Inondation 2011 Projet de Plan de Communication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Inondation 2011 Projet de Plan de Communication"

Transcription

1 Cluster «communication» Inondation 2011 Projet de Plan de Communication Contexte et justification De Septembre à Décembre 2010, 51 des 77 communes que compte le Bénin ont connu de graves catastrophes liées aux inondations provoquées par les pluies torrentielles de la saison pluvieuse. Pour faire face à cette crise et lui apporter une réponse adéquate, le Gouvernement du Bénin, les ONG nationales et internationales, le Système des Nations Unies et d autres partenaires techniques se sont mobilisés pour assister les populations sinistrées. Outre la création d un nouveau cadre institutionnel de coordination en renforcement de la Direction de la Prévention et de la Protection Civile, plusieurs actions d urgence ont été initiées et mises en œuvre en faveur des sinistrés ; après mobilisation des ressources nécessaires au financement des besoins des populations sinistrées, les actions humanitaires initiées concernent surtout, (i) l appui en abris d urgence (tentes), (ii) l appui alimentaire à travers des distributions de vivres, d eau potable aux populations sinistrées, (iii) l appui sanitaire à travers la distribution de médicaments et des comprimés de traitement d eau, (iv) la distribution de biens domestiques de secours et, (v) la sensibilisation des populations aux bonnes pratiques hygiéniques, à l occupation des zones inondables, au relèvement etc. Afin d éviter la précipitation connue dans les interventions de l année dernière, des dispositions sont prises cette années pour anticiper sur les inondations Ce document est un projet qui résume les différentes propositions d actions de communication à mener dans le cadre des inondations Ce plan se propose de décliner dans une première partie, des propositions d actions de communications pour créer de la visibilité aux différentes interventions et secours apportés par le gouvernement et de la Coordination du Système des Nations Unies aux sinistrés. Dans la Page 1

2 deuxième partie, il s agira de proposer une série d actions de communication pour un changement de comportement en destination des sinistrés afin de les sensibiliser au respect des gestes utiles et contre certaines maladies (cholera, SIDA etc.). PREMIERE PARTIE : COMMUNICATION POUR LA VISIBILITE DES ACTIONS I. Problématique et Justification Les nombreuses actions de secours déployées méritent d être connues de tous afin de dissiper le sentiment d abandon visàvis des sinistrés et aussi pour susciter d autres bonnes volontés qui souhaitent appuyer les efforts humanitaires. Pour ce fait, il est utile de proposer des actions qui crée de la visibilité à tous les intervenants sur le terrain et qui rendent compte régulièrement des efforts déployés. II. III. IV. Objectifs Créer de la visibilité aux différentes actions humanitaires déployées sur le terrain. Permettre aux différents acteurs de rendre compte régulièrement au public des différentes actions en cours Informer le grand public et susciter des adhésions à cet effort de solidarité nationale. Cibles Le Grand public Les différents organismes qui participent au secours et les partenaires au développement. Résultats attendus Les différentes actions humanitaires déployées sur le terrain sont visibles. Les différents acteurs ont rendu compte régulièrement au public des différentes actions en cours. Le grand public est informé et adhère à cet effort de solidarité nationale. Page 2

3 V. Actions de communications proposées 1 Le Journal des Inondations sur ORTB TV Ce journal de 26 minutes à diffuser 4 fois par semaine (lundi mercredi vendredi dimanche) sur ORTB TV, la chaîne nationale de télévision captée sur toute l étendue du territoire national. Au regard des difficultés rencontrées en 2010 pour la réalisation et la diffusion de ce journal, nous préconisons de confier la réalisation dudit journal à une agence privée de communication. Les avantages de cette option sont multiples compte tenu de l efficacité recherchée: L agence de communication sera disponible et mettra à disposition de manière permanente, des équipes de reportages équipées de matériel performant pour filmer et photographier partout où besoin sera 24/24H. Ce faisant, on évitera les tracasseries souvent rencontrées au niveau de l ORTB TV qui a souvent des difficultés de disponibilité d équipes de reportage ou de matériel. L agence pourra faire des investigations, interviews utiles, messages et autres productions puis les diffuser dans les délais en fonction des urgences, ceci sous la direction des responsables de communication SNU et Ministère de l Intérieur. 2 Le magazine de l inondation sur ORTB Radio Il s agit d établir un partenariat avec la chaîne nationale de radio ORTB pour la réalisation et diffusion d un magazine quotidien d information de 6 minutes à diffuser dans les éditions du journal parlé en français et dans les éditions du journal en langues nationales locales. A travers ce magazine, nous pouvons véhiculer les informations sur la gestion de la crise et sensibiliser les populations sur les gestes utiles. La radio est le média le plus accessible et le plus écouté par tous même dans les zones les plus reculées. 3 Mise en place et formation d un réseau des journalistes en gestion des crises et catastrophes Cette activité vise à fidéliser un groupe de journalistes (20 à 30 journalistes) et de médias ; à les former à une meilleure interprétation des actions menées dans le cadre de la gestion des crises et catastrophes et enfin à les utiliser comme spécialistes dans le cadre de la gestion des inondations Ils pourront ainsi meubler les colonnes des journaux, d articles, de photos et de sujets d investigation qui rendent comptent effectivement des activités, causes et solutions à la crise. Page 3

4 4 Conception et distribution de plaquette d informations utiles Cette plaquette de 4 pages de format A5 servira à véhiculer les informations utiles et les gestes pratiques en cas de crise, catastrophes et inondations. 5 Initiation de Point de presse hebdomadaire et mise en place d une cellule d information à la presse Suivant une périodicité bien définie (chaque semaine), les responsables du comité de gestion de la crise doivent faire le point des interventions devant la presse afin que l opinion publique soit officiellement informée des actions prises. Ceci afin d éviter toute intoxication ou déformation de l information. VI. Budget prévisionnel a Journal des inondations ORTB TV Fcfa/émission pour un contrat de réalisation et diffusion de 30 émissions sur 3 mois (y compris la mise à disposition, l hébergement et la restauration de l équipe permanente de reportage pour filmer les images dans tous le Bénin, la réalisation et la diffusion sur ORTB) : x 30 = Fcfa b Magazine des inondations ORTB Radio Fcfa/mois pour un contrat de réalisation et diffusion pour 3 mois : x 3 = Fcfa c Création et formation d un réseau de journalistes Formation de 2 jours à l intention des journalistes du réseau hors de Cotonou (Grand Popo par exemple) : Fcfa/journaliste/jour x 2 jours x 30 journalistes + frais de location de la salle de formation + 2 déjeuners et 3 pauses café + frais équipe de formation et d encadrement (5 personnes) = Fcfa. Page 4

5 d Conception de plaquettes Conception, réalisation et impression de plaquettes à raison de 1500Fcfa/plaquette = Fcfa e Point de presse hebdomadaire Forfait de Fcfa pour la location de la salle et la prise en charge de la presse : x 4/mois x 3 mois = Fcfa. TOTAL PARTIEL: f cfa ( dollars US) (1dollar = 500 Fcfa) DEUXIEME PARTIE : COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT I. OBJECTIFS, RESULTATS, PRODUITS ET REGIONS Objectif global du programme: Protéger les populations sinistrées contre les maladies, la malnutrition et les différents abus Objectifs intermédiaires: Informer les communautés sinistrées sur les questions de santé, d hygiène et d assainissement, les mesures de prévention des infections hydriques, du VIH/SIDA et de la tuberculose ainsi que la prévention contre les abus ; Organiser des séances foraines de démonstrations sur le traitement à domicile de l eau à l Aquatabs et à l alun ainsi que l utilisation des capotes; Organiser des visites à domicile pour la prévention des maladies hydriques et les risques d électrocution. Produits a. Utilisation systématique de l eau potable pour les besoins domestiques ; b. Traitement de l eau à domicile ; c. Prévention des maladies diarrhéiques, de la tuberculose, des IST et du VIH/SIDA; Page 5

6 d. Protection contre tout autre danger (abus de tous genres, électrocution, morsures de reptiles aquatiques). Principaux résultats comportementaux : (i) les populations sinistrées savent traiter l eau à domicile avec les comprimés d aquatab et l alun; (ii) les populations sinistrées utilisent systématiquement l eau potable pour les activités domestiques ; (iii) les populations sinistrées prennent les mesures appropriées pour éviter les maladies diarrhéiques, la tuberculose et les IST et VIH/SIDA; (iv) les populations sinistrées observent les mesures préventives pour éviter les violences sexuelles, l électrocution et tous autres abus. Région géographique : Toutes les Communes sinistrées du Bénin (voir cartes annexées) II. ANALYSE DE SITUATION Participant(s) et analyse de(s) comportement(s) 1.1 Qui est/sont le(s) groupe(s) de participant(s)? Qui sont les groupes les plus vulnérables dans le contexte du programme? (Enfants? Femmes enceintes? etc.) Groupe de participants niveau primaire (Niveau individuel : mère, enfants) Les enfants de moins de 5 ans Les écoliers Les jeunes Les femmes enceintes Les personnes âgées isolées Groupe de participants niveau secondaire 1 (Niveau de la famille et des parents) Les populations habitant les zones d accès difficile Les familles d accueil Groupe de participants niveau tertiaire 2 (Représentants des institutions locales : élus locaux, chef religieux, chefs traditionnels, leaders d opinion locaux) Les responsables politico administratives Les élus locaux Les agents de santé et des affaires sociales Les enseignants Les chefs traditionnels et décideurs communautaires Les ONGs 1.2 Quels sont leurs C.A.P. actuelles? Les enfants s amusent et se baignent dans l eau de ruissellement ou stagnante La plupart des parents et failles d accueil ne savent pas traiter l eau à domicile Les décideurs communautaires ne s engagent pas suffisamment dans les activités de prévention des maladies 1 Hiérarchiser uniquement ceux qui sont plus influents 2 Hiérarchiser uniquement ceux qui sont plus influents Page 6

7 Les jeunes multiplient les rapports sexuels non protégés Les femmes enceintes utilisent de l eau souillée pour l hygiène corporelle et la cuisson Les personnes âgées utilisent l eau stagnante à des fins domestiques La majorité des populations sinistrées utilisent l eau souillée à des fins domestiques La plupart des parents et failles d accueil ne prennent pas souvent les mesures appropriées de prévention contre les maladies en général, les préventions des abus et l électrocution à domicile diarrhéiques Les responsables politico administratifs et les agents de santé et des affaires sociales ne font pas des descentes au sein des communautés pour les informer et leur expliquer comment se prémunir contre les différentes maladies Les ONG ne disposent pas de moyens suffisants et d une organisation adéquate pour une gestion optimale de la crise Suite 1.3 Quel est le(s) comportement(s) / changement(s) final/aux recommandé(s)? Quels sont les comportements recommandés pour corriger les déséquilibres de genre et d équité des groupes mentionnés au point 1.1? Les enfants ne se baignent plus dans les eaux stagnantes Les jeunes se protègent contre les IST les le VIH/SIDA Les femmes enceintes utilisent de l eau potable pour les usages domestiques Les personnes âgées savent traiter à domicile l eau de boisson La plupart des parents et familles d accueil identifient et localisent les personnes les plus vulnérables La plupart des parents et familles d accueil savent traiter l eau de boisson à domicile La majorité de la population sinistrée utilisent de l eau potable La plupart des parents et familles d accueil observent les mesures appropriées de prévention de toutes les maladies, de la prévention des abus et de l électrocution à Les décideurs communautaires informent les responsables politico administratifs du mapping des personnes les plus vulnérables de leurs localités Les décideurs communautaires s investissent dans l information et l éducation des populations sinistrées Les responsables politico administratifs, les agents de santé et des affaires sociales et les ONG expliquent aux populations sinistrées les mesures à prendre pour éviter les maladies hydriques et l électrocution Les ONG, les agents de santé et des affaires sociales s organisent pour une gestion optimale de la crise Page 7

8 domicile 1.4 Quels sont les avantages liés à l'adoption du(es) comportement(s) changement(s) recommandé(s)? Les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées évitent les maladies hydriques et leurs complications Les familles utilisent le peu de ressources disponibles pour les questions de survie Leurs communautés se portent bien malgré la situation de sinistre Les écoliers poursuivent leurs études Les jeunes évitent les IST, le SIDA et les grossesses non désirés Suite 1.5 Quelles sont les barrières existantes à l adoption du(es) comportement(s) changement(s) recommandé(s)? La méconnaissance des risques liés à la baignade dans les eaux stagnantes La non disponibilité et/ou l accessibilité difficile des produits de traitement de l eau à domicile La non disponibilité et/ou l accessibilité difficile des produits de traitement de l eau à domicile L éparpillement et/ou l éclatement des cellules familiales La non accessibilité des produits à mettre à la disposition de leurs communautés L inexistence de mesures de sécurité et de protection La promiscuité La persistance des normes sociales et de la fatalité (c est la volonté de Dieu et/ou des Mânes des ancêtres) Page 8

9 1.6 Quels sont les principaux facteurs facilitants existant pour l adoption du(es) comportement(s) changement(s) recommandé(s)? Pensez aux éléments de 1.5 Les enfants, les jeunes et femmes enceintes sont disponibles et réceptifs aux informations en matière de prévention et de protection des maladies et les abus Les parents et les familles d accueil sont disponibles à participer à des activités de d information et de démonstration Les décideurs communautaires sont disposés à s engager et à se rendre utiles ; Ils sont ouverts aux informations et à la mise en place de mécanismes d appui aux populations sinistrées 1.7 Quelles sont les sources d information interpersonnelles les plus fiables et accessibles (OCB, organisations confessionnelles, coiffeurs, chefs de village, rumeurs du village, etc.)? Quelles sont les sources d information les plus fiables et accessibles pour les catégories marginalisées? Les crieurs publics Les agents de santé et les travailleurs sociaux Les décideurs communautaires Les enseignants Les crieurs publics Les agents de santé et les travailleurs sociaux Les décideurs communautaires Les enseignants Les radios de proximité Les crieurs publics Les agents de santé et les travailleurs sociaux Les décideurs communautaires Les enseignants Les radios de proximité Suite 1.8 Quels sont les media de masse et traditionnels les plus fiable et accessibles (télévision, radio, radio communautaire, théâtre communautaire, etc.)? Quelles sont les sources d information les plus fiables et accessibles pour les catégories marginalisées? Les radios de proximité et radios communautaires Les crieurs publics et les griots Les chanteurs traditionnels Le théâtre d intervention sociale et le théâtre forum Les radios de proximité et radios communautaires Les crieurs publics et les griots Les chanteurs traditionnels Le théâtre d intervention sociale et le théâtre forum Les radios de proximité et radios communautaires Les crieurs publics et les griots Les chanteurs traditionnels Le théâtre d intervention sociale et le théâtre forum III. OPERATIONNALISATION Page 9

10 ACTIVITES IOV STRATEGIES et/ou CANAUX RESPONSABLES TERRAIN SUIVI Informer et éduquer les 90% des populations sinistrées Agence spécialisée en C/CPS Coord SNU populations à l occasion de la identifiées sont prémunies contre les marketing social Agents de santé UNICEF distribution de matériels sur les différentes maladies et se protègent Crieurs publics MFSN (FADIB) différents thèmes retenus contre les abus radios communautaires ONG VAD Organiser en cascades des séances 100% des adultes sont capables de Agence spécialisée en C/CPS, Coord SNU foraines de démonstration pour le traiter à domicile l eau dans les marketing social Agents d hygiène UNICEF traitement à domicile de l eau et ménages Crieurs publics Agents de santé MS (DHAB) l utilisation de capotes 70% des jeunes savent utiliser les VAD MFSN (FADIB) préservatifs Affiches ONG Organiser des séances foraines de démonstration pour le lavage des mains 70% des populations adoptent le lavage systématique des mains avant et après les repas et à la sortie des toilettes Agence spécialisée en marketing social Crieurs publics VAD Affiches C/CPS, Agents d hygiène Agents de santé Coord SNU UNICEF MS (DHAB) MFSN (FADIB) ONG Organiser des séances d information et d éducation sur la gestion des ordures ménagères et les excréta 70% des populations sont capables de traiter ordures ménagères et les excréta Agence spécialisée en marketing social Crieurs publics VAD Affiches C/CPS Agents d hygiène Agents de santé Coord SNU UNICEF MS (DHAB) MFSN (FADIB) ONG Elaborer et diffuser des communiqués et spots sur les radios de proximité et les radios communautaires Organiser une série de jeux radiophoniques sur les radios locales en faveur de la prévention des risques liés aux inondations 90% des populations sont informées sur les différents thèmes et adoptent de comportements responsables 70% des populations sont capables de prendre des mesures de prévention en faveur des maladies hydriques et autres risques Crieurs publics radios communautaires Radios de proximité Chanteurs traditionnels Autorités locales C/CPS Autorités locales Décideurs communautaires Animateurs radio Coord SNU UNICEF MS (DHAB) MFSN (FADIB) ONG Coord SNU UNICEF MS (DHAB) MFSN (FADIB) Page 10

11 (maladies hydriques, les risques de morsures et d électrocution, etc.) Autres personnes ressources ONG IV. NB: POINT DES BESOINS a. Humain : agence spécialisée en marketing social, crieurs publics, griots, chanteurs traditionnels, animateurs radios, agents de santé et de l action sociale, les élus locaux (chefs de villages et chefs d arrondissement) b. Matériel : i. Mégaphones ii. Barques motorisées iii. Matériel de démonstration iv. Echantillons v. Affiches et affichettes vi. Supports audiovisuels vii. Appareils de sonorisation viii. Carburant ix. Appareils photos (à titre indicatif) Solliciter le secrétariat du comité de gestion de crise afin que le gouvernement du Bénin instruise les Médecins coordonnateurs de zones sanitaires, les C/CPS et les Maires aux fins de mobiliser le matériel (mégaphones, appareils de sonorisation) disponible dans les Communes. En cas de besoin, prévoir la location sur place desdits matériels. Les affiches sont fournies par OMS, PSI, UNICEF, CRS, ONUSIDA etc. V. BUDGET a. Séance de sensibilisation publique par une agence de communication spécialisée en marketing social dans les lieux publics et marchés des communes les plus inondées pour des démonstrations sur l utilisation de préservatifs, Aquatabs, lavage de main et des gestes pratiques Fcfa par animation x 10 lieux publics/commune x 25 communes sinistrées pendant 3 mois y compris le matériel nécessaire à l animation (sonorisation, animateurs, déplacement, hébergement, affichettes, banderoles) = Fcfa. Page 11

12 b. Conception et réalisation des spots en onze (11) langues (fon, bariba, Otamari, dendi, nago, yorouba, mina, goun, adja, aïzo, et français) Coût approximatif réalisation, traduction, montage et duplication Fcfa/langue x 11 = f.cfa c. Contrats de diffusion avec 17 radios locales communautaires y compris l ORTB (Radio Tanguiéta, Kandi FM, Non Sina de Bembéréké, Sutii dera de Nikki, Deema FM de Parakou, Mont Koufè de Bassila, Radio Lèma de DassaZoumè, Radio Tonassé de Zagnanado, Radio Adjahonmè, Radio Possotomè, CAPP FM, Radio Tokpa et Radio Planète à Cotonou, Radio Wèkè de Djrègbé, Radio Alakétou de Kétou, Radio la voix de la vallée de Adjohoun et l ORTB) f CFA par contrat de 30 jours de diffusion pour 3 mois x 17 Radios = f CFA d. Locations diverses : barques motorisées, mégaphones, matériel de sonorisation etc. : f cfa forfait. e. Rémunération : i. Crieurs publics : 500 crieurs publics x 1500 f cfa /jour x 30 jours = f cfa ii. Responsables terrain: 2 agents (santé ou relais communautaires et affaires sociales) x 51 communes x 3500 f cfa/jour x10 jours par mois/personne = f cfa iii. Supervision (4 équipes de 2 cadres dont 1 au sud, 1 au centre et 2 au nord): Cadres : 2 personnes x 4 équipes x f cfa/jour x 5 j/pers/mois x 3 = f cfa CVA : 1 personne x 4 équipes x f cfa/jour x 5j/pers x3 = f cfa. f. Véhicules, chauffeurs et Carburant : i. Location de véhicules : 4 véhicules x f cfa/ jour x 15 jours = f cfa ii. Carburant : f cfa/jour x 4 véhicules x 15 jours = f cfa TOTAL PARTIEL: f cfa ( dollars US) (1 dollar = 500Fcfa) Page 12

13 BUDGET TOTAL COMMUNICATION: Fcfa ( dollars US) Achats et distribution de filtres à eau modernes LifeStraw : 2.850Fcfa/LifeStraw x = Fcfa NB : Les activités sont planifiées sur 3 mois soit 90 jours avec une diffusion intensive sur les 15 premiers jours à raison d au moins 4 spots par jour par langue nationale parlées par les populations, puis des interventions planifiées par semaine à raison d une diffusion quotidienne dans les principales langues de communication. Pour les crieurs publics, ils seront mobilisés en fonction des degrés d urgence rapportés. VI. MESSAGES (A pré tester) Hygiene a. Mère, Père de famille ou Gardienne d enfants, utilise l eau potable du réseau SONEB pour tes activités domestiques! Les membres de toute la famille éviteront les maladies hydriques. b. Mère, Père et Gardienne d enfant, traite l eau de puits avec les comprimés d aquatab à raison d un comprimé pour 20 litres d eau! Achète donc ou fais acheter un bidon à cet effet. Tu éviteras aux membres de ta famille la survenue des maladies hydriques. c. Père, Mère ou Gardienne d enfant, si tu ne disposes pas de comprimés d aquatab, décante l eau avec de l alun et fais bouillir l eau avant tout usage domestique. Les membres de ta famille éviteront les maladies hydriques. d. Toi, écolier et Mère d enfant, lave toi les mains à l eau coulante et au savon avant et après les repas et au sortir des toilettes et latrines! Tu éviteras de te contaminer et de contaminer les membres de ta famille. e. Toi Père et Mère de famille, faites attention aux ordures ménagères et aux excréta. Évacuezles sainement par enfouillissement! Vous éviterez ainsi aux habitants de votre village les maladies. f. Enfant et femme enceinte! ne consomme les fruits qu après les avoir bien lavés et rincer! Tu éviteras d attraper des maladies gastriques. Protection g. Mère, Père et Gardienne d enfant, ne laissez pas les enfants trainer dans les eaux. Ils pourraient y contracter des maladies ou se faire mordre par les reptiles aquatiques! h. Père, Mère et Gardienne d enfant, si vous êtes sur le réseau SBEE, disjonctez le compteur et débrancher tous les appareils. Vous éviterez ainsi aux membres de votre maison de se faire électrocuter. Page 13

14 i. Ecoliers, Mères et Pères d enfants, portez des bottes pour traverser les nappes. Vous vous protégez ainsi contre les objets piquants dissimulés dans les eaux et les morsures de serments! j. Femmes enceintes et gardiennes d enfants, dormez et faites dormir tous les enfants sous moustiquaires! Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont plus vulnérables aux piqûres des moustiques. Privilégiezles si vous ne disposez que d une moustiquaire! IST/SIDA k. Jeunes gens et jeunes filles, protégez vous et protégez votre partenaire en utilisant chaque fois et toutes fois les préservatifs. Ils sont disponibles auprès de tous les agents de santé ou techniciens sociaux. Ils sont gratuits pour vous! l. Jeunes filles, ne gâche pas ton avenir en prenant une grossesse non désirée. Cela pourrait compromettre gravement ta scolarisation ou ton apprentissage. Tu n es pas prête alors exige les préservatifs pour tout rapport! Tuberculose et éventuellement grippe AH1N1 m. Parents et enfants, jeunes et vieux, la promiscuité favorise la contamination rapide de certaines maladies comme la tuberculose et la grippe AH1N1. Protègetoi et protège les autres en te protégeant au moment de tousser et/ou d éternuer! n. Parents et enfants, jeunes et vieux, vous toussez depuis quelques jours ; vos crachats sont épais et purulentes. Adressezvous à l agent de santé sans attendre. Il vous orientera! Protection contre violence et autres abus o. Enfants, Jeunes gens et jeunes filles attention. Ne traînez pas seul la nuit et/ou dans des zones dangereuses. Vous n êtes pas à l abri des violences sexuelles et de divers abus! p. Parents, veillez sur vos enfants. Protégez les contre les différents abus en les aidant à ne pas s éloigner! Page 14

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA Qu est-ce la boite à images? Cette boite à images est un appui visuel pour les relais communautaires, agents de santé,

Plus en détail

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 James Léon-Dufour, Physical Site Planner ERT/UNCHR Abraham Asondou, Field Program

Plus en détail

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL)

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) ACTIONS STRATEGIQUES DE COMMUNICATION AU SEIN DU SNU/BENIN SNU-Bénin INTRODUCTION Unis

Plus en détail

ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO

ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO Rapport final Christophe COULIBALY Emile Pierre BAZYOMO Suzanne COULIBALY Ouagadougou Décembre 2011 Sud Consult 01 B.P. 1452 Ouagadougou

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA ------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ------------ PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

Plus en détail

Dossier de Presse SAFETY FIRST

Dossier de Presse SAFETY FIRST Dossier de Presse SAFETY FIRST 10 Février 2015 Pour vous médias, votre rôle primordial est de nous accompagner tout au long de cette campagne. Votre pierre à l édifice se traduirait par votre rôle de relais

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Construction d un centre informatique à Dalifort» Quartier de Dalifort Intitulé du projet «Construction d un centre informatique à Dalifort, Sénégal» Lieu d intervention Quartier

Plus en détail

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite

Plus en détail

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle RESUME DU PROJET Titre du projet : Réinsertion socio-scolaire et professionnelle des enfants et jeunes qui ont de la déficience intellectuelle de

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Evaluation réalisée avec l appui du F3E pour ELECTRICIENS SANS FRONTIERES (257 Ev) Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Date : Mai 2008 Auteur : Daniel THIEBA

Plus en détail

ANNEXE 3. Période 2011-2015

ANNEXE 3. Période 2011-2015 ANNEXE 3 GUIDE DE MOBILISATION DES RESSOURCES POUR LA MISE EN OEUVRE DU PLAN OPERATIONEL DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA EN MILIEU DE TRAVAIL Période 2011-2015 BUJUMBURA, 19 Mai 2011 2 Sommaire 0. Introduction.3

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune 10 points basés sur l expérience de terrain INITIATIVE FIÈVRE JAUNE WHO/HSE/PED/CED/2015.1. Communication

Plus en détail

OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE

OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE Communication sociale et Approche participative au service de la gestion durable des ressources hydriques et des projets d alimentation en eau potable Présenté par: Mr

Plus en détail

Création de la Demande en. Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011

Création de la Demande en. Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011 Création de la Demande en Planification Familiale Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011 Plan de la Présentation Cadre Logique Exemples Résultats Leçons Apprises Défis PERForM

Plus en détail

Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER

Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER SOMMAIRE Chapitre 1 : Inscription 3 Article 1 : Organisation de la restauration scolaire... 3 Article 2 : Fréquentation. 3 Article 3 :

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR Mali Septembre 2013 Promouvoir l hygiène à l école Pourquoi? 1. Pour apprendre aux élèves comment éviter les maladies les plus courantes : Les

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB 2010 ASSOCIATION COHUB GLOBAL COMPACT COMMUNICATION ON PROGRESS Sommaire 1. Présentation de l 2. Le message du Président 3. La promotion du dans les activités de l 4. L a choisi d illustrer les principes

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS

LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS & MEDICAMENTS DE LA RUE AGIR MAINTENANT AGIR ENSEMBLE Le Phénomène des médicaments de la rue constitue aujourd hui un véritable problème de santé publique.

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail.

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail. MISE EN PLACE D UNE PLATE FORME DE COLLECTE, DE STOCKAGE, DE TRAITEMENT, DE GESTION ET DE DIFFUSION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ELECTION PRESIDENTIELLE 2015 1- NOTE CONCEPTUELLE La signature de l Accord

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. RESTAURATION SCOLAIRE Année scolaire 2014/2015

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. RESTAURATION SCOLAIRE Année scolaire 2014/2015 RÈGLEMENT INTÉRIEUR RESTAURATION SCOLAIRE Année scolaire 2014/2015 Article 1 : SERVICE MUNICIPAL DE RESTAURATION SCOLAIRE La ville d Andernos les Bains met à la disposition pour le déjeuner de tous les

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

But du livret «MANUEL DU CHEF ET DES EDUCATEURS PAFI SCOUT DIORANO-WASH»

But du livret «MANUEL DU CHEF ET DES EDUCATEURS PAFI SCOUT DIORANO-WASH» INTRODUCTION Dans le monde entier, les scouts prennent part active à l ensemble des interventions d approvisionnement en eau potable, d assainissement et d hygiène. Il va de soi que la Fédération du Scoutisme

Plus en détail

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 INFORMATION PRESSE URGENCE ASIE DU SUD Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 A ce jour, l'unicef France a fait parvenir un total de 40 millions d'euros en Asie du Sud. Le dernier envoi, d'un

Plus en détail

DOSSIER MARKETING. Paix, Développement. et protection de l environnement

DOSSIER MARKETING. Paix, Développement. et protection de l environnement Sous le parrainage du Ministère de l Environnement et de la Protection de la Nature DOSSIER MARKETING Paix, Développement et protection de l environnement CONTEXTE La situation actuelle de dégradation

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ~~~ ~~~~ MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN ~~~ ~~~~ MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU BENIN ~~~ ~~~~ MINISTERE DE LA SANTE Projet intégré de marketing social plus dans le cadre du contrôle des maladies diarrhéiques au Bénin Manuel de formation des formateurs des agents des

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

VILLE DE MANDRES LES ROSES

VILLE DE MANDRES LES ROSES Service Enfance Jeunesse 01 45 98 66 08 Service.enfance@ville-mandres-les-roses.fr VILLE DE MANDRES LES ROSES SOMMAIRE Inscriptions page 3 Restauration scolaire page 4 Accueils périscolaires page 5 Accueils

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations CADRE CONCEPTUEL DE LA MEO DU PASS Pyramide sanitaire Production Niveaux Central Structures Ministère + Autres acteurs Type d'appui/projets AIMS Institutionnel PNDS Politiques de santé Orientations stratégiques

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Plan de présentation. Contexte du plan. Rôle du CONASUR But du plan. Objectifs du plan. Méthodologie

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

FORMATION DES ENSEIGNANTS DE DOUBABOUGOU (KATI)

FORMATION DES ENSEIGNANTS DE DOUBABOUGOU (KATI) FORMATION DES ENSEIGNANTS DE DOUBABOUGOU (KATI) Ce document et les illustrations qui le composent sont protégés par le droit d auteur. Aucune utilisation, sous sa forme originale ou modifiée, n est permise

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program Introduction : l Ambassade des Etats Unis au Niger est heureuse d annoncer l ouverture d un appel d offres ouvert pour une campagne publicitaire pour son programme d anglais qui vient juste d être transféré

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Fatou Ndoye Virginie DATTLER enda Graf 2010 La crise économique et financière qui frappe le monde, est encore

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE Veuillez trouver ci-après la version sommaire des Standards Minimums pour la protection de l enfance dans l intervention

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE DE COMMUNICATION

NOTRE STRATÉGIE DE COMMUNICATION Re-Branding B2B West&CENTRAL AFRICA OFFRE DE PARTENARIAT 07-09 Octobre 2015 A Radisson Blu, Dakar, SENEGAL COMMUNICATION GLOBALE NOTRE STRATÉGIE DE COMMUNICATION RENCONTRES D AFFAIRES B2B ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES,

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, 1 sur 10 09.04.2012 17:27 DECRET N 2011-512/ PRES/PM/MS/MASSN du 9 août 2011 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national de lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement

Plus en détail

Conseils aux voyageurs

Conseils aux voyageurs Conseils aux voyageurs Informations issues du site du Ministère des Affaires Etrangères en France : http://www.diplomatie.gouv.fr/ Entrée / Séjour : Un visa d entrée est nécessaire pour les ressortissants

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

Commune de RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

Commune de RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR Commune de RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR Vu la délibération du Conseil Communautaire en date du 26 mai 2015 et portant instauration du système des forfaits ; Vu la délibération

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

POUR UNE EUROPE ACCESSIBLE A TOUS

POUR UNE EUROPE ACCESSIBLE A TOUS POUR UNE EUROPE ACCESSIBLE A TOUS Europe On Wheels Projet de l Executive MBA du Groupe ESSEC en symbiose avec l association Mobile en Ville Un recensement des pratiques européennes exemplaires en faveur

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE. Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE. Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011 REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011 Modifié par délibérations des 9 juin et 15 décembre 2011 NOM et Prénom de

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009 Lettre d information n 9 1 er octobre 2009 1. Des nouvelles du Pérou Installés depuis deux mois à Quiparacra, un village situé au milieu des Andes péruviennes, trois volontaires de l association GreenBees

Plus en détail

Jeudi 27 NOVEMBRE 2014. Session 3 : Les réseaux sociaux

Jeudi 27 NOVEMBRE 2014. Session 3 : Les réseaux sociaux Jeudi 27 NOVEMBRE 2014 Session 3 : Les réseaux sociaux Journées de la prévention et de l'éducation pour la santé CRIJ Réunion Association Information Jeunesse CRIJ Réunion Association Information Jeunesse

Plus en détail