Charte de l Association Aurore

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Charte de l Association Aurore"

Transcription

1 Charte de l Association Aurore Introduction : Des valeurs et des principes directeurs Fondée en 1871, reconnue d utilité publique en 1875, l association Aurore a pour objet «la réadaptation sociale et professionnelle des personnes que la maladie, l isolement, les détresses morales ou matérielles ont privées d une vie normale». Elle promeut une approche globale de l'accompagnement des personnes les plus exclues. Elle fournit un accompagnement sur mesure et un «toit», et/ou un emploi d insertion, aux personnes en désaffiliation sociale, et à celles souffrant de problèmes psychiques ou addictifs. Elle mobilise et met en synergie ses 3 piliers : héberger, soigner et insérer, dans une logique ouverte au service des personnes et des partenaires d un territoire, favorisant la reconquête de leur autonomie par les personnes accueillies. Valeurs Les valeurs fondamentales de l association Aurore sont : - l humanisme, - la solidarité, - la laïcité. Principes directeurs Prenant en charge des sortants de détention, puis des personnes souffrant de troubles psychiques, l association Aurore a su, par adaptations successives, étendre ses actions à l ensemble des problèmes de l exclusion. De ce fait, elle a multiplié ses champs d intervention. Aurore s inscrit dans une triple démarche : - une démarche sociale, médico-sociale et sanitaire s inscrivant dans les politiques publiques : nos actions doivent permettre aux personnes d être accueillies en tant qu hommes et citoyens d une communauté, dans le respect de leurs droits et de leur dignité, - une démarche militante, au sens d une capacité à faire remonter au niveau politique les questions individuelles et sociales de terrain, - une démarche pragmatique, qui tient compte des réalités et des contraintes dans une perspective d'action. Son action s'appuie sur une ligne directrice éthique et des principes de fonctionnement : - la loi comme cadre s imposant à tous, - le respect de l individu, - la croyance en une évolution possible de la personne. Page 1

2 1. Ces principes et valeurs fondent un haut niveau d exigences à l égard des personnes accueillies Pour AURORE, mettre l usager au centre des dispositifs, c est à la fois construire avec chacun un projet personnalisé et donner à tous un rôle de citoyen actif de l association. C est en effet en considérant l individu dans ses multiples dimensions que s accomplit au mieux l unité du lien social et la promotion des valeurs qui s y attachent, la reconnaissance de ses actions et de ses résultats ainsi que de leurs démultiplications. A. Une action avec la personne L action d Aurore est centrée sur la personne accueillie. La contribution des équipes ne peut se limiter à l application standardisée des mesures. Chaque individu porte en lui une situation unique. En conséquence, le type de prise en charge et la réponse à ses problèmes ne peuvent être que personnalisés. Aurore veille donc à : Mobiliser les forces et les désirs de vie de chacun Si la personne est en marge ou exclue parce que en souffrance, en difficulté relationnelle, psychologique, affective ou professionnelle, ses capacités individuelles pour un «mieux être, un «mieux vivre ensemble» restent pour autant réelles. Œuvrer pour que la personne conserve sa place de citoyen L association considère que la personne accueillie possède les mêmes droits et devoirs que tout citoyen, ce qui lui confère l accès à l espace social. La mise en œuvre du droit des personnes accueillies au sein de l association est la traduction de ce principe. L'aider à reconstruire une identité et à recouvrer un statut social L association centre son action sur la personne pour que celle-ci reconstruise une identité positive. Parallèlement, tout est mis en œuvre pour l aider à recouvrer un statut social afin qu elle soit en capacité d exercer ses responsabilités et formaliser un projet de vie. B. Des projets de service cohérents avec cette conception Finalités et objectifs Trois finalités guident les projets des établissements et services : - le renouage social : il s'agit d'aider au rétablissement des liens sociaux pour, à terme, que les personnes accueillies accèdent à l espace social de leur choix, - la stabilisation : il s'agit de tendre vers une stabilité de la personne en travaillant sur la diminution des symptômes nés de la souffrance sociale et psychique, et en favorisant s'il y a lieu leur ancrage dans le soin, Page 2

3 - l'autonomisation : il s'agit de mettre en œuvre des propositions favorisant la réalisation du projet individuel et l'intégration de la personne dans son environnement. C. Une logique d établissements à taille humaine L association privilégie le développement de petits établissements «à taille humaine». Animés par du personnel qualifié, jouissant d un haut niveau d autonomie, ces services s inscrivent tous dans le cadre de cette charte : régulières remises en perspective du projet d établissement et travail étroit en transversalité au sein du réseau des établissements Aurore et des autres partenaires du territoire. Cette logique d équipe «à taille humaine» est fondamentale pour le développement de la dynamique d engagement qui doit animer la communauté associative de chaque établissement. 2. Le fonctionnement interne traduit ces exigences A. Des instances statutaires ouvertes et compétentes Le conseil d administration, représentatif de la société civile, reflète le projet et les ambitions de l association. Outre des représentants du personnel, y sont associés des représentants des personnes accueillies. Le bureau réunit des compétences techniques utiles et veille au fonctionnement régulier et au développement de l association. B. Un personnel engagé et soutenu Un personnel engagé autour des valeurs de l association Pour un salarié, s engager au sein d Aurore est un choix signifiant le respect des valeurs définies par la présente Charte. Dans le respect des règles du droit du travail, tout salarié est engagé dans le cadre des missions de l association, de son projet associatif, des projets d établissements. Un personnel soutenu Chaque salarié trouve le soutien à son professionnalisme pour pouvoir contribuer à alimenter et faire vivre les projets. Il bénéficie ainsi d actions de formation qualifiantes. La promotion interne est recherchée. Page 3

4 C. La circulation de l information et la gestion des compétences L implication des salariés dans la vie de l association est favorisée par la circulation de l'information et le droit d expression individuel ainsi que par la participation de leurs représentants aux réunions du conseil d administration. Des actions de réflexion transversales sont mises en place pour capitaliser les expériences et développer la communication, mettre en commun les ressources de chaque service. Chaque service, chaque Pôle, est invité à mutualiser ses moyens avec les autres services. En sus des instances légales, une cellule de gestion des risques et crises est destinataire des signalements d événements indésirables, dans le but d y remédier et d en prévenir d autres. 3. L ouverture sur la cité conforte l action d Aurore L association, acteur et force de proposition dans les grands débats L association participe et prend part aux débats concernant les problématiques sociales. Elle est force de proposition en anticipant sur l évolution des prises en charge et des aides aux personnes et groupes en difficulté et sur la prévention des situations de grande pauvreté, d exclusion et de maladie. L association, lieu d'engagement des bénévoles L association développe la participation des bénévoles à ses actions, car il s'agit à la fois d'une ouverture pour l'association et d un atout de plus pour accompagner un retour à la citoyenneté des personnes accueillies. L association et le développement local L'association met en œuvre des outils de soins, d'hébergement et d'accompagnement socioprofessionnel. En dehors de ses murs, l association revendique un rôle dans la cité qui l incite à devenir un acteur du développement local. Partenariats et réseaux Aucune association, aucun service, aucune institution, aucun travailleur social ne peut, aujourd'hui, se prévaloir d'apporter à une personne l'intégralité de l'aide requise dans une situation donnée. Les soignants et intervenants sociaux ont pris conscience, individuellement et collectivement, qu'il est impossible de régler tous les problèmes d'une personne sans le recours à d'autres partenaires. La prise en compte de cette réalité fait qu'autour des concepts de réseau, de partenariat, des modalités d'action nouvelles viennent renforcer l efficacité de l action individuelle. Page 4

5 4. Les perspectives Les valeurs, la vision fondatrice et les principes directeurs de l'association Aurore constituent une colonne vertébrale de l'action qui soutient l'ensemble du fonctionnement associatif. Approfondir ces valeurs, trouver aujourd'hui leur déclinaison et réinventer chaque jour les modes d intervention d Aurore en développant des passerelles dans et hors de l association sont autant de perspectives d avenir. L association est en recherche permanente d innovations pour mieux répondre aux nombreuses formes de l exclusion, elles-mêmes en perpétuelle évolution. Elle veut associer la logique de meilleure efficience de l'utilisation des deniers publics à celle de meilleur résultat pour les personnes accueillies. Cette recherche se conduit avec les personnes accueillies elles-mêmes, avec les équipes de terrain, avec les citoyens associés à nos projets et avec des partenaires universitaires. Elle l amène à proposer régulièrement des dispositifs nouveaux, transversaux, à ses partenaires et financeurs et à être pionnière sur de nombreux sujets. Elle la conduit également à revisiter et réorienter régulièrement ses différents projets d établissement et à accompagner les salariés de l'association dans les mutations de compétences nécessaires à ces évolutions. L auto-évaluation permanente permet, en interne, le contrôle de nos actions, la transparence et l ouverture vis-à-vis des organismes qui nous financent, de nos partenaires et des personnes accueillies. L association se développe pour répondre aux nouveaux besoins et/ou pour intégrer en son sein des associations qui partagent ses valeurs et qui recherchent un adossement pour pérenniser leurs activités. Ce développement conforte l ancrage territorial de l association et doit permettre de développer un niveau d engagement associatif maximal. Page 5

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012 Direction de l'action sociale Service insertion RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19 au CONSEIL GÉNÉRAL Séance du 25/06/2012 Plan stratégique départemental d'insertion 2012-2014. Vingt ans après l instauration du

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Connaissance du cadre d intervention

Connaissance du cadre d intervention MECS du Breuil Priieuré du Breuiill 55200 COMMERCY Grille d auto-évaluation pour Educateur Spécialisé en formation dans le cadre d un stage à responsabilité à la MECS du Breuil Le cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE

FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE JANVIER 2003 PRÉAMBULE La charte est un document à destination interne et externe. Son élaboration et sa diffusion permettent de situer l identité, les missions et

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

CAPE Académie de Nantes Mardi 20 novembre 2012 FAL 44

CAPE Académie de Nantes Mardi 20 novembre 2012 FAL 44 CAPE Académie de Nantes Mardi 20 novembre 2012 FAL 44 1. Présentation Le Collectif des associations partenaires de l école publique (CAPE) regroupe une vingtaine d organisations, qui militent pour une

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 1/11 Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 2/11 REFERENCES Loi n 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action

Plus en détail

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Le Collectif «Vivre Son Deuil Bretagne» est membre fondateur de la Fédération Européenne Vivre Son Deuil. Contact : Maison Associative de la Santé 36 bd Albert 1er -

Plus en détail

Actes du Colloque HANDITEC 1996 Vie à domicile des Personnes Handicapées et Personnes Agées Dépendantes Dans le Cadre de AUTONOMIC 96

Actes du Colloque HANDITEC 1996 Vie à domicile des Personnes Handicapées et Personnes Agées Dépendantes Dans le Cadre de AUTONOMIC 96 ETRE BENEVOLE OU VOLONTAIRE AU SEIN DE L'ASSOCIATION DU SERVICE A DOMICILE ET PLUS PARTICULIEREMENT EN VUE D'AMELIORER LA VIE DES PERSONNES HANDICAPEES ET DES PERSONNES AGEES Par Monsieur Jean-Michel JOLLY

Plus en détail

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction générale de la recherche et de l innovation Direction générale pour la recherche et l'innovation Direction générale

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE (arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie mentionnée à l article L.311-4 du code de l action

Plus en détail

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS»

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» «GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» POLITIQUES D ALPHABÉTISATION ET DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Politiques d alphabétisation Catherine STERCQ

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Agenda 22 de La Rochelle:

Agenda 22 de La Rochelle: NOTE n 7 - Fondation Jean-Jaurès / Observatoire de l innovation locale - 19 août 2013 - page 1 de La Rochelle: innover dans la prise en compte du Maxime Bono* * Maire de La Rochelle, président de la Communauté

Plus en détail

Charte éthique de la Fegems

Charte éthique de la Fegems Charte éthique de la Fegems Charte éthique de la Fegems respect des principes et reconnaissance des valeurs communes Les membres de la Fegems affirment que la vieillesse est une étape de l'existence pendant

Plus en détail

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales.

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le Conseil Général du Cher a souhaité associer l ensemble des acteurs aux différentes étapes,

Plus en détail

Charte d appartenance

Charte d appartenance Charte d appartenance et d engagement du réseau UNA Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles 108-110, rue Saint-Maur - 75011 Paris - Tel : 01 49 23 82 52 - Fax : 0143 38 55 33

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

d assistant de service social

d assistant de service social Institut Régional du du Travail Travail Social Social Champagne-Ardenne Champagne-Ardenne acteur de la solidarité et de la citoyenneté Champagne-Ardenne Diplôme d Etat d assistant de service social g g

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention Le moniteur-éducateur

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

Cahier des charges ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES BENEFICIAIRES DU RSA ANNEE POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DEPARTEMENTALE D INSERTION NOVEMBRE 2015

Cahier des charges ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES BENEFICIAIRES DU RSA ANNEE POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DEPARTEMENTALE D INSERTION NOVEMBRE 2015 ANNEE Cahier des charges 2 0 1 6 POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DEPARTEMENTALE D INSERTION ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES BENEFICIAIRES DU RSA 1 NOVEMBRE 2015 LES DOSSIERS COMPLETS (pièces à fournir)

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention Le moniteur-éducateur participe

Plus en détail

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS Références réglementaires : La loi n 2014-1170 du 13 octobre 2014 d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A La garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité,

Plus en détail

Formation linguistique des migrants

Formation linguistique des migrants Centre de Ressources POLITIQUE DE LA VILLE 2014 Formation linguistique des migrants Coordinateurs et formateurs : cinq stages pour acquérir des méthodes et améliorer sa pratique www.crpve91.fr 1 Sommaire

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Article 1er Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement, prévues par la loi,

Plus en détail

1. CHOIX DE VIE Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

1. CHOIX DE VIE Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE DEPENDANTE Fondation Nationale de Gérontologie Ministère de l'emploi et de la Solidarité Secrétariat d'etat à la Santé et à l'action Sociale 1999 - Extraits

Plus en détail

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT Le Ministre de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement Le Ministre de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Le Ministre délégué à l Emploi, au Travail et à l Insertion

Plus en détail

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES DISCRIMINATIONS SEPTEMBRE 2009 Par cette contribution, les membres du réseau RECI (ARIFOR Champagne Ardenne - CID

Plus en détail

7DEPARTEMENT DES VOSGES

7DEPARTEMENT DES VOSGES Direction des finances - 7DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 14 décembre 2011 «L accès à l'emploi des jeunes» Dispositif «Jeunes Prêts à Bosser» M. Leclerc,

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial Contribution de la CPCA au diagnostic territorial NB : Ce travail a été réalisé en interne par les équipes techniques de la CPCA Introduction La CPCA Picardie rassemble depuis 2001 les quinze grandes coordinations

Plus en détail

«d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement»

«d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement» DOSSIER DE PRESENTATION DU METIER «d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement» Cursus de professionnalisation validé par 2 Certifications : - Coach Professionnel certifié : «ATCoaching»

Plus en détail

MANAGEMENT DÉLÉGATION ALSACE-MOSELLE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT

MANAGEMENT DÉLÉGATION ALSACE-MOSELLE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT MANAGEMENT DÉLÉGATION ALSACE-MOSELLE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT 2014 Offrede Formation Provence-AlPes-côte d Azur MANAGEMENT 3/5 Modalités Le mot d inscription du président

Plus en détail

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles Références : - Référentiel des compétences professionnelles des métiers du

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs

Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs Atelier : MC-16 Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs AQISEP - 24 mars 2010 Animateurs : Michel Bernard, CREP, CSDM Pierre Campeau, CREP, CSDM Stéphanie Guérette, CEIQ Les entreprises

Plus en détail

Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable»

Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable» Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable» Sommaire 1. Présentation du Label Lyon ville équitable et durable 2. Critériologie 2.1 Gouvernance 2.2 Environnement 2.3 Consommation responsable

Plus en détail

LA CHARTE LUXEMBOURG 2010 ANNEXES TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES UN PROJET DE TERRITOIRE UN PROJET DE TERRITOIRE

LA CHARTE LUXEMBOURG 2010 ANNEXES TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES UN PROJET DE TERRITOIRE UN PROJET DE TERRITOIRE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES UN PROJET DE TERRITOIRE UN PROJET DE TERRITOIRE LA CHARTE LUXEMBOURG 2010 1. le projet de territoire... 3 2. le territoire.. 4 3. la charte 5 nature et fonction...

Plus en détail

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Les adhérents de l AFDN s'engagent à respecter cette Charte de déontologie pour promouvoir la santé par l Alimentation et la Nutrition dans l intérêt

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

Périmètre : les associations au cœur de l ESS

Périmètre : les associations au cœur de l ESS La version définitive du projet de loi sur l Économie sociale et solidaire a été adoptée lundi 21 juillet 2014 par le Parlement. Fruit de près de deux ans de réflexion et de travaux auxquels Le Mouvement

Plus en détail

MISSIONS TETE DE RESEAU COORDINATION ASSOCIATIVE REGIONALE URFR PACA

MISSIONS TETE DE RESEAU COORDINATION ASSOCIATIVE REGIONALE URFR PACA URFR PACA Union Régionale Provence-Alpes-Côte d'azur des Foyers Ruraux et Associations d'animation et de développement du milieu rural BP 20017 - Place André Leblanc - 13350 CHARLEVAL Tél : 04 42 28 40

Plus en détail

Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc

Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc Mars 2016 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Baromètre 2016

Plus en détail

10 PROPOSITIONS EN FAVEUR DE L'EDUCATION A L'ENVIRONNEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE EN EUROPE

10 PROPOSITIONS EN FAVEUR DE L'EDUCATION A L'ENVIRONNEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE EN EUROPE 1 10 PROPOSITIONS EN FAVEUR DE L'EDUCATION A L'ENVIRONNEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE EN EUROPE MEMORANDUM DE L'EEDD L'Education à l'environnement et au Développement Durable, une nécessité! L'Éducation

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007 relatif au Diplôme d État de Moniteur Éducateur fixant les modalités d accès à la formation,

Plus en détail

«POLE UNIVERSITAIRE ET D INNOVATION DE LA GUYANE»

«POLE UNIVERSITAIRE ET D INNOVATION DE LA GUYANE» «POLE UNIVERSITAIRE ET D INNOVATION DE LA GUYANE» PROGRAMME D ACTIVITES PAGE 2 ETAT PREVISIONNEL DES DEPENSES, DES RECETTES ET DES EFFECTIFS PAGE 9 Date : juin 2012 1 PROGRAMME D ACTIVITES Date : juin

Plus en détail

Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion. COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009

Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion. COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009 Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009 1 Sommaire A Le RSA 1. L allocation RSA 2. RSA mode d emploi B Le Pacte Territorial

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF 2011-2016

PROJET ASSOCIATIF 2011-2016 PROJET ASSOCIATIF 2011-2016 ARIA 85 PROJET ASSOCIATIF 2011/2016 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1. PRÉAMBULE L ACTUALISATION DU PROJET ASSOCIATIF EN 2011... 3 2. LA RÉFÉRENCE PARTAGÉE A DES VALEURS... 5 LA RÉFÉRENCE

Plus en détail

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire DÉCLARATION COMMUNE D INTENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE ÉTAT - DRAC des Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Centre National de la Chanson des Variétés

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie retrace ses ressources et ses charges en sept sections distinctes selon les modalités suivantes :

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie retrace ses ressources et ses charges en sept sections distinctes selon les modalités suivantes : Article L. 113-3 du code de l action sociale et des familles Les institutions et les professionnels de santé intervenant dans le secteur social, médico-social et sanitaire, sur un même territoire, auprès

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION APPEL A PROJETS 2016 Date de clôture : 7 juillet 2016 CAHIER DES CHARGES BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION Direction de la Vie Sociale (DVS) Service Insertion

Plus en détail

Emploi. aux Baignots. Un chantier qualification deuxième chance. www.dax.fr. Dossier de Presse

Emploi. aux Baignots. Un chantier qualification deuxième chance. www.dax.fr. Dossier de Presse Emploi Un chantier qualification deuxième chance aux Baignots Dossier de Presse www.dax.fr Dans un contexte économique difficile, la Ville de Dax mène depuis 2008 le déploiement d un projet global visant

Plus en détail

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse 1. Présentation du projet d atelier solidaire 1.1. Contexte : La Communauté Urbaine et la Ville

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule. Version approuvée en Assemblée Générale de l ANVP Mai 2012

SOMMAIRE. Préambule. Version approuvée en Assemblée Générale de l ANVP Mai 2012 1 bis rue de Paradis 75010 Paris Tél. : 01 55 33 51 25 - Fax : 09 55 23 09 38 accueil@anvp.org - www.anvp.org Version approuvée en Assemblée Générale de l ANVP Mai 2012 SOMMAIRE Histoire et valeurs de

Plus en détail

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563)

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Mai 2011 1 SYNTHÈSE DE L ÉVALUATION PÉRIODIQUE DE LA MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (3763 ET 3563) L évaluation du programme

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

«Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15

«Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15 «Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15 Historique et contexte La révision de la norme ISO 26000 débutera en 2016 et portera notamment sur un développement plus précis des étapes de

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE Décembre 2006

CODE D ÉTHIQUE  Décembre 2006 CODE D ÉTHIQUE Décembre 2006 I n t r o d u ction Le présent code d éthique se veut un outil de concertation qui exprime les valeurs partagées par les employés qui dispensent les services et par les administrateurs

Plus en détail

Métiers de bouche et IAA. Commerce. Bâtiment et Travaux Publics. Hôtellerie-Restauration. Sanitaire et Social. Mécanique-Automatismes.

Métiers de bouche et IAA. Commerce. Bâtiment et Travaux Publics. Hôtellerie-Restauration. Sanitaire et Social. Mécanique-Automatismes. Décision 2015CP0242 de la Commission Permanente du 25 septembre 2015 Publication de la Région Poitou-Charentes / n 12, septembre 2015 Éducation En 2013-2014, la Région a accompagné plus de 6 800 jeunes

Plus en détail

SIMPLEMENT RESPONSABLE

SIMPLEMENT RESPONSABLE SIMPLEMENT RESPONSABLE POLITIQUE DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DE L ENTREPRISE S Sommaire Préambule 1 Estime portée aux collaborateurs 2 Gestion responsable de la chaîne d approvisionnement 3 Préservation

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF 2014-2017. Projet validé en Assemblée Générale Extraordinaire du 20 novembre 2013 LE FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI

PROJET ASSOCIATIF 2014-2017. Projet validé en Assemblée Générale Extraordinaire du 20 novembre 2013 LE FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI PROJET ASSOCIATIF 2014-2017 Projet validé en Assemblée Générale Extraordinaire du 20 novembre 2013 PROJET ASSOCIATIF 2014-2017 - 1 / 16 - PROJET ASSOCIATIF 2014-2017 - 2 / 16 - SOMMAIRE Sommaire... 2 L

Plus en détail

ACTION CULTURELLE VOS CONTACTS : Allison DEQUIDT Assistante de Formation allison.dequidt@cnfpt.fr

ACTION CULTURELLE VOS CONTACTS : Allison DEQUIDT Assistante de Formation allison.dequidt@cnfpt.fr ACTION CULTURELLE ACTION CULTURELLE VOS CONTACTS : Mehdi ABDERRAHAMANI Conseiller Formation Domaines formation des Services à la population mehdi.abderrahmani@cnfpt.fr Allison DEQUIDT Assistante de Formation

Plus en détail

Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type

Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type Division évaluation et capitalisation Série Notes de synthèse n 11 mai 2013 expost ExPost Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type Les notes de synthèse ExPost présentent,

Plus en détail

Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille

Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille 11/03/2016 Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille http://www.univ-fcomte.fr UFR Sciences du langage, de l'homme et de la société http://slhs.univ-fcomte.fr/ Lieu

Plus en détail

VERS UN PROJET DE SANTÉ POUR LE PAYS YON ET VIE

VERS UN PROJET DE SANTÉ POUR LE PAYS YON ET VIE VERS UN PROJET DE SANTÉ POUR LE PAYS YON ET VIE À partir de septembre 2011, avec le concours de l'afresc*, un travail consultatif et coopératif auprès des acteurs médico-sociaux a permis de cerner 16 problématiques

Plus en détail

Partant de situations concrètes, nous privilégions une méthodologie participative et dynamique!

Partant de situations concrètes, nous privilégions une méthodologie participative et dynamique! Mouvement d'education Populaire,complémentaire de l'école publique et reconnu d'utilité publique, nous œuvrons à proposer des formations de qualité, réalisée grâce à des personnes qualifiées et un réseau

Plus en détail

RAPPORT MORAL. Aussi, la participation des habitants est la pierre angulaire du Projet Centre Social.

RAPPORT MORAL. Aussi, la participation des habitants est la pierre angulaire du Projet Centre Social. RAPPORT MORAL 2012 a été l année du renouvellement de notre Projet de Centre Social. Les travaux de renouvellement du projet sont l'occasion de comprendre les défis et enjeux qui se présentent au centre

Plus en détail

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables»

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» APPEL À PROJETS 2016 «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» Lancement : 19 février 2016 Clôture des candidatures : 1 er avril 2016 Communication des résultats : 27 mai 2016 LA FONDATION POUR

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Paris, le 20 décembre 2009

Paris, le 20 décembre 2009 Paris, le 20 décembre 2009 REPONSE A LA CONSULTATION SUR LE LIVRE BLANC DU COMITE DES REGIONS SUR LA GOUVERNANCE A MULTINIVEAUX Think tank européen dédié à la promotion des idées communautaires et de la

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

Brevet professionnel de la jeunesse, de l éducation populaire et du sport Spécialité : Animation sociale PRESENTATION DES CEMEA

Brevet professionnel de la jeunesse, de l éducation populaire et du sport Spécialité : Animation sociale PRESENTATION DES CEMEA PRESENTATION DES CEMEA Les Ceméa (Centres d Entraînement aux Méthodes d Education Active) sont un mouvement de personnes engagées dans des pratiques autour des valeurs et des principes de l Éducation Nouvelle

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation et de la formation

Licence Sciences de l éducation et de la formation Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence Sciences de l éducation et de la formation Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Évaluation réalisée en 2014-2015 Présentation

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail