NOTE DE SYNTHÈSE. CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers. Mai 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE SYNTHÈSE. CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers. Mai 2009"

Transcription

1 NOTE DE SYNTHÈSE Une identité professionnelle à valoriser 2 Des activités convergentes 2 Visibilité de la branche 2 Des métiers qui évoluent 2 La structure de l emploi 3 Pyramide d âge et ancienneté des salariés du Funéraire 4 La formation 5 Les niveaux de formation générale requis 5 La formation professionnelle 5 Recrutement : les dynamiques à l œuvre 6 Des logiques de bassins d emplois 7 Mai 2009 CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers

2 Développer la connaissance de la structure de l emploi dans les métiers du funéraire Une identité professionnelle à valoriser Menée de juin 2008 à février 2009, l enquête nationale sur les métiers du funéraire a été réalisée par le cabinet Ithaque pour le compte de la CPNEFP de la branche des Services funéraires. Elle fut organisée en plusieurs phases, et notamment : Une enquête approfondie auprès d un panel de huit entreprises ; Une enquête adressée à toutes les entreprises de la branche : 268 réponses représentant 12% des entreprises et 40% des salariés de la branche ont été traitées. La bonne représentativité des répondants au regard de la diversité de la branche des Services funéraires, a permis de tirer des enseignements quantitatifs fiables sur la structure de l emploi dans les métiers du funéraire. Des activités convergentes L activité principale déclarée par les entreprises de la branche est à près de 80% une activité de Pompes funèbres. Des métiers qui évoluent On arrive par hasard dans le funéraire, mais on y reste» notamment par les possibilités offertes en termes de déroulement de carrière. En revanche, l'organisation précise des tâches et des fonctions professionnelles ne semble pas homogène d une entreprise à l autre. Vient ensuite l activité de Marbrerie funéraire (12,5 %). > Mais pour les deux tiers des entreprises de la branche, ces deux activités convergent de manière importante vers une activité mixte offrant une large gamme de Services d'organisation d'obsèques aux familles. Deux autres activités principales sont déclarées par les entreprises, exercées en sous-traitance des entreprises d'organisation d'obsèques, et qui représentent ensemble 9% de la branche : > La Thanatopraxie ; > Les Transports funéraires. Visibilité de la branche L enquête approfondie a montré un réel sentiment d appartenance à une communauté professionnelle, une forte identité ainsi qu une disponibilité potentielle à valoriser l image du métier. Il apparaît cependant qu un travail reste à construire en termes de visibilité du travail que la branche a engagé au sein de la profession à travers les actions de la CPNEFP. 2 DÉVELOPPER LA CONNAISSANCE DE LA STRUCTURE DE L EMPLOI DANS LES MÉTIERS FUNÉRAIRE

3 La structure de l emploi Structure de l emploi dans les entreprises du funéraire Part de l'emploi dans la branche 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Porteurs Assistants funéraires Marbriers, poseurs Emplois adm. et comptables Emplois logistiques et techniques Responsables de magasin Part de l'emploi dans la branche Présence dans l'entreprise Agents d'accueil Maîtres de cérémonies Agents de chambre funéraire Thanatopracteurs Opérateurs de crémation 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % Présence dans l'entreprise Les porteurs et porteurs chauffeurs sont plus nombreux que les assistants funéraires et conseillers funéraires dans la branche, mais ces deux emplois sont répartis sensiblement dans le même nombre d entreprises. A l inverse, si les maîtres de cérémonies représentent moins de 3% de l emploi de la branche, ils sont présents dans plus de 37% des entreprises. De même, les porteurs «intermittents» ne représentent que 10% des emplois de la branche mais sont présents dans près de la moitié des entreprises. Recours à l intermittence 50 % 45 % 40 % 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % Porteurs, porteurs-chauffeurs dont intermittents 0 % 0 à 5 salariés 6 à 9 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 salariés et + Branche L enquête en nombre a permis de vérifier la dynamique de féminisation des assistants funéraires, même si elle semble s être ralentie ces dernières années. Elle correspond notamment à la recherche de compétences considérées comme féminines : une capacité d empathie et une dimension commerciale. S agissant des autres emplois, et singulièrement les porteurs, le faible nombre de femmes correspond aux restrictions réglementaires liées au port de charges, que les entreprises ne peuvent pas mécaniser. NOTE DE SYNTHÈSE 3

4 Répartition hommes/femmes dans les métiers du funéraire ENSEMBLE AGENTS D ACCUEIL, VENDEURS(EUSES) EMPLOIS ADMINISTRATIFS ET COMPTABLES ASSISTANTS FUNÉRAIRES, CONSEILLERS FUNÉRAIRES THANATOPRACTEURS AGENTS DE CHAMBRE FUNÉRAIRE RESPONSABLES DE MAGASIN, POINT DE VENTE... AUTRES EMPLOIS LOGISTIQUES ET TECHNIQUES MAÎTRE DE CÉRÉMONIES OPÉRATEURS DE CRÉMATION OUVRIERS MARBRIERS, POSEURS PORTEURS, PORTEURS-CHAUFFEUR Hommes Femmes Elle met aussi en évidence une polyvalence des maîtres de cérémonies à géométrie variable (employeur, assistant funéraire ou porteur «sorti du rang», voire marbrier). Ainsi, le maître de cérémonies est selon les cas un assistant funéraire confirmé ou au contraire une fonction totalement dissociée. > Cette fonction, qui dépend de l organisation des entreprises comme de leur volonté de répondre aux nouvelles aspirations des familles, continue d évoluer. Elle confirme le turn-over des porteurs et des recrutements essentiellement en dessous de 30 ans ou au dessus de 55 ans. Cette fonction, strictement liée au moment des obsèques, permet rarement à elle seule un emploi à temps plein. > Elle s exerce ainsi en complément d une autre, au sein de l entreprise funéraire ou plus souvent à l extérieur. Des pistes de solutions ont été cherchées par les entreprises (emplois d insertions, articulation empirique avec d autres emplois, etc.) mais qu il reste sans doute à organiser. L enquête révèle un enjeu tant en termes de recrutement que de fidélisation pour les marbriers. L enquête indique un développement de l emploi des thanatopracteurs dans la branche, bien que sur des effectifs qui restent relativement modestes. Pyramide d âge et ancienneté des salariés du Funéraire Répartition des âges par emploi RESPONSABLES DE MAGASIN, POINT DE VENTE... MAÎTRE DE CÉRÉMONIES AGENTS DE CHAMBRE FUNÉRAIRE PORTEURS, PORTEURS-CHAUFFEUR AGENTS D ACCUEIL, VENDEURS(EUSES) OUVRIERS MARBRIERS, POSEURS AUTRES EMPLOIS LOGISTIQUES ET TECHNIQUES ASSISTANTS FUNÉRAIRES, CONSEILLERS FUNÉRAIRES EMPLOIS ADMINISTRATIFS ET COMPTABLES OPÉRATEURS DE CRÉMATION THANATOPRACTEURS < 30 ans ans ans >55 ans 4 DÉVELOPPER LA CONNAISSANCE DE LA STRUCTURE DE L EMPLOI DANS LES MÉTIERS FUNÉRAIRE

5 Répartition de l ancienneté par emploi RESPONSABLES DE MAGASIN, POINT DE VENTE... MAÎTRE DE CÉRÉMONIES AGENTS DE CHAMBRE FUNÉRAIRE PORTEURS, PORTEURS-CHAUFFEUR AGENTS D ACCUEIL, VENDEURS(EUSES) OUVRIERS MARBRIERS, POSEURS AUTRES EMPLOIS LOGISTIQUES ET TECHNIQUES ASSISTANTS FUNÉRAIRES, CONSEILLERS FUNÉRAIRES EMPLOIS ADMINISTRATIFS ET COMPTABLES OPÉRATEURS DE CRÉMATION THANATOPRACTEURS < 30 ans ans ans >55 ans > 40% des salariés de la branche ont moins de 5 ans d ancienneté. Les assistants funéraires et les marbriers se situent dans cette moyenne. > Avec 55% de moins de 5 ans d ancienneté, le métier qui subit le plus fort turn-over est celui de porteur. La formation > 80% des thanatopracteurs ont moins de 10 ans d ancienneté. C est aussi le métier le plus jeune de la profession : c est donc celui qui s est le plus développé dans les dernières années. > 75% des responsables de magasin ont 10 ans d ancienneté et plus. > Les maîtres de cérémonies sont, quant à eux, également répartis entre moins de 10 ans d ancienneté et 10 ans et plus. Les niveaux de formation générale requis Dans le funéraire, les logiques de parcours et d opportunité priment sur les pré-requis académiques, avec des nuances selon les métiers : > Ils ne sont pas un critère de recrutement pour les porteurs ; > Le niveau Bac mais aussi Bac + 2 et plus est visé pour les assistants funéraires ; > Le niveau CAP est visé pour les marbriers, sans que la possession d un diplôme ne soit indispensable. La formation professionnelle La problématique de la formation professionnelle est bien évidemment marquée par les obligations réglementaires du métier. S y ajoutent : > La perspective à moyen terme d un diplôme national, qui pourrait succéder au CQP de conseil funéraire ; > La construction prévue d un CQP en techniques funéraires. L enquête a interrogé les entreprises sur leurs pratiques en matière de formation. Malgré un nombre de réponses relativement faible, il apparaît que le taux d entreprises formatrices croît très significativement avec l effectif salarié. Des salariés de votre entreprise ont-ils suivi des actions de formation en 2008? EFFECTIF SALARIÉ 0 À 9 SALARIÉS 10 À 99 SALARIÉS 100 SALARIÉS ET PLUS TOTAL NON RÉPONSE OUI NON TOTAL 32% 26% 42% 100% 33% 56% 11% 100% 0% 100% 0% 100% 32% 33% 35% 100% Au-delà, certaines attentes en matière de formation professionnelle apparaissent en filigrane dans les problématiques de recrutement et, plus encore, dans les remarques et commentaires des entreprises interrogées. > Une formation spécifique en marbrerie funéraire serait à mettre en place pour les poseurs de monuments et caveaux. Il reste néanmoins à préciser la demande. Quelles sont les compétences spécifiques à la marbrerie funéraire et pour quels publics (les réponses peuvent être différentes selon l origine professionnelle des salariés qui suivraient ces formations )? > Des compétences commerciales pour les assistants funéraires (problématique de formation pour les salariés en poste et/ou de profil de recrutement pour les nouveaux embauchés). NOTE DE SYNTHÈSE 5

6 Recrutement : les dynamiques à l œuvre L enquête a permis de souligner des dynamiques de recrutement différenciées : > «Recrutements prévus» correspond au nombre de fois où le métier a été cité par les entreprises en termes de prévisions de recrutements ; > «Effectifs dans les entreprises» correspond au nombre de salariés présents par métier dans les entreprises ; > «Recrutements effectués» correspond aux métiers recensés dans les fiches décrivant les trois derniers recrutements effectués. Le graphique ci-dessous met en parallèle ces chiffres de natures différentes : > Il ne permet donc pas de mesurer des volumes, mais plutôt d évaluer le niveau de préoccupations des entreprises relatives aux recrutements, en comparant le différentiel des réponses métier par métier. Dynamique de recrutement par métier Opérateurs de Crémation Thanatopracteurs Recrutements prévus Effectifs dans les entreprises Recrutements effectués Agents de chambre funéraire Maître de cérémonies Agents d accueil Responsables de magasin Emplois logistiques et techniques Emplois administratifs et comptables Marbriers, poseurs Assistants funéraires Porteurs Les trois métiers qui regroupent les deux-tiers des effectifs sont ceux sur lesquels les prévisions de recrutement déclarées pour les deux années à venir sont les plus massives (plus de 80%). > Il y a plus d intentions de recrutement en direction des marbriers et des assistants funéraires, et moins pour les porteurs. Rappelons que c est sur ces deux emplois que les concurrences de recrutement sont les plus importantes entre les entreprises du Funéraire. Pour les autres emplois, les intentions de recrutement déclarées sont : > Plus importants que ceux effectués les années passées pour les : Maîtres de cérémonies ; Responsables de magasin, point de vente, établissement ; Autres emplois logistiques et techniques. Notons qu il s agit des emplois où l ancienneté des salariés est la plus importante (remplacement des départs à la retraite à prévoir). > Plus importants que les effectifs salariés pour les : Maîtres de cérémonies ; Agents d accueil, vendeurs ; Thanatopracteurs. Ce sont des emplois à faibles effectifs mais présents dans un nombre plus significatif d entreprises : cette comparaison n indique donc pas nécessairement un fort développement des effectifs 6 DÉVELOPPER LA CONNAISSANCE DE LA STRUCTURE DE L EMPLOI DANS LES MÉTIERS FUNÉRAIRE

7 Des logiques de bassins d emplois Si les besoins en emplois et en compétences ne dépendent pas des territoires, les réponses à apporter sont sans doute à construire en fonction des bassins d emplois, en s appuyant notamment sur les fortes logiques relationnelles que les entreprises ont su tisser dans leur environnement local. Les problématiques de recrutement sont fortement en lien avec le taux de chômage global du territoire : plus celui-ci est élevé, moins elles sont sensibles. Mais cette analyse doit être déclinée plus finement, en tenant compte des proximités des métiers du funéraire avec certains secteurs professionnels. > Pour les marbriers, il existe une concurrence dans les recrutements avec le bâtiment et les travaux publics, mais aussi des possibilités de transferts de compétences ; > A l inverse, l obtention d un permis poids lourds pour un marbrier ou un chauffeur peut représenter un risque de départ vers d autres métiers ; > Pour les assistants funéraires et les agents d accueil, le commerce et la grande distribution représentent un vivier potentiel de compétences ; > Pour les porteurs, il existe diverses logiques de consolidation de plusieurs contrats de travail, selon les spécificités du bassin d emplois ; > Enfin, sur des fonctions où peut être valorisée l expérience (commerciale, encadrement), les services funéraires peuvent représenter une perspective de deuxième partie de carrière. L essentiel des emplois provient de recrutements extérieurs à la profession, pour les porteurs notamment, et de véritables transferts de compétences s opèrent de l extérieur vers la branche : > sur les emplois administratifs et les métiers de la vente. En revanche : > il y existe une concurrence entre les entreprises sur le cœur du métier des ouvriers marbriers et des assistants funéraires, > mais également, quoi que pour un nombre de recrutements bien moins important, sur les thanatopracteurs et les maîtres de cérémonies. Il apparaît donc qu une mobilité professionnelle existe sur ces métiers, d une entreprise à l autre, au sein de la branche. Cette concurrence entre les entreprises de la branche sur un même territoire, y compris sur des enjeux de recrutement, est à intégrer dans la réflexion sur les partenariats à construire NOTE DE SYNTHÈSE 7

8 Etude réalisée pour la CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers Pour tout renseignement :

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT LA LETTRE N 2 DE LA CPNEF DU SPORT COMMISSION PARITAIRE NATIONALE EMPLOI FORMATION OBSERVATOIRE DES MéTIERS DU SPORT SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT Décembre 2010

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Vendeur(se) solutions multimédia

Vendeur(se) solutions multimédia Vendeur(se) solutions multimédia Commercialisation Vendeur(se) conseil en magasin / multimédia Vendeur(se) système multimédia Vendeur régional Vendeur(se) réseaux domestiques / multimédia / communication

Plus en détail

FACETTES. métiers. > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? 20 300 salariés [6,9% de l emploi limousin]

FACETTES. métiers. > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? 20 300 salariés [6,9% de l emploi limousin] FACETTES métiers > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? Les métiers du transport, de l entreposage et dans une moindre mesure ceux du tourisme sont principalement

Plus en détail

La logistique à la Réunion

La logistique à la Réunion La logistique à la Réunion Le développement de la logistique amorcé il y a une vingtaine d années à la Réunion s est inscrit dans le prolongement des services portuaires (stockage, entreposage) et en complément

Plus en détail

elles osent elles entreprennent! Étude sur les conditions de réussites et les freins de l entrepreneuriat au féminin #Création #business #Coaching

elles osent elles entreprennent! Étude sur les conditions de réussites et les freins de l entrepreneuriat au féminin #Création #business #Coaching elles osent elles entreprennent! Étude sur les conditions de réussites et les freins de l entrepreneuriat au féminin #Création #business #Coaching contact@acces-conseil.fr www.creafem.fr www.facebook.com/bge.accesconseil

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation

Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation Compte rendu synthétique Novembre 2012 2 sur 10 CONTEXTE DE L ENQUÊTE Cette enquête a été menée par Midi-Pyrénées Bois, en partenariat avec

Plus en détail

Parcours Management des PME-PMI

Parcours Management des PME-PMI Promotion /4 Enquête à moins d'un an du diplôme Site : Clermont-Ferrand Master Pilotage des organisations Parcours Management des PME-PMI Objectif de ce parcours : Former des managers appelés à prendre

Plus en détail

Séminaire "BTS Technico-commercial"

Séminaire BTS Technico-commercial Séminaire "BTS Technico-commercial" Résultats de l'enquête ABEFIA - 2006 Analyse des besoins en formation initiale et en apprentissage CGI, Confédération Française du Commerce Interentreprises Grenoble,

Plus en détail

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services l assistant au cœur de l entreprise niveau d implication des assistants

Plus en détail

fipes Formation professionnelle innovations et experimentations Explorations et témoignages pour revaloriser le métier de manutentionnaire :

fipes Formation professionnelle innovations et experimentations Explorations et témoignages pour revaloriser le métier de manutentionnaire : fipes Formation professionnelle innovations et experimentations Explorations et témoignages pour revaloriser le métier de manutentionnaire : des propositions d actions qui s intègrent bien dans les objectifs

Plus en détail

Branche professionnelle des entreprises du Négoce et de l industrie des produits du sol, engrais et produits connexes

Branche professionnelle des entreprises du Négoce et de l industrie des produits du sol, engrais et produits connexes Observatoire prospectif des métiers et des qualifications Branche professionnelle des entreprises du Négoce et de l industrie des produits du sol, engrais et produits connexes (Convention Collective Nationale

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Etudes et projets d'organisation de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion comptable de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Les métiers verts et verdissants Caractéristiques du marché du travail

Les métiers verts et verdissants Caractéristiques du marché du travail Les métiers verts et Caractéristiques du marché du travail Les offres et les demandes d emploi relatives aux métiers verts et en région Centre en 2013 Quelle part représentent les métiers verts et dans

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

M2R RECHERCHE EN EDUCATION, FORMATION, INSERTION Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme

M2R RECHERCHE EN EDUCATION, FORMATION, INSERTION Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme M2R RECHERCHE EN EDUCATION, FORMATION, INSERTION Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme En 2010/2011, sur les 50 inscrits, 21 ont validé le diplôme soit un taux de réussite

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH Parcours Dyn@mique RH du GPNI Réunion de lancement du février 00 Résultats de l enquête de Maturité RH Rappel du contexte et des objectifs La volonté du GPNI: mettre en œuvre une démarche proactive pour

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Zoom sur l Emploi Rendez-vous d information sur l économie, l emploi et les services de la communauté de communes du Bocage mayennais

Zoom sur l Emploi Rendez-vous d information sur l économie, l emploi et les services de la communauté de communes du Bocage mayennais Zoom sur l Emploi Rendez-vous d information sur l économie, l emploi et les services de la communauté de communes du Bocage mayennais Novembre 2010 Déroulement de la rencontre Un temps d information pour

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Les 718 diplômés ayant quitté l'université de Franche-Comté, ont reçu une lettre les invitant à répondre à un questionnaire sur

Plus en détail

MON IDÉE DEVIENT PROJET À QUI M ADRESSER?

MON IDÉE DEVIENT PROJET À QUI M ADRESSER? MON IDÉE À QUI M ADRESSER? 5 HP_Photo - Fotolia.com Étape 1 > Mon activité et mon offre > Mes qualités et mes compétences > Mes ressources > Je reprends une entreprise > Je cumule ma future création d

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ Objectifs Doter le territoire d une offre de formation interentreprises adaptée

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Librairie et métiers du livre de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion

Plus en détail

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015 Pays de Retz Stratégie de développement économique Emploi & Formation octobre 2015 Cahier3 Édito Le syndicat mixte du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) a décidé de conduire une étude de stratégie

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014

ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014 ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014 pourquoi? Ce document présente le résultat de deux années de travail sur la stratégie de notre coopérative. Il indique : la raison d être, la vocation, les valeurs d

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE ENQUÊTE DE SATISFACTION DES STAGIAIRES DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SORTIS EN 2014 DANS L AUDE, LE GARD, L HÉRAULT, LA LOZÈRE ET LES PYRÉNÉES-ORIENTALES Selon

Plus en détail

Etude d opportunité pour la création de deux nouvelles qualifications dans le RNQSA : «Metteur en main de véhicules», «Gestionnaire garantie SAV».

Etude d opportunité pour la création de deux nouvelles qualifications dans le RNQSA : «Metteur en main de véhicules», «Gestionnaire garantie SAV». Note pour la CPN du 16 novembre 2006 Etude d opportunité pour la création de deux nouvelles qualifications dans le RNQSA : «Metteur en main de véhicules», «Gestionnaire garantie SAV». Observatoire des

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains aria direccte a q u i t a i n e Collection «Études» N 21 Mars 2013 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI service études, statistiques, évaluation

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

Terminales STMG. Les spécialités

Terminales STMG. Les spécialités Terminales STMG Les spécialités Les quatre spécialités GF : Gestion Finance Mercatique RHC : Ressources Humaines et Communication Systèmes d information de gestion La spécialité Gestion Finance Choisir

Plus en détail

En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%.

En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%. Mention Arts plastiques - Arts appliqués Domaine ARTS, LETTRES ET LANGUES Devenir de la promotion 2012 Enquête En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%.

Plus en détail

Master Management et Administration des Entreprises (MAE)

Master Management et Administration des Entreprises (MAE) Promotion 9/ Site : ClermontFerrand Master Management et Administration des Entreprises (MAE) Objectifs de ce master : Le Master Management et Administration des Entreprises (MAE) est le diplôme de référence,

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 n o 21 2015 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 75,2% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 5,2% TAUX D INACTIVITE 2,6% O B S E R VATO I R E Etude réalisée

Plus en détail

BTS management de l unité commerciale.

BTS management de l unité commerciale. BTS management de l unité commerciale. Objectif : Le ou la titulaire du BTS peut prendre la responsabilité de tout ou partie d'une unité commerciale: Magasin, supermarché, agence commerciale, entreprise

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Sciences du management de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme

M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme En 2010/2011, sur les 47 inscrits, 43 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 91,5

Plus en détail

Effectifs Ingénieurs chimistes Tous

Effectifs Ingénieurs chimistes Tous Observatoire de l emploi des ingénieurs diplômés Chimistes Les ingénieurs diplômés spécialisés en chimie et génie chimique Extrait de la 22 e enquête IESF réalisée en mars 2011 Situation fin 2010 UNAFIC

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Etude GPEC de la filière nucléaire en Bourgogne 2011/2012

Etude GPEC de la filière nucléaire en Bourgogne 2011/2012 Etude GPEC de la filière nucléaire en Bourgogne 2011/2012 septembre 2012 LES OBJECTIFS DE CETTE ETUDE La filière nucléaire a la volonté de reconduire une étude GPEC pour avoir une visibilité sur l état

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des entreprises et des organisations du monde agricole de l Université Lille 3 Sciences humaines et

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Carrières de l'immobilier de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

Lycée Bertrand d Argentré

Lycée Bertrand d Argentré Lycée Bertrand d Argentré 15 rue du Collège BP 90 620 35 506 VITRE Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) Les objectifs de la série STMG Favoriser la poursuite d études supérieures

Plus en détail

HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI -

HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI - HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI - Créée en 1995, l association HandiPro 31 a pour mission de favoriser l emploi en milieu ordinaire de travail des bénéficiaires de l obligation d emploi et de conseiller

Plus en détail

L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane

L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane Enquêtes IVA 2012 et 2013 2 L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane Enquêtes IVA 2012 et 2013 Sept mois après la fin d une formation professionnelle

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 Direction du développement économique, de l emploi et de l enseignement supérieur Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 N appel à projets sur SIMPA : ESS

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Technico-commercial en milieu industriel de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

RESULTATS QUESTIONNAIRE

RESULTATS QUESTIONNAIRE RESULTATS QUESTIONNAIRE PRESENTATION DE L ECHANTILLON Nous avons mené notre analyse auprès de 270 personnes qui ont répondu à l enquête suivante «Quelles sont mes attentes au travail et mon entreprise

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête

Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête DEPARTEMENT OPINION INSTITUTIONNEL Erwan LESTROHAN Chef de groupe 01 55 33 20 05 erwan.lestrohan@lh2.fr Guillaume Inigo Chargé d études 01 55 33 20 57 guillaume.inigo@lh2.fr

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics reco Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics Fonction d accueil et d accompagnement des nouveaux en entreprise Pour améliorer l'accueil des nouveaux (embauches, stages,

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ SYNTHÈSE SYNTHESE DU BILAN SOCIAL 2015 Définition Le Bilan social de la branche Mutualité constitue la source d information statistique reconnue par les partenaires

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Licence professionnelle Libraire

Licence professionnelle Libraire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Libraire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Ouvriers qualifiés de la réparation automobile (G0B) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Ouvriers qualifiés de la réparation automobile (G0B) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Ouvriers qualifiés de la réparation automobile (G0B) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 9 768 171 926 1 297 398 Part dans l emploi 0,8 0,7 Répartition par

Plus en détail

Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010

Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010 Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010 Rapport du CEREQ Annexe 1 de l Observatoire Erasmus + / notes Portrait des jeunes en mobilité internationale (1/2) Table des

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Repères & Analyses Enquête

Repères & Analyses Enquête Avril 2014 ETUDES ET STATISTIQUES Repères & Analyses Enquête Direction régionale Languedoc-Roussillon Besoins en Main d Oeuvre 2014 Chiffres clés 2014 3 450 projets de recrutement sur le bassin d emploi

Plus en détail

la transmission d entreprise en nord-pas de calais

la transmission d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 192 avril 2015 la transmission d entreprise en nord-pas de calais étude prospective sur le potentiel d entreprises à transmettre à horizon de 5 ans 4 projets de transmission sur dix

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

BTS. Assistant de Manager(s) Lycée Jean DAUTET 18 rue Delayant 17000 LA ROCHELLE Tél : 05 46 28 05 70 site : www.lyceedautet.fr

BTS. Assistant de Manager(s) Lycée Jean DAUTET 18 rue Delayant 17000 LA ROCHELLE Tél : 05 46 28 05 70 site : www.lyceedautet.fr BTS Assistant de Manager(s) Lycée Jean DAUTET 18 rue Delayant 17000 LA ROCHELLE Tél : 05 46 28 05 70 site : www.lyceedautet.fr Les particularités du BTS Assistant de Manager I/ Les points forts du BTS

Plus en détail

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes»

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Charte d Entreprise 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Pour répondre à cet engagement fondamental, notre choix s est porté naturellement vers le recrutement de

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi

Synthèse. Dynamique de l emploi Synthèse Les professionnels du droit étaient peu nombreux il y a trente ans mais leurs effectifs ont fortement augmenté sur la période récente. En 2012-2014, 90 000 personnes exercent un métier juridique

Plus en détail

> LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

> LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL > LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL En bref En termes d effectif, avec 5 190 professionnels en emploi en région Provence Alpes Côte d Azur en 2011, le métier d assistant de service social représente le

Plus en détail

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 PREAMBULE : OBJECTIFS DE LA CLASSIFICATION DES EMPLOIS Les Chambres

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE ACCORD DE CLASSIFICATIONS Entre les parties : La Chambre Syndicale de la Répartition Pharmaceutique - C.S.R.P., Syndicat professionnel inscrit au Registre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Développement commercial des PME de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

PLAN : Introduction. Conclusion

PLAN : Introduction. Conclusion Bilan social PLAN : Introduction 1- Définition 2-Historique 3-Objectifs 4-Contenu 5-Principaux indicateurs d un BS 6-Les étapes de réalisation d un BS 7-Exploitation & limites 8- Valorisation des tableaux

Plus en détail