Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013"

Transcription

1 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau Tarbes

2 Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations EAPC 1996, 2001 et 2011 Standard Options Recommandations de la FNCLCC 2002 Mise au point sur l utilisation du fentanyl transmuqueux dans les douleurs d origine cancéreuse 2012 (SFETD, SFAP, AFSOS) Douleurs et Douleur et Analgésie 2012 Mise au point sur l utilisation pratique de la Méthadone 2013 (SFETD, SFAP, AFSOS) Douleurs sous presse

3 Échelle Thérapeutique de l'oms 1 2 Non Opioïdes 3 Opioïdes Faibles Morphine Orale Paracétamol, Aspirine Codeine Morphine orale À chaque niveau : co-analgésiques, ± AINS. 1986

4

5 DEFINITION Les Accès Douloureux Paroxystiques sont une exacerbation transitoire et de courte durée de la douleur, d intensitémodérée àsévère. Ils surviennent sur une douleur de fond contrôlée par un traitement opioïde fort efficace.

6 ADP ADP ADP ADP Traitement opioïde de base Evolution dans le temps

7 DEFINITION Si la douleur de fond n est pas bien contrôlée, il ne s agit pas d ADP : Pas de traitement opioïde de fond ---> Douleur aiguë Traitement inadapté, Evolution de la maladie Echappement thérapeutique Douleurs de fin de dose et/ou un mauvais contrôle de la douleur de fond. Les accès douloureux de fin de dose ne sont pas des ADP et inciteront àréévaluer le traitement de fond : augmentation de dose notamment (Accord professionnel)

8 DEFINITION ADP spontanés et imprévisibles : sans facteurs déclenchant identifiés facteurs identifiés mais imprévisibles comme la toux, l éternuement, les spasmes digestifs, vésicaux, les douleurs solaires, les céphalées... ADP prévisibles : Lors d actions volontaires du patient (mouvement, alimentation, défécation, miction, déglutition ) Provoqués par des soins (mise sur la table,...) : actes médicaux àvisée diagnostique ou thérapeutique.

9 FORMES DISPONIBLES Actiq = citrate de fentanyl sous forme de compriméavec dispositif pour application buccale. Les unités sont dosées à 200,400,600,800,1200ou1600µg fournies en boîtes de 3ou30unités. Abstral = citrate de fentanyl sous forme de comprimésublingual. Les comprimés sont dosés à100, 200, 300, 400, 600, 800 µg fournis en boîtes de 10 ou 30 comprimés. Breakyl = citrate de fentanyl sous forme de film orodispersible. Les films sont dosés à200, 400, 600, 800, 1200 µg en boites de 4, 10, 28 unités. Effentora = citrate de fentanyl sous forme de comprimégingival. Les comprimés sont dosés à100, 200, 400, 600, 800 µg fournis en boîtes de 4 ou 28 comprimés. Instanyl = citrate de fentanyl sous forme de solution pour pulvérisations nasales. Les flacons pulvérisateurs sont dosés à50, 100, 200 µg/dose. Flacons contenant 1, 10, 20 ou 40 doses. Pecfent = citrate de fentanyl sous forme de solution pour pulvérisations nasales. Les flacons pulvérisateurs sont dosés à100 et 400 µg/dose. Flacons avec compteur contenant 8 doses.

10 Use of opioid analgesics in the treatment of cancer pain: evidence-based recommendations from the EAPC Lancet Oncology 2012; 13:e58-68: Caraceni A, Hanks G, Kaasa S et al.

11 2002: La morphine est l'opioïde àutiliser en première intention pour traiter la douleur modérée ou sévère du cancer. 2011: La Morphine, l oxycodone et l hydromorphone données par voie orale sont les opioïdes préconisés Faiblement positif

12 La voie Orale 2011: L association de morphine, d oxycodone ou d hydromorphone àlibération immédiate et retardée, doit être utilisée pour la titration Fortement positif

13 La voie transdermique Le fentanyl et la buprénorphine transdermiques sont des alternatives aux opioïdes par voie orale et peuvent être préférés pour certains patients. Pour les patients incapables d avaler c est une voie d administration des opioïdes non invasive et efficace. Faiblement positif

14 La méthadone La méthadone a un profil pharmacocinétique complexe et s accumule en cas d administration répétée. Elle ne doit pas être utilisée en première intention pour les douleurs cancéreuses modérées à sévères. Faiblement positif

15 La rotation des opioïdes àson origine de Stoutz ND, Bruera E and Suarez-Almazor M. Opioid rotation for toxicity reduction in terminal cancer patients. J Pain Symptom Manag 1995; 10: symptoms of opioid toxicity can be relieved by Opioïd Rotation, and a choice of two or three different opioids is necessary to obtain satisfactory long-term pain control

16 Une évaluation 10 ans après Quigley C.: Opioid switching to improve pain relief and drug tolerability. Cochrane Database Syst Rev 2004; issue 3: Art. No.: CD Pas d étude contrôlée randomisée 52 études répertoriées, dont seulement 14 prospectives. Biais fort probables Par conséquent aucune donnée sérieuse disponible pour analyse Conclusion: opioid switching appeared to be effective, both in terms of improving pain control and reducing opioid-related adverse effects, unfortunately without robust evidence

17 Pourquoi la rotation? Passage d un opioïde àun autre opioïde pour obtenir une meilleure balance efficacité/ effets indésirables lorsque soulagement de la douleur n est pas correctement obtenu et les effets secondaires sont trop importants avec le premier traitement.

18 Opioid switching to improve analgesia or reduce side effects. A systematic review. O.Dale, Palliative Medicine 25(5) Une revue de la littérature : 288 publications (71 doublons); 187 abstracts 19 papiers ont été éliminés par manque de rigueur et de méthodologie scientifique 11 publications narratives répondaient àla qualitéexigée, mais aucune étude contrôlée avec tirage au sort. Pas de nouvelle méta analyse Un total de 280 patients (taille des groupes 10 32)., correspondant à des rotations très variées à été analysé

19 De la Rotation au Changement Nous préférons employer la notion de changement d opioïdequi se justifie lorsqu il survient des effets indésirables intolérables pour une efficacitéantalgique insuffisante pour le patient

20 Quand pratiquer un changement? Apparition d effets indésirables intolérables pendant une titration, en particulier: troubles des fonctions cognitives et sédation survenant après des augmentations successives, hallucinations, myoclonies et nausées rencontrées après une démarche étiologique bien conduite et malgréun traitement symptomatique adéquat (le plus souvent avec de fortes doses d opioïdes) Mauvaise qualitéde l antalgie, malgréune titration ou une réadaptation des posologies et la prise en compte de l étiologie (inflammation, neuropathies, état émotionnel )

21 Quand pratiquer un changement? Interractions médicamenteuses (médicaments métabolisés par le même cytochrome ) Simplification d un traitement pour faciliter un retour àdomicile ou une modification du lieu d accueil du patient. Modification de la situation clinique du patient (malabsorption digestive, insuffisance hépatique ou rénale ) Demande argumentée du patient

22 EAPC

23 Comment pratiquer le changement? La connaissance de la pharmacodynamie et de la pharmacocinétique des différents opioïdes, ainsi que des comorbidités et traitements associés orienteront vers une molécule plutôt qu une autre. Quelle dose choisir?

24 Quel rapport d antalgie? Faire un changement d opioïdes impose d évaluer correctement les facteurs de conversion entre les différents opioïdes

25 Recommandations EAPC En cas de douleur stable: Morphine / TTS Fentanyl 100 : 1 Morphine / TTS Buprénorphine 75 : 1 Voie Parentérale: Morphine orale / Sous cutanée 2-3 : 1 Morphine orale / IV : 2 3 : 1 Voie orale Morphine / Hydromorphone 5 : 1 Morphine / Oxycodone 1,5 : 1 Oxycodone / Hydromorphone 4 : 1 Morphine / Methadone 5 : 1 à10 : 1 :

26 Une source de nombreuses erreurs Une recommandation de prudence Les ratios utilisés ont étéétablis sur une base d administration aigue, àdose unique, beaucoup d après les études sur l animal Il faut les réévaluer sur une base d administration chronique Ce qui est valable dans un sens ne l est pas forcément dans l autre sens! A faible dose ou àforte dose : le métabolisme varie. Les ratios de conversions sont donc variables Il convient de «jouer la prudence»et appliquer une règle de diminution de la dose de base avec possibilitéd administrations supplémentaires de secours (2 Titration) Réévaluer son efficacitéet sa tolérance àl état d équilibre, après quatre demi-vies Un ajustement de dose (30%) peut être nécessaire. Pour évaluer la tolérance, on surveillera les effets indésirables

27 Recommandations Il est possible de réaliser un changement d opioïdes entre tous les agonistes purs opioïdes: morphine, fentanyl, hydromorphone, oxycodone, méthadone (accord d experts). Pour réaliser un changement, il n existe pas de critères de choix validés permettant de privilégier l ordre ou le choix des opioïdes en dehors des précautions d emploi et contre-indications propres àchaque opioïde (recommandation, accord d experts).

28 Recommandations Il convient de se baser sur des ratios de changement qui privilégient la sécurité (fourchette basse des ratio équiantalgiques). Un changement en sécuritérequiert le plus souvent une nouvelle titration de dose pour le second opioïde, ce qui évite les surdosages. Les modalités d administration du nouvel opioïde doivent prendre en compte le motif du changement, la pharmacocinétique de la forme galénique utilisée et l état métabolique du patient. (recommandation, accord d experts).

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

MISE AU POINT SUR L UTILISATION DU FENTANYL TRANSMUQUEUX Chez le patient présentant des douleurs d origine cancéreuse

MISE AU POINT SUR L UTILISATION DU FENTANYL TRANSMUQUEUX Chez le patient présentant des douleurs d origine cancéreuse MISE AU POINT SUR L UTILISATION DU FENTANYL TRANSMUQUEUX Chez le patient présentant des douleurs d origine cancéreuse Version Courte Philippe Poulain 1, Nathalie Michenot 2, Didier Ammar 3, Claire Delorme

Plus en détail

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 RECIVIT 67 microgrammes, comprimé sublingual B/15 en plaquette thermoformée en polyamide aluminium PVC/aluminium (CIP : 34009 276 556 3-0) B/15 en plaquette

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

DREPANOCYTOSE ET DOULEUR. Maurice SOSNOWSKI MD, PhD

DREPANOCYTOSE ET DOULEUR. Maurice SOSNOWSKI MD, PhD DREPANOCYTOSE ET DOULEUR Maurice SOSNOWSKI MD, PhD Cas clinique Jeune fille de 16 ans/35 Kg connue du service présentant des douleurs dans les cotes, bas du dos, genoux. Antécédents médicaux : hypertension

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs LES INTERDOSES LES DOULEURS PAROXYSTIQUES LES DOULEURS INCIDENTES L INSUFFISANCE DU TRAITEMENT DE BASE (CONTINU) LES DOULEURS QUI POURRAIENT SURVENIR LA VIGILANCE LE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL AVEC DOULEURS

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 janvier 2010 INSTANYL 50 microgrammes/dose, solution pour pulvérisation nasale B/1 flacon (10 doses) (CIP : 397 118 7) INSTANYL 100 microgrammes/dose, solution pour

Plus en détail

ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE

ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE Katalin TOTH, Pharmacien Nour BANANA, Médecin Assistant, Hôpital de Jour Catherine VAN DEN

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Annales de dermatologie et de vénéréologie (2011) 138, 524 529 CLINIQUE Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Management of pain in dermatology: Opioid therapy M.-L. Sigal

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

Prise en charge de la douleur et insuffisance rénale en cancérologie

Prise en charge de la douleur et insuffisance rénale en cancérologie Prise en charge de la douleur et insuffisance rénale en cancérologie Dr Thierry Delorme Institut Curie (Paris) Paris mai 2006 Colloque Cancer & Rein 1 - - Douleur en cancérologie 2 - - Douleur et cancer

Plus en détail

La douleur chez la personne âgée atteinte de cancer

La douleur chez la personne âgée atteinte de cancer La douleur chez la personne âgée atteinte de cancer Cyril Guillaumé Médecin Unité Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU Caen 1 Douleur et personne âgée La douleur augmente avec l avancée en âge, quelle

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Apport du Médecin spécialiste dans le contrôle de la douleur GOLF 2014. Christine Peeters-Asdourian, M.D.

Apport du Médecin spécialiste dans le contrôle de la douleur GOLF 2014. Christine Peeters-Asdourian, M.D. GOLF 2014 Apport du Médecin spécialiste dans le contrôle de la douleur GOLF 2014 Christine Peeters-Asdourian, M.D. Pas de conflit d intérêt Prévalence de la douleur en cancérologie > 50% tous stades confondus

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

Guide d utilisation à destination des professionnels de santé. ACTIQ, citrate de fentanyl

Guide d utilisation à destination des professionnels de santé. ACTIQ, citrate de fentanyl Guide d utilisation à destination des professionnels de santé ACTIQ, citrate de fentanyl 1 ACTIQ, comprimé avec applicateur buccal est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur 39 ème Forum Médical Lyonnais La prise en charge de la douleur Réseau de coordination de soins palliatifs à domicile Dr Jacky SAUSSAC Samedi SEPR 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. La législation La douleur Les

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS Présenté par : Dr Réal Villemure Département clinique de médecine générale Le 8 janvier 2002 SOINS PALLIATIFS : GUIDE D'UTILISATION DES OPIACÉS Ce que

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Soins palliatifs: Première partie: L analgésie médicamenteuse

Soins palliatifs: Première partie: L analgésie médicamenteuse Editeur: Groupe de travail Formulaire MRS Année 16 n 4 septembre 2009 Bureau de dépôt Gent X P 408505 paraît 5 x par an (février, avril, juin, septembre, novembre) Soins palliatifs: Première partie: L

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and education use, including for instruction at the authors institution

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Traduction française des recommandations de l EAPC, à partir de l article du Br J of Cancer, 2001 ; 84 : 587-593

Traduction française des recommandations de l EAPC, à partir de l article du Br J of Cancer, 2001 ; 84 : 587-593 ritish Journal of ancer (2001) 84(5), 587 593 2000 ancer Research ampaign doi: 10.1054/ bjoc.2000.1680, available online at http://www.idealibrary.com on http://www.bjcancer.com nnexe Traduction française

Plus en détail

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale.

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. Des mécanismes conservés à travers les âges permettent à de brefs stimuli nociceptifs de modifier de manière persistante

Plus en détail

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT Traitements antalgiques médicamenteux Grands principes d utilisation Dr Sophie TOUSSAINT- MARTEL 6 et 7 février 2014 DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION La plupart

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

DU soins palliatifs module pédiatrique

DU soins palliatifs module pédiatrique Cas clinique Stratégie thérapeutique antalgique en phase progressive de la maladie DU soins palliatifs module pédiatrique Novembre 2012 D Orbach, Département de pédiatrie adolescents-jeunes adultes. Institut

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 septembre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 septembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 septembre 2012 L avis de la Commission de la transparence du 20 juin 2012 a fait l objet d une audition le 19 septembre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

MEMOIRE. DES d'anesthésie-réanimation

MEMOIRE. DES d'anesthésie-réanimation ACADEMIE DE PARIS Année 2014 MEMOIRE pour l obtention du DES d'anesthésie-réanimation Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier JOURNOIS par Clément HOFFMANN né le 17 mai 1984 Présenté et soutenu le

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE INTRODUCTION Ce guide pratique

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

Equipe mobile antalgie et soins palliatifs (EMASP)

Equipe mobile antalgie et soins palliatifs (EMASP) Information destinée aux soignants Equipe mobile antalgie et soins palliatifs (EMASP) Présentation de l'equipe Mobile A «La médecine et les soins palliatifs comprennent tous les traitements médicaux, les

Plus en détail

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Unité de traitement de la douleur Hôpital Saint-Louis, Paris Mai 2005 PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Brigitte George Marie-Cécile Douard Marie-Laure

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 PULMOZYME 2500 U/2,5 ml, solution pour inhalation par nébuliseur B/6 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009 364 674 8 4) B/30 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 - 322 - COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 DUROGESIC 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique, 2,5 mg/10 cm2, sachet (B/5) DUROGESIC 50 microgrammes/heure,

Plus en détail

KIOSQUE Douleur n 7 Septembre 2013

KIOSQUE Douleur n 7 Septembre 2013 KIOSQUE Douleur n 7 Septembre 2013 Effet de la Duloxétine sur la douleur, les capacités fonctionnelles et la qualité de vie parmi les patients présentant une neuropathie périphérique douloureuse chimio-induite.

Plus en détail

Avancement dans la Radiothérapie Réponse Rapide

Avancement dans la Radiothérapie Réponse Rapide Avancement dans la Radiothérapie Réponse Rapide Présent senté par Dr Fernando Rojas, Dre Ceridwen Richard et Doris-Ann Savoie, inf Le 7 mai 2010 Plan de la présentation Introduction Naissance de la Clinique

Plus en détail

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE Eléments majeurs du traitement de la douleur DUSP:14 mars 2013 CEM FLM LILLE Dr Jacques DEBRIL Législation en rapport avec la douleur Chartre du malade hospitalisé (relative aux droits des personnes hospitalisées

Plus en détail

Situations palliatives en urgence

Situations palliatives en urgence Situations palliatives en urgence En préhospitalier comme aux urgences, on peut être confronté au patient en situation palliative. Les situations les plus fréquemment vécues sont : - dyspnée - douleur

Plus en détail

La Buprénorphine, une inconnue en douleur chronique

La Buprénorphine, une inconnue en douleur chronique La Buprénorphine, une inconnue en douleur chronique Yvon Beauchamp M.D., C.C.F.P. Services de soins palliatifs et clinique anti-douleur HSCM- CSSS Bordeaux-Cartierville-St-Laurent Professeur-adjoint de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 OXYGENE MEDICAL - AIR LIQUIDE Santé FRANCE Gaz pour inhalation, en Gaz pour inhalation, en évaporateur mobile Gaz pour

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr Douleur & Addiction Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012 Dr Nicolas AUTHIER nauthier@chu-clermontferrand.fr LIENS D INTERETS Financiers : AUCUN Amicaux : AUCUN Familiaux : AUCUN en rapport avec les médicaments

Plus en détail

47 rue Morat, 68000 COLMAR Tél : 03 89 80 41 50 Fax : 03 89 80 41 49 asper68@wanadoo.fr

47 rue Morat, 68000 COLMAR Tél : 03 89 80 41 50 Fax : 03 89 80 41 49 asper68@wanadoo.fr ASPER Centre Alsace Accompagnement et Soins Palliatifs En Réseau 47 rue Morat, 68000 COLMAR Tél : 03 89 80 41 50 Fax : 03 89 80 41 49 asper68@wanadoo.fr PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE DE LA DOULEUR

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P.

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou possibles ou décrites comme si ces lésions

Plus en détail

EDITORIAL. 3ème trimestre 2012 - N 86

EDITORIAL. 3ème trimestre 2012 - N 86 EDITORIAL 3ème trimestre 1 - N 86 Progresser dans la qualité des soins palliatifs que nous pouvons offrir à domicile est de toute évidence une attente de nos patients et de leurs familles ainsi qu une

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR Monsieur Racine Traitement médicamenteux de la douleur Promotion DU 2012-20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s)

Plus en détail

Traitement de la douleur

Traitement de la douleur Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012 Quelques données épidémio La France : Mauvaise

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault

SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault ATELIER THEMATIQUE : APPLICATIONS POUR TABLETTES ET SMARTPHONES SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault INTRODUCTION La santé mobile, c

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Un patient en soins palliatifs à domicile. Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009

Un patient en soins palliatifs à domicile. Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009 Un patient en soins palliatifs à domicile Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009 Définition des soins palliatifs Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne

Plus en détail

Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique

Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique L Autorité de la concurrence (section V), Vu la lettre, enregistrée

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Prise en charge de la douleur DANS LES AFFECTIONS CANCÉREUSES Avec le soutien de la Ligue contre le cancer du Val-de-Marne Octobre 2003 revu en

Plus en détail

SFCE groupe douleur. Compte rendu de la journée du 7/11/2008. I - D. Orbach : recommandation traitement curatif des douleurs induites par les mucites

SFCE groupe douleur. Compte rendu de la journée du 7/11/2008. I - D. Orbach : recommandation traitement curatif des douleurs induites par les mucites SFCE groupe douleur Compte rendu de la journée du 7/11/2008 I - D. Orbach : recommandation traitement curatif des douleurs induites par les mucites Daniel Orbach présente la synthèse de la bibliographie

Plus en détail