Politique de l eau en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique de l eau en France"

Transcription

1 Politique de l eau en France Le tournant en France a été la seconde guerre mondiale, pour voir la mise en place d une véritable de l eau avec une vision globale (codifié, réglementé ). Elle va se faire à différentes échelles de la commune (responsable de l assainissement et du réseau, des intercommunalités, départements, voire des bassins versants). Mais surtout, à l échelle nationale, qui est la plus visible, à travers les grandes lois qui la réglemente. De plus, l échelon européen se construit de plus en plus avec une série de directives européennes, et qui s impose de plus en plus aux Etats membres, et oriente les politiques nationales. Et à moindre effet, à l échelle internationale, par le biais de traités, de normes et de conventions internationales auxquels les pays vont adhérer, mais le droit international de l eau est à ses balbutiements. Enfin, des programmes (N-U ) s adressent aux PVD, mais cela reste de l ordre d objectifs par la préservation et un meilleur accès. L universalisation des services de l eau et l assainissement est l objectif international de 1980, avec un laps de temps de 10 ans (non atteint) [les enjeux vont évoluer et le cadre européen va prendre de plus en plus de place] Evolution du cadre législatif et réglementaire du secteur de l eau En France, l encadrement juridique est extrêmement étoffée et va prendre en compte l intégralité de la fonction de l eau (assainissement, distribution, pollution ). La volonté globale du secteur de l eau est importante, déjà à l époque romaine, l eau était considérée comme propriété collective dans le droit. La période féodale en France, avec l eau propriété des saigneurs, puis la révolution française va restaurer l esprit du droit romain est, nulle ne peut se prétendre propriétaire de la ressource en eau, et va donner la gestion locale au communes. 1964, 1992 et 2004 sont les dates importantes avec les lois sur la politique de l eau. Au sortir de la guerre, la France se rend compte de son retard, au niveau des infrastructures et augmentation inquiétante de la pollution notamment par rapport aux voisins européens et le Royaume-Uni. Une enquête réalisée en 1946 : - 37% des immeubles français disposés de l eau courante - 12% disposés d un assainissement collectif - 5% des constructions disposées d une salle de bain Dans les années 50, il y a une prise de conscience du problème de la pollution de l eau dû à l urbanisation, le degré d industrialisation et l accroissement démographique.

2 Deux priorités : Adapter la législation de l eau à ces défis, avec la nouvelle répartition entre acteurs de l eau car il y a beaucoup d acteurs mais peu de coordination dans les secteur de l eau. Dégager de nouvelles sources financière pour le secteur de l eau fondées sur la valeur économique de l eau. Ainsi, le législateur à développé l idée de la valeur économique de l eau (ce qui est rare est cher) De plus en plus de ressources sont pollués donc soit : - On va chercher l eau plus loin mais le transfère d eau est onéreux (conflits) - Dépolluer l eau à proximité, et cette seconde option va être retenue en France (très coûteuse car l eau devient le produit d un cycle économique de production fini et l eau acquiert une valeur économique). Ainsi, la question est, Qui doit payer l eau? L usager la paie très chère, au prix fort Principe de pollueur/payeur (agriculteur, usagers ) Amorce à la réflexion sur une politique globale de l eau 1959 : Réflexion sur une nouvelle politique de l eau au sein de la commission de l eau (commissariat général du plan) autour de deux principes : - Il faut territorialiser de façon pertinente le domaine de l eau, et non pas une échelle administrative, et la nécessité du périmètre des bassins versants, plus pertinents. - Nécessité d une planification rigoureuse de l aménagement des ressources en eau. Loi sur l eau de 1964, sur le régime de la répartition des eaux et de la lutte contre la pollution (pivot du système français) : 1 ère loi globale sur l eau avec un dispositif mise en place et dans le choix, jamais remis en question (texte précurseur à l échelle internationale) - Fondement du système français de l eau - Très innovante - Répond à 3 problèmes principaux : o Unifier la réglementation et législation o Ajouter à la voie réglementaire et juridique, une voie économique

3 o Favoriser la décentralisation et la concentration de la gestion de l eau [Aide pour la lutte contre la pollution et l incitation avec l aide économique ciblée] Globalement, la loi s appuie sur 3 éléments : 1- Une réglementation renforcée et modernisée L administration gère et arbitre la répartition de la ressource entre les usagers Création de périmètres de protection des eaux destinées à l alimentation humaine Obligation pour les communes de prévoir la dépense relative au fonctionnement et à l entretien des STEP (stations d épuration) Nécessité de faire des inventaires de la qualité des eaux Assujettissement à des autorisations de tous les rejets dans tous les milieux (eaux superficielles, souterraines et de mer) 2- Gestion administrative du secteur de l eau Problème de la multiplicité des acteurs impliqués dans la gestion de l eau : La loi a laissé à chaque administration concernées les compétences qu elle exerçait, tout en assurant une concertation étroite entre elles. Mission de la direction de l eau au ministère de l environnement (avant c était le ministère de l intérieur) 3- la mise en place des Agences de Bassins Mise en place des agences de l eau, qui sont la véritable pièce maîtresse de la 1 ère loi sur l eau : Agence Financière de Bassin (AFB) : Structure géographiquement adaptées aux 6 grands bassins hydrographiques français : - Rhône Méditerranée Corse - Seine Normandie - Adour Garonne - Artois Picardie - Loire Bretagne - Rhin Meuse Etablissements Publics Administratifs (EPA), dont l objectif est de protéger et de mettre en valeur les ressources en eau. Les comités de bassins : Structures consultatives (parlement de l eau) composés de représentants de l état, des collectivités locales et des usagers de l eau. Cette loi va avoir un impact européen et va influencer la directive européenne de 2000, sur l adoption d agences de bassin pour l ensemble des états/membres.

4 Dés 1990, le législateur français a pensé l actualisation de cette loi : Pourquoi une nouvelle loi sur l eau? La Loi sur l eau du 3 janvier 1992 Aggravation de la pollution d origine agricole, moins visible et peu centralisé (le nitrate dans les engrais). 988 rapports sur la potabilité de l eau en milieu rural et ¼ de l eau était sous les normes sanitaires. Sécheresse importante en 1989 et 1990 Directive européenne sur le traitement de seaux résiduaires urbaines (directive ERU, eaux usées). Cette directive européenne du 21 mai 1991 sur les eaux résiduaires urbaines : S attaquer à la pollution dite «domestique» produite par les habitants des zones urbaines (agglomérations de plus 2000 équivalents/habitants) A l horizon 2005, nécessité de collecter et de traiter cette pollution (au moins pour le traitement secondaire) et très contraignant pour la France car en retard au niveau des infrastructures et augmentation du prix de l eau pour les usagers. Programmes d investissement très coûteux estimé pour la France à près de 100 milliards de francs. Relance en 1992 de la politique de l eau avec 3 objectifs 1 conforter les principes introduits par la précédente loi : principe de «pollueur/payeur», concertation, valeur économique de l eau 2 Créé un système de planification de la gestion de l eau 3 Réprimer le délit de pollution Principaux apports de la nouvelle loi - La ressource en eau = Patrimonialisation commun de la nation - La transposition en droit français de la directive européenne de 1991 sur les eaux usées - Création de deux nouveaux outils de planification de la gestion de l eau : SDAGE (Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion de l Eau) C est un document de planification sur 10 à 15 ans, pour la gestion équilibrée de l eau à l échelle des 6 bassins. De plus, il est élaboré de manière concertée par le comité de bassin et opposable à l administration (Etat, collectivité, etblt public) mais pas aux tiers compatibilité Contenu :

5 - Délimite le périmètre des sous bassins correspondant à une unité hydrographique - Fixe les orientations fondamentales d une gestion équilibrée de la ressource en eau dans le bassin - Définit les objectifs de quantité et de qualité des eaux SAGE est élaboré par une commission locale de l eau, il décline à l échelle d un sous bassin, les priorités du SDAGE. Cependant, tout le territoire n est pas couvert par le SAGE. Enfin, une participation en augmentation de la société civile (porte plainte, concertation ) Loi de 2004, relative à l eau et aux milieux aquatiques Elle a avorté en 2002, sous le gouvernement Jospin, est soumis à beaucoup de polémiques. En effet, le gouvernement de droite à réduit l effet de la loi, avec la question du «petit cycle» de l eau accès aux services problème de prix élevé. Une volonté de réforme était lointaine (6/7ans), cependant, à l échelle européenne en 2000, une directive, la DCE (Directive Cadre sur l Eau) va faire évoluer la législation française. En effet, elle va marquer un changement dans la politique européenne sur l eau, et l évolution de la logique de protection (avant 2000) avec des contraintes urbaines et environnementale, à une logique plus offensive et on a la volonté de reconquérir la qualité des milieux aquatiques 3 grandes périodes en Europe : Régie Délégation, un contrat avec un opérateur privé C est le conseil municipal ou de l intercommunalité, qui choisit le mode de gestion. Dans les années 50, 2/3 des communes étaient en régies, puis à partir de la deuxième moitié du 20 ème siècle, un virage vers la délégation se développe dû au mode de vie, augmentation d urbanisation et donc plus de besoins. 25% de la population est desservie en Régie, en 2006, pour la distribution de l eau et c est 50/50 pour l assainissement C est essentiellement le Maire qui a la clé de l organisation de ces services (décentralisation très ancienne) services de distributions d eau en France, par l IFEN de 98 (diminution depuis l intercommunalité) : eaux potables assainissements Ce secteur n a jamais fait l objet de nationalisation contrairement à l électricité par exemple, avec EDF, dû à la question d une volonté d équité territoriale et le prix de l eau est

6 très hétérogène (SPL Service Public Local : continuité du service, transparence, équilibre financier ) La commune est responsable, en France, des services d eaux, même en cas de délégation à une entreprise privé (prix, services ) Voynet a été voté par le parlement en 1 ère lecture mais abrogé et caduque dû au changement de gouvernement. La loi a été très difficile a passé avec de nombreuses évolution (problèmes des nitrates et des pesticides ) : - 70% des eaux usagées sont épurées en France - ½ du territoire est proche de la norme de potabilité (+40mg/l nitrate) qui sont de 50 ai niveau européen. - La réglementation sur la pêche a été mélangée avec l eau En France, l agriculture contribue qu à 1% de son financement contre 70% de sa consommation, alors que 82% de financement pour les particuliers et 14% pour l industrie. Charte pour l environnement (qui fait partie de la constitution depuis peu) : Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux et équilibré ( ) et toute personne doit contribuer à la réparation des dommages, qu elle cause à l environnement (Principe du pollueur/payeur) 1 Usage de l eau uniquement (baignade, consommation, agriculture sectorielle) 2 Limitation des pollutions (directive ERU, épuration, assainissement) 3 En 2000, reconquérir la qualité des milieux aquatiques, avec des objectifs (perspectives de «développement durable») Cette directive DCE avec 3 objectifs : 1 Ecologique : Parvenir à une bon état écologique des eaux à l horizon Ethique : Bâtir un référentiel commun dans l UE, avec des choix fondamentaux partagés (faire participer le grand public à l élaboration de la politique de l eau) 3 - Economique : Principe du recouvrement des coûts (appliquer à des degrés divers, de tous les pays de l UE) Négociation au niveau français entre le ministre de l environnement (sous Voynet) et le ministre de l agriculture. Ainsi, en 2002, une première version de la loi par Voynet a été voté par le parlement en 1 ère lecture mais abrogé et caduque dû au changement de gouvernement.

7 La loi a été très difficile a passé avec de nombreuses évolution (problèmes des nitrates et des pesticides ) : - 70% des eaux usagées sont épurées en France - ½ du territoire est proche de la norme de potabilité (+40mg/l nitrate) qui sont de 50 ai niveau européen. - La réglementation sur la pêche a été mélangée avec l eau En France, l agriculture contribue qu à 1% de son financement contre 70% de sa consommation, alors que 82% de financement pour les particuliers et 14% pour l industrie. Charte pour l environnement (qui fait partie de la constitution depuis peu) : Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux et équilibré ( ) et toute personne doit contribuer à la réparation des dommages, qu elle cause à l environnement (Principe du pollueur/payeur) Gestion des services de l eau et l assainissement en France C est essentiellement le Maire qui a la clé de l organisation de ces services (décentralisation très ancienne) services de distributions d eau en France, par l IFEN de 98 (diminution depuis l intercommunalité) : eaux potables assainissements Ce secteur n a jamais fait l objet de nationalisation contrairement à l électricité par exemple, avec EDF, dû à la question d une volonté d équité territoriale et le prix de l eau est très hétérogène (SPL Service Public Local : continuité du service, transparence, équilibre financier ) La commune est responsable, en France, des services d eaux, même en cas de délégation à une entreprise privé (prix, services ) Gestion du service : Régie Délégation, un contrat avec un opérateur privé C est le conseil municipal ou de l intercommunalité, qui choisit le mode de gestion. Dans les années 50, 2/3 des communes étaient en régies, puis à partir de la deuxième moitié du 20 ème siècle, un virage vers la délégation se développe dû au mode de vie, augmentation d urbanisation et donc plus de besoins. 25% de la population est desservie en Régie, en 2006, pour la distribution de l eau et c est 50/50 pour l assainissement

8 Gestion en Régie : Commune ou Intercommunalité Fonctionnement Investissement Facture Usager s collectivité) : Gestion en délégation (infrastructure sont toujours propriété de la Concession Affermage (- rentable) - Financement propre - Contrat seulement sur le - Gestion autonome fonctionnement (exploitation) selon un contrat - Reverser une partie des factures - On délègue le à la commune, au titre de

9 fonctionnement et l investissement l investissement - Contrat limité à 20 ans Cependant, de nombreuses formes de délégation existent comme par exemple, sur certaines activités (sous traitance ) PPP = Partenariat Public/Privé

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018 10 ème Programme Vendredi 12 octobre 2012 Agence de l eau Rhin-Meuse 9h30 >13h00 Contact presse : Dominique Frechin / tél. 03 87 34 48 59 1 Les priorités Les avancées L état des eaux Les causes et les

Plus en détail

Assainissement et diagnostics techniques obligatoires Volet assainissement collectif et non collectif. Université du Notariat le 24 juin 2014

Assainissement et diagnostics techniques obligatoires Volet assainissement collectif et non collectif. Université du Notariat le 24 juin 2014 Assainissement et diagnostics techniques obligatoires Volet assainissement collectif et non collectif Université du Notariat le 24 juin 2014 Intervenants Service Eau DEAE Conseil général 02.97.54.82.96

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Présentation de l Agence de l eau RHONE-MEDITERRANEE et CORSE (RM&C)

Présentation de l Agence de l eau RHONE-MEDITERRANEE et CORSE (RM&C) Présentation de l Agence de l eau RHONE-MEDITERRANEE et CORSE (RM&C) Application de la Directive cadre européenne sur l eau dans le cadre du Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE)

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Le financement de la gestion des ressources en eau en France. n 33. Etude de cas pour un rapport de l OCDE

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Le financement de la gestion des ressources en eau en France. n 33. Etude de cas pour un rapport de l OCDE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Études & documents n 33 Janvier 2011 Le financement de la gestion des ressources en eau en France Etude de cas pour un rapport de l OCDE ÉCONOMIE ET ÉVALUATION

Plus en détail

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 1 LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 2 1 Plan de l intervention Le SDAGE : objectifs, enjeux, Le PDM : définition, contenu, chiffrage 3 SDAGE

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité Rozérieulles, le 15 octobre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONSEIL D ADMINISTRATION COMITÉ DE BASSIN Mardi 13 octobre 2015 Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années

Plus en détail

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Outils et expériences À destination des maîtres d ouvrage GAB Ile-de-France Avril 2010 1/ Inviter l ensemble

Plus en détail

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Dossier de presse Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Sommaire Communiqué de presse.1 Fiche 1 : Qu est ce qu un Schéma d Aménagement et de Gestion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1213 du 10 août 2007 relatif aux schémas d aménagement et de gestion

Plus en détail

Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU

Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU - le 7 juillet 2010 - Page 1 sur 5 Préambule Le SAGE a été adopté à l unanimité par la Commission Locale de l Eau le

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX

SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DE LA BAIE DE SAINT BRIEUC ---------- Règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau (en application des articles R 212 30 à R 212-42 du Code de l

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES RESSOURCES EN EAU, EAU POTABLE ET MILIEUX AQUATIQUES

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES RESSOURCES EN EAU, EAU POTABLE ET MILIEUX AQUATIQUES MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES RESSOURCES EN EAU, EAU POTABLE ET MILIEUX AQUATIQUES Ligne 21-2 Gestion quantitative de l eau dans les activités économiques hors agricoles Années 2010 à

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

Agence de l eau l Loire Bretagne

Agence de l eau l Loire Bretagne Les aides de l agencel de l eau l Loire-Bretagne 1 Les aides de l agencel Journée technique de l eau l Loire-Bretagne 1 IX è programme d intervention 2 Objectifs AEP du IX è programme 3 Aides à la lutte

Plus en détail

Un AGENDA 21 pour Allonnes. Bureau municipal du 17 mars 2010

Un AGENDA 21 pour Allonnes. Bureau municipal du 17 mars 2010 Un AGENDA 21 pour Allonnes Bureau municipal du 17 mars 2010 Sommaire Définition et schémas du développement durable Contexte international, européen et national Définition d un Agenda 21 local Les finalités

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

PROJET DE SAGE ORNE AMONT

PROJET DE SAGE ORNE AMONT CONSULTATION DES ASSEMBLEES 1er janvier-1er mai 2014 PROJET DE SAGE ORNE AMONT Validé en CLE le 6 décembre 2013 Sommaire Caractéristiques du territoire Etat des masses d eau Calendrier d élaboration Condition

Plus en détail

Les enjeux du 10 e programme

Les enjeux du 10 e programme Les enjeux du 10 e programme Atteindre une gestion équilibrée des ressources en eau tout en assurant la satisfaction durable des usages. Répondre à de nouveaux défis comme la pollution par les pesticides,

Plus en détail

La charte de l environnement et du développement durable

La charte de l environnement et du développement durable La charte de l environnement et du développement durable LA DÉCLINAISON ANGEVINE DES THÉMATIQUES DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT LES ENJEUX A - La lutte contre le réchauffement climatique Bâtiments - Habitat

Plus en détail

Séminaire des animateurs de SAGE du bassin Rhône-Méditerranée 18 avril 2016 SAGE et gestion quantitative

Séminaire des animateurs de SAGE du bassin Rhône-Méditerranée 18 avril 2016 SAGE et gestion quantitative Séminaire des animateurs de SAGE du bassin Rhône-Méditerranée 18 avril 2016 SAGE et gestion quantitative Kristell ASTIER-COHU DREAL Auvergne-Rhône-Alpes / Délégation de bassin 1 La gestion quantitative

Plus en détail

Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2

Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2 Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2 1 RAPPELS SUR LA DÉMARCHE SYNTHÈSE DES ENTRETIENS MISE EN PLACE DES GROUPES DE TRAVAIL COMMUNICATION PENDANT LA PHASE D ÉLABORATION DU CT ANIMATION

Plus en détail

du bassin adour-garonne PDM 2016-2021 un nouvel élan pour l eau

du bassin adour-garonne PDM 2016-2021 un nouvel élan pour l eau programme de mesures du bassin adour-garonne PDM un nouvel élan pour l eau Sommaire 1. Objet, portée et élaboration du PDM et lien avec le SDAGe 7 1.1. Définition 8 1.2. Portée juridique du PDM 8 1.3.

Plus en détail

Atelier A : L intégration de la démarche SAGE au sein des documents d urbanisme. Séminaire DREAL Aquitaine - 1er décembre 2009 - Agen

Atelier A : L intégration de la démarche SAGE au sein des documents d urbanisme. Séminaire DREAL Aquitaine - 1er décembre 2009 - Agen Séminaire DREAL Aquitaine - 1er décembre 2009 - Agen Atelier A : L intégration de la démarche SAGE au sein des documents d urbanisme Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement Durable et de

Plus en détail

Un AGENDA 21. Yvré l'evêque

Un AGENDA 21. Yvré l'evêque Un AGENDA 21 pour Yvré l'evêque Un AGENDA 21 pour Yvré l'evêque Au coeur de notre projet municipal 2008-2014, la majorité avait inscrit une thèmatique autour du développement durable et de l Agenda 21

Plus en détail

Marcel Roussel Rappel du calendrier

Marcel Roussel Rappel du calendrier Du SAGE Couesnon Le mot du Président La Commission Locale de l eau (CLE) a validé le 7 Avril 2011, la stratégie du SAGE (Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux) de notre bassin versant du Couesnon,

Plus en détail

ACCORD DE JUMELAGE. Agence de l Eau Adour Garonne ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL ENTRE. l Agence de l Eau Adour-Garonne

ACCORD DE JUMELAGE. Agence de l Eau Adour Garonne ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL ENTRE. l Agence de l Eau Adour-Garonne Agence de l Eau Adour Garonne ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL ACCORD DE JUMELAGE ENTRE l Agence de l Eau Adour-Garonne représentée par le Directeur, Monsieur Jean-Pierre POLY ET l

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. Superficie : 377 829Km 2 (4400 îles) Population: 127,5M (65% urbaine / 20% rurale)

Le contexte global. La ressource. Superficie : 377 829Km 2 (4400 îles) Population: 127,5M (65% urbaine / 20% rurale) Le contexte global Superficie : 377 829Km 2 (4400 îles) Population: 127,5M (65% urbaine / 20% rurale) Seuls 30% du territoire est habitable, ce qui entraîne une forte densité de population (5000 hab/km²

Plus en détail

Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015. Bilan d avancement à tiers parcours

Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015. Bilan d avancement à tiers parcours Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015 Bilan d avancement à tiers parcours Décembre 2012 Bilan d avancement du programme de mesures 2010-2015 du bassin Loire Bretagne I. RESUME...3 II.

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

SCHEMA D AMENAGEMENT et de GESTION des EAUX (SAGE) de la NAPPE de BEAUCE et ses MILIEUX AQUATIQUES ASSOCIES

SCHEMA D AMENAGEMENT et de GESTION des EAUX (SAGE) de la NAPPE de BEAUCE et ses MILIEUX AQUATIQUES ASSOCIES SCHEMA D AMENAGEMENT et de GESTION des EAUX (SAGE) de la NAPPE de BEAUCE et ses MILIEUX AQUATIQUES ASSOCIES REGLEMENT INTERIEUR de la COMMISSION LOCALE de l EAU adopté en séance le 1 er décembre 2000,

Plus en détail

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats Crédit photo : JP.LEFEBVRE - AEAP Principaux résultats du bilan intermédiaire 2012 du Programme de Mesures

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Une stratégie pour un bon état des eaux 2010-2015. Dossier de presse

Une stratégie pour un bon état des eaux 2010-2015. Dossier de presse Une stratégie pour un bon état des eaux Comité de bassin Loire-Bretagne du 15 octobre Dossier de presse - le communiqué du comité de bassin réuni le 15 octobre - le schéma directeur d aménagement et de

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES 01 Fédération française des associations de protection de la nature et de l environnement, France Nature Environnement est la porte-parole d un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 80

Plus en détail

TITRE PREMIER DES GENERALITES TITRE II DE LA CLASSIFICATION DES PROJETS. CHAPITRE PREMIER Les catégories de réseaux

TITRE PREMIER DES GENERALITES TITRE II DE LA CLASSIFICATION DES PROJETS. CHAPITRE PREMIER Les catégories de réseaux Loi n 98-026 du 20 janvier 1999 portant refonte de la Charte routière TITRE PREMIER DES GENERALITES Article premier - La présente loi constitue la charte Routière à Madagascar. Elle définit les modalités

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de (ORMVAH) crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de - - - - crédits, la distribution des prêts et le contrôle de leur utilisation, notamment

Plus en détail

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3.1 Cadre d intervention Le présent plan de mobilité durable s inscrit dans une démarche beaucoup plus large, qui s est amorcée en 2012 par l adoption

Plus en détail

et dans les Bocages Normands?

et dans les Bocages Normands? l Agence de l eau l le 9 ème programme de l Agencel et dans les Bocages Normands? pour en savoir plus Réunions PTAP Bocages Normands juin 2008 Loi du 16 décembre 1964 France divisée en 6 bassins hydrographiques

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés.

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Rhône-Alpes 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés.

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Haute-Normandie 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Le 10 e programme de l agence de l eau Loire-Bretagne. VOLUME 1 délibérations redevances et programme

Le 10 e programme de l agence de l eau Loire-Bretagne. VOLUME 1 délibérations redevances et programme Le 10 e programme de l agence de l eau Loire-Bretagne VOLUME 1 délibérations redevances et programme Janvier 2013 Sommaire 10e programme d'intervention de l'agence de l'eau Loire-Bretagne 2013-2018 Délibération

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Bilan à mi-parcours du programme de mesures

Bilan à mi-parcours du programme de mesures Bilan à mi-parcours du programme de mesures district Meuse DIRECTIVE CADRE EUROPÉENNE SUR L EAU Document présenté au Comité de bassin le 30/11/2012 2010-2015 Novembre 2012 Directive 2000/60/CE du Parlement

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

LES QUESTIONS IMPORTANTES

LES QUESTIONS IMPORTANTES L AVENIR DE L EAU ET DES MILIEUX AQUATIQUES : LES QUESTIONS IMPORTANTES ET LE PROGRAMME DE TRAVAIL DU BASSIN ADOUR-GARONNE Comité de bassin du 2 décembre 2013 2016 SDAGE-PDM Ce document présente : les

Plus en détail

Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse

Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux Haut Doubs / Haute Loue Déroulement de l intervention I Situation géographique et contexte économique II Un contexte favorable

Plus en détail

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE»

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DERAMCHI Mohamed Directeur général de l AGIRE. International Integrated Basin Management Workshop

Plus en détail

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE 2013-2018 10 e PROGRAMME AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Prime de résultat en assainissement collectif La prime de résultat est une aide dont le principe est prévu par la loi. Elle vise à favoriser la bonne

Plus en détail

Le Contrat de delta Camargue. Alain Dervieux : Parc de Camargue DESMID (UMR ESPACE CNRS-AMU)

Le Contrat de delta Camargue. Alain Dervieux : Parc de Camargue DESMID (UMR ESPACE CNRS-AMU) Le Contrat de delta Camargue Alain Dervieux : Parc de Camargue DESMID (UMR ESPACE CNRS-AMU) Rappel Construction de la politique française de l eau : loi du 16/12/1964 gestion décentralisée au niveau des

Plus en détail

Contrat de rivière: outil de gestion intégrée des milieux aquatiques Premières Rencontres territoriales Argens

Contrat de rivière: outil de gestion intégrée des milieux aquatiques Premières Rencontres territoriales Argens Contrat de rivière: outil de gestion intégrée des milieux aquatiques Intervenants: Anne-Evelyne CHOLLET CCCP Matthieu SEBIRE SMA Sommaire I. Présentation de l outil «Contrat de Rivière»: Définition, objectifs,

Plus en détail

Classement en zone de répartition des eaux (ZRE)

Classement en zone de répartition des eaux (ZRE) Classement en zone de répartition des eaux (ZRE) Janvier 2015 Quels critères quelles conséquences? Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement du Logement Rhône-Alpes www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

2013-37 Adoption du rapport annuel sur le prix et la qualité DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE en 2012

2013-37 Adoption du rapport annuel sur le prix et la qualité DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE en 2012 13 septembre 2013 Convocation séance du treize septembre deux mil treize La convocation du Conseil Municipal en date du 9 septembre 2013 a été adressée, individuellement, à chaque Conseiller, pour le vendredi

Plus en détail

LA SECHERESSE ET LE MANQUE D EAU

LA SECHERESSE ET LE MANQUE D EAU Règlement du 5 ème concours photo sur le bassin Loire Bretagne LA SECHERESSE ET LE MANQUE D EAU DU 1er JUILLET AU 30 SEPTEMBRE 2011 La sécheresse est un évènement climatique naturel qui survient quand

Plus en détail

Réunion du 02 juillet 2008. Lancement de la Cellule d Animation sur les Milieux Aquatiques (CAMA) du Finistère

Réunion du 02 juillet 2008. Lancement de la Cellule d Animation sur les Milieux Aquatiques (CAMA) du Finistère Réunion du 02 juillet 2008 Lancement de la Cellule d Animation sur les Milieux Aquatiques (CAMA) du Finistère Cadre réglementaire et partenarial Par Mme Véronique LEBOULLEUX Conseil général du Finistère

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

Recueil des délibérations du 17 octobre 2014. COMITÉ DE BASSIN 96 ème séance (1 ère séance du 9 ème mandat)

Recueil des délibérations du 17 octobre 2014. COMITÉ DE BASSIN 96 ème séance (1 ère séance du 9 ème mandat) Recueil des délibérations du 17 octobre 2014 COMITÉ DE BASSIN 96 ème séance (1 ère séance du 9 ème mandat) COMITÉ DE BASSIN RÉUNION DU 17 OCTOBRE 2014 Délibération N 2014/19 Élection du président de la

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE C SAG COMMISSION LOCALE DE L EAU GE DE LA HAUTE-SOMME Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE 1. Objectifs de la réunion......2 2. Les obligations du SAGE

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Picardie

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Picardie Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Picardie 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION

PLAN DE COMMUNICATION PLAN DE COMMUNICATION SAGE du bassin de la Sarthe Aval Commission Locale de l Eau Mai 2012 Avril 2012 Avant-propos L élaboration du SAGE du bassin de la Sarthe Aval nécessite de mettre en place une démarche

Plus en détail

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU 1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU Le diagnostic du SAGE a mis en évidence les principaux problèmes que connaît le mode de gestion actuel des ressources en eau. On distingue 4 types de problèmes

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC PRIVE EXPERIENCE DU MAROC

PARTENARIAT PUBLIC PRIVE EXPERIENCE DU MAROC PARTENARIAT PUBLIC PRIVE EXPERIENCE DU MAROC Bachir RACHDI Confédération Générale des Entreprises au Maroc Structures de l Instance Centrale de Prévention de la Corruption Président Secrétaire général

Plus en détail

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010 Centre Formation Acteurs Locaux Modèles de coopération publique - privée pour la gestion des déchets urbains --- Martin Yelkouni Université Senghor d Alexandrie Louis-Edouard Pouget Grand Lyon Ouagadougou

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux D01 Objectifs Garantir un approvisionnement en eau potable de qualité et minimiser l impact humain sur les eaux de surface et souterraines Effets

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Quand l enseignement agricole et l agence de l eau se mobilisent pour la jeunesse

DOSSIER DE PRESSE Quand l enseignement agricole et l agence de l eau se mobilisent pour la jeunesse DOSSIER DE PRESSE Quand l enseignement agricole et l agence de l eau se mobilisent pour la jeunesse Sommaire Fiche 1 : La convention cadre de coopération jeunesse, eau et enseignement agricole 2014-2018

Plus en détail

Agence de l Eau RMC & LB --- Projets de SDAGE et de programme de mesures 2016-2021 --- Aides aux captages

Agence de l Eau RMC & LB --- Projets de SDAGE et de programme de mesures 2016-2021 --- Aides aux captages Agence de l Eau RMC & LB --- Projets de SDAGE et de programme de mesures 2016-2021 --- Aides aux captages Un projet de programme de mesures coconstruit Concertation locale : RMC : 150 réunions (octobre

Plus en détail

Bernadette Laclais Députée de Savoie

Bernadette Laclais Députée de Savoie Bernadette Laclais Députée de Savoie Retour sur un an d activité à l Assemblée nationale et pour notre territoire - Réunion de bilan de mandat LE CHÂTELARD 24/10/2014 Bernadette Laclais Députée de Savoie

Plus en détail

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif Ce rapport annuel constitue une obligation légale pour le maire qui doit le présenter chaque

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

"# "$%&' (!!!"#$$%$ ()))*"'

# $%&' (!!!#$$%$ ()))*' ! "# "$%&' ( )*)+++!!!"#$$%$ $#&'&' ()))*"' +, !"#$ #%""&$# "&#!'&$('#)*$* $+#$%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% &-.,,) )/,01,-.2.-04(214,1.,/2//(5/6

Plus en détail

Eau potable Et Urbanisme

Eau potable Et Urbanisme Eau potable Et Urbanisme Constat et enjeux dans le département de la Loire 1- L alimentation en eau potable dans la Loire Denis THOUMY DDT de la Loire Service Eau et Environnement Montrond les Bains http://www.loire.equipement-agriculture.gouv.fr/

Plus en détail

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC Instance Consultative Conseil Supérieur de l Eau et du Climat Instances de de planification sectorielle M. Agriculture M. Intérieur MEMEE (SEE ABH) ONEP M. Santé

Plus en détail

La ressource ESPAGNE. Le contexte global

La ressource ESPAGNE. Le contexte global Superficie : 505 000km2 Le contexte global Population : 40 M (urbaine: 31 / rurale: 9) Divisions administratives: 19 communautés autonomes (comunidades autonomas); Andalousie, Aragon, Asturies, Baléares,

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Études d estimation des volumes prélevables globaux

Études d estimation des volumes prélevables globaux Études d estimation des volumes prélevables globaux Les Ateliers du Territoire L EAU POTABLE ET URBANISME MONTROND LES BAINS - 17 Novembre 2011 Florence EVRA-ASPORD Chef de Service Territoire Saône-Rhône

Plus en détail

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens Les massifs montagneux, ainsi que les bassins fluviaux, sont des territoires qui se caractérisent par des enjeux de développement

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr cete de l Est ENVIRONNEMENT ET RISQUES Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr Approches globales Contribuer par ses prestations à une perception

Plus en détail

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé Transition énergétique des collectivités Comité de pilotage Conseil Energie Partagé PAYS RUTHENOIS / CEP Pays Ruthénois: 8 salariés 57 communes 93 000 habitants 5 M /an d énergie Programme Matin (09:00)

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

Note à l attention de la Commission développement durable de l ADF

Note à l attention de la Commission développement durable de l ADF Note à l attention de la Commission développement durable de l ADF Objet : Impacts des lois NOTRe, transition énergétique et du projet de loi biodiversité sur les politiques de l environnement et du développement

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin 8 eme rencontre des gestionnaires AEP 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin Les enjeux liés aux activités industrielles et artisanales sur le périmètre du SAGE INR 21 novembre 2013 - Conseil Général

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail