Illustrations à partir des dessins de la plasticienne Manon BARA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Illustrations à partir des dessins de la plasticienne Manon BARA"

Transcription

1

2 Illustrations à partir des dessins de la plasticienne Manon BARA 2

3 SOMMAIRE 1 ERE PARTIE : EVALUATION DU PRECEDENT PROJET SOCIAL 1.1. Méthodologie de l évaluation page Modalités page Les indicateurs page Quels étaient les objectifs généraux retenus? page Rappel des objectifs généraux page Synthèse des actions réalisées page Analyse des résultats et des effets page Analyse de l a réalisation des objectifs page Analyse des effets du projet social page Quelles étaient les recommandations ou les préconisations de la CAF Rappel des préconisations ou des recommandations page Analyse de leur prise en compt e page 57 2 EME PARTIE: LE DIAGNOSTIC 2.1. Méthodologie page Les outils utilisés page Les acteurs page Diagnostic du Centre social et de son partenariat page État des lieux page Les instances page Le personnel (exemple de tableau) page Les usagers/ Les adhérents page Les partenaires page Les partenaires FINANCEURS page Les locaux page Les moyens financiers page 77 3

4 Diagnostic interne page Ses points forts et ses points faibles sur le plan de son organisation interne page Ses points forts et ses points faibles par rappo rt aux acteurs externes page Ses points forts et ses points faibles au regard des moyens dont dispose le centre social (locaux, moyens financiers) page Ses points forts et points faibles sur le plan des missions et fonctions d un centre social page Diagnostic du territoire page État des lieux du territoire page Géographiques et urbanistiques page Habitat et ca dre de vie page Domaines Polit ico et socio administratifs page Activités économiques page Socio démographiques et populations page Diagnostic du territoire page Les points forts et les points faibles en terme de ressources du terri toire page «État des lieux» de la demande des h abitants...si elle s exprime page «État des lieux» de la demande des partenaires) page EME PARTIE : LE PROJET SOCIAL 3.1. Méthodologie page Détermination des objectifs généraux page Déclinaison des objecti fs en programmes d actions page Détermination des critères d évaluation 4

5 5

6 6

7 1 ERE PARTIE : EVALUATION DU PRECEDENT PROJET SOCIAL 1.1. Méthodologie de l évaluation Modalités Objectif : Définir les modalités d évaluation Quels types de réunions avez vous organisés? Des réunions spécifiques, Des groupes thématiques Autres Assemblées générales annuelles Conseils d administration mensuels Bureaux mensuels Commissions thématiques trimestrielles Réunions d équipe mensuelles Journées de réflexion CA Ŕ CA/Salariés biannuels Séminaires de rentrée annuels Réunions d évaluation avec les partenaires de terrain et institutionnels Réunions collective et interviews individuell es avec les publics «usagers» et «adhérents» du Centre Social. Avec qui? Au sein du centre social? Avec le tissu associatif? Avec les partenaires La CAF a -t-elle été associée? OUI X A St Gabriel et sur l Antenne du Canet X X x NON Autres précisions Un travail de réflexion sur nos pratiques et sur la participation des habitants avait été amorcé en 2007 avec Joseph Haeringer sociologue de Sciences Po Paris, formateur sur les organisations associatives. Depuis jusqu à ce jour, nous poursu ivons cette analyse guidée par son éclairage sociologique, l e questionnaire qui a structuré notre travail d analyse à la fois interne et externe avec les partenaires et le public a été pensé et discuté avec lui. Il nous a également permis d ouvrir et d app réhender autrement les réponses données au questionnaire, support des interviews Les indicateurs Les indicateurs définis dans le cadre du projet social ont -ils été utilisés? OUI Sont-ils adaptés, pertinents? OUI 7

8 8

9 1.2.- Quels étaient les objectifs généraux retenus? Rappel des objectifs généraux Lister les objectifs généraux retenus lors du précédent projet social En référence aux valeurs : de Dignité : Objectif 1 : - Lutter contre toutes formes d exclusion et de discrimination et accès aux droits de Solidarité : Objectif 2 : - Soutenir la parentalité Objectif 3 : - Coopérer à des actions de prévention générale Pour mettre en œuvre ces trois objectifs nous proposons de mettre en place les conditions d exercice de la démocratique en : - Formalisant et ancrer un processus d engagement des habitants - Coopérant à une concertation locale permanente sur le territoire 9

10 10

11 11

12 ACTION : ACCUEIL Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Lutter contre toutes les formes d exclusion et de discrimination, soutenir la parentalité, coopérer à des actions de prévention générale Objectifs opérationnels - Formaliser un processus d engagement des habitants - Accueillir, informer, orienter la population de la zone de vie sociale. Résultats attendus - Associations domicilies à la Maison des associations et du citoyen - Mairie de secteur - CAF - Établis sements scolaires - Habitant de la zone Résultats obtenus Augmentation de la fréquentation Augmentation des adhérents : 208 personnes : 330 personnes - et recensés 1328 accueils physiques ou téléphoniques : 875 personnes recensées Le logiciel des adhérents ne permet pas pour l'instant de séparer les personnes adhérentes du Canet par rapport au global des adhérents du centre social. - Assurer un mi -temps d accueil - Qualification du personnel - Compréhension du fait associatif - L agent d accueil assure un mi -temps à la Maison des association et du citoyen, accueil du public des associations, inscription centre aéré, permanence accompagnateur à la l emploi et point d appui étranger, information activité, organisation de réunion - Depuis sa prise de fonction, l agent d accueil a bénéficié de fo rmations diversifiées aussi bien dans la fonction d accueil que dans la fonction d écoute de problématique, et d orientation. - 8 personnes ont intégré le conseil d administration en personnes sont restées et intègre le CA en 2010 et

13 Observations / Bien fondé / Impacts Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Pour l année 2008 le nombre de personnes différentes accueillies étaient de 208 Pour l année 2009 le nombre de personnes différentes accueillies étaient de 330 personnes Pour l ann ée 2010 le nombre de personnes différentes accueillies étaient de 875 personnes Nous constatons une augmentation du public de 545 personnes sur l année L agent d accueil ayant été en congés maternité à la rentrée d octobre 2010, son remplacement n a pu être effectif qu en novembre. L adaptation au poste, notamment la tenue de la fiche de recensement a été compliqué pour la personne recrutée rendant difficile l exploitation des données de fin 2010 à juin2011. Néanmoins, la présence des permanences des a ccompagnateurs à l emploi et du Point Appui Accueil des étrangers a permis d assurer un accueil journalier des usagers et adhérents. Le Centre social est doté d une fiche statistique, et d un logiciel des adhérents. L agent d accueil assure la fonction d e personne ressource du PIF. Qualification personnel Formation PIF à venir Formation pour les personnes en souffrance psychiques La lutte contre les discriminations Les aides au logement Handicap et dépendance Culture et inter -culturalité Formation de Médiation 4jrs/mois pendant 12 mois Formation Accueil téléphonique Formation logiciel des adhérents AIGA/NOE 336h 14h 21h 13

14 ACTION : REPERTOIRE MEMO Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Lutte r con tre toutes l e s formes de discrimination et d exclusion Objectifs opérationnels Diffusion et p résent ation d un ré pertoi re auprès des habita nts Mairie de sec teur / CAF / Association terr itoire élargi / Plate forme service public / ATD qu art monde / Art dans la cité art dans le hameau Les habita nts du Ca net élargi Résultats attendus Résultats obtenus Nombre d exemplai re diffusés : Nombre d exemplai re re mis En exemplai res distribués 2000 exemplai res remis 1000 déposés partenaires 2010/ exemplai res remis Parten aire Méthode de diffusi on Lieu de di ffusion Accueil du répe rtoire Après l a par ticipation des part enaires sur l a conception du répert oire, nous avons organisé 2 j ourné es de diffusion sur le quartier du Cane t en fai sant du porte à po rte sur les q uartiers Maison Blanche et tout l e noyau villag eois du Ca net. Dépôt du réper toire che z les par tenai res : plate formes service public, CAF, pe rmanen ce sociale, école, acc ueil Po rte à porte. La zone c ouverte par l a première pa rtie de di f fusion a été l e noyau villageois d u Canet reste à diffuser sur la pa rtie Larousse Jea n Jaurès. Aussi bien de la p art du public q ue des pa rtena ires du Ce ntre Social le répe rtoire est perçu comme u n outil uti le 14

15 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts Lors de la conception du mémo nous sou haiti ons réaliser un out il pr atique pou r les hab itan ts du territoire. Nous avons voulu accompagner le répe rtoire e n associant des p arten a ires (plat e form e service public, ATD qu art monde, Ar t dans la cité art dans l e Hameau), auprès des habitants de la Zone de vie sociale. Pour cela nous avons organisé des ren contres, por te à porte c hez les habitants, avec un très bon accueil, permet tant une discussion a u plus p rés des pe rsonnes. Le répe rtoire sert comm e outil aux par tenaires d u centre social : Dépôt à l accueil : plate forme service publi c, CAF, ALM B (associ ation de l ocataire ), CI Q.. permanences soci ales Et rec onnaissent l utilité du mémo. L accueil du cent re soc ial permet également d e noter que les pe rson nes connaissent l e mé mo et l utilise. Durant l année 2011, nous nous sommes attachés à distribuer le mémo sur to us les moments forts du Centre Social (Réunions partenaires) Et une distribution sur les lieux d accueil de proximité. 15

16 ACTION : ACCUEIL DE LOISIRS Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenai res Cible Lutter con tre tou tes les formes de discrimi nati on et d exclusion Objectifs opérationnels Proposer des l oisirs éd u catifs aux enfan ts. Susciter la pa rticipation des parents à la vie de l acc ueil de loisirs Résultats attendus Environ 5000 journées enfants/a n Environ 90 jou rs de fonctionneme nt pa r an Calend rier d e réu nion 1 fois /mois Entre 10 et 1 5 p arents /réunion 1 Ŕ Diversité des ateli er s et projets d éveloppés dans le cadre 2 Ŕ Implicat ion des pare nts dans la vie d e l accueil de loisirs CTL d evenu CEJ Vil le de Ma rseille / Objectifs Jeunes Vill e d e Marseille / Mai rie du Secte ur / CAF / AEM O / MDS Le Me rlan UDAF / Ferme péda go gique «la to ur des Pins» / Medi a2 / Poi nt Sud Marseille XII I Avenir / Espac e Cul turel Busserine / Secours Po pulaire / Cie Tétines et Biber ons / Les Franc as / Association Unis -ter re / Association Anok a / Association Les Petits Débro uillards / Association Parol es et Merveilles / Cie Les L oups Masqués / Cie Léda Atomica / École matern elle Cane t Ambrosini 4 6 jour n é e s d o u v e r t u r e e n jour n é e s d o u v e r t u r e e n j o u r n é e s d ou v e r t u r e e n d e j a n v i e r à a v ril Enfants de 3 à 8 ans fréquen tant l Accueil d e Loisirs et l eurs p arents Résultats obtenus 1223 j o u r n é e s e n f a n t s e t 6 7 e n f a n t s d iff é r e n t s a c c u e il li s s u r l a n n é e jo u r n é e s e n f a n t s e t 3 6 e n f a n t s d i f f é r e n t s a c c u e i ll is s u r l a n n é e jour n é e s e n f a n t s e t 1 2 e n f a n t s d iff é r e n t s a c c u e i ll i s e n d e j a n v i e r à a v ril 8 r é u n i o n s o r g a n is é e s s u r l a n t e n n e d u C e n t r e So c i a l a u C a n e t e n r é u n i o n s o r g a n is é e s s u r l a n t e n n e d u C e n t r e So c i a l a u C a n e t e n r é u n i o n s o r g a n is é e s s u r l a n t e n n e d u C e n t r e So c i a l a u Ca n e t e n d e j a n v i e r à a v r i l De 1 4 à 2 0 p a r e n t s p a r r e n c o n t r e s. 1 L a q u a l i f i c a t i o n d e s a c t i o n s p ro p o s é e s d a n s l e c a d re d e l A c c u e i l d e L o i s i rs : Par t i c i p a t ion a u x s t a g e s p r o p o s é s p a r le c e n t r e s p o r t i f d é p a r t e m e n t a l d e F o n t a in ieu. Ac c è s a u x m u lt imé d ia : Pr o p o s it io n d at e l ier d in it iat ion Ut il isa t i o n d e s r e s s o u r c e s e x ist a n t e s s u r l a v i lle e n m a t i è r e c u l t u r e l l e, s p o r t i v e, f r é q u e n t a t i o n d e d if f é r e n t s l ie u x c u ltu r e l s. St a g e d e c irqu e 3 s é jour s à la f e r m e d e l O i s e l e t p e n d a n t le s v a c a n c e s d a v r il , Avr il e t a v r i l I l s s e s o n t i n v e s t i s v o l o n t i e r s p o u r p a rtic i p e r a u x d i f f é r e n t s t e m p s q u i l e u r ont é t é p ro p o s é s : Réu n i o n s p o u r d i s c u t e r d u p r o jet p é d a g o g iq u e e t d u p r o g r a m m e d e l Ac c u e il L o i s ir s, a t e l iers c o s t u m e s, t e m p s f o r t s d e l a s s o c i a t i o n e t d e l A c c u e i l L o i s ir s. M a n i f e s t a t i o n d e s T r e m p li n s s u r l e C a n e t, As s e m b l é e G é n é r a le, e x p o s it io n s e t f ê t e s d e f in d a n n é e 16

17 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts Poin t f o rt s : O n p e u t n o t e r u n e a u g m e n t a t ion c o n s t a n t e d e l ef f e c t if d en f a n t s p r é s e n t s s u r l an t e n n e d u Can e t j u s q u e n Nou s a v o n s é g a le m e n t m o d i f ié d e p u is le s v a c a n c e s d o c t o b r e la t r a n c h e d â g e a c c u e il li e, q u i e s t p a s s é e d e 3 à 8 a n s à 3 à 1 2 a n s à l a d e m a n d e d e p lu s i e u r s p a r e n t s. L e p r o jet p é d a g o g iqu e d e l Ac c u e il d e L o is irs e s t c o m m u n a u x d e u x a n t e n n e s d e S a i n t G a b r ie l e t d u Can e t, e t d o n c n o u s a v o n s f a it e n s o r t e d e m i x e r le s e n f a n t s lors d e s s o r t ie s a i n s i q u e p e n d a n t les s t a g e s s p o r t i f s e t p r o p o s it io n s c u l t u r e ll e s. I l e s t à n o t e r é g a le m e n t q u e le s p a r e n t s s e m o b i li s e n t f o r t e m e n t a u c o u r s d e s d iff é r e n t s d e r e n c o n t r e p r o p o s é s. L a d é m a r c h e d e l Acc u e i l L o i s ir s e n t e r m e s d e q u a lit é p a s s e p a r l u t i li s a t i o n d e s d if f é r e n t e s r e s s o u r c e s e x i s t a n t e s s u r M a r s e i ll e m a is é g a leme n t p a r le s p a s s e r e ll e s f a it e s e n t r e l e s d iff é r e n t s p r o je t s m e n é s a u Centr e So c i a l o u e n p a r t e n a r i a t. - L e F l a g Rudgy / I n i t i a t i o n a u ru g b y à XII I. No u s n o u s in s c r i v o n s d a n s c e t t e p r a t iqu e d e f a ç o n r é g u li è r e à c h a q u e p é r io d e d e v a c a n c e s + p a r t ic ipa t i o n a u x a c t i o n s p r o p o s é e s p a r l As s o c ia t i o n P o i n t S u d : I n i t ia t i o n a u S t a d e Cou d e r c + t o u r n o i I n t e r Cen t r e s. - L a rel a t i o n a u x f a m i l l e s e s t i n s c ri t e e n p e rm a n e n c e d a n s n o t r e d é m a rch e : O r g a n i s a t io n d e r é u n i o n s r é g u liè r e s : u n e f o is p a r m o is, u n e à c h a q u e p é r io d e d e v a c a n c e s, d e u x a u c o u r s d e l ét é q u i n o u s p e r m e t t e n t d e p a r ler d e l a s s o c iat io n, d e x p li q u e r a u x p a r e n t s le p r o jet e t l or g a n i s a t ion d e l A L S H, d e r é p o n d r e à leu r s q u e s t i o n s. Dét a c h e m e n t d u n a n ima t e u r p a r g r o u p e d â g e p o u r f a ire le l ie n a v e c l e s f a m i ll e s M o b i li s a t i o n d e s f a m il les a u t o u r d e t e m p s f o r t s o r g a n isé s p a r l e C e n t r e S o c i a l lor s d e s g r a n d e s jour n é e s c l ô t u r a n t le s v a c a n c e s. - De m ê m e, l e s a c t i o n s d é v e l o p p é e s d a n s l e Cent r e Soci a l s o n t a rticu l é e s a v e c l AL S H : Ac c o m p a g n e m e n t à l a s c o lar ité, r é u n i o n s r e p a s p a r e n t s / e n s e i g n a n t s, s o r t ie s c u l t u r e ll e s Ac c o m p a g n e m e n t à l em p l o i, C a f é d e l em p lo i Po int App u i A c c u e il d e s é t r a n g e r s Se c t e u r J e u n e s Se c t e u r c u ltur e l - L e s t a g e d e c riq u e p r o p o s é p a r l e s p a c e C u l t u r e l B u s s e r i n e e n ju il let : 5 jo u r s d e p r a t i q u e p o u r 1 0 e n f a n t s. - L i m p l i c a t i o n d e s e n f a n t s d a n s l e p ro j e t : T r a v a il s u r l e x p r e s s i o n d e s e n f a n t s p a r l i n s t a u r a t io n d e r é u n i o n s q u o t id ien n e s L e t r a v a il p a r t e n a r i a l a v e c d a u t r e s s t r u c t u r e s o u a s s o c ia t io n s p e r m e t t e n t d e d é v e lop p e r la d é m a r c h e q u a lit é a u n iv e a u d e s a c t i o n s p r o p o s é e s d a n s l e c a d r e d e l AL S H : Ac c è s a u m u l t im é d ia : At e l ier d initi a t ion Cen t r e Spor t i f Dé p a r t e m e n t a l d e F o n t a in ieu : p r o p o s it ion d e s t a g e s s p o r t i f s s u r l é t é ( 2 0 e n f a n t s ) Es p a c e c u ltur e l Bus s e r in e : Pro p o s it io n s d e s p e c t a c l e s «j e u n e p u b li c» As s o c i a t ion A PD A : p r é p a r a t i o n e t p a r t ic ipa t i o n a u f e s t iv a l «E s t il o i s ir s» e n j u il le t : e x p o s iti o n d e s t r a v a u x r é a l is é s p a r l e s e n f a n t s, a n i m a t ion d u n s t a n d lu d o t h è q u e p a r le s e n f a n t s, p r é s e n t a t i o n d u n s p e c t a c l e. Ci n é m a L Alh a m b r a : c y c le d e c i n é m a d a u t e u r As s o c i a t ion U n i s - T e r r e ( A s s o c i a t ion Etu d i a n t s d e l é c o le d e C o m m e r c e Eur o m e d ) : r é a l i s a t ion d un s é j o u r d e 4 jo u r s à la f e r m e p é d a g o g iq u e d e l O is e let p o u r 1 0 e n f a n t s e n a v r il , u n s é j o u r d e 3 jour s p o u r 1 0 e n f a n t s e n a v r i l e t u n s é jo u r d e 3 jo u r s p o u r 1 2 e n f a n t s e n a v r i l As s o c i a t ion C a p M a r s e il l e EIM E : I n t e r v e n t i o n a u p r è s d e p lu s i e u r s g r o u p e s d e n f a n t s d u r a n t l ét é a u t o u r d u n e s e n s ib il is a t i o n à l e n v iro n n e m e n t p lu s p a r t ic ipa t i o n à u n e m a n if e s t a t ion p e n d a n t l e s v a c a n c e s d e d é c e m b r e s u r le b a t e a u d e l a s s o c iat io n ( g o û t e r p l u s r é c o l t e s d e j o u e t s ). Poin t s f a i b l e s : Nou s a v o n s r e n c o n t r é q u e lqu e s d i f f i c u l t é s li é e s à d e s c a m b r io lag e s e t in t r u s i o n s s u c c e s s iv e s d a n s le s l o c a u x d e la m a t e r n e lle A m b r o s i n i d u r a n t l ét é ( v o l d e m a t é r ie l, d e g o u t e r s, d é g r a d a t io n s ). A la s u it e d e c e s p r o b lè m e s u n e r é u n ion a é t é p r o v o q u é e p a r le Ce n t r e So c i a l e n d e m a n d a n t l a t e n u e d u n C L S PD s u r c e t t e q u e s t ion. A c e jour, a u c u n e s u ite n a é t é d o n n é e. N o u s n a v o n s p a s o u v e r t l Ac c u e il d e L o is irs d u r a n t le s v a c a n c e s d e d é c e m b r e , n é a n m o ins 3 e n f a n t s d u Can e t s e s o n t in s c r it s s u r le li e u d a c c u e il d e Sa int G a b r iel. Néa n m o in s, a u c o u r s d e l an n é e , n o u s a v o n s e u d e s d iff ic u lt é s à f a ire f o n c t i o n n e r l AL S H s u r le s it e d u Can e t, p a s d o u v e r t u r e e n ju il le t e t d é c e m b r e , a i n s i q u a u x v a c a n c e s d a v r i l , n o u s a v o n s d é c id é d e r e la n c e r d e s c a m p a g n e s d in f o r m a t ion d a n s le s é c o l e s, a f f i c h e s, d i s t r ibu t i o n d e f lyer s. 17

18 ACTION : ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Lutte r con tre toutes for mes d exclusion et de discriminati on : lutte r contre l échec scolaire, l illettrisme - Sou tenir la pa rentali té Objectifs opérationnels - Dével opper l accompag nement à l a scolarité (Cou p de p ouc e, CELEM, AL EM, CLAS), auprès des en fa nts inscrits dans les écoles du qu artier. - Associer les f amilles à toutes ac tions éducatives dans la r éflexion et la participati on. Résultats attendus 130 enfants et jeunes inscrits 5 sorties mi nimum/ an 50 partici pants/ s ortie 4 à 5 séa nces de formati on pour les i nterv en ants É v o l u t i o n d u c o m p o r t e m e n t d e s e n f a n t s e t d e s j e u n e s e n c l a s s e Q u a l i f i c a t i o n d e s d i s p o s i t i f s p r o p o s é s p a r l a f o r m a t i o n d e s i n t e r v e n a n t s. A r t i c u l a t i o n d e s d i s p o s i t i f s d a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é M e i l l e u r e c o n n a i s s a n c e e t é v o l u t i o n d e s r e p r é s e n t a t i o n s d e s d i f f é r e n t s a c t e u r s d e l a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é I m p l i c a t i o n e t p a r t i c i p a t i o n d e s p a r e n t s d a n s l e s d i f f é r e n t e s a c t i o n s p r o p o s é e s. Éducation Na tionale : coordinate ur RAR / Equi pes enseignantes / Référ ent s CAF / Mission Soci o éducativ e pour la réussite scolaire / APF EE Parents et e nfants scolarisés dans les école s élémentaires Canet Bar bes, Canet Ambr osini, Jean Jaurès et Can et La rousse. Résultats obtenus A n n é e s c o l a i r e / , 1 3 d i s p o s i t i f s o b t e n u s 8 5 e n f a n t s a c c u e i l l i s r é p a r t i s e n 1 4 g r o u p e s 8 c o u p d e p o u c e, 2 C E L E M, 2 A L E M, 1 C L A S C E 1, 1 C L A S C E 2, a v e c u n e p r é s e n c e d e s e n f a n t s r é g u l i è r e s. 9 5 % d e s p a r e n t s p r é s e n t s B a r b e s e t A m b r o s i n i / 7 0 % é c o l e L a r o u s s e / 5 0 % é c o l e J e a n J a u r è s 3 s o r t i e s f a m i l i a l e r é a l i s é s : 2 5 à 3 0 p a r t i c i p a n t s 5 r e p a s p a r e n t s e n s e i g n a n t s r é a l i s é s 3 s é a n c e s d e r é g u l a t i o n l o c a l e p o u r 1 4 i n t e r v e n a n t s ( n i v e a u é l é m e n t a i r e ) A n n é e s c o l a i r e / D i s p o s i t i f V i l l e d e M a r s e i l l e : 1 3 g r o u p e s e n n o v e m b r e / d é c e m b r e s u r l e s é c o l e s B a r b è s, A m b r o s i n i, C a n e t L a r o u s s e, J e a n J a u r è s. 2 C L A S - «C o u p d e P o u c e» C P : 8 g r o u p e s / 4 0 e n f a n t s - «C E L E M» C E 1 : 1 g r o u p e s / 6 e n f a n t s - «A L E M» C M 2 : 2 g r o u p e s / 1 2 e n f a n t s - «A L E M» C M 1 : 2 g r o u p e s / 1 2 e n f a n t s - «C L A S» C E 1 Ŕ C E 2 : e n f a n t s É c o l e A m b r o s i n i : 1 5 e n f a n t s - «C L A S F L E» : 7 e n f a n t s O r g a n i s a t i o n d e 9 r é u n i o n s d e d é m a r r a g e t o u s l e s p a r e n t s p r é s e n t s - 2 s o r t i e s f a m i l i a l e r é a l i s é s : 2 5 à 3 0 p a r t i c i p a n t s - 5 r e p a s p a r e n t s e n s e i g n a n t s r é a l i s é s - 3 s é a n c e s d e r é g u l a t i o n l o c a l e p o u r 1 4 i n t e r v e n a n t s ( n i v e a u é l é m e n t a i r e ) A n n é e s c o l a i r e / S u i t e à u n e d é c i s i o n d e l a v i l l e d e M a r s e i l l e n o u s a v o n s p e r d u 4 d i s p o s i t i f s d ' a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é e n f a n t s a c c u e i l l i s d a n s l e s d i f f é r e n t s d i s p o s i t i f s ( 8 c o u p d e p o u c e, 2 c l u b s d e l a n g a g e p a r l é, 1 C E L E M, 1 C L A S F L E, 1 C L A S C M 1 / C M 2 ). - S e m a i n e d e s p a r e n t s : 5 0 p a r e n t s p r é s e n t s, 8 e n s e i g n a n t s. - 2 s o r t i e s r é a l i s é e s à c e j o u r - 1 j o u r n é e s p é c i a l e a v e c G é r a r d C h a u v e a u e n m a r s s é a n c e s d e f o r m a t i o n / r é g u l a t i o n l o c a l e L o r s d e s r e n c o n t r e s a s s o c i a t i o n / e n s e i g n a n t s / i n t e r v e n a n t s ( 3 s u r l a n n é e ) e t d u n q u e s t i o n n a i r e e n f i n d a n n é e s c o l a i r e n o u s p o u v o n s r e m a r q u e r l é v o l u t i o n p o s i t i v e d e s e n f a n t s, s u r l a p r i s e d e p a r o l e e n c l a s s e, l a m i s e a u t r a v a i l. L e s s é a n c e s d e f o r m a t i o n / r é g u l a t i o n l o c a l e s s o n t p r o p o s é e s à t o u s l e s é t u d i a n t s i n t e r v e n a n t d a n s l e s d i f f é r e n t s d i s p o s i t i f s d a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é. E l l e s o n t é t é p r o p o s é e s e n c o m p l é m e n t a r i t é a u x f o r m a t i o n s i n i t i é e s p a r l a v i l l e o u e n r e l a t i o n a v e c l e C L A S. N o u s a v o n s p r o p o s é à l a f o i s d e s c o n t e n u s t e c h n i q u e s c o m m e l a n i m a t i o n d a l b u m s d e l i t t é r a t u r e j e u n e s s e, o u l e s j e u x é d u c a t i f s, m a i s c e s e s p a c e s s o n t i n t é r e s s a n t s d a n s l a m e s u r e o u l e s i n t e r v e n a n t s o n t p u s e x p r i m e r e t é c h a n g e r s u r l e s r é u s s i t e s o u l e s d i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s. L e s d i f f é r e n t s t e m p s p r o p o s é s a u x p a r e n t s t e l s q u e r e p a s e t r é u n i o n s o n t p e r m i s d e fav o r i s e r l e s é c h a n g e s e t d i s c u s s i o n s a v e c l e s e n s e i g n a n t s. E n e f f e t, c e s e s p a c e s s o n t a u t a n t d o c c a s i o n s p o u r l e s p a r e n t s d e p o u v o i r p o s e r l e s q u e s t i o n s q u i l e s p r é o c c u p e n t p a r r a p p o r t à l a s c o l a r i t é d e l e u r s e n f a n t s. E n , 8 5 % d e s p a r e n t s o n t p a r t i c i p é a u m o i n s à 1 s é a n c e d a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é. E n , 8 0 % d e s p a r e n t s o n t p a r t i c i p é a u m o i n s à 1 s é a n c e d a c c o m p a g n e m e n t à l a s c o l a r i t é, 6 6 % o n t p a r t i c i p é à 2 s é a n c e s o u +. 18

19 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / I mpacts L accompagnement à l a scolarité s inscrit dan s une déma rche de pa rticipation active de t o us les acteurs du ter ritoi re c oncernés pa r l éd ucati on. Des concer tations régulières, da ns le c adre de commissions école quar tier, associen t les part e naires dan s la r éflexion, la mise en œuvre, l e suivi et l évaluation. L engagemen t des par e nts dans les actions d accompagnement à la scolarité s est ma nifesté sous plusieurs fo rmes. La premièr e de par t leur part icipation a ux différen ts temps proposés, r epas, r éuni ons parents/e nseignan ts, pa rticipation aux séanc es d accompagnement à la scolarité. Pour cer tains pare nts l engagement a été plus fort, mar qué par leur participa tion au groupe restaura tion, la fo rmation de Base à Visée Paren tale menée avec EPFF, l a formati on des paren ts élus. L engagemen t des ens eignants des écoles é lémentaires du secteu r dans le suivi des a ctions d accompagnement à la scolarité en collabor ation étroite avec le centre social a permis une meilleure liaison avec les enseign ants et les famill e s et u n appui pédag ogique po ur les inte rvenants qu i a niment ces groupes. Un temps f ort a é té or g anisé lors de la venue de Gérard Chauveau, c oncepteur des Clubs Coup de Pouce : une séance d e fo rmation pour les inte rvenants ; un repas réunissan t pa r ents / enseignants, interv enants ; une confére nce pédagog ique pour les enseignan ts de maternell e, éléme ntaire et p rofesseu rs de français. Nous avons également organisé un temps for t à la Mairie du 7éme secteur, réunissant les enfants, parents, inte rvenants en présence de Gér ard Ch auveau pou r la remise d es diplômes a ux enfa nts ayant participé aux différen ts dispositifs. Année scol aire 2009 / enfants accueil lis da ns le cadre de différen t s dispositifs. Récupéra ti on d 1 group e suppléme ntaire dans le cad re d es dispo sitifs du service de l a Mi ssion Socio - éducative p our la Réussite scolaire. Obtenti on d un CLAS (cont rat s Loca ux d Ac compagn emen t à la sc olari té) s uppl émen taire pour commence r l expé rime ntati on de s Clubs de Langag e Pa rlé en di recti on d enf ants de g rand e sectio n de mate rnel le ( écoles m ate rnel les Clai r Soleil, Sinonc elli et Canet Amb rosin i). Année scol aire 2010 / journée d e forma tion, rencontr e inte rvenants, enseignants, paren ts a été réalisé av ec la prés ence de Gérard Chauvea u, inven teur du co up d e pouce. Les enfants du Coup d e pouce ont par ticipé au prix Fnac 2010 en sélectionnant u n livre parmi 5 proposés. Ils ont égalemen t pa rti cipé à un échang e de texte et dessin entr e c lub de diffé rente école et on t bénéficié d 'un spectacle, et de cadeaux offe rt pa r le Rotary Club. 2 sorties ont é té ré alisé dans le cad re du CL AS avec les par ents 1 sortie visi te du FRAC 1 sortie visi te d 'une galerie d 'art contempo raine. 19

20 ACTION : ACCUEIL CITOYEN ET INTEGRATION Date : 2009 / 2010 / 2011 Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Lutte r contre toutes les formes de discrimination Objectifs opérationnels - Faciliter l intégra tion et l insertion socioprofession nelle d es personnes étrangè res - Faciliter l accès aux d roits - Inciter les pe rsonnes à assure r leu rs devoirs - Valoris er les compétences et développer leu rs cap acités et les savoirs fair e pa r des actions intercultu relles - Faciliter la compréh e nsion entre l es personnes et conf orte r la sociabilité du pays d accueil et le «Vivre ensemble» en Franc e. - Souteni r les personne s non dans une logique d assistance mais dans une logique d accomp agne ment et de construction d auto nomi e individuelle Résultats attendus - Organiser 2 séances p ar semaine : - Diversité des pu blics Conten u des séa nces. CDDP / ANAEM / SAO / Éducation nouvelle / Ma irie d u secteur / Pole Emploi (ANPE/ ASSEDIC) / PF SP Ŕ Poste / Associations Public primo - arrivant / OFI I ( C. A.I. ) Territoire du Canet Public accueilli au Po int Appui Public accueilli au Pôle 13, en atelier Al pha par EPFF Parents d en fants inscrits en CL AS et ALSH Adhére nts et /ou usag ers du Cen tre Social Résultats obtenus M a r d i à v e n d r e d i d e 1 4 h à 1 6 h : 1 9 p e r s o n n e s o n t p a r t i c i p é d u r a n t t o u t e l a n n é e à p l u s i e u r s a t e l i e r s : 1 5 p e r s o n n e s o n t p a r t i c i p é d u r a n t t o u t e l a n n é e à p l u s i e u r s a t e l i e r s. I n f o r m a t i o n g l o b a l e r e l a t i v e à l a c c è s a u x d r o i t s e t a u x d e v o i r s c o n f o r m é m e n t a u x l o i s d e l a R é p u b l i q u e D é c o u v e r t e e t c o n n a i s s a n c e d e s c o l l e c t i v i t é s t e r r i t o r i a l e s e t l e s I n s t i t u t i o n s d e l a R é p u b l i q u e V i s i t e d e l a V i l l e e t d e s l i e u x s t r u c t u r a n t s n o t a m m e n t c e u x d e s s e r v i c e s p u b l i c s : P r é f e c t u r e Ŕ M a i r i e Ŕ A N P E Ŕ A S S E D I C Ŕ C P A M Ŕ C A F Ŕ C G. O r g a n i s a t i o n d e s d é b a t s c u l t u r e l s a u t o u r d e s t h è m e s d a c t u a l i t é e t d é v e l o p p e r l e s p r i t c i v i q u e V i s i o n n e r d e s f i l m s e / o u d e r e p o r t a g e s d e c o u r t e d u r é e r e l a t i f s à l i n t é g r a t i o n e t à l i n s e r t i o n d a n s l a s o c i é t é : l e u r p a y s d a c c u e i l Évolution des t rajectoi r es et situation des personn es - M i s e e n s i t u a t i o n d o r a l i t é e t d é c h a n g e s d e s p o i n t s d e v u e d i f f é r e n t s e t c o n t r a d i c t o i r e s s u r l a r e l i g i o n, l a R é p u b l i q u e. D i f f u s i o n d e D V D o u c a s s e t t e s r e l a t i f s à l i n t é g r a t i o n e t à l i n s e r t i o n s o c i a l e. V i s i t e g u i d é e d e s l i e u x s t r u c t u r a n t s d e l a v i l l e e t n o t a m m e n t d u s e c t e u r. I n i t i a t i o n à l a t e l i e r m u l t i m é d i a e t p r é s e n t a t i o n d e l E s p a c e R é g i o n a l I n t e r n e t Ŕ C i t o y e n e t d e l E s p a c e o u v e r t d É d u c a t i o n p e r m a n e n t e ; C o n n a i s s a n c e d e s S e r v i c e s p u b l i c s, a s s o c i a t i f s, c o l l e c t i v i t é s t e r r i t o r i a l e s e t l e s I n s t i t u t i o n s d e l a R é p u b l i q u e E n , 4 p e r s o n n e s, e n p e r s o n n e s o n t r e j o i n t l a f o r m a t i o n l i n g u i s t i q u e à E P F F 1 p e r s o n n e à S C H E B B A, e n e t 2 e n A c c è s à l a u t o n o m i e e t m i s e e n s i t u a t i o n d e b e s o i n p o u r s e x p r i m e r e n f r a n ç a i s. 20

21 Observations / Bien fondé / Impacts Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Depui s Les ateli e rs d alphabé tisations ac cueillent un pu blic major itairement primo a rrivan t et ce en collabor ation avec la plate fo rme d accueil de l ANAEM, le Point App u i et l Accueil des Ét rang ers du 14éme, L ANPE, le POLE 13. Nous sommes té moins de la diversité des origines et de la fragilité de ces personnes confron t ées aux difficultés multiples d installation (a dm inistratives, logem ent, t ravail, scolarité ) et renda nt ainsi difficile leur soci alisation avec l e milieu institutionnel et compl iquant davantage leur inté grati on et leur inser tion s oci oprofessionn elle. Ces p ersonnes développe nt ai nsi une appréhension et un senti ment d insécurité e n se repliant s ur elles. Nous insistons à expli quer que la Fra nce est un e Républiqu e indivi sible, laïque, démoc rati que et sociale. Elle ass ure l é galité devant la loi d e t ous les citoyens sans di stinction d origine, de r ace ou de religion et elle res pe cte toutes les croyances. Ces ateliers d accueil Ci toyen et In tégra tion fav orisent la comp réhension mutuelle int ercultu rell e entr e les personnes contri bua nt ainsi à l eur p rocessus d intégra tion, l a découverte e t la conn aissan ce des Institutions de la Rép ubl ique. Ces ateli ers ét aient l oc casion de plusieurs déb ats riches e t divers ent re les pe rsonnes d e div erses origines no tamment c om oriennes e t magh rébines portan t sur les sujets d actualité : - La polygamie - Le mariage religi eux? L e voile reli gieux da ns un e Répu blique laïque - Le mariage civil? - La religion et l a laïcité? - Le vote, l a nati onalité et les Institutions d e la Ré publique - L espacement d e naissances et le rôle d u Planni ng Familial - L égalité d e droi ts et de voirs ent re l homme et l a femme - La responsabilité p arent ale et l éducation des en fants - Loi sur la burq ua Les sorties e n g ro upe sont auta nt d occasi on pour facilite r l ouv erture des compo rtem ents et développer l esprit civique. Certes, notre objec tif pr imordial est de contribu er aux actions d intégr a tion des populations d origine étrangè re et partici per à leur p rocessus d acc u eil et d insertion dans notre société. Cepen d ant, les conditions socio Ŕ économiques dans notr e secteur ren forcen t l isol ement de ces personne s et la montée des communa ut arismes avec tout es les dérives qui f ragilisent et remett ent en cause l e ciment républicain qui scellen t nos valeurs comm unes : Liberté Ŕ Égalité Ŕ Fr at ernité Ŕ Laïcité Ŕ Solida rité Il n y a pas de fatalité à ces problèmes : le Centr e Social doit faire face à cette problémat ique et affront er ces questions pour app orte r des répon ses. Nous devons c réer, dé velopper des espaces et les faire vivre. Ces espaces doivent être d es lieux d échanges, de con fron tation, d idées, de dial ogues permane nts pour une meilleure découv erte e t compréhension du pays d accueil. 21

22 ACTION : TREMPLINS Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - L u t t e r c o n t r e t o u t e s f o r m e s d e x c l u s i o n e t d e d i s c r i m i n a t i o n s - A g i r s u r l e s p e r c e p t i o n s s u q u a r t i e r p a r l i n t e r m é d i a i r e d e l a r t i s t e - A s s o c i e r l e s h a b i t a n t s d a n s l e p r o c e s s u s d e c r é a t i o n d e s a r t i s t e s Objectifs opérationnels - A c c o m p a g n e r l e s p e r s o n n e s h a b i t a n t s l e t e r r i t o i r e d a n s l a r e n c o n t r e a v e c l a c r é a t i o n a r t i s t i q u e : p r o g r a m m a t i o n c u l t u r e l l e / a t e l i e r s c r é a t i f s. - A c c o m p a g n e m e n t e t s u i v i d e s p r o j e t s a r t i s t i q u e s p a r d e s p r o f e s s i o n n e l s. F é d é r e r a u t o u r d e l o r g a n i s a t i o n d e l a m a n i f e s t a t i o n f i n a l e. - C r é a t i o n d œ u v r e s a r t i s t i q u e s i n s i t u, p a r d e s a r t i s t e s r e c r u t é s p o u r c e p r o j e t, a v e c l a p a r t i c i p a t i o n d e s h a b i t a n t s. Résultats attendus Cri tères qu anti tat ifs re tenus en 2009 Nombre d ateliers ré alis é autou r des différen tes visions du qu artier / Nombre de pe rsonnes participant aux ateliers mis en place par les artis tes / Nomb re de person nes participan t ponctuellemen t à la créa tion collective / Nombr e de p artenai res et salariés associés Cri tères qu ant i tat ifs re tenus en 2010 Nombre de poi nt de diffu sion de l appel à p rojet /Nomb re de flyers distribués / Nombre de d ossiers retirés/nomb re de dossi ers déposés / Nombre de comité de pil otage Nombre d art istes sélectionnés/ Nombre de sorties avec le collectif d habitants associés Cri tères qu anti tat ifs re tenus en 2009 Diversité et mixité des p ersonnes participan tes / Transfor mation des espaces délaissés p ar les artistes / Médiatisation de l œuvr e / Sollicitation nouvell e de s habitants et des au tres ac teurs du terri toire Cri tères qu anti tat ifs re tenus en 2010 Qualité de la démarc he partena riale/ Renfo rcement du lien social et plus spécifiquement du g roup e d habita nts associés/ Valorisation d u livr e I ris P a r t e n a i r e s p r é s e n t s d a n s l e c o m i t é d e p i l o t a g e T r e m p l i n s D e à A s s o c i a t i o n c h â t e a u d e S e r v i è r e s / L e M e r l a n s c è n e n a t i o n a l e / A C P M P o i n t A c c u e i l R M I / A r t C a d e / D i g i t a l B o r a x / C a m à Y e u x M a r s e i l l e / P ô l e I n s e r t i o n M a r s e i l l e 4 / A N P E S a i n t G a b r i e l / P ô l e C u l t u r e A D A I 1 3 / U r b a n p r o d P a r t e n a i r e s i n s t i t u t i o n n e l s e t f i n a n c i e r s C U C S / C G / C R é g i o n a l A u t r e s p a r t e n a i r e s É c o l e A m b r o s i n i / A s s o c i a t i o n d e s l o c a t a i r e s d e M a i s o n B l a n c h e / C e n t r e d a n i m a t i o n T r u p h è m e / A r t d a n s l a C i t é, a r t d a n s l e h a m e a u / A D D A P / C o o p é r a t i v e s o c i a l e F o l i a s / C e n t r e s o c i o c u l t u r e l l e d u R o y d E s p a g n e Habitan ts des 13éme et 14éme arrondisseme nts de Marseille Artistes des bouches du Rhône Résultats obtenus En :3 ateliers hebd omadaires p roposés par les artistes (vidéo, sculpture, identi t é féminine ) une quinzaine de participan ts. 2 a teliers d e danse/pe rcussion p rop osés) 2 classes de CM2 de l école Amb r osini. 1 week -e nd de c ré ation av ec les artistes e t les h abitants (15-20 person nes) Environ personne s ont participé à l élabo ration des œuvres collectives. Pa rtena riat riche et vari é (par t enaires sociaux, culturels, institution nel s, locaux) Grand i nvestissement des salariés et bénév oles du Cent re Social En 201 0: 5500 flyers ont été dis tri bués dans l ensemble du départ ement. Duran t les de ux mois de l appel à projet, 67 dos siers ont été retirés (cont re 50 en 20 09) et 36 on t été déposés (contre 25 l édition p récéden te). Le s partena ires se s ont re groupés e nviron tous les un mois et demi pour me ttre en place les modalités de l appel à p rojet et les sélections 3 artistes sont é té sélec tionnés : Ges a Matt hies, Dalibo r Popovic et Gilles Oleksiuk ( en r emplacement de Gilles Pourti er initialem ent prévu) 8 sorties culturell es ont été org anisés avec l e gr oupe d habi tants associés En Réapp ropriation d es es paces délaissés par l es artistes. Créati on d œuvres qui transforme nt ce paysage habituel par l utilisation de la vidéo, de la sculpture ou de la photo. Médiati sation des œuvres sur le quar tier p ar leu r exposition in sit u.médi atisation du projet et des œuvres e n deho rs du quar tier via les m édias (articl es de presse Ŕ L a Provence, l a Marseillaise, la Radio ) En Le pa rtena riat a été re nforcé pa r la réalisation de la communication g raphiqu e de l app el à p rojet de l a scène nationale du Merl an ; pa r l implication régu lière des diffé rents partenai res. L e festival en Italie a pe rmis de ren forcer l e gro upe déjà existant aut our d un événement euro péen. Le livre i ris a é té présenté au cent re socio - cultur el du Roy d Espa gn e sous fo rme d un plate au télé ayant donné lieu à un DVD e t une mise en ligne sur Inte rnet. 22

23 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts Sur la d imens ion «Arti stes» La thématique retenu e p our l édition des tr emplin s, les délaissés, avec une implantation d u projet sur le ter ritoire du Cane t a été choisie en réfé re nce aux nombreux es pa ces en friche, vide, à l abandon de ce quarti er. Le réinv estissement de ces lieu x par les gestes e t les propos esthé tiques des artistes sélectionnés devaien t a mener à trans figure r, a pporte r un rega rd nouv eau sur ce ter ritoire. De même qu éveiller u ne curi osité, une p rise de recul des habitan ts invités à s associer au process us de création. L es 3 artis tes sélectionnées on t pu me ner chacune un atelier hebdomadaire à la Mais on des Associations e n vue d e l a création de leur œ uvre : - atelier d e vidéo par Paul iina Salmine n réservée aux femmes - atelier d e sculptu re pa r Alice Gadrey - atelier sur l ide ntité fémi nine par Mélanie Ter rier. Ces ateliers ont put tou cher une quinzaine de personnes issues majoritairement du Cane t. L ex position de ces œuvres lors des journées du pa trimoine l e 19 septembre 20 09, d evait être l ap ogée d un travail de 6 mois avec l investissement de différen ts lieux du Canet par les œ uvres réalisées et présentées in situ. L idée d un parcou rs ent re la maison des associ ations, place des États - Unis et Maison Blanche devant l idée de lier, fédére r c es deux espaces, géog r aphiquement p roche ma is dont leurs popu lation s, sont éloignées. (scission sym bolique en tre les de ux zones). Cett e da te de vait égaleme nt pe rmett re d e replacer le terri toire da ns un contexte pa trimo nial plus global, en tan t que patr imoine immob ilier et humain, à revaloriser à l échelle de M arseille et en amenan t des perso n nes extérieures à le déc ouvrir par l organisation notam ment d un vernissage c omme temps officiel et institutionn el et permett ant de lancer l évèneme nt, mai s aussi par la mise en place d un re pas de qu artier o uvert à tous, situé sur l aire de Maison Blanch e, ponctuée par la projection vidéo sur la façade du bâtiment réalisée p ar l une des artistes. Pour la pop ulation du Ca net, d au tr es manifestations fes tiv es et ludiques ont été m ises en place ; certaine c omme l a déambulati on, réalisée avec les enf ants des éc oles du qua rtier L ensemble du projet a été amen é par les parten aires sociaux c ulturels e t institutionn els qui constituent l e comité d e pilotage Tremplins, p rojet qui s es t égaleme nt appuyé sur les str uctures et associations locales lors de la mani festat i on du 19 septemb re. Une p remière relectu re de la pré parati on (avant le jour J ) et de son dé r oulement (l e jour J) a p u mettre en évidence, un réel en gagement de toute l équ ipe, ainsi que celui d administrateu rs ; une coor dination efficiente qui a permis d e faire face a ux aléas et aux nécessai res ajus tement ; enfin, un réel p ilotag e qui s est vérifié dans l a prise de ris que à m aintenir le dispositif p r évu alors que les finan cements complémentaires n étai e nt pas tous confi rmés e t que la météo prévoyait la pluie n a pas vu l inter vention d ar tiste sur l e territoire puisque la suspension des cont rats aidés a freiné l emb auche des artistes, q ui devaien t p réalablemen t inte rvenir à partir d octob re. Fac e à ces problèmes, Gilles Pourti er s est reti ré du pr ojet. En terme de cal endrier, le début de l année a vu la mise an place de l app el à projet, de sa diffusion et de l a réception d es a rtistes venu candida ter. En juin 2010, le cent re social St Gabriel a remi s un dossier de candida ture dans le cadre de M ars eille Provence 2013, capitale europée nne de la cultur e. Sur la d imens ion «Ha b itants» L action envers les habi tants a tourné essentiel lement autour des sorti es culturelles et du voyage en Italie. Notons to ut de m ême la rencont re avec d eux écrivains (Lion el Pa rinni et Jean Berna rd Th omas) en vue de prochai ns atel iers d écri ture. Présent ation d u recueil I ris, sous f orme d e plate au télé, au cen tre socioc ulturel d u Roy d Espagn e 23

24 24

25 25

26 ACTION : POINT INFO FAMILLE Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Sou tenir la pa rentali té Parten aires l ocaux don t le champ d interven tion concerne l a Familles résidan t sur le famille : territoire CAF / MSA / Co nseil Général / Éducation Na tionale / CCAS / AEMO / École des pa ren t s et des Objectifs opérationnels Éducateu rs / CMPP / UDAF - Installer un e ante nne d u Point Info /Espace Plate -forme Se r vices Familles sur l e Canet Publics du Cane t - Cons olider et élargir u n réseau partena rial r ess ource Résultats attendus - 60 familles accueillis pa r an Résultats obtenus En demandes relevant des compétences du P.I.F. (Point Info Famille) En Demandes repé rées r elevant des compé tences d u P.I.F. (Point Info Famill e) - Repérage PIF - Partenariat - Nature de la demande - Formation Agent d Accueil Po u r l in s t a n t le Po int I n f o F a m i ll e n e s t p a s r e p é r é c o m m e t e l p a r les u s a g e r s d u C e n t r e So c ial s u r l a n t e n n e d u C a n e t. Néa n m o in s, i l f a u t c o n s id é r e r q u e l a c c u e il e f f e c t u é s u r l an t e n n e d u Can e t a r e p r é s e n t é v i s it e s s u r l a n n é e , d a n s le s q u e l le s o n p e u t i d e n t if ier d e m a n d e s r e l e v a n t d e s c o m p é t e n c e s PIF. Po u r l in s t a n t le s o r ie n t a t i o n s é m a n a n t e s s e n t i e l lem e n t d e s é q u ipe s e n s e ig n a n t e s d e s é c o le s s e s it u a n t à p r o x im it é d e la Pl a t e f o r m e d e Ser v i c e s Pu b l ic d u Ca n e t e t le s C e n t r e s d an ima t i o n s m u n ic ip a u x. Nou s c o m p t o n s r e lan c e r c e t t e d y n a m iq u e p a r t e n a r iale e n e n p r o g r a m m a n t d e s r é u n i o n s a v e c le s p a r t e n a ir e s d u s e c t e u r a f in d e les in f o r m e r s u r le s c h a m p s d e c o m p é t e n c e s d u PI F p o u r u n e o r ie n t a t io n e f f i c a c e. T r a n s m i s s io n d e la p e r s o n n e r é f é r e n t e s u r le Cen t r e S o c ia l. L a n a t u r e d e s d e m a n d e s p o r t a n t e s s e n t ie lle m e n t s u r l a c c u e il d e s e n f a n t s e t j e u n e s e n f a n t s, l e s a c t iv ité s d e lo is irs, l a c c o m p a g n e m e n t à la s c o lar ité e t l e log e m e n t. F o r m a t io n s p r o p o s é e s à l Un ion d e s Ce n t r e s Soc ia u x d a n s l e c a d r e d e l a f o r m a t i o n c o n t i n u e d e s r é f é r e n t s P I F a u n iv e a u d é p a r t e m e n t a l. 5 f o r m a t io n s s u iv ie s ; T h é m a t i q u e s a b o r d é e s : - L a c c u e i l d u r g e n c e - L e s d i s p o s iti f s d ac c è s a u log e m e n t - L e s u r e n d e t t e m e n t - L e s v iolen c e s c o n jug a le s - L e s c o n d u it e s à r is q u e s c h e z le s a d o s e t jeu n e s m a j e u r s. F o r m a t io n s p r o p o s é e s e n , à l U n i o n d e s C e n t r e s So c i a u x d a n s le c a d r e d e la f o r m a t ion c o n t inu e d e s r é f é r e n t s P I F a u n iv e a u d é p a r t e m e n t a l. 4 f o r m a t i o n s s u iv ie s Ŕ T h é m a t i q u e s a b o r d é e s : - L a lut t e c o n t r e le s d i s c r iminat ion s - L e s a i d e s a u l o g e m e n t - Han d i c a p e t d é p e n d a n c e - Cu ltur e e t i n t e r c u lt u r a lit é 26

27 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts 1 er s emest re 2 011, com pte tenu de l absence de l agent d accueil (c ongé s parenta l) le Point Inf o Famille n a pas pu foncti onner no rmalemen t. La nouvelle pe rsonne assurant le f onctionnem ent es t initiée pa r la réfé rente Enfance /F amille et sera opération nelle du rant le second semestr e

28 ACTION : LIVRET DE VIE Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Sou tenir la pa rentali té CAF / DDASS / M DS Le Merlan / Equipes e nseignant es / Organisme de forma tion EPF F / Association Cris Ecrits Objectifs opérationnels Un g roupe de p arents et leurs enf ants - Faciliter l a t ransmissi on ent re pa rents et enfants - Valoriser l es tr ajectoires familiales Résultats attendus - Nomb re d ateliers prop osés - Nombre de pa rents im pliqués dans le projet - Qualité de la p roducti o n finale - Qualité des échan ges - Impact sur la dynamique des parents à rejoindre d autr es actions ou instances de participation Résultats obtenus 2009, a c t ion n o n r é a l is é e ( p a r m a n q u e d e f i n a n c e m e n t s ) En , 7 r e n c o n t r e s a v e c les p a r e n t s o n t é t é r é a li s é e s, 4 a t e l ier s d e p r a t iqu e s a r t is t iq u e s a v e c le s e n f a n t s. 1 8 p a r e n t s im p l iqu é s d a n s le p r o jet, 1 0 e n f a n t s / ( d e ja n v ier à a v r i l) 1 8 p a r e n t s is s u s d e d e u x g r o u p e s d e f o r m a t i o n d e b a s e à v i s é e p a r e n t a le E PFF. 4 e n f a n t s d e s p a r e n t s a y a n t p a r t ic ipé à l a c t io n. L e s a t e l ier s p r é v u s o n t é t é r é a li s é s n é a n m o in s d a n s d e s p r o p o r t i o n s d if f é r e n t e s, e n e f f e t, l e t r a v a il a v e c les p a r e n t s a n é c e s s it é p lu s d e s é a n c e s c o m p t e t e n u d e le u r e n v i e e t d e le u r imp li c a t io n ( 1 6 a t e l ier s a u l ieu d e 1 2 a v e c le s p a r e n t s 6 a v e c le s e n f a n t s e t 2 a t e l ier s e n c o m m u n s ) En , a c t io n n o n r é a li s é e ( p a r m a n q u e d e f i n a n c e m e n t s ) / ( d e ja n v ier à a v r i l) L e s p a r e n t s c o m m e le s e n f a n t s o n t p a r t ic ip é r é g u li è r e m e n t a u x a t e lier s. O n p e u t g lo b a le m e n t d ire q u i ls s e s o n t i m p l iqu é s d a n s l a d é m a r c h e, n o u r r i s s a n t le p r o je t p a r leur s r é c i t s, leur s o b jet s, e n r e s p e c t a n t les c o n s ig n e s p r o p o s é e s p a r l ar t i s t e. C e t t e d e r n i è r e a t e n u c o m p t e d e leu r s e n v ie s o u d e leur s p u d e u r s p r o p o s a n t p lu s i e u r s a lt e r n a t i v e s à c h a q u e é t a p e d u p r o je t ( p h o t o s d e d o s o u lais s a n t a p p a r a itr e s e u lem e n t u n e m a in ) L a q u a lit é d e la d é m a r c h e r e p o s e s u r d e u x a s p e c t s : - la r i c h e s s e d e s p r o p o s, é c h a n g e s d a n s le g r o u p e, b o n n e com p r é h e n s io n d e la d é m a r c h e, r e l a t ion a v e c l a r t i s t e ( r a p p o r t d e c o n f ia n c e ) - L a q u a li t é d e la p r o d u c t i o n f in a le : Nou s a v o n s é g a lem e n t p u r e m a r q u e r q u e le s e n f a n t s o n t é t é r é c e p t i f s a u x t e x t e s d e s p a r e n t s p u isq u a p r è s a v a i t li e u d e s r é c it s s e n s i b le s s u r d e s l ie u x, d e s p a y s a g e s r a t t a c h é s à d e s s o u v e n ir s, i ls o n t e x p r imé u n e v is ion s ing u l ière lors d e s a t e lie r s p la s t iqu e s q u i leur o n t é t é p r o p o s é s. L e s d e u x t e m p s d e r e n c o n t r e p a r e n t s / e n f a n t s a u t o u r d e l a t r a n s m i s s io n o n t é t é a u t a n t d oc c a s i o n s p o u r o u v r ir d e s e s p a c e s d e d i s c u s s io n s int e r g é n é r a t ion n e l s d a n s l a s p h è r e f a m i li a l e. Ai n s i d a n s le r e n d u f in a l, o n p e u t o b s e r v e r d e u x d i m e n s io n s : - l o b j e t d e t r a n s m i s s ion e n lu i - m ê m e e t s e s p a s s a g e s d un e m a in à l a u t r e - Des p h o t o s d e s p a r t ic ip a n t s d a n s l e s d iff é r e n t s li e u x d u q u a r t i e r r e li é s à d e s t e x t e s e t a u x q u e l s f o n t é c h o s d e s d e s s ins d e n f a n t s il lus t r a n t la s o u v e n ir d e s l ieu s é v o q u é s p a r le s p a r e n t s 28

29 Observations / Bien fondé / Impacts Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x L action Liv rets de vie, qui devai t pr endre une n ouvelle fo rme en 20 09, par la pro position d une chorale parents/e nfants n a p u être réalisée. En effe t, en 200 9, aucun financ ement n a été obtenu d ans le cadre des REAPP ( Réseaux d Écou te et d Accom pagnement Aux Paren ts). 2010/2011 Richesse des productions pendant les ateliers qui ont été sélectionnées par l artiste, l ouvrage reposant sur des partis -pris esthétiques de l artiste (sobriété, mise en page du texte ) proposition validée par les participants. Volonté d éditer un véritable ouvrag e de qualité qui pourra être conservé par les participants : - Dos carré collé - Couverture épaisse - Quadrichromie Valorisation par la présentation de ce travail lors de la future inauguration des nouveaux locaux du Centre Social, couplée avec une communication importante vers le grand public relayée par les partenaires institutionnels et culturels : Le Merlan Scène Nationale, Château de Servières, Art-Cade, réseau ERIC, Union Départementale des Centres Sociaux L installation de bâches permettra de donner une visibilité encore plus grande tant au niveau du quartier qu auprès des partenaires institutionnels et associatifs du Centre Social 29

30 ACTION : FORMATION LINGUISTIQUE A VISEE PARENTALE Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible Soutenir la parentalité Education Nationale EPFF Mairie de secteur Parents d enfants scolarisés dans la zone de vie sociale Objectifs opérationnels Proposer un atelier linguistique à visée parentale Résultats attendus Résultats obtenus Effectifs de 20 personnes Nombre de personnes orientées par l Education Nationale 10 Nombre d intervenants mobilisés 20 de 2009 à personnes 10 personnes orientées par l agent d accueil du Centre Social 1 intervenant FLE 1 Coordinatrice Enfance Famille Régularité et fréquentation Les personnes, en majorité sans emplois ont eu fréquentation régulière des ateliers 30

31 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts Le Centre Social n étant pas propriétaire des locaux de la Maison des Associations, nous nous sommes attachés à mettre en lien l Association EPFF et la Mairie de Secteur pour la signature d une convention. Le Centre Social est interve nu à plusieurs temps des ateliers notamment en début d année pour une présentation : - du Centre Social - de l Accueil de Loisirs - des propositions culturelles - et proposer la participation au Forum Santé sur le Canet - pour l année 2010/2011, proposer la partici pation à la réalisation d un «livret de vie» parents/enfants avec une artiste 31

32 ACTION : FORMATION BAFA Date : 2008 / 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible Souteni r la p arent alité Objectifs opérationnels - Forme r des paren ts Résultats attendus - 8 parents du Canet Mairie secteu r / Éducati on National e / CAF / Jeune sse et Sports / F rancas En partici pants 12 femmes e t 3 h ommes 8 adultes (7 f emmes et 1 homme) jeunes a dultes (2 garçon s 5 filles) Parents Ca net élargis Résultats obtenus - Régularité - Formation acquise - Nature du partenar iat En participants 6 femmes et 3 h ommes 3 adultes (2 f emmes et 1 homme) 6 jeunes a d ultes (2 ga rçons 4 filles ) Les dates de form ation de base BAFA ont é té défini avec les participan ts ce qui a permis une présence ininter rompu de tous les stagiaires (clause de non obt ention de la for mation). Pou r le groupe de , elle s est dé roulée du 12 au 24 octobre Tous les stagiai res ont obtenu la fo rmation d e base (cadr e réglementai re et e ncadr ement d ac tivité). la plupart d entr e eux ont acquis une expérien ce d animation du rant la réalisation d e leur stag e pra tique. Francas : Conc eption de la forma tion CA Truphém e, CA Ma rine bleu : Accueil de stagi aire Canet Spo rt : Pr êt de locaux Accompagnat eurs à l em ploi : Orientation de p art icipants 11 des 15 participan ts ont réalisés leur stage pratique de 14 jours, duran t les périod es de vacance scolaire de décembre à avril. La dernière ét ape de l a formati on (pe rfecti on nement) réalisé en concerta tion avec l es participan ts sur la période de mai aura pour t hème «lec ture enfa ntine, anim ati on autour du livre» Pou r le gro upe de 201 0, elle s est déro ulée du 22 au 30 novembre Tous les sta giaires ont o btenu leu r BAF A (cad re réglementai re et encadr ement d activité). ils on t acquis une ex périence d animation duran t la ré alisation de leur stage p ratique. Francas : conception de la format ion CA Truphém e, CA Ma rine bleue : Accueil de sta giaire Canet Spo rt : prêt de loc aux Pour l e gro upe de 2011, fort de l expé rience, la f ormation s inscrit dans l e pr ojet g lobal de l Association et est recond uit en 2011 du 27 juin au 6 juillet. 32

33 Réalisé Non réalisé Annulé Reporté x Observations / Bien fondé / Impacts La particularité de cett e formation BAFA vient du fait que no us vouli ons apporte r aux pa ren ts des outils afin d une par t po uvoir les aider dans l éd ucation de leurs enfa nts mais aussi pour qu il s soient acteur dans leu r e nviro nnement p our partici per à des animations aup r ès des en fants. L or gan isation d une fo rmation adapt é e et en concert ation avec les par ticipants, a pe rm is une pa rticipati on acti ve des personnes d urant la f or mation. L impact que nous n avi ons pas p révu, c e st l attrait d une telle fo rma tion, p our des jeu nes a dultes (sans emploi ) Duran t l 'année 2009 nou s avons ré alisé un stage de base BAFA en ex ter nat du 12 a u 24 oct obre 2009, pour 15 participants, da te défini avec les partic ipants ce qui a permis une présen ce ininte rrom pue de tous les stagiai res (clau se d'ob tention de la fo r mation). L a partic ularité de cette fo rmation BAFA a été que nous vouli ons aide r les par ents da ns l'éd ucation de l eurs e nfant s mais aussi pou r qu il s soient acteurs dans leur envi r onnement pou r pa rtici per à des anima tions auprès des en fants. To us les stagiaires o nt ob tenu la formation de bas e (cad r e réglemen taire et enc a drement d activité ). Après la première phas e du BAF A les personn es ont acquis une expérience d animati on dur ant la réalisation de l eur s tag e prati que d e 14 jours, étalé s ur la pé riode d e février à juillet 2010 pendant les mercredis et les vacances scolaires. La dernièr e étape a é té la réalisation d 'un stage de perfec tionnemen t en externat d e 6 jours du 22 novemb re a u 30 novem bre excep té le 2 4 novembre Dans la même dynamique que le stage de base les participants ont également décidé ensem ble des dates afin d 'être disponi ble et t ous les stagiaires ont ob tenu cette ph ase. Sur les 15 personn es ayant ré alisé le u r fo rm ation de Base, 13 per sonnes ont réalisé leur stage pratique dans di ffére nts ALSH du s ecteur : 1 personn e : Cent re d 'a nimation Ma rine bleu 2 personn es : Cent re d 'a nimation T ruphème 1 personn e : Cent re d 'a nimation Jean Jaurès 9 personn es : Cent re Soci al St Gab riel 2 personn es ont abando nné après la fo rmation d e base 4 personn es ont aband onné ap rès le s tage p r atique : 2 pe rsonnes a yant accouchées, 2 p er sonnes parties d e Marseill e. Réuni ons 2011 Pour l a pré parati on de l a formati on BAF A 2011 : 8 person n es o rientées par le Ce ntre Social o nt par ticipé à l accueil spécifique d e p résenta t ion du projet e t de l a fo rmation avec un ap pui à l i nscri ption sur le site de la DRJS. 1 réunion collective lors du démar rage d e l action fut o rganisée. 33

34 ACTION : ANIMATION DE RUE ACTION DE PREVENTION ET D INSERTION PAR LE SPORT ET LA CULTURE Date : 2009 / 2010 / 2011 Territoire du Canet Synthèse de l action Objectifs généraux Partenaires Cible - Coopére r à des action s de Préven tion Générale : Jeunes de 10 à 17 ans Objectifs opérationnels - Interveni r sur le qua rtier du Ca net/ Ambrosini Place d e s Etats -Unis, Mercredi e t vacances sc olaires - Œuvrer sur les loisirs éducatifs des jeunes - Repé rages des jeunes en dange r psychique et physique - Mise en place d acti on de réduction des risques Les Francas / C LSPD / Collèges Clair Soleil Ŕ Ma rie La urencin Ŕ Henri Wallon / HM P / ADDAP / École de conduite eur opéenne / École Am brosini / Mairie 13éme et 14éme / T remplin PAEJ / Ar t et Développem ent / AM SKA / Maison des associations et du c itoyen Résultats attendus Cri tères de s ann ées 20 09/2010/ sites d anima tion 43 jour nées d animati ons sur l école Ambrosini et Maison Blanche 20 mercredis sur la pl ace des États - Unis et 33 merc redis sur le groupe Ambrosini 150jeunes en f ile a ctive dont 74 participan t réguli ers Ŕ Parité filles et garçons 80 demi-jou rnées de pr é sence sur site Repér age d e 30 jeu nes ayant des conduites à risques 3 dispositifs V. V.V. pou r 36 jeunes Cri tères de s ann ées 20 09/2010/2 011 Permanenc e des é q uipes et d es journées p révues e t des sites Mixité des jeunes accueillis et inscription dans d es dispositifs formalisés. Fidélisation du publ ic Obtention des b revet s de sécurité routièr e et des br evets d e secourisme Ouverture du site Maison Blanche 1Jeune rel ais issu de la zone En : 135 je u n e s d if f é r e n t s d e m i - j o u r n é e s d e p r é s e n c e s u r s i t e Résultats obtenus En : 3 s ite s d a n i m a t ion s 4 3 j o u r n é e s p lu s 1 5 m e r c r e d i s Pl a c e d e s É t a t s - Un is 2 9 m e r c r e d is g r o u p e A m b r o s i n i je u n e s d if f é r e n t s a c c u e il li s 9 2 j e u n e s f idé li s é s 3 2 % d e p u b li c f é m i n i n p r é s e n t s u r le s a n im a t ion s 3 8 j o u r s s u r 3 d is p o s i t if s V. V. V. De j a n v i e r à j u i n : 3 s ite s d a n i m a t ion s Am b r o s in i e t p la c e d e s Et a t s U n i s 8 m e r c r e d i M a i s o n Bla n c h e 1 9 jo u r n é e d an ima t i o n 8 0 j e u n e s Le nombre de jour née et la permanence a été tenu avec des équipes en m ouvement. 7 jeunes relais issus d e cette zone entr e 2009 et 2010 Le public féminin reste de pa r la structu re de l animation de rue en retr ait du public masculin. En : 37 jeunes o nt ob tenus leur brevet de s écurité rou tière. 12 le PSC1 Nous nous pl açons avec ce public repé ré dans l a réduction des risques En : 40% de filles et 60% de garçons 50 jeunes fidélisés 6 jeunes insc rits dans les VVV et s tages 7 jeunes relais issus d e cette zone Interven tion rég ulière s ur des conflits d e grou pes entraina nt une visite chez les pa re nts 34

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

1 ERE PARTIE : EVALUATION DU PRECEDENT PROJET SOCIAL 1.1. Méthodologie de l évaluation page 7. 1.1.2. Les indicateurs page 7

1 ERE PARTIE : EVALUATION DU PRECEDENT PROJET SOCIAL 1.1. Méthodologie de l évaluation page 7. 1.1.2. Les indicateurs page 7 2 SOMMAIRE 1 ERE PARTIE : EVALUATION DU PRECEDENT PROJET SOCIAL 1.1. Méthodologie de l évaluation page 7 1.1.1. Modalités page 7 1.1.2. Les indicateurs page 7 1.2. Quels étaient les objectifs généraux

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD é v a l u a t i o n Document de travail à conser ver au ser vice de garde P A R T I E A R E N S E I G N E M E N T S G É N É R A

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV SRXU &RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV (WXGH GHIDLVDELOLWpG XQHILOLqUHUpJLRQDOHLQIRUPDWLTXH HQ 2SHQ6RXUFH ª 6RPPDLUH / REMHWGHO pwxgh /HVSURMHWVHWDSSOLFDWLRQVHQ13'& /HVDWRXWVHWIDLEOHVVHVGHODUpJLRQ /HVFRQVWDWV

Plus en détail

DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME

DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME PAR: GINETTE DUROCHER 22 JUILLET 1986 INSTITUT NATIONAL OE StfTt PlBtlQlI DU QUÉBEC CENTRE

Plus en détail

Centre de Récupération de SoftThinks

Centre de Récupération de SoftThinks Centre de Récupération de SoftThinks Table des matières Révisions... 1 Table des matières... 2 Introduction... 3 Quel est l objectif du Centre de Récupération de SoftThinks?... 3 Que pourrez-vous trouver

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10 mode Notes Sommaire Le RSA, c est quoi? 4 Qui peut en bénéficier? 5 Mes droits l L allocation RSA l L accompagnement Mes obligations et engagements l Mes démarches d insertion l Mes démarches administratives

Plus en détail

L A M. A. I. J. M I S S I O N D A C C U E I L E T D I N F O R M A T I O N S S U R L E L O G E M E N T D E S J E U N E S

L A M. A. I. J. M I S S I O N D A C C U E I L E T D I N F O R M A T I O N S S U R L E L O G E M E N T D E S J E U N E S R A P P O R T D A C T I V I T E S 2 0 1 1 L A M. A. I. J. M I S S I O N D A C C U E I L E T D I N F O R M A T I O N S S U R L E L O G E M E N T D E S J E U N E S P A R U E N 2 0 1 2 Q U E S T - C E Q U

Plus en détail

Philippe-Didier GAUTHIER

Philippe-Didier GAUTHIER -Didier Ingénierie, Management, Administration en Éducation et Formation 1 - Parcours professionnel 2 - Projet professionnel 3 - Missions et interventions Portfolio Numérique : - Didier Parcours professionnel

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

P h i l h a r m o n i s

P h i l h a r m o n i s Adoptez un nouveau rythme pour vos placements P h i l h a r m o n i s NOTE D INFO R M ATI O N C o n t rat Collectif d assurance sur la vie à adhésion facultative L e s c a r a c t é r i s t i q u e s d

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Le 13 janvier 2015 L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Ouv e rture d un é ta blis s e me nt re c e v a nt du public ( ERP) Les établissements recevant du public (ERP) sont soumis

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Objectifs : Au cours de la dern ière ann ée d études, les cand idats ayant v alidé la to talité de s enseignements théoriques et

Plus en détail

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE?

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE? 5èmes Rencontres parlementaires sur la Société de l information et l Internet «La s o c ié té d e l in fo rm at io n e u ro p é e n n e e xige d è s au jo u rd 'h u i : - Un e gran d e am b itio n p o

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Cor rigé. 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. La Grande Récré Cas 6. Matrice SWOT

Cor rigé. 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. La Grande Récré Cas 6. Matrice SWOT La Grande Récré Cas 6 Cor rigé 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. Forces Matrice SWOT Fai blesses Posi tion ne ment : La Grande Récré a mis en place un réseau de conseillers dans les maga

Plus en détail

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier Pôle métiers formation Portrait de métier Le métier de charé des relations avec le public Les portraits de métiers» sont une proposition du Pôle métiers formation de l Arcade. L atelier charé des relations

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK Etat des lieux et perspectives Bruno Vercoutter ST/MA Ag enda État des lieux de la GMAO C o n tr ain tes ac tuelles L é v o lutio n du lo g ic iel de GMAO - MP 5 > D 7 i N o uv eaux b eso in s P er sp

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au Chais M agelis - 2003/ 2006 M aît r ise d ouv r age déléguée Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au sein de laquelle

Plus en détail

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV BERGER Roland TRTE22L 1 TABLE DES MATIERES Table des matières p.2 Le p.3 Cisco Academy p.6 Schéma Réseau p.7 Téléphonie Réseau Téléphonique

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

LISTE DES PIECES A FOURNIR

LISTE DES PIECES A FOURNIR LISTE DES PIECES A FOURNIR Sur présentation : Une pièce légale d identité Père/Mère au foyer: livret de famille Travailleur handicapé : pièce justificative (RQTH) Etrangers : titre de séjour valide pour

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR L OBSERVATOIRE DES E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES A LA D UNE INTERNET ASSURANCE SANTÉ SUR PUBLIÉ PAR QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier, filiale d Alptis Assurances.

Plus en détail

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Accueil des enfants handicapés de moins de 6 ans e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Ce document a été élaboré par la Commission départementale de l accueil des jeunes enfants en novembre 2006.

Plus en détail

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais 6 octobre 2011 Atelier des Méthodologies du Foncier EPF Sommaire I. Contexte de l étude et objectifs II. La méthodologie III. Présentation

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Bureau v irtuel. Documentaires. Formations webs

Bureau v irtuel. Documentaires. Formations webs Personnalisez votre bureau dans l espace : profil Infos ENT Forum ENT Administration et Infos sur les nouveautés de l ENT, les formations TIC, virtuel Administration et profil Documents partagés Documents

Plus en détail

Numéro de Sécurité Sociale : C M U. Si autre régime ou département autre que Indre-et-Loire, indiquer coordonnées (Nom, adresse, téléphone) :

Numéro de Sécurité Sociale : C M U. Si autre régime ou département autre que Indre-et-Loire, indiquer coordonnées (Nom, adresse, téléphone) : MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES D INDRE ET LOIRE 19 rue Edouard Vaillant CS 14233 37042 TOURS CEDEX Tél. : 02 47 75 26 66 Fax : 02 47 75 26 38 D E M AN DE D E F I N AN C E M E N T C O M

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE SY YSTÈ M E D ID ENT IFI CAT ION SYS T ÈME D IDENTIFICATION SYSS T È M E D IDE N T I F ICATI O N A U D I T SY ST ÈM E DE VERROUILLAGE RO SYSTÈM ÈME D E V

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADHESION MEMBRE ASSOCIE A NOUS RETOURNER COMPLETE

DOSSIER DE DEMANDE D ADHESION MEMBRE ASSOCIE A NOUS RETOURNER COMPLETE A s s o c i a t i o n d e s D i r e c t e u r s de 101-109 rue Jean Jaurès 92300 LEVALLOIS-PERRET 01.47.48.93.39 www.arseg.asso.fr DOSSIER DE DEMANDE D ADHESION MEMBRE ASSOCIE A NOUS RETOURNER COMPLETE

Plus en détail

LE PREMIER MAGAZINE GRATUIT INTERCULTUREL

LE PREMIER MAGAZINE GRATUIT INTERCULTUREL LE PREMIER MAGAZINE GRATUIT INTERCULTUREL l actualité prend des couleurs Afriscope, un média citoyen pour communiquer Afriscope n 17 - septembre / octobre 2010 L SPkCIA E QUE FAIR E ANTENAIR S DU CINQU

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Les Réunions d information aux associations

Les Réunions d information aux associations REUNION D INFORMATION AUX ASSOCIATIONS Les Réunions d information aux associations du 1 er au 16 octobre 2014 Direction Générale Adjointe du Cadre de Vie 1 Programme Les nouveautés Le projet associatif

Plus en détail

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES Struc ture é c onom ique Un s e c te ur dom iné par le s TPE Le secteur du déménagement est caractérisé par son faible degré de concentration et son atomisation.

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique Service-Public Local Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique La Caisse des Dépôts, au service de l intérêt général et du développement

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Localiser S orienter «Priorité à trois»

Localiser S orienter «Priorité à trois» «Priorité à trois» 5-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs Applications Matériel - Prendre conscience de l orientation de quelque chose en fonction de sa position. - S entraîner à déterminer une priorité

Plus en détail

Collège Gustave Courbet. Collège Youri Gagarine. Collège le Village

Collège Gustave Courbet. Collège Youri Gagarine. Collège le Village 20 15 Collège Gustave Courbet Collège Youri Gagarine Collège le Village Découvrez bientôt les modalités pour les séjours familles, parents, enfants, ados... La Rochelle Du 27 avril au 2 mai Pierrefontaines-les-Varans

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

87 88 89 90 2.3. Diagnostic du territoire 2.3.1 État des lieux du territoire Dans cette première phase, il s agit de faire une photographie du territoire. 2.3.1.1 Géogra phiques et urbanistiques Accessibilité

Plus en détail

Formations Professionnelles Continues - Sessions 2015/2016 -

Formations Professionnelles Continues - Sessions 2015/2016 - L organisme de formation Comité Régional Sports pour Tous de Guyane BP 30 101 97394 Rémire-Montjoly Cedex cr.guyane@sportspourtous.rg SIRET N 483 565 446 00034 Code APE 9499Z- Enregistré à la DIECCTE sous

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

7 place Joffre - 68800 THANN 03 89 37 91 06 03 89 37 41 15 Site :www.remyfaesch.fr Mail : ce.0681541f@ac-strasbourg.fr

7 place Joffre - 68800 THANN 03 89 37 91 06 03 89 37 41 15 Site :www.remyfaesch.fr Mail : ce.0681541f@ac-strasbourg.fr 1 MAJ 12 06. 2012 2 1 NOURRIR L AMBITION SCOLAIRE PAR LA MISE EN ŒUVRE D ACTIONS DYNAMIQUES ET INNOVANTES. Axe de progrès 1.1. Amener chaque élève à élever son niveau d ambition scolaire Axe de progrès

Plus en détail

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants 17.11.2008 Destinataires : Enseignants, Non-Enseignants et membres du CHSCT Objet : Le risque routier Conduire

Plus en détail

Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP. Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier

Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP. Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070505-4 Table des matières Préambule IV Partie 1 L

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant propos :

SOMMAIRE. Avant propos : Années 2013-2016 SOMMAIRE 1. Contexte Etat des lieux Le collège Henri HIRO son environnement, ses élèves, ses enseignants Son CDI Les objectifs prioritaires du collège Henri HIRO Fonds documentaire et

Plus en détail

Agence Saison d Or :: Activités de l entreprise. Identité Visuelle. Editions. Site Internet. Marketing. Référencement.

Agence Saison d Or :: Activités de l entreprise. Identité Visuelle. Editions. Site Internet. Marketing. Référencement. Agence Saison d Or :: Activités de l entreprise Identité Visuelle Editions Site Internet Marketing Référencement Photo/ Vidéo Agence Saison d Or :: Exemple d une action liée au Périgord Noir Jeu Concours

Plus en détail

Les métiers du d é ve l o p peur é co n o m i q u e

Les métiers du d é ve l o p peur é co n o m i q u e Les métiers du d é ve l o p peur é co n o m i q u e Associat ion Rhône-Alpes des professionnels du Développement Economique Local Les métiers du développeur économique Présentation du guide............5

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail