Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique"

Transcription

1 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Supported by an independent educational grant from WebMD Global, LLC This document is for educational purposes only. No credit will be given for reading the contents of this document. To participate in this activity, visit

2 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique This document is for educational purposes only. No credit will be given for reading the contents of this document. To participate in this activity, visit Target Audience This educational activity is intended for an international audience of non-us healthcare professionals, specifically infectious disease/hiv specialists, primary care physicians, and other healthcare providers involved in the care of patients with HIV infection Goal The goal of this activity is to assess current evidence regarding the treatment of HIV infection and to provide clinical context for how new agents and strategies will affect the treatment paradigm in HIV. Learning Objectives Upon completion of this activity, participants should be able to: Evaluate how new data affect key guideline-recommended thresholds for initiating therapy Appraise emerging data on novel antiretroviral treatments and compare them with the guideline-recommended options for initial and subsequent therapies Assess emerging data on the virologic suppression rates and resistance patterns of novel antiretroviral drugs For questions regarding the content of this activity, contact the accredited provider for this CME/CE activity at For technical assistance, contact Authors and Disclosures Faculty David A. Cooper, MD, DSc Director, Kirby Institute for Infection and Immunity in Society, University of New South Wales, Sydney, Australia Disclosures: David A. Cooper, MD, DSc, has disclosed the following relevant financial relationships: Served as an advisor or consultant for: Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals, Inc.; Merck Sharp & Dohme Corp.; ViiV Healthcare Served as a speaker or a member of a speakers bureau for: Merck Sharp & Dohme Corp. Pg.2

3 Received grants for clinical research from: AbbVie Inc.; Gilead Sciences, Inc.; Merck Sharp & Dohme Corp.; ViiV Healthcare Dr Cooper does not intend to discuss off-label uses of drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics approved by the European Medicines Agency. Dr Cooper does not intend to discuss investigational drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics not approved by the European Medicines Agency. François Raffi, MD, PhD Professor of Infectious and Tropical Diseases, University of Nantes, Nantes, France Disclosures: François Raffi, MD, PhD, has disclosed the following relevant financial relationships: Served as an advisor or consultant for: Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals, Inc.; Merck Sharp & Dohme Corp.; Theratechnologies Inc.; ViiV Healthcare Served as a speaker or a member of a speakers bureau for: AbbVie Inc.; Bristol-Myers Squibb Company; Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals, Inc.; Merck Sharp & Dohme Corp.; ViiV Healthcare Dr Raffi does not intend to discuss off-label uses of drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics approved by the European Medicines Agency. Dr Raffi does not intend to discuss investigational drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics not approved by the European Medicines Agency. Esteban Martínez, MD, PhD Consultant & Associate Professor of Medicine, Infectious Diseases Unit, Hospital Clinic, University of Barcelona, Barcelona, Spain Disclosures: Esteban Martínez, MD, PhD, has disclosed the following relevant financial relationships: Served as an advisor or consultant for: Abbott Laboratories; Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, Inc.; Bristol-Myers Squibb Company; Gilead Sciences, Inc.; GlaxoSmithKline; Merck Sharp & Dohme Corp.; Theratechnologies Inc.; Tibotec, Inc.; ViiV Healthcare Dr Martínez does not intend to discuss off-label uses of drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics approved by the European Medicines Agency. Dr Martínez does not intend to discuss investigational drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics not approved by the European Medicines Agency. Pg.3

4 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Jürgen K. Rockstroh, MD Professor of Medicine, University Hospital Bonn, Bonn, Germany Dr Rockstroh does not intend to discuss off-label uses of drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics approved by the European Medicines Agency. Dr Rockstroh does not intend to discuss investigational drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics not approved by the European Medicines Agency. Mark A. Wainberg, PhD Director and Professor, McGill University AIDS Centre, c/o Jewish General Hospital, Montreal, Canada Disclosures: Mark A. Wainberg, PhD, has disclosed the following relevant financial relationships: Served as an advisor or consultant for: Abbott Laboratories; Bristol-Myers Squibb Company; Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals, Inc.; Merck & Co., Inc.; ViiV Healthcare Received grants for clinical research from: Janssen Pharmaceuticals, Inc.; Merck & Co., Inc.; ViiV Healthcare Dr Wainberg does not intend to discuss off-label uses of drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics approved by the European Medicines Agency. Dr Wainberg does intend to discuss investigational drugs, mechanical devices, biologics, or diagnostics not approved by the European Medicines Agency. EDITOR Maria B. Uravich, BSc Scientific Director, WebMD Global, LLC Disclosure: Maria B. Uravich, BSc, has disclosed no relevant financial relationships. Pg.4

5 Jürgen K. Rockstroh, MD : Bonjour et bienvenue à cette présentation. Je m appelle Jürgen Rockstroh. Je suis professeur de médecine à l Université de Bonn, en Allemagne. Je tiens à vous souhaiter la bienvenue à cette présentation intitulée Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique. Cette présentation permettra d évaluer les données actuelles concernant le traitement de l infection à VIH et de fournir un contexte clinique sur la façon dont les nouveaux agents et les nouvelles stratégies affecteront le paradigme de traitement du VIH. Pg.5

6 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Prenons un patient typique que vous voyez dans votre clinique. Il est séropositif, nouvellement diagnostiqué, avec une numération des CD4 de 470 cellules/μl. Il ne présente pas de symptômes à ce jour ni aucune co-infection établie. Est-ce le bon moment pour commencer le traitement du VIH? Pour lancer la discussion, je voudrais souhaiter la bienvenue à mon collègue François Raffi. François est professeur de maladies infectieuses et tropicales à l Université de Nantes, en France. Il est également chef de l Unité de recherche clinique sur le VIH et l hépatite C. Aujourd hui, notre sujet de discussion portera sur le commencement d un TAR chez les personnes vivant avec le VIH. François, que peuvent nous dire les lignes directrices actuelles en ce qui concerne le bon moment pour commencer un traitement du VIH? Pg.6

7 François Raffi, MD, Ph.D. : Bonjour Jürgen. C est une question importante qui est débattue depuis plus de 20 ans maintenant. Le bon moment pour commencer un traitement du VIH a fait l objet de nombreuses discussions. Au fil du temps, les avis ont penché tantôt vers un commencement plus précoce tantôt vers un commencement plus tardif selon les données dont nous disposions et selon les médicaments, la toxicité et autres questions cliniques variées. Lorsque la trithérapie est apparue en 1995, nous pensions que nous devrions traiter tout le monde. Puis, pour des raisons de toxicité, du fardeau thérapeutique et de nombreux autres problèmes, nous avons décidé que nous devrions attendre. À présent, nous tentons de nous orienter à nouveau vers une ligne directrice de traitement plus générale pour tous les patients. La biologie du virus est la raison pour laquelle nous avons modifié les lignes directrices et les recommandations pour commencer le TAR plus rapidement : Il évolue sans cesse dès les premiers jours de l infection, nous avons donc besoin de l arrêter aussi rapidement que possible. De nombreux problèmes sont également liés à l infection chronique ; non seulement la production virale, mais les problèmes qui y sont associés, à savoir l activation immunitaire ou l inflammation qui accompagne la maladie chez le patient. Nous avons également amélioré les médicaments au cours des 5 à 10 dernières années avec des schémas posologiques plus simples et mieux tolérés. Nous disposons de données épidémiologiques et de cohorte qui suggèrent des avantages à commencer le traitement précocement plutôt que tardivement. C est sans doute une approche pleine de bon sens, mais nous avons maintenant les données qui confirment cela. Pg.7

8 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique En outre, d un point de vue santé publique, nous disposons de données qui indiquent en premier lieu que nous pouvons éviter les infections secondaires grâce au traitement de personnes; et en second lieu, des données récentes de l ONUSIDA pour l Afrique montrent qu en augmentant l absorption du traitement nous assistons à une diminution de nouvelles infections. Ce sont des arguments probants pour un traitement des patients plus précoce qu auparavant. Les données de cohorte ne montrent pas toutes les mêmes résultats, mais la plupart des rapports, et en particulier la cohorte nord-américaine, montrent clairement que les patients bénéficient d un traitement plus précoce, même lorsque la numération des CD4 est supérieure à 500 cellules/μl. Nous disposons de plus en plus de preuves qui favorisent le commencement du traitement des patients dès le départ. Dans un article récent que nous avons publié avec le groupe COHERE dans Clinical Infectious Diseases, nous avons démontré que les patients en traitement et dont la numération des CD4 était inférieure à 500 cellules/μl avaient toujours un risque résiduel de progresser et d avoir des infections opportunistes ainsi que certaines maladies associées au VIH. Pg.8

9 Il y a de nombreuses raisons favorisant un commencement très précoce du traitement. Le traitement est à vie. Est-ce que 5 ou 10 ans supplémentaires feraient une différence pour des patients dont le traitement est passible de durer de 40 à 50 ans? Certaines discussions portent sur l aspect économique et le coût que représente l ajout d un traitement de 5 ans ou plus, mais il faut également tenir compte des dommages possibles au système immunitaire, au processus d inflammation et éventuellement aux anomalies de vieillissement et neurocognitives si on ne traite pas assez tôt. Pg.9

10 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Il s agit là de nos arguments pour recommander le traitement. Cela se retrouve maintenant dans presque toutes les lignes directrices, y compris celles de l Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ont été présentées à la conférence de la Société internationale du SIDA à Kuala Lumpur, en Malaisie, en juillet Il s est produit un grand changement à ce moment-là car les avantages liés au traitement des patients infectés ont été envisagés non seulement au niveau de l individu mais également au niveau de la santé publique. Outre le fait d arrêter la progression de la maladie chez les patients infectés, le traitement précoce permettra également d éviter les infections secondaires. L OMS recommande de traiter tous les patients dont la numération des CD4 est inférieure à 500 cellules/μl et de le proposer également aux couples sérodifférents. Il s agit là d une différence importante par rapport aux lignes directrices précédentes. Voici la question que l on doit se poser : Si l OMS encourage fortement le traitement, en est-il de même pour les autres lignes directrices? Si l on envisage les lignes directrices américaines de 2013 et internationales de 2012 de l International Antiviral Society (Société internationale des antiviraux) aux États-Unis, celles-ci recommandent également le traitement de tous les patients infectés quelle que soit la numération des CD4. Pg.10

11 Dr Rockstroh : Il s agit d une idée importante concernant le moment de commencer le traitement du VIH. Quel serait le message principal que vous aimeriez transmettre à notre public? Dr Raffi : Bien entendu, le message principal que j aimerais que l on retienne est de tenir compte de la situation du patient, non seulement d un point de vue des avantages pour l individu, mais également en termes de prévention secondaire. En outre, il faut discuter avec le patient des conséquences de débuter une thérapie qui se poursuivra toute la vie, et nous devons donc préparer le patient à commencer le traitement. Ceci est important, car il n y a pas d urgence à commencer même face à des arguments solides. Il est important que nous discutions de ces questions avec le patient afin qu il soit prêt à commencer. Nous devons confirmer cela en poursuivant l étude START (Strategic Timing of Anti-Retroviral Treatment, ou Moment stratégique pour le commencement du traitement antirétroviral), qui compare le traitement précoce par rapport au traitement tardif, et qui confirme l avantage réel au commencement précoce du TAR. Dr Rockstroh : Merci beaucoup. Pg.11

12 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Dr Rockstroh : Notre prochaine discussion portera sur la sélection des schémas posologiques optimaux de TAR et des stratégies de traitement chez les patients n ayant pas reçu de traitement TAR auparavant. Je souhaite la bienvenue à Esteban Martínez. Il est professeur de médecine à l Université de Barcelone, en Espagne. Esteban, il existe plusieurs séries de lignes directrices recommandées pour le traitement initial. Pouvez-vous nous les expliquer et nous dire avec quels médicaments nous devrions commencer le traitement d un patient aujourd hui? Esteban Martínez, MD, Ph.D. : En général, les recommandations des lignes directrices telles que celles de l International Antiviral Society, du Department of Health and Human Services des États-Unis et de la Société clinique européenne du SIDA qui ont été récemment mises à jour recommandent de combiner le ténofovir et l emtricitabine et un troisième agent à titre de schéma privilégié. Mais de plus en plus d indications tendent à prouver que l efficacité ne doit pas être seule prise en compte. En raison des nouveaux problèmes que présentent certains des composés de ces schémas, tels que des problèmes de reins, des os et du système nerveux central, d anciens schémas qui pourraient ne pas causer ces problèmes sont de plus en plus recommandés. Par exemple, les lignes directrices de la Société clinique européenne du SIDA qui ont été le plus récemment mises à jour comprennent de nouveaux agents tels que la rilpivirine et l utilisation de l abacavir nucléosidique de base avec la lamivudine en raison de leur sûreté chez les patients atteints de problèmes de reins, des os ou du système nerveux central. Pg.12

13 Dr Rockstroh : En ce qui concerne l ensemble de ces différents choix qui s offrent à vous, quels sont les facteurs qui motivent votre décision clinique? Quel est le bon traitement pour la personne assise en face de vous? Dr Martinez : En tant que spécialiste du VIH, on s attend à ce que vous choisissiez un schéma qui soit efficace à 100 %. Vous vous attendez à être gagnant et à obtenir une suppression virale bloquée à long terme. Cela n est généralement plus un problème si important pour la plupart des patients. D autres questions telles que l état des patients et les caractéristiques des médicaments antirétroviraux retiennent de plus en plus l attention. Par exemple, il est très important de savoir quelles comorbidités peuvent être présentes ou quel est le risque pour certaines comorbidités, quel est l engagement du patient pour l observance du traitement antirétroviral et en particulier la question de la grossesse. Avec les médicaments antirétroviraux, les questions qui se posent concernent par exemple le nombre de pilules, le nombre de doses, la tolérabilité immédiate, les effets à long terme et les coûts. Dr Rockstroh : D accord, les antécédents du patient sont donc importants et toutes les comorbidités et caractéristiques s ous-jacentes du patient se reflètent dans votre choix initial de traitement? Dr Martinez : Oui Pg.13

14 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Dr Rockstroh : En ce qui concerne la résistance de référence, est-ce que cela joue un rôle? Dr Martinez : Oui, je crois. Il est recommandé que des tests de résistance de référence soient effectués chez tous les patients, dans la mesure où ils peuvent l être. En général, nous sommes préoccupés par la résistance non nucléosidique. Ceci est un problème majeur, mais de façon relative. Pour la plupart des patients, du moins dans certaines régions du monde (p. ex., en Europe et dans d autres régions) la prévalence de la résistance n est pas très élevée, et elle semble être stable ou en baisse au fil du temps. Dr Rockstroh : Comment résumeriez-vous tout cela en un message principal à retenir en ce qui concerne le choix du traitement du VIH initial? Dr Martinez : Je pense qu il est clair qu il y a de plus en plus de schémas de première intention. L efficacité est le principal moteur de l ensemble de ces schémas et n est plus un problème de différenciation entre ceux recommandés parce que, pour la plupart ou la totalité d entre eux, l efficacité est plus ou moins la même. Les caractéristiques des patients et les caractéristiques des antirétroviraux, telles que les doses, le nombre de pilules, la pharmacocinétique et les interactions, font l objet d une attention croissante et conduisent les médecins à prescrire un schéma personnalisé pour chaque patient. Dr Rockstroh : Merci beaucoup. Dr Martinez : Je vous remercie, Jürgen. Pg.14

15 David A. Cooper, MD, D.Sc. : Bonjour et bienvenue à cette présentation. Je m appelle David Cooper. Je suis directeur de l Institut Kirby pour maladies infectieuses et immunitaires dans la société à l Université de New South Wales, à Sydney, en Australie. Aujourd hui, je vais parler de nouveaux traitements antirétroviraux et en particulier de l effet de certaines nouvelles données sur le paradigme du traitement. Ces données ont été présentées au cours des deux dernières années, lors de réunions de l Interscience Conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy (ICAAC) (Conférence interscience sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie) et de réunions de l EACS (Société clinique européenne du SIDA) très récemment. Voici l étude SINGLE et les résultats de cette étude. L étude compare le dolutégravir avec une base d abacavir et de lamivudine combinés en dose fixe par rapport à la combinaison en dose fixe de ténofovir/emtricitabine avec l éfavirenz. Les résultats sont présentés dans cette représentation graphique des données sur 48 semaines montrant le pourcentage de patients dont la charge virale est indétectable à moins de 50 copies d ARN du VIH/mL. On voit ici que le schéma à base de dolutégravir donne une indétectabilité de 88 % par rapport à 80 % pour le ténofovir, l emtricitabine et l éfavirenz. Bien qu il s agisse d une étude de non infériorité, une analyse de supériorité statistique était prévue et, effectivement, le schéma à base de dolutégravir s est révélé statistiquement supérieur au schéma à base d éfavirenz. Pg.15

16 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique L étude suivante appelée FLAMINGO a également été présentée à la réunion de l ICAAC et mise à jour lors de la réunion de l EACS. Au cours de cette étude le dolutégravir est comparé au darunavir, un inhibiteur de protéase potentialisé parmi les meilleurs utilisés pour les patients naïfs de traitement, mais également pour les patients ayant déjà reçu un traitement. Encore une fois, il s agit d une étude de patients naïfs de traitement comparant le darunavir potentialisé par le ritonavir au dolutégravir à double base nucléosidique. Les données sur 48 semaines figurent sur l axe des x et la proportion de patients dont la charge virale est indétectable à moins de 50 copies d ARN du VIH/mL figure sur l axe des y. On voit ici que le schéma à base de dolutégravir donne une indétectabilité de 90 % à 48 semaines de traitement selon l analyse ponctuelle de la US Food and Drug Administration par rapport à 83 % avec le darunavir potentialisé par le ritonavir. Encore une fois, il s agissait d une étude de non infériorité et la marge de non infériorité de -12 % fut respectée. L étude a été planifiée d avance afin d inclure la supériorité et, encore une fois, le dolutégravir était supérieur à l inhibiteur de protéase darunavir potentialisé. La troisième étude est l étude SAILING. Cette étude a comparé le dolutégravir au raltégravir, un inhibiteur de l intégrase premier de sa catégorie, à un traitement antirétroviral de fond, chez des sujets ayant déjà suivi une thérapie antirétrovirale, mais naïfs de la thérapie à l intégrase. Dans cette étude sur une population de patients plus difficiles à traiter ayant déjà suivi une thérapie antirétrovirale, lorsqu on compare une dose de 50 mg de dolutégravir une fois par jour à une dose de 400 mg de raltégravir deux fois par jour, on voit qu à 24 semaines le dolutégravir donne un résultat de 79 % sous le seuil de détection par rapport à 70 % pour le raltégravir. Encore une fois, il s agissait d une étude de non infériorité. La non infériorité a été atteinte, ce qui a permis de poursuivre avec des tests de supériorité et, effectivement, le dolutégravir est statistiquement supérieur au raltégravir. Pg.16

17 Quelles sont les implications cliniques de ces nouvelles données? Je pense que les nouvelles données sont vraiment très encourageantes, car elles montrent qu un schéma à base de dolutégravir, tant chez les patients naïfs de traitement que ceux ayant déjà été traités, est meilleur que nos schémas actuels, en particulier nos médicaments pivots actuels. Dans les études naïves, il est préférable à l éfavirenz, qui est un médicament pivot standard, et il était également meilleur dans une étude naïve par rapport au darunavir potentialisé, l un des meilleurs inhibiteurs de protéase. Chez les patients ayant déjà suivi un traitement, le dolutégravir est meilleur que le raltégravir, qui était le meilleur inhibiteur de l intégrase de sa catégorie. A l heure actuelle, nos lignes directrices recommandent que, chez les patients naïfs de traitement, nous utilisions l éfavirenz en tant que médicament pivot non nucléosidique, le raltégravir à titre d inhibiteur de l intégrase ou le darunavir potentialisé par le ritonavir ou l atazanavir potentialisé par le ritonavir à titre d inhibiteur de protéase sur une base de ténofovir et d emtricitabine. Ce sont les lignes directrices standard aux É.-U. qui sont suivies par de nombreux groupes. Cela signifie que maintenant, avec ces nouvelles données, un schéma au dolutégravir est supérieur à tous ces médicaments pivots, qu il s agisse d un non nucléosidique, d un inhibiteur de protéase ou d un inhibiteur de l intégrase de première génération. Les lignes directrices ont recommandé le ténofovir et l emtricitabine comme base nucléosidique privilégiée. Maintenant, d après ces études qui utilisent une base d abacavir et de lamivudine, nous pouvons dire que l abacavir et la lamivudine combinés à l audolutégravir présentent une combinaison nucléosidique de base très raisonnable. Je pense que les comités de lignes directrices seront très intéressés par ces nouvelles données et je soupçonne qu ils incluront maintenant des schémas à base de dolutégravir dans les schémas privilégiés à l avenir une fois qu ils auront examiné les données en détail. Merci beaucoup. Pg.17

18 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Dr Rockstroh : Je souhaite la bienvenue à Mark Wainberg, qui travaille avec le Centre du SIDA de l Université McGill, et avec l Institut Lady Davis de l Hôpital général juif de Montréal. Aujourd hui, nous allons discuter de la suppression et de la résistance virologique. Mark, de façon générale, quel est le rôle de la résistance dans la gestion du VIH? Mark A. Wainberg, MD : La résistance est très importante. Il s agit certainement de l un des principaux facteurs limitants en ce qui concerne le succès de tout schéma thérapeutique que nous utilisons dans le domaine du VIH. Lorsqu un patient développe une résistance importante contre un médicament donné cela signifie en fait que ce composé ne peut plus être utilisé dans le traitement. Nous devons trouver autre chose. Pg.18

19 Dr Rockstroh : Le dolutégravir, inhibiteur de l intégrase, est un nouveau médicament contre lequel, dans son programme de phase 3 dans 3 études distinctes, la population de patients naïfs à l intégrase n a développé aucune résistance. Qu est-ce que cela signifie, et pourquoi avons-nous maintenant des schémas pour lesquels nous notons aucune résistance? Dr Wainberg : Il est important de souligner que, de façon générale, les patients ont toujours fini par développer une résistance contre tous les composés ayant été développés dans ce domaine. A ce stade, en ce qui concerne le développement en étude clinique du raltégravir ou de l elvitégravir, les 2 autres inhibiteurs de l intégrase, nous savions tout sur les profils de résistance de ces médicaments après que ces médicaments aient été utilisés en clinique et dans des études pendant 48 semaines. Il est tout à fait remarquable que, dans le cas des études cliniques de phase 3 du dolutégravir réalisées sur des patients naïfs, il n y ait toujours aucun patient ayant développé une mutation quelle qu elle soit pour le dolutégravir. C est tout à fait sans précédent. Dr Rockstroh : Nous n avons également pas noté de résistance dans l étude où le comparateur était le darunavir potentialisé, ce qui concorde tout à fait avec d autres données sur les inhibiteurs de protéase potentialisés. Mais y a-t-il une différence dans l absence de résistance au dolutégravir par rapport à celle aux inhibiteurs de protéase? Dr Wainberg : Nous avons travaillé très fort sur ce point. En tant que virologues, nous avons tenté d analyser la résistance au dolutégravir dans la culture de tissus en essayant de faire une sélection en faveur de la résistance contre le composé. Nous avons obtenu une mutation initiale à la position R263K dans l intégrase. Pg.19

20 Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Il se trouve qu il s agit de la même mutation qui est apparue chez 2 patients de l étude SAILING. L étude SAILING, vous vous en souviendrez, est celle dans laquelle des patients naïfs aux inhibiteurs de l intégrase ont pris du dolutégravir, mais ils avaient déjà reçu d autres traitements et avaient échoué plusieurs autres schémas. D une certaine manière, Jürgen, l étude SAILING a en quelque sorte reproduit l effet de nos expériences de sélection de cultures de tissus et, fait remarquable, a donné la même mutation, mais chez un très petit nombre d individus. Par la suite, nous avons pu montrer qu en maintenant la pression de sélection, le dolutegravir donnera lieu à une deuxième mutation. Dans nos études de cultures de tissus, la position de la deuxième mutation peut être variable et apparaître à la position H51Y ou à la position E138K. Ensuite, nous avons montré que l ajout de la seconde mutation à la première mutation sélectionnée réduit davantage la capacité du virus à se répliquer et diminue encore plus la capacité de l enzyme intégrase à fonctionner de manière enzymatique. Ceci est également sans précédent. Dans le cas de n importe quel autre médicament, y compris les inhibiteurs de protéase, vous commencez avec un faible niveau de résistance dans la plupart des cas, et cette première mutation est généralement en mesure d affecter l aptitude à la réplication. Ensuite, vous obtenez une deuxième mutation qui augmente la résistance et, en même temps, augmente davantage la réplication virale, de sorte qu elle fonctionne comme une mutation compensatoire. C est exactement ce qui a été observé avec le raltégravir par exemple. Vous commencez avec la première mutation qui vous donne un certain niveau de résistance faible, puis la seconde mutation augmente la résistance, mais rétablit aussi l aptitude à la réplication. Dans le cas du dolutégravir, lorsque la seconde mutation survient, la résistance augmente très faiblement tandis que l incidence sur l aptitude à la réplication est importante. Maintenant nous nous retrouvons avec, disons, une incidence de 80 % sur l aptitude à la réplication. Dans ces diverses études cliniques au cours desquelles le dolutégravir a été utilisé pour traiter les patients naïfs, nous sommes en mesure de confirmer, selon notre interprétation, qu un certain niveau de résistance pourrait être possible chez le patient. Mais le virus résistant ne pourra jamais se développer, et c est pourquoi nous n avons pas encore observé de résistance en clinique. Cela est tout à fait passionnant et, comme je l ai dit, les résultats sont vraiment sans précédent. Pg.20

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Soutenu par une bourse indépendante de formation de ViiV Healthcare. www.medscape.org/viewarticle/826417 Mise à

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Inhibiteurs de l intégrase nouvelle génération - future norme pour la prise en charge du VIH?

Inhibiteurs de l intégrase nouvelle génération - future norme pour la prise en charge du VIH? Inhibiteurs de l intégrase nouvelle génération - future norme pour la prise en charge du VIH? Supported by an independent educational grant from WebMD Global, LLC This document is for educational purposes

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs

Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs Numéro d identification du cabinet : Numéro d identification du dispensateur : Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs Qui devrait répondre à ce sondage? Chacun

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

Ry Moran Directeur de la consignation des déclarations de la CVR, responsable du Centre national de recherches

Ry Moran Directeur de la consignation des déclarations de la CVR, responsable du Centre national de recherches Compte rendu de la deuxième conférence téléphonique : Appel de propositions pour héberger en permanence le Centre national de recherches sur les pensionnats indiens Date : Mercredi 11 janvier 2012 Endroit

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

principe du compagnon TROUSSE 1 re ANNÉE Leçon d autoprotection GRATUITE

principe du compagnon TROUSSE 1 re ANNÉE Leçon d autoprotection GRATUITE Répond aux exigences éducatives provinciales Also available in English Le principe du compagnon TROUSSE 1 re ANNÉE Leçon d autoprotection GRATUITE MARTINNESORTPASSEUL.CA CENTRE CANADIEN DE PROTECTION DE

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Un principe fondamental de l'union européenne

Un principe fondamental de l'union européenne A. Discours Introduction Mesdames et Messieurs, Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale de la femme. Je voudrais tout d'abord remercier pour l'invitation à

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Le Saux Loïc Tanguy Brewal. Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps

Le Saux Loïc Tanguy Brewal. Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps Le Saux Loïc Tanguy Brewal Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps Traitement des enquêtes M1 ISC 2007/2008 Sommaire Introduction... 3 I ANALYSE DESCRIPTIVE

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire Le maraviroc (Celsentri ) est un antirétroviral antagoniste des corécepteurs CCR5 sur lequel certains virus HIV-1 se fixent pour pénétrer dans les lymphocytes. Il est commercialisé en France, à la suite

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers Dieudonné Soubeiga, expert en sondages Marie-Suzanne Lavallée, directrice de la qualité Annie

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat?

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Garanties collectives Nouveaux coûts Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Le marché des médicaments de spécialité, en rapide

Plus en détail

Ma 1 ère question est toujours celle ci, elle me permet de régler les problèmes techniques (réglage du canal, fonctionnement du système)

Ma 1 ère question est toujours celle ci, elle me permet de régler les problèmes techniques (réglage du canal, fonctionnement du système) Je ne vais pas revenir sur le principe de la classe inversée mais j y vois une opportunité de consacrer du temps à motiver et interagir avec les élèves afin de les impliquer plus. Parce qu au final, quelles

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons 1 Aujourd hui, j aimerais vous donner un aperçu de certains changements intéressants que nous avons décidé d apporter à notre façon

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Évaluation des programmes de promotion de la santé

Évaluation des programmes de promotion de la santé Évaluation des programmes de promotion de la santé Objectifs d apprentissage : À la fin de la séance, vous pourrez faire ce qui suit : 1.Expliquer le but de chaque étape de notre modèle d évaluation 2.Décrire

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

Questionnaire : étude de cas

Questionnaire : étude de cas Questionnaire : étude de cas Merci de bien vouloir nous raconter votre expérience à propos de la SEP et la manière dont elle vous a affecté. En signant ce questionnaire, vous donnez l autorisation à la

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

chez les patients atteints de la forme sévère et active de la maladie, qui n ont pas été traités au préalable avec le méthotrexate;

chez les patients atteints de la forme sévère et active de la maladie, qui n ont pas été traités au préalable avec le méthotrexate; EMA/502328/2014 EMEA/H/C/000955 Résumé EPAR à l intention du public tocilizumab Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH

Plus en détail

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe Note de synthèse Alzheimer Europe et ses organisations membres en appellent à l Union Européenne, à l Organisation Mondiale

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail