revue trimestrielle de votre mutuelle page 10 Prévention / Santé Perturbateurs endocriniens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "revue trimestrielle de votre mutuelle page 10 Prévention / Santé Perturbateurs endocriniens"

Transcription

1 revue trimestrielle de votre mutuelle n 64 janvier 2014 «Cela semble toujours impossible, jusqu à ce qu on le fasse» Nelson Mandela Dossier Engagements citoyens les formes nouvelles de solidarité page 3 Nos mutuelles en colère Journées de refus à Paris page 10 Prévention / Santé Perturbateurs endocriniens page 12 Ta santé t appartient Adolescence et dépression Retrouvez toutes les actualités mutuelles de vos régions en pages 6 à 9 P. 11 JEU-CONCOURS JOUEZ & GAGNEZ UN IPAD2 WIFI

2 l édito Yannick Beaumont Président de la SAMIR Chers adhérents, bonne année À peine tournée la page d une année 2013, émaillée de joies trop brèves et de difficultés trop fréquentes, que les fêtes terminées, il faut se remettre à l ouvrage pour avancer en Votre journal Bonne Santé Mutualiste se penche dans son dossier sur la Solidarité. Dans cette période tourmentée où intolérance, individualisme, racisme se banalisent, il nous paraissait important de traiter ce sujet, et tenter de re-définir cette belle valeur. En effet, face à la difficulté, l incertitude d un lendemain, on observe trop souvent le repli sur soi, le rejet de l autre accompagné de raisonnements à courts termes. Ces fréquentes attitudes n apportent guère de solution durable aux enjeux globaux qui nécessitent des réponses collectives de long terme empreintes de valeurs humanistes. Vos mutuelles n échappent pas à ces bouleversements, avec l adaptation d un nouveau cadre réglementaire, l évolution pour certaines de leur système informatique, la réalisation d une nouvelle construction mutualiste organisant les solidarités entre elles. L année 2014 sera riche en activités, et stratégique pour le devenir de vos mutuelles. Vos élus sont combatifs et mobilisés pour maintenir cet espace de solidarité organisé au sein de votre mutuelle afin de favoriser l accès aux soins. Nous vous souhaitons tous nos voeux de bonheur et de santé pour cette nouvelle année et comptons sur votre investissement et vigilance pour animer les solidarités mutualistes et participer aux actions entreprises pour préserver et renforcer notre système de protection sociale. Non à la mort annoncée des Mutuelles et de la Sécurité Sociale programmée par le gouvernement! A u-delà de ses conséquences en matière d assouplissement des procédures de licenciement, de flexibilité du marché du travail et du recul des droits sociaux individuels et collectifs, l Accord national Interprofessionnel (ANI) s inscrit dans la continuité des politiques d austérité mises en place en Europe et porte une grave atteinte à notre système de protection sociale. Généraliser la mise en place des contrats collectifs a comme unique but de rendre acceptable les désengagements progressifs de notre protection sociale obligatoire en solvabilisant l offre notamment sur les dépassements d honoraires. La Sécurité Sociale doit rester la base de notre système de protection sociale en garantissant la solidarité et l universalité de notre système. Nous ne pouvons accepter que comme À l appel de l Unam, les mutuelles d Entis se sont levées et ont protesté unanimement devant le Sénat le 12 novembre et l Assemblée Nationale, le 26 novembre contre le démantèlement de la Sécurité Sociale. Paru dans les pages de Marianne, de Libération et de l Humanité, l appel de l Unam est ici reproduit. aux États-Unis, un pan essentiel de notre protection sociale soit attaché à un contrat de travail, rendue de plus en plus précaire par les incertitudes économiques et le libéralisme. Bien entendu, cela réclame un financement de notre protection sociale par une nouvelle répartition des richesses entre le capital et le travail. La mise en place de cet accord déstructure notre protection sociale obligatoire et favorise grâce aux accords de branche les institutions de prévoyance et les compagnies d assurance qui sont liées au Medef, et ce au détriment des mutuelles. Il s agit d un nouveau défi et nous mettrons tout en oeuvre pour combattre politiquement cet accord. Signez la pétition en ligne sur le site : pour demander le retrait de cette loi. Ma santé n est pas une marchandise! BONNE SANTÉ MUTUALISTE

3 Santé publique Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 a été adopté le 3 décembre par l Assemblée nationale. Quelles en sont les mesures phares? Comment et qui impactent-elles? Complémentaires santé des salariés Un nouvel article du code de la sécurité sociale remplace les clauses de désignation par des clauses de recommandation. Le Conseil constitutionnel a de plus invalidé les pénalités financières prévues dans le cas du choix d un organisme autre que celui recommandé. Que sont ces clauses de recommandation? La possibilité de recommander un ou plusieurs organismes assureurs (institution de prévoyance, mutuelle ou société d assurance) dans le cadre des accords de branche. La recommandation devait être précédée «d une procédure de mise en concurrence des organismes concernés, dans des conditions de transparence, d impartialité et d égalité de traitement entre les candidats». En outre, le conseil constitutionnel a censuré les dispositions qui prévoyaient une majoration du taux du forfait social pour les entreprises ne suivant pas les recommandations. Cette censure partielle est une victoire pour tous les défenseurs de la mutualité de proximité. Contrats responsables et non responsables Alors que la mutualité réclamait la suppression des taxes qui alourdissent la cotisation santé, le PLFSS augmente celles-ci, notamment pour les contrats dits non responsables. Le PLFSS prévoit d inscrire les contrats de complémentaire santé dans un cadre plus responsable, en excluant les pratiques contribuant à solvabiliser des soins pratiqués à un tarif excessif. Ainsi, le niveau de prise en charge des dépassements d honoraires par les contrats responsables sera plafonné, notamment pour le dentaire et l optique. Ces nouvelles dispositions entraineront, en cas de non respect, la suppression des exonérations de cotisations attachée à la mise en place des complémentaires santé. Par ailleurs le taux de la taxe spéciale applicable aux contrats complémentaire santé considérés comme non responsables passe de 9 à 14 %. Nouveaux modes de rémunération des médecins Les organismes complémentaires vont participer au financement d un forfait pour les médecins traitants. Il est prévu la participation des organismes complémentaires au développement de nouveaux modes de rémunération des médecins (150 millions en 2014 et 2015). Cette participation financera un forfait annuel destiné aux médecins traitants. Calculé par adhérent et par ayant droit ayant consulté au moins une fois dans l année son médecin traitant, ce forfait sera versé à la Caisse nationale d assurance maladie (Cnam), qui rétribuera les praticiens concernés. Aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS) Restriction des organismes et alignement sur les dispositifs d encadrement des tarifs réservés jusqu ici aux bénéficiaires de la CMU. Un appel d offres national va être lancé pour sélectionner les contrats proposés aux bénéficiaires de l aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS). Cette mesure fermera, en facto, le choix des organismes pour les bénéficiaires de l ACS. Par ailleurs, le dispositif d encadrement des tarifs d optique va être étendu aux les bénéficiaires de l ACS. Les partenaires conventionnels fixeront les tarifs maxima applicables. Le 12 novembre devant le Sénat. Le 26 novembre à l Assemblée Nationale Novembre 2013, temps fort de mobilisation des mutuelles d Entis à l appel de l UNAM. Par deux fois à Paris aux pieds du Parlement et du Sénat, les élus, responsables et personnels des mutuelles de proximité, ont clairement exprimé leur refus et leur colère face à la marchandisation de la santé et au démantèlement de la Sécurité Sociale. EN COLÈ RE VOS MUTUELLES 2 3

4 Dossier /// Engagements citoyens les formes nouvelles de la solidarité Une exposition de tableaux pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein? Une pièce de théâtre sur la situation des proches de malades Alzheimer? Des concerts pour promouvoir la recherche? Quelques exemples d engagement et de générosité initiés par des acteurs inhabituels, qui mélangent les genres : prévention santé, art, citoyenneté et qui mobilisent de plus en plus! Le regard des Français sur la notion de solidarité a beaucoup évolué au cours des dernières années. Selon un sondage CSA, la solidarité est de plus en plus associée à l entraide (61 %, +18 points par rapport à 2004) et à la générosité (30 %, +5 points) et de moins en moins à la protection sociale (32 %, -10 points). Dans le même sens, pour agir efficacement face aux difficultés, les Français font d abord confiance aux associations (67 %) et aux initiatives de citoyens (61 %), puis aux mutuelles (42 %), avant les pouvoirs publics (39 %). Pourquoi cette confiance dans les associations? Pour leur connaissance du terrain, répondent les sondés, parce qu elles ne recherchent pas le profit, parce qu elles sont le fruit de l implication personnelle de leurs membres, parce que leurs actions sont motivées par l humanité. Des réponses qui expliquent un double phénomène qui tend à s amplifier : la multiplication des initiatives et le succès qu elles rencontrent. Ainsi, l association Odissea, qui organise des courses à Nantes, Paris, Chambéry, Dijon, St Jean de Luz, Brest, Cannes et La Réunion, a collecté depuis dix ans plus de 3 millions d euros au profit de la recherche, de l accompagnement des patientes et de leur famille ou de l information sur le dépistage précoce du cancer du sein. Ce genre d opération, à la différence des appels aux dons classiques, implique autrement les donneurs : ce sont des citoyens qui donnent à la fois une participation et de leur temps. Ils sont acteurs. Sortir d un système médico-centré Le système de santé français est un système très médico-centré, du soignant vers le malade, du sachant vers le patient, sur la base d une perception uniquement médicale de la santé. Le citoyen est considéré dans sa dimension de malade, d ex-malade, de futur malade, voire de malade qui s ignore. C est un système de soins qui part de la maladie et qui n a jamais été repensé dans sa globalité ni autour des besoins. Précisément, les actions menées sur l initiative d acteurs de la société civile ont ce dénominateur commun : partir au contraire de l individu, de ses besoins non pas en tant que malade, mais comme personne, certes malade, mais avant tout une personne. C est justement pour rester ce qu elle est qu Eugénie Cahoreau a décidé de créer une Zumba rose. Jusqu à l annonce de son cancer, en 2009, cette jeune préparatrice en pharmacie et maman d une fillette de 6 ans dansait huit heures par semaine. Elle organise désormais des sessions de zumba accessibles à tous pour 15 euros de l heure et son association reverse les fonds à la Ligne contre le cancer. Ces journées zumba réunissent jusqu à 300 personnes! «Je profite de la fête pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. On en parle peu avant 40 ans. Or, j avais 28 ans lorsque cela m est arrivé.» Céline Lis-Raoux, journaliste à l Express, a quant à elle décidé de créer le magazine dont elle aurait rêvé quand, malade, elle courrait après des réponses pour traverser sa vie chamboulée. Le magazine Rose (distribué gratuitement dans les centres Unicancer et les hôpitaux publics) ressemble à s y méprendre à un hebdomadaire féminin : il est beau, mais surtout, ce sont des femmes concernées qui parlent à des femmes concernées. Ces deux exemples, parmi tant d autres, montrent la volonté de s exprimer sur des questions de santé en tant qu individu : ce sont des moyens de reprendre la main, le contrôle. Ces citoyens qui s emparent des questions de santé publique D autant qu aujourd hui, grâce à Internet, les associations peuvent se mobiliser et s organiser en réseau, en proposant que les citoyens eux-mêmes s engagent et agissent, indépendamment des structures classiques. Ces actions citoyennes peuvent avoir un succès retentissant sur Internet, être relayées par les médias régionaux, voire nationaux, et même parfois faire changer les choses en termes de politique de santé. Le pouvoir n appartient pas qu aux instances autorisées mais aussi aux citoyens de la vie civile, par leurs actions de consommation, de participation à la vie civile, aux associations, ou tout simplement à des groupes sur Facebook Ces engagements spontanés manifestent d ailleurs un certain ras-le-bol des modes de fonctionnement du système et la volonté de lutter contre la confiscation de l expertise par les seuls professionnels du médical, du médico social ou de l économie de la santé. Quand la créativité rencontre la prévention Or, en s emparant des questions de santé publique, les citoyens se sont aussi réapproprié les moyens d action en inventant des événements qui sont aussi en même temps source de plaisir et d échange. Ainsi BONNE SANTÉ MUTUALISTE

5 Pour la solidarité % des Français font d abord confiance aux associations 61 % aux initiatives de citoyens 42 % aux mutuelles 39 % aux pouvoirs publics La réciprocité, jalon de la solidarité! Dans l Essai sur le don, Marcel Mauss décrit le don comme un principe générateur de solidarité entre les hommes. Le père de l anthropologie française y étudie notamment le système d échanges de cadeaux des sociétés mélanésiennes et polynésiennes et demande : pourquoi dans ces sociétés le présent reçu est obligatoirement rendu? Quelle force y a-t-il dans la chose qu on donne qui fait que le donataire la rend? Sa réponse : l obligation de rendre. Le don dans ces sociétés non-marchandes prend la forme d un système de circulation de dons et contre-dons qui obligent ceux ont qui reçu à rendre au bout d une certaine période, ce qu ils ont reçu. Par cette nécessaire réciprocité, le don est au cœur des relations sociales : obligation de donner ; obligation de recevoir ; obligation de rendre. Grâce à cette découverte, Mauss rompt avec l idée d un don unilatéral et gratuit. C est bel et bien le processus à l œuvre aujourd hui dans ces actions solidaires où celui qui donne reçoit en échange une expo, un spectacle ou un joli moment de partage publique, et ajoute une dimension sociale en organisant des ateliers d art plastique pour des femmes de quartiers défavorisés. Une occasion de parler dans un contexte atypique de la maladie, de la féminité, de l importance de prendre soin de soi. Les 111 des Arts, créé par Paul Lévy, grand père d un petit garçon atteint d un cancer, organisent chaque année à Paris, Lyon et Toulouse, fin novembre, le rendez-vous incontournable de l art contemporain et de la recherche. L association sollicite 111 artistes qui réalisent pour l occasion des tableaux sous un format unique qui seront exposés et vendus 111 euros. Tous les bénéfices de cette manifestation sont versés au profit de la recherche sur les cancers et maladies graves de l enfant. Mais ces manifestations ont aussi pour objectif la sensibilisation du public à la culture et à la création artistique. Enfin et surtout, chacun donne : les acheteurs et les artistes. «Je suis engagé auprès de diverses associations depuis 30 ans» explique l artiste Jérôme Mesnager, parrain de l association : «les artistes sont souvent sollicités, mais ils sont rarement reconnus comme donateurs, ce qui est davantage le cas avec Les 111 des Arts. Du coup, tout le monde est content et c est d autant plus facile d être partie prenante. Et puis, on ne peut que se sentir concerné quand c est pour des enfants malades...» Un peu plus récent, le Projet Venus récolte depuis 3 ans des fonds et sensibilise au dépistage du cancer du sein avec un cycle d exposition à Lyon et des ventes aux enchères au profit d Europa Donna, association de coalition européenne qui lutte contre le cancer du sein. Chaque année une quinzaine d artistes internationaux se prêtent au jeu de la customisation d un support. Le Projet Vénus se définit comme une véritable passerelle entre l art et la santé «Ce sont des citoyens qui donnent à la fois une participation et de leur temps. Ils sont acteurs...» Un phénomène qui essaime Le plus intéressant est que ce genre de démarche donne davantage de résonnance aux initiatives parfois déjà mises en place de longues dates par les acteurs habituels de la prévention santé : des séances de cinéma à l hôpital, de la musique pour les nourrissons en soins intensifs, des représentations théâtrales en gérontologie Des incursions dans le milieu médical qui sont le plus souvent le fait d associations, mais qui requièrent aussi le concours des institutions hospitalières. Ainsi, le CHU de Toulouse, par exemple, s implique dans une série d événements culturels, comme un concert du Quatuor Toulouse Accordéon au bénéfice des séniors donné hors de l hôpital, à l Église de Lasbordes. Bref, les frontières bougent... Reste que ces démarches comblent des vides institutionnels et se substituent à des financements qui devraient en toute logique être publics et relever de la solidarité nationale. Scandalisées du peu de moyens mis à disposition de la recherche, du bien être des patients, de la prévention, combien d associations se sont-elles créées et se créent encore? Beaucoup. On compte environ associations en lien avec la santé en France. 4 5

6 Les 24h de l Unam Stop, à la marchandisation de la santé! Des débats ouverts sur 3 questions de fond une assemblée attentive et réactive. «Forte du succès de l an passé à Valence, l Unam organisait en Avignon ce 2 octobre, à la veille de son Assemblée Générale ses 24h pour une alternative mutualiste. Accueillis par Nathalie Hiraux, Présidente de l Unam et leur hôte, Roland Blanc, Président de Ma Nouvelle Mutuelle et co-fondateur de l Unam, les quelques 130 participants, venus de toute la France, ont pu se pencher sur le thème central des débats : «Ma santé n est pas une marchandise!» Cette journée de réflexion et de propositions s articulait en trois table rondes distinctes. Merci pour leurs interventions : Bernard Tepper, économiste Christophe Prudhomme, médecin urgentiste Michèle Dessenne, porte-parole du MPEP Julien Peron, militant mutualiste Patrick Bourdillon, secrétaire UD CGT du Vaucluse Michel Katchadourian, commission santé du PCF Sylvie Dubois, Présidente de l Union des Mutuelles Familiales... et à tous les participants M a santé n est pas une marchandise!» était le thème central de cette journée de réflexions et de propositions, articulée en trois tables rondes distinctes. De nombreux intervenants s y sont succédés, face à l auditoire passionné pour dénoncer, témoigner, démontrer, proposer. «Vers un système de soins à 3 vitesses», première table ronde de la journée, a pu montrer les conséquences de la généralisation des accords de branches et la remise en cause de l universalité de notre protection sociale. Le deuxième débat sur «Les conséquences des contraintes européennes et de la marchandisation de la santé sur l accès aux soins des populations» a fait le constat que notre système de santé est devenu la cible des pouvoirs de l argent, et les pouvoirs politiques même actuels sont complices et acteurs de ce saccage. La table ronde de clôture, portait sur «quels rôles pour les Comités d Action Mutualiste» ou comment les mutuelles peuvent-elles par l action de terrain perturber la froide logique du profit, comment et pourquoi l éducation populaire peut sauver notre système de soins pour tous. Avec de nombreux exemples provenant de militants mutualistes, l action locale et ciblée des Cams montre de vraies perspectives de résistance. «Passer du dire au faire», les Cams en sont l illustration, les actions de terrain permettent le rayonnement des idées mutualistes Bernard Tepper, économiste, lors du débat sur les conséquences des contraintes européeennes et de la marchandisation de la santé. auprès des populations. Au nombre d une dizaine à ce jour, les Cams sont appelés à éclore là où les mutuelles se battent pour la défense de la santé... pour tous. LA COMPAGNIE NAJE La compagnie de théâtre NAJE (Nous n Abandonneront Jamais l Espoir) est une compagnie de théâtre qui œuvre pour la transformation sociale. Elle pratique le théâtre forum* (une technique de la méthode du Théâtre de l opprimé). Grâce à des acteurs militants, engagés, professionnels, la Cie Naje permet à une assemblée de travailler sur la réalité d une thématique (santé, hôpital, logement), grâce à de courtes scènes. Celles-ci sont rejouées dans un deuxième temps, pour permettre à un spectateur passif de devenir un acteur actif : il remplace un des membres de la Cie pour apporter sa vision de la problématique, son point de vue, ses idées. Un débat vivant s installe, les idées fusent, les comédiens s adaptent, les différentes phases d un problème sont abordées selon la sensibilité, la connaissance de chacun. * Le théâtre forum est une démarche citoyenne qui permet grâce à ces échanges d apporter une meilleure connaissance d un sujet, d un enjeu pour élaborer des stratégies concrètes et préparer un avenir meilleur, sans perdre l espoir. 7 e Assemblée Générale de l Unam C est sous le signe de l offensive que l Unam et les nombreux délégués présents ont tenu, dans le cadre des 24 heures pour une Alternative Mutualiste leur Assemblée Générale. Bonne Santé Mutualiste reprend ici les grandes lignes du rapport moral présenté et lu par la Présidente de l Unam, Nathalie Hiraux. Après être revenue sur les causes des inégalités, et la politique outrancière du gouvernement à l égard des assurés sociaux, la présidente de l Unam a exposé l aberration d un tel chemin. «Il est donc difficile de croire aux objectifs affichés du gouvernement de combattre les inégalités d accès aux soins quand il considère la santé comme une simple variable d ajustement» et de poursuivre «que les mesures d économies du PLFSS 2014 frappant les retraités, les familles ou pesant sur les hôpitaux reviennent à infliger une double peine aux assurés sociaux déjà victimes de la crise économique». Puis dénonçant la finance mondialisée et la spéculation, «les portes ont été ouvertes au capital et la Sécurité Sociale se vide peu à peu de sa substance. Nous assistons à l organisation de la privatisation de notre système de santé, la rentabilité financière prenant le pas sur la santé des populations qui devient une marchandise comme une autre. Bien que le gouvernement le réfute, le PLFSS 2014 s inscrit dans une logique de rigueur ou d austérité voulue par la politique européenne et les marchés». Reprenant ensuite les controverses sur les promesses du président de la République sur la complémentaire santé pour tous, alors que 4 millions de personnes en sont dépourvues, Nathalie Hiraux fustige le cynisme ambiant. «On impose des directives réactionnaires et des lois détruisant ouvertement l universalité et la solidarité et en même temps on célèbre la mémoire d Ambroise Croizat, créateur de la Sécurité Sociale dans un colloque à Paris.» Elle rappelle à l assemblée le moteur de la lutte de l Union Nationale Alternative Mutualiste. «Nous avons choisi la bataille, celle de la santé. Nous avons choisi, nous, les mutuelles de l UNAM, de ne pas nous cantonner à un rôle de payeur aveugle. Nous devons nous mobiliser, agir et lutter. Nous, les mutuelles d Alternative Mutualiste, qui restons attachées à nos valeurs d échange, d entraide, de réciprocité, de solidarité, de démocratie, de partage et d action, nous devons imposer des alternatives au modèle libéral...» BONNE SANTÉ MUTUALISTE

7 3 questions à Michel Katchadourian Militant mutualiste, responsable des questions de santé (PCF) Quels sont les signes de l accélération de la dégradation de notre système de protection sociale? On constate une dégradation progressive ces dernières années de l accès aux soins et de la santé des populations, et pas seulement pour les plus précaires, mais aussi pour les classes intermédiaires, avec une accentuation des inégalités de santé géographiques et sociales... Il faut insister sur les causes de ce recul pour traiter de façon efficace ce problème récurent depuis des décennies qui s aggrave : déremboursements de la Sécurité Sociale, manque de démocratie sanitaire et sociale, recul des services publics, fermetures des services et hôpitaux de proximité. Pas de reforme de progrès en profondeur du financement de notre système de protection sociale, la baisse du coût du travail a été l objectif des gouvernements successifs. Ce cap libéral emmène tout droit vers l Iceberg, notre système solidaire construit en 1945 sur le socle du CNR (Conseil National de la Résistance) avec le mouvement mutualiste comme matrice en France. Notre système de soins est devenu une cible des pouvoirs de l argent, pourquoi? Le marché, le système capitaliste est en crise. L obsession de la classe dirigeante est celle de la rentabilité maximale et la santé comme d autres terrains qui lui échappaient, l éducation, la sécurité, la culture, sont de vastes territoires nouveaux à conquérir. La santé des clients n est la priorité que si elle rapporte aux actionnaires, aux assurances, aux fonds de pensions anglo-saxons et autres aujourd hui. C est dramatique... L affaire du Médiator n en est qu une récente et tragique illustration. Sanofi annonce, en même temps que des bénéfices records, un plan de 2 milliards d économies sur la période , avec notamment la suppression de 900 emplois d ici 2015, alors que près de postes ont déjà été supprimés ces trois dernières années. Santé et business capitalistiques sont incompatibles pour les salariés et pour les malades. Ces 24h de l Unam montrent bien la volonté des mutuelles alternatives à agir. Leur mobilisation est exemplaire, en quoi montrentelles la voie? Je suis un militant de la sécu à 100%, ce qui était l objectif d Ambroise Croizat lorsqu il a créé la Sécurité Sociale en 1945! Sur ce point même comme militant mutualiste je n ai jamais lâché l affaire...tout en sachant que des étapes seront inévitables, mais des étapes qui vont vers cette direction, pas comme ces fausses bonnes solutions type CMU et complémentaires pour tous qui nous dirigent sur des fausses pistes... Disons que j ai eu une bonne surprise à la fête de l Humanité, quand j ai vu les dirigeantes et les militantes de l Unam faire signer des pétitions contre l ANI. Enfin un collectif mutualiste qui mettait en cohérence un discours solidaire avec une action revendicative très importante. J ai souhaité par ma présence au 24h de l Unam contribuer de façon modeste à cet acte courageux et lucide. Le mouvement mutualiste ne peut pas continuer à servir de porteur de grains aux moulins de contre réformes... ou en s associant avec les grands groupes d assurances. La contradiction va être intenable et mortifère à terme pour ce mouvement social historique. Il me semble que les mutuelles adhérentes de l UNAM ont bien compris les enjeux... Le combat va être difficile mais : «Seules sont perdues d avance les batailles qu on ne livre pas». «Région : Rhône-Alpes Assemblée Générale d Entis L Assemblée générale Entis s est tenue le 7 novembre dernier à Valence. L occasion de faire le point sur les actions engagées et les défis à venir. Lorsque nous avons créé Entis, nous ne nous attendions pas à un tel succès» a resitué Lucien Carette, président de l Union de groupe réunie à Valence avec une belle participation de 150 personnes déléguées des mutuelles adhérentes. Et en effet, ce qui a été construit est une belle réussite ; l Union est aujourd hui bien identifiée et reconnue dans le paysage mutualiste. Le président tient à saluer le travail réalisé. D autant que l année a été chargée, avec les contrôles de l APC (devenue depuis ACPR) qui ont mobilisé de nombreux services et pour lesquels le personnel concerné n a pas ménagé sa peine. «L autorité de contrôle a reconnu notre sérieux, notre compétence ainsi que notre réactivité» souligne Lucien Carette, «et nous avons partagé nos expériences avec les nombreuses mutuelles qui ont été contrôlées à ce jour». L Union de groupe a par ailleurs été très active et ces actions dépassent le champ des services habituellement apportés par une telle structure. Citons le séminaire de Valence pour réfléchir à l évolution de nos structures, qui doit sa réussite tant à la forme de travail en atelier qu à la préparation technique des dossiers par les équipes de l Union et à la participation des 150 représentants de 53 groupements. «Ce travail se poursuit aujourd hui notamment autour de la création d une UMG (Union Ouverture d une consultation ophtalmologique à Meythet Depuis le 8 Octobre, les adhérents de l Union des Mutuelles de France Mont- Blanc et le public bénéficient de l accès à une consultation ophtalmologique dans le cadre de son centre de santé de Meythet. Lors de l inauguration du lieu, le 29 novembre, en présence de Mr le Maire de Meythet, personnalités locales, délégués et personnel mutualistes et fournisseurs, Bernard Desaire et Sébastien Pommaret (respectivement Président et Directeur de l UMFMB) ont rappelé dans leurs allocutions les enjeux d un système de soins accessible pour tous, et le rôle des mutuelles de proximité auprès de la population. De bons résultats qui ne sont pas dus au hasard mais au travail réalisé par les conseillers entreprises à une patiente politique d offres et des réponses adaptées aux problématiques de couverture complémentaire vers le Mutualiste de Groupe), élément essentiel lors des appels d offres et complémentaire de notre UGM.» Citons aussi l organisation mise en place avec l Ani ou encore le dossier difficile de l informatique qui, après les désagréments de la première migration, trouve désormais une issue positive. Citons encore les services de l Union de groupe, très appréciés par ses adhérents, comme en atteste la dernière enquête de satisfaction. «À nous de continuer d affirmer nos principes et de les faire vivre au quotidien» insiste Lucien Carette : «J ai confiance, même si la période est difficile, dans notre capacité à nous organiser et à travailler collectivement.» Les délégués ont d ailleurs décidé à l issu de cette AG d appeler leurs adhérents à participer aux actions pour la défense de la Sécurité Sociale et des mutuelles de proximité. La Samir développe son audience, auprès des entreprises... Bien ancrée dans les bassins valentinois et romanais, la SAMIR renforce l effectif de ses adhérents grâce à ses offres sur les contrats groupes. Les représentants des mutuelles adhérentes du groupe Entis ont largement débattu sur les questions soulevées lors de cette assemblée. La consultation est ouverte à tous, sur rendez-vous au personnel des entreprises de la région. Ainsi, après les adhésions récentes des Hôpitaux Nord Drôme, de la Ceralep à St Vallier, et de la Teppe à Tain-l Hermitage, deux nouvelles entreprises emblématiques de la Drôme soit près de 560 familles seront couvertes dès le 1 er Janvier par la Samir. Le personnel de La SFS Intec, internationalement réputée pour la fabrication de vis spéciales aux industries automobiles et aéronautiques, et celui de l entreprise St-Jean dont les ravioles et quenelles font la joie des gourmets, bénéficieront des services et de l écoute de leur mutuelle de proximité sur un contrat groupe facultatif. À noter également que l ensemble de ces adhésions correspond à une progression globale des effectifs de la mutuelle de l ordre d environ 12%. De l avis de Yannick Beaumont, Président de la Samir : «2013 est aussi une très belle année en développement et vient récompenser le travail de proximité important au service des populations et entreprises locales. Les efforts conjugués de nos conseillers entreprises Jean-Philippe Cathalinat et Christophe Delacroix portent leurs fruits, merci pour leur investissement». 6 7

8 Région : Rhône-Alpes Les 20 ans de la MFTI La Mutuelle Familiale des Travailleurs Indépendants a accueilli, le 18 octobre, à l Espace Rencontre d Annecy-le-Vieux, ses mutualistes pour les 20 ans de la mutuelle. Quelques 160 personnes ont pu, dans un esprit convivial et commémoratif, partager ce grand moment pour la MFTI. Face à un patère attentif et amical composé d adhérents de la MFTI (mais trop peu nombreux) d administrateurs, de salariés de mutuelles associées et de Présidents, la Présidente Chantal Rubin a retracé dans son discours le parcours de la mutuelle. Elle a rappelé également la difficulté croissante, face à une concurrence démesurée avec les différentes lois de la mutualité entre autre l ANI et dans un contexte défavorable, nuisible au mutualisme, de se maintenir. Chantal Rubin désignant les facteurs provoquant le recul des acquis sociaux,une pauvreté galopante, les inégalités, l intolérance, l ultra-libéralisme, a stigmatisé un gouvernement docile et complice. Finissant son allocution par un appel à l action pour une santé de qualité pour tous, la Présidente, applaudie, a rappelé les valeurs mutualistes. Elle a alors remis les médailles de la Mutualité à Mrs Roland Glière et Gaston Meynet (excusé) pour 50 ans de fidélité, ainsi que pour 40 ans à Mrs Jean-Pierre Brolin et Jacques Bétaz (excusé), puis Mrs Alain Magliocco et Pierre Dussoliet pour 35 ans. Chantal Rubin s est vue remettre par Mr Lucien Carette la médaille des 35 ans, en retraçant son activité, grand moment d émotion pour tous, et a rendu hommage au nouveau Directeur, Mr David Conand. Après la cérémonie et un excellent repas, c est dans la bonne humeur que les invités ont pu apprécier les rythmes des 22 danseuses des Be Myx, les 4 chanteurs des rues, Petit-Louis magicien et accordéoniste, et Philippe à la Sono jusqu à tard dans la nuit. Merci pour leur active participation. Mais la lutte continue, il faut, avec nos valeurs, défendre la santé accessible à tous. Région : Picardie /// Mutuelle Générale de l Oise Hardi, les gars! Mardi 26 novembre 2013, manifestation devant l Assemblée Nationale, pour la défense des Mutuelles. EN COLÈ RE VOS MUTUELLES Devant l Assemblée c est vite dit! Parce que les élus du Peuple, ceux là même que le Peuple a mis dans l hémicycle, se sont barricadés, entourés, encadrés par des haies doubles, triples même, de CRS, de Garde Mobile, de Gendarmes... tenant les manifestants à distance de leurs chastes oreilles, loin, bien loin du bruit du peuple, si vulgaire. Vulgarité oui, mais quelle vulgarité? Celle du peuple qui demande son droit, le droit à une vraie santé, ou celle d élus, qui ne daigne même plus écouter, pour ne pas dire entendre les manifestants, qu on repousse le plus loin possible, pour oublier que des citoyens luttent encore pour le droit qu a chacun de se soigner Non décidément, ces élus sont bien loin de 1789, bien loin du Conseil National de la Résistance, bien loin des droits garantis par la Déclaration des Droits de l Homme, en un mot... bien loin de toute Humanité... Mais bien protégés, bien entourés, bien emmurés. Allez courage, les gars... Bonne retraite, Mr le Directeur!... L e Jeudi 28 Novembre 2013, l ensemble des amis et collègues de Dominique Maugez, la Présidente et le Conseil d Administration de la Mutuelle Générale de l Oise, et les Mutuelles amies telles que la Mutuelle Familiale de France de Lorient, la Mutuelle Familiale du Loiret, Mut Seine, la Mutuelle de la Santé, la Mutuelle Centre Auvergne, Mutuale, et le Groupe Entis, lui ont fait la surprise d une réception amicale en l honneur de son départ en retraite prévu le 31 Décembre Après de nombreuses années au service du syndicalisme et des Mutualistes, le Directeur de la Mutuelle Générale de l Oise, Dominique Maugez, prend une retraite comme on le dit si souvent, bien méritée. Il a participé activement à la vie de cette Mutuelle et je rappelle là que toutes ces dernières années il en a été un vrai pilier par sa rigueur, sa compétence avec pour objectif les adhérents dans leur Mutuelle de proximité. Ce n est qu un départ, car ce n est pas le tout de laisser sa place à la nouvelle génération, pleine de promesses, mais il y a encore des dossiers à terminer sur lesquels il y aura encore besoin de quelques conseils. C est au nom du Conseil d administration, du personnel de la Mutuelle, des adhérents, collègues des différentes instances mutualistes que l on te souhaite beaucoup de réussite pour ce nouveau départ qu est la vie de retraité, bien entouré de ta famille et c est avec un petit pincement que l on te remercie. Une page se tourne, part riche d amitié et de souvenirs. La Présidente, Geneviève Maraval BONNE SANTÉ MUTUALISTE

9 Région : Bretagne /// Mutuelle Familiale de France NON à la mort annoncée des mutuelles par le Gouvernement! C est derrière ce slogan que de nombreux mutualistes de la région du Morbihan ce sont déplacés pour manifester leur refus du démantèlement programmé de la Sécurité Sociale. Il a fallu s organiser très vite, car le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, notamment l article 12 ter sur les clauses de désignation dans les accords de branches, était en cours de vote à l Assemblée Nationale les 25 et 26 novembre Ce projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, rejeté par le Sénat, réintroduit les clauses de désignation dans les accords de branches, avec une mise en place de clauses dites de recommandations devant l Assemblée Nationale! Ce qui veut dire : fini la liberté de choix de votre complémentaire santé! Les membres du personnel, du Conseil d Administration, la Direction, des Mutualistes, de votre mutuelle sont montés à l Assemblée Nationale le 26 novembre dernier, avec les Mutuelles de l Unam (Alternative Mutualiste) pour dire : EN COLÈ RE VOS MUTUELLES NON à la mort annoncée des mutuelles par le Gouvernement! NON aux taxes! Monsieur Hollande n a pas respecté ses engagements ; rappelez-vous, il nous avait promis l annulation de la taxe de 3,5 % sur le montant de vos cotisations. Non seulement elle n est pas annulée, mais il en rajoute une sur certains contrats qui passeraient de 9 % à 14 %. Notre Mutuelle réitère sa totale opposition sur le texte de projet de loi de financement de la Sécurité Sociale et demande au Gouvernement de mettre fin à sa politique de démantèlement de notre protection sociale, qui doit rester une protection sociale de haut niveau et pour tous! Bonne et heureuse année 2014 Toute l équipe de la Mutuelle Familiale de France : Le Conseil d Administration, La Direction, Les membres du personnel, vous présentent leurs meilleurs vœux : de bonne santé, de bonheur, joies, de pleine réussite dans tous vos projets de solidarité, de paix, et aussi de luttes pour reconquérir notre Sécurité Sociale Que cette nouvelle année soit l année de toutes vos espérances! Région : Auvergne /// Mutuelle Familiale Centre Auvergne La MFCA à Paris devant l Assemblée Nationale EN COLÈ RE VOS MUTUELLES Au lieu d aller dans le sens d une protection sociale de haut niveau pour tous comme le prouve le PLFSS 2014, le fossé des inégalités entre les assurés sociaux se creuse encore un peu plus. François Hollande s était engagé lors de sa campagne à ramener la taxe sur les mutuelles à 3,5%. Depuis il a été annoncé qu elle serait maintenue à 7%, ce qui participe à freiner un accès aux soins de qualité pour tous. Cet abandon nous choque et nous indigne car nous, mutualistes, avons le sentiment d avoir été floués. Nous ne voulons pas d un système de soins à plusieurs vitesses, faisant de la santé une marchandise comme les autres. Les nouvelles recommandations contraintes incluses dans le volet ANI du PLFSS 2014 bafouaient l avis initial du Conseil Constitutionnel et mettaient en péril, à très court terme, l avenir même de nos mutuelles de proximité. Comment prétendre défendre l emploi et prendre parallèlement des mesures qui enverront directement à Pôle Emploi des milliers de salariés? C est pourquoi au mois de novembre, les mutualistes étaient des centaines devant le Sénat le 12. Ils étaient encore plus nombreux devant l Assemblée Nationale le 26, dont les élus de la Mutuelle Familiale Centre Auvergne et de la Mutuelle Inter Région des Fonctionnaires Territoriaux, le personnel de nos accueils. Ils protestaient contre l ANI, mais aussi contre le projet de labellisation de l ACS; ils demandaient la suppression des taxes, qui, si nous l obtenions ferait baisser de fait les cotisations. Ils se sont mobilisés à l initiative de l Union Nationale Alternative Mutualiste qui fédère mutualistes. Tous se sont retrouvés pour défendre nos valeurs, notre système solidaire, et par conséquent pour vous défendre. À ce jour, le Conseil Constitutionnel nous a donné raison en supprimant la surtaxe fiscale pour les entreprises préférant garder une mutuelle de proximité plutôt que suivre les recommandations nationales. C est une première victoire. Prévention diabète avec la MFCA Nous l avons toujours dit : les mutuelles santé ne devraient pas exister en tant que complémentaires. Nous n avons pas vocation à remplacer la Sécurité Sociale, mais plutôt à intervenir dans le domaine de la prévention et des œuvres sociales ou à défaut de l action sociale. Dans cet esprit, la Mutuelle Familiale Centre Auvergne organise chaque année une campagne de vaccination antigrippale pour les ans. C est aussi tout à fait normalement que la MFCA s est inscrite dans les actions menées dans le cadre de la journée mondiale d action contre le diabète. À l initiative de Guy Roudaire, administrateur, contact a été pris avec l Association Française d Aide aux Diabétiques du Bourbonnais. C est ainsi que nous avons tenu un stand dans une galerie marchande à Domérat, dans la périphérie de Montluçon le 16 novembre Sous l égide de cette association, et assistés d un médecin et d élèves de l école d infirmières, les bénévoles présents ont mené une action de sensibilisation à cette maladie qui frappe près de personnes en Auvergne. Sur l ensemble de la journée, il a été procédé à plus d une centaine de contrôles de glycémie. Devant le succès de cette opération, il a été décidé de renouveler cette expérience en 2014 sur d autres villes du département. Rappelons que les conséquences d un diabète non identifié et non soigné peuvent être dramatiques. Aujourd hui, en France, plus de malades sont amputés chaque année suite aux complications : «il est important de faire prendre conscience de cette pathologie aux diabétiques qui s ignorent, en parlant de la maladie ou en organisant des dépistages» rappelle l AFD sur son site. 8 9

10 Prévention / Santé Donner son sang entre amis Français du Sang (EFS) a inventé le don en application. Objectif : encourager le don L Etablissement chez les jeunes. Cette nouvelle application Facebook «Je donne, nous donnons» permet en quelques clics de créer un événement de don de sang entre amis. Le principe : proposer à ses connaissances d aller donner son sang et de prolonger avec une sortie, cinéma, expo, restaurant. Avec l application, on choisit le lieu de collecte, la date, l heure et on peut même sélectionner une des activités proposées à proximité du lieu de collecte. On poste ensuite sur Facebook pour partager ce geste solidaire qui permet chaque année de soigner 1 million de malades. Un rapport publié en 2012 par l OMS et le Programme des Nations Unies pour l environnement (PNUE) montre que l exposition in utero de ces molécules, à doses très faibles, accroit le risque de survenue de cancer hormono-dépendants, c est-à-dire les cancers du sein, de l utérus, de la prostate et des testicules. Les perturbateurs endocriniens (PE) sont aussi suspectés d avoir un impact sur l obésité, les troubles neurocomportementaux, la fertilité. Ces substances peuvent interférer avec la production, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la liaison, l action ou l élimination des hormones naturelles. Que perturbent ces substances? Les PE peuvent agir de différentes façons : en imitant l action d une hormone naturelle ; en se fixant sur les récepteurs des hormones naturelles ; en gênant ou en bloquant le mécanisme de production ou de régulation En bref & en chiffres 4% des adultes souffrent d un trouble déficit C est de l attention avec hyperactivité (TDCA), avec les mêmes symptômes que chez les enfants : incapacité à se concentrer, très grande distraction, agitation, impulsivité. 80 % des cas étant génétiques, c est souvent à l occasion du diagnostic chez leur propre enfant que ces adultes consultent pour eux-mêmes. 24 % des donneurs en 2011 avaient entre 18 et 24 ans (soit donneurs sur un total de de donneurs en France) 53 % des nouveaux donneurs ont entre 18 et 24 ans. Les perturbateurs endocriniens Des substances diverses, plastifiants, cosmétiques, pesticides, interfèrent avec le système hormonal. Le bisphénol A, par exemple, sera définitivement interdit en 2015 dans les conditionnements alimentaires. Quels sont ces perturbateurs endocriniens? Que risque-t-on? des hormones ou des récepteurs, modifiant ainsi les concentrations d hormones présentes dans l organisme. Certains PE se fixent sur le tissu adipeux et peuvent facilement s accumuler dans les graisses de différentes espèces et ainsi contaminer une grande partie de la chaîne alimentaire. Ainsi, on les dose dans le sang, le tissu adipeux, le lait maternel, le liquide amniotique, le sang du cordon ou les urines. Où les trouve-t-on? Un millier de substances pourraient être des perturbateurs endocriniens (PE). L eau et l alimentation (en raison des migrations depuis l emballage, des contaminations des sols de cultures, des résidus hormonaux dans la viande), mais également l air et les cosmétiques, sont les principales sources d exposition de la population générale aux PE selon l Afsset (2006) et l Inserm (2008). On peut aussi noter leur présence dans les médicaments. Rappelons que les hormones de synthèses sont produites intentionnellement pour leur effet hormonal (contraceptifs, traitement de la stérilité). On en trouve aussi dans les pesticides et les herbicides (ce qui explique leur présence dans l alimentation et dans l eau). Notons aussi qu une grande variété de plantes contient naturellement des PE. En cosmétiques, les +20% le chiffre de l augmentation du cancer du sein depuis Le nouveau rapport de l OMS sur la recherche sur le cancer vient d éditer ce chiffre alarmant. C est dans les pays en voie de développement que la progression est la plus sensible. Le cancer du sein reste encore la cause la plus fréquente de décès chez la femme. Suivent les cancers du poumon (19,4 %) du foie (9,1 %) et de l estomac (8,8 %). Actuellement 6,3 millions de femmes vivent avec un cancer du sein. PE les plus présents sont les parabènes, les phtalates et le cyclopentasiloxane. Pour les contenants alimentaires, c est surtout le bisphénol A, déjà interdit dans les biberons depuis 2011 en Europe et dans tous les contenants destinés aux enfants de 0 à 3 ans en France depuis janvier % des produits hygiène-beauté en contiennent Selon une enquête réalisée sur quinze mille produits de beauté-hygiène par Noteo Institut, en partenariat avec le Réseau environnement santé (RES), les vernis à ongles arrivent en tête (74 % d entre eux contiennent au moins un PE) devant les fonds de teint (71 %), les produits de maquillage pour les yeux (51 %), les démaquillants (43 %), les rouges à lèvres (40 %), les soins du visage (38 %), les déodorants (36 %), les dentifrices (30 %) et les shampoings (24 %). Notons que seuls 1,3 % des produits labellisés bio contenaient un PE. Pour voir l évaluation de vos produits quotidiens en termes d impact sur la santé, consultez Info ou intox? Une étude publiée dans le Journal of Medical Internet Research a passé au crible les contenus concernant la santé sur les sites alimentés par des contributeurs anonymes. Résultat : sur Wikipédia, 6 e site web le plus consulté dans le monde, 44 % des informations sont partiellement fiables et 28 % ne le sont pas du tout feu vert... Pour la commercialisation d auto-tests de détection du VIH. La fiabilité de ces tests a été évalué en 93 et 98,5 % BONNE SANTÉ MUTUALISTE

11 Les inégalités de santé commencent... au CM2! Une étude commandée par le ministère de la santé montre que les inégalités sociales de santé persistent et que celles-ci sont patentes dès l enfance. Pour preuve les statistiques en matière de surpoids et de santé dentaire... En France, moins d un élève de CM2 sur cinq est en surcharge pondérale et 4% d entre eux sont obèses. Une proportion acceptable si ce n est que le surpoids concerne deux fois plus les enfants d ouvriers que ceux dont l un des parents est cadre. L obésité concerne 1% chez les enfants de cadres et près de 7 % pour les enfants d ouvriers. Même constat pour la santé bucco-dentaire : la proportion d élèves sans aucune dent cariée a «augmenté plus fortement chez les enfants de cadres», passant de 65% à 74% (+ 14 %) entre 2002 et 2008, alors qu elle n a progressé que de 42% à 47% (+ 12%) chez les enfants d ouvriers. Des chiffres à mettre en perspective avec des études précédentes qui montrent que le phénomène s observe bien avant le CM2 et se poursuit à l adolescence. En grande section de maternelle, plus d un enfant d ouvrier sur sept (13,9%) est en surcharge pondérale, contre 8,6 % de ceux dont le père est cadre. À 6 ans, 30 % des enfants d ouvriers ont déjà eu au moins une carie, contre seulement 8 % des enfants de cadres. On retrouve le même écart chez les élèves de troisième (58 % contre 34%). JOUEZ & GAGNEZ UN IPAD 2 WIFI Le gagnant du jeu du numéro 63 est M. Roger Leroy adhérent de la Mutuelle Générale de l Oise. Nom : L arthrose n est pas une fatalité Très douloureuse, l arthrose se définit comme une maladie rhumatologique provoquée par une dégradation du cartilage recouvrant les os aux articulations. de protection aux extrémités osseuses facilitent la mise contact. Les os se touchent, surviennent des raideurs, voire des blocages et, lancinante et continue...la L absence douleur. L arthrose est très fréquente chez les personnes âgées, mais tend à frapper des populations plus jeunes, avec la mise en cause directe de la sédentarité, de la position assise, de l obésité. Cependant l arthrose véhicule des idées reçues... éclairage! «Avec l âge, c est normal d avoir mal» Pensée humaine très fréquente que vieillir n est que synonyme de douleur. Dès les premiers signes d arthrose, la consultation médicale s impose. Il est possible aujourd hui de traiter avec de bons résultats la maladie, en juguler la douleur et ralentir sa propagation. Un rapide et précoce diagnostic favorise l efficacité des traitements et évalue l irréversibilité de la maladie. «C est une maladie du troisième âge» Erreur! Même si l arthrose touche principalement à partir de 40/50 ans (ce qui n est pas vieux), elle peut se révéler à tout âge. L arthrose cervicale n est pas si rare chez les jeunes, dont les postures sur écran entraînent des lésions cartilagineuses. Chez une personne jeune la cicatrisation se fera plus aisément que chez une personne âgée où les capacités de réparation sont moindres. «Le sport, pour moi, c est fini!» Eh bien, non. C est même le contraire. Si la mise au repos de l articulation, pendant une poussée inflammatoire est obligatoire, il est vivement conseillé de bouger activement dès que possible. Les mouvements articulaires grâce à leurs apports en éléments nutritifs dans le cartilage favorisent la cicatrisation. Et même si une douleur (supportable) reste présente quelque temps, l activité régulière permet le maintien d une tonicité musculaire et des ligaments péri-articulaires. L exercice physique améliore également la diffusion nutritive vers les cellules du cartilage, entretenant ainsi leur nécessaire renouvellement. La marche, la danse, la natation, le taï chi, le cyclisme sont préférables aux sports qui sollicitent les appuis comme le football, squash ou tennis. «L arthrose va me rendre invalide» De nos jours une articulation détruite se remplace par une prothèse. Ce cas extrême n intervient qu après une évolution qui parfois s étend sur quelques décennies. Gênante, handicapante et douloureuse, elle doit être prise en charge, mais la maladie est très souvent limitée à une articulation ou un type d articulation. Il arrive que le malade atteint d arthrose doive changer d activité professionnelle. Avez-vous bien lu votre magazine? «La douleur est toujours là» Les antalgiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont efficaces contre la douleur. Le paracétamol, surtout lui, reste l arme de base contre la douleur lors d une poussée inflammatoire. Les patchs et les traitements médicamenteux externes comme les gels ou crèmes luttent localement avec succès contre la douleur. «L arthrose arrive brusquement» Non. L hérédité, les blessures anciennes, les mauvaises postures, la sédentarité, l obésité sont des facteurs bien reconnus de la maladie. Alors une bonne conscience de ces risques et leur évitement par une hygiène de vie adaptée permet dans bien des cas de retarder, voir d éviter cette pathologie. La diététique, un bon équilibre alimentaire, des exercices physiques réguliers et doux, de bonnes postures sont conseillés. JEU CONCOURS BONNE SANTÉ 64 Répondez à ce questionnaire pour le vérifier. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses vous fera peut-être remporter un IPAD 2 WIFI! Pour participer, retournez le coupon avant 15 Février 2014 inclus à l adresse suivante: Jeu concours Bonne Santé Mutualiste n 64 Groupe Entis Mutuelles, 39 rue du Jourdil Cran-Gevrier CS Annecy Cedex 9 Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses. L arthrose est une maladie douloureuse qui ne concerne pas seulement les personnes agées. 2) Pour la solidarité, quel pourcentage accrédite les français aux pouvoirs publics? 22 % 39 % 61 % Prénom : Adresse : CP : Ville : Numéro d adhér ent : 1) À quelle date le PLFFS 2014 a t-il été adopté à l Assemblée nationale? Le 12 novembre Le 26 novembre Le 3 décembre 3) Quel anniversaire vient de fêter la Mutuelle Familiale des Travailleurs Indépendants? 15 ans 20 ans 40 ans 4) Quel thème central était au coeur des débats des 24h de l Unam? La santé d abord! Pour tous, la Santé! Ma santé, n est pas une marchandise! 5) Mondialement, quel le pourcentage d augmentation du cancer du sein, depuis 2008? 13,5 % 20 % 23 % 10 11

12 Dépression chez les adolescents Longtemps considérée, à tort, comme une manifestation due à leur âge, les adolescents sont sujets eux aussi à la dépression. Si les causes et les symptômes sont multiples et complexes, il est donc aussi important d en repérer les signes souvent masqués, et d éviter qu elle ne s aggrave. «Je restais prostrée pendant des heures et j évitais de croiser mon regard dans la glace, je ne voyais plus mes amies», «j avais besoin de boire pour être mieux», «je n entendais plus ma mère quand elle me parlait, je ne voulais qu une chose, être à mon clavier»... Les témoignages de souffrance des adolescents, les mots qu ils lâchent enfin, dans le cabinet des médecins spécialistes, sont autant de délivrance de l enfermement typique de la dépression. Si pour la plupart, les adolescents parviennent à vivre avec les troubles liés à leur âge, grâce à leurs amis, la scolarité, et leurs activités, et à affirmer pleinement leur personnalité, certains tombent dans les pièges de la dépression. Cet état peut amener aux addictions (drogue, alcool), à l irritabilité, à la violence, voire au suicide. Pensées morbides et suicidaires... Cependant, parmi cette liste figurent des marqueurs plus spécifiques à la dépression adolescente. Ainsi on caractérise l irritabilité, plus que la tristesse comme humeur prédominante. L hostilité, la frustration sont des signes régulièrement identifiés comme symptômes. De même les douleurs inexpliquées (maux de tête ou d estomac) peuvent signaler après examen physique une cause dépressive. Des signes à ne pas négliger... Souvent dissimulée parmi les manifestations normales de l adolescence (période de conflits, désir d indépendance, stress morphologique), la dépression de l adolescent se caractérise par des changements profonds et durables de l humeur et du comportement. Son entourage peut s inquiéter lorsqu on observe depuis longtemps ces principaux signes : Tristesse Hostilité, colère systématique, violence verbale Pleurs fréquents Isolement avec son entourage familier Désintérêt chronique Trouble alimentaire, rythme du sommeil Culpabilité, faible estime de soi Démotivation Atonie générale Indécision, manque de concentration La détérioration de la relation avec l entourage face aux critiques, un adolescent dépressif surmontera mal le rejet ou l échec. La distanciation avec certains amis de longues dates et des parents, le refus de socialisation, le désoeuvrement sont des sémaphores indiquant la souffrance de l adolescent.... et les problèmes qui en résultent. Dans ce passage bien délicat un adolescent dépressif peut rapidement choir dans des comportements à risque. Troubles alimentaires (anorexie, boulimie), automutilation, délinquance, imprudence, faible estime de soi sont les maux les plus fréquents. Sans omettre l abus de substances, dont les consommations nuisibles à la santé peuvent créer des séquelles irréversibles comme l alcool, médicaments (hypnotiques, anxiolytiques), drogues. Comment s alerter? L évaluation du degré des symptômes de la dépression ne peut être pratiquée que par un thérapeute spécialisé (psychiatre, pédopsychiatre...). Après diagnostic s ensuivra une prise en charge de suivi psychologique, voire un traitement médicamenteux. En tous les cas, la vigilance est de mise, et consulter ne doit pas être un frein, la santé d un adolescent nous appartient aussi... MOTS CLÉS /// ANOREXIE Symptôme qui correspond à une perte d appétit. Les causes peuvent être médicales ou mentales. IRRITABILITÉ Dans le cas d un épisode dépressif, propension aux réactions colériques pouvant aboutir à la violence. Le kiosque Big Pharma coordonné par Mikkel Borch-Jacobsen aux éditions les Arènes En réunissant 12 experts internationaux, lanceurs d alerte et journalistes, ce livre démontre la folie de l industrie du médicament et la corruption installée au coeur du système. Gangrenée par la seule logique du profit, dévoyant la science, manipulant l information, délaissant la formation, l industrie pharmaceutique joue avec notre santé. Un livre choc, révélateur et salutaire pour ne plus être les cobayes de Big Pharma et tenter de redonner à la médecine son visage humain. Le sport muscle aussi le cerveau Lorsque l on fait du sport, on observe une augmentation de nos globules rouges. Celle-ci améliore l oxygénation cellulaire, bénéfique non seulement pour l appareil cardio vasculaire mais aussi pour nos neurones. Ceci explique sans doute une étude récemment publiée dans le British Journal of Sports Medecine qui démontre que l activité physique régulière améliore les résultats scolaires chez les adolescents. Les chercheurs ont constaté une corrélation entre la quantité de sport et les notes. Selon une autre étude, «Be smart, exercice your heart : exercice effects on brain and cognition», l exercice physique active notre métabolisme et entraine une hausse des hormones de croissance et des neurotransmetteurs comme la dopamine, la sérotine, la mélatonine. Toutes ces substances consolident nos capacités cognitives, raisonnement, concentration, mémoire. Aussi le sport est-il recommandé pour lutter contre le vieillissement cognitif, pour maintenir notre plasticité cérébrale. Ceci dit, faire un jogging ne dispense pas de faire travailler sa tête Bonne Santé Mutualiste est la revue trimestrielle d Entis, les mutuelles de l Être - 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier - BP Annecy Cedex 9 Janvier 2014 n 64 Directeur de la publication : Lucien Carette Directeur de la rédaction : Damien Fortun Conseil éditorial : Didier Levallois Rédaction, conception et réalisation : Critères Dossier : Valérie Iniesta Photographies : Fabienne Limet, Kais Djella, Shutterstock et Critères Imprimé sur papier recyclé. Numéro de CPPAP : 0910 M 05566

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

A N N I V E R S A I R E 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S

A N N I V E R S A I R E 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S ASAC 60 e A N N I V E R S A I R E 60 ANS D ENGAGEMENTS 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S Prendre appui sur le modèle associatif pour proposer, de façon nouvelle, à tous, des contrats de prévoyance et d

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr mutuelle mclr Bonne nouvelle! Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi Pour toi, un coach en recrutement!* (*) sous réserve du respect des conditions d accès à l offre Édito 40 ans d expérience à l

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA Christophe Pinna est l un des karatékas les plus réputés au monde et l un des sportifs français les plus titrés. Son palmarès est impressionnant, avec notamment 6

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Groupe MGC. Ensemble, partageons l énergie mutualiste. www.groupemgc.fr

Groupe MGC. Ensemble, partageons l énergie mutualiste. www.groupemgc.fr Groupe MGC Ensemble, partageons l énergie mutualiste www.groupemgc.fr G R O U P E Un système de santé en pleine mutation Le marché des complémentaires santé est aujourd hui en pleine mutation. L ultra

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Groupe MGC, la santé pour tous

Groupe MGC, la santé pour tous Groupe MGC, la santé pour tous www.mutuellemgc.fr Un système de santé en pleine mutation Le marché des complémentaires santé est aujourd hui en pleine mutation. L ultra concurrence, la nouvelle réglementation

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt Chère Collègue, Cher Collègue, Vous allez prendre votre retraite à la rentrée prochaine. Une décision pas toujours facile à prendre mais l espoir d une nouvelle vie qui commence. Permettez-nous en tout

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Le projet de L Arche à Nancy, c est

Le projet de L Arche à Nancy, c est Vivre Avec des personnes ayant un handicap mental... Le projet de L Arche à Nancy Au plus près de la vie ordinaire Dans le partage des gestes quotidiens Le projet de L Arche à Nancy, c est de créer trois

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Projet de création. Document explicatif. Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches

Projet de création. Document explicatif. Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches Projet de création Document explicatif Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches Pour plus d informations : info@acsm-ca.qc.ca www.acsm-ca.qc.ca Mise en contexte En vue de la campagne

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER Relais pour la Vie, une initiative

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC SOUPER I BÉNÉFICE MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC Sous la présidence d honneur de Monsieur René Rouleau Président du conseil et chef de la direction La Capitale groupe financier Partenaire

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER STK008_Levensloop_Broch_FR_10.indd

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever»

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» ~ 1 ~ Compte rendu de la rencontre départementale FHF «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» 5 juin 2015 Janzé Allocutions officielles Hubert PARIS, Maire

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail