Le modèle de croissance à taux d épargne exogène (Solow-Swan)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le modèle de croissance à taux d épargne exogène (Solow-Swan)"

Transcription

1 Introduction Variables et hypothèses Résolution Macroéconomie 1 (1/6) Le modèle de croissance à taux d épargne exogène (Solow-Swan) Olivier Loisel ensae Automne 2015 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

2 Introduction Variables et hypothèses Résolution La croissance à long terme Croissance : croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) par tête. La croissance est un phénomène relativement récent : Année Population mondiale (millions) PIB mondial par tête ($ de 1990) Source : Maddison (1995). Le taux de croissance annuel moyen à l échelle mondiale est de 0,04% entre 1500 et 1820, 1,21% entre 1820 et Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

3 Introduction Variables et hypothe ses Re solution Dispersion des PIBs par te te entre pays Source : Barro et Sala-i-Martin (1996). Olivier Loisel, Ensae Macroe conomie 1 (1/6) : le mode le de Solow-Swan Automne / 54

4 Introduction Variables et hypothe ses Re solution Dispersion des taux de croissance entre pays Source : Barro et Sala-i-Martin (1996). Olivier Loisel, Ensae Macroe conomie 1 (1/6) : le mode le de Solow-Swan Automne / 54

5 Introduction Variables et hypothèses Résolution Questions Principales questions abordées dans les parties 1 et 2 du cours : à quoi est due cette croissance à long terme? à quoi est due cette dispersion des PIBs par tête et des taux de croissance entre les pays? quelle politique économique permettrait de maximiser ou d optimiser la croissance de long terme? Questions qu on peut juger plus importantes, pour le bien-être des hommes, que les questions de fluctuations macroéconomiques de court terme. Lucas (1988) va jusqu à dire : once one starts to think about them [economic growth issues], it is hard to think about anything else. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

6 Introduction Variables et hypothèses Résolution Les théories de la croissance Théorie de la croissance exogène (resp. endogène) théorie de la croissance dans laquelle le progrès technique est exogène (resp. endogène). Théories de la croissance exogène : le modèle à taux d épargne exogène (étudié au chapitre 1), le modèle à taux d épargne endogène (étudié au chapitre 2). Théories de la croissance endogène : le modèle avec apprentissage par la pratique (étudié au chapitre 3), le modèle avec variété des biens (étudié au chapitre 4), le modèle schumpétérien (pas étudié dans ce cours). Joseph A. Schumpeter : économiste autrichien, né en 1883 à Triesch, mort en 1950 à Salisbury, professeur à l Université de Harvard de 1927 à Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

7 Introduction Variables et hypothèses Résolution Modèle de Solow-Swan Le modèle avec taux d épargne exogène, élaboré indépendamment par Solow (1956) et Swan (1956), est appelé modèle de Solow-Swan. Robert M. Solow : économiste américain, né en 1924 à New York, professeur au MIT depuis 1950, lauréat du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d Alfred Nobel en 1987 for his contributions to the theory of economic growth. Trevor W. Swan : économiste australien, né en 1918 à Sydney, mort en 1989, professeur à l Université Nationale d Australie de 1950 à Ce modèle n est pas micro-fondé, contrairement aux modèles étudiés dans la suite du cours, mais il fait néanmoins l objet du chapitre 1 car il demeure une référence très utile pour comprendre la croissance, il permet d introduire des concepts utilisés dans les autres modèles. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

8 Introduction Variables et hypothèses Résolution Plan du chapitre 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution 4 Implications positives 5 Implications normatives 6 Conclusion Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

9 Introduction Variables et hypothèses Résolution Variables et hypothèses 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution Variables Fonction de production Dynamique du capital 4 Implications positives 5 Implications normatives 6 Conclusion Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

10 Introduction Variables et hypothèses Résolution Variables exogènes Ni flux ni stock : temps continu, indicé par t. Flux : travail = 1 par tête. Stocks : capital initial K 0 > 0, population L t = L 0 e nt, où L 0 > 0 et n 0, paramètre de productivité A t = A 0 e gt, où A 0 > 0 et g 0. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

11 Introduction Variables et hypothèses Résolution Variables endogènes Flux : production Y t, consommation C t. Stock : capital K t (sauf en t = 0). Résoudre le modèle obtenir chaque variable endogène en fonction des seules variables exogènes. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

12 Introduction Variables et hypothèses Résolution Fonction de production I Fonction de production F : Y t = F (K t, A t L t ) (progrès technique augmentant l efficacité du travail ou neutre au sens de Harrod ). Roy F. Harrod : économiste anglais, né en 1900 à Londres, mort en 1978 à Holt, professeur à l Université d Oxford de 1923 à Notant F j la dérivée première de F et F j,j sa dérivée seconde par rapport à son j ième argument pour j {1, 2}, on fait les hypothèses suivantes sur F : 1 F : R +2 R +, (x, y) F (x, y) ; (x, y) R +2, F (x, 0) = F (0, y) = 0. 2 F est strictement croissante : (x, y) R +2, F 1 (x, y) > 0 et F 2 (x, y) > 0 (les productivités marginales du capital et du travail efficace sont strictement positives). Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

13 Introduction Variables et hypothèses Résolution Fonction de production II 3 F est strictement concave : (x, y) R +2, F 1,1 (x, y) < 0 et F 2,2 (x, y) < 0 (les productivités marginales du capital et du travail efficace sont strictement décroissantes). 4 F est homogène de degré 1 (ou à rendements d échelle constants ) : (x, y, λ) R +3, F (λx, λy) = λf (x, y). 5 F satisfait les conditions d Inada (1963) : y R +, lim x 0 +F 1(x, y) = + et lim 1(x, y) = 0, x + x R +, lim y 0 +F 2(x, y) = + et lim 2(x, y) = 0. y + Exemple de fonction satisfaisant ces hypothèses : fonction de Cobb-Douglas F (x, y) = x α y 1 α avec 0 < α < 1. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

14 Introduction Variables et hypothèses Résolution Réécriture de la fonction de production En notant κ t obtient K t A t L t le stock de capital par unité de travail efficace, on Y t = 1 F (K t, A t L t ) = F (κ t, 1) f (κ t ) A t L t A t L t où f a les propriétés suivantes : 1 f : R + R +, z f (z), avec f (0) = 0, 2 f est strictement croissante : z R +, f (z) > 0, 3 f est strictement concave : z R +, f (z) < 0, 4 f satisfait les conditions d Inada (1963) : lim z 0 +f (z) = + et lim z + f (z) = 0. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

15 Introduction Variables et hypothèses Résolution Forme de la fonction de production Y t /(A t L t ) 0 0 κ t = K t /(A t L t ) Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

16 Introduction Variables et hypothèses Résolution Autres fonctions de production Le TD 1 considère d autres fonctions de production, qui ne satisfont pas nécessairement les mêmes conditions : Y t = Kt αh β t (A tl t ) 1 α β, où H t représente le capital humain, Y t = Kt α(a tl t ) β R 1 α β t, où R t représente les ressources naturelles, Y t = min(ak t, BL t ), dite fonction de Leontief ou à proportions fixes, avec α > 0, β > 0, α + β < 1, A > 0 et B > 0. Wassily W. Leontief : économiste russo-américain, né en 1905 à Munich, mort en 1999 à New York, professeur à l Université de Harvard de 1932 à 1975, lauréat du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d Alfred Nobel en 1973 for the development of the input-output method and for its application to important economic problems. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

17 Introduction Variables et hypothèses Résolution Hypothèses sur la dynamique du capital 1 Entre t et t + dt, une fraction exogène et constante s de la production Y t dt est épargnée et investie dans du nouveau capital, avec 0 < s < 1. 2 Entre t et t + dt, une fraction exogène et constante δdt du stock de capital K t disparaît à cause de la dépréciation du capital, avec δ > 0. La dynamique du stock de capital est donc décrite par l équation K t = sy t δk t. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

18 Introduction Variables et hypothèses Résolution Résolution 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution Equation différentielle Etat régulier Convergence vers l état régulier Résolution dans le cas Cobb-Douglas 4 Implications positives 5 Implications normatives 6 Conclusion Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

19 Introduction Variables et hypothèses Résolution Equation différentielle En divisant K t = sy t δk t par A t L t et en utilisant K t K t = κ t = κ t A t L t + + κ t = κ t + (g + n) κ t, A t L t K t κ t A t L t on obtient l équation différentielle à résoudre pour un κ 0 donné. κ t = sf (κ t ) (n + g + δ) κ t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

20 Introduction Variables et hypothèses Résolution Etat régulier I Etat régulier (ou stationnaire, ou encore de croissance équilibrée) situation dans laquelle κ 0 est tel que toutes les quantités sont non nulles et croissent à taux constants. En divisant κ t = sf (κ t ) (n + g + δ) κ t par κ t, on obtient que κ t κ t est constant dans le temps f (κ t) κ t est constant dans le temps. La fonction f est strictement concave, donc telle que tout arc est au-dessus de sa corde : en particulier, y R +, λ ]0, 1[, f (λy) = f [(1 λ)0 + λy] > (1 λ)f (0) + λf (y) = λf (y). Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

21 Introduction Variables et hypothèses Résolution Etat régulier II En écrivant λ = x y avec 0 < x < y, on obtient alors : (x, y) R+ 2, si x < y alors f (x) x > f (y) y. On en déduit que la fonction z f (z) z bijective, de sorte que est strictement décroissante et donc f (κ t ) κ t est constant dans le temps κ t est constant dans le temps. Par conséquent, à l état régulier, κ t est constant dans le temps et égal à l unique valeur κ > 0 telle que sf (κ ) (n + g + δ) κ = 0. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

22 Introduction Variables et hypothèses Résolution Etat régulier III Dilution plus dépréciation = (n+g+δ)κ t Epargne = sf(κ t ) 0 0 κ * κ t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

23 Introduction Variables et hypothèses Résolution Etat régulier IV En dérivant sf (κ ) (n + g + δ) κ = 0 par rapport à s, n, g ou δ, et en utilisant sf (κ ) < n + g + δ, on obtient que κ est croissant en s, décroissant en n, g, δ, comme l illustre le graphique précédent. Dans le cas où F (x, y) = x α y 1 α avec 0 < α < 1 ( cas Cobb-Douglas ), on a f (z) = z α et donc ( κ = s n + g + δ ) 1 1 α. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

24 Introduction Variables et hypothèses Résolution Convergence vers l état régulier Représentation graphique de κ t = sf (κ t ) (n + g + δ) κ t : Dilution plus dépréciation = (n+g+δ)κ t Epargne = sf(κ t) 0 0 κ 0 κ * κ t κ t converge donc vers κ. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

25 Introduction Variables et hypothèses Résolution Interprétation de la convergence vers l état régulier I (En italique : par unité de travail efficace.) productivité marginale du capital F 1 (K t, A t L t ) décroît de + (lorsque K t 0) à 0 (lorsque K t + ) productivité marginale du capital f (κ t ) décroît de + (lorsque κ t 0) à 0 (lorsque κ t + ) f (κ t ) productivité moyenne du capital κ t décroît de + (lorsque κ t 0) à 0 (lorsque κ t + ). Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

26 Introduction Variables et hypothèses Résolution Interprétation de la convergence vers l état régulier II ratio épargne sf (κ t ) dilution plus dépréciation (n+g+δ)κ t décroît de + (lorsque κ t 0) à 0 (lorsque κ t + ) épargne sf (κ t ) dilution plus dépréciation (n + g + δ) κ t lorsque κ t κ κ t 0 lorsque κ t κ La convergence de κ t vers κ est donc due à la décroissance de la productivité du capital. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

27 Introduction Variables et hypothèses Résolution Résolution dans le cas Cobb-Douglas I Dans le cas où F (x, y) = x α y 1 α avec 0 < α < 1, l équation différentielle devient κ t = sκt α (n + g + δ) κ t. En notant u t κt 1 α, on obtient u t = (1 α) κt α κ t et l équation différentielle peut donc se réécrire u t s (n + g + δ) u t = 1 α. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

28 Introduction Variables et hypothèses Résolution Résolution dans le cas Cobb-Douglas II En intégrant cette dernière équation, on obtient [ ] 1 s (n + g + δ) n + g + δ ln ut = (1 α) t s (n + g + δ) u 0 puis u t = s [s (n + g + δ) u 0] e (n+g+δ)(1 α)t. n + g + δ En utilisant κ t = u 1 1 α t κ t = { [ (κ ) 1 α et l expression de κ, on obtient alors (κ ) 1 α κ 1 α 0 ] e (n+g+δ)(1 α)t} 1 1 α, qui dit que κt 1 α converge exponentiellement, au taux (n + g + δ) (1 α), vers sa valeur à l état régulier (κ ) 1 α. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

29 Introduction Variables et hypothèses Résolution Résolution dans le cas Cobb-Douglas III Notons y t Y t L t par tête. la production par unité de travail, qui correspond au PIB En utilisant y t = A t κt α, on obtient y t = { [ (κ ) 1 α (κ ) 1 α κ 1 α 0 ] e (n+g+δ)(1 α)t} α 1 α A 0 e gt. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

30 Implications positives Implications normatives Conclusion Implications positives 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution 4 Implications positives Croissance à long terme Effet de la hausse ou baisse permanente d un paramètre Convergence conditionnelle, pas absolue 5 Implications normatives 6 Conclusion Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

31 Implications positives Implications normatives Conclusion Croissance à long terme Notons G t y t y t On a y t = A t f (κ t ), donc G t = Puisque f lim (κ t ) κ t t + f (κ t ) le taux de croissance de la production par tête. = 0, on obtient A t A t + f (κ t ) κ t f (κ t ) lim G t = g, t + = g + f (κ t ) κ t f (κ t ). c est-à-dire que le taux de croissance de long terme est égal au taux de progrès technique. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

32 Implications positives Implications normatives Conclusion Les deux sources de croissance Notons k t K t L t le stock de capital par tête. On a y t = F (k t, A t ), donc les deux sources potentielles de croissance de la production par tête y t sont l accroissement du stock de capital par tête k t, le progrès technique, c est-à-dire l accroissement de la productivité A t. A court terme, la croissance peut être due à ces deux facteurs. A long terme, elle ne peut être due qu au second facteur : sans progrès technique (g = 0), k t A 0 κ lorsque t +, et il n y a donc pas de croissance à long terme. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

33 Implications positives Implications normatives Conclusion Sentier de long terme de ln(y t ) Notons y t A t f (κ ) la valeur de y t à l état régulier. Le sentier de ln(y t ) admet pour asymptote, lorsque t +, celui de ln(y t ) = ln(a 0 )+ ln[f (κ )] + gt, au sens où lim [ln(y t) ln(yt )] = 0. t + Donc le sentier de long terme de ln(y t ) a une ordonnée à l origine qui dépend positivement de A 0, s, une ordonnée à l origine qui dépend négativement de n, g, δ, une pente qui dépend positivement de g. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

34 Implications positives Implications normatives Conclusion Représentation graphique dans le cas Cobb-Douglas ln(y t ) ln(a 0 ) + α.ln(κ*) Pente g ln(a 0 ) + α.ln(κ 0 ) 0 0 t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

35 Implications positives Implications normatives Conclusion Effet d une variation discontinue d un paramètre Suite à une variation discontinue de s, n, δ ou g, k t reste une fonction continue du temps car c est un stock, A t reste une fonction continue du temps car c est un stock (si g = g 0 pour t < T et g = g 1 pour t T, alors A t = A 0 e g 0t pour t T et A t = A T e g 1(t T ) pour t T ), y t reste une fonction continue du temps car y t = F (k t, A t ). Notons c t C t L t la consommation par tête. On a c t = (1 s)y t, donc suite à une variation discontinue de n, δ ou g, c t reste continue, suite à une variation discontinue de s, c t varie de manière discontinue. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

36 Implications positives Implications normatives Conclusion Effet d une hausse permanente de s s ln(y t) t (L économie est supposée être initialement à l état régulier.) t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

37 Implications positives Implications normatives Conclusion Effet d une baisse permanente de n ou δ n ou d ln(yt) t (L économie est supposée être initialement à l état régulier. La vitesse de convergence de ln(y t ) vers son nouveau sentier de long terme est plus faible que sur le slide 36.) Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54 t

38 Implications positives Implications normatives Conclusion Effet d une hausse permanente de g g t ln(yt) ln(yt) ou t t (L économie est supposée être initialement à l état régulier. La vitesse de convergence de ln(y t ) vers son nouveau sentier de long terme est plus élevée que sur le slide 36.) Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

39 Implications positives Implications normatives Conclusion Convergence conditionnelle, pas absolue Convergence conditionnelle des niveaux de production par tête (en logarithme) entre les pays : convergence à long terme des ln(y t ) entre les pays ayant des y 0 différents mais les mêmes paramètres de technologie A 0, g, f (.), d évolution du capital et du travail s, n, δ, car ces pays ont le même sentier de long terme de ln(y t ). Pas de convergence absolue : pas de convergence à long terme des ln(y t ) entre les pays ayant des paramètres A 0, g, f (.), s, n, δ différents. En effet, un pays croît d autant plus vite qu il est éloigné de son propre sentier de long terme, et non pas d autant plus vite qu il est pauvre. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

40 Implications positives Implications normatives Conclusion Exemple de divergence absolue ln(y t ) t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

41 Implications positives Implications normatives Conclusion Dans les donne es, pas de signe de convergence absolue... Pas de convergence des PIBs par te te au sein d un groupe he te roge ne de pays Source : Barro et Sala-i-Martin (1996). Olivier Loisel, Ensae Macroe conomie 1 (1/6) : le mode le de Solow-Swan Automne / 54

42 Implications positives Implications normatives Conclusion...mais des signes de convergence conditionnelle Convergence des PIBs par te te au sein d un sous-groupe homoge ne de pays (ceux de l OCDE) Source : Barro et Sala-i-Martin (1996). Olivier Loisel, Ensae Macroe conomie 1 (1/6) : le mode le de Solow-Swan Automne / 54

43 Implications positives Implications normatives Conclusion Tests de convergence conditionnelle La littérature empirique testant la convergence conditionnelle estime généralement, sur données de panel, une équation de la forme ( ) 1 yi,t+t T ln = β 0 + β 1 ln (y y i,t ) + β 2 X i,t + u i,t, i,t où X i,t est un vecteur de variables de contrôle incluant s i, n i, δ i (en supposant que les pays disposent de la même technologie). L hypothèse de convergence conditionnelle correspond alors à β 1 < 0 et, le plus souvent, n est pas rejetée par les données. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

44 Implications positives Implications normatives Conclusion Implications normatives 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution 4 Implications positives 5 Implications normatives 6 Conclusion Règle d or de l accumulation du capital Lorsque s > s or Lorsque s < s or Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

45 Implications positives Implications normatives Conclusion Règle d or de l accumulation du capital I A l état régulier, la consommation par tête est égale à (1 s) y t = (1 s) A t f (κ ). Elle est positive et tend vers 0 lorsque s 0 et lorsque s 1. Par conséquent, elle est maximale pour une valeur s or ]0; 1[ de s. En utilisant sf (κ ) = (n + g + δ) κ, on peut la réécrire comme A t [f (κ ) (n + g + δ) κ ]. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

46 Implications positives Implications normatives Conclusion Règle d or de l accumulation du capital II Par conséquent, s or est l unique valeur de s telle que f (κ ) = n + g + δ. Cette dernière équation est appelée règle d or de l accumulation du capital (Phelps, 1966). Edmund S. Phelps : économiste américain, né en 1933 à Evanston, professeur à l Université de Columbia depuis 1971, lauréat du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d Alfred Nobel en 2006 for his analysis of intertemporal tradeoffs in macroeconomic policy. Sur le slide suivant, on détermine d abord le point A grâce à la règle d or de l accumulation du capital, puis on en déduit les points B et C. Le segment AB représente l écart maximal entre la courbe de production et la droite de dilution plus dépréciation. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

47 Implications positives Implications normatives Conclusion Règle d or de l accumulation du capital III Droite de pente n+g+δ Consommation à l état régulier et à la règle d or = (1 s or)f(κ * ) à la règle d or Dilution plus dépréciation = (n+g+δ)κ t Production = f(κ t) A Epargne à la règle d or = s orf(κ t) 0 0 B C Stock de capital à l état régulier et à la règle d or = κ * à la règle d or Epargne à l état régulier et à la règle d or = s orf(κ * ) à la règle d or κ t Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

48 Implications positives Implications normatives Conclusion Lorsque s > s or I Lorsque s > s or, une diminution de s vers s or augmenterait la consommation par tête (1 s) y t en tout point du temps : à long terme (par définition de s or ), à court terme (car la hausse de 1 s dominerait la baisse de y t ). Dans ce cas, il y a inefficience dynamique ( situation dans laquelle on pourrait augmenter la consommation par tête en tout point du temps), due à une sur-accumulation du capital. Dans la mesure où l utilité des agents dépend positivement de leur consommation à court terme et à long terme, cette diminution de s vers s or est souhaitable. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

49 Implications positives Implications normatives Conclusion Lorsque s > s or II s ln(k t) s or t t ln(y t) ln(c t) t t (En supposant que l économie est initialement à l état régulier.) Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

50 Implications positives Implications normatives Conclusion Lorsque s < s or I Lorsque s < s or, une hausse de s vers s or augmenterait la consommation par tête à long terme (par déf. de s or ), la réduirait à court terme (car la baisse de 1 s dominerait la hausse de y t ). Dans ce cas, il n y a pas inefficience dynamique. Pour juger si cette hausse de s vers s or est souhaitable, il faut pondérer l utilité de la consommation à court terme et l utilité de la consommation à long terme (ce que fait le chapitre 2). Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

51 Implications positives Implications normatives Conclusion Lorsque s < s or II s ln(k t) s or t t ln(y t) ln(c t) t t (En supposant que l économie est initialement à l état régulier.) Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

52 Implications positives Implications normatives Conclusion Conclusion 1 Introduction 2 Variables et hypothèses 3 Résolution 4 Implications positives 5 Implications normatives 6 Conclusion Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

53 Implications positives Implications normatives Conclusion Principales prédictions du modèle A long terme, la croissance est uniquement due au progrès technique. L effet de l accumulation du capital sur la croissance disparaît à long terme à cause de la décroissance de la productivité marginale du capital. Il y a convergence conditionnelle des niveaux de production par tête (en logarithme) entre les pays. Il y a inefficience dynamique, due à une sur-accumulation du capital, lorsque le taux d épargne excède celui de la règle d or. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

54 Implications positives Implications normatives Conclusion Principales limites du modèle Le taux d épargne s est exogène. S il était endogène, pourrait-on encore avoir une inefficience dynamique? quel rôle devrait jouer une politique influençant le taux d épargne? Le chapitre 2 endogénéise le taux d épargne. Le taux de progrès technique g est exogène. S il était endogène, y aurait-il des politiques capables de l influencer? quel rôle devraient-elles jouer? Les chapitres 3 et 4 ( théories de la croissance endogène ) endogénéisent le taux de progrès technique. Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (1/6) : le modèle de Solow-Swan Automne / 54

L approche néoclassique de la croissance: Le modèle de Solow

L approche néoclassique de la croissance: Le modèle de Solow L approche néoclassique de la croissance: Le modèle de Solow AES L3 AGE, AGT, CAI 2016-2017 Contrairement aux keynésiens, les néoclassiques considèrent que le capital K et le travail L sont des facteurs

Plus en détail

Chapitre 1: Croissance et accumulation

Chapitre 1: Croissance et accumulation Chapitre 1: Croissance et accumulation Grande force du modèle de Solow (1956) fondateur de la théorie néoclassique de la croissance est qu il reproduit la plupart des faits stylisés de Kaldor. Table: Caractéristiques

Plus en détail

Macroéconomie et politique économique

Macroéconomie et politique économique Macroéconomie et politique économique D. Henriet Ecole centrale Marseille, 2014 Introduction La macroéconomie Pourquoi certains pays ont connu une croissance durant le siècle dernier tandis que d autres

Plus en détail

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 CROISSANCE (CORRECTION DE LA FICHE DE TD N 2) Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 EXERCICE 1 (1) Nou avon déjà montré dan la fiche de travaux dirigé n 1 que la dynamique du tock de capital par tête

Plus en détail

La croissance endogène : Introduction

La croissance endogène : Introduction La croissance endogène : Introduction AES L3 AGE, AGT, CAI 2016-2017 Objectifs de ce document 1. Donner une définition de la croissance endogène. 2. Comprendre le rôle central de la P mk. 3. Présenter

Plus en détail

TD 4. pm p = F 0 K = αk α 1 (AL) 1 α

TD 4. pm p = F 0 K = αk α 1 (AL) 1 α TD 4 Exercice : L apprentissage par la pratique ) La productivité marginale privée du capital physique est calculée par les entreprises sans prendre en compte l externalité causée par l accumulation du

Plus en détail

Chapitre : Fonctions convexes

Chapitre : Fonctions convexes Chapitre : Fonctions convexes I Définition Définition 1 Soit f : I R une fonction continue où I un intervalle de R On dit que f est une fonction convexe si (x, y I 2, λ [0, 1], f(λx + (1 λy λf(x + (1 λf(y

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE de BASE e : f(x) = e x

FONCTION EXPONENTIELLE de BASE e : f(x) = e x FONCTION EXPONENTIELLE de BASE e : f() = e I) DEFINITION. a) Définition 1 et notations : ( de la fonction eponentielle ) Quel que soit le nombre réel, l équation ln y = où y est inconnu admet une solution

Plus en détail

La croissance économique selon Solow et Ramsey

La croissance économique selon Solow et Ramsey Introduction Taux exogène Solow Ramsey Conclusion La croissance économique selon Solow et Ramsey Benjamin Rausch Université libre de Bruxelles SBS-EM - ECARES BSSM 2013 Benjamin Rausch La croissance économique

Plus en détail

PC1 : La croissance économique

PC1 : La croissance économique PC1 : La croissance économique Thomas Le Barbanchon 1 thomas.le-barbanchon@dares.travail.gouv.fr 3 novembre 2009 1 Dares - Crest Le Barbanchon () Eco 431 3 novembre 2009 1 / 14 Plan du cours 1 La croissance

Plus en détail

I. La modélisation 3. x it+1 = f(x 1t,x 2t,...,x nt )

I. La modélisation 3. x it+1 = f(x 1t,x 2t,...,x nt ) I. La modélisation 3 l approche dynamique de la modélisation. Dynamique temporelle en général, mais aussi dynamique que l on qualifiera de «contingente» quand on veut tester un système quelconque pour

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 21 février 2015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 21 février 2015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 février 015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient Le sujet est paginé de 1 à 5. Veuillez vérifier que vous avez bien toutes les pages. En cas d anomalie,

Plus en détail

Analyse Économique: Macroéconomie Progrès technique et capital humain

Analyse Économique: Macroéconomie Progrès technique et capital humain Analyse Économique: Macroéconomie Progrès technique et capital humain Aurélien Eyquem Semestre d Automne 2016 Les limites du modèle de Solow Ni l accumulation du capital, ni la croissance démographique

Plus en détail

x 2 ii < 0]. Cette constatation est générale ; f L = b q L q x i

x 2 ii < 0]. Cette constatation est générale ; f L = b q L q x i La théorie de la production La production d une entreprise, d une branche ou d une nation est souvent exprimée par une fonction de production S il y a un seul output on peut écrire: q = f(x, x,, x r )

Plus en détail

Politique budgétaire dans le modèle à générations imbriquées (Weil)

Politique budgétaire dans le modèle à générations imbriquées (Weil) Macroéconomie 1 (6/6) Politique budgétaire dans le modèle à générations imbriquées (Weil) Olivier Loisel ensae Automne 2016 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (6/6) : politique budgétaire dans le mod.

Plus en détail

Comment faut-il enseigner les fonctions logarithme et exponentielle?

Comment faut-il enseigner les fonctions logarithme et exponentielle? Comment faut-il enseigner les fonctions logarithme et exponentielle? A. El Kacimi Dans les manuels récents de Terminale (c est ce qui figure aussi dans les programmes officiels) la fonction logarithme

Plus en détail

La dette publique dans le modèle de Solow

La dette publique dans le modèle de Solow La dette publique dans le modèle de Solow AES L3 AGE, AGT, CAI 2016-2017 Le modèle de Solow avec ratio de déficit constant Nous allons supposer que le Gouvernement emprunte une part constante du revenu.

Plus en détail

Deux extensions au modèle de Solow. Chapitre 3

Deux extensions au modèle de Solow. Chapitre 3 Deux extensions au modèle de Solow Chapitre 3 1 Insuffisance de la modélisation précédente Ni accumulation du capital ni croissance démographique n engendre de la croissance par tête durable Une fois atteint

Plus en détail

I Crises et croissance : l approche post-keynésienne. II Accumulation du capital et croissance régulière

I Crises et croissance : l approche post-keynésienne. II Accumulation du capital et croissance régulière Année universitaire 2007/2008 U.F.R. SEGMI Master 1 Françoise Larbre THÉORIES DE LA CROISSANCE Support de cours I Crises et croissance : l approche post-keynésienne 1. L analyse de Domar [1947] 2. L analyse

Plus en détail

Croissance et convergence

Croissance et convergence Croissance et convergence 1. Le modèle de Solow Question de base : Les pays pauvres rattrappent-ils les pays riches? Est-ce qu ils «devraient» (selon les modèles dominants)? 1.1 Le modèle Modèle de croissance

Plus en détail

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement.

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement. LA DÉRIVÉE SECONDE Sommaire 1. Courbure Concavité et convexité... 2 2. Détermination de la nature d'un point stationnaire à l'aide de la dérivée seconde... 6 3. Optima absolus... 8 La rubrique précédente

Plus en détail

Politique budgétaire dans le modèle à agent représentatif (Cass-Koopmans-Ramsey)

Politique budgétaire dans le modèle à agent représentatif (Cass-Koopmans-Ramsey) Macroéconomie 1 (5/6) Politique budgétaire dans le modèle à agent représentatif (Cass-Koopmans-Ramsey) Olivier Loisel ensae Automne 2017 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (5/6) : politique budgétaire

Plus en détail

LOGARITHME. Ph DEPRESLE. 29 juin Fonction logarithme népérien Définition Conséquences Propriétés algébriques 3

LOGARITHME. Ph DEPRESLE. 29 juin Fonction logarithme népérien Définition Conséquences Propriétés algébriques 3 LOGARITHME Ph DEPRESLE 9 juin 5 Table des matières Fonction logarithme népérien. Définition............................................... Conséquences............................................ 3 Propriétés

Plus en détail

Chapitre 1: La croissance et le modèle de Solow

Chapitre 1: La croissance et le modèle de Solow Chapitre 1: La croissance et le modèle de Solow Macroéconomie L1 Gilles de Truchis Version préliminaire - Semestre 2 - Année 2014-2015 Introduction Plan du chapitre Introduction Solow simplifié Solow et

Plus en détail

Programmation dynamique en Macroéconomie moderne : Méthode numérique

Programmation dynamique en Macroéconomie moderne : Méthode numérique Programmation dynamique en Macroéconomie moderne : Méthode numérique James Wabenga Yango Department of Economics, University of Kinshasa Kinshasa, DR. CONGO Résumé Ce petit papier montre comment résoudre

Plus en détail

Méthodologie scientifique (L1) : fonctions usuelles, dérivées première et seconde, point d inflexion

Méthodologie scientifique (L1) : fonctions usuelles, dérivées première et seconde, point d inflexion Méthodologie scientifique (L1 : fonctions usuelles, dérivées première et seconde, point d inflexion 1 Cinétique chimique On s intéresse aux fonctions f : t f(t avec t 0 dont la dérivée première est proportionnelle

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3

COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3 Université Paris 1 Magistère d Economie - 1ère année COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3 Généralités Exercice 1 Le nombre mensuel d accidents sur un parcours routier peut être considéré comme la réalisation

Plus en détail

Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. e x. e x + 1

Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. e x. e x + 1 Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com Calculer avec la fonction exponentielle Simplifier les expressions suivantes où x est un réel quelconque : a) e1+x

Plus en détail

Fonctions continues et dérivables

Fonctions continues et dérivables Capitre 2 Fonctions continues et dérivables 2.1 La notion de fonction 2.1.1 Definition Une fonction est une relation particulière entre deux variables. De façon précise, on dit qu une variable y est fonction

Plus en détail

Dérivation, accroissement et calcul marginal

Dérivation, accroissement et calcul marginal Dérivation, accroissement et calcul marginal MATHEMATIQUES APPLIQUEES Licence 1 Administration Economique et Sociale Sébastien Pommier 2007-2008 Un exemple introductif Introduction Un exemple 1/2 Une bille

Plus en détail

Théorie macroéconomique 3 ECO 3552 SERGE COULOMBE AUTOMNE 2016

Théorie macroéconomique 3 ECO 3552 SERGE COULOMBE AUTOMNE 2016 Théorie macroéconomique 3 ECO 3552 SERGE COULOMBE AUTOMNE 2016 Horaire du cours : lundi, de 10 h à 11 h 30 et mercredi, de 8 h 30 à 10 h Endroit : TBT 315 Bureau : FSS 9033 Heures de bureau : mercredi,

Plus en détail

2 Exercice : Choix d épargne dans un modèle à deux périodes

2 Exercice : Choix d épargne dans un modèle à deux périodes Cours de Olivier Cardi Université de Tours Cours d Économie Avancée, M1 Année universitaire 2016-2017 TD 1 : Décisions intertemporelles dans le modèle à deux périodes et à générations imbriquées 1 Questions

Plus en détail

Macroéconomie de la Croissance

Macroéconomie de la Croissance Macroéconomie de la Croissance Modèle de Ramsey Chahir Zaki Paris 1/FESP Premier semestre, 2013 Chahir Zaki (Paris 1/FESP) Macroéconomie de la Croissance Premier semestre, 2013 1 / 26 1 Introduction 2

Plus en détail

Chapitre 3 : Étude de fonctions; Rappels

Chapitre 3 : Étude de fonctions; Rappels ECSB Carnot Chapitre 3 03/04 Chapitre 3 : Étude de fonctions; Rappels Objectifs : Connaître toutes les notions du lycée (parité, monotonie, périodicité) Connaître les fonctions de référence (l étude des

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Chapitre 7 Généralités sur les fonctions numériques Étude d une fonction réelle d une variable réelle On munit le plan d un repère orthonormé O; i, j.. Fonction réelle d une variable réelle Définition

Plus en détail

FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN

FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN Table des matières La fonction réciproque de la fonction eponentielle 2. Définition......................................................... 2.2 Propriété.........................................................

Plus en détail

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire.

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire. T ES/L DEVOIR SURVEILLE 6 24 MAI 2013 Durée : 3h Calculatrice autorisée NOM : Prénom : «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

Croissance d une fonction

Croissance d une fonction Croissance d une fonction Première définition de la croissance Définition: une fonction croissante est une fonction dont la représentation graphique monte. Définition: une fonction décroissante est une

Plus en détail

Probabilités. Céline Lacaux. 23 mars 2015. École des Mines de Nancy IECL. Notations/Hypothèses Rappels

Probabilités. Céline Lacaux. 23 mars 2015. École des Mines de Nancy IECL. Notations/Hypothèses Rappels Probabilités 3., Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 23 mars 2015 1 / 25 Plan 1 Notations/Hypothèses 2 3 4 Définition Moments Existence d une densité? 2 / 25 Notations/Hypothèses (Ω,F,P) espace

Plus en détail

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite LEÇON N 56 : Étude de suites de nombres réels définies par une relation de récurrence u n+1 = f(u n ) et une condition initiale. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation

Plus en détail

x x ; Chapitre 2 GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

x x ; Chapitre 2 GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS Chapitre GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS I. GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS DE VARIABLE RÉELLE Sau indication particulière, pour simpliier, les onctions sont déinies sur un intervalle I de non réduit à un

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales. Sciences Economiques

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales. Sciences Economiques Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Galop d essai : 26 Novembre 2014 Année d étude : Première année Sciences Economiques Discipline : Introduction à la Macroéconomie

Plus en détail

fonction exponentielle de base e

fonction exponentielle de base e fonction exponentielle de base e Table des matières 1 fonction exponentielle de base e 2 1.1 définition.................................................. 2 1.1.1 activité...............................................

Plus en détail

Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier

Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier Au cours des années récentes, de nombreux travaux ont porté sur l existence d une relation entre les cycles des prix d actifs financiers

Plus en détail

Formulaire des fonctions usuelles

Formulaire des fonctions usuelles Université d Orléans Formulaire des fonctions usuelles Licence 1 de Mathématiques Groupe 2 Baptiste Morelle 29/09/2008 Page 1 sur 28 Page 2 sur 28 Table des matières Fonctions particulières... 4 Fonction

Plus en détail

Terminale ES Rappels sur les suites I Qu est-ce qu une suite? Définition : liste ordonnée de nombres réels,

Terminale ES Rappels sur les suites I Qu est-ce qu une suite? Définition : liste ordonnée de nombres réels, I Qu est-ce qu une suite? Définition : Rappels sur les suites Une suite de nombres réels est une liste ordonnée de nombres réels, finie ou infinie. On note ( ) la suite u 0, u 1, u 2,..,, +1, Le nombre

Plus en détail

Bac S 2015 Métropole - Correction épreuve de mathématiques.

Bac S 2015 Métropole - Correction épreuve de mathématiques. Bac S 2015 Métropole - Correction épreuve de mathématiques. Exercice 1 : 6 points Commun à tous les candidats Les résultats des probabilités seront arrondis à 10 3 près. Partie 1 : 1 ) Soit X une variable

Plus en détail

I Exercices I I I I I I I I I I I I I-4

I Exercices I I I I I I I I I I I I I-4 Chapitre 6 Logarithme TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 6 Logarithme Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1 2................................................

Plus en détail

Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. e x. e x + 1

Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. e x. e x + 1 Fonction exponentielle : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com Calculer avec la fonction exponentielle Simplifier les expressions suivantes où x est un réel quelconque : a) e1+x

Plus en détail

Sujets de bac : Intégration

Sujets de bac : Intégration Sujets de bac : Intégration Sujet n 1 : Liban juin 2006 Partie A : étude d une fonction Soit la fonction définie sur l intervalle 0; par ln 1 Sa courbe représentative dans un repère orthogonal ; ; est

Plus en détail

Sujets. Formulaire. mai 2011. Amérique du Nord. novembre 2011. Nouvelle-Calédonie. mai 2012. BTS Métopole (B1) mai 2013.

Sujets. Formulaire. mai 2011. Amérique du Nord. novembre 2011. Nouvelle-Calédonie. mai 2012. BTS Métopole (B1) mai 2013. LOIS CONTINUES Sujets mai 2011 novembre 2011 mai 2012 mai 2013 Amérique du Nord Nouvelle-Calédonie BTS Métopole (B1) BTS Métropole (D) Formulaire LOIS CONTINUES 1 Amérique du Nord mai 2011. EXERCICE 2

Plus en détail

L automobile en France: De la diffusion sociale vers la saturation

L automobile en France: De la diffusion sociale vers la saturation L automobile en France: De la diffusion sociale vers la saturation (E. Boucq, R. Collet, J.-L. Madre, L. Hivert) 10ème séminaire est-ouest francophone de socio-économie des transports Montréal, le 02 juin

Plus en détail

LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y).

LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y). LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y). Pré-requis : Continuité et dérivabilité ; Fonctions logarithme (dérivée et propriétés

Plus en détail

La croissance optimale

La croissance optimale La croissance optimale AES L3 AGE, AGT, CAI 2016-2017 Et la consommation dans le modèle de Solow...? Jusqu à présent nous nous sommes intéressé à la production par tête et au capital par tête. Mais en

Plus en détail

Les fonctions exponentielles et logarithmes. Mathématique. Sylvie Jancart. Octobre 2015

Les fonctions exponentielles et logarithmes. Mathématique. Sylvie Jancart. Octobre 2015 Mathématique Sylvie Jancart sylvie.jancart@ulg.ac.be Octobre 2015 Ces fonctions sont d une importance considérable en mathématique et ont des applications dans beaucoup de domaines scientifiques. Elles

Plus en détail

1.2 Plan d étude et exemples types.

1.2 Plan d étude et exemples types. Université de Rennes Licence Biologie Mathématiques Année 2008-2009.2 Plan d étude et exemples types..2. But Le but de ce chapitre est d étudier les fonctions comme celles données dans les exemples précédents.

Plus en détail

a) ln(x + 1) ln(2 x) = 0 b) ln(x + 1) ln(2 x) 0 c) ln x + ln(3x + 2) > 0

a) ln(x + 1) ln(2 x) = 0 b) ln(x + 1) ln(2 x) 0 c) ln x + ln(3x + 2) > 0 Savoir calculer avec des logarithmes Simplifier les expressions suivantes : Fonction logarithme : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com a) ln 6 ln 2 b) ln e 2 c) ln 1 e x d) e ln

Plus en détail

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54 Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments () Fonctions réelles : 1 / 54 1 Fonctions logarithmes et exponentielles Le logarithme népérien L exponentielle Logarithmes et exponentielles de base

Plus en détail

Fiche méthodologique Fonctions usuelles

Fiche méthodologique Fonctions usuelles Fiche méthodologique Fonctions usuelles BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: = Pelletier Sylvain On liste ici les fonctions à connaître et leur propriétés. Fonction puissance n-ième et racine n-ième { R R Fonction

Plus en détail

Sur base du tableau sur les PIB de la première page, déterminez la ou les affirmations exactes.

Sur base du tableau sur les PIB de la première page, déterminez la ou les affirmations exactes. Groupe 1 Interrogation n 1 Question 1 Sur base du tableau sur les PIB de la première page, déterminez la ou les affirmations exactes. a) Le volume de production de l Italie a augmenté chaque année entre

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Correction Ecricome 2007 Voie technologique

Correction Ecricome 2007 Voie technologique ECRICOME 27 Voie Technologique Correction Page Correction Ecricome 27 Voie technologique La correction comporte pages. Exercice. Etude d une fonction g auxiliaire. _ (a) Soit P la fonction polynomiale

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation grapique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

2. u(t) = 3 2 e t/2( 1 e t/2) 2

2. u(t) = 3 2 e t/2( 1 e t/2) 2 Probabilités : Chapitre 4 Exercices Exercices : Variables aléatoires à densité Exercice : Déterminer si les fonctions suivantes sont des densités de probabilité et si oui déterminer la fonction de répartition

Plus en détail

Théories de la croissance

Théories de la croissance Théories de la croissance Alexis Ladasic HEC Paris alexis.ladasic@hec.edu Alexis Ladasic (HEC Paris) Théories de la croissance 1 / 35 Sommaire 1 Introduction Rappels généraux Objectif poursuivi 2 Modèle

Plus en détail

LE CHOIX DU CONSOMMATEUR

LE CHOIX DU CONSOMMATEUR PARTIE III 1 LE CHOIX DU CONSOMMATEUR Introduction et objectifs 2 Modéliser la prise de décisions économiques Etudier les principes qui sous-tendent la construction de la demande individuelle Etudier comment

Plus en détail

FONCTIONS. Fonctions usuelles. I.1 Fonctions affines

FONCTIONS. Fonctions usuelles. I.1 Fonctions affines BTS Fonctions 0-0 FONCTIONS I Fonctions usuelles I. Fonctions affines Définition a et b sont deu réels donnés. La fonction définie sur R par f() = a + b est appelée fonction affine. Sa représentation graphique

Plus en détail

Logarithme Népérien. Conséquence Pour tous réels a et b strictement positifs on a : ln 1 a = - lna ; ln a b = lna - lnb ; ln a = 1 2 lna

Logarithme Népérien. Conséquence Pour tous réels a et b strictement positifs on a : ln 1 a = - lna ; ln a b = lna - lnb ; ln a = 1 2 lna Logarithme Népérien I) Définition - s Rappel La fonction exponentielle est une bijection de r sur ]0;+ [, c'est-à-dire que pour tout k ]0;+ [, l'équation ex = k a une solution unique dans r, cette solution

Plus en détail

TRAVAIL DE MATHEMATIQUES ECE 2. Faire pour le jour de la rentrée sur copie les exercices donnés en annexe

TRAVAIL DE MATHEMATIQUES ECE 2. Faire pour le jour de la rentrée sur copie les exercices donnés en annexe TRAVAIL DE MATHEMATIQUES ECE 2 Revoir les définitions, propriétés, théorèmes. de cours Retravailler les DS, TD, fiche d exercices à l aide des corrigés Faire pour le jour de la rentrée sur copie les exercices

Plus en détail

Exercices et Annales Maths Terminale S

Exercices et Annales Maths Terminale S Stages intensifs Exercices et Annales Maths Terminale S www.groupe-reussite.fr contact@groupe-reussite.fr 1 Chapitre 1 Fonction exponentielle, logarithme népérien et logarithme décimal 1.1 Exercices préliminaires

Plus en détail

Exercices : Intégration

Exercices : Intégration Eercices : Intégration Pour les eercices 4 à 43 il suffit de dériver F et de vérifier que F = f. Eercice 4 page 53 : Pour pouvoir dériver F il faut d abord développer ( 2) 3. F() = ( 2)( 2) 2 +2+ = ( 2)(

Plus en détail

FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN

FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN T ale S FONCTION LOGARITHME NÉPÉRIEN Analyse - Chapitre 8 Tale des matières I La fonction logarithme népérien 2 I Théorème et définition 2 I 2 Conséquences immédiates 2 I 3 La relation fonctionnelle 3

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

Progression terminale S

Progression terminale S Progression terminale S Chapitre 1 : Suites (3 semaines) I. Rappels sur les suites A. Mode de génération d une suite B. Représentations graphiques C. Suites arithmétiques et géométriques II. III. IV. Raisonnement

Plus en détail

( ) = b. Chapitre 5 : Fonction logarithme népérien. I. Fonction logarithme népérien. 1. Définition et propriétés

( ) = b. Chapitre 5 : Fonction logarithme népérien. I. Fonction logarithme népérien. 1. Définition et propriétés Chapitre 5 : Fonction logarithme népérien I. Fonction logarithme népérien 1. Définition et propriétés La fonction exponentielle est strictement croissante sur! à valeurs dans 0;+, donc d'après le théorème

Plus en détail

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Chapitre 4 - Quelques notions de mathématiques financières 1 Ce chapitre vise à présenter quelques

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Devoir surveillé de mathématiques Durée 2h

Devoir surveillé de mathématiques Durée 2h Terminale S3 Devoir surveillé de mathématiques Durée 2h Lundi 24 avril Exercice 1 (10 points) Pondichéry Avril 2016 On souhaite stériliser une boîte de conserve. Pour cela, on la prend à la température

Plus en détail

mod 11 ou encore mod 11 car 3 5 = 243 = = 1 [11].

mod 11 ou encore mod 11 car 3 5 = 243 = = 1 [11]. Terminale S Bac blanc. Mathématiques Février Exercice 5 points Pour les candidats ayant choisi la spécialité mathématiques. (a) Quel est le reste de la division euclidienne de 6 0 par? Justifier. On a

Plus en détail

Formation BTS Comptabilité et Gestion

Formation BTS Comptabilité et Gestion Formation BTS Comptabilité et Gestion épreuve 1 - Culture générale et expression Culture générale et expression Guide pédagogique Présentation de la matière Conseils pour travailler la matière avec Comptalia

Plus en détail

Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal +

Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal + Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal + Professeur Bertrand Quélin Groupe HEC quelin@hecfr 1 La démarche adoptée Canal + concession accordée en 1983 par les Pouvoirs publics à

Plus en détail

Fonctions logarithmes

Fonctions logarithmes La fonction logarithme népérien. Définition et propriétés Fonctions logarithmes La fonction eponentielle est continue et strictement croissante sur R. Le corollaire du théorème des valeurs intermédiaires

Plus en détail

Fonctions usuelles Limites

Fonctions usuelles Limites Fonctions usuelles Limites I) Généralités Dans tout ce cours, I désignera un intervalle de Y (intervalle ouvert, fermé, semi-ouvert ). Si I = [a, b], on appellera I un segment de Y. On considère la fonction

Plus en détail

La fonction Logarithme Népérien

La fonction Logarithme Népérien Terminale S, Cours La fonction Logarithme Népérien Eistence Théorème: (admis) Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I de R, strictement monotone sur I à valeurs dans J. Alors il eiste une fonction

Plus en détail

Pondichéry Avril 2012 BAC ES Correction

Pondichéry Avril 2012 BAC ES Correction 1 / 5 Exercice 1 1. Pour passer du point B au point A, on se déplace de 2 carreaux horizontalement vers la droite et on descend de 3 carreaux. Par conséquent, le coefficient directeur de la droite (AB)

Plus en détail

REVISIONS POUR LES VACANCES. Généralités sur les fonctions

REVISIONS POUR LES VACANCES. Généralités sur les fonctions Année 2016-2017 PCSI ( Baggio ) REVISIONS POUR LES VACANCES Vous devez connaître parfaitement tous les résultats donnés ici sur les généralités de fonctions, sur les fonctions exponentielles et logarithmes

Plus en détail

Limites, continuité, dérivabilité

Limites, continuité, dérivabilité Limites, continuité, dérivabilité (3) () Analyse 1 / 47 Plan 1 Un peu de vocabulaire 2 Limites 3 Opérations sur les limites 4 Relations de comparaison locale, notations de Landau 5 Continuité 6 Fonctions

Plus en détail

CHAPITRE 3 PRIMITIVES ET INTEGRALES FONCTIONS LOGARITHMES ET EXPONENTIELLES

CHAPITRE 3 PRIMITIVES ET INTEGRALES FONCTIONS LOGARITHMES ET EXPONENTIELLES CHAPITRE 3 PRIMITIVES ET INTEGRALES FONCTIONS LOGARITHMES ET EXPONENTIELLES 3--PRIMITIVES ET INTEGRALES 3---Primitives Soit f une fonction définie sur un intervalle I. On appelle fonction primitive de

Plus en détail

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Le sujet comporte 8 pages numérotées de à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Donner les réponses à cet exercice dans le cadre prévu à la page 3 Un distributeur

Plus en détail

En particulier : x, y R, e x+y = e x e y et e x = 1 e x.

En particulier : x, y R, e x+y = e x e y et e x = 1 e x. I. Propriétés algébriques La fonction logarithme néperien est dérivable et strictement croissante de R + sur R. Le théorème de la bijection, qu on abordera au chapitre 7, permet de prouver l existence

Plus en détail

Chap 2 : La demande de travail

Chap 2 : La demande de travail Chap 2 : La demande de travail Master 1 Analyse Economique Introduction Introduction La théorie de la demande Théorie statique Théorie dynamique 2 Introduction Introduction La théorie de la demande Point

Plus en détail

Rochambeau Enseignement spécifique. Corrigé

Rochambeau Enseignement spécifique. Corrigé Rochambeau 201. Enseignement spécifique. Corrigé EXERCICE 1 Partie A : conditionnement des pots 1) La probabilité demandée est p(x 9). La calculatrice fournit p(x 9) = 0,202 arrondi à 10 3. 2) a) Z suit

Plus en détail

Aide-mémoire : Fonctions exponentielles et logarithmes

Aide-mémoire : Fonctions exponentielles et logarithmes Aide-mémoire : Fonctions exponentielles et logarithmes www.phymaths.ch - Résumé RM-0G 9 septembre 00 Table des matières Avant-propos. Illustration : Population de bactéries.......................... Application

Plus en détail

Chapitre 5 - Fonction logarithme népérien

Chapitre 5 - Fonction logarithme népérien Chapitre 5 - Fonction logarithme népérien I La fonction logarithme népérien TD1 : Fonction exponentielle et réciproque 1. Soit f la fonction définie sur R par f(x) = e x. On note C f sa courbe représentative.

Plus en détail

Chapitre 4 : Fonctions exponentielles

Chapitre 4 : Fonctions exponentielles Chapitre 4 : Fonctions exponentielles I. Activité : Construction de la fonction : avec > 0 Soit > 0 un réel strictement positif, ( ) est la suite géométrique définie pour tout entier par =. Comme ( ) est

Plus en détail

Progrès technique et croissance économique

Progrès technique et croissance économique Progrès technique et croissance économique Lionel Artige HEC - Université de Liège 9 novembre 2012 Lionel Artige Progrès technique et croissance économique 1/ 42 Qu est-ce que la croissance économique?

Plus en détail

Analyse Économique: Macroéconomie

Analyse Économique: Macroéconomie Analyse Économique: Macroéconomie L Économie des idées Aurélien Eyquem Semestre d Automne 2017 Plan du chapitre 1 Introduction: les limites du modèle néoclassique (Solow) 2 Quelques concepts nouveaux 3

Plus en détail

Cours de Terminale S. Giorgio Chuck VISCA 23 novembre 2013 EXPONENTIELLE

Cours de Terminale S. Giorgio Chuck VISCA 23 novembre 2013 EXPONENTIELLE Cours de Terminale S Giorgio Chuck VISCA 23 novembre 2013 EXPONENTIELLE 1 Table des matières I Fonction exponentielle 3 I.1 Approche numérique............................................ 3 I.2 Définition..................................................

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail