RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011"

Transcription

1 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise en œuvre GNB Appui au Secteur de la Microfinance Effet 2 du PNUAD : Les populations, les institutions et les organisations nationales améliorent les systèmes de production, diversifient les activités contribuent á la réduction de la pauvreté et gèrent de façon durable l environnement Les capacités productives des micros et petites entreprises sont renforcées et diversifiées pour générer des emplois et des revenus à partir de la valorisation des ressources locales en vue de satisfaire les besoins des populations et de tirer avantage des marchés d exportation Ministère des Finances, FENU, CADESPC, RECOP, Institutions de Microfinance (IMF). Produit Description Fourniture des Services de Microfinance de Qualité et de Façon Durable (FSMFQD) - Assuré Il s agit d un côté d appuyer le développement des capacités du CADESPC dans le domaine de la surveillance et du contrôle des activités des IMF et d autre d appuyer la structure responsable pour la promotion et développement de la microfinance. Le PNUD conjointement avec le FENU aidera le gouvernement à la mise en œuvre du plan directeur pour le développement du secteur de la microfinance et les IMF partenaires dans l exécution de leurs plans de redressement, notamment dans la gestion des portefeuilles de crédit. Il s agira également d appuyer le renforcement des capacités des IMF partenaires dans l utilisation efficace des outils de gestion et à la fiabilisation des données financières.

2 Activity ID: 1 Développer les capacités de 3 IMF et de l'association professionnelle assurée. Produit attendu de l activité: Assistance comptable aux IMF pour 2009 et 2010 assurée (Accompagnement et mise en jour des écritures, Productions des Etats financiers, clôture des exercices et gestion du portefeuille de crédit) ; Evaluation finale du PAED faite ; Appui à la mobilisation de l'épargne et des lignes de refinancement auprès des banques et autres bailleurs assuré ; Appui aux IMF partenaires dans l'élaboration de leurs plans d'affaires assurée; personnel d appui au projet disponible et fonctionnel. Activity ID: 2 Consolider la capacité d'appui du RECOP aux IMF Activités prévues et résultats attendus en 2011 Produit attendu de l activité: Appui à l organisation des sessions de formations "on the job" par le RECOP (gestionnaires de caisse, agents de crédit, comptables, dirigeants, élus et organisation d'un atelier sur la production des informations financières); couverture de frais de fonctionnement du RECOP ; Appui à la production de données et information financière d'ensemble des IMF agréées assuré; suivi de la mise en œuvre du plan de redressement et gouvernance des IMF par le RECOP appuyé. Activity ID: 3 Subventionner et Renforcer les Capacités des IMF Produit attendu de l activité: Compte d exploitation des IMF partenaires subventionnées (subvention dégressive d exploitation);logiciel de gestion et antivirus pour appuyer l assistance comptable acquis Activity ID: 4 Supervisionner et contrôler les IMF assuré (CADESPC). Produit attendu de l activité: Plaidoyer pour l adoption du plan directeur pour le gouvernement; missions d inspection aux IMF réalisées; personnel de la CADESPC formé en microfinance (Organisation des sessions de divulgation de nouveau cadre juridique et du nouveau référentiel comptable applicable dans la zone UEMOA); réunion trimestriel de Comité de Pilotage réalisée; Adoption par le gouvernement du plan directeur du secteur de la microfinance; Production/actualisation du répertoire national des SFD (CADESPC et RECOP) ; CADESPS est fonctionnelle ; rencontre des bailleurs de fonds réalisée. Situation de référence (début de projet) Base de référence : Accès limité des plus pauvres aux services de microfinance; faible capacité de contrôle des activités des IMF par la CADESCP. Indicateur: (i) Degré de diversification des services de micro finance. Indicateurs (ii) Nombre de bénéficiaires des services de micro finance. (iii) Nombre de femmes et de jeunes ou d associations de jeunes et de femmes appuyées en vue du développement d une activité génératrice de revenu.

3 Cible année 2011 Cible année 2011 Cible année 2011 Cible année 2011 Cible 1 : Développer les capacités de 3IMF Et De Leur Association Assurée Les états financiers des 3 IMF partenaires du projet pour l an 2009 ainsi que pour 2010 et le suivi rapproché faite par le cabinet de temps en temps aux IMF ; Le rapport de l évaluation finale du PAED est disponible ; 513 clients effectuent épargne volontaires Nombre d épargnant volontaires a augmenté de 1274 (sept2011) contre 513 (résultat prévu au début) soit 249% des clients ; nombre d emprunteur actifs augmente de 50% Concernant nombre d emprunteur actifs une augmentation de 326% (7.336 emprunteurs) a été vérifié à la fin de septembre 2011, dans l ensemble des 3 IMF partenaires (2 246 emprunteurs) de Décembre 2010 ; 1254 femmes bénéficient des services de micro finance finalement les appuis institutionnels ont permis d atteindre 964(sept2011) contre 1254 (résultat prévu au début de l année) soit 77% des femmes bénéficient des services de micro finance; le PAR>30 jours baisse jusqu à 7% Le portefeuille de crédit en risque a enregistré F (capital restant dû) divisé par F (encours de crédits) représentant 40% (en sept2011) dans l ensemble des 3 IMF partenaires, seul DIVUTEC représente 98% du montant restant dû; 7 IMF agréée inspectés au moins une fois dans l année 4 SFD agréés sont inspectées à savoir : DIVUTEC (agences Bissau et Gabu); NIMBA (agences Bissau, Cacheu, Calaque et Catio); ADIM (agences Bissau et Cameconde) et No Djunta Mon Contubuel. Cible 2 : Consolider la capacité d'appui du RECOP aux IMF Les deux sessions de formation sur les administrateurs et l équipe du travail du SIG ont été organisé et mis en œuvre par le cabinet CAGECFI du Togo et ont permis des agents des IMF d augmenter leurs capacités et connaissance dans le domaine de la gestion globale de l institution. Par ailleurs le programme radiophonique pendant deux mois a permis de sensibiliser la population cible. Cible 3 : Subventionner et Renforcer les Capacités des IMF Le SIG intégré ainsi que la formation sur administrateurs et l équipe du travail est une réalité dans les IMF partenaires; L Internet à NIMBA est installé et payé durant 4 mois et à ADIM les 3 mois d Internet sont payés Cible 4 : Supervisionner et contrôler des IMF assuré (CADESPC) 4 SFD agréés sont inspectées à savoir : DIVUTEC (agences Bissau et Gabu); NIMBA (agences Bissau, Cacheu, Calaque et Catio); ADIM (agences Bissau et Cameconde) et No Djunta Mon Contubuel. Les IMF appuyées sont désormais capables de produire les informations financières fiables demandées par la BCEAO et la tutelle ; Les interventions du projet ont largement contribué pour le renforcement de l appropriation des institutions ; Le répertoire national des SFD est produit, le processus de sa multiplication et distribution est réalisé ; La CADESPC et le RECOP sont en mesure d exécuter convenablement leurs taches dans le domaine de supervision et de renforcement des capacités des IMF respectivement.

4 2 Résumé financier Analyser ici les écarts entre les dépenses prévues et les dépenses réalisées. Faire le point sur la proportion d exécution du Budget Organismes Fonds alloués Dépenses effectives Soldes Cible 1 (Un.gest. Proj +IMF ,94USD USD USD 105% Cible 2 (RECOP) ,00USD USD 690 USD 96% Cible 3 (subvention IMF) ,34USD USD USD 87% Cible 4 CADESPC ,00USD USD 909 USD 91% Cible 5 structures promotion 0 USD 0 USD 0 USD 0% TOTAL ,28USD USD USD Taux d exécution budget Note : Appui technique et en fourniture à la structure chargée de la promotion de Microfinance, dans le plan directeur, il est prévu la création d une cellule de promotion de la microfinance. Malheureusement depuis 2009, le plan n a pas été adopté en conseil des ministres (Cible 5)

5 3 Enseignements tirés Brève description du contexte Brève description du projet Réalisations majeures Enjeux majeurs et solutions Description du projet et enseignements tirés majeurs Courte description du contexte dans lequel le projet s est déroulé Quels ont été les problèmes et/ou défis majeurs rencontrés dès le démarrage du projet? Après conclusion de 1èr phase du PAED en décembre 2008 et son évaluation finale au 3eme trimestre 2010 et compte tenu des défis restants à relever (faible gouvernance des IMF présentation et fiabilité des informations financières) et, convaincus que la microfinance reste un outil important de réduction de la pauvreté, le Gouvernement de Guinée-Bissau et le PNUD et les acteurs de la microfinance ont souhaité la poursuite des activités dans le cadre de ce nouveau projet FSMFQD. Courte description du projet De quel type de projet s agit-il? Quels étaient les produits majeurs de ce projet et les résultats escomptés? Il s agit d un côté d appuyer le développement des capacités du CADESPC dans le domaine de la surveillance et du contrôle des activités des IMF et d autre d appuyer la structure responsable pour la promotion et développement de la microfinance. Le PNUD conjointement avec le FENU aidera le gouvernement à la mise en œuvre du plan directeur pour le développement du secteur de la microfinance et les IMF partenaires dans l exécution de leurs plans de redressement, notamment dans la gestion des portefeuilles de crédit. Il s agira également d appuyer le renforcement des capacités des IMF partenaires dans l utilisation efficace des outils de gestion et à la fiabilisation des données financières. Description de ce qui a bien fonctionné dans le projet. Réalisations/succès majeurs? Quels facteurs ont favorisé la réalisation de ces succès? Les appuis pour la mise en œuvre des nouvelles politiques et procédures et appuis institutionnels ont permis d augmenter le nombre des clients actifs. (Les outils de gestion livrés au bénéfice des IMF, l engagement d un cabinet pour l élaboration des états financiers pour les années 2009/10 des trois IMF, l actualisation de leurs manuels de procédures et processus d engagement d un cabinet pour installation du SIG adapté aux IMF ) ; Production du répertoire national des SFD; Appui à la mobilisation de l'épargne et des lignes de refinancement auprès des banques (BRS) et autres bailleurs en faveur des IMF. Brève description des défis majeurs rencontrés par le projet ainsi que des risques et des problèmes Quels ont été les défis majeurs/lacunes/circonstances imprévus pour ce projet? Comment ces défis/lacunes/circonstances ont-ils/elles été géré(e)s? Les résultats attendus du projet ont-ils été réalisés? Si non, quels changements faudrait-il apporter afin que ces résultats soient réalisés dans le futur? Comme indiqué plus haut, plusieurs améliorations ont été enregistrées dans les IMF, mais certaines difficultés ont persisté tout au long de semestre, en raison du passé des institutions: a) Faiblesse du niveau technique de certains des membres du personnel des IMF partenaires; b) Départs enregistrés au sein du personnel-clé de certaines IMF; c) Retard et manque de fiabilité dans les informations fournies par la plupart des IMF; d) Taux élevé de portefeuille à risque dans la plupart des IMF; e) Faible mise en œuvre de certaines règles de fonctionnement prévues par la réglementation, en matière de gestion des mutuelles d épargne; f) Absence de programmation/budgétisation/rapportage systématique dans plusieurs IMF ; solutions Insister sur la création et appui technique et en équipement/fourniture la structure chargée de la promotion et développement de la microfinance ; formation d une équipe pour l appui de micro entrepreneurs (clients des IMF) dans la finalisation de leurs projets de crédit ;

6 revitaliser le site des IMF ; prise en charge des capacités par le PNUD ou autres partenaires et l appui vers la création d union au sein des IMF partenaires ; Appuyer la CADESPC à l organisation des réunions semestrielles du Comité de pilotage et trimestrielles du comité technique du projet; Appuyer le Plaidoyer auprès du Gouvernement pour l approbation du Plan Directeur pour l'emergence d'un Secteur Financier Inclusif Résumer dans quelle mesure le produit a contribué à l'atteinte des effets et sous effets de l UNDAF. Il faudra faire ressortir les problèmes clés et surtout les actions prioritaires Contribution à l atteinte de l UNDAF Enseignements tirés Les états financiers des 3 IMF partenaires du projet pour l an 2009 ainsi que pour 2010 et le suivi rapproché faite par le cabinet de temps en temps aux IMF, jusqu au mois de juillet ; Le rapport de l évaluation finale du PAED est disponible ; 513 clients effectuent épargne volontaires Nombre d épargnant volontaires a augmenté de 1274 (sept2011) contre 513 (résultat prévu au début) soit 249% des clients ; nombre d emprunteur actifs augmente de 50% Concernant nombre d emprunteur actifs une augmentation de 326% (7.336 emprunteurs) a été vérifié à la fin de septembre 2011, dans l ensemble des 3 IMF partenaires (2 246 emprunteurs) de Décembre 2010 ; 1254 femmes bénéficient des services de micro finance finalement les appuis institutionnels ont permis d atteindre 964(sept2011) contre 1254 (résultat prévu au début de l année) soit 77% des femmes bénéficient des services de micro finance; le PAR>30 jours baisse jusqu à 7% Le portefeuille de crédit en risque a enregistré F (capital restant dû) divisé par F (encours de crédits) représentant 40% (en sept2011) dans l ensemble des 3 IMF partenaires, seul DIVUTEC représente 98% du montant restant dû; 7 IMF agréée inspectés au moins une fois dans l année 4 SFD agréés sont inspectées à savoir : DIVUTEC (agences Bissau et Gabu); NIMBA (agences Bissau, Cacheu, Calaque et Catio); ADIM (agences Bissau et Cameconde) et No Djunta Mon Contubuel. Description des enseignements tires majeurs de ce projet Qu est-ce qui aurait pu être fait différemment? Quelles sont vos recommandations afin d améliorer une programmation future ou pour améliorer d autres projets similaires en cours? Quelles erreurs pourraient être évitées si cette initiative devait être reproduite? Serait-il facile de répliquer les résultats/succès dans u n autre contexte Le suive et maintenance du SIG integre pourront être plus satisfaisant si la motivation du personnel et le recrutement et la prise en charge des capacités auront pu être fait par le PNUD ou autres partenaires, afin de permettre aux IMF partenaires d attendre ses objectifs. Au niveau des IMF nos recommandations portent aussi sur l appui vers la création d union au sein des IMF partenaires. A chaque fois appuyer aux IMF dans leur tache de production de donnes statistiques et financières et développer une stratégie de communication des informations sur les IMF. Au niveau de la CADESPC appui à la réalisation de supervision et inspections, l organisation au moyen des réunions semestrielles du comité de pilotage du projet, Plaidoyer auprès du Gouvernement pour l approbation du Plan Directeur, insister sur la création et appui technique et en équipement/fourniture la structure chargée de la promotion et développement de la microfinance et former une équipe pour l appui de micro entrepreneurs (clients des IMF) dans la finalisation de leurs projets de crédit.

7 Rapport préparé par : Rapport pré paré par : Titre : Titre : Fonction dans le projet Fonction dans le projet Date Date Annexes - Cadre de suivi annuel des indicateurs - Plan de travail annuel de l année suivante

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Stratégie Nationale de la

Stratégie Nationale de la REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice Stratégie Nationale de la Microfinance Stratégie adoptée lors du Conseil des Ministres du 19 novembre 2003 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATION...

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF FINANCIER DU VOLET INSERTION DU PIC II (PRP/FDL4)

MANUEL DE PROCEDURES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF FINANCIER DU VOLET INSERTION DU PIC II (PRP/FDL4) Ministère de la Famille et des Organisations Féminines Cellule de Suivi Opérationnel des Programmes de Lutte contre la Pauvreté U N D P Sénégal GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ambassade au Sénégal Bureau de

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Sommaire 1. Définition des «fonds solidaires» et des entreprises solidaires

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU SENEGAL

GOUVERNEMENT DU SENEGAL GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROJET D APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL (PADEL/PNDL) Axe stratégique de coopération UNDAF : Gouvernance et promotion du partenariat pour le développement. Effet UNDAF :

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures 7/1/2011 Le 1 juillet 2011 - Pour Gouvernement

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique Note d information N o 91 Décembre 2013 Corinne Riquet et Christine Poursat Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique

Plus en détail

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina)

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) APPEL POUR LA SELECTION DE PRESTATAIRES DE SERVICES TECHNIQUES AGRICOLES (AS-001/AGRIFIN/2015) Date limite de dépôt

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple Un but Une foi ----------- Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles SOMMAIRE I- PRESENTATION DES IPM 1. LE

Plus en détail

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA NCO NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPERATION AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT Commission de l UEMOA Projet d appui à l extension de la couverture du risque maladie dans les États membres de l UEMOA

Plus en détail

Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS... 6 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS... 8

Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS... 6 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS... 8 1 Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS... 6 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS... 8 2. LA DEMARCHE METHODOLOGIQUE... 13 2.1 LA PROBLEMATIQUE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

AGENDA HEBDOMADAIRE DU -=-=-=-=-=-=-=-=-

AGENDA HEBDOMADAIRE DU -=-=-=-=-=-=-=-=- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -=-=-=-=- SECRETARIAT GENERAL -=-=-=-=- BURKINA FASO Unité Progrès Justice -=-=-=-=-=- AGENDA HEBDOMADAIRE DU MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -=-=-=-=-=-=-=-=-

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039)

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) OBJECTIF GENERAL DU PROJET Canaliser les remises de fonds des migrants au service du développement économique

Plus en détail

ACCOUNTING CONSULTING MANAGEMENT Cabinet d Expertise Comptable et Fiscale Audit Conseils en Management et Finance Formations Recrutements

ACCOUNTING CONSULTING MANAGEMENT Cabinet d Expertise Comptable et Fiscale Audit Conseils en Management et Finance Formations Recrutements SESSION SPECIALE DE FORMATION SUR LES NOUVELLES REFORMES DU SYSTEME COMPTABLE OUEST AFRICAIN (SYSCOA) Le cabinet d expertise comptable ACM en collaboration avec le Cabinet d Intérim de Formation Recrutement

Plus en détail

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien.

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien. Mesdames et Messieurs, Le P total) afin de relever le défi de la compétitivité et de faire émerger un nouveau modèle de croissance, en finançant des projets innovants et exemplaires, rigoureusement sélectionnés.

Plus en détail

Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA

Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA A destination des organes d administration, de contrôle, de gestion et de surveillance des SFD Guide méthodologique de contrôle

Plus en détail

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique La démarche de l AFD Positionnement AFD et Proparco Rôle moteur des politiques publiques Sensibilisation + R&D Démonstration Industrialisation

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel?

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel? Rencontre d échanges d expériences entre acteurs sociopolitiques sur les défis et la portée de la protection sociale dans un contexte de grande pauvreté : cas des pays en développement Bamako, 17 & 18/11/2011

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Assez bien. Langues Lu Parlé Ecrit Français 1 1 1 Anglais 3 4 4

CURRICULUM VITAE. Assez bien. Langues Lu Parlé Ecrit Français 1 1 1 Anglais 3 4 4 CURRICULUM VITAE 1. Nom de famille: FANAHEN 2. Prénom: Frédéric 3. Date et lieu de naissance: 27 avril 1968 à Cotonou - BENIN 4. Résidence : Cotonou 5. Formation : Etablissement : Date : de Diplôme(s)

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

ATELIER Forces et faiblesses de la protection sociale au Bénin

ATELIER Forces et faiblesses de la protection sociale au Bénin FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER Forces et faiblesses de la protection sociale au Bénin Projet d Appui Institutionnel au Ministère de la santé (AIMS)

Plus en détail

2010 Resident Coordinator Annual Report Togo

2010 Resident Coordinator Annual Report Togo UNDG 2010 Resident Coordinator Annual Report Togo Le Togo fait partie de la catégorie des Etats dits «fragiles», particulièrement exposés aux crises, il doit mener de front le chantier du développement

Plus en détail

Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA

Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio III Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA 1. Encadrement et raisons de la présence de la coopération italienne Les raisons qui font de la Tunisie

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Dr HIM & AGK Niamey, avril 2014 P a g e 1 Introduction La Constitution nigérienne du 25 Novembre 2010 dispose, en son article

Plus en détail

Budget de l'etat Gestion 2015 Présentation Détaillée des Dépenses

Budget de l'etat Gestion 2015 Présentation Détaillée des Dépenses Budget de l'etat Gestion ETAT DONS PRETS DÉPENSES RÉPARTIES MTFPRAI Chap. : 11 001 124 00 BUREAU DU DIALOGUE SOCIAL 60 000 0 0 0 0 0 0 0 Bailleur : 1000000001 ETAT 60 000 0 0 0 0 0 0 0 Arti.. 3 11 001

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE Par Laura Muñoz Conception, test pilote et commercialisation à grande échelle d un produit destiné aux jeunes Cet article présente les principales réalisations et difficultés rencontrées par PEACE (partenaire

Plus en détail

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets République de Guinée Ministère de l Economie et des Finances Unité de Coordination et d Exécution des Projets PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE (PARCGEF)

Plus en détail

A surveiller. Février 2008 Valide jusqu en janvier 2009. Albarka SA, Niger. Rating GIRAFE. Eléments-clé de la notation. Tendance

A surveiller. Février 2008 Valide jusqu en janvier 2009. Albarka SA, Niger. Rating GIRAFE. Eléments-clé de la notation. Tendance Albarka SA, Niger Catholic Relief Service (CRS) avait initié, en avril 2000, un projet pilote de mise en place de 20 banques communautaires Dallol Maouri, en partenariat avec une ONG locale ADRI (Action

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS (Learning Management System) DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT CFD/MADAGASCAR

Plus en détail

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 Involvement of Social investors in promoting SPM L expérience de la SIDI Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 1 Sommaire de la présentation 1) La

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA Présenté par Mame Marie Sow SAKHO SEMINAIRE CONSUMAF 4,5 et 6 décembre 2006 1 SOMMAIRE CONTEXTE MARCHE DES TITRES PUBLICS : OBJECTIFS VISES LES DIFFERENTS TITRES

Plus en détail

Rapport de fin du Programme

Rapport de fin du Programme Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Département des Affaires Economiques et Sociales du Secrétariat Général des Nations Unies Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Capitalisation des expériences du Programme de Renforcement de la Santé Publique de la

Plus en détail

Mesure et Contrôle des Impayés. Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES

Mesure et Contrôle des Impayés. Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES A I D E - M E M O I R E Mesure et Contrôle des Impayés ET Calcul et Fixation de Taux d Intérêt GROUPE COUNSULTATIF POUR L ASSISTANCE AUX PLUS PAUVRES NOTE Cet aide-mémoire est constitué des messages et

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016

STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ========== BURKINA FASO ============= Unité - Progrès - Justice STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016 Version finale Janvier 2012 Stratégie

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale)

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) TERMES DE REFERENCE Titre Type de contrat Durée : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) : SSA : 06 mois Date de clôture : 0 Juin 201

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social 1 Page sur 5 1. PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 2. STRUCTURE DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 Fenêtre 1 : Structure

Plus en détail

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L

Plus en détail

REFERENCES PROFESSIONNELLES

REFERENCES PROFESSIONNELLES Expertise Microfinance LOUGA/MONTAGNE NORD, IMMMEUBLE IBRA NDIAYE TEL: 77 569 39 09/77 560 29 54 Mail : ascodevlg@gmail.com /ascodev@orange.sn REFERENCES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES SERVICES DE LA

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

FCPI TRUFFLE. Brochure à caractère promotionnel, sans valeur contractuelle.

FCPI TRUFFLE. Brochure à caractère promotionnel, sans valeur contractuelle. FCPI TRUFFLE 2015 Brochure à caractère promotionnel, sans valeur contractuelle. FCPI TRUFFLE INNOCROISSANCE 2015 e TRUFFLE CAPITAL LANCE SON 20 FCPI EN 2015 POUR CONTINUER A SOUTENIR L INNOVATION LA FISCALITÉ

Plus en détail

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants :

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : DIRECCTE-LR L EFFET DU LOGIS BOUTIQUE DE GESTION ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Transparence FinanciÈre en microfinance

Transparence FinanciÈre en microfinance Projet financé par l Union Européenne pratiques de Transparence FinanciÈre 10bonnes en microfinance SOMMAIRE INTRODUCTION p.1 MÉTHODOLOGIE p.2 STRUCTURE p.3 1. Faire de la transparence une valeur clé de

Plus en détail

Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET

Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET Appui au financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) DOCUMENT DE PROJET Mai 2014 Page de couverture Pays Intitulé du programme Effet(s) du programme : République du Burkina Faso

Plus en détail

Prisme, un logiciel d agrégation, de gestion de cabinet et de CRM. CGP LAND 17 rue d Orléans 92200 Neuilly sur Seine 01 40 88 91 80

Prisme, un logiciel d agrégation, de gestion de cabinet et de CRM. CGP LAND 17 rue d Orléans 92200 Neuilly sur Seine 01 40 88 91 80 Prisme, un logiciel d agrégation, de gestion de cabinet et de CRM CGP LAND 17 rue d Orléans 92200 Neuilly sur Seine 01 40 88 91 80 Présentation Historique : 2006 : Création de CGP Land et de son logiciel

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Introduction en bourse de l'imf Compartamos

Introduction en bourse de l'imf Compartamos Introduction en bourse de l'imf Compartamos BIM n - 03 juillet 2007 Frédéric PONSOT Les actionnaires de Banco Compartamos, une IMF mexicaine récemment constituée sous forme bancaire ont mis en vente 30

Plus en détail

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015]

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Septembre 2012 Table des Matières SYNOPSIS... 1 A : VISION ET OBJECTIFS DU MOUVEMENT SUN... 2 B : APPROCHES STRATÉGIQUES ET OBJECTIFS...

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Décret n 07-151 [NB - Décret n 07-151 de 2007 fixant certaines modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux

Plus en détail

------------ ----------- SECRETARIAT GENERAL POLITIQUE NATIONALE DE PROMOTION DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

------------ ----------- SECRETARIAT GENERAL POLITIQUE NATIONALE DE PROMOTION DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE MINISTERE DE L ACTION HUMANITAIRE DE REPUBLIQUE DU MALI LA SOLIDARITE ET DES PERSONNES AGEES Un Peuple- Un But- Une Foi ------------ ----------- SECRETARIAT GENERAL POLITIQUE NATIONALE DE PROMOTION DE

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail