Jan Fév 2014 ACTUALITÉ. NOUVEAU : dynamisez vos investissements sur les actions américaines! Dossier Central. Le match mid-caps contre large-caps

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jan Fév 2014 ACTUALITÉ. NOUVEAU : dynamisez vos investissements sur les actions américaines! Dossier Central. Le match mid-caps contre large-caps"

Transcription

1 ACTUALITÉ NOUVEAU : dynamisez vos investissements sur les actions américaines! Dossier Central Le match mid-caps contre large-caps

2 Sommaire 03 Édito 04 Agenda 07 ANALYSES Analyse stratégie 10 Analyse macro-économie 12 ACTUALITĒ 14 RECOMMANDATIONS Dossier Central 21 Avertissement

3 03 Edito Performances Redige le 7 janvier 2014 BERTRAND ALFANDARI C haque nouvelle année permet de faire un bilan, repartir sur de nouvelles bases, et prendre de nouvelles résolutions. L année 2013 a été un bon cru pour la plupart des marchés actions. A titre d exemple, le CAC 40 affiche une performance proche de 18% sur l année (hors dividendes), le plus beau parcours de l indice depuis L indice phare belge s adjuge également une progression de 18% en L Eurostoxx réalise une performance quasi identique à celle des indices français et belge. Même si les indicateurs d activité ont repris quelques forces en zone euro fin 2013, le marché français pâtit de fondamentaux jugés moins satisfaisants qu outre Rhin. La bourse allemande dont l économie est plus encline à montrer des signes de croissance durable, s adjuge une performance de 25,5% (dividendes réinvestis) grâce à un Dax qui signe de nouveaux records historiques en toute fin d année. Au-delà de la zone Euro, les grands indices internationaux enregistrent globalement de bonnes performances : entre 26 et 38% pour les indices phares américains, près de 57% pour l indice japonais et plus de 14% pour la place de Londres. En revanche, les principaux «pays émergents» n ont pas émergé en 2013 avec des performances de 9% pour le marché indien et proche de 3% pour la bourse chinoise de Hong Kong. Pour y voir plus clair dans le flot des rebondissements survenus ces 12 derniers mois, Philippe d Arvisenet, notre spécialiste des questions économiques, dresse un bilan des grandes tendances observées en 2013 et des enjeux pour 2014 (pages 6 et 7). Nathalie Benatia apporte quant à elle son expertise sur l allocation d actifs à privilégier cette année (pages 8 et 9) : faut-il rester à l écart des marchés de taux? Quelle stratégie adopter sur le marché des actions? Le dossier central de ce début d année est consacré à une analyse comparée entre les Larges Caps et les Mid Caps : comprendre les atouts et faiblesses respectifs de ces deux «styles» de valeurs afin d améliorer son approche sur le marché des actions et des produits de Bourse. Pascal Boiteau, directeur général de Portzamparc Gestion, est l un des grands experts de cette thématique d investissement. Enfin, nous continuerons cette année à vous proposer une offre de produits de Bourse encore plus complète afin de servir la majorité de vos convictions. N hésitez pas par ailleurs à vous rapprocher de votre intermédiaire financier pour avoir des précisions sur les opérations de frais de courtage réduits ou offerts sur nos produits tout au long de l année. Toute l équipe se joint à moi pour vous présenter nos meilleurs vœux de réussite pour Mode d emploi POUR Lire Le PDF INTERACTIF

4 04 Agenda 2 JANVIER Chine : PMI manufacturier à 02h00. France : PMI manufacturier à 09h50. Allemagne : PMI manufacturier à 09h55. Europe : PMI manufacturier à 10h. USA : Demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h30. Dépenses de construction et ISM manufacturier à 16h. 6 JANVIER France : PMI des services à 09h50. Allemagne : PMI des services à 09h55. Indice des prix à la consommation à 14h00. Europe : PMI des services et PMI composite à 10h. Sentix confiance des investisseurs à 10h30. USA : Commandes industrielles à 16h. 7 JANVIER France : Confiance des consommateurs à 8h45. Allemagne : Taux de chômage à 09h55. USA : Balance commerciale à 14h30. 8 JANVIER Chine : Balance commerciale. Allemagne : Balance commerciale et balance comptes courants à 08h. Europe : Taux de chômage et ventes au détail (GA) à 11h. USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. 9 JANVIER Chine : Indice des prix à la consommation à 02h30. France : Balance commerciale à 08h45. Europe : Indicateur du climat des affaires à 11h. Annonce des taux d intérêt de la BCE à 13h45. USA : Demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h JANVIER France : BDF sentiment dans les affaires à 8h30. Production manufacturière (GA) à 08h45. USA : Taux de chômage et variation des emplois non agricoles à 14h30. Chine : Indice du climat des affaires. 14 JANVIER Chine : PIB (GA) et production industrielle. France : Indice des prix à la consommation (GM) à 08h45. USA : Ventes au détail hors automobiles et indice des prix à l importation à 14h30. Stocks d entreprises à 16h. 15 JANVIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. Indice Empire Manufacturing à 14h30. Rapport de la réserve fédérale américaine (Livre Beige) à 20h. 16 JANVIER Europe : Immatriculations de voitures neuves à 08h. Indice des prix à la consommation à 11h. Allemagne : Indice des prix à la consommation à 08h USA : Demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h30. CERTIFICATS : dernier jour de cotation pour les Turbos, Cappés / Cappés + et Floorés / Floorés + sur le CAC 40 arrivant à échéance le 17 Janvier WARRANTS : dernier jour de cotation pour les Warrants sur le CAC 40 arrivant à échéance le 17 Janvier JANVIER USA : Mises en chantier et permis de construire à 14h30. Utilisation des capacités à 15h15. Indice de confiance de l université du Michigan à 15h JANVIER Europe : Confiance des consommateurs 22 JANVIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. Chine : PMI manufacturier (HSBC/Markit).

5 05 Agenda 23 JANVIER France : Confiance dans les affaires à 08h45. PMI manufacturier à 09h. Allemagne : PMI manufacturier à 09h30. Europe : PMI manufacturier à 10h. USA : Demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h30. Indicateurs avancés à 16h JANVIER France : Demandeurs d emploi à 18h. USA : Ventes de logements neufs à 16h00. Activité manufacturière de la Fed de Dallas à 16h JANVIER France : Confiance des consommateurs à 08h45. USA : Indice de confiance des consommateurs et indice manufacturier de la Fed de Richmond à 16h. 29 JANVIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. FOMC décision de la FED (taux directeurs) à 20h. 30 JANVIER Allemagne : Taux de chômage à 09h55. Europe : Indicateur du climat des affaires et confiance des consommateurs à 11h. USA : PIB (GT), demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h JANVIER Europe : Taux de chômage à 11h. USA : Consommation des ménages à 14h30. Indice des Directeurs d'achats de Chicago à 15h45. Indice de confiance de l université du Michigan à 15h55. 3 FÉVRIER Chine : PMI manufacturier (HSBC/Markit) à 02h45. USA : ISM manufacturier et dépenses de construction à 16h. 5 FÉVRIER Chine : PMI des services (HSBC/Markit) à 02h45. USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. ADP Variation de l emploi à 14h15. ISM non manufacturier composite à 16h. 6 FÉVRIER Europe : Annonce des taux d intérêt de la BCE à 13h45. USA : Balance commerciale, demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h30. 7 FÉVRIER France : Balance Commerciale à 08h45. USA : Taux de chômage à 14h FÉVRIER France : BDF sentiment des affaires à 08h FÉVRIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. 13 FÉVRIER USA : Demandes continues, ventes au détail hors automobiles et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h FÉVRIER France : PIB (GT) à 07h30. USA : Production industrielle (GM) à 15h15. Indice de confiance de l université du Michigan. 18 FÉVRIER USA : Indice Empire Manufacturing à 14h FÉVRIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h. Mises en chantier et permis de construire à 14h30.

6 06 Agenda 20 FÉVRIER France : Indice des prix à la consommation à 08h45. PMI manufacturier à 09h00. Allemagne : PMI manufacturier à 09h30. Europe : PMI manufacturier à 10h. USA : Demandes continues, et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h FÉVRIER Europe : Taux de chômage à 11h. USA : PIB annualisé (GT), indice des Directeurs d'achats de Chicago à 15h45. Indice de confiance de l université du Michigan à 15h55. CERTIFICATS : dernier jour de cotation pour les Turbos, Cappés / Cappés + et Floorés / Floorés + sur le CAC 40 arrivant à échéance le 21 Février WARRANTS : dernier jour de cotation pour les Warrants sur le CAC 40 arrivant à échéance le 21 Février FÉVRIER Chine : PMI manufacturier (HSBC/Markit). 24 FÉVRIER USA : USA : Activité manufacturière de la Fed de Dallas à 16h FÉVRIER France : Confiance dans les affaires à 08h FÉVRIER USA : MBA demandes de prêts hypothécaires à 13h00. Ventes de logements neufs à 16h00. France : Demandeurs d emploi à 18h. 27 FÉVRIER France : Confiance du consommateur à 08h45. Allemagne : Taux de chômage à 09h55. Europe : Indicateur du climat des affaires et confiance du consommateur à 11h. USA : Demandes continues et nouvelles demandes d allocations chômage à 14h30.

7 07 Analyse Stratégie Que faire en 2014? Rédigé le 30 décembre 2013 L économie sous de bons auspices L amélioration de la situation conjoncturelle un peu partout dans le monde se confirme. Les indices d activité manufacturière se sont redressés ; la zone euro est bel et bien sortie de récession même si le rythme de croissance reste limité et le commerce mondial se renforce graduellement. Ces éléments devraient être positifs pour les pays émergents dans un contexte où l économie américaine se maintient à son rythme de croisière de 2 % à 2,5 % observé depuis la fin de la récession, il y a plus de quatre ans. En particulier, elle semble avoir surmonté les conséquences de la fermeture temporaire des services fédéraux en octobre pour cause d impasse budgétaire au Congrès. Le compromis trouvé en décembre à Washington éloigne les risques d un nouvel épisode de ce genre mais ne résout pas le problème du plafond de la dette, qui devra être à nouveau relevé avant le printemps. Parallèlement, les Banques centrales ont continué à jouer un rôle capital. Les anticipations des ajustements des achats de titres par la Réserve fédérale américaine (Fed) ont été au centre des préoccupations et expliquent une grande partie des récents mouvements des actifs financiers. En décembre, la Fed a finalement annoncé NATHALIE BENATIA Stratégiste chez BNP Paribas Investment Partners qu elle allait modestement réduire ces achats (de 85 à 75 milliards de dollars par mois) pour prendre en compte l amélioration conjoncturelle. Elle a surtout indiqué que le taux des fonds fédéraux serait maintenu proche de zéro «bien après le passage du taux de chômage sous 6,5 %», ce qui constitue un message fort et présente l avantage de laisser plus de liberté dans la conduite de la politique monétaire qu en indiquant un nouveau seuil alors que le taux de chômage s est établi à 7 % en novembre. De son côté, la BCE, après avoir baissé ses taux directeurs en novembre, a réaffirmé son engagement à les maintenir bas pour une période prolongée mais semble toujours hésiter à mettre en œuvre des mesures non conventionnelles plus drastiques malgré le faible niveau d inflation dans la zone euro. Il faudra pourtant continuer à soutenir une reprise très modeste, inégale selon les pays et toujours marquée par une contraction du crédit au secteur privé. L année prochaine devrait voir la combinaison d une croissance mondiale un peu plus soutenue et de politiques monétaires toujours très accommodantes dans les pays du G3. Un tel cocktail est a priori positif pour les actifs risqués mais rien n est simple.

8 08 Analyse Stratégie «Faites vos jeux» Sous l influence de la liquidité injectée par les Banques centrales ces dernières années, la Bourse a paru s apparenter parfois aux casinos auxquels ses détracteurs la comparent. Dit d une autre façon probablement plus pertinente l analyse des fondamentaux ne semble pas avoir beaucoup joué dans les décisions d investissement des derniers mois comme en témoigne la surévaluation des actions, en particulier sur le marché américain. Faut-il pour autant parler de bulle? Non, parce que cette survalorisation reste limitée (de l ordre de 10 % pour le S&P 500) et que cette évolution est aussi liée à la normalisation financière. Les Banques centrales n ont pas pour vocation à alimenter la hausse des actions mais à assurer des conditions financières apaisées à l ensemble des agents économiques. Dans un tel environnement, la visibilité pour les entreprises est meilleure et incite les investisseurs à s engager sur le marché. Par ailleurs, la Grande Récession a laissé dans bon nombre de pays développés un taux de chômage encore élevé et un marché du travail moins favorable aux salariés. Aux États-Unis par exemple, les salaires augmentent d à peine 4 % en valeur nominale depuis deux ans, alors que l emploi a progressé de 1,5 % en moyenne sur la période. Lors de la phase équivalente de la reprise précédente, la hausse des salaires s était faite au rythme de près de 6 % par an. Dans la zone euro, plusieurs pays périphériques (dont l Espagne) se sont lancés dans une recherche de la compétitivité qui passe par la baisse des coûts salariaux. Cet environnement, s il peut pénaliser la demande interne, permet le maintien de solides marges pour les entreprises. En 2014, la conjonction d une croissance économique raisonnable et de la poursuite du contrôle des [Image to be update] coûts devrait assurer des perspectives bénéficiaires en hausse, surtout pour les entreprises dont l activité est fortement liée à la demande externe. Tout va donc pour le mieux? Pas tout à fait. Tout d abord, la progression des résultats des entreprises devrait rester modeste. Ensuite, comme souligné plus haut, les valorisations sont un peu tendues et la réaction des investisseurs aux ajustements de la politique monétaire quantitative de la Fed est encore incertaine. Ils peuvent choisir de s attacher au message de taux bas pour longtemps (qui est un engagement fort) ou au contraire se concentrer sur ces ajustements. L absence de risque inflationniste compte tenu des importantes capacités excédentaires (taux de chômage très élevé dans la zone euro et toujours bien supérieur à son niveau d équilibre aux États-Unis) pourrait convaincre les investisseurs de prendre leurs

9 Analyse Stratégie décisions plutôt en fonction de la politique monétaire traditionnelle, à savoir les taux directeurs. Cette hypothèse serait bien sûr très favorable mais, à court terme, la volatilité et la nervosité risquent de caractériser les échanges. Faut-il rester à l écart des marchés de taux? Cette nervosité ira de pair avec une aversion pour le risque et pourrait inciter les investisseurs à se reporter ponctuellement sur les obligations gouvernementales. Toutefois, même si nous pensons que les tensions sur les taux longs resteront limitées à partir des niveaux actuels (en particulier dans la zone euro en raison d une croissance et d une inflation faibles), le rendement total (en incluant le versement des coupons et le portage) sera lui aussi modeste. Dans ce contexte, il nous paraît plus opportun de prendre en compte notre hypothèse centrale d une réaction «raisonnable» des investisseurs à la normalisation très graduelle de la politique monétaire de la Fed en nous positionnant sur des actifs a priori sensibles à l évolution des taux. Par exemple, nous maintenons notre surexposition aux Sociétés d Investissement immobilier cotées (SIIC) américaines qui devraient bénéficier tout à la fois des fondamentaux désormais assainis du secteur de l immobilier et de leur caractère d actifs à haut revenu. La recherche du rendement par les investisseurs devrait également renforcer l attrait du crédit à haut rendement européen. Le «High Yield» européen, où les spreads paraissent moins resserrés que sur le crédit de qualité, devrait bénéficier par ailleurs de solides fondamentaux (poursuite du désendettement, taux de défaut bas). Compte tenu du faible coût de la dette, les sociétés non financières paraissent en mesure d absorber sans trop de difficultés une remontée modérée du taux des obligations d État. Nous conservons aussi une exposition à la dette émergente en dollars, en privilégiant la sélectivité entre émetteurs. Depuis quelques mois, les spreads sur la dette émergente sont pratiquement stables mais les actifs «équivalents» (crédit) ont continué à performer. De ce fait, la valorisation relative de l indice EMBI s est améliorée tandis que les fondamentaux (endettement public) restent favorables pour les émergents dans leur ensemble. Toutefois, une certaine volatilité risque de se manifester à l occasion d une réduction du QE (assouplissement quantitatif) américain et les pays qui présentent des déséquilibres (inflation, déficit courant) seraient alors délaissés par les investisseurs. >> volatilité : mesure de l'ampleur des variations du cours d'un actif financier >> spreads : écart de taux d ordinaire avec celui des fonds d État Principales positions ACTIONS Position USA = Grandes capitalisations - Petites capitalisations + Immobilier coté + EUROPE + Grandes capitalisations + Petites capitalisations = Immobilier coté = JAPON = Emergents + TAUX Obligations d'etat = Crédit IG = Crédit HY + Dette émergente USD + MATIERES PREMIERES = MONETAIRES - 09

10 10 Analyse Macro-Économie Quels sont les enjeux de 2014? Rédigé le 23 décembre 2013 PHILIPPE D ARVISENET Conseiller de la Direction Générale BNP Paribas A Aux États-Unis, le maintien de conditions financières accommodantes et un ciel budgétaire qui se dégage, contribuent à une amélioration de de la confiance. Les indicateurs conjoncturels demeurent très bien orientés au tournant La politique budgétaire sera moins restrictive avec une contraction du déficit de 2,1 points de PIB en contre 3,1 sur les deux exercices précédents. La croissance devrait casser le seuil des 2% pour atteindre 2,4%, voire plus. Malgré les progrès récents, la situation du marché de l emploi est loin d être rétablie, trois millions d emplois perdus depuis la crise n ont pas été retrouvés. Compte tenu d une inflation bien inférieure à la cible de 2% (la hausse du déflateur de la consommation, la mesure préférée de la Fed est tombée à 0,9% fin 2013), la modération des achats d actifs par la Fed sera très progressive et susceptible de modulation en fonction des développements. Dans la zone euro, la croissance sera très modeste, de 1% au mieux. Sur le plan budgétaire la priorité restera à une consolidation modérée, le ratio d endettement n étant pas stabilisé. Les politiques de redressement de la compétitivité pèsent sur les salaires. Les sources d incertitude sont nombreuses. Le «tapering» de la Fed ne peut être favorable aux taux longs européens. La distribution du crédit, notamment aux PME, reste handicapée. Les exigences de la réglementation (Bale 3) en matière de fonds propres et de liquidité freinent le crédit, tout comme la montée des créances douteuses dans les pays de la périphérie. Les progrès réalisés, avec la mise en place de l Union Bancaire, vont conduire à un examen des bilans par la BCE, suivi de stress tests, ce qui ne peut qu entretenir la prudence. Avec des perspectives d une inflation très modérée, de l ordre de 1 %, à comparer à un objectif de 2%, la politique monétaire restera très accommodante, plusieurs types de mesures sont envisageables: une nouvelle baisse du taux refi en deçà de 0,25%, le passage de la rémunération des réserves bancaires en territoire négatif, une nouvelle injection de liquidité à long terme assortie d un dispositif d incitation au crédit en faveur des PME, un renforcement de la «forward guidance». Le passage au «quantitative easing» par achat de titres est moins vraisemblable. Au Japon, l activité sera affectée par le relèvement de 3 points du taux de TVA en avril. La politique monétaire pourrait être appelée à devenir plus accommodante, en cas de tensions sur les taux, compte tenu de leurs conséquences sur la charge de la dette publique (230% du PIB) et sur les banques et institutionnels qui disposent d importants

11 Analyse Macro-Économie 11 portefeuilles obligataires. Le vieillissement va de pair avec une baisse de l épargne. Si celleci devait conduire à un déficit courant, les investisseurs étrangers appelés à le financer ne se conteraient pas de taux aussi bas que les taux actuels. Au Brésil, la croissance a été décevante en 2013 et le sera de nouveau en 2014 (2%). L atonie de l investissement a freiné les gains de productivité, la faiblesse du taux de chômage a débouché sur une hausse des salaires réels qui soutient la consommation. Les autorités sont confrontées à un dilemme entre soutien à la croissance et lutte contre une inflation qui dépasse 6%. Cela peut conduire à plus de modération dans le resserrement, les taux de la banque du Brésil s élèveraient alors à 10,75-11% fin Ce contexte pourrait provoquer de nouvelles sorties de capitaux. En Chine, la croissance a finalement respecté l objectif officiel de 7,5% en 2013, elle devrait rester quasi identique en Elle bénéficiera d allègements fiscaux et de dépenses d infrastructures. Les autorités ont le souci d améliorer l allocation des ressources en donnant une plus grande place aux mécanismes de marché dans la fixation des prix et le foncier, en assouplissant les conditions de migrations internes, en libéralisant le marché financier et en favorisant la consommation. Ces réformes devraient éviter un atterrissage brutal qui pourrait résulter des excès d investissement. En Inde, la croissance est stimulée par le commerce extérieur en raison de l atonie de la demande interne et d exportations favorisées par la dépréciation de la Roupie. Les indicateurs conjoncturels (PMI) sont mieux orientés et conduisent à attendre une légère accélération de la croissance (4,8% en 2014 contre 4,5% en 2013). L économie indienne reste handicapée par un déficit public de plus de 7 points de PIB et une inflation résistante, dépassant 6%, alimentée par la dépréciation de la monnaie indienne (- 12% contre dollar en 2013). La Reserve Bank of India pourrait relever son taux repo de 7,75% fin 2013 à 8,5% fin >> taux refi : aussi appelé taux repo, c'est le principal taux directeur des banques centrales >> forward guidance : informations visant à guider les anticipations des investisseurs

12 12 ACTUALITÉ NOUVEAU : dynamisez vos investissements sur les actions américaines! Produits présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance De nouveaux sous-jacents sont désormais disponibles dans la gamme Turbos et Turbos Infinis proposée par BNP Paribas : Facebook, Apple, McDonald s, Amazon, Dynamisez vos investissements sur les actions américaines avec les nouveaux Turbos et Turbos Infinis BNP Paribas! Fonctionnement des Turbos et des Turbos Infinis Les Turbos et les Turbos infinis sont des produits de levier permettant de prendre position à la hausse (Turbo Call ou Turbo Call Infini) ou à la baisse (Turbo Put ou Turbo Put Infini) sur un actif sous-jacent. L effet de levier fonctionnant à la hausse comme à la baisse, celui-ci peut être favorable ou défavorable à l investisseur. Ils sont caractérisés par une Barrière Désactivante (appelée Seuil de Sécurité pour un Turbo Infini) et un Prix d Exercice (ou Niveau de Financement pour un Turbo Infini) fixés par l émetteur à l émission. Dans le cas d un Turbo Infini, le Niveau de Financement et le Seuil de Sécurité évoluent chaque jour en fonction d un coût de financement. Lorsque le sous-jacent atteint ou franchit la Barrière Désactivante (ou Seuil de Sécurité pour un Turbo Infini), le produit expire et l investisseur peut perdre tout ou partie du montant initialement investi. Le Prix d Exercice (ou Niveau de Financement pour un Turbo Infini) est la caractéristique principale d un Turbo. Il permet de déterminer le prix du produit. La différence principale entre un Turbo et un Turbo Infini est qu un Turbo infini, contrairement à un Turbo, n a pas de date d échéance (1). L'investisseur peut rester positionné sur ce dernier aussi longtemps qu'il le souhaite (2). Pour plus d informations : Consulter la brochure Turbos Consulter la brochure Turbos Infinis Des produits sensibles aux taux de change /$ Le prix d un Turbo Infini Call (3) se calcule de la manière suivante : Cours du sous-jacent Prix d Exercice Parité (4) (x taux de change, si nécessaire) Les Turbos ou Turbos infinis indexés sur des actions américaines sont sensibles aux fluctuations du taux de change. En effet, le prix du produit est libellé en euro alors que le sous-jacent est libellé en dollar. Exemple : un Turbo indexé sur l action Apple pourra profiter d une éventuelle évolution favorable du dollar par rapport à l euro ; à l inverse, ce même Turbo pourra être négativement impacté par une baisse du dollar face à l euro. (1) Il existe une possibilité de remboursement anticipé au gré de l émetteur sous réserve d un préavis de 10 jours. (2) Tant que la Barrière Désactivante n a pas été touchée. (3) Pour le prix d un Turbo Call s ajoute une prime constituée par le taux d intérêt, les dividendes anticipés et la prime liée au risque de gap. (4) La parité correspond au nombre de certificats nécessaires pour acquérir une unité du sous-jacent. (5) Dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique

13 13 ACTUALITÉ Des horaires de cotation élargis Les Turbos ou Turbos Infinis indexés sur des actions américaines ont des horaires de cotation élargis et cotent de 8h à 18h30 (4) (heure de Paris) Bien qu élargis, les horaires de cotation sont différents de ceux de l action. La Barrière Désactivante (ou le Seuil de Sécurité) peut être touché(e) en dehors des horaires de cotation du produit. Il peut donc arriver qu un Turbo (ou un Turbo Infini) soit désactivé alors qu il n est pas possible de le négocier. Exemple : un Turbo indexé sur une action américaine cotant à New-York est donc susceptible d être désactivé entre 18h30 et la clôture du marché américain alors qu il n est pas possible de le négocier à ce moment-là sur le marché français. 16 nouvelles actions américaines sous-jacentes disponibles! Nouvelles actions sous-jacentes américaines disponibles Turbos Turbos Infinis Apple, Facebook, Cisco, McDonald's, Google, Amazon et IBM Apple, Facebook, Berkshire Hathaway, Amazon, Google, McDonald's, General Electric, Cisco, WalMart, IBM, Yahoo, Intel, Mastercard, Visa, Exxon et Coca Cola Consultez l ensemble de la gamme de Turbos et Turbos Infinis en quelques secondes grâce à la Turbo Map Produits présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance, émis par BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. (véhicule d émission dédié de droit néerlandais). Les Turbos et les Turbos Infinis s adressent à des spécialistes et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. En raison de leur nature, les Turbos peuvent être sujets à d importantes fluctuations de cours, qui peuvent, en fonction de l évolution des sous-jacents, se traduire par une perte partielle ou intégrale du montant investi. Les Turbos et les Turbos Infinis offrent un effet de levier important qui amplifie la performance de l actif sous-jacent à la hausse comme à la baisse, ce qui peut être favorable ou défavorable à l investisseur. BNP Paribas attire l attention du public sur les facteurs de risque figurant dans la documentation juridique des Turbos. Les supports d information sont notamment consultables sur le site internet et sont disponibles gratuitement sur simple demande adressée à BNP Paribas Warrants & Certificats, 20 boulevard des Italiens, Paris.

14 Recommandations RECO CAC40 Redige le 27 décembre 2013 Légende du graphique : Type : ligne journalier Traits verts : objectifs Trait bleu : stop-loss Traits rouge : objectifs alternatifs Courbe bleue : moyenne mobile à 100 jours Courbe rouge : moyenne mobile à 50 jours Analyse fondamentale Faible visibilité Après une longue consolidation horizontale sur des niveaux oubliés depuis 2008, le CAC40 s'est finalement décidé à refluer dans la zone des points, sur des prises de bénéfices légitimes après un exercice boursier de bonne qualité en Un retracement sans casse technique pour le moment, qui a permis aux plus gros dossiers de la place de souffler plutôt sainement. Reste à savoir si les appuis retrouvés par le marché seront assez solides pour construire une nouvelle phase de hausse, au moment où les doutes sur la croissance européenne restent forts pour Aux États-Unis, la sortie progressive de la politique "ultra-accommodante" de la Réserve Fédérale a été amorcée avec la plus grande prudence de la part du comité monétaire américain pour ne pas risquer de déstabiliser les marchés financiers, y compris du côté des pays émergents où certaines économies continuent de montrer des signes de grande fébrilité comme au Brésil ou en Inde. Autant dire que l'exercice 2014 commence avec une visibilité plutôt limitée! Analyse technique Consolidation court terme en cours Malgré le récent rebond technique, la configuration de l indice parisien est mitigée. Ainsi, le CAC40 continue d évoluer au sein d une zone latérale de consolidation sans réelle tendance au sein d un canal haussier de moyen terme. Le trou de cotation haussier ouvert le 19 décembre a permis d engager un rebond technique mais les cours restent coiffés par les anciens sommets de novembre autour de points. Le RSI journalier reste coiffé par une oblique baissière, preuve que la reprise reste fragile. Par ailleurs, la moyenne mobile à 50 jours s est retournée à la baisse et plaide ainsi pour le maintien d une phase de neutralité à court terme. A moyen terme, l indice parisien reste dans une tendance positive mais devrait évoluer à court terme sans tendance entre deux bornes situées à et points. Seule la cassure des ou le dépassement des points permettrait de retrouver un consensus clair. Le CAC40 viserait alors la zone de support des ou la zone de résistance des points respectivement. STRATÉGIE LEVIER : Le Cappé+ "W596B" peut servir vos anticipations haussières sur le CAC 40. Le Flooré + "W587B" constitue lui une protection adéquate pour couvrir son portefeuille contre une éventuelle baisse de l'indice parisien. Sélection de Produits de Bourse (Cours du CAC 40 au 3 janvier 2014 : points) Type Mnémo Prix d'exercice Cours Elasticité Échéance WARRANT Call M452B ,83 12,34% 21 mars 2014 Put K426B ,90 10,43% 21 mars 2014 Type Mnémo Borne Basse Borne Haute Cours Échéance Cappé (+) Flooré (+) Cappé + Cappé + Flooré + Flooré + H770B H769B H776B H777B ,40 189,00 162,20 179,10 21 mars mars mars mars 2014 Sélection effectuée par BNP Paribas. Les recommandations sur actions ont été rédigées par Boursier.com. Les analyses graphiques et techniques ont été réalisées par Chart s. La responsabilité de BNP Paribas ne saurait être recherchée ou engagée du fait des prises de position, sous quelque forme que ce soit, des analystes financiers de Boursier.com et de Chart s, leurs prises de position n engageant qu eux. 14

15 Recommandations RECO S&P 500 Redige le 27 décembre 2013 Légende du graphique : Type : ligne journalier Trait vert : objectifs Trait bleu : stop Traits rouges : objectifs alternatifs Courbe rouge : moyenne mobile à 50 jours Courbe bleue: moyenne mobile à 100 jours Analyse fondamentale Essai à transformer Le pilotage monétaire «cousu main» de la part de la Réserve Fédérale a permis à l'indice S&P 500 de terminer l'année proche de ses sommets, sur les points. Cela veut-dire que le cru boursier 2013 s'est soldé par un gain remarquable qui frôle les 30% à Wall Street, passant outre les aléas financiers qui n'auront finalement pas trop déstabilisé le marché qui aura surmonté sans trop de casse 16 jours de «shutdown» budgétaire aux États-Unis et quelques frayeurs monétaires en vue de la sortie avérée de la politique ultra-généreuse de la banque centrale américaine. Cette profusion de liquidités aura eu le mérite d'alimenter un flot non-stop d'introductions en Bourse aux États- Unis. Mais aussi de gonfler quelques bulles autour de dossiers à la mode comme Twitter, dont l'arrivée en trombe à Wall Street a de quoi faire des jaloux de ce côté-ci de l'atlantique devra désormais transformer l'essai avec un changement de présidence planifié au sommet de la Fed et quelques rendez-vous budgétaires encore hasardeux, malgré les derniers accords politiques de circonstance conclus à Washington. Analyse technique La tendance reste haussière D un point de vue graphique, l indice le plus représentatif du marché boursier américain, le S&P500, se maintient dans une configuration haussière à moyen terme. En effet, tant que les cours se maintiennent au-dessus de la zone de support à points, la définition de tendance haussière au sens de Charles Dow (sommets et creux supérieurs aux précédents) n est pas invalidée. Du coté des indicateurs techniques, la moyenne mobile à 100 jours actuellement autour des points continue de jouer son rôle de support. En conclusion, le biais reste haussier en direction des 1 860, 1 890, voire des points en extension. Seule une clôture sous les points validerait un retournement de tendance en direction des points et des points. STRATÉGIE LEVIER : Le Warrant Call «N474B» permet de vous exposer à la potentielle hausse de l'indice américain. Sélection de Produits de Bourse (Cours du S&P 500 au 3 janvier 2013 : 1834,09 points) Type Mnémo Prix d'exercice Cours Elasticité Échéance WARRANT Call N474B 1, % 20 juin 2014 Sélection effectuée par BNP Paribas. Les recommandations sur actions ont été rédigées par Boursier.com. Les analyses graphiques et techniques ont été réalisées par Chart s. La responsabilité de BNP Paribas ne saurait être recherchée ou engagée du fait des prises de position, sous quelque forme que ce soit, des analystes financiers de Boursier.com et de Chart s, leurs prises de position n engageant qu eux. 15

16 16 Dossier Central Le match mid-caps contre large-caps Rédigé part Franck Pauly, journaliste 2014 devrait être l'année du stock-picking : la sélectivité sera le maître mot. Mais faut-il investir avec des produits de Bourse sur les mid-caps ou sur les large-caps? Tour d'horizon des avantages de chacune de ces catégories. La confiance est largement revenue sur les marchés. L aversion au risque a reculé : cela pourrait profiter aux valeurs moyennes, réputées plus risquées que leurs grandes sœurs. Il existe certes de belles opportunités sur les mid-caps, mais les grandes valeurs, bien connues, rassurantes et ayant souvent un rôle de fond de portefeuille ont aussi leur charme. «Après avoir été quelque peu délaissées, les actions européennes bénéficient actuellement d un regain d intérêt qui devrait perdurer sur fonds de résolution progressive de la crise de la dette souveraine», estiment les analystes de Barings. «Les petites et moyennes capitalisations européennes devraient naturellement en profiter et continuer à sur-performer les grandes capitalisations comme elles le font historiquement en marché haussier», poursuivent-ils. 1 - Visibilité sur les résultats : avantage large caps Les grandes valeurs bénéficient souvent d'un historique de performance plus long que les valeurs moyennes. Avec des marques bien connues, qui ont fait leur preuve sur de nombreuses années, elles peuvent être rassurantes. Elles sont indéniablement plus faciles d'accès que les mid-caps, disposant de moins de visibilité et d'un moindre flux d'informations. Cela dit, les mid-caps moins suivies et analysées que les grandes valeurs recèlent, pour cette raison, de véritable «pépites» que vous pouvez dénicher, recelant cette «valeur» que le marché n'a pas encore identifiée. Mais le travail de sélection peut s'avérer laborieux et difficile. Souvent dotées d'un capital familial, ces sociétés sont dès lors gérées en «bon père de famille». Votre capacité de choix est très large : l'offre de Warrants et de Certificats est très abondante sur les large caps, mais également sur les mid-caps chez BNP Paribas produits de Bourse. L'avis de l'expert : Pascal Boiteau, Directeur Général de Portzamparc. Franck Pauly : Quels sont les forces et faiblesses des mids et des larges-caps en termes de lisibilité sur les résultats? Pascal Boiteau : «Les petites et moyennes valeurs sont souvent des entreprises ayant une expertise forte sur un métier et offrant par conséquent une meilleure lisibilité par rapport à l'environnement macro-économique. En phase de reprise, ou d'accélération de la croissance économique, les petites et moyennes valeurs sont bien souvent les premières à en profiter. Depuis 3 ans, l'horizon est fortement obscurci. C'est pourquoi, le fort rebond des marchés, tient plus à

17 17 Dossier Central l'appréciation des multiples, liée notamment à l'action de la BCE dans la zone euro, qu'à la dynamique bénéficiaire des entreprises. Désormais, la poursuite de la hausse des marchés financiers dépendra principalement de la croissance à venir des résultats : 2014 sera l'année du "stock picking". L'Europe est plus cyclique que les États-Unis. En Europe, l'environnement s'améliore mais reste ténu, et encore bien fragile.» 2 Adaptabilité, souplesse : match nul Les équipes et les sites de production d'une PME sont évidemment bien moins importants que ceux d'une multinationale. En termes de capacité d'adaptation à tout changement de l'environnement, les mid-caps bénéficient donc d'un avantage car les procédures sont moins lourdes. Par ailleurs, comme le note Pascal Boiteau, les mid-caps sont très souvent en phase de croissance. Ce qui la aussi, implique beaucoup de souplesse. Et souvent des bénéfices et des cours en croissance eux aussi... En termes de réactivité, les produits de Bourse extrêmement liquides et négociables en temps réels permettent de réagir immédiatement à une nouvelle concernant par exemple les résultats ou l'activité d'une société en investissant sur le support que vous jugez le plus adapté. L'avis de l'expert FP : Quels sont leurs avantages relatifs en termes d'adaptabilité et de souplesse de l exploitation? PB : «Dans les périodes de récession ou de décroissance économique, les petites et moyennes entreprises en subissent plus les contrecoups que leurs grandes sœurs de la côte. Si elles résistent dans un premier temps en bourse, elles baissent plus sensiblement par la suite, lorsque l'incertitude demeure, en raison notamment d'une liquidité plus étroite. Mais plus généralement les petites et moyennes valeurs enregistrent une progression supérieure aux grandes capitalisations dans les périodes de hausse des marchés, comme en témoigne les années antérieures. Les processus de décision, au sein des entreprises de taille réduite est beaucoup plus court que dans les grandes structures. L'information circule plus rapidement. Les mid-caps, c'est de la Bourse à une échelle plus humaine.» 3 Couple rendement-risque : avantage mid-caps Outre la sur-performance espérée sur les mid-caps, les produits de Bourse liés à ces valeurs vous offre une opportunité de diversification non négligeable, car tous les secteurs imaginables - y compris les plus pointus, dans les technologiques par exemple - sont représentés dans la population des mid-caps. Surtout, contrairement à ce que l'on pourrait penser, comme le souligne Pascal Boiteau, elles offrent d'ordinaire une moindre volatilité. Et cela est particulièrement important pour choisir un produit de bourse adapté. Autre avantage : le risque de faible liquidité sur une mid-cap détenue en direct est nettement moins présent avec un investissement via un produit de bourse, car l'émetteur assure une fonction d'animateur de marché visant à assurer la liquidité du produit à tout moment.

18 18 Dossier Central Par ailleurs, les ordres peuvent être «limités» (maximum pour un achat et minium pour une vente) ou bien «stop» impliquant aussi des limites. Les valeurs du CAC Mid & Small affichent encore une décote de l ordre de 50% (en Valeur d Entreprise/Chiffre d'affaires) par rapport à leur plus hauts de Ces valeurs sur-performent souvent les «blue chips» : sur les 11 dernières années, les indices valeurs moyennes ont surperformé 8 fois le CAC 40. L'avis de l'expert FP : Comment se comparent les deux groupes de sociétés en termes de couple-rendement risque? PB : «Un investissement sur une petite ou moyenne valeur est un investissement sur les fondamentaux de l'entreprise, dans le sens où cet investissement est rarement pollué par toutes sortes de produits dérivés. Le risque pris par l'investisseur est celui de l'entreprise et beaucoup moins celui du marché. Par conséquent la dynamique bénéficiaire de l'entreprise prend toute son importance. Ces sociétés sont naturellement orientées vers la croissance, d'une manière générale. Elles affichent un niveau de valorisation, mesuré par le PER, supérieur à celui des grandes valeurs de la cote, mais leur croissance bénéficiaire est significativement plus élevée. En revanche, selon d'autres critères de valorisation (cours/cash flow, cours/fonds propres), cette différence est bien moindre, voire inférieure. En tout état de cause, une entreprise de taille petite ou moyenne est très souvent et avant tout une "belle histoire". Il ne s'agit pas d'investir sur un titre mais sur une histoire racontée par une entreprise. Autre point à noter : la volatilité des petites et moyennes valeurs est inférieure à celle des grandes capitalisations, car les arbitrages sont plus rapides et aisés sur les grandes valeurs. Par ailleurs, le compartiment des petites et moyennes valeurs comporte peu de sociétés financières ou de services publics, secteurs particulièrement capitalistiques. Le parcours de ces titres en bourse est déjà impressionnant. Estce déjà la fin? Il faudra être certainement particulièrement sélectif dans le choix de ses investissements.» 4 Globalisation : match nul Les mid-caps sont souvent positionnées sur des marchés de niche : c'est en partie ce qui créé leur charme et leur spécificité intéressante en Bourse, car ce sont souvent des sociétés uniques. Sans être un géant, une société peut toutefois ainsi s'imposer sur différents continents grâce à la grande spécificité de ses produits. Ces valeurs moyennes orientées vers la croissance auront l'opportunité de tirer parti de l amélioration de la croissance mondiale. Cela dit, une plus petite société, avec un capital limité, peut aussi avoir des difficultés à pénétrer des marchés lointains. Les grands groupes bénéficient indéniablement d'un avantage au niveau de la globalisation des échanges, précisément à cause... de leur taille mondiale. Et de leur omniprésence sur la planète qui leur offre de nombreuses synergies et opportunités. Elles profiteront aussi du redémarrage de l'économie mondiale. L'avis de l'expert FP : A qui profite le plus la globalisation?

19 19 Dossier Central PB : «La globalisation n'est pas toujours un gage de réussite : LVMH profite de la montée du luxe dans le monde, mais sa performance est négative, d'environ 6% sur un an. Cela dit, les grandes valeurs internationalement implantées ont davantage de marge de manœuvre pour lisser leurs résultats selon les différentes tendances macroéconomiques des pays dans lesquels elles sont présentes. Les entreprises de taille plus modeste sont plus sensibles à un retournement de conjoncture, où à un produit qui ne marche pas. Mais une de leur force réside dans cette capacité à faire face rapidement et avec efficacité à un environnement plus difficile.» 5 Momentum : avantage mid-caps Les mid-caps réputées plus risquées que les large-caps ont été quelque peu délaissées, à cause de l'aversion au risque qui a été importante depuis plusieurs années. Mais elles devraient revenir sous les feux de la rampe avec le lancement en début d'année de nouveaux supports dédiés aux actions notamment des PME et des ETI. L'arrivée du PEA-PME et des nouveaux contrats d'assurance vie «Euro croissance» début 2014, alors que le plafond des PEA sera sensiblement relevé, devraient en effet soutenir l'intérêt pour les mid-caps. Mais attention, cela n'a pas échappé aux professionnels qui ont souvent peaufiné des fonds spécialisés sur les PME... ce qui a eu pour conséquence de tirer les cours vers le haut. De fait, 71% des sociétés de gestion comptent lancer une offre de fonds PEA-PME, 15% comptent même en lancer plusieurs, selon une enquête récente de Morningstar. L'attitude des entrepreneurs et des sociétés de taille moyenne face à la Bourse est d'ailleurs en pleine évolution. Les introductions sont reparties de plus belle depuis quelques mois, avec quelques beaux parcours lors des premières cotations. L'avis de l'expert FP : Qui va le mieux tirer parti du momentum, du flux d'information? PB : «Le gouvernement attend environ 2 milliards d'euros d'argent frais drainé vers les petites et moyennes valeurs grâce au lancement du nouveau PEA-PME : il vaut donc mieux être investi dès maintenant. Les sociétés de gestion, nous y compris, ont déjà pris les devants dès que la réflexion sur le PEA-PME a été engagée. Notre fonds Portzamparc PME respecte d'ores et déjà les critères de ce nouveau dispositif.»

20 20 Dossier Central Bon à savoir Warrants & Turbos sur large ou mid-caps BNP Paribas est l émetteur français le plus actif en termes de sous-jacents couverts via les produits de levier comme les Warrants et les Turbos. Un investisseur actif souhaitant prendre du levier trouvera donc aisément un Turbo ou un Warrant aussi bien sur une grande valeur (française, européenne, américaine, ) que sur une valeur moyenne (essentiellement française). BNP Paribas Produits de Bourse offre une gamme de plus de 1100 Warrants sur 170 actions différentes et près de 1200 Turbos et Turbos Infinis sur 110 actions sous-jacentes. Une fois votre conviction faite sur une action (large ou mid-cap), vous retrouverez une gamme de produits de levier (Warrants et Turbos) avec de nombreux produits adaptés ; il faudra alors choisir le «bon» produit avec l échéance, le prix d exercice et le levier qui serviront au mieux votre stratégie. Sur les Large Caps, l offre de BNP Paribas est plus étoffée car ces actions bénéficient d une grande liquidité, ce qui est un critère essentiel dans le cadre des différentes émissions de Turbos et de Warrants. On ne peut en effet émettre que sur des actions dont la liquidité quotidienne est suffisante. C est la raison pour laquelle nous n avons pas de produits de levier sur les small-caps. Sur les valeurs moyennes, même si l offre de produits de levier est large, elle est moins diversifiée que sur les grandes capitalisations. En outre, nous couvrons essentiellement les valeurs moyennes françaises. A retenir : il faut regarder attentivement la volatilité implicite sur l action sous-jacente de votre produit de Bourse. Si celle-ci est faible, vous pourrez alors : Privilégier un Warrant si vous connaissez bien son mécanisme et envisagez une hausse de la volatilité implicite sur l action sous-jacente. Un Warrant permettra en outre d éviter la barrière désactivante qu on retrouve dans un Turbo. Privilégier un Turbo si vous ne connaissez pas bien les warrants et/ou si vous redoutez une baisse de la volatilité implicite de l action sous-jacente. Avec une barrière désactivante suffisamment éloignée, le Turbo peut s avérer plus judicieux sur le moyen terme. Mais attention à bien regarder les niveaux de volatilité car une mid-cap pourra avoir plus de nervosité dans son évolution qu une large-cap. Enfin, le niveau de risque d un investissement sur un produit de levier indexé sur une grande valeur ou une valeur moyenne doit être considéré en fonction de l effet de levier dudit produit mais aussi de la volatilité de l action sous-jacente. Un produit de bourse avec un levier de 6x sur grande valeur ayant une volatilité implicite de 18% peut être moins risqué qu un autre disposant d un levier de 4x mais indexé sur une valeur moyenne ayant une volatilité implicite de 40%.

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions!

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions! LES TURBOS Investir avec du levier sur les indices et les actions! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Certificats BONUS CAPPÉS

Certificats BONUS CAPPÉS Certificats BONUS CAPPÉS Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! Produits non garantis en capital, non éligibles au PEA www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 Les intervenants : Florent Dimitriou ING Direct Responsable produit Bourse et Fonds Sébastien David Société Générale Responsable Relations Investisseurs

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur l indice CAC 40 Même dans un contexte de

Plus en détail

Les TURBOS. Division (12pt)

Les TURBOS. Division (12pt) Les TURBOS Division (12pt) Le prospectus d émission des certificats TURBOS a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 3 mai 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi sous

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu).

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). EXCLUSIVITÉ UNICREDIT! Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). De 8h00 à 18h30, le potentiel des prix et de la liquidité*. CES PRODUITS SONT DESTINÉS À DES INVESTISSEURS AVERTIS. PRODUITS

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Les certificats Leverage et Short

Les certificats Leverage et Short Les certificats Leverage et Short Produits présentant des risques de perte en capital Le prospectus d'émission des certificats Leverage et Short a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand. Les titres

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

N 05. Le magazine de l actualité boursière. fiche pédagogique. Nov - Dec 2013. Bientôt sur vos écrans

N 05. Le magazine de l actualité boursière. fiche pédagogique. Nov - Dec 2013. Bientôt sur vos écrans Le magazine de l actualité boursière N 05 ACUTALITĒ Bientôt sur vos écrans fiche pédagogique TURBOS INFINIS BEST : dynamiser ses investissements sans limite de temps(1) sur les grands indices européens

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier 100% garanti en capital à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans Moteur automobile à deux-temps 189 Karl

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Commerzbank AG Certificats Factors

Commerzbank AG Certificats Factors Commerzbank AG Certificats Factors Corporates & Markets Produits présentant un risque de perte en capital. Les instruments dérivés présentés sont soumis à des risques (voir les facteurs de risque sur la

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions»

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» TOTAL RENDEMENT 2014 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» Émetteur

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1. Bienvenue chez

La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1. Bienvenue chez La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1 Bienvenue chez 13/11/14 15:43 LES TURBOS DE UNICREDIT Investir avec les Certificats Turbos

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris 13 avril 2012 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

PUISSANCE 8 ASAC-FAPES. Titre de créance à capital intégralement remboursé à l échéance

PUISSANCE 8 ASAC-FAPES. Titre de créance à capital intégralement remboursé à l échéance ASAC-FAPES PUISSANCE 8 Titre de créance à capital intégralement remboursé à l échéance L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. et du garant BNP Paribas

Plus en détail

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros)

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros) Aréalys Support présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Un objectif de gain de 6 % (nets de frais de gestion annuels)* par année écoulée grâce à l indice CAC 40 À l échéance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Vivendi Coupon Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions» Emetteur

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*?

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? Épargne Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? AXA Double Garantie 5 Votre capital net investi est garanti à l échéance* en cas de baisse des marchés

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Les Warrants ABN AMRO

Les Warrants ABN AMRO Les Warrants ABN AMRO Donner de nouveaux horizons à ses stratégies * le meilleur du possible Making more possible* Gagner en performance avec les Warrants Les Warrants permettent de développer de multiples

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Turbos & Turbos infinis

Turbos & Turbos infinis & Turbos infinis L effet de levier en toute simplicité PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Avertissement : «PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL»

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

N 02. Le magazine de l actualité boursière Mai - Juin 2013. analyse macro-économie. fiche pédagogique. Repli de l activité attendu dans la zone euro

N 02. Le magazine de l actualité boursière Mai - Juin 2013. analyse macro-économie. fiche pédagogique. Repli de l activité attendu dans la zone euro Le magazine de l actualité boursière N 02 analyse macro-économie Repli de l activité attendu dans la zone euro fiche pédagogique Horaires de négociation élargis sur les Produits... 2 Sommaire 03 04 ÉDITO

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Trimestro Europe 2015

Trimestro Europe 2015 Trimestro Europe 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Certificats BONUS. Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! www.produitsdebourse.bnpparibas.

Certificats BONUS. Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! www.produitsdebourse.bnpparibas. Certificats BONUS Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! Produits non garantis en capital, non éligibles au PEA www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail