OPTIMISER SA FERTILISATION par la pratique du compostage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISER SA FERTILISATION par la pratique du compostage"

Transcription

1 OPTIMISER SA FERTILISATION par la pratique du compostage La fertilisation organique des cultures (seul type de fertilisation azotée autorisée en agriculture biologique) a pour objectif d augmenter la fertilité des sols. En nourrissant l activité biologique du sol, elle conditionne le potentiel de la culture. L azote en bio étant souvent une denrée rare et chère, il apparaît essentiel que les producteurs disposant de matières organiques d élevage les utilisent au mieux afin d optimiser leurs rendements et de réduire leurs charges en intrants. L enjeu consiste notamment à garder la valeur fertilisante de leurs matières organiques en gérant au mieux le stockage, le compostage et l épandage. L objectif de ce livret est donc de donner des points de repère utiles aux éleveurs et aux utilisateurs de matières organiques pour optimiser la fertilisation organique issue d élevages. Ces données sont basées sur de la bibliographie, mais surtout sur les formations dispensées par Dominique MASSENOT, consultant spécialisé dans l optimisation de la fertilité des sols. sommaire > Fumier ou compost : quelles différences? > Que se passe-t-il lors du processus de compostage? > Comment composter? Les étapes du compostage > Le compostage en résumé Edition Décembre 2013 Rédaction : AGROBIO 47 Association de développement de l Agriculture Biologique de Lot et Garonne

2 FUMIER OU COMPOST : QUELLES DIFFERENCES?... LES FUMIERS Ils sont le résultat d un mélange de déjections animales et de litière : ils contiennent entre autres de l énergie (sucres amenés par la litière) et de l azote (amené par les déjections). LE COMPOST Issu du processus de compostage, le compost est un fumier assaini et facile à épandre. La transformation de fumier en compost résulte d un processus de fermentation, c est-àdire une oxydation avec production de CO 2. Cette fermentation a lieu en milieu confiné avec présence d oxygène. Le compostage permet d obtenir, par un effet mécanique, de retournement et de broyage : - un assainissement du milieu par une montée en température (autour de 60 à 70 C durant plusieurs jours) : en effet, la température élevée engendre l inactivation des graines d adventices et la destruction des germes pathogènes - un produit émietté et homogène : le produit fractionné est ainsi plus rapidement et facilement incorporable et utilisable par le sol et donc par les cultures (pas de «paquets» de fumier qui mettent du temps à se décomposer) - un milieu sans odeurs : le produit peut être épandu sur des prairies et à proximité de l habitat - un produit ne perdant pas d azote une fois épandu : les pertes en azote après épandage sont quasi nulles pour le compost (azote sous forme organique non volatile) alors qu elles peuvent représenter de 10 à 15% de l azote total pour les fumiers ATTENTION : Ne pas confondre compost et fumier en tas! Un fumier stocké en tas n évolue jamais en compost, même après un séjour prolongé. N ayant pas subi de fractionnement, il donnera un produit non homogène ayant subi une décomposition partielle, mais de valeur agronomique moins intéressante que celle du compost. Une distinction est faite entre compost jeune et compost mûr : issus d un compostage plus ou moins long, ce sont 2 produits de composition et d utilisation différentes : - le compost jeune, obtenu par un compostage court, est un produit starter ou nerveux qui se comporte comme un engrais (source d aliment pour les plantes via l activité microbienne) - le compost mûr, obtenu par un compostage long, est un produit lent qui se comporte comme un amendement (stabilisant du sol) Page 2

3 LES AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DIFFERENTS PRODUITS AVANTAGES INCONVENIENTS - Moins de travail Fumier (frais ou en tas) - Importantes quantités à épandre - Application très déconseillée sur prairies notamment au printemps - Perte d ammoniac à l épandage - Blocage de l azote (si fumier très pailleux) - Présence d amines (molécules à odeur très désagréable) qui lèvent la dormance des mauvaises herbes - Formation de substances phytotoxiques issues de la putréfaction Compost - Minéralisation plus rapide de l azote - Augmentation de la teneur en humus - Efficacité plus durable - Pas de pertes d azote une fois épandu - Moindres quantités à épandre et facilité d épandage (notamment sur les pentes) - Suppression des graines de mauvaises herbes et des germes pathogènes (si montée en température suffisante et homogène) - Effet inhibiteur sur les maladies causées par les pathogènes du sol - Risque de lessivage pendant le compostage (si tas non couvert) - Travail important - Besoin de matériels spécifiques A noter : Si le tas a été bâché, une meilleure efficacité de l azote est observée pour le fumier frais peu pailleux, puis pour le compost et en dernier pour le fumier en tas. QUE SE PASSE-T-IL LORS DU PROCESSUS DE COMPOSTAGE?... Le graphique ci-dessous résume les étapes du procédé de compostage : Un indice visuel pour distinguer le basculement d un compost jeune à un compost mûr est l apparition des champignons et des vers de terre. Fumier (pailles rigides) Compost jeune (pailles visibles mais plus tendres) Compost mûr (produits d origine non reconnaissables et odeur de terreau) PROCESSUS DE MINERALISATION PROCESSUS DE STABILISATION Source : ENSEEIHT Page 3

4 COMMENT COMPOSTER? LES ETAPES DU COMPOSTAGE... L objectif du producteur doit être d obtenir un compost garantissant une activité biologique intense des microorganismes du sol et donc source de fertilisant disponible pour la plante ; ces conditions permettent alors d optimiser le potentiel de rendement de la culture. Le compost qui répond le mieux à ces exigences est le compost jeune. Aussi, l itinéraire de compostage donné ci-dessous conduit à obtenir un compost jeune : 1 - LA MISE EN TAS Le fumier sorti de l étable est mis en tas de forme aussi régulière que possible et maintenu à la bonne humidité (arrosage avec les jus) pour favoriser l'imbibition des pailles et leur pré-hydrolyse. Les obligations administratives à respecter lors du stockage du fumier - Stockage possible sur une zone non inondable et sans forte pente - A 50 m de distance d un cours d eau - A 100 m de distance d un tiers Peuvent s ajouter à celles-ci des obligations spécifiques aux zones de captage. 2 - LA PROTECTION DES FUMIERS AU STOCKAGE Si le compost est utilisé directement sur les cultures, cette étape n est pas nécessaire. Dans les autres cas, cette étape est obligatoire. Le fumier peut être tassé (pour ralentir la fermentation) puis bâché afin de limiter toute perte d éléments fertilisants. Les lessivages et autres pertes au tas lors du stockage des fumiers sont très importants (cf tableau ci-dessous) et souvent sous-estimés : ils sont non seulement source de pollution mais aussi une perte agronomique et donc économique. Il est ainsi important de savoir conserver ces valeurs fertilisantes. Un tas de fumier, laissé en bout de champ durant des mois perd (par volatilisation ou lessivage) : Taux de pertes Azote 60% Phosphore 35% Potasse 70% Ca 50% Mg 50% Sucres 75 à 80% Comme le montre ce tableau, ce sont les éléments les plus facilement disponibles pour l activité microbienne du sol et les cultures qui sont les plus solubles, donc ceux qui sont perdus en premier. Pour éviter toute perte, il est conseillé de couvrir les fumiers au stockage par : - une fumière couverte - ou des bâches géotextiles type Top Tex qui laissent passer l air mais pas l eau : conseillé pour les fumiers humides (type fumier de bovins) car une évaporation de la vapeur d'eau est permise Remarque : des bâches en feutre géotextile type Bidim peuvent être utilisées, mais elles sont plus fragiles et plus légères (donc résistent moins au vent) - ou des bâches plastiques : conseillé pour les fumiers secs (type fumier d ovins, caprins ou équins) car elles permettent une recondensation de la vapeur d'eau Page 4

5 IMPORTANCE DU BACHAGE Le bâchage poreux conduit à créer une atmosphère confinée favorable à l évolution du compost car elle empêche le dessèchement ou le détrempage et le lessivage des éléments fertilisants. Sans bâchage, le tas peut s engorger en eau ; cette eau remplace alors l air et rend le milieu réducteur. Dans ce cas, le compost n évolue pas correctement : il y a hydrolyse des pailles et formation d une pâte molle, collante et de mauvaise odeur, appelée «beurre noir». «Beurre noir» Ce qu il faut retenir - Un fumier avant lessivage suffit pour fertiliser, même des cultures gourmandes - Un fumier après lessivage a perdu une bonne partie de sa valeur fertilisante : le produit en résultant fera du stock de carbone mais sera peu fertilisant - Le compostage ne permet pas de récupérer les éléments lessivés d un fumier 3 - LE RETOURNEMENT DU TAS Pour une utilisation directe sur les cultures, cette étape est réalisée immédiatement après la mise en tas du fumier sorti de l étable ou après débâchage du tas du fumier stocké. Les opérations Le fumier doit être maintenu humide, et s il est sec ou très pailleux, il doit être humidifié pour favoriser l imbibition des pailles et leur pré-hydrolyse. La bonne humidité est celle du produit mouillé qui, pressé dans la main, ne rend pas d eau. L excès d eau est un frein au compostage : si le fumier est trop humide, de la paille peut être ajoutée. Le mieux est de pouvoir arroser le tas avec les jus : ceci nécessite une aire bétonnée avec fosse de récupération des jus. Le fumier est retourné 1 à 2 fois de suite, dans le but de l homogénéiser, de l oxygéner et de le fractionner : la fragmentation mécanique augmente la vitesse d'attaque microbienne et assure un épandage plus fin. De cette étape, dépendent la qualité et l intensité de la fermentation et l épandage. Suivant les cas, un 2 ème retournement peut être effectué en phase chaude 5 à 8 jours après, ce qui relance la fermentation et élimine un maximum de graines indésirables et de pathogènes. Les préparations biodynamiques peuvent être ajoutées après le 1 er retournement (cf encadré). Le tas est systématiquement bâché après chaque retournement. LES PREPARATIONS BIODYNAMIQUES DANS LE COMPOST Il existe 6 préparations biodynamiques pour le compost : l achillée millefeuille (502), la camomille officinale (503), l ortie (504), l écorce de chêne (505), le pissenlit (506) et la valériane officinale (507). A l origine, la description de leur activité par Rudolf Steiner concernait une meilleure gestion de la fumure pour rendre le sol le plus vivant et le plus fertile. En agriculture biodynamique, cette fumure reçoit ces six préparations et est complétée par l usage de préparations à destination des sols et du comportement des plantes. Cependant, ces préparations ont montré qu elles sont dotées de propriétés intéressantes pour l évolution du phénomène de compostage comme la réduction de la montée en température, les pertes de substances globalement réduites, une amélioration de la conservation des nitrates et des phosphates. A noter : en dehors de ces préparations, tout autre activateur ajouté au compost est superflu. Page 5

6 Le matériel nécessaire Retournement à la fourche du tracteur Le retournement peut s effectuer simplement au moyen de la fourche du tracteur ; cependant, cette technique est fastidieuse (temps important, manipulations peu pratiques) et il est difficile d atteindre les conditions d une bonne évolution des matières à composter (aération et humidité non homogènes). Retournement à l épandeur de fumier à poste fixe Le tas à composter est repris à la fourche du tracteur et chargé dans l épandeur où le compost passe à travers des hérissons éparpilleurs qui assurent à la fois sa mise en andain et son aération. Cette technique de retournement est longue : compter 30 min de travail par andain de 8m, soit 40 m 3 /heure. Retournement au retourneur d andain Ce matériel, disponible en CUMA départementale, permet un compostage rapide (entre 400 et 500 m 3 /h) et efficace (produit homogène et bien aéré). Le coût est calculé en fonction du temps passé sur la ferme. Des chantiers peuvent s organiser sur plusieurs fermes sur un même secteur géographique afin d optimiser ce matériel. Remarque : Certains retourneurs d andain sont équipés de système d aspersion et/ou pose de bâche. 4 L EPANDAGE Le moment de l épandage L épandage doit être effectué 8 à 15 jours maximum après le dernier retournement (soit environ 3 semaines après la mise en tas). Le produit doit être épandu chaud. La régularité de l épandage est capitale pour assurer la structuration du sol et la fertilisation de la culture. Une incorporation superficielle est toujours bénéfique pour une meilleure intégration au sol. Important : Si le compost ne peut pas être épandu de suite, le bâcher pour le protéger et éviter toute perte de matière. La nature, les doses et les périodes d épandage La nature de l épandage, la quantité à épandre par hectare et les périodes d épandage dépendent du type de sol et du type de culture. Aussi, une analyse de sol méthode Hérody est fortement conseillée pour connaître son type de sol et son fonctionnement. Elle permet de déterminer le type d apport et les doses possibles. Page 6

7 Pour les périodes d épandage, voici quelques repères : - Pour l automne : l épandage est à réaliser avant la fermeture du sol, c est-à-dire avant les premières gelées. Aucun épandage n est à réaliser ensuite jusqu au dégel. - Pour le printemps : l épandage tardif est dangereux pour les foins et les animaux Pour les types d apport, voici quelques repères : Type d apport Périodes d épandage Type de sol A éviter dans toutes situations (risque sanitaire, décomposition décalée entre azote et énergie, amines faisant germer les adventices,...) Fumier frais Compost jeune Plutôt au printemps (effet starter de démarrage des cultures) Sol où le taux d humus est satisfaisant (2.5 à 3%) Compost mûr Plutôt à l automne (en prairie, vigne ou cultures peu gourmandes) ; éviter au printemps car il peut entraîner des retards dans la libération de l azote au moment où les cultures en ont le plus besoin («faim d azote») Sol où le taux d humus stable est faible 5 LE SEMIS OU LA PLANTATION Les semis ou plantations peuvent être envisagés environ 3 semaines à 1 mois après l épandage. LE COMPOSTAGE EN RESUME LES ETAPES Les temps donnés ci-dessous correspondent à un compost jeune ; si les temps sont allongés, la température du tas diminue et l évolution ira vers un compost mûr. Mise en tas du fumier Maintien à la bonne humidité 1er retournement et bâchage J à J+2 (2ème retournement en phase chaude et bâchage) Epandage du compost encore fumant J+5 à J+8 J+15 à J+20 LE MATERIEL - Fumière couverte ou aire bétonnée avec fosse de récupération des jus (préconisé mais non obligatoire) - Bâches - Equipement matériel de retournement et d épandage (en propre ou en CUMA) LE TYPE D APPORT Le type d apport, tout comme la quantité la période d épandage, est à raisonner suivant le type de sol et le type de culture. Page 7

8 UN RESEAU POUR VOUS ACCOMPAGNER Agrobio47 peut répondre à vos questions (techniques, réglementaires,..) concernant l agriculture biologique. De plus, Agrobio47 met en place : Des réunions d échange entre les producteurs Des formations sur les diverses productions du Lot-et-Garonne Un réseau de fermes de démonstration et de fermes de parrainage à disposition de tous les agriculteurs ayant un projet de conversion ou débutant en agriculture biologique. N hésitez pas à nous solliciter! QUELQUES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Ce guide reprend des informations contenues dans les documents suivants : Fiches matières organiques de la Chambre d Agriculture de Provence-Alpes-Côte d Azur, de Bio de Provence et Orgaterre, Septembre 2012 La fertilisation organique des cultures, livret du FABQ, Octobre 2005 Le compostage des fumiers : une technique de valorisation des matières organiques en agriculture, Les livrets de l Agriculture n 3, Ministère de la Région Wallonne et Direction générale de l Agriculture Engrais organique, fascicule 2, Guide BRDA des engrais, Yves HERODY, 1992 Les bases de la méthode Hérody, Dominique MASSENOT, 2000 Divers documents de Dominique MASSENOT Composter le fumier pour préserver le climat, article de Christoph Fankhauser, Bio Suisse paru dans Bioactualités Fumier préparé : un must pour l agriculture biologique, article du FIBL paru dans Bioactualités Si vous recherchez des références bibliographiques sur ce sujet, nous pouvons vous aider à en trouver. Guide technique sur l optimisation de la fertilisation par le compostage Imprimé et réalisé par nos soins avec le concours financier de l Europe, du Conseil Régional d Aquitaine, du Conseil Général de Lot et Garonne et de Bio d Aquitaine, association des producteurs bios d Aquitaine. AGROBIO rue Victor Michaut Villeneuve sur Lot Tel : Mail : ou

Faites. le geste. compostez

Faites. le geste. compostez Faites le geste nature compostez Édition 2012 Édito Soucieuse de préserver votre environnement, la Communauté de Communes Loire & Sillon poursuit ses actions d encouragement à la réduction des déchets

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Mettre en place le compostage en habitat collectif

Mettre en place le compostage en habitat collectif Mettre en place le compostage en habitat collectif Programme local de prévention des déchets de la CALB 2011-2015 Contexte : 30% de nos poubelles ménagères sont des déchets fermentescibles. En pratiquant

Plus en détail

Le compostage individuel des déchets

Le compostage individuel des déchets Le compostage individuel des déchets Le compostage individuel des déchets La quantité de déchets que nous produisons ne cesse d augmenter : chaque habitant produit environ 1,2 kg de déchets ménagers par

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

Composition du sac de déchet d origine résidentielle**

Composition du sac de déchet d origine résidentielle** 2016 Composition du sac de déchet d origine résidentielle** 12% RDD Textiles Matières 2% 3% diverses 3% 21% ** Recyc-Québec Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel 2010 QU EST-CE

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Composter, c est naturel!

Composter, c est naturel! Composter, c est naturel! Le compostage consiste à décomposer la matière organique par l action de l air, des bactéries et organismes vivants du sol pour la transformer en humus. Réduire la quantité de

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

La matière organique dans les sols agricoles L optimisation de la gestion organique à court et moyen terme

La matière organique dans les sols agricoles L optimisation de la gestion organique à court et moyen terme La matière organique dans les sols agricoles L optimisation de la gestion organique à court et moyen terme Comité de suivi vendredi 13 février 2015 SDEA Benfeld (67) Christophe BARBOT Conseiller spécialisé

Plus en détail

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé.

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Andrée Deschênes, agronome. Le jardin des Pèlerins, St-André de Kamouraska. Introduction. Très populaire dans certains endroits, le thé de compost

Plus en détail

Syndicat Mixte du Point Fort. Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets

Syndicat Mixte du Point Fort. Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets Dossier de Presse Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets 16 décembre 2005 CONTACT PRESSE Claire Montémont tél. 02 31 29 16 96 / mobile 06 10 15 04 18 claire.montemont@wanadoo.fr

Plus en détail

Produire de l énergie verte par la méthanisation : le processus

Produire de l énergie verte par la méthanisation : le processus Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Produire de l énergie verte par la méthanisation : le processus Par : Pauline Doligez, IFCE «La méthanisation constitue une réponse

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité Fiche conseil n 5 Faire du compost de qualité Faire du compost de qualité Réussir son compost Le composteur est désormais installé dans votre jardin, il faut maintenant l alimenter. Pour obtenir un compost

Plus en détail

L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant.

L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant. L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant. Agriculture et jardinage bio-dynamique Historique 1790 : La métamorphose des plantes 1924 : Cours aux Agriculteurs 1939 : La fécondité de la terre 1965

Plus en détail

Guide. du compostage. individuel. Photo non contractuelle

Guide. du compostage. individuel. Photo non contractuelle Guide du compostage individuel Photo non contractuelle omposter c est facile! JE METS DANS MON COMPOSTEUR Déchets de cuisine Épluchures de fruits et légumes Restes de fruits pourris ou cuits, Marc de café

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

LE LOMBRICOMPOSTAGE De quoi s agit il? lombricompostage déchets biodégradables vers de compost lombricompost thé de compost

LE LOMBRICOMPOSTAGE De quoi s agit il? lombricompostage déchets biodégradables vers de compost lombricompost thé de compost LE LOMBRICOMPOSTAGE De quoi s agit il? Le lombricompostage (ou vermicompostage) est une méthode écologique de valorisation et de transformation des déchets biodégradables en engrais naturel fondé sur l

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 2012 (Mars 2012 Août 2012)

RAPPORT D ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 2012 (Mars 2012 Août 2012) Association Faune et Développement au Burkina Récépissé : N 2008-0328 / MATD/SG / DGLPAP / DOASOC BP 133 Fada N Gourma Tél. : (00226) 40 77 10 11 Email : afaudeb@yahoo.fr Projet de formation de groupements

Plus en détail

Et nous, le compostage c est pour quand? C est avec des petits gestes que l on fait un Grand Lyon.

Et nous, le compostage c est pour quand? C est avec des petits gestes que l on fait un Grand Lyon. Et nous, le compostage c est pour quand? C est avec des petits gestes que l on fait un Grand Lyon. Saviez-vous que les déchets compostables représentent 30 % de notre poubelle? Si vous cherchez de bonnes

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

j a r d i n o n s au naturel

j a r d i n o n s au naturel j a r d i n o n s au naturel Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires, appelés aussi pesticides, incluent les insecticides, les désherbants, les anti-nuisibles et les fongicides. Limiter

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL

Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL Les enjeux du compostage Définition Quels résidus de cuisine et de jardin? Aspects techniques et pratiques du compostage Les différents types de compostage Quelques précautions

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Les parcs et jardins et le développement durable

Les parcs et jardins et le développement durable MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CONSEIL NATIONAL DES PARCS ET JARDINS GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les parcs et jardins et le développement durable Introduction Engager une démarche de développement

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre Résumé du module 5 Les élèves déterminent l essence de l arbre qu ils souhaitent planter au lieu choisi en fonction de divers critères. Ils suivent les

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Déchets fermentescibles Composteur Composte

Déchets fermentescibles Composteur Composte Astuce pour réussir son compost La durée du jour augmente, les températures sont plus douces, mais oui, le printemps arrive! Il est temps de penser à son jardin. Pour obtenir de beaux légumes, il faut

Plus en détail

Réglementation sur les épandages en agriculture

Réglementation sur les épandages en agriculture 8 C H A P I T R E Réglementation sur les épandages en agriculture L agriculteur qui utilise une matière organique au champ est responsable des conditions de son utilisation au champ et il doit respecter

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Risques au système respiratoire en milieu agricole

Risques au système respiratoire en milieu agricole Tailgate Respiratory Protection Risques au système respiratoire en milieu agricole Animateur : Le script suivant peut être utilisé pour offrir une séance de formation de 15 minutes au personnel. POINTS

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Utilisable en AB conformément au règlement CE 889/2008 REGENOR CLASSIC Données fournies à l AIVB par

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles Opération 4-1 D & 4-4 I Investissements productifs et non productifs environnementaux 2015-2020 liste des matériels à portée environnementale

Plus en détail

excellence environnementale fiche - action Compostage en andains dans un jardin

excellence environnementale fiche - action Compostage en andains dans un jardin excellence environnementale Des pratiques pour l'excellence environnementale en région Poitou-Charentes fiche - action A partir de l expérience de :, Jardin d insertion, Port d Envaux (17) Statut : association

Plus en détail

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES?

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? ACTIVITÉ 1 QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? OBJECTIFS DE CONTENU ET D EXPÉRIMENTATION Cette activité permet aux élèves de réaliser que certains produits ont un effet sur la

Plus en détail

Je composte, ça change tout!

Je composte, ça change tout! Je composte, ça change tout! L e compostage est un processus qui permet de décomposer la matière organique par l action de l air, des bactéries et des organismes vivants du sol pour la transformer en une

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Le guide du compostage. domestique

Le guide du compostage. domestique Le guide du compostage domestique 2 3 Une idée fertile pour des déchets utiles Mais qu est-ce que le compostage? Avec la société moderne, nous avons un accès facile aux biens de consommation les plus variés,

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Avant de passer au plan de jardin, voici quelques éléments importants à prendre en compte Le choix du sol Le sol a un rôle important pour les plantes.

Plus en détail

Valise environnement UW600 avec ph mètre

Valise environnement UW600 avec ph mètre Valise environnement UW600 avec ph mètre Ce kit peu coûteux de mesure de l environnement facilite l analyse rapide de l eau sur place. L ensemble des tests que contient cette valise sont caractérisés par

Plus en détail

Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar

Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar Thème 2 Qualités et typicités des produits de l Océan Indien Journées du réseau QualiREG

Plus en détail

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB Le processus de compostage est une décomposition aérobie de matières organiques d origine végétale et/ou animale hors matières relevant des déchets animaux au

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage JUIN 2012 SOMMAIRE Les régimes des exploitations d élevage : RSD, ICPE ou IED... p.1 Les démarches administratives

Plus en détail

CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS. Expo Biogaz 20 février 2013

CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS. Expo Biogaz 20 février 2013 CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS Expo Biogaz 20 février 2013 1 SOMMAIRE 1/ Methaneo, qui sommes-nous? 2/ La Méthanisation collective, territoriale et agricole 3/ Contexte des

Plus en détail

«TOUT SE TRANSFORME» Le projet CACA D OR d Aliksir, dans une approche d habitat circulaire. Vision : concilier écologie, économie et confort

«TOUT SE TRANSFORME» Le projet CACA D OR d Aliksir, dans une approche d habitat circulaire. Vision : concilier écologie, économie et confort «TOUT SE TRANSFORME» Le projet CACA D OR d Aliksir, dans une approche d habitat circulaire Vision : concilier écologie, économie et confort 0 «Rien ne se perd, rien ne se crée; tout se transforme», Antoine

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

LES AUTRES FERTILISANTS

LES AUTRES FERTILISANTS FICHE PEDAGOGIQUE N 4 LES AUTRES FERTILISANTS L'utilisation de fertilisants complémentaires est souvent recommandée pour répondre aux besoins ponctuels de la plante. Ils complètent l'effet fertilisant

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Méthanisation Une agriculture locale toujours plus respectueuse de son environnement

Méthanisation Une agriculture locale toujours plus respectueuse de son environnement AgriGames Méthanisation Une agriculture locale toujours plus respectueuse de son environnement . 1 Qu est-ce que la méthanisation? La méthanisation est un processus naturel de dégradation biologique de

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

La fumure des cultures maraîchères biologiques

La fumure des cultures maraîchères biologiques La fumure des cultures maraîchères biologiques Refermer le plus possible le cycle des éléments nutritifs de chaque exploitation est un des principes fondamentaux de l agriculture biologique. L utilisation

Plus en détail

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage Fertilisation 2014/2015 Maraîchage Notre expertise agronomique Les besoins des cultures maraîchères Plusieurs facteurs entrent en considération pour le pilotage de la fertilisation des sols en maraîchage

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

compostage individuel

compostage individuel 1 Le guide du compostage individuel ENSEMBLE VALORISONS NOS DECHETS 2 Des avantages tout terrain Epluchures de légumes, marc de café, coquilles d oeufs ou fleurs fânées,..., les déchets biodégradables

Plus en détail