritiers ou de tiers serait nulle en vertu de l article 900 du Code civil La clause suivant laquelle «Les donateurs se réservent, à leur profit, le droit de retour des droits compris dans la présente donation, avec réversibilité sur la tête du survivant d eux, savoir que ce droit pourra s exercer pour l entièreté par le survivant d eux, pour le cas du prédécès du donataire» n est donc pas valable. 14. Ces héritiers peuvent toutefois se prévaloir d un retour conventionnel si ce droit est né du vivant du donateur : Civ. Tournai, 8 mai 1872, Pas., 1874, III, p Voy. F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 540, n 449 ; E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p M. Puelinckx- Coene, «Schenkingen onder ontbindende voorwaarde», in Schenking. Vermogensplanning met effect bij leven, coll. Handboek Estate Planning, 2 e éd, Gand, Larcier, 2009, p. 467, n En ce sens, H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 387, n 298, B, et les nombreuses références citées ; E. de Wilde d Estmael, B. Delahaye et G. Hollanders de Ouderaen, «Les donations», in Rép. Not., t. III, l. VII, Bruxelles, Larcier, 2009, p. 247, n 219. Voy. aussi J. Sace, «Les libéralités. Dispositions générales», in Rép. Not., t. III, l. VI, Bruxelles, Larcier, 1993, p. 258, n 243.

5 La clause de retour conventionnel Doctrine 16. S il y a plusieurs donateurs, le droit de retour conventionnel peut n être prévu qu au profit de certains d eux, mais uniquement à concurrence de leur part respective 18. Exemple de clause Les donateurs déclarent se réserver, chacun à son profit et pour ce qui le concerne, le droit de retour sur les quotités qu il a données, dans le cas du prédécès du donataire. S il est consenti au profit de tous, le droit de retour ne jouera qu au bénéfice des donateurs encore en vie au moment du décès du donataire et uniquement à concurrence de la part qu ils ont donnée. La part donnée par le ou les donateur(s) prédécédé(s) tombe dans la succession du donataire sans qu il soit possible de prévoir que l intégralité du bien donné reviendra au survivant des donateurs 19. Si le donateur décède sans que la condition résolutoire se réalise, c est- à- dire alors que le donataire est toujours en vie, la donation devient définitive. C. Les donations visées par le retour conventionnel 17. Le droit de retour conventionnel peut être inséré dans n importe quelle forme de donation. Si la donation est notariée, il est inséré dans l acte. Si la donation est manuelle ou indirecte, il est stipulé dans un pacte adjoint. Qu en est- il de la donation déguisée? La donation déguisée peut comporter un retour conventionnel 20 mais l acte apparent ne peut contenir la clause de retour car l acte secret serait immédiatement révélé. Le retour conventionnel doit être stipulé dans un acte On relèvera toutefois que si le retour en faveur des tiers ou des héritiers du donateur est la cause impulsive et déterminante de la donation, c est toute la donation qui doit être considérée comme nulle (N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 108, n 112). 18. M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, pp. 175 et 176, n M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 108, n 169. Même en cas de retour partiel d un bien immobilier, il est conseillé de dresser un acte authentique, signé par le donateur survivant et les héritiers du donataire, qui sera taxé au droit fixe et transcrit aux registres des hypothèques. Une information foncière complète sera de la sorte réalisée (Centre de consultation de la Fédération des notaires, question de la semaine 8 [02/2005]). 20. Contra : E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 75. séparé, qui ne vaudrait toutefois qu entre parties et ne serait donc pas opposable aux tiers et, par voie de conséquence, à l administration fiscale (art C. civ.) Il va de soi que la clause de retour conventionnel doit être stipulée, c est- à- dire être expressément indiquée dans un des actes susdécrits 22. Elle ne peut être tacite. Ainsi, une donation avec une clause d avancement d hoirie ne pourrait constituer une présomption de retour conventionnel ; il en va de même d une clause interdisant au donataire d aliéner ou d hypothéquer le bien donné La formulation de la clause n est pas sacramentelle mais elle doit établir de façon certaine la volonté du donateur 24. Ainsi, le donateur est tenu de préciser explicitement qu il souhaite le respect du droit de retour conventionnel et non simplement «un droit de retour». En effet, ces derniers termes pourraient être interprétés comme le souhait de voir appliquer le droit de retour légal (art. 747 C. civ.), situation beaucoup moins radicale que le retour conventionnel. 20. Notons encore qu un retour conventionnel peut être prévu quel que soit l objet de la donation (mobilier, immobilier, corporel, incorporel, etc.). Seules les donations portant sur des fruits et des revenus ne peuvent être assorties d un droit de retour conventionnel 25. Le droit de retour légal concerne toutes les donations, quel que soit leur objet, mais la preuve de ces donations devra être démontrée. Il va de soi qu étant légal, il ne doit pas être stipulé. D. Le moment de la stipulation du retour conventionnel 21. En principe, le retour est stipulé au moment de la donation. Pourrait- il l être après? Les avis divergent. 21. E. de Wilde d Estmael, B. Delahaye et G. Hollanders de Ouderaen, «Les donations», in Rép. Not., t. III, l. VII, Bruxelles, Larcier, 2009, p. 246, n L article 951 du Code civil dispose : «Le donateur pourra stipuler». Voy. aussi F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 545, n J. Sace, «Les libéralités. Dispositions générales», in Rép. Not., t. III, l. VI, Bruxelles, Larcier, 1993, p. 257, n 243 ; E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 680, n 565, B. 25. Ibid., p. 683, n 568 et p. 686, n 571. De par leur nature, ils sont en principe destinés à être consommés par le donataire. Qui plus est, les fruits et revenus des biens donnés échappent toujours à la rétroactivité du droit de retour, conformément au droit commun de la condition résolutoire. 9

6 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 10 Certains 26 considèrent que l ajout postérieur d un retour conventionnel porte atteinte au caractère irrévocable de la donation. De pur et simple, le droit du donataire deviendrait conditionnel. En d autres termes, l absence de clause de retour conventionnel a rendu le donataire propriétaire inconditionnel et définitif du bien donné de telle manière que la stipulation ultérieure d un droit de retour reviendrait à ôter au donataire une partie de ses droits et à porter dès lors atteinte à l irrévocabilité de la donation. Il nous semble qu un droit conventionnel peut être prévu postérieurement, de commun accord, dans un acte séparé mais cet ajout doit être considéré comme une donation du donataire originaire à l égard du donateur originaire, sous la condition suspensive du prédécès du donataire originaire 27. Les conditions de fond et de forme des donations doivent donc être remplies. S il s agit d une donation d immeuble, cet acte séparé doit être transcrit et devra donc être authentique. Il ne sera opposable aux tiers qu à dater de la transcription. Il importe de relever que l ajout de la clause résolutoire ne peut pas porter préjudice aux tiers qui auraient acquis entretemps des droits sur le bien donné ou à l administration fiscale qui pourrait juger la clause inopposable à son égard. En ce qui concerne cette dernière, il faut distinguer selon que le contrat a sorti ou non tous ses effets au moment de la rédaction de la clause ultérieure. Le contrat a sorti tous ses effets Il est clair que l administration fiscale pourrait considérer que la clause ultérieure constitue soit : 26. J. Sace, «Les libéralités. Dispositions générales», in Rép. Not., t. III, l. VI, Bruxelles, Larcier, 1993, p. 257, n 243 ; E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 81, n 22. Voy. aussi J. Bael (Het verbod van overeenkomsten over niet opengevallen nalatenschappen, Malines, Kluwer, 2006, pp ) considère qu il s agit même là d un pacte sur succession future. 27. M. Puelinckx- Coene, Rapport présenté le 13 septembre 2003 à la Chambre néerlandaise du Comité d études et de législation, Dossier n 4357 (Donation Clause de retour conventionnel ultérieure), in Travaux du Comité d études et de législation. Année 2004, Bruxelles, Bruylant, 2005, pp. 91 à 105 ; N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 107, n 111 ; M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 94, n 144 ; W. Pintens, Ch. Declerck, J. Du Mongh et K. Vanwinckelen, Familiaal vermogensrecht, 2 e éd., Anvers, Intersentia, 2010, p. 609, n 1143 ; J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, p. 17, n 21. Comp. : L. Weyts, «Evolutieve bedingen of wijzigingen nadien bij schenkingsakten», in Confronting the frontiers of family and succession law. Liber amicorum Walter Pintens, t. II, Cambridge, Antwerp, Portland, Intersentia, 2012, p L auteur se demande si on ne peut pas y voir le simple ajout d une modalité de la donation existante sur laquelle le donataire marquerait son consentement. une donation par le donataire initial au donateur initial sous condition suspensive du prédécès du donataire initial devenu donateur (et donc perception du droit de donation au jour du décès et application de l article 66bis C. succ. ; art du V.C.F. ) 28 ; une simple confirmation de la règle du retour légal (et donc perception des droits de succession en cas de prédécès du donataire). Quelle que soit la position de l administration fiscale, il y aura perception du droit de donation ou de succession. Le contrat n a pas sorti tous ses effets La clause a fait l objet d un acte publié : Il est difficile de prévoir la réaction de l administration fiscale face à une telle clause lors de l enregistrement de l acte notarié. Il semble néanmoins que les parties pourraient invoquer l omission involontaire lors de la rédaction de l acte initial mais il s agit d une simple appréciation qui dépendra du bon vouloir de l administration fiscale. Il est à craindre qu elle ne se montre stricte en se basant notamment sur l article 951 C. civ. qui prévoit que le donateur pourra stipuler le droit de retour. Une stipulation semble donc être nécessaire. La clause n a pas fait l objet d un acte publié : Dans ce cas, il est à craindre que l administration fiscale, à juste titre, invoque l article 106 C. succ. (art du V.C.F.) La portée de l article 106 (art du V.C.F.) est claire : les parties ne peuvent se prévaloir à l encontre de l administration fiscale non seulement de l acte instrumentaire, c est-à-dire de l écrit qui constate que la convention intervenue est autre que la convention apparente, mais de la simulation elle-même 29 ; d autre part, il est bien évident que la sincérité des faits allégués ne peut être prise en considération. À peine de tomber dans l arbitraire, l administration fiscale doit appliquer l article 106 (art du V.C.F.) sans aucune restriction. Toutefois, elle a le droit de s en tenir à la situation réelle, si tel est son intérêt 30. Il est donc à craindre que, si elle y a intérêt, elle refuse de tenir compte de la clause postérieure pour soutenir la perception des droits de succession en invoquant le droit de retour légal (pour autant que ses conditions d application soient réunies). 28. M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 94, n Civ. Arlon, 11 juillet 1922, conf. par Liège, 5 mai 1923, Rec. gén. enr. not., n os et ; Civ. Bruxelles, 12 juillet 1941, Rec. gén. enr. not., n ; Rev. enr. et dom., n Rép. du Ministre des Finances à une question parl. du 1 er avril 1985, Rec. gén. enr. not., n

7 La clause de retour conventionnel Doctrine 22. Compte tenu de l absence d unanimité en doctrine quant à la validité d une clause de retour ajoutée a posteriori, et des conséquences fiscales qu un ajout ultérieur est susceptible d avoir, on ne peut qu encourager les praticiens à l insérer ab initio 31. II. La nature juridique du retour conventionnel et ses conséquences A. La nature juridique du retour conventionnel 23. Le retour conventionnel est une condition résolutoire de la donation. Le retour légal est un mode d acquisition à titre successoral (il ne s agit pas à proprement parler d une «reprise» du bien donné). Il ne peut donc s exercer que si le bien donné existe encore en nature dans la succession (ou que si le prix de son aliénation est encore dû). L ascendant donateur récupère le bien dans l état dans lequel il se trouve, avec les charges dont le donataire l a éventuellement grevé 32. Par ailleurs, le successeur anomal doit être capable et digne de succéder. Il dispose également de l option successorale et s il est également appelé à la succession légale ordinaire, il peut opter différemment. La condition résolutoire est parfaitement licite puisqu elle se base sur un événement casuel et incertain : le prédécès du donataire seul ou le prédécès du donataire et de ses descendants. Pareil événement ne dépend nullement de la volonté du donateur 33. Elle est du reste expressément prévue à l article 951 du Code civil. En revanche, un retour conventionnel ne pourrait pas être stipulé pour le cas du décès du donataire car dans ce cas, on serait en présence d un terme extinctif qui violerait la règle de l irrévocabilité des donations Dans le même sens, E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 282, n H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 684, n J. Verstraete, «Schenking met beding van terugval», in Liber amicorum Christian De Wulf, Bruges, die Keure, 1993, p. 205, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 74. B. Les conséquences 1. Le caractère rétroactif du droit de retour 24. S agissant d une condition résolutoire, le retour conventionnel, s il a lieu, opère avec effet rétroactif (art C. civ.) 35. Le bien retourne en nature dans le patrimoine du donateur 36. Puisque le donataire est réputé n avoir eu aucun droit sur le bien donné en raison de la rétroactivité du retour, il n a pu valablement en transmettre aucun 37. C est donc logiquement que l article 952 du Code civil stipule que l effet du retour est de résoudre toutes les aliénations du bien donné et de faire revenir ce bien au donateur, franc et quitte de toutes charges et hypothèques 38. La transcription de l acte de donation immobilière aura permis aux tiers d être avisés de la précarité du titre de propriété du vendeur. Ces tiers ne peuvent dès lors se prévaloir de l usucapion par dix ou vingt ans, leur bonne foi étant mise en doute par le fait qu ils auraient dû connaître la clause de retour insérée dans l acte de donation. Ils ne pourront donc en principe qu invoquer la prescription trentenaire qui ne commence à courir, conformément à l article 2257 du Code civil, qu à dater du jour de la réalisation de la condition 39. En matière mobilière, les tiers de bonne foi pourront toutefois se prévaloir de l article 2279 du Code civil 40. Le droit de retour sur la chose donnée est, dans ce cas, converti en une créance, chiffrée sur la base de la valeur du bien donné au jour du décès. 25. Tant que la condition est pendante, c est- à- dire tant que le donateur et le donataire sont en vie, la 35. Rép. Not., «Traité des hypothèques et de la transcription» (E.Genin, mis à jour par R. Poncelet, A. Genin, G. de leval et M. Renard- Declairfayt), t. X, l. I, Bruxelles, Larcier, 1988, p. 272, n Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p Toutes les aliénations successives du bien sont concernées (R. Jansen, «Zakelijke subrogatie bij enkele figuren uit het notariële (familial) vermogensrecht», in Le défi du notaire, Journées notariales de Ciney des 22 et 23 septembre 2011, Bruxelles, Larcier, 2011, p. 257, n 14). 38. L article 952 in fine du Code civil énonce que l hypothèque légale de la femme du donataire échappe à la rétroactivité de la condition pour autant que l immeuble ait été donné au mari par contrat de mariage. Cette exception n est plus d application pour les époux soumis aux nouvelles règles de la loi du 14 juillet 1976 qui a abrogé les dispositions de la loi hypothécaire réglementant cette hypothèque légale (J. Sace, «Les libéralités. Dispositions générales», in Rép. Not., t. III, l. VI, Bruxelles, Larcier, 1993, p. 259, n 243). 39. H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 687, n W. Pintens, Ch. Declerck, J. Du Mongh et K. Vanwinckelen, Familiaal vermogensrecht, 2 e éd., Anvers, Intersentia, 2010, p. 609, n Pour davantage de développements, voy. R. Jansen, «Zakelijke subrogatie bij enkele figuren uit het notariële (familial)vermogensrecht», in Le défi du notaire, Journées notariales de Ciney des 22 et 23 septembre 2011, Bruxelles, Larcier, 2011, p. 257, n

8 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 12 donation produit les effets d une donation simple. Durant cette période d attente, le donataire est plein propriétaire du bien donné et il le gère librement. Il peut vendre, donner, échanger, louer le bien. Le bien peut également faire l objet d une saisie par les créanciers du donataire. Si la condition résolutoire se réalise, ces actes sont rétroactivement anéantis. En revanche, si la condition est défaillie, les droits du donataire sont définitivement consolidés de même que ceux de ses ayants droit sous réserve d une éventuelle action en réduction lors du décès du donateur en cas de dépassement de la quotité disponible. 26. Conformément au droit commun, les fruits perçus ne doivent être rendus qu à partir du jour où le droit de retour s applique effectivement 41. De même, les actes d administration posés restent valables. Il en va notamment ainsi des baux consentis par le donataire pour autant que leur durée n excède pas neuf ans 42. Dans le cadre du retour légal, le donateur récupère le bien à titre successoral sans rétroactivité et éventuellement grevé des droits réels constitués sur le bien par le donataire. Si le bien a été aliéné, il n existe plus en nature dans la succession de sorte que la succession anomale ne s ouvre pas, même en cas de subrogation. Toutefois, si le prix de l aliénation était encore dû au jour du décès, le droit se reportera sur le prix. Si le donataire a vendu le bien et si la vente est annulée, la succession anomale s ouvrira également car le bien se retrouvera dans la succession en raison du caractère rétroactif de la nullité. Si le donataire a légué le bien, c est au légataire qu il est transmis et non au donateur. Le droit de retour légal ne joue qu à défaut de dispositions de dernières volontés. La succession anomale est en effet une succession légale. 27. On notera enfin que si la donation était assortie d une charge, le donateur est en principe tenu de restituer ce qu il a reçu Le caractère automatique du droit de retour 28. Le droit de retour agit en principe de plein droit. Le donateur redevient unique propriétaire des biens donnés et il peut en exiger leur restitution immédiate. 41. I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, p E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Voy. Cass. fr., 7 juin 1995, D., 1995, p En l espèce, il a été décidé que le donateur était tenu de restituer au conjoint de la donataire la somme que cette dernière avait versée en exécution d un contrat rétroactivement anéanti. Si les successeurs du donataire s opposent au droit de retour, le donateur n aura d autre alternative que d introduire une action en revendication ou en paiement, selon que le bien donné est un corps certain ou une chose de genre 44. Le tribunal de la famille, après avoir vérifié la réalisation de la condition, constate le retour conventionnel. Il ne le prononce pas 45. Si le retour porte sur un immeuble, il est utile d établir un acte notarié constatant le retour. Cet acte sera transcrit pour assurer la publicité de la réalisation de la condition à l égard des tiers L absence de taxation en droit de succession 29. C est en vertu d une condition résolutoire insérée dans un contrat que le donateur récupère le bien donné, et non à titre successoral. Il en résulte que des droits de succession ne doivent pas être acquittés lors du décès du donataire. En revanche, les droits de donation éventuellement payés à l occasion de la donation ne sont pas restitués car ils ont été régulièrement perçus (art. 208 C. enr.). En sa qualité de successeur anomal, le successeur anomal doit s acquitter du paiement de droits de succession, en fonction de la valeur vénale du bien donné au jour du décès, en vertu de l article 1 er du Code des droits de succession (ou art du V.C.F.). Les droits de donation, le cas échéant acquittés, ne sont pas restitués. On notera toutefois les tempéraments apportés par les législations wallonne et flamande à cet égard : l article 67bis du Code des droits de succession wallon, introduit par le décret du 18 décembre 2008, prévoit qu il n est pas tenu compte de la valeur des biens qui ont été antérieurement donnés entre vifs au défunt par un héritier pour la liquidation des droits de succession dus par cet héritier, si la donation a été constatée par acte remontant à moins de cinq ans avant le décès. C est la valeur vénale du bien au jour de la donation qui est exonérée. Si le 44. M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 180, n M. Puelinckx- Coene, «Schenkingen onder ontbindende voorwaarde», in Schenking. Vermogensplanning met effect bij leven, coll. Handboek Estate Planning, 2 e éd, Gand, Larcier, 2009, p. 464, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 77 ; N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 111, n 115. Pour un modèle d acte, voy. C. De Wulf, (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, pp. 424 et 425, n 738.

9 La clause de retour conventionnel Doctrine bien donné a augmenté de valeur entre le jour de la donation et le jour du décès, la différence est taxée en droits de succession 47. l article 55quinquies Code des droits de succession flamand (art du V.C.F.), introduit par le décret du 6 décembre 2013 et entré en vigueur le 24 janvier 2014, prévoit qu est exempte de droits de succession la valeur des biens qu obtiennent les ascendants dans la succession du testateur (! lire «le défunt») lorsque les conditions cumulatives suivantes sont remplies : les biens ont fait l objet d une donation entre vifs par ces ascendants au «testateur» avant son décès (sans qu il soit exigé que cette donation remonte à 5 ans maximum avant le décès, comme en Région wallonne) ; les biens se trouvent encore en nature dans la succession ou, lorsqu ils ont été cédés, il existe encore une «créance» pour ces biens dans la succession (cette condition n est pas exigée en Région wallonne) ; le «testateur» est mort sans descendants. L application de cette exemption doit être expressément demandée dans la déclaration de succession. À défaut, il n est pas possible de demander une restitution des droits de succession déjà payés Il résulte de ce qui précède que, fiscalement, le droit de retour conventionnel est en principe plus avantageux que le retour légal de sorte que le praticien veillera à insérer un droit de retour conventionnel dans l acte de donation ou dans le pacte adjoint même si le droit de retour légal pourrait trouver à s appliquer. Si le bien donné se trouve encore dans le patrimoine du donataire, il ne devra pas être mentionné à l actif de la déclaration de succession. En effet, de par l effet rétroactif, le bien disparait du patrimoine du donataire. Dans ce cas, il n y aura donc aucun élément à l actif ou au passif de la succession. Il sera alors judicieux d expliquer le retour conventionnel à la fin de la déclaration. S il a été convenu d un retour par équivalent, c està- dire en valeur (voy. infra, n 56) ou si le bien donné n existe plus en nature, la créance due au donateur figurera au passif de la déclaration (sur les risques liés à l éventuelle applicabilité de l art. 33 C. succ. ou art du V.C.F., voy. infra, n 56) Comp. : E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Pour un commentaire, voy. E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, pp. 276 à Dans ce cas, le bien n existera plus en tant que tel dans le patrimoine du donataire, mais éventuellement, sous une autre forme ; 4. Le bénéfice du retour limité au donateur 31. Le droit de retour conventionnel ne peut bénéficier qu au donateur, à l exclusion de ses propres héritiers (voy. supra, n 14). Il s agit ici aussi d une conséquence liée à la nature du retour conventionnel. 5. L indemnisation des dommages causés au bien et des améliorations y apportées 32. Si le donataire a détérioré le bien qui fait l objet du retour conventionnel, ses successeurs doivent, sauf convention contraire, indemniser le donateur. Conformément à l article 1083 du Code civil, les choses doivent être remises dans le même état que si la donation n avait pas eu lieu 50. Le donateur ne pourra toutefois pas exiger d indemnisation si le bien a diminué de valeur en raison de son usure normale À l inverse, si le donataire a amélioré le bien, les héritiers du donataire doivent être indemnisés par le donateur, sur la base de la théorie des impenses 52. En cas de succession anomale, aucune indemnité de ce genre n est due : le donateur reprend le bien dans l état dans lequel il est au moment de l ouverture de la succession. Une indemnité ne peut être prévue car il s agirait d un pacte sur succession future, prohibé. 6. L absence de contribution du donateur au passif héréditaire 34. Sauf convention contraire, le donateur ne participe au règlement d aucune dette successorale. Il n est ainsi pas tenu de supporter les dettes que le donataire aurait consenties pour améliorer ou entretenir le bien et qui demeureraient impayées au moment où le décès du donataire s est produit. Ces dettes sont donc en principe à charge des successeurs qui ne recueillent pourtant pas le bien. Le successeur anomal, quant à lui, doit contribuer au passif de la succession dans la mesure de sa vocation successorale. l actif du défunt se composera dès lors de tout ce qui compose son patrimoine au jour de son décès (en ce compris les actifs fictifs). 50. F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 551, n N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 112, n I. De Stefani, «La donation et ses impacts successoraux. Quelques questions choisies», in Les donations. Aspects civils et fiscaux, Limal, Anthemis, 2011, p. 197, n

10 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 14 III. Les modalisations du retour conventionnel 35. Le droit de retour conventionnel peut faire l objet de modalisations. Il est en effet admis que les articles 951 et 952 du Code civil sont de nature supplétive 53. Tel n est pas le cas du droit de retour légal en raison de la prohibition des pactes sur succession future. Il n est ainsi pas possible de convenir que le droit de retour légal jouera même en présence d une postérité dans le chef du donataire. Pour le reste, force est de reconnaître que l interdiction de procéder à des aménagements conventionnels n est pas nécessairement gênante. En effet, si le donataire souhaite vendre, donner ou léguer le bien donné, il peut le faire sans crainte que le bien fasse retour, à son décès, dans le patrimoine du donateur. Il en va de même si le bien doit être hypothéqué. En cas de décès, le bien fera retour dans le patrimoine du donateur dans l état dans lequel il se trouve, c est- à- dire grevé de l hypothèque. Le fait que le droit de retour légal ne puisse pas être modalisé signifie aussi qu en présence d une clause de retour conventionnel, plus contraignante quant à ses effets que le droit de retour légal (dont les conditions d ouverture sont, par hypothèse, réunies), l ascendant donateur pourra se prévaloir du droit de retour légal sans qu on puisse lui opposer le respect de la clause de retour conventionnel Les lignes qui suivent vont examiner les modalisations du droit de retour conventionnel. La pratique est assez diversifiée à cet égard. Les clauses les plus simples côtoient les clauses les plus complexes. A. La limitation ou la suppression de la rétroactivité 37. Si un tiers souhaite acquérir un immeuble susceptible de faire l objet d un retour conventionnel, le risque de résolution ne doit pas être négligé. Il en va de même pour une institution financière qui accepterait en garantie une hypothèque sur le bien donné. Face à un tel titre de propriété, il relève du devoir de conseil du notaire d aviser le candidat- acquéreur ou le créancier hypothécaire potentiel des conséquences de l existence d une clause de retour dans l acte origi- 53. Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 684, n 570 ; E. de Wilde d Estmael, B. Delahaye et G. Hollanders de Ouderaen, «Les donations», in Rép. Not., t. III, l. VII, Bruxelles, Larcier, 2009, p. 248, n 221, note infrapaginale 5. Voy. l exemple donné par I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain-la-Neuve, Anthemis, 2005, pp.133 et 134, n 20. naire et de faire les recherches aux fins de vérifier si la clause est encore d application au jour de la passation de l acte authentique de vente ou de crédit 55. Si tel est le cas, le bien est difficilement négociable et ne constitue pas un bon instrument crédit. La clause de retour est en porte- à- faux avec le besoin de sécurité de l acquéreur ou du créancier hypothécaire. Afin d anticiper ces difficultés, l acte de donation peut comprendre certaines clauses particulières qui tendent à modaliser le droit de retour. 38. Il est d abord possible de renforcer les effets du retour en stipulant une interdiction d aliéner ou d hypothéquer 56. Les difficultés engendrées par la rétroactivité ne se poseront pas puisque le bien donné sera demeuré dans le patrimoine du donataire mais cette inaliénabilité pourrait ne pas convenir au donataire. Exemple de clause Le donataire ne pourra disposer du bien donné aussi longtemps que le donateur sera en vie. Il ne pourra l aliéner ni le grever de droits réels ni encore le mettre en garantie de ses dettes ou d obligations souscrites par des tiers. Le non- respect de ladite charge entraînera la résolution de la donation. 39. À l inverse, il est également permis de procéder à un affaiblissement des effets du retour. Il est loisible aux parties d aménager, voire de supprimer, les effets de la rétroactivité qui résultent de la réalisation de la condition résolutoire. La théorie de la rétroactivité n est pas d ordre public On peut prévoir ab initio que l exercice du droit de retour ne préjudiciera ni aux éventuelles aliénations faites par le donataire ni aux hypothèques et autres charges réelles que le donataire aurait imposées sur le bien donné. Ainsi, si le donataire compte vendre l immeuble, l acquéreur sera assuré que le bien acquis ne fera pas retour dans le patrimoine du donateur. La clause peut être d application quelle que soit l identité du cocontractant du donataire ou être limitée à tel ou tel cocontractant. Il reste encore à régler les rapports entre le donateur et le donataire. 55. E. de Wilde d Estmael, B. Delahaye et G. Hollanders de Ouderaen, «Les donations» in Rép. Not., t. III, l. VII, Bruxelles, Larcier, 2009, p. 249, n M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, pp. 111 et 112, n 174 ; N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 110, n Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p. 148 ; Cass., 9 novembre 1956, Pas., 1957, I, p. 254.

11 La clause de retour conventionnel Doctrine Soit le donateur renonce au droit de retour. Celui- ci n est donc appelé à jouer que si le bien se retrouve encore en nature dans la succession, à l instar du retour légal. Les difficultés avec les tiers sont donc évitées mais une renonciation générale risque de vider la clause de retour de sa substance de sorte que le donateur préférera peut- être intervenir à l acte d aliénation ou de constitution d hypothèque pour donner son accord ou pour le refuser 58. Exemple de clause Le droit de retour conventionnel ne s exercera que si le bien se retrouve en nature dans la succession du donataire. Soit il renonce au retour en nature mais pas au droit de retour en tant que tel. Le retour est donc maintenu mais il est convenu qu il s exercera en argent. Quelle valeur doit être retenue? La valeur au jour de la donation, au jour de l aliénation ou au jour du décès? Toutes les options nous paraissent valables même si, dans la pureté des principes, c est la valeur au jour du décès qu il y a lieu de retenir car si le bien était resté dans le patrimoine du donataire, c est ce bien qui aurait fait retour, forcément à sa valeur à ce moment 59. En l absence de précisions, c est de cette valeur dont il y a lieu, selon nous, de tenir compte. L évaluation ne sera toutefois pas toujours aisée car le bien sera passé en d autres mains. Par ailleurs, la succession du donataire risque de devoir s acquitter d un montant supérieur au prix de l aliénation. On propose parfois de faire correspondre la somme due au prix de l aliénation, éventuellement indexé 60. La solution a le mérite d être aisée à mettre en œuvre car le prix de l aliénation est connu (en cas d aliénation à titre onéreux) et ne prête a priori pas à discussion. On peut aussi retenir la valeur du bien au jour de la donation avec la difficulté que si la donation n est pas authentique ou si elle n a pas fait l objet d un enregistrement, le bien n aura pas nécessairement été estimé de sorte qu il ne sera pas aisé de déterminer, le cas échéant longtemps après la donation, le montant à verser au donateur. 58. C. De Wulf (avec la collaboration de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 415, n Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, pp. 149 et I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, p Exemple de clause 61 En cas d aliénation du bien donné par le donataire, à titre gratuit ou à titre onéreux, le donateur renonce à en demander le retour en nature. Le retour opérera alors en valeur, la succession du donataire étant tenue de verser au donateur une somme égale à la valeur du bien au jour du décès du donataire/ au jour de la donation/au jour de l aliénation dans un délai de X mois à compter du jour du décès. À défaut d accord, la partie la plus diligente saisira le tribunal de la famille qui désignera un expert chargé d établir ladite valeur, sans contestation possible et aux frais de toutes les parties. La somme due sera versée dans un délai de X mois à dater du dépôt du rapport d expertise. En cas de non respect de ce délai, la somme due produira de plein droit, dès l expiration de ce délai et sans mise en demeure préalable, des intérêts au taux légal en vigueur au jour du décès, majoré de deux points. 41. En cas d affectation hypothécaire, le donateur peut consentir à récupérer le bien grevé de l hypothèque prise par le donataire 62. Le donateur peut aussi s engager à renoncer au droit de retour si le bien donné a été hypothéqué. Il peut encore s engager à renoncer au droit de retour si le bien a été hypothéqué et si, lors du prédécès du donataire, la mainlevée de l hypothèque n a pas été donnée. 42. Si le donataire est marié et s il envisage de faire le cas échéant apport du bien à la communauté, le donateur peut s engager à renoncer à la clause de retour si l apport se réalise, soit totalement, soit en ce qui concerne uniquement l usufruit du bien apporté 63. B. Le caractère automatique ou optionnel du droit de retour conventionnel 43. Dans la foulée d un courant qui cherche à privilégier au maximum l autonomie de la volonté du bénéficiaire d une clause patrimoniale au moment du décès, la doctrine a réfléchi à assouplir la clause de retour conventionnel en la rendant optionnelle. Le donateur bénéficie ainsi de la faculté de faire jouer ou non la clause de retour en fonction des contingences civiles et fiscales existant au jour du prédécès du donataire. 61. Pour une autre proposition de clauses, avec des variantes, voy. I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, pp. 140 et Rép. Not., «Traité des hypothèques et de la transcription» (E. Genin, mis à jour par R. Poncelet, A. Genin, G. de leval et M. Renard- Declairfayt), t. X, l. I, Bruxelles, Larcier, 1988, p. 272, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p

12 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 16 Il fera peut- être jouer le retour si le donataire est marié au jour de son décès ou si les enfants du donataire sont encore mineurs afin d éviter que le parent survivant dont il se méfie gère le bien donné, particulièrement s il s agit d un portefeuille- titres ou d actions d une société familiale, ce qu il lui appartient seul de faire conformément aux règles relatives à l autorité parentale. Il n exercera peut- être pas le droit de retour si les enfants du donataire décédé sans conjoint sont majeurs et aptes à gérer le bien donné. Le choix de l exercice ou non du retour pourrait aussi dépendre de la situation financière du donataire. L exercice du retour peut se révéler intéressant lorsque la succession du donataire comporte de nombreuses dettes. Les créanciers successoraux ne peuvent en effet faire valoir leurs droits sur les biens faisant l objet du retour 64. L exercice du retour permet aussi une transmission des biens donnés à un moindre coût fiscal (voy. supra, n 29). On ne le mettra toutefois pas nécessairement en œuvre si, à terme, le but est que les biens soient transmis aux enfants du donataire et si le donateur risque de ne plus disposer de la capacité juridique ou du consentement éclairé pour consentir une donation à ses petits- enfants. Si le donateur n est déjà plus capable d opter au jour du décès du donataire, il faudra, le cas échéant, veiller à préciser qu en l absence de choix dans le délai imparti, le retour est censé ne pas avoir été stipulé. 44. La question de la validité du caractère optionnel de la clause s est posé au regard de l article 944 du Code civil en vertu duquel est nulle la donation assortie d une condition dont l exécution dépend de la seule volonté du donateur. En pareil cas, il est en effet porté atteinte à l irrévocabilité renforcée des donations. Aucun grief de cet ordre ne peut toutefois être opposé à la clause de retour facultatif. La réalisation de la condition ne dépend nullement de la seule volonté du donateur. La volonté du donateur ne joue qu au niveau de l effet qui sera attaché à la réalisation de la condition résolutoire 65. Aucun risque n est à craindre, non plus, du côté fiscal. L administration fiscale ne peut invoquer la règle de l article 68 du Code des droits de succession (ou art du V.C.F.) en vertu de laquelle le bénéficiaire d une renonciation à une part successorale ab intestat ne 64. M. Puelinckx- Coene, «Schenkingen onder ontbindende voorwaarde», in Schenking. Vermogensplanning met effect bij leven, coll. Handboek Estate Planning, 2 e éd, Gand, Larcier, 2009, p. 464, n En ce sens, la conclusion adoptée à l unanimité par la Chambre française du Comité d études et de législation («La clause de droit de retour optionnel. Dossier n 2021»), Notamus, 3/2010, p. 8 ; Voy. aussi D. Michiels, «Les clauses optionnelles en droit patrimonial de la famille belge», Rev. not. b., 2012, p. 627, n 36. peut jamais payer moins de droits que le renonçant. En l espèce, il n est pas question de renonciation abdicative mais de l exercice d une option, d une faculté Afin de ne pas bloquer les opérations de liquidation et partage de la succession du donataire, il importe de veiller à préciser un délai endéans lequel le donateur doit exercer son choix en tenant compte du fait que la déclaration de succession doit déjà être déposée dans les quatre mois du décès (si le décès a eu lieu en Belgique, du moins si le défunt était un résident fiscal wallon ou bruxellois). Un délai de trois mois paraît à cet égard raisonnable. Si le donateur meurt à son tour, sans avoir exercé de choix, le droit d option passe aux héritiers du donateur. Si les héritiers choisissent de faire jouer le retour conventionnel, le bien donné fera retour dans le patrimoine du donateur et sera attribué conformément aux règles de dévolution applicables. Le mode de communication du choix sera également indiqué (par exemple, la lettre recommandée par la poste, le cachet de la poste faisant foi) de même que l identité de la personne à qui ce choix doit être communiqué (les successeurs et/ou le notaire liquidateur). Enfin, il sera précisé ce qu il en est en cas d absence de choix dans le délai imparti ou dans l hypothèse où le donateur n a plus la capacité juridique d exercer ce choix. Soit l absence de choix entraîne automatiquement le retour. Soit il fait obstacle au retour Exemple de clause En cas de prédécès du donataire, qu il laisse ou non une postérité / En cas de prédécès du donataire sans postérité / En cas de prédécès du donataire et de ses descendants, le donateur se réserve le droit de demander le retour du bien présentement donné, conformément à l article 951 du Code civil. Il devra faire connaître son choix par lettre recommandée avec accusé de réception adressée au notaire liquidateur et/ou aux successeurs du donataire dans un délai de trois mois à compter du décès du donataire, le cachet de la poste faisant foi. 66. En ce sens, la conclusion adoptée à l unanimité par la Chambre française du Comité d études et de législation («La clause de droit de retour optionnel. Dossier n 2021»), Notamus, 3/2010, p. 9. Voy. aussi D. Michiels, «Les clauses optionnelles en droit patrimonial de la famille belge», Rev. not. b., 2012, pp. 627 et 628, n 36. On notera que certains modèles de clauses optionnelles utilisent le terme «renonciation» ou «renoncer» («Le donateur se réserve le droit de renoncer au bénéfice de ce droit de retour dans les trois mois du décès du donataire»), qui est absolument à éviter. 67. Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p. 148.

13 La clause de retour conventionnel Doctrine À défaut d avoir pris attitude dans ce délai, le droit de retour conventionnel sera censé n avoir jamais été organisé au profit du donateur (variante : le droit de retour conventionnel sera censé sortir de plein droit ses effets au profit du donateur). C. Le retour conventionnel face à la situation du conjoint ou du cohabitant légal du donataire 47. En vertu de l article 745bis, paragraphe 2, du Code civil, le conjoint survivant recueille l usufruit des biens soumis au droit de retour légal à moins qu il en ait été décidé autrement dans l acte de donation. Rien de tel n est prévu pour le cohabitant légal survivant dans l article 745octies du Code civil. En présence d une clause de retour conventionnel, c est l inverse qui prévaut pour le conjoint survivant. L usufruit du conjoint survivant n est maintenu que s il est prévu qu il le soit 68. Il importe peu à cet égard que le bien donné soit resté dans le patrimoine propre du donataire ou ait été apporté à la communauté 69. S il est conventionnellement prévu que le retour ne portera pas préjudice aux droits en usufruit du conjoint, le bien ne retournera qu en nue- propriété dans le patrimoine du donateur, lequel n a évidemment pas la garantie de récupérer la pleine propriété du bien avant son propre décès. La même clause peut être prévue au profit du cohabitant légal en ce qui concerne son droit d usufruit sur la résidence commune. Une clause plus large est également possible. Le droit de retour ne porterait pas préjudice aux libéralités entre vifs ou à cause de mort que le donataire aurait faites à son conjoint/à son cohabitant légal, tant en pleine propriété qu en usufruit. Exemple de clause Le droit de retour s exercera sans préjudice aux droits successoraux légaux du conjoint/du cohabitant légal du donataire et sans préjudice aux libéralités entre vifs ou à cause de mort que le donataire lui aurait faites, tant en pleine propriété qu en usufruit. 68. L. Raucent, Les successions, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, Maison du Droit de Louvain, 1988, p. 107, n En cas de prédécès de l époux apporteur, le bien donné, puis apporté, fait en effet retour dans le patrimoine du donateur (E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 82, n 26). 48. L opportunité de garantir au survivant l usufruit du bien qui fait l objet du retour doit être appréciée au cas par cas. Il se peut ainsi que le donateur ne souhaite absolument pas que le conjoint du donataire le cas échéant nettement plus jeune que lui et avec qui il ne s entend pas jouisse du bien. Dans un tel cas de figure, il préférera récupérer le bien et le transmettre à une autre personne de son choix. À cet égard, il importe peu que le bien donné ait constitué le logement familial du donataire et de son conjoint. Celui- ci ne pourra s opposer au retour en arguant qu il ne peut être privé de sa réserve concrète. En l espèce, cette réserve concrète n existe pas. Par l effet de la condition résolutoire, le logement familial ne tombe pas dans la succession du donataire et la donation est censée n avoir jamais eu lieu. À l inverse, il se peut que le donateur accepte que le conjoint du donataire continue à occuper le bien. Il en sera ainsi si la donation a été consentie par le donateur à son fils et que ce dernier laisse des enfants en bas âge. Rien n empêche toutefois de limiter cet usufruit dans le temps. D. L objet du droit de retour 49. Le droit de retour porte en principe sur les objets qui ont été donnés, quelle que soit leur nature (argent, portefeuille- titres, maisons d habitation, terrains à bâtir, meubles meublants, bijoux, objets de collection, etc.). Généralement, c est l intégralité des biens donnés qui fait l objet du droit de retour. Rien n empêche toutefois de limiter le retour à certains des biens donnés ou à certains droits (uniquement la nue- propriété et non la pleine propriété) 70. Si le bien donné ne subit aucune transformation et est resté dans le patrimoine du donataire, aucune difficulté particulière ne se posera lors du retour du bien. En pratique, la situation est bien plus complexe. Plusieurs cas de figure doivent être distingués. 1. La donation a porté sur une somme d argent ou sur des choses fongibles 50. Il est parfaitement possible de prévoir un retour conventionnel si l objet de la donation est une somme d argent même si une somme d argent est, par nature, appelée à se confondre dans le patrimoine du donataire. Dans un tel cas, le donateur est en réalité titulaire 70. M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 176, n

14 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 18 d un droit de créance conditionnel portant sur le montant donné Si la donation a porté sur des choses fongibles, le donataire en devient définitivement propriétaire dès le jour de la donation. Il peut dès lors librement en disposer de sorte que le donateur bénéficie d un droit de créance conditionnel portant sur la même quantité de choses de même nature. En cas de prédécès du donataire, ses successeurs sont tenus d en rendre l équivalent même si le prix auquel le donataire les a aliénés est inférieur à la valeur des biens au jour du décès La donation a porté sur un bien qui a bénéficié d améliorations ou subi des transformations 52. Il arrive que le donataire procède à certaines améliorations du bien donné. Il a restauré le tableau, a remplacé les châssis de la maison, a équipé la maison de panneaux solaires, a remplacé la chaudière, etc. De même que la succession du donataire doit indemniser le donateur pour les dommages volontairement causés au bien, le donateur est tenu d indemniser la succession du donataire pour les améliorations dont le bien a bénéficié (voy. supra, n os 32 et 33). Il est toutefois possible de convenir que le bien fera retour tel qu il existera au moment du prédécès du donataire sans qu une quelconque indemnisation soit due Qu en est- il lorsque le donataire a reçu un terrain sur lequel il a construit un immeuble? Si le retour joue, le terrain fera retour au donateur avec la construction en vertu de la règle énoncée à l article 552 du Code civil selon laquelle la propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous 74. Il en va ainsi même dans l hypothèse où le donataire a contracté un crédit hypothécaire et que le donateur est intervenu à l acte Ch. Aughuet, «Droit civil Donation portant sur une somme d argent destinée à acquérir un immeuble Droit de retour conventionnel Quid du retour conventionnel portant sur l immeuble acquis au moyen des fonds donnés Quid de la subrogation? Retour subrogatoire», Notamus, 2/2007, p. 17. Pour l aspect fiscal, voy. infra n M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 112, n I. De Stefani, «La donation et ses impacts successoraux. Quelques questions choisies», in Les donations. Aspects civils et fiscaux, Limal, Anthemis, 2011, p. 197, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Sa renonciation se limite en effet à l hypothèque (M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 100, n 157). En principe, la construction fera toutefois l objet d une indemnisation de la part du donateur sur la base de la théorie des impenses 76. Dans un tel cas de figure, l opportunité du retour doit être clairement posée. L évaluation du coût de la construction risque d être compliquée si le donataire a lui- même effectué certains travaux ou s il ne dispose pas ou plus des factures. Une créance sera alors portée au passif de la déclaration de succession. Si le donateur est également un héritier du donataire, l application de l article 33 C. succ. (art du V.C.F.) ne pourra être évitée. Toutefois, si la réalité du don et de la clause de retour est démontrée, la dette réunira toutes les apparences de la sincérité au sens de cette disposition. Afin d éviter ces calculs fastidieux, l absence d indemnisation pour la construction peut théoriquement être prévue mais elle ne correspondra généralement pas au souhait des parties. Si le bien a constitué le logement du donataire et de sa famille, le conjoint du donataire et ses enfants 77 se verraient non seulement expulsés du logement mais, en outre, ils ne pourraient pas réclamer d indemnité pour la construction. Ne pourrait-on dès lors pas y voir une libéralité visée par l article 7 C. succ. (ou art du V.C.F.). Il peut dès lors paraître plus raisonnable de stipuler que le retour n aura pas lieu si le donataire a construit sur le terrain 78. On pourrait aussi prévoir un retour par équivalent, sur la base de la valeur du terrain au jour de la donation ou au jour du décès. Dans ce cas, une créance sera alors également portée au passif de la déclaration de succession avec, comme indiqué supra, l application de l article 33 C. succ. (art du V.C.F.). 3. La donation a porté sur un bien qui a été détruit 54. La perte fortuite, qu elle soit totale ou partielle, est supportée entièrement par le donateur. Réputé n avoir jamais perdu la propriété du bien donné, il faut en effet considérer que le bien donné est resté à ses risques 79. Cette solution se justifie aussi au 76. Centre de consultation de la F.R.N.B., question de la semaine 21 (05/2006). Pour un rappel de la théorie des impenses, voy. E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Si le retour a été prévu, que le donataire laisse ou non une postérité. 78. C. De Wulf (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 415, n M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 180, n 1233.

15 La clause de retour conventionnel Doctrine regard de l article 1302 du Code civil 80. Toutefois, s il s agit d une chose de genre, la succession du donataire sera tenue de rendre l équivalent en vertu de l adage «Genera non pereunt» 81. Si une indemnité d assurance a été versée, il n est pas certain que la succession du donataire en soit redevable au donateur 82. Si tel est le souhait des parties, autant expressément l indiquer pour éviter toute contestation. 55. Si la perte du bien est due à la faute du donataire, ses successeurs, réputés simples détenteurs, sont tenus d indemniser le donateur, sauf convention contraire 83. Il nous paraît que l indemnisation devra être chiffrée sur la base de la valeur du bien au jour du décès. 4. Le retour alternatif quant à son objet 56. Une clause de retour alternatif peut également être prévue. Le choix est laissé à la succession du donataire de faire porter le retour sur la chose donnée ou sur sa contre- valeur au jour du décès (ou au jour de la donation ou encore au jour de l aliénation si le bien donné a été aliéné). En cas de retour «par équivalent», la succession du donataire a ainsi la possibilité de conserver le bien donné tout en permettant au donateur d en récupérer la contre-valeur. Une créance sera alors portée au passif de la déclaration de succession. Si le donateur est également un héritier du donataire, l application de l article 33 du Code des droits de succession ne pourra être évitée. Mais si la réalité du don et de la clause de retour est démontrée, la dette réunira toutes les apparences de la sincérité au sens de cette disposition. Même si le retour a été aménagé, ce mécanisme est prévu par la loi ellemême E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p Ibid. 82. En ce sens, voy. l article 1303 du Code civil et E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 76 ; I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain-la-Neuve, Anthemis, 2005, p. 140, n 28. Contra : N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, pp. 112 et 113, n M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 180, n En ce sens également, Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p. 151 ; J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, p. 21, n Le retour conventionnel et la subrogation 57. Les parties pourraient- elles convenir de faire porter le retour en nature sur les biens qui se sont substitués aux biens donnés dans le patrimoine du donataire? On songe à l hypothèse où le donateur a acheté un bien avec l argent qui a été donné. Est- il possible de prévoir que le droit de retour portera sur le bien qui a été acquis et non pas sur la somme d argent? Les cas de figure sont multiples. Des parents donnent à un enfant une maison d une valeur de et à l autre enfant une somme de pour s acheter un immeuble. Les parents souhaitent que le retour porte, dans les deux cas, sur l immeuble. Des parents procèdent à un achat scindé usufruit/nuepropriété, rassurés par les quelques éclaircissements apportés par l administration quant aux conditions d application de l article 9 du Code des droits de succession (art du V.C.F.). Les parents financent l entièreté de l opération, c est- à- dire l acquisition de l usufruit en ce qui les concerne et l acquisition de la nue- propriété pour leur enfant. Est- il possible de convenir que le retour n aura pas pour objet la somme d argent donnée mais la nue- propriété du bien? Dans ces mécanismes de donation- achat, l objet de la donation est et reste la somme d argent donnée en vue d acquérir l immeuble, conformément à l enseignement constant de la Cour de cassation 85. Le donateur ne pourrait pas justifier (et donc exiger) que le retour porte sur (la nue- propriété de) l immeuble car, selon lui, c est ce qui aurait été donné. Pourrait- il convenir avec le donataire que le retour portera sur autre chose que la somme d argent, en l occurrence sur le bien acquis en emploi de la somme? La problématique est la même lorsque le donataire a reçu non pas une somme d argent mais un bien qu il a aliéné. Est- il autorisé de faire porter le retour sur le bien subrogé au bien donné? 58. Il est frappant de constater qu actuellement, nombre de clauses de retour conventionnel sont assorties d une clause subrogatoire. La plus grande prudence s impose néanmoins car, à notre connaissance, la validité de pareille clause n a pas encore été affirmée par la jurisprudence. Quant à la doctrine, elle est très divisée sur cette question. Pour Philippe De Page, la clause paraît licite en ce qu elle organise le mode de retour. Stipuler en termes 85. Cass., 15 novembre 1990, J.T., 1991, p. 518, note L. Vogel ; Cass., 11 février 2000, Rev. not. b., 2000, p. 677, obs. D.S. et Cass., 25 janvier 2010, Rev. trim. dr. fam., 2010, p. 1311, note F. Tainmont. 19

16 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 20 généraux la subrogation suffit 86. Il n est pas nécessaire d imposer au donataire l emploi ou le remploi du bien donné. D autres exigent toutefois une clause d emploi ou de remploi 87. Mieke Puelinckx- Coene 88, suivie par plusieurs autres auteurs que nous rejoignons 89, est, elle, nettement plus réservée quant à la validité de la subrogation. Il n est en effet pas évident d admettre que le bien subrogé va être soumis au même régime juridique que le bien donné initialement de telle manière que, par la réalisation de la condition résolutoire, le donateur sera réputé avoir toujours été le seul propriétaire du bien subrogé, lequel disparaîtra du patrimoine du donataire et échappera donc au gage de ses créanciers. Prenons un cas concret. Un père donne à sa fille une somme d argent pour qu elle achète un appartement. Une clause subrogatoire est prévue dans l acte de donation afin que le retour, s il joue, porte sur l appartement et non pas sur la somme d argent. La fille souhaite réaliser des travaux dans l appartement et cherche à contracter un crédit hypothécaire. 86. Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, pp. 152 et 153. Afin d éviter que la clause ne soit considérée comme constitutive d un pacte sur succession future (quod non, selon lui), un retour alternatif est proposé. Le retour porte, au choix du donateur, soit sur les biens acquis en emploi, remploi ou subrogation des biens initialement donnés, soit sur une somme correspondant à la valeur que les biens donnés auraient eue au jour du décès du donataire, le retour en argent étant préféré si les biens subrogés ont, au jour du décès, une valeur supérieure. Voy. aussi A. Verbeke, «Combi- schenking», in Schenkingen als instrument van vermogensplanning, Vormingsnamiddag Cyclus vermogensplanning, Formation organisée par le Nederlandstalige gemeenschapsraad de la F.R.N.B, le 17 février 2006, n F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, pp. 552 et 553, n 470. Voy. aussi I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, pp. 142 et 143. Selon elle, l emploi doit être prévu mais peut être rédigé en termes relativement généraux (avec la difficulté que cela comporte en termes de traçabilité). 88. M. Puelinckx- Coene, «Schenkingen onder ontbindende voorwaarde», in Schenking. Vermogensplanning met effect bij leven, coll. Handboek Estate Planning, 2 e éd, Gand, Larcier, 2009, pp. 467 et 468, n Ch. Aughuet, «Droit civil Donation portant sur une somme d argent destinée à acquérir un immeuble Droit de retour conventionnel Quid du retour conventionnel portant sur l immeuble acquis au moyen des fonds donnés Quid de la subrogation? Retour subrogatoire», Notamus, 2/2007, pp. 118 et 119. M.A. Masschelein (Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 110, n 171) déconseille la clause de subrogation réelle parce qu en l état actuel du droit, sa validité ne peut être garantie. C. De Wulf (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 418, n 727) est d avis que la clause peut susciter des objections. J. Bael (Het verbod van overeenkomsten over niet opengevallen nalatenschappen, Malines, Kluwer, 2006, pp. 282 et 283) y voit même un pacte sur succession future prohibé. Le titre de propriété mentionne que la fille a acquis le bien des vendeurs X et Y, sans mentionner l existence d une donation de sommes de la part de son père. Confiante, la banque octroie le crédit. La fille décède quelques années plus tard. Conformément à la clause subrogatoire, l appartement fait retour dans le patrimoine du père. Le créancier hypothécaire voit de la sorte le bien disparaître du patrimoine de son débiteur et son hypothèque anéantie en raison du caractère rétroactif du retour. En revanche, une hypothèse dans laquelle la clause subrogatoire ne paraît susciter aucune difficulté est celle où le bien donné a été aliéné une seule fois et où, au moment du prédécès du donataire, le prix n a pas encore été versé 90. Il en irait de même, selon nous, si le prix ne s était pas encore confondu dans la masse, à l instar de ce que prévoit l article du Code civil pour le retour légal dans la parenté adoptive simple. 59. Outre les difficultés relatives à la validité proprement dite du retour subrogatoire au niveau civil se pose aussi la question de la praticabilité de la clause. La subrogation doit en effet être prouvée, ce qui est loin d être évident surtout en cas d aliénations successives. Sans cette preuve, le retour ne pourra pas s exercer, à moins de prévoir un retour alternatif 91. Les difficultés se corsent encore quand la somme d argent n a servi que partiellement à l acquisition d un bien par le donataire et son conjoint ou lorsque le bien subrogé a été partiellement financé par l aliénation du bien donné et par d autres sources (un emprunt contracté par le donataire et son époux, d autres fonds propres du donataire ou des fonds propres du conjoint, etc.) Après avoir examiné la validité du retour subrogatoire qui est loin d être assurée de même que son opportunité, il reste à s interroger sur l incidence de la clause sur le plan fiscal. Comment l administration fiscale va- t elle analyser le retour dont il a été convenu qu il ne porterait pas sur 90. En ce sens également, M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 102, n 157, note infrapaginale 458 et M. Puelinckx- Coene, «Schenkingen onder ontbindende voorwaarde», in Schenking. Vermogensplanning met effect bij leven, coll. Handboek Estate Planning, 2 e éd, Gand, Larcier, 2009, p. 468, n I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, p. 143, n 30. Le retour porterait alors sur une somme d argent correspondant à la valeur d aliénation du bien. 92. Voy. sur cette question les solutions nécessairement complexes proposées par I. De Stefani («Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, pp. 143 et 144, n 31).

17 La clause de retour conventionnel Doctrine la somme d argent donnée mais sur l immeuble acquis au moyen de ces deniers? La doctrine est hésitante et la jurisprudence, à notre connaissance inexistante, ne nous est d aucun secours. 61. Est- il possible de soutenir que l acte qui constatera le retour est passible du seul droit fixe de 50 parce qu il ne s agit pas d un acte translatif ou déclaratif de propriété, le donateur tenant son titre non pas de l acte en question mais d un acte de donation antérieur? Ce n est pas si simple car la résolution de la donation dépend d une manifestation de volonté de la part du donateur, à tout le moins si le retour a été libellé de manière facultative Un droit proportionnel d enregistrement est- il nécessairement pour autant dû? Certains auteurs considèrent que le retour de l immeuble dans le patrimoine du donateur est passible du droit de vente de 10 ou 12,5 % (art. 44 C. enr. ou art du V.C.F.) 94. Philippe De Page 95 craint ainsi que l administration fiscale analyse l opération comme une dation en paiement et conseille dès lors de prévoir un retour subrogatoire alternatif. Le retour pourrait ainsi se réaliser 93. E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 285, n 25. Voy. aussi F. Werderfroy, Droits d enregistrement, Kluwer, , p. 143, n Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p. 153 ; N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, pp. 117 et 118, n 123 ; E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 82, n 27 ; J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, p. 21, n 34. Contra : E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 285, n 25. Selon cet auteur, l application du droit de vente suppose l existence d une transmission à titre onéreux, ce qui n est pas le cas ici. 95. Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p Comp. quant à la qualification de dation en paiement, Ch. Aughuet, «Droit civil Donation portant sur une somme d argent destinée à acquérir un immeuble Droit de retour conventionnel Quid du retour conventionnel portant sur l immeuble acquis au moyen des fonds donnés Quid de la subrogation? Retour subrogatoire», Notamus, 2/2007, p. 118 et E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 286, n 25. Ces auteurs estiment qu il n y a pas dation en paiement lorsque la donation prévoit expressément que le droit de retour portera sur le bien subrogé. Dans un tel cas de figure, la chose remise à titre de paiement n est pas différente de celle qui est due en vertu de l obligation. au moyen d une somme d argent mais encore faudrat il que la succession dispose des fonds nécessaires. Nathalie Labeeuw 96 estime que l administration fiscale pourrait invoquer la théorie de l apparence. 63. Dans le cas où la valeur du bien restitué sera supérieure à la valeur du bien donné, l administration fiscale pourrait difficilement établir l existence d une donation indirecte à hauteur de la différence de valeur car elle ne parviendra généralement pas à prouver l animus donandi dans le chef du donataire qui est, par hypothèse, décédé La plus grande incertitude règne donc sur le sort fiscal d un retour subrogatoire qui s effectue au moyen d un immeuble. Si les parties prennent malgré tout le risque civil et fiscal d insérer pareille clause, elles pourraient convenir qu en cas de subrogation, le retour aura lieu en valeur et non en nature, en fonction de l estimation du bien subrogé au jour du décès mais bien souvent, cela ne correspondra pas à leur souhait Qu en est- il dans le cas spécifique d une donation portant sur un portefeuille de valeurs mobilières? On le sait, une bonne et saine gestion du portefeuille implique que certains titres soient vendus tandis que d autres soient achetés. D autres titres encore viennent à échéance. Le bien donné ne reste pas figé mais est en continuelle évolution. Plusieurs options sont envisageables. Soit les parties renoncent à insérer un droit de retour qui s accommode mal de la nature du bien donné. Soit elles prévoient un retour par équivalent. En cas de prédécès du donataire, sa succession serait tenue de verser au donateur la contrevaleur du portefeuille au jour de la donation. Cette alternative est valable mais n est pas entièrement satisfaisante car, a priori, c est la valeur du portefeuille au jour de la réalisation de la condition dont il faudrait tenir compte. Par ailleurs, il n existe aucune garantie que la succession du dona- 96. N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, pp. 117 et 118, n Ph. De Page, «Les donations. Actualité de certaines clauses», in Liber amicorum Paul Delnoy, Bruxelles, Larcier, 2005, p. 153 ; E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 285, n N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 118, n 123 ; E. Spruyt, «Schenking in de stief- en zorgrelatie en tussen ex- en, vrijstelling van successierecht bij wettelijke terugkeer en verkrijgingen om niet door goede doelen : een beperkt vertimmerd Vlaams registratie- en successierecht», T. Not., 2014, p. 286, n

18 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael 22 taire disposera effectivement des liquidités nécessaires pour verser ce montant, d autant qu il pourrait exister d autres créanciers successoraux. Soit les parties font porter le retour sur le portefeuille envisagé in globo, tel qu il existe au jour du décès du donataire 99. Exemple de clause Les parties précisent que la donation ne se rapporte pas particulièrement aux éléments individuels composant ut singuli le compte- titres dont question mais porte sur le compte- titres envisagé in globo. La composition du compte- titres peut être modifiée par emploi ou remploi des différents éléments formant l universalité. Dès lors, les changements dans la composition du compte- titres par emploi ou remploi n affecteront pas l objet de la présente donation, étant le compte- titres individualisé sous le numéro *. Il est indispensable que le portefeuille- titres conserve une identité propre 100 et que le donataire ne puisse en disposer avant le décès du donateur, ce qui ne posera guère de difficultés pratiques si le donateur s en est réservé l usufruit 101. Dans un tel cas de figure, on évite les deux reproches généralement formulés à l encontre de la clause subrogatoire. Le bien qui fait retour est le bien qui a été donné et on évite les difficultés liées à la traçabilité des opérations effectuées. E. Autres modalisations 66. La clause de retour peut encore être limitée dans le temps. Ainsi, les parties pourraient prévoir que le droit de retour jouera si le donataire prédécède dans un délai de X ans à compter du jour de la donation. 67. Donateur et donataire peuvent aussi convenir que le retour ne jouera pas dans certaines hypothèses bien précises, par exemple lorsque le bien a été aliéné à titre gratuit ou à titre onéreux à telle ou telle personne (par exemple, les enfants du donataire, son 99. M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 102, n 157, note infrapaginale J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, pp. 20 et 21, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , pp. 76 et 77. conjoint) 102 ou plus généralement lorsque le donataire prédécède et laisse un conjoint ou un cohabitant (légal ou de fait) 103. IV. La renonciation au droit de retour conventionnel après l acte de donation 68. Lorsque la renonciation au droit de retour conventionnel n a pas été prévue dans l acte de donation (ou dans le pacte adjoint), par exemple en cas d aliénation du bien donné, le donateur a encore la possibilité de renoncer à ce droit de retour à tout moment, soit pendente conditione, soit même après le décès du donataire 104. Il ne s agit pas d un pacte sur succession future puisque le donateur ne renonce pas à des droits purement éventuels dans la succession future du donataire. Il renonce à des droits conditionnels qui se trouvent dans le patrimoine du donataire au jour de la renonciation 105. Il n est bien entendu pas possible de renoncer au droit de retour légal du vivant du donataire car il s agirait d un pacte sur succession future. Si le prédécès du donataire survient, l ascendant donateur peut néanmoins renoncer à cette succession anomale, sans qu il soit tenu d opter dans le même sens s il est également successeur dans la succession ordinaire. 69. Le cas échéant, une renonciation au retour lors de la donation dans l acte notarié de donation ou dans le pacte adjoint sera préférable. Il en va ainsi si le donataire redoute que le donateur refuse de renoncer ultérieurement au retour ou si, au moment où la renonciation au retour est envisagée, le cas échéant plusieurs années après la donation, le donateur ne dispose plus de la capacité juridique requise M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 111, n 172 ; C. De Wulf (avec la coll. de J. Bael et S. Devos), La rédaction d actes notariés. Droit des personnes et droit patrimonial de la famille, Waterloo, Kluwer, 2013, p. 414, n N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 109, n Pour un exemple de renonciation pendente conditione, voy. Civ. Bruges, 26 mai 1891, Pas., 1892, III, p En l espèce, le donateur avait concouru sans restrictions ni réserves à la vente de l immeuble donné M. Coene, «Commentaar bij art. 951 B.W.», in Erfenissen, schenkingen en testamenten. Commentaar met overzicht van rechtspraak en rechtsleer, Anvers, Kluwer, 2003, p. 26, n 60. Voy. aussi L. Flamant, «Nut of nutteloosheid van de tussenkomst van de schenker», T. Not., 2008, p. 277.

19 La clause de retour conventionnel Doctrine A. Pendente conditione 70. Pendente conditione, c est- à- dire durant la vie du donataire, le donateur peut renoncer en tout ou en partie au droit de retour, de manière expresse ou tacite 106. L occasion se présentera lorsque le donataire souhaite vendre ou affecter en hypothèque le bien donné et que l acte de donation ou le pacte adjoint ne traite pas de cette éventualité. Le donataire doit vaincre la réticence de son interlocuteur qui redoute l éventuelle résolution de la vente ou de l hypothèque. 71. La renonciation est expresse lorsque le donateur intervient à l acte pour renoncer à poursuivre le bien entre les mains du vendeur ou du créancier hypothécaire. La renonciation peut aussi intervenir en cas d apport du bien donné au patrimoine commun. La renonciation est tacite en cas de concours du donateur, sans réserves, à la vente du bien par le donataire ou à un acte d affectation hypothécaire Comment la renonciation doit- elle être qualifiée juridiquement? Les avis sont partagés en doctrine. Certains 108 voient dans la renonciation anticipée au retour conventionnel une nouvelle donation qui serait de la sorte consentie par le donateur originaire, pour autant que la renonciation intervienne animus donandi. La donation serait réalisée sous condition suspensive du prédécès du donataire. Le patrimoine du donateur s appauvrit car il perd une chance de récupérer le bien en cas de prédécès du donataire et le patrimoine du donataire s enrichit puisqu il est assuré de conserver le bien donné (sauf réduction en cas de dépassement de la quotité disponible) Rép. Not., «Traité des hypothèques et de la transcription» (E. Genin, mis à jour par R. Poncelet, A. Genin, G. de leval et M. Renard- Declairfayt), t. X, l. I, Bruxelles, Larcier, 1988, p. 272, n Dans cette hypothèse, la renonciation est limitée à l hypothèque (H. De Page, Traité élémentaire de droit civil belge, t. VIII, vol. 1, 2 e éd., Bruxelles, Bruylant, 1962, p. 689, n 571bis ; M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 100, n 157) M. Coene, «Commentaar bij art. 951 B.W.», in Erfenissen, schenkingen en testamenten. Commentaar met overzicht van rechtspraak en rechtsleer, Anvers, Kluwer, 2003, p. 26, n os 61 et 62 ; N. Labeeuw, «Recht van terugkeer en zakelijke subrogatie», T.E.P., 2006, p. 115, n 120 ; M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 112, n 175 ; W. Pintens, Ch. Declerck, J. Du Mongh et K. Vanwinckelen, Familiaal vermogensrecht, 2 e éd., Anvers, Intersentia, 2010, p. 609, n 1145 ; J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, p. 16, n 20. D autres considèrent que cette renonciation anticipée ne vient que conforter la donation originaire en consolidant les droits du donataire originaire 109. Les arguments qu ils avancent paraissent convaincants. D abord, force est de reconnaître que l intention libérale du donateur est rarement présente. Il ne s agit en effet pas tant de gratifier une nouvelle fois le donataire que de parer aux inconvénients de la clause de retour dans les relations du donataire avec les tiers. Par ailleurs, il ne paraît pas aisé de déterminer concrètement l objet de cette nouvelle donation. Ainsi, si la clause de retour n avait pas été insérée, l objet de la donation aurait- il été plus important que celui de la donation affectée d un tel retour? On peut en douter. 73. Si la donation est immobilière, la renonciation au droit de retour constitue une renonciation à un droit de propriété sous condition suspensive. Il s agit donc d une renonciation à un droit réel immobilier qui est assujettie à la transcription en vertu de l article 1 er de la loi de Notons encore que la renonciation au retour conventionnel n empêche pas le donateur de se prévaloir du retour légal si les conditions d application sont réunies au jour du décès du donataire 111. B. Après le décès 75. Le donateur peut renoncer au droit de retour une fois que la condition résolutoire s est réalisée, c est- à- dire lors du décès du donataire 112. Il laisse alors le bien donné à la succession du donataire. Comment qualifier l opération? À moins qu il soit facultatif, le retour opère automatiquement. Le bien a déjà fait retour dans le patrimoine du donateur avant que celui- ci n ait eu l occasion d y renoncer. Il faut dès lors considérer, nous semble- t il, que la renonciation constitue une nouvelle donation 109. M. Grimaldi, Droit civil. Libéralités. Partages d ascendants, Paris, Litec, 2000, p. 178, n 1230 ; E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p. 81, n 22 ; Ch. Aughuet et M. Grégoire, «Droit de retour conventionnel. Possibilité d y renoncer pendente conditione? Aspects civils», Notamus, 2/2009, pp. 16 à Rép. Not., «Traité des hypothèques et de la transcription» (E. Genin, mis à jour par R. Poncelet, A. Genin, G. de leval et M. Renard- Declairfayt), t. X, l. I, Bruxelles, Larcier, 1988, p. 272, n E. Beguin, «Quelques réflexions sur le retour conventionnel et la pratique notariale», Rec. gén. enr. not., 2009, n , p F. Laurent, Principes de droit civil, t. XII, Bruxelles, Bruylant, Paris, A. Durand & Pedone Lauriel, 1874, p. 550, n 466 ; I. De Stefani, «Le droit de retour», in La fiscalité des donations et ses incidences civiles, Louvain- la- Neuve, Anthemis, 2005, p

20 Doctrine Fabienne Tainmont et Emmanuel de Wilde d Estmael consentie par le donateur aux ayants droit du donataire 111. Cette qualification est bien entendu lourde de conséquences tant au niveau civil que fiscal 112, de sorte qu il est nettement préférable de libeller la clause de retour de manière facultative. Conclusion 76. La multiplication des donations, encouragée par une fiscalité favorable, a mis les clauses de retour conventionnel au devant de la scène doctrinale. Libellées de manière relativement simples jusqu il y a peu, ces clauses se sont considérablement sophistiquées, notamment pour préserver la liberté du donateur de faire jouer ou non le retour et pour tenir compte des éventuelles aliénations successives du bien donné. Il en résulte des clauses très complexes et parfois incohérentes. Certaines évolutions sont favorables et ne posent pas de difficultés quant à leur validité. En revanche, d autres sont plus audacieuses et ne sont pas exemptes de toute critique sur le plan juridique. On songe en particulier aux clauses de subrogation qui tendent actuellement à être systématiquement insérées dans les clauses de retour. La prudence est pourtant de rigueur. La jurisprudence ne s est pas encore prononcée sur leur validité ; l effectivité de la clause suppose une traçabilité des diverses opérations effectuées ; la subrogation est tout à fait inopportune dans certaines situations et son traitement fiscal est incertain. Plus que jamais, le praticien doit veiller à être à l écoute des parties. Il doit d abord poser la question de l opportunité d insérer une clause de retour. Il doit ensuite libeller la clause de telle manière qu elle soit compréhensible par les parties, adaptée à leur situation concrète et sûre d un point de vue juridique M.A. Masschelein, Schenking bij notariële akte, Bibliotheek Burgerlijk Recht en Procesrecht Larcier, Gand, Larcier, 2007, p. 112, n 175 ; W. Pintens, Ch. Declerck, J. Du Mongh et K. Vanwinckelen, Familiaal vermogensrecht, 2 e éd., Anvers, Intersentia, 2010, p. 610, n 1146 ; L. Weyts, «Evolutieve bedingen of wijzigingen nadien bij schenkingsakten», in Confronting the frontiers of family and succession law. Liber amicorum Walter Pintens, t. II, Cambridge, Antwerp, Portland, Intersentia, 2012, p Des droits de donation seront en effet dus selon l éventuel lien de parenté entre le donateur et les héritiers du donataire (J. Verstraete, «Wederzijdse giften met bedongen terugkeer als instrument van vermogensplanning», in Over naar familie. Liber amicorum Luc Weyts, Bruges, die Keure, 2011, p. 16, n 20).

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Région wallonne: simplification considérable du régime fiscal de la donation d un patrimoine mobilier

Région wallonne: simplification considérable du régime fiscal de la donation d un patrimoine mobilier Planification patrimoniale par donation Nous nous sommes intéressés de plus près à la planification patrimoniale par donation et avons examiné la situation en Région wallonne et en Région flamande. Région

Plus en détail

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006 ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES Loi du 23 juin 2006 La loi de finances rectificative pour 2006 (L. n 2006-1771, 30 décembre 2006, JO 31 décembre 2006) introduit dans le

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION

LES DROITS DE SUCCESSION LES DROITS DE SUCCESSION 1 Comment établir la base imposable et calculer les droits André CULOT PREMIÈRE ÉTAPE 2 La dévolution légale ou testamentaire 1 LA LIQUIDATION DE LA COMMUNAUTÉ Composition du patrimoine

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Table des matières. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7

Table des matières. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7 Table des matières Titre I. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7 André Culot Introduction 9 Chapitre I. La nouvelle loi sur l abus fiscal 10 Section 1. Généralités

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats?

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats? Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial Réponse Bacquet ou la fin des débats? 1 Pôle Expertise Epargne Banque Expertise Conseil et Patrimoine 2 Le contexte légal

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 1 Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 2 Le nouvel environnement fiscal des stratégies d anticipation successorale Olivier ROZENFELD Richard CHALIER 3 Les fondamentaux REGIME MATRIMONIAL ACTIF SUCCESSORAL

Plus en détail

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales JUILLET 2015 Le fil expert Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales N 4 LA DONATION-PARTAGE : Outil optimal de transmission du patrimoine Organiser de son vivant la transmission

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Droits d enregistrement et T.V.A.

Droits d enregistrement et T.V.A. Chroniques notariales vol. 49 Table des matières Droits d enregistrement et T.V.A. Partie I. Les droits d enregistrement........................... 112 Chapitre 1. Généralités......................................

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition

Plus en détail

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Avenue Louise 240 B-1050 Brussels Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2 600 52 01 Avenue Louise 290 B-1050 Brussels Tel. +32 2 629 81 20 Fax. +32 2 629 81 38 Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris

Plus en détail

LA DÉCLARATION DE SUCCESSION

LA DÉCLARATION DE SUCCESSION Edition juin 2014 auteurs : André Culot, conseil fiscal Pierre Culot, candidat notaire La déclaration de succession Quand Exception Qui Où Délai Comment A défaut Sanction LA DÉCLARATION DE SUCCESSION Lors

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION. Boucher & Associés, Cabinet juridique

ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION. Boucher & Associés, Cabinet juridique ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION Boucher & Associés, Cabinet juridique Nos bureaux: Montréal (Lasalle) 7475, boul. Newman bureau 530 Montréal, H8N1X3 Tél.: (514) 282-0064 Montréal

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Liquidation de la succession, succession volontaire

Liquidation de la succession, succession volontaire CORRIGÉ D EXAMEN FAMILLE 1307 SUCCESSION-PARTAGE 1307 Liquidation de la succession, succession volontaire Le présent cas pratique propose de liquider le régime matrimonial puis les successions confondues

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine. Conférence

Les Arènes du Patrimoine. Conférence Les Arènes du Patrimoine Conférence «Mariage, Pacs, Union libre, Famille recomposée: Ecueils et solutions» Le Régime matrimonial Intérêts familiaux et patrimoniaux Me Valéria DIONISIO, Notaire Le Régime

Plus en détail

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter 235 La complexité qui caractérise le calcul de l impôt sur le revenu s explique, pour une large part, par le nombre et la diversité des corrections qui doivent, s il y a lieu, être apportées au montant

Plus en détail

Assurance-vie et donation intergénérationnelle

Assurance-vie et donation intergénérationnelle ATELIER n 1 Assurance-vie et donation intergénérationnelle Maître Alexandre THUREL, Notaire CONTRAT D'ASSURANCE-VIE, LIBERALITES GRADUELLES ET RESIDUELLES, DROITS PARTAGES SUR LE CAPITAL, DEMEMBREMENT

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Jusqu à ce que la mort nous sépare... 7

Table des matières. Sommaire 5. Jusqu à ce que la mort nous sépare... 7 Table des matières Sommaire 5 Jusqu à ce que la mort nous sépare... 7 Le conjoint survivant et les enfants d un autre lit : prévention des conflits 11 Guy Hiernaux Chapitre I. Bref historique 12 Chapitre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Table des matières. Le patrimoine des cohabitants et les difficultés en résultant La cohabitation de fait 7 Philippe De Page

Table des matières. Le patrimoine des cohabitants et les difficultés en résultant La cohabitation de fait 7 Philippe De Page Table des matières Sommaire 5 Le patrimoine des cohabitants et les difficultés en résultant La cohabitation de fait 7 Philippe De Page Section 1. Introduction Les principes 7 Section 2. Les confusions

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

table des matières Préface Les testaments Les formes Le regard du Juge La rédaction du testament éléments pratiques

table des matières Préface Les testaments Les formes Le regard du Juge La rédaction du testament éléments pratiques Table des matières Préface 5 Les testaments Les formes Le regard du Juge 7 Philippe De Page I. Introduction 8 II. Le testament authentique 9 III. Le testament olographe 11 IV. Le testament international

Plus en détail

Principes 7. Qu est-ce qu un état trentenaire? 9. Forme de la demande 11. Quelles réquisitions une demande de certificat peut-elle comporter?

Principes 7. Qu est-ce qu un état trentenaire? 9. Forme de la demande 11. Quelles réquisitions une demande de certificat peut-elle comporter? Table des matières Préface 5 L état hypothécaire 7 Emile Roelen Principes 7 Qu est-ce qu un état trentenaire? 9 Forme de la demande 11 Quelles réquisitions une demande de certificat peut-elle comporter?

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 2

Table des matières. Sommaire... 2 Table des matières Sommaire... 2 Introduction... 4 1. L évolution historique... 4 a) Une origine ancienne... 4 b) L avènement du financement bancaire... 5 c) La perspective d une recrudescence... 5 2.

Plus en détail

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances?

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? Dans cette brochure La donation Quels sont mes avantages? 2 Quels sont mes risques? 3 Le rapport Revenir sur le passé? 4 C est au donateur

Plus en détail

Le rôle de votre banque

Le rôle de votre banque Bien transmettre son patrimoine SERVICES ENTRÉE EN RELATION ÉPARGNE MONÉTAIRE ÉPARGNE FINANCIÈRE ASSURANCE VIE CRÉDITS SERVICES MÉTIERS Le rôle de votre banque Vous accompagner tout au long de votre vie

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

LA COHABITATION LEGALE COMME INSTRUMENT DE PLANIFICATION PATRIMONIALE TABLE DES MATIERES

LA COHABITATION LEGALE COMME INSTRUMENT DE PLANIFICATION PATRIMONIALE TABLE DES MATIERES LA COHABITATION LEGALE COMME INSTRUMENT DE PLANIFICATION PATRIMONIALE TABLE DES MATIERES I. LES CONDITIONS DE LA COHABITATION LEGALE... 2 I.A. ACQUISITION DU STATUT DE COHABITANT LEGAL... 2 I.A.1. CONDITIONS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555 INDEX ANALYTIQUE Note explicative : Les chiffres en gras renvoient aux numéros d articles du Code civil du Québec. Les autres chiffres (7) renvoient aux numéros des paragraphes de la section Commentaire

Plus en détail

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Les donations et libéralités dans un contexte international Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Plan de l exposé Introduction Les règles de droit international privé

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES I. POURQUOI DONNER?... 2 I.A. NECESSITE DE LA TRANSMISSION... 2 I.B. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DONATIONS MOBILIERES (REGION WALLONNE)... 3 I.B.1. AVANTAGES...

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE Présentation du 18 avril 2015 Plan de l exposé Introduction Acquisition par des concubins Situation de base Forme juridique? Investissements respectifs et conséquences

Plus en détail

Numéro du rôle : 4057. Arrêt n 72/2007 du 26 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4057. Arrêt n 72/2007 du 26 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4057 Arrêt n 72/2007 du 26 avril 2007 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 84, alinéa 2, du Code des droits de succession, posées par le juge des saisies

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Planifier sans donner

Planifier sans donner Planifier sans donner Martin VANDEN EYNDE Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Mons, le 27 avril 2013 Planifier sans donner Delphine Lequeux Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Liège, le 20 avril

Plus en détail

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon La transmission d entreprises en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition de maintien

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL)

QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL) QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL) A. LA DEVOLUTION LEGALE BELGE Qui héritera des biens d un défunt résident belge? C est le Code civil belge qui répond à cette question, du moins si

Plus en détail

Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option

Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option par Jean AULAGNIER 9 juillet 2014 Nous nous efforçons depuis quelques années

Plus en détail

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire.

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire. Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Le testament du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

«Ab intestat» : Sans disposition testamentaire, la succession est dite «ab intestat» et les héritiers sont désignés par la loi.

«Ab intestat» : Sans disposition testamentaire, la succession est dite «ab intestat» et les héritiers sont désignés par la loi. GLOSSAIRE Actualisée le : 17 mai 2011 A «Ab intestat» : Sans disposition testamentaire, la succession est dite «ab intestat» et les héritiers sont désignés par la loi. Abusus : Actif net successoral :

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire > Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire Sommaire Assurance vie et clause bénéficiaire : de quoi s agit-il? p. 3 Quand et comment désigner un bénéficiaire? p. 4 Changer de bénéficiaire

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _ FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg Planification successorale

Plus en détail

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE Le testament FAIRE UN TESTAMENT LA RÉDACTION D UN TESTAMENT PERMET D ORGANISER SA SUCCESSION EN DÉCIDANT SOI-MÊME QUI VA HÉRITER ET DE QUOI. IL EST AINSI POSSIBLE D ATTRIBUER UN BIEN PARTICULIER À UNE

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Assurance vie. Outil de planification patrimoniale. Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles. IFE 25 novembre 2014

Assurance vie. Outil de planification patrimoniale. Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles. IFE 25 novembre 2014 Assurance vie Outil de planification patrimoniale Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles IFE 25 novembre 2014 Sommaire Introduction La planification successorale en Belgique La planification

Plus en détail

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 janvier 2012 N de pourvoi: 10-27325 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Laugier et Caston, SCP Potier

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

I. Les droits de succession ou de mutation par décès

I. Les droits de succession ou de mutation par décès Table des matières I. Les droits de succession ou de mutation par décès CHAPITRE 1 Généralités : Droits de succession ou de mutation par décès dus en Belgique ou à l étranger... 7 I. Droits de succession

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

Le droit patrimonial des couples

Le droit patrimonial des couples Chroniques notariales vol. 54 Table des matières Le droit patrimonial des couples Chapitre I. Le régime matrimonial primaire.................... 206 Section 1. Devoir de secours entre époux (art. 213)...............

Plus en détail

CAS PRATIQUE : DECLARATION FISCALE DE SUCCESSION Un cas pratique proposé par Maître Jean-Marie Delpérier, notaire à Rennes

CAS PRATIQUE : DECLARATION FISCALE DE SUCCESSION Un cas pratique proposé par Maître Jean-Marie Delpérier, notaire à Rennes CAS PRATIQUE : DECLARATION FISCALE DE SUCCESSION Un cas pratique proposé par Maître Jean-Marie Delpérier, notaire à Rennes Ce cas pratique offre une explication comparative des règles civiles et fiscales,

Plus en détail

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr PROTEGER LE CONJOINT SURVIVANT Testament complétant la donation entre époux 1 La donation entre époux, associée à un testament, permettra de léguer à titre particulier, et de fait de définir, du vivant,

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail