L Infirmière de Pratique Avancée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Infirmière de Pratique Avancée"

Transcription

1 Master 1 Sciences Cliniques Infirmières Promotion : Date du Jury : janvier 2012 L Infirmière de Pratique Avancée expliquée aux Infirmières Florence AMBROSINO Marion CAVAYE Patricia DEMARTHE F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1

2 Remerciements Merci à toutes les infirmières qui ont accepté de répondre aux sondages. F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1

3 Sommaire Introduction... 2 Préambule La construction de la profession infirmière Retour sur l histoire Cadre règlementaire de la profession infirmière Les pratiques avancées en soins infirmiers Définition des pratiques avancées Les compétences attendues Contexte international Contexte actuel en France Contexte environnemental Cadre législatif Enjeux Sur le terrain Formation Freins Prospectives En prévention primaire Dans des structures hospitalières A domicile En transversal Conclusion Bibliographie Liste des annexes......i. F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1

4 Liste des sigles utilisés AIIC : Association des Infirmières et Infirmiers Canadiens ANA : American Nurses Association ANFIIDE : Association Nationale Française des Infirmiers et Infirmières Diplômés et Etudiants APN : Advanced Practice Nurse ARS : Agence Régionale de Santé BPCO : broncho-pneumopathie chronique obstructive CII : Conseil International des Infirmières CNI : International Council of Nurse CNS : Clinical Nurse Spécialist CNPS : Centre National des Professions de Santé DGOS : direction générale de l offre de soins ENMR : expérimentation des nouveaux modes de rémunération HAS : Haute Autorité de Santé HCPP : Haut Conseil des Professions Paramédicales IFOP : Institut Français d opinion publique IP : Infirmière Praticienne IPA : Infirmière en pratique avancée IPS : Infirmière Praticienne spécialisée IPSPL : Infirmière spécialisée de première ligne OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques ONI : Ordre National des Infirmiers SIDIIEF : Secrétariat International des Infirmiers et infirmières de l Espace Francophone A noter : le mot «infirmier» ou «infirmière» sera utilisé indifféremment F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1

5 Introduction Les pratiques avancées : une étape décisive dans l évolution de la profession infirmière? Au fil des nombreuses lectures et reportages, il semblerait que notre profession, si appréciée des Français (99% de bonne opinion, sondage IFOP de janvier 2011) soit toujours asservie au dogme, certes vacillant mais toujours présent, du pouvoir médical. Du XVIIème siècle à nos jours, toutes les définitions ou attributions confiées aux infirmières sont sous gouvernance, contrôle, supervision, autorisation voire protocole, des médecins. Dans l'exercice libéral, notre rôle autonome/propre est lui-même soumis à prescription médicale Saurons-nous, à l instar d Harriet Tubman 1, nous affranchir et prouver la valeur ajoutée des avancées conceptuelles de notre métier, nous permettant ainsi de démontrer les bénéfices que notre vision de la santé peuvent apporter dans la mise en place d une nouvelle politique de santé Publique? Lors du dernier salon infirmier qui se tenait à la porte de Versailles à Paris du 12 au 14 octobre 2011, plusieurs tables rondes ont été proposées aux infirmières sur les nouveaux métiers de santé, les nouvelles formations, les nouvelles coopérations, et l'émergence des pratiques avancées chez les paramédicaux. Nous en avons profité pour interviewer quelques infirmières sur les pratiques avancées. Puis un sondage par questionnaire effectué auprès d infirmières libérales a été effectué montrant une méconnaissance de ce nouveau mode d exercice. Il semble donc nécessaire de clarifier ce concept. Un retour sur l histoire de la construction infirmière en France nous aidera à mieux comprendre l évolution de la discipline jusqu'à nos jours. Puis un rappel du contexte législatif et déontologique de la profession viendra étayer cette construction. Une définition générale de la pratique avancée en soins infirmiers sera posée avec ses caractéristiques et compétences attendues. Partir de l international nous permettra de décrire la situation actuelle en France, ses enjeux et ses freins. Pour finir, nous aborderons quelques perspectives d applications avec une ouverture sur les enjeux de ces nouveaux métiers. 1 Née en 1820, Harriet Tubman fut une combattante de la liberté Afro-Américaine. Étant une esclave évadée, elle travailla comme ouvrière agricole, bûcheronne, blanchisseuse, infirmière, et cuisinière F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 2

6 Préambule Afin d avoir une base de réflexion et d orienter notre argumentaire, nous avons choisi de sonder quelques infirmières sur leur connaissance des «pratiques avancées». Notre intention était de partir du niveau d'acquis des infirmières françaises (ou du moins d un échantillon) dans ce domaine pour articuler notre exposé, en insistant sur les zones d ombre et survolant les informations déjà acquises. Présentation d'un petit fichier vidéo (Film fourni en support) Un Micro-trottoir a été effectué sur le site du salon infirmier, auprès de dix infirmières (5 salariées, 1 étudiant, 4 psychiatriques). A la question : avez-vous déjà entendu parler des Pratiques avancées? : 100% des IDE interrogées ont répondu NON Un Sondage a été envoyé à 1500 infirmières libérales de la région PACA, adhérentes d un réseau de santé. 166 d entre elles ont répondu. A la question : avez-vous déjà entendu parler des «Pratiques avancées»? : 55% des IDE interrogées ont répondu NON (Le détail des résultats du sondage est inséré en annexe 2.) Ces résultats amènent au moins 2 constats : De par l échantillonnage choisi, on peut affirmer que les personnes ayant répondu au sondage font partie des infirmières se sentant impliquées dans l exercice de leur profession. Pourtant 55% d entre elles n ont soit jamais entendu parler des pratiques avancées, soit en ont une idée très vague. 58% des sondées ont plus de 20 ans d exercice professionnel [âge moyen d exercice des infirmiers libéraux : 41,1 ans en 2006] 2. A noter que les infirmières de moins de 10 ans de diplôme n ont répondu qu à hauteur de 12%. Deuxième constat, les infirmières interrogées sont demandeuses d informations (68%), dès lors qu elles ont connaissance d une avancée ou d une diversification qui pourraient leur permettre d exercer leur profession de façon plus autonome et valorisée. Nous allons donc tenter de répondre à ces demandes. 2 Rapport de la DREES- profession infirmière situation démographique- N 759- mai 2011 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 3

7 1 La construction de la profession infirmière 1.1 Retour sur l histoire 1398 : première définition du mot "Enfermier" celui qui côtoie l enfer, issu du latin in-firmus «qui n'est pas ferme, au moral comme au physique, qui s'occupe des infirmes». Plus «l enfermière» acceptait d être au contact de la puanteur, des excréments, de l expression de la honte, de la misère et de la souffrance, des plaies fourmillants de vers, et plus elle pouvait espérer gagner son paradis 3. L acte de soigner est bénévole et les infirmières sont essentiellement des religieuses ou des filles recrutées à partir de critères d'ordre moral : première formation de St Vincent de Paul qui impose à sa congrégation une soumission aux médecins : les premières écoles d infirmières voient le jour sous l impulsion d un médecin, anticlérical, Désiré Magloire Bourneville, qui s inspire du modèle créé par florence Nightingale, en Angleterre. Il s'agit pour lui, non seulement de qualifier les soignantes, mais de les motiver en leur proposant une carrière ; il espère par-là les fixer dans l'établissement hospitalier" 4. L infirmière reste au service du médecin : «Seul le mode d'administration doit être connu de l'infirmière. Elle ne doit en aucune façon chercher à connaître ce que le médecin prescrit, chercher à faire des questions indiscrètes et ne solliciter à ce sujet aucune explication du pharmacien dont le devoir est de tenir caché ce que le médecin n'a pas voulu qu'on sût» : Les religieuses se montrent réfractaires aux nouvelles techniques de soins, notamment suite aux découvertes Pasteuriennes, qui conduisent à la mise en place d une politique d hygiène sociale. Les médecins recherchent alors des aides plus «dociles» et plus instruites. Pour preuve, la vision de l infirmière idéale, selon les médecins, lors d un discours de distribution de prix en 1905 «Nous la choisirons autant que possible parmi ces vaillantes filles du peuple qui, à force d intelligence et d énergie, sont parvenues à s instruire. (...) Nous la désirerions mariée et mère de famille, car il est des délicatesses de sentiment pour les faibles et les enfants qui ne s épanouissent complètement que dans les cœurs des mères (...). Cette infirmière, plébéienne d origine, serait dépourvue de morgue et de dédain, elle saurait se faire respecter sans se faire haïr» 6. L infirmière devient une auxiliaire de soins technicienne, «une filiation médicale patrilinéaire se superpose à la filiation religieuse matrilinéaire» : institution du brevet de capacités professionnelles par un décret du 27 juin 1922, avec la collaboration de Léonie Chaptal 8, créatrice de la première école d infirmière de l assistance publique en C est le premier statut professionnel de l infirmier. 3 Nadot M (2008b). La fin d une mythologie et le modèle d intermédiaire culturel ( ). 4 VEROREL (H), MEYLAN (A), Cent ans de psychiatrie, Ed. du Scarabée, Paris : 1969, page Extrait d un manuel de formation du milieu du 19ème siècle 6 discours de distribution de prix en COLLIERE M.F. Promouvoir la vie : de la pratique des femmes soiganantesaux soins infirmiers Paris InterEditions MAGNON.R «Léonie Chaptal, la cause des infirmières» Ed Lamarre, 1991 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 4

8 1923 : parution du numéro 1 de l'infirmière française et création de l'association nationale des infirmières françaises, présidée par Mlle Chaptal : loi d'exclusivité, obligeant d'avoir le DE pour l'exercice de la profession 1946 : réglementation de l exercice infirmier : 1ere nomenclature des actes 1978 : Reconnaissance d une autonomie dans les soins, création du rôle propre infirmier 9. Le patient est soigné et non pas que la maladie : livre III du code de la santé publique regroupant le décret d'actes professionnels infirmiers et le décret relatif aux règles professionnelles : création de l'ordre National des infirmiers (ONI) 10 (avec les masseurskinésithérapeutes et les pédicures-podologues, ce sont trois professions d auxiliaires médicaux qui sont regroupées en «ordre» professionnel). 1.2 Cadre règlementaire de la profession infirmière «Au centre du système d organisation des professions de santé se trouve la profession médicale, les compétences des autres professions étant construites comme des dérogations à son monopole, lui-même protégé par l'infraction d'exercice illégal de la médecine» 11. Actuellement la profession infirmière française est régie par : Le Décret n du 29 juillet Il regroupe l ensemble des dispositions relatives à l exercice de la profession dans un seul texte. Il abroge le décret de compétence du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d infirmiers. De plus, il élargit le champ de compétences des infirmiers. Il est inscrit dans le code de la santé publique, livre III, titre 1 er. Un Code de déontologie. Le code de la santé publique (article L ) prévoit que le Conseil national de l Ordre prépare un code de déontologie. La première version a été soumise au ministère de la santé en mars Il est depuis en attente de promulgation. Il existe également un code déontologique du conseil international des infirmières (CII) pour la profession infirmière, créé en 1953 et dont la dernière révision date de Article R du code de la santé publique voir annexe 1 10 Art. L LOI n du 21 décembre 2006 portant création d un ordre national des infirmiers 11 Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire- Hénart- Berland- Cadet- janvier 2011 page F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 5

9 2 Les pratiques avancées en soins infirmiers 2.1 Définition des pratiques avancées En 1992 Patterson et Haddad 13 se sont inspirés du dictionnaire Webster : pour définir le rôle des pratiques avancées : pratique : qui n est pas statique, avancée : qui va de l avant. Ils en concluent que la pratique avancée doit permettre d accroître la connaissance infirmière. Ils ajoutent que ces pratiques doivent répondre aux demandes sociales et historiques de l'environnement. On pourrait de la même manière espérer que les pratiques avancées en France aideront au perfectionnement et à l avancement de la profession. Le terme «Pratique avancée infirmière» est apparue dans la littérature dans les années Il touche des champs de compétences très larges et en croissance. Il est souvent interdépendant de l avancement du pays dans ces pratiques ce qui explique certainement sa difficulté à trouver un consensus international pour sa définition. Aujourd hui celle qui prévaut est la définition du Conseil International des infirmières (CII) 14 «Une infirmière praticienne en pratique infirmière avancée est une infirmière diplômée d État ou certifiée qui a acquis les connaissances théoriques, le savoir-faire nécessaire aux prises de décisions complexes, de même que les compétences cliniques indispensables à la pratique avancée de son métier, pratique avancée dont les caractéristiques sont déterminées par le contexte dans lequel l infirmière sera autorisée à exercer. Une formation de base de niveau maîtrise est recommandée». (2008) La France a repris cette définition dans son intégralité. C est l Association Nationale Française des Infirmiers et Infirmières Diplômés et Etudiants (ANFIIDE) 15 qui représente la France au CII. Certains pays, même s ils adhèrent au CII, ont leur définition propre de l'infirmière en pratique avancée. Ils proposent une version plus nationale mais la définition reste similaire - voir en annexe 2 les définitions proposées par L'American Nurse Association (ANA) ou l'association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) On distingue 2 types d Advanced Practice Nurse (APN) ou Infirmière en pratique avancée (IPA) : Practionner Nurse (PN) ou Infirmière Praticienne (IP) : infirmière de niveau master, l IP est spécialisée dans une discipline médicale (santé primaire, gériatrie, oncologie, santé scolaire, psychiatrie, néonatalogie, infectiologie, cardiovasculaire, diabétologie..). Elle a un rôle de substitution avec une délégation de certaines tâches médicales : le diagnostic, le suivi des maladies chroniques, les prises en charge aiguës simples, l éducation, la prévention en santé primaire. 13 Patterson C. and Haddad B The advanced nurse practitioner: common attributes. 14 CII 15 ANFIIDE F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 6

10 Autonome, elle collabore avec les médecins. Elle peut prescrire des médicaments et examens et diriger les patients vers des structures. l IP passe 80% de son temps en soins directs au patient. Une étude dans le Journal of American Medicine Association en 2000 a montré qu il n y avait pas de différence en termes de qualité entre la prise en charge primaire d un NP et d un médecin 16. Clinical Nurse Spécialist (CNS) ou Infirmière Clinicienne Spécialisée (ICS) : plus spécialisée dans le domaine du «nursing» que l IP, elle évolue dans le champ du rôle propre infirmier, un domaine autonome. Elle a acquis des connaissances théoriques attestées par un diplôme universitaire ou un certificat et une expérience clinique. Elle joue un rôle majeur dans l amélioration de la qualité des soins et de l évolution des soins infirmiers. Elle intervient sur le terrain dans la gestion de parcours de soins complexes. Elle est reconnue pour son expertise, son leadership. Elle est très impliquée dans la recherche infirmière basée sur les données probantes et a un rôle d enseignement. L ICS passe 10 à 20% de son temps en soins directs au patient. 2.2 Les compétences attendues Pour Guy le Boterf 17, «une personne compétente, est une personne qui sait agir avec pertinence dans un contexte particulier», Pour Philippe Zarifian 18 «La compétence est une intelligence pratique des situations qui s appuie sur des connaissances acquises et les transforme avec d autant plus de force que la diversité des situations augmente» Dans un rapport datant de 2008, le Centre d Expertise des Soins de Santé Belge croise plusieurs écrits sur la compétence qui mettent en évidence «la relation fondamentale entre les habiletés psychomotrices (savoir-faire) et cognitives (savoir) et une attitude (savoir-être)». Patricia Benner 19, elle, s appuie sur les modèles d acquisition Dreyfus (Dreyfus et Dreyfus 1980) et définit ainsi cinq niveaux de compétences pour les infirmières : Novice : elle n a aucune connaissance du terrain, son savoir est théorique, Débutante : elle est en mesure de comprendre une situation et d en tirer profit surtout face à une situation marquante, l emploi de tuteur à ce niveau aide à l apprentissage et à éviter les problèmes, Compétente : elle travaille dans le même service depuis au moins 2 ans, elle maitrise la situation est capable de s organiser en fonction des problèmes et elle peut faire face à une situation nouvelle, 16 Primary care outcomes in patients treated by nurse practitionners or physicians JAMA. 2000;283: Le Boterf, G. «L ingénierie des compétences», Edition Organisation, 1999, p38 18 Zarifian P. Objectif compétence - Pour une nouvelle logique, Editions Liaisons,1999, p70 Berckmans G., Alvarez Irusta L. Bougzegta N., Delfort T., Peeters G., Stordeur S. and al Differenciation de fonction dans les Soins infirmiers : possibilités et limites. Health Services Research (HSR) Bruxelles : Centre fédéral d expertise des Soins de Santé (KCE) Benner P. De novice à expert : excellence en soins infirmiers, traduit de l américain par Ovion L., Edition Masson, 2003, 252 p. F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 7

11 Performante : elle a stocké suffisamment d expérience dans sa mémoire pour vivre les situations dans leur ensemble et pourra aller directement sur le problème, Experte : l infirmière a un haut degré de performance dans un champ d intervention donné. Elle allie le pouvoir d autorité (titre acquis) et le pouvoir d influence (expérience de terrain). Elle est souvent consultée par les patients mais aussi par ses pairs. Ann Hamric, Professeur en Sciences Infirmières aux Etats Unis, a axé ses recherches depuis de nombreuses années sur les pratiques avancées. Elles lui ont permis d identifier 5 domaines de compétences pour les IPA. Ceux-ci sont repris dans de nombreux pays : les soins cliniques directs centrés sur le patient et sa famille, le conseil, la formation et la consultation, la recherche, le leadership et la collaboration, la prise de décision éthique. 20 Elle rajoute que l IPA doit posséder à la fois des attributs personnels, une solide expérience clinique et un niveau supérieur d études. Le savoir d une IPA est associé au «prendre soin», le socle en est le soin direct adapté à la demande du patient. Jocelyne Tourigny dans un article de 2010 complète ainsi : L IPA doit avoir une habileté à la communication et aux relations interpersonnelles, et une grande adaptabilité aux demandes des institutions. 21 On pourrait en déduire qu aujourd hui l infirmière en pratique avancée est du niveau d une infirmière experte, avec une reconnaissance officielle. Pratique : parce qu elle reste dans le domaine clinique. Elle utilise l analyse clinique et le raisonnement diagnostic. Met en œuvre et évalue les projets de soins. Avancée : parce qu elle a atteint un haut niveau d expertise (savoir-faire, savoir, savoir-être) dans un champ donné, lui permettant une certaine autonomie. Soins infirmiers : le cœur du métier reste le même ainsi que ses paradigmes Hamric A., Spross J, Hanson C Advanced Practice Nursing: An Integrative Approach Edition 4ème Sauders (2008) 21 Tourigny J. and al. Le rôle de l infirmière en pratique avancée : de la théorie à la pratique L infirmière clinicienne Vol 7 N 2 (2010) 22 Kerouac s, Pepin j, Ducharme f et Major f: La pensée Infirmière,Québec, Beauchemin, 2ème édition.(2003) 215 pages F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 8

12 2.3 Contexte international Aux Etats-Unis : les Advanced Practice Nurses (APN) ou Infirmières en pratique avancée (IPA) existent depuis Elles ont répondu à une demande de soins en santé primaire, une évolution des technologies, une diminution de la démographie médicale et un vieillissement de la population. Les APN ont un niveau master, le titre est protégé. Aux Etats-Unis les sagesfemmes (qui sont infirmières) et les infirmières anesthésistes ont le titre APN. 23 Au Canada : l infirmière praticienne est reconnue à partir de 1960, pour améliorer la prise en charge en santé dans les milieux géographiquement isolés, puis en 1990 en secteur tertiaire pour pallier à la pénurie des médecins dans des domaines spécifiques (néonatologie, cardiologie, néphrologie..). Leur exercice est réglementé et le titre reconnu. Les Infirmières Clinique Spécialiste exercent pour la majeure partie en hôpital avec un rôle analogue aux CNS des Etats-Unis, mais leur titre n est pas reconnu 24 Au Royaume-Uni : Il existe des infirmières praticiennes qui exercent principalement en santé primaire (très développé dans ce pays) et des infirmières cliniciennes. Elles peuvent prescrire sous certaines conditions. Elles ont un niveau master ou une expérience étendue avec une formation continue. En Irlande : on trouve là aussi les 2 types d IPA comprenant les sages-femmes. Elles peuvent prescrire. Elles ont un niveau master ou un diplôme post grade dans un domaine spécialisé. En Belgique, Pologne, République Tchèque des expérimentations sont en cours et certaines pratiques avancées existent déjà mais ne sont pas reconnues. 2.4 Contexte actuel en France Aujourd hui, le concept de pratique avancée en soins infirmiers n est pas reconnu officiellement en France. La santé s est construite et organisée autour du modèle médical, d où des freins culturels et économiques à leur développement. Cependant, de nouvelles perspectives semblent apparaître en ce domaine. En effet, les pratiques avancées en soins infirmiers pourraient être introduites et reconnues en France, par l intermédiaire de nouveaux métiers de santé, dans le cadre de coopérations entre professionnels de santé Delamaire, M. and G. Lafortune (2010), Nurses in Advanced Roles: A Description and Evaluation of Experiences in 12 Developed Countries, OECD Health Working Papers, No. 54, OECD Publishing Workforce Profile of Nurse Practitioners in Canada 25 Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire. Professionnels d aujourd hui et nouveaux métiers : des pistes pour avancer de L.Henart. F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 9

13 2.4.1 Contexte environnemental Les nombreuses politiques de santé ont toutes pour objectif d ajuster au mieux le système de soins aux besoins de la population. Le contexte actuel en France est celui d une inégalité persistante d accès aux soins pour la population, en particulier pour les soins de premiers recours. Les besoins de prise en charge sanitaire liés au développement des maladies chroniques et des poly-pathologies, augmentent dans un contexte de vieillissement de la population. Le parcours de soins se complexifie face à l hyper technicité et la prise en charge globale des personnes. De plus, le contexte de décroissance de la démographie médicale jusqu en 2025, accentue les disparités de répartition territoriale. 26 La coopération entre professionnels de santé est une préoccupation assez récente en France (moins de dix ans). En mars 2003, le ministre de la santé, J.F Mattéi a confié au professeur Yvon Berland la mission d une analyse approfondie relative à l organisation des soins et des coopérations possibles entre les différentes professions de santé 27. Nombre de ces coopérations impliquent un transfert de compétences et se traduisent par une redéfinition des contours des métiers pour l avenir. Cette étude a été menée en concertation permanente avec les représentants des professions concernées. Plusieurs projets d expérimentations de nouvelles formes de coopérations ont été initiés (5 en 2005 et 10 en 2006 ; 11 de ces projets impliquaient des infirmiers) dans divers domaines et portaient sur des actes ou activités de prise en charge confiés à un professionnel paramédical (échocardiographie, explorations fonctionnelles digestives, suivi et prise en charge de patients porteurs de maladies chroniques ) 28. Ces expérimentations ont été mises en œuvre sur des sites déterminés, pour une durée déterminée et selon un protocole qui a permis d évaluer leur utilité et leur efficacité. La qualité et la sécurité ont été garanties. Les professionnels de santé concernés sont motivés à voir évoluer leurs pratiques vers plus de collaborations entre eux. Les expérimentations ayant été menées à leur terme, il a été possible d en dresser un bilan et d envisager les conditions dans lesquelles ces coopérations professionnelles peuvent être développées et mises en place dans le système de soins en France. Plusieurs domaines d activités cliniques sont concernés : la gastroentérologie, la cardiologie, la néphrologie, l ophtalmologie, la cancérologie et les soins primaires. 26 Rapport du conseil ordre médecins sur démographie médicale 27 Coopération des professionnels de santé : le transfert de tâches et de compétences. Rapport d étape de Y.Berland 28 HAS Coopération entre professionnels de santé. Guide méthodologique Tome 1 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 10

14 2.4.2 Cadre législatif Suite aux expérimentations réalisées et aux recommandations formulées par la Haute Autorité de Santé (HAS), la notion de «Nouvelle coopération des professions de santé» a donc été introduite en France par la loi HPST du 21 juillet 2009 portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires. La loi, par son article 51, permet aux professionnels de santé de s engager dans une démarche de coopération, sous forme de protocoles validés ayant pour objet d opérer entre eux les transferts d activités ou d actes de soins ou de réorganiser leur mode d intervention auprès du patient. Les coopérations consistent donc en des transferts d activités ou d actes de soins, voire en une réorganisation du mode d intervention auprès des patients. La HAS, avec la Direction générale de l offre des Soins (DGOS), a élaboré un guide méthodologique pour faciliter le processus d opérationnalisation d un protocole de coopération. Les modalités de rédaction et de validation, ainsi que les acteurs impliqués dans cette démarche sont clairement définis. 29 (Annexe 3) Le premier protocole de coopération entre professionnels de santé a été signé le 13 juillet 2011 par le directeur général de l Agence Régionale de Santé (ARS) de Paca, l HAS ayant donné un avis favorable. Il s agit d un protocole qui autorise désormais cinq infirmières de l Institut Paoli-Calmettes à Marseille à réaliser des prélèvements de moelle osseuse (myélogrammes) au même titre que les médecins oncologues. Ces techniques seront réalisées sous certaines conditions : avoir 3 ans de pratique en oncohématologie, suivre un enseignement théorique de 8 heures et une formation pratique sous forme de compagnonnage. (Annexe 4) Un deuxième protocole de coopération a été proposé concernant la réalisation d un bilan uro-dynamique par une infirmière experte. A ce jour, le protocole est en cours de validation. Actuellement, un certain nombre de protocoles sont en cours d étude pour lesquels l ordre national infirmier a été associé à la réflexion Enjeux Le transfert de compétences permettrait donc : de faire face (en partie seulement) à la diminution annoncée de la démographie médicale, d optimiser le système de soins en répondant à des besoins locaux et en facilitant l accès aux soins dans les territoires peu dotés en médecins, de régulariser des pratiques déjà existantes mais non reconnues, d apporter une reconnaissance de compétences à certains professionnels paramédicaux, 29 HAS Coopérations entre professionnels de santé. Guide méthodologique Tome 2 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 11

15 de contribuer à la maîtrise des dépenses de santé et à l efficience du système de soins, tout en garantissant une qualité de prise en charge sur le territoire national, dans un souci de maintien de la sécurité des soins. Cependant, la notion de transfert de compétences ne peut se définir comme réduite à une simple délégation d actes techniques ou de tâches. La compétence s acquiert avec le temps et l expérience. Elle mobilise et combine plusieurs savoirs. La compétence sous-tend une capacité de raisonnement, d analyse et de discernement. Elle s étend et se développe de façon autonome. D après Nancarrow et Borthwick 30, Il existe quatre façons de faire évoluer une profession : la diversification traduit un phénomène d extension des services offerts par le système de soins, ou un élargissement du champ de pratique. On parle de compétences élargies ou compétences étendues. la spécialisation est la façon la plus courante de faire avancer une pratique professionnelle. C est la possibilité pour un groupe d infirmières d accéder à un niveau d expertise dans un champ spécifique, validé par un titre. la délégation / substitution (verticale ou horizontale) traduit le transfert de tâches antérieurement réalisées par une catégorie de professionnels à une autre catégorie de professionnels (verticale : de médecin à infirmière, horizontale : entre professionnels de même niveau) La création de diplômes de spécialisation (puéricultrice en 1947, infirmière anesthésiste en 1960, infirmière de bloc opératoire en 1979, infirmière cadre en 1960) a permis d étendre leur champ d intervention. L approche est centrée sur l approfondissement d une qualification technique au service de l activité médicale. Les infirmières sont diplômées et reconnues par les textes législatifs. Une demande de reconnaissance d un niveau master en pratique avancée a été déposée par ces différentes spécialités Sur le terrain En France, certaines pratiques dites «avancées» se développent depuis une vingtaine d année, sans reconnaissance particulière : les infirmières cliniciennes et infirmières cliniciennes spécialistes qui ont suivi une formation certifiante, les stomathérapeutes, les infirmières possédant un diplôme universitaire sur les plaies et cicatrisation, la douleur, soins palliatifs, réanimation, nutrition, éthique, deuil, pied diabétique, etc... infirmières en consultation d annonce, en éducation thérapeutique du patient, en secteur psychiatrique, 30 Nancarrow SA, Borthwick AM. Dynamic professional boundaries in the healthcare workforce. Sociol Health Illn nov;27(7): F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 12

16 Les infirmières françaises ont donc déjà investi le champ des pratiques avancées. Elles ont pu occuper ces fonctions sur fond de pénurie médicale, mais aussi en réponse à une demande non satisfaite des patients et de leur famille. Aujourd hui, il existe un décalage entre les visions des professionnels de santé concernés par les pratiques avancées et les propositions du législateur : en effet, le législateur privilégie la voie du transfert de tâches, au service de l activité médicale, sur une logique de substitution. Quant aux infirmières sensibilisée aux pratiques avancées, elles privilégient la voie du développement de l expertise infirmière, associée à une extension de leur champ de compétences, plus axée sur le service rendu à la personne et aux patients tels que l accès aux soins et le suivi de prise en charge globale, sur une logique de spécialisation. L enjeu consiste pour ces infirmières à faire reconnaître la spécificité de leur pratique avancée en soins infirmiers afin que leur degré de reconnaissance puisse être effectif et leur autonomie s étendre. De plus, la vigilance de toutes les infirmières, lors de la rédaction d un protocole de coopération, par exemple, sera déterminante afin de préserver leur champ d intervention et d'éviter ainsi, de voir se développer une activité d assistant médical uniquement centrée sur les transferts de tâches. F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 13

17 2.4.5 Formation C est grâce aux accords de Bologne de 1999, signés par plus de 40 pays européens pour harmoniser les diplômes et faciliter la circulation des personnes, qu un pas important est franchi en France en 2009 : c est la reconnaissance à un niveau licence professionnelle du diplôme d Etat Infirmier et le passage au cursus Licence Master Doctorat. Ce cursus permet dès octobre 2009 d ouvrir le premier Master en Sciences Cliniques Infirmières. Ce master est le fruit d une co-habilitation réunissant le Département des Sciences Infirmières et Paramédicales (DSIP) de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) et l Université de la Méditerranée à Marseille 31. Cette formation repose sur le principe de l alternance : enseignement théorique et stages cliniques. La première année se déroule à Ivry sur Seine, antenne de l EHESP de Rennes et permet d acquérir les fondamentaux en soins cliniques. La 2ème année se déroule à l Université d Aix Marseille. Elle est axée sur l approfondissement d une pratique avancée spécifique en cancérologie, gérontologie ou en coordination de parcours complexe de soins, prenant en compte les besoins prévalents de la population. Depuis 2011, s est ouverte à Saint Anne, en partenariat avec l Université de Saint Quentin en Yvelines, une section master en sciences cliniques en soins infirmiers avec des spécialisations de pratiques avancées en psychiatrie et santé mentale, maladies chroniques et dépendance, en douleur et soins palliatifs. L objectif de ce programme est la prise en compte d une démarche intégrative, c'est-à-dire une approche par les compétences, une intégration de la recherche, de la formation, garants d efficacité et d efficience. L étudiant adoptera à terme, une posture réflexive lui permettant de s auto-évaluer et d alimenter son raisonnement clinique. 32 Le Secrétariat International des Infirmiers et infirmières de l Espace Francophone (SIDIIEF) dans son mémoire de 2011 sur la formation infirmière en Université explique l intérêt de l expertise des infirmières de formation longue comme réponse aux défis de santé du XXIe siècle. 31 DEBOUT C, CAILLEUX KREITMAN J, ROTHAN TONDEUR M. Construire un dispositif de formation en pratiques avancées en soins infirmiers. SOINS déc;(751): IBID 31 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 14

18 2.4.6 Freins Cependant, l évolution de la profession d infirmière vers des pratiques avancées semble encore rencontrer des résistances : Des membres de la profession, comme le rappelle Walter Hesbeen, ne voient dans le concept des infirmières en pratique avancée que de «super» infirmières. De plus il semblerait, comme le décrit Lloyd Jones en , que le manque de clarté du rôle des IPA et la difficulté à l expliquer engendrent des conflits dans les relations interprofessionnelles. Certaines infirmières restent très médico-dépendantes, par méconnaissance ou par habitude? Pour elles, tout changement, toute évolution est synonyme de complication ou de prise de risque. Encore aujourd hui par exemple beaucoup d infirmières à domicile refusent de prescrire des dispositifs médicaux, préférant laisser cette tâche au médecin. 34 Certains médecins qui peuvent percevoir les pratiques avancées comme une diminution de leur champ d activité. La législation. Selon l article35 de Gilles Devers, avocat à la cour de Paris, certains points de l article 51 de la loi HPST sont litigieux: ce sont les personnels amenés à s engager dans le protocole qui déclarent eux-mêmes leur connaissances et expérience (l ordre infirmier est désormais tenu de vérifier l expérience et compétence des infirmières), l autorité publique (ARS) ne vérifie que le critère de faisabilité et de besoin de santé au niveau régional, on parle d information au patient et non de consentement. Pour sa part, Jean-Christophe Boyer, avocat au barreau de Paris, s étonne qu un «professionnel de santé [ ] (puisse être amené à) apporter la preuve de son expérience dans la pratique d un acte qui, par nature, lui est interdit car réservé à une autre profession de santé?» 36 Enfin du point de vue financier : l article 51 de la loi du 21 juillet 2009 ainsi que l arrêté d application ne prévoient pas de rémunération des professionnels concernés pour les protocoles de coopération, ce qui peut constituer un frein à leur développement. Dans ce contexte, l expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) présente une solution intéressante Myfanwy Lloyd Jones MA MPhil Mc- Role development and effective practice in specialist and advanced practice roles in acute hospital settings: systematic review and meta-synthesis J.O n 88 du 14 avril 2007, page 6861, texte n Gilles Devers a participé au groupe de travail de l HAS sur «Les nouvelles formes de coopération entre professionnels de santé : les aspects juridiques» en août DEVERS G. Les nouvelles coopérations entre professionnels de santé et l exercice illégal des professions de santé (Article 51 de la loi HPST) Droit Déontologie et Soin 11 (2011) Elsevier Masson 36 Revue SOINS- N 751- décembre page Il s agit d une disposition issue de la loi de financement de la sécurité sociale de 2002 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 15

19 3 Prospectives Il est souhaitable que dans un futur proche, les IPA de niveau Master se saisissent de ces nouveaux outils pour construire leurs propres missions. Quelques exemples d application pratiques pouvant être envisagées dans différents domaines de la santé publique sont suggérés ci-après: 3.1 En prévention primaire Information /éducation/ prévention des maladies cardio-vasculaires, diabète, obésité, tabacologie, dépistage de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) avec prescription de substituts nicotiniques, d examens complémentaires, éducation,. Surveillance de la petite enfance, contraception/ivg chez les adolescentes ; 3.2 Dans des structures hospitalières «triage» des patients aux niveaux des urgences et prise en charge des patients identifiés par des chemins cliniques avec prescription des examens nécessaires au diagnostic prise en charge holistique d'un patient porteur de plaies chroniques ou aigues, avec étude du contexte environnemental, social, mise en relation avec les différents acteurs, consultation, établissement de protocoles de soins, formation interne des équipes soignantes, recherche, 3.3 A domicile Comme le programme expérimental Asalée, mis en place dans le département des Deux-Sèvres en : création de centres de soins pluridisciplinaires. Véritables lieux de coopérations entre médecins et infirmiers libéraux, dans le suivi de patients atteints de maladies chroniques avec saisie des données, éducation thérapeutique, rappels de prescriptions d examens, suivi des rendez- vous mais aussi réajustement des traitements (insulines, hypoglycémiants oraux, AVK, antidouleurs..) En consultation de soins de première ligne et en dehors d un contexte d urgence: examen clinique, diagnostic du problème de santé, transmission des résultats au médecin traitant, possibilité de prescription pour de la médecine de premier recours constipation, rhinopharyngite, lombalgies,...ceci permettrait de dégager du temps médical et de permettre la réponse rapide à une demande de soins. 38 Bourgueil, Y., Le Fur, P., Mousquès, J. Yilmaz, Y., Institut de Recherche et de Documentation en Economie de la Santé. (I.R.D.E.S.), (2008), La coopération médecins généralistes/infirmières améliore le suivi des patients diabétiques de type 2. principaux résultats de l expérimentation ASALEE.. Questions d économie de la santé, 136, F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 16

20 Suivi de patients dénutris ou en risque de dénutrition (cancérologie, personnes âgées). Evaluation de la situation globale du patient, de ses ressources, implication des aidants naturels, accompagnement des équipes infirmières en place, communication avec le médecin traitant, l établissement de sortie, le centre de nutrition agrée, création de fiches de suivis, évaluation des ingestat, de l état général, signalement aux services médico-sociaux... Prévention et Suivi de patients victimes d accident vasculaire cérébral 39. Identification des facteurs de risque, éducation, suivi des examens complémentaire de dépistage ou de consolidation, réajustement du traitement, coordination de tous les acteurs pour le retour à domicile et la réadaptation (médecin traitant, infirmière, kinésithérapeute, orthophoniste, diététicien, psychologue, aide à domicile, ). Etablissement de statistiques sur le taux de récupération, de ré hospitalisation, de mortalité en fonction des interventions, et coût du retour anticipé à domicile, versus le maintien en structure hospitalière. 3.4 En transversal Evaluation des pratiques professionnelles, en structure ou au domicile, sous forme de missions. Mise en place de fiches de non-conformité, information/ formation des professionnels concernés, ajustement des comportements non conformes à la sécurité ou aux bonnes pratiques, établissement d'un rapport auprès des établissements et des autorités (HAS, ARS) pour évaluer l'impact sur la santé publique. Intervention au sein de comités d'éthiques, collaboration à la création de référentiels, information /formation des équipes soignantes, communication avec les aidants naturels, aide à l'établissement des chartes,... Expertise en soins infirmiers : o expertise judiciaire (à l initiative d un juge, la mission de l infirmière experte sera d apporter la preuve que les soins ont été dispensés consciencieusement, de façon attentive et conformément aux données actuelles et acquises de la science), o défense des professionnels au sein de l ordre national des infirmiers, o à l initiative des directeurs d établissement dans Commissions de relation avec les usagers- (CRUQ) L AVC est une urgence médicale : il peut être fatal et, dans la moitié des cas, il entraîne des séquelles d autant plus importantes que le traitement aura été retardé. 40 L'expertise en Soins Infirmiers ; Jeudi, 16 Avril :40 - Mis à jour Vendredi, 12 Juin 2009 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 17

21 Conclusion Alors qu il est déjà solidement ancré dans les différents pays étrangers, le concept d infirmières en pratiques avancées fait sa timide apparition dans le paysage de santé Français. Les différentes enquêtes de terrain démontrent une méconnaissance de l application concrète de ce nouveau mode d exercice mais aussi l intérêt que cette pratique peut susciter si elle est bien expliquée. Par ailleurs, on constate que la fonction d'infirmières en pratiques avancées n'a pas de place réelle et reconnue au sein du système de soins Français. Si la création de cette qualification répond bien à une demande gouvernementale, il n'existe actuellement aucune structure pour accueillir officiellement cette infirmière, avec la rémunération adéquate à son niveau d'études. Pourtant les études prouvent à l international 41 que l infirmière praticienne améliore les services en soins primaires avec une réduction des temps d attente et une même qualité de service ainsi qu une réelle satisfaction de la population. Pour l infirmière clinicienne spécialisée son implication et son savoir-faire augmentent la qualité et la sécurité de prise en charge des patients et favorisent le développement de la discipline infirmière. Si actuellement seul le cadre des protocoles de coopérations semble offrir un nouveau champ d'exercice en France, le développement du cursus Licence /Master /Doctorat devrait favoriser la reconnaissance de la profession à un niveau de «discipline infirmière». 42 L attractivité grâce à ses perspectives de carrière, la reconnaissance de son rôle autonome mais aussi l intérêt de son positionnement en recherche et sa visibilité dans le système de santé avec prise en charge holistique du patient, sont des conséquences attendues. Charge aux infirmières en pratique avancée avec leur compétences de leadership, de créativité, d adaptabilité, de collaboration appuyées par de solides bases théoriques, cliniques et humanistes de profiter de l opportunité qui leur est offerte aujourd hui par les politiques et les décideurs d imposer leurs propres visions et leur expertise. Les pratiques avancées : une étape décisive dans l évolution de la profession infirmière? Après réflexion nous serions plutôt tentées d écrire : Les pratiques avancée en soins infirmiers une avancée décisive pour l évolution de la profession infirmière en France. 41 Résultats d études disponibles sur les sites de l ANA et l AIIC 42 Evelyne Malaquin-Pavan Soins cadres- Vol 18, N 69S - février p6 F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 18

22 Bibliographie OUVRAGES Nadot M (2008b). La fin d une mythologie et le modèle d intermédiaire culturel ( ). Poisson M. Origines républicaines d un modèle infirmier, ( ) : histoire de la profession infirmière en France. Vincennes France: Editions hospitalières Verorel (H), Meylan (A), Cent ans de psychiatrie, Ed. du Scarabée, Paris : 1969, page 23. Colliere M.F. Promouvoir la vie : de la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers Paris InterEditions 1982 Magnon.R «Léonie Chaptal, la cause des infirmières» Ed Lamarre, 1991 Kérouac s, Pepin j, Ducharme f et Major f: La pensée Infirmière, Québec, Beauchemin, 2ème édition.(2003) 215 pages Primary care outcomes in patients treated by nurse practitionners or physicians JAMA. 2000;283:59-68 Le Boterf, G. «L ingénierie des compétences», Edition Organisation, 1999, p38 Zarifian P. Objectif compétence - Pour une nouvelle logique, Editions Liaisons,1999, p70 Sliwka C. Delmas P. Collectif sous la direction de Profession infirmière : Quelle place et quelles pratiques pour l avenir? Edition Lamarre pages Hesbeen W. sous la direction de Dire et écrire la pratique soignante du quotidien Edition Seli Arslam pages Berckmans G., Alvarez Irusta L. Bougzegta N., Delfort T., Peeters G., Stordeur S. and al Differenciation de fonction dans les Soins infirmiers : possibilistes et limites. Health Services Research (HSR) Bruxelles : Centre fédéral d expertise des Soins de Santé (KCE) 2008 Benner P. De novice à expert : excellence en soins infirmiers, traduit de l américain par Ovion L., Edition Masson, 2003, 252 p. Hamric A., Spross J, Hanson C Advanced Practice Nursing: An Integrative Approach Edition 4ème Sauders (2008) F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 19

23 ARTICLES Extrait d un manuel de formation du milieu du 19ème siècle Patterson C, Haddad B. The advanced nurse practitioner: common attributes. Can J Nurs Adm déc;5(4): Tourigny J. and al. Le rôle de l infirmière en pratique avancée : de la théorie à la pratique L infirmière clinicienne Vol 7 N 2 (2010) Workforce Profile of Nurse Practitioners in Canada.2009 Myfanwy Lloyd Jones MA MPhil Mc- Role development and effective practice in specialist and advanced practice roles in acute hospital settings: systematic review and meta-synthesis Thompson R, Aston J, Drago F, Warnet S. Les pratiques avancées infirmières. Revue de L infirmiere avr;(170):11 24 Dallaire C. Pratique infirmière avancée : où en est-on? Santé mentale 2009 ; 141 : 15-9 Collectif d auteurs, Professionnalisation et transfert de compétences (dossier). Soins cadres 2004 ; 50 : Collectif d auteurs, Les nouvelles coopérations des professions de santé (dossier). Soins 2010 ; 751 : Isambart G. Extrait de «Pratiques avancées, de quoi parlons-nous?», 2006 Nancarrow SA, Borthwick AM. Dynamic professional boundaries in the healthcare workforce. Sociol Health Illn nov;27(7): Debout C, Cailleux Kreitman J, Rothan Tondeur M. Construire un dispositif de formation en pratiques avancées en soins infirmiers. SOINS déc;(751):48 0. Lautru M-A, Monnier I, Derenne R, Debout C. Les nouvelles coopérations des professions de santé. SOINS déc;(751): Fellmann A. Coopérations entre professionnels de santé : l arrêté qui fâche. LE Concours Medical févr 23;132(4): Jovic L, Guenot C, Naberes A, Maison P. Pratiques avancées des professionnels paramédicaux : étude exploratoire dans la région Ile-de- France. recherche en soins infirmiers déc;(99): Bourgueil, Y., Le Fur, P., Mousquès, J. Yilmaz, Y., Institut de Recherche et de Documentation en Economie de la Santé. (I.R.D.E.S.), (2008), La coopération médecins généralistes/infirmières améliore le suivi des patients diabétiques de type 2. principaux résultats de l expérimentation ASALEE.. Questions d économie de la santé, 136, F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 20

24 Malaquin-Pavan E. Discipline infirmière et sciences humaines, savoirs intégrés ou connaissances juxtaposées. Soins Cadres. Vol 18, N 69S - février 2009, p. 6 rapports DREES- profession infirmière situation démographique- N 759- mai 2011 Delamaire, M. and G. Lafortune (2010), Nurses in Advanced Roles: A Description and Evaluation of Experiences in 12 Developed Countries, OECD Health Working Papers, No. 54, OECD Publishing Bressand M. Abadie M. Husson R. Mission «Réflexion autour des partages de tâches et de compétences entre professionnels de santé» Novembre 2008 Henart Berland Cadet Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire - janvier 2011 Atlas de la démographie médicale française 2011;Rapport du conseil ordre médecins sur démographie médicale ; Berland Y. Coopération des professionnels de santé : le transfert de tâches et de compétences. Rapport d étape Texte législatif Décret n du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code Les dispositions réglementaires des parties IV et V du code de la santé publique Art. L LOI n du 21 décembre 2006 portant création d un ordre national des infirmiers Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire- Hénart- Berland- Cadet- janvier 2011 page 5 HAS, Coopération entre professionnels de santé. Guide méthodologique - Tome 1 et 2, Juillet 2010 Arrêté du 31 décembre 2009 relatif à la procédure applicable aux protocoles de coopération entre professionnels de santé. Arrêté du 21 juillet 2010 relatif au suivi de la mise en œuvre d un protocole de coopération entre professionnels de santé et la décision d y mettre fin. Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. Publiée au journal officiel du 22 juillet F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 21

25 J.O n 88 du 14 avril 2007, page 6861, texte n 126. Arrêté du 13 avril 2007 fixant la liste des dispositifs médicaux que les infirmiers sont autorisés à prescrire Loi n du 20 décembre 2002 de financement de la sécurité sociale pour 2003 Code de la santé publique, partie législative, quatrième partie, livre III, titre 1 er. Ressources internet Ifop - Le classement des métiers préférés des Français [Internet] [cité 2011 nov 6]; The Life of Harriet Tubman - New York History Net [Internet]. [cité 2011 nov 6]; projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf [Internet]. [cité 2011 nov 25]; evrier_2010.pdf code de deontologie du CII : [cité 2011 nov 25]; ICN_APNdefinitionwithLogoFR.pdf (Objet application/pdf) [Internet]. Master sciences cliniques infirmières Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) [Internet]. [cité 2011 nov 27]; ANFIIDE L'American Nurse Association : l'association des infirmières et infirmiers du Canada : Accident vasculaire cérébral [Internet]. [cité 2011 déc 1]; F Ambrosino M Cavaye P Demarthe Master 1 SCI Mémoire UE1 22

26 Liste des annexes Annexe 1 : Article R : définition du rôle propre. Annexe 2 : Définitions des Infirmières en pratique avancée par l ANA et AIIC Annexe 3 : Processus d opérationnalisation d un protocole de coopération Annexe 4 : Premier protocole de coopération validé Annexe 5 : Définitions des compétences Annexe 6 : Méthodologie des enquêtes et sondages I

27 Annexe 1 : Définition du rôle propre Article R : «Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes. Dans ce cadre, l'infirmier ou l'infirmière a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R et R Il identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en œuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer, avec la participation des membres de l'équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers.» II

28 Annexe 2 : Définition de l infirmière en pratique avancée selon l Américan Nurse Association ANA us-model-toolkit Définition selon la Canadian Nurses Association CNA Association des Infirmières et Infirmiers du Canada III

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière *Dans tout le document lire : infirmier/infirmière F L O R E N C E A M B R O S I N O, C É C I L E B A R R I È R E, G A L A D R I E L B O N N E L, C H R I S T O P H E D E B O U T, P A S C A L L A M B E

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Différenciation de fonction

Différenciation de fonction Axe de recherche : Étude de l organisation l de l activitl activité infirmière re Différenciation de fonction infirmière re Geoffroy Berckmans Assistant - PRISCI - IRSS - ESP UCL Projet de recherche fédéral

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes Séminaire européen du SIDIIEF Evolution de la formation infirmière : quels défis pour les milieux cliniques? 21 novembre 2013 Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE Pour faciliter la lecture de ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie SwissANP & ASDSI - 21.10 2011 Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie H. Brioschi Levi, Directrice des soins CHUV F. Ninane, Directrice des soins DUMSC-PMU Plan de la présentation Contexte

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015

8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015 Infirmier Spécialiste Clinique Un nouvel acteur dans le champ de la santé 8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015 «Le jugement clinique, de la formation initiale

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

en soins infirmiers :

en soins infirmiers : Colloque Pratique avancée en soins infirmiers : perspectives internationales et pistes pour une transposition nationale au Palais du Luxembourg mercredi 24 juin 2015 Document préparé par l ANFIIDE (GIC

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute. Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014

Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute. Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014 Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014 Commencée en fin 2007 -Rappel historique- Groupe de travail: initié

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ 1. Synthèse Objectif : du personnel EMPLOPER recenser le nombre d ETP (rémunérés et disponibles) et le nombre de personnes,

Plus en détail

GIP Ecole Supérieure Montsouris

GIP Ecole Supérieure Montsouris > - ouverture et excellence GIP Ecole Supérieure Montsouris En 1988, la faculté de médecine de Créteil crée la première Maîtrise Sciences et Techniques (MST) Santé Mentale - Editorial - GIP Ecole Supérieure

Plus en détail

Master en sciences cliniques infirmières:

Master en sciences cliniques infirmières: 2 ème FIRIAC Valenciennes, 27 novembre 2014 Master en sciences cliniques infirmières: retour d expérience du département des sciences infirmières et paramédicales de l EHESP C. Debout Inf PhD Directeur

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

La mobilité. Une évidence. Journée internationale, IFSI Virginie Olivier

La mobilité. Une évidence. Journée internationale, IFSI Virginie Olivier La mobilité Une évidence. 1 Le cursus en soins infirmiers en Belgique Les 2 filières L enseignement supérieur en Belgique Les challenges pour le futur Présentation de la Haute Ecole Namur-Liège-Luxembourg

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION HAS EN DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS CONDITIONS DES NOUVELLES FORMES DE

PROJET DE RECOMMANDATION HAS EN DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS CONDITIONS DES NOUVELLES FORMES DE PROJET DE RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SOUMIS À LA CONSULATION PUBLIQUE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS CONDITIONS DES NOUVELLES FORMES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

MASTER Sciences cliniques infirmières Livret de présentation

MASTER Sciences cliniques infirmières Livret de présentation MASTER Sciences cliniques infirmières Livret de présentation EHESP DSIP Master Sciences cliniques infirmières Page 1 sur 30 Rédigé par le Département de Sciences Infirmières et Paramédicales (DSIP) Ecole

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

HAULOTTE Delphine MAIRLOT Anne-Françoise

HAULOTTE Delphine MAIRLOT Anne-Françoise Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Parnasse-ISEI Bachelier en soins infirmiers Soins infirmiers chirurgicaux Q2 I2080 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 10 Nombre de crédits

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

GICAnfiide, 28.11.09, Lyon La consultation infirmière : enjeux et perspectives au sein de l Anfiide. C.Jouteau-Neves/E.

GICAnfiide, 28.11.09, Lyon La consultation infirmière : enjeux et perspectives au sein de l Anfiide. C.Jouteau-Neves/E. La consultation infirmière : un chemin d expertise, une réalité partagée. Chantal Jouteau-Neves Evelyne Malaquin-Pavan Cadres infirmiers spécialistes cliniques «L infirmière possède des fonctions spécifiques,

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013

Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013 Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013 Comment promouvoir la place des paramédicaux dans la recherche clinique: type d activités, place et statuts, reconnaissance, formations La recherche clinique fait

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières M.Th Celis HELHO Tournai N.Jacqmin HERS - Libramont M.Gobert PRISCI - UCL Science infirmière

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 29 juillet 2013

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Institut de FORMATION

Institut de FORMATION Institut de FORMATION plaquette.indd 1 28/11/2012 20:52:47 edito L INSTITUT DE FORMATION J.LEPERCQ Fondé en 1946, l institut de formation est un établissement situé dans le centre ville, à taille humaine

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail