LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL : L IMPOSSIBLE ÉVALUATION?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL : L IMPOSSIBLE ÉVALUATION?"

Transcription

1 SYNTHÈSE LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL : L IMPOSSIBLE ÉVALUATION? > 30 avril 2014, à Pantin Pantin, le 30 avril

2 SOMMAIRE Présentation de la journée et ouverture des travaux 3 La logique de l évaluation des politiques publiques 4 Le développement économique territorial, richesse et complexité d un modèle ouvert 6 Application de l évaluation au champ des politiques économiques en vue de caractériser le contexte et le sujet 8 Les limites et les difficultés de l évaluation des politiques économiques 11 Les solutions envisageables 14 Quelle place pour l évaluation dans la nouvelle gouvernance territoriale? 16 Conclusion 19 Les propos énoncés dans ce document n engagent que la responsabilité de la personne citée. Pantin, le 30 avril

3 Présentation de la journée et ouverture des travaux Maxence CHORVOT INET du CNFPT Bienvenue à tous. Le prochain mercredi de l INET, qui est consacré à l Europe et la ville, n aura pas lieu le 21 mai comme indiqué, mais le 28 mai. Pour ce mercredi de l INET consacré à l évaluation des politiques de développement économique, vous êtes invités à une réflexion collective sur la manière de mesurer l impact des politiques de développement économique. En effet, aujourd hui, les politiques locales de développement des territoires et, en particulier, de développement économique prennent une importance capitale. Si elles peuvent contribuer à créer de la richesse, elles sont avant tout génératrices de dépenses publiques. Comment mesurer les impacts d une politique de développement économique local? Via une méthodologie mobilisant divers indicateurs, il apparaît possible d apprécier les facteurs qui varient et ceux qui restent constants. Néanmoins, les difficultés que pose l évaluation seront également examinées. En effet, il existe des limites aux méthodes quantitatives. Pour les contourner, il s avère pertinent de les combiner à d autres méthodes, plus qualitatives. Par ailleurs, l évaluation est sans doute plus à même d évaluer les effets de politiques concrètes sur un segment donné que leur impact sur des réseaux d acteurs. Quel est l objet de l évaluation? Ce sont les politiques sur un territoire ouvert aux flux internationaux, qu ils soient financiers ou humains. Il nous faut donc tout d abord connaître le territoire et en établir le diagnostic. Toutefois, si les facteurs endogènes sont faciles à cerner, il se révèle plus difficile d appréhender les facteurs exogènes. collective. Il requiert la mobilisation de différents acteurs : les élus, les populations concernées et les collectivités. La dernière séquence de la journée sera consacrée au bon usage de l évaluation. Les questions suivantes seront à ce titre traitées : Existe-t-il une évaluation qui sert au processus démocratique? Existe-t-il une façon démocratique de pratiquer l évaluation? Je remercie les trois intervenants de ce mercredi de l INET :, Directeur du cabinet ID-Act, qui sera l animateur principal de cette journée ; Yannick VISSOUZE, Directeur du développement économique et du tourisme de la communauté urbaine de Dunkerque ; et Arnaud DEGORRE, Directeur adjoint de l INSEE Nord-Pas-de-Calais. Directeur du cabinet ID-Act Bonjour à tous, je vais animer cette journée dédiée à l évaluation des politiques économiques et aux problématiques d évaluation des politiques de développement territorial. En préambule, il convient de souligner que les trois intervenants présentent deux caractéristiques communes. La première est qu ils exercent dans la même région. Force est de constater qu ils ne représentent pas de ce fait la diversité nationale. La seconde est qu ils interviennent dans deux domaines complémentaires, d une part, les méthodologies d évaluation des politiques publiques dont Arnaud DEGORRE est expert, d autre part, l aide au développement territorial. Tout au long de la journée seront soulignées la complexité et la spécificité relatives au développement territorial. Avec quels acteurs procède-t-on à l évaluation? L établissement d un diagnostic à l échelle d un territoire revêt une dimension Pantin, le 30 avril

4 La logique de l évaluation des politiques publiques La question de l évaluation se pose notamment dans le contexte économique actuel. Lorsque nous parlons d évaluation des politiques publiques, nous faisons référence à des méthodes et à des outils, qui s inscrivent dans un modèle d analyse rationnel de la décision publique. Ce modèle repose sur la décomposition d une politique publique en : un constat dressé par les décideurs, une mobilisation de moyens, la définition d une ingénierie, la mise en œuvre de cette ingénierie et de ces moyens. Les politiques économiques peuvent se décliner en une succession d objectifs dont le degré de réalisation est mesuré par des indicateurs ; le but étant de faire évoluer les politiques publiques. Pour autant, la manière dont sont définies concrètement les politiques publiques n est pas nécessairement aussi logique, en particulier au niveau des collectivités locales. D abord, un certain nombre d actions et de dispositifs sont prescrits par les orientations nationales ou par les cadres juridiques communautaires. Les marges de manœuvre des décideurs publics s en trouvent donc limitées. Ensuite, le processus de décision résulte d un équilibre politique. A la différence de l évaluation des politiques publiques, l analyse de ces mêmes politiques cherche à comprendre quels rapports de force génèrent telle politique plutôt que telle autre. Arnaud DEGORRE Directeur adjoint de l INSEE Nord-Pas-de- Calais Bonjour à tous. Tout au long de la journée, je prendrai le point de vue du statisticien ayant une approche bien spécifique de l évaluation. Le regard porté par le statisticien sur l évaluation vise à dissocier cet exercice d un certain nombre de travaux que les collectivités peuvent être amenées à conduire par rapport aux politiques publiques. La démarche statistique consiste à dissocier l évaluation des dispositifs de contrôle. De même, l évaluation doit être dissociée du pilotage, qui vérifie que les crédits associés à la politique publique sont consommés selon le rythme prévu, avec les bons canaux d actions et avec le bon public destinataire. Enfin, l évaluation est à dissocier de l audit, qui a un objectif de définition de standards professionnels. L audit ne vise pas à apprécier que la politique a atteint son objectif, mais à vérifier qu elle s est inscrite dans une conformité réglementaire, dans un calendrier opérationnel et dans les standards que se donne le service public ayant défini cette politique. Contrôle, pilotage et audit interrogent peu l impact qu a la politique sur le bénéficiaire. Au contraire, l évaluation statistique s attache en premier lieu à ce résultat. Les objectifs de résultats, les objectifs d impact et les objectifs stratégiques représentent les principaux objectifs de l évaluation des politiques publiques. Derrière ces différents niveaux d objectifs se trouvent des d indicateurs permettant de vérifier que les objectifs visés ont été réalisés. Ces indicateurs ont pour particularités d être difficiles à alimenter, car plus coûteux à renseigner, et d être sujets à controverse quant au lien de cause à effet entre l action et le résultat observé. Dans certaines conditions, il est possible d éviter une «pollution» par des facteurs extérieurs. De même, dans certains cas, il faut accepter l utilisation d une méthodologie moins pure permettant la détermination des effets réellement imputables à l action publique. La démarche type se décompose en trois phases : 1) la phase de référentiel, qui va permettre de définir les «questions Pantin, le 30 avril

5 évaluatives», d analyser l information mobilisable, de concevoir la méthodologie de réponses, de définir la gouvernance de l évaluation ; 2) la phase d investigations, qui va mobiliser les outils permettant de répondre aux «questions évaluatives» ; 3) la phase d analyse et de recommandations. Ci-après, je vous présente quelques indicateurs types liés à des dispositifs classiques d actions économiques. Concernant l appui aux créateurs d entreprises, l indicateur de suivi est le nombre de créateurs accueillis/ accompagnés /suivis tandis que les indicateurs d évaluation sont le taux de survie à 3 et 5 ans, le nombre d emplois salariés créés à 5 ans et la part des créations dépassant 5 salariés à 5 ans. Concernant la sensibilisation à la création d entreprises, elle prend en compte des indicateurs relatifs à la sensibilisation en milieu scolaire. L évaluation de l aide aux entreprises va quant à elle mobiliser des indicateurs produits par des outils tels que les enquêtes bénéficiaires et les groupes de comparaison. Deux principaux types d outils sont utilisés dans l évaluation des politiques, notamment celle concernant l appui aux entreprises : 1) Les groupes de comparaison bénéficiaires non bénéficiaires, qui permettent de mesurer des différences d évolution entre les bénéficiaires et les non-bénéficiaires d aides. Cet outil suppose une comparabilité parfaite des groupes, un public cible important et un contrôle des échantillons. 2) Des outils plus qualitatifs tels que les études de cas et les groupes d experts et/ou de parties prenantes. Par ailleurs, il est à noter que l INSEE est une ressource très intéressante pour la caractérisation des territoires et des publics cibles, ainsi que pour le choix des méthodes qui peuvent être utilisées. Arnaud DEGORRE L INSEE propose une offre de services qui intéresse l ensemble des acteurs publics. Cette offre est à mobiliser lors de la conduite d une évaluation de politique publique. En effet, l INSEE est à même de fournir des statistiques sur les populations bénéficiaires, qu ils s agissent d entreprises, de personnes ou de territoires. Le rôle de l INSEE est multiple. En premier lieu, il met à disposition une vaste base de données. De plus, il mène des études en partenariat avec les collectivités territoriales. Dans ce cadre, un cahier des charges est conjointement défini afin de mener l évaluation quantitative d une politique publique. Enfin, l INSEE peut avoir une fonction de conseil et d accompagnement à la mise en place d une évaluation. Sa particularité est sa neutralité et son objectivité scientifique. Néanmoins, il convient de noter que l Institut se doit de rendre publics les résultats de l évaluation, ce qui peut parfois s avérer délicat. L INSEE peut également accompagner les acteurs publics dans la définition du contexte économique et social de la mise en œuvre de la politique publique. Bien qu étant expert, le statisticien ne connaît pas la politique publique, il ne connaît donc pas le sujet qu il s agit d évaluer. C est pourquoi l INSEE est à associer à d autres acteurs (les cabinets de conseil par exemple). Yannick VISSOUZE Directeur du développement économique et du tourisme Du point de vue du maître d ouvrage, l exercice d évaluation de cette catégorie de politique publique présente plusieurs difficultés. En effet, l économie est un secteur à enjeux croissants où les effets logiques de causalité sont flous. Aussi doit-on interroger sur la manière d évaluer l impact des politiques économiques, voire sur la pertinence d une intervention publique dans un domaine aussi complexe. Ce domaine est d autant plus complexe qu il est corrélé à Pantin, le 30 avril

6 l influence de multiples acteurs publics et privés sur différentes échelles territoriales. Pour autant, cette évaluation est d autant plus nécessaire que d importants moyens y sont consacrés par de multiples acteurs publics, parapublics ou consulaires, et que de nombreuses qui revendiquent tous une contribution déterminante aux résultats constatés (implantations d entreprises, nombre de création d emplois, etc.). Il paraît alors pertinent de travailler sur des logiques d évaluation collective avec une vision commune, des objectifs mutualisés et des contributions coordonnées plus efficientes. Une telle dynamique collective paraît également vertueuse au regard du coût de production de l évaluation. La mutualisation des données permettrait en effet une réduction des coûts. Par ailleurs, l outil de diagnostic économique s avère être un outil précieux, car il constitue le préalable à la conception des interventions sur un territoire donné ainsi que le préalable à l identification des enjeux stratégique. Enfin, bien que la dimension de marketing territorial soit une dimension de l évaluation peu évoquée, tous les territoires s inscrivent dans des classements d attractivité, d innovation, d entrepreneuriat, etc. Il faut aussi donc intégrer ce marketing territorial comme un outil de challenge interne et externe. Quand un élu ou une direction du développement s engage dans une politique économique, c est avec l objectif de créer des emplois et des richesses. Ce qui va impacter la dynamique économique est l action qui va être mise en œuvre ou le contexte. Cependant, le secteur évalué est un secteur si complexe que l on peut s interroger sur la capacité de l évaluation à rendre compte de cet ensemble. Quels sont les freins au développement du territoire ou, au contraire, quels sont les leviers de sa dynamique? De la salle La fragmentation de la compétence relative au développement économique est un des obstacles rencontrés. De la salle Des difficultés au niveau des commerces existent ; une stratégie globale, plus proche du terrain, est en cours de réflexion. De plus, le paramètre politique vient compliquer cette problématique. Yannick VISSOUZE Le sujet de la gouvernance traverse toutes les questions traitant des politiques publiques, de leur conception à leur évaluation. S agissant des commerces, la dimension de proximité est particulièrement ardue. La réglementation de l organisme commercial bascule de plus en plus vers les documents d urbanisme. Pour autant, la dimension d animation commerciale qui était une compétence très ancrée dans les chambres de commerces et d industrie a évolué de manière significative. En effet, leurs moyens ont diminué. Par-delà le domaine du commerce, il est à noter que ce phénomène touche également les autres chambres consulaires dont les moyens se révèlent relativement faibles. De plus, la complexité de ce secteur est renforcée par la multiplicité de ses acteurs qui peuvent se livrer une véritable compétition. De même, note-t-on une fragmentation administrative relative. Parce que la loi et diverses initiatives vont dans le sens de plateformes communes, de schémas régionaux de développement économique et de plans locaux coproduits, les collectivités doivent aujourd hui endosser une responsabilité croissante, celle d établir une cohérence entre les différents acteurs. Le développement économique territorial, Pantin, le 30 avril

7 richesse et complexité d un modèle ouvert Il y a un an et demi, une réflexion a été menée au sein d ARADEL (Association Rhône-Alpes des Développeurs Locaux) par un groupe de travail sur les nouveaux indicateurs du développement local. Ce groupe de travail était exclusivement composé de développeurs économiques et avait pour but de répondre à la question suivante : quels sont les facteurs de développement d un territoire? Le sentiment d appartenance de la population au territoire, notamment des chefs d entreprise, participe de ce développement. En effet, ils en sont les ambassadeurs et sont amenés à y investir ou à y entreprendre. Participent également de cette dynamique la confiance dans le territoire et dans le réseau d acteurs, le dynamisme et l ambition stratégique des dirigeants de PME, la vitalité économique et la capacité de rebond de l entrepreneuriat et de l innovation. De même, sont à prendre en compte les compétences, la proximité entre le tissu économique et la formation initiale/continue, l efficacité de l orientation, l information des parents sur l économie locale, les valeurs de la population, les compétences transversales (linguistiques, expression orale, etc.) et l aménagement durable (aménagement d espaces d accueil et d activités, maîtrise de la rente foncière, etc). La majorité de ces facteurs ne concernent pas les développeurs économiques, voire ne relèvent pas des compétences premières de la collectivité. Le développement d un territoire est complexe et multifactoriel. De nombreux facteurs sont imbriqués les uns aux autres tels que la gouvernance, le renouvellement et le rôle social des élites, l entrepreneuriat, l attractivité et la compétitivité, l esprit d initiative, la capacité de coopération, ainsi que la performance du système éducatif. En conclusion, l évaluation s avère limitée, car elle ne prend pas en compte les facteurs extérieurs, qui contribuent également à la dynamique du territoire. De la salle Le territoire doit-il être évalué à l échelle de la commune? Le coût va prescrire les outils. Si le budget est relativement limité, il n est alors pas pertinent de s engager dans le choix de méthodologies ambitieuses. Si le nombre de bénéficiaires est faible, il est préférable de les interroger directement plutôt que de mettre en œuvre des travaux plus économétriques. Par ailleurs, la question du territoire pertinent est une question complexe. Néanmoins, la zone d emploi peut faire figure d entité de base. Tout va dépendre du sujet et du nombre de bénéficiaires. Si les aides et les activités sont de taille réduite et réparties sur le territoire communal dans une logique de centralité, l échelle municipale pourra être pertinente. Yannick VISSOUZE Sur cette question de périmètre, une certaine homogénéité se dégage au niveau européen entre région, province ou länder d une part, et les échelles de proximité telles que les agglomérations ou les communautés de communes, d autre part. Le travail d évaluation peut être un élément permettant de dépasser les problématiques de territoires opérationnels. Les notions de bassin d emplois ou de bassin de vie sont généralement pertinentes sur un grand nombre de sujets. Les partenaires étant multiples (l INSEE, l Etat, les territoires, les agences d urbanisme, etc.) et l information fragmentée par nature, la mise en place d observatoires partagés semble pertinente. Pantin, le 30 avril

8 Arnaud DEGORRE D un point de vue statistique, il n existe pas de territoire incompatible avec un exercice d évaluation en termes de mailles géographiques. L évaluation peut se faire aussi bien à l échelle d un quartier qu à l échelle d une région. Néanmoins, il existe des limites techniques, à savoir l ampleur de la politique publique à évaluer ainsi que le nombre de bénéficiaires. En effet, pour un statisticien, l évaluation n est pertinente qu à partir d un millier d observations concernées par la politique, a minima de plusieurs centaines. L évaluation qualitative se contentera quant à elle d une dizaine d unités. Par ailleurs, la question de la cohérence territoriale du périmètre est une question difficile. Il est en effet délicat de délimiter, en fonction de la politique publique, le zonage qui fait sens. Néanmoins, des zonages statistiques peuvent être mobilisés. Pour une politique d emplois par exemple, la zone d emplois sera pertinente. Pour autant, ce type de zone est vaste. Elle compte généralement plusieurs centaines de milliers d actifs. A une échelle communale, il est préférable de reconstituer une micro zone d emplois centrée sur le territoire de compétences. La reconstitution d une maille territoriale participe de la phase de diagnostic. En conclusion, la question du territoire pertinent est effectivement appropriée lors de la phase de diagnostic. De même, elle constitue également une question évaluative : a-t-on travaillé sur la bonne échelle territoriale par rapport au problème posé? Application de l évaluation au champ des politiques économiques en vue de caractériser le contexte et le sujet L évaluation se révèle plus aisée en matière de développement économique, spécifiquement lorsqu elle doit appréhender la situation du territoire, du secteur ou de la problématique sur laquelle intervenir. En vue de caractériser le contexte et le sujet, deux exemples vont être présentés : l entrepreneuriat et le Louvre-Lens. Il s agira de répondre aux questions suivantes. Comment l évaluation peut-elle aider à décrire et à comprendre le problème? Comment l évaluation peut-elle alors définir des actions plus efficaces? Arnaud DEGORRE Ce premier exemple a pour objet un espace culturel : le Musée du Louvre à Lens. Dans le cadre du Schéma régional de développement économique (SRDE), la Région Nord-Pas-de-Calais a impulsé la création d Euralens, outil de la transformation du territoire et structure fédératrice de projets. En juillet 2010, cet outil s est donné pour objectif de s appuyer sur l arrivée du Louvre-Lens pour améliorer le bien-être de la population et développer le territoire, avec un haut niveau d ambition. Le territoire d étude compte habitants et se compose de deux communautés d agglomération : - les communautés d agglomération de Lens-Liévin, - les communautés d agglomération d Hénin-Carvin. Un partenariat évaluatif a été mis en place entre l INSEE, le Conseil régional Nord-Pasde-Calais, la mission bassin minier (agence d urbanisme) et Euralens. Ses objectifs sont de : Pantin, le 30 avril

9 - comprendre le fonctionnement du territoire, - construire un «contrefactuel territorial» ou territoire de comparaison, - construire un socle statistique de suivi sur de multiples dimensions pour appréhender ce qu Euralens a appelé le «bien-être», - proposer une méthode de suivi sur cinq à dix ans, - rendre l information transparente et neutre. Le territoire d implantation du Louvre-Lens porte encore les stigmates économiques et sociaux de son passé industriel. Il reste un territoire en grande difficulté sur les plans sanitaire (taux de mortalité élevé), éducatif et économique. L objectif est alors de voir quelles seront les évolutions relatives de ce territoire au regard des territoires voisins et de l ensemble de la région. Les indicateurs ont été synthétisés en deux principales dimensions : - un indicateur de situation sociale composé de six variables traduisant un certain niveau de difficulté (part des ménages non imposables, part des chômeurs, part des chômeurs de longue durée, part des chômeurs non qualifiés, part des jeunes chômeurs sans qualification et part des sans diplôme), - un indicateur de développement économique rendant compte des taux d évolution des secteurs d activité et standardisant les évolutions économiques des différentes communautés d agglomération en fonction de leur spécificité structurelle. Enfin, un indicateur historique a été pris en compte pour apprécier l ampleur des mutations économiques au cours des trente dernières années. Ces indicateurs ont été mobilisés sur la centaine de communautés d agglomération et de communautés urbaines de France qui correspondent à un certain niveau de population. Puis, sur cette centaine d espaces, a été construit un contrefactuel territorial et défini un territoire mystère. Le contrefactuel territorial est une moyenne des territoires de comparaison. Pour tous ces territoires de comparaison, 38 indicateurs de suivi ont été déterminés tels que des indicateurs économiques (volume d emploi, création d établissements, investissement des entreprises ), des indicateurs éducatifs (taux de retard scolaire, taux de réussite au brevet, taux de scolarisation ), des indicateurs sanitaires et des indicateurs sociaux (taux d exclusion, part des bénéficiaires du RSA ). Néanmoins, il existe une limite fondamentale à cet exercice, qui est la perméabilité de ce territoire. En effet, les communautés d agglomération de Lens-Liévin et de Hénin- Carvin interagissent fortement avec leurs territoires voisins. Le bassin minier ne peut être isolé de facteurs exogènes à l implantation du Louvre-Lens tels que l amélioration des conditions de vie dans les territoires voisins ou l installation de personnes extérieures sur ce territoire d intérêt. Le second exemple présente une évaluation de la politique d appui à la création d entreprises dans le Nord-Pas-de-Calais. Ce PRCTE (Programme Régional Création Transmission d Entreprise) a trois objectifs : - augmenter le nombre de créations d entreprises, - augmenter le nombre d emplois créés, - accroître la pérennité des nouvelles entreprises créées. La création d entreprises est un phénomène multifactoriel. C est pourquoi un questionnaire spécifique a été élaboré. Il Pantin, le 30 avril

10 permet principalement d obtenir des renseignements sur la situation du créateur (contexte familial, parcours éducatif et professionnel ), sur le projet de création (projet initial, projet de développement, valeurs du nouveau chef d entreprise) et sur l accompagnement (type d accompagnement, effets de l accompagnement, satisfaction visà-vis de l accompagnement). Deux catégories de créateurs en ont été destinataires : 300 créateurs accompagnés et 300 créateurs non accompagnés. L on remarque des points communs et des différences fortes entre les accompagnés et les non accompagnés. Sur la population interrogée, les constats suivants peuvent être établis : - tous les niveaux de formation et toutes les tranches d âge sont représentés, - les employés et les anciens chômeurs sont majoritaires, - les enfants de chefs d entreprises sont minoritaires. Ces résultats confirment le portrait des chefs d entreprise dressé par l enquête SINE de l INSEE. Les autres constats sont les suivants : - une grande majorité de ménages à double revenu (75 %), - la présence d autres créateurs dans le réseau social des 2/3 des interrogés, - une très forte valorisation du statut social de créateur, - peu de ruptures professionnelles. Concernant le profil des bénéficiaires, le PRCTE atteint des publics majoritairement jeunes, demandeurs d emploi et isolés du domaine de la création d entreprise. Inversement, ils sont minoritairement diplômés, «recréateurs», fils ou filles de créateurs ou de chefs d entreprises. Le programme contribue donc à démocratiser la création d entreprises. Toutefois, les bénéficiaires ont de nombreux points communs avec les non bénéficiaires : - ils sont plus intégrés que la moyenne de la population (réseau de créateurs, double salaire ), - les personnes faiblement diplômées sont sous-représentées par rapport à la moyenne de la population régionale. Huit profils de créateurs peuvent être définis à partir de ces résultats, avec un taux de pénétration variable d un profil à l autre. Le PRCTE a en majorité accompagné des personnes en situation d auto-emploi ou en situation de nouveau départ. Inversement, il est sous-représenté chez les personnes ayant déjà créé une entreprise et chez les jeunes diplômés. Les créateurs accompagnés ont également été interrogés sur les effets déclencheurs de la création d entreprises. Il s avère que le PRCTE a permis de conforter les créateurs dans leur démarche, de crédibiliser le projet et ainsi de convaincre les banques et, enfin, de trouver les aides financières indispensables à la création de l entreprise. A l échelle de l ensemble des bénéficiaires, le PRCTE équivaut à créations d entreprises, soit emplois générés. Chaque emploi créé a représenté un coût de euros pour la Région. En conclusion, l évaluation montre des résultats positifs pour la Région, d autant plus que ces entreprises se trouvent toujours en situation de croissance et n ont pas de ce fait réalisé tout leur potentiel. Pour aller plus loin et augmenter sensiblement le taux d entrepreneuriat, comme en Norvège, il faudrait cesser de financer ces dispositifs d aide à la création et tout investir dans la sensibilisation en milieu scolaire. En effet, les Norvégiens ont mesuré que la sensibilisation en milieu scolaire triplait la propension à entreprendre des jeunes de moins de 30 ans. Pantin, le 30 avril

11 De la salle Est-ce en prenant en compte l étude de la Norvège que le dispositif a pu être évalué? La Norvège est vraiment très avancée dans la sensibilisation à la création d entreprises. En effet, ce pays a modifié depuis longtemps l ingénierie pédagogique de la formation initiale dans ce sens. Il ne faut pas penser qu on pourrait «copier» simplement ces bonnes pratiques. Pour autant, la métaévaluation, ou benchmark, permet de s inspirer de bonnes pratiques et d éclairer la décision sur l évolution des politiques évaluées. Yannick VISSOUZE Ce travail de sensibilisation et de réorientation pédagogique induit des comportements qui vont favoriser les prises d initiatives. Lorsqu il est mené dès le plus jeune âge, il a un effet bénéfique sur l égalité des chances au contraire des aides mises en place plus tardivement. Ce travail en amont n impacte pas que les créateurs d entreprise, mais participe de la dynamique de tout un territoire. Ainsi, il est pertinent que les travaux d évaluation nationaux et internationaux puissent alimenter un débat politique et technique sur les meilleurs moyens d assurer une égalité des chances dans les territoires. Les limites et les difficultés de l évaluation des politiques économiques La définition des indicateurs suppose des objectifs chiffrés. Or les décideurs publics n ont souvent qu une idée générale et peu chiffrée de ces objectifs. De plus, l interprétation suppose l existence de valeurs de référence (chronologiques, spatiales, nonbénéficiaires), qui peuvent être difficiles à établir. Enfin, la multiplication des indicateurs alourdit leur suivi et n apporte pas nécessairement une vision beaucoup plus précise de la situation. Arnaud DEGORRE Le statisticien propose deux approches complémentaires pour formaliser un exercice d évaluation d une politique publique : l approche structuraliste, qui rend compte d une modélisation du comportement du sujet (entreprise, individu, territoire ) par rapport à la politique publique ; l approche empirique, qui teste l impact d une grandeur sur une autre, en n explicitant pas nécessairement les mécanismes qui interviennent. Nous nous intéressons à l impact d un traitement, formalisé par la variable T. Cette variable a deux valeurs : 1 (individus traités), 0 (individus non traités). Pour chaque individu (i), l on suppose l existence de deux effets potentiels, ici appelés «revenus potentiels» : Yi0, le revenu potentiel sans traitement, Yi1, le revenu potentiel avec traitement. La mesure de la différence entre les deux revenus pour le même individu se notera : Δi = Yi1 - Yi0 La notion d individu est diverse. Si i représente un demandeur d emploi alors Y pourrait être la probabilité de retrouver un emploi. Si i est une entreprise, alors le revenu Y pourrait être la hausse de son chiffre d affaires. Si i est un quartier, Y pourrait être l amélioration des conditions sociales. Ce même cadre peut s appliquer à une multiplicité de situations. Pantin, le 30 avril

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des PME/PMI : management, création et reprise/transmission de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance «La fonction d observatoire d Algora a fait l objet ces dernières années de différentes réflexions qui ont conduit en particulier

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot 1 Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences Présentation Christian Jouvenot Introduction 2 L Etat a mis en place un dispositif d'aide au conseil aux entreprises pour l'élaboration de plans

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail