Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ"

Transcription

1

2 Table des matières COÛT DE LOCATION DES TERRES AGRICOLES EN ESTRIE MÉTHODOLOGIE...3 STATISTIQUES SUR LES RÉPONDANTS ET LES LOCATIONS...4 COÛTS DE LOCATION FAITS SAILLANTS...5 PRÉSENTATION DES RÉSULTATS...6 PRATIQUE DE LOCATION...6 TAUX DE LOCATION DES TERRES CULTURE, FOURRAGE ET PÂTURAGE...6 TAUX DE LOCATION DES ÉRABLIÈRES...9 Information complémentaire : le guide Combien louer votre terre agricole? Le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) a publié, en 2015, le guide Combien louer votre terre agricole? Locateur et locataire trouveront des réponses à propos, entre autres, des taux du marché, des éléments de négociation ou des facteurs ayant un impact sur la valeur de location des terres. Vous pouvez vous le procurez dans le site Web du CRAAQ à l adresse suivante : Ce document a été réalisé par la Direction régionale de l Estrie du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ). Auteur Idrissa Bakayoko, stagiaire, MAPAQ Sous la supervision de Ronald Boucher, agronome, MAPAQ Relecture et révision de contenu : Christian Giroux, agronome, conseiller en économie, gestion et relève agricole, MAPAQ Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ Gouvernement du Québec Dépôt légal : 2015 Bibliothèque nationale du Québec i

3 Coût de location des terres agricoles en Estrie 2015 La Direction régionale de l Estrie du ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation (MAPAQ) a mené une enquête sur le coût de location des terres en janvier 2015 afin d actualiser deux études similaires effectuées en 20040F1 et en 20071F2. Très répandue, la location de terres agricoles est un facteur déterminant pour la pérennité de l activité agricole tant au Québec qu en Estrie. Qu elle prenne la forme de troc, de récoltes, d échange de services ou de loyer en argent, la location facilite l accès des producteurs aux fonds de terre ou aux érablières. En 2010, des exploitants agricoles enregistrés en Estrie déclaraient louer des terres, soit une proportion de 47,8 %. La valeur financière des locations 3 varie selon la situation géographique (l importance de l activité agricole dans la MRC ou la municipalité), la culture pratiquée et les revenus s y rattachant (soya versus pâturages), la qualité du sol, les conditions agroclimatologiques, etc. Contrairement à l enquête réalisée en 2007, la présente étude n aborde pas les aspects liés à l opinion sur la valeur des terres, les prix d achat de fonds de terre et le revenu des entreprises agricoles. Elle vise à déterminer les coûts de location et n aborde pas les autres enjeux économiques auxquels font face les producteurs agricoles. De plus, le nombre limité de données dans certains cas ne nous permet pas de généraliser nos résultats; ils doivent être vus comme des tendances donnant un ordre de grandeur des coûts de location pratiqués en Estrie. Méthodologie L enquête a été menée par la poste auprès de entreprises agricoles enregistrées à la Direction régionale de l Estrie entre janvier et mars Nous avons obtenu 362 réponses sur les sondages envoyés, soit un taux de réponse de 29,4 %. Ces répondants sont répartis en deux catégories : 1- Les locateurs effectifs : producteurs exploitant des terres contre rémunération (argent, nature ou service), au nombre de 283, qui exploitent un total de hectares de terre pour 651 ententes de location. De ce groupe, nous avons exclu ceux : o qui exploitent leur propre fonds de terre par le biais d entités juridiques différentes; o qui ont un lien de dépendance avec le propriétaire (conjoint, enfants, etc.); o qui louent uniquement des bâtiments agricoles et non la terre elle-même. 2- Les non-locateurs : au nombre de 79, ces producteurs ont abandonné la location pour diverses raisons comme le recentrage de leurs activités sur leurs propres terres, l achat du fonds de terre ou l abandon de la production agricole. Pour obtenir une analyse cohérente, nous avons exclu des calculs les données de 9 des 283 locateurs effectifs. Ils présentent des spécificités pouvant biaiser les résultats (incohérence des données fournies, location de bâtiment, écurie ou grange, production piscicole, etc.). 1 CHARRON, Daniel L. Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l'estrie en 2004, décembre 2004, Direction régionale de l'estrie. 2 CHARRON, Daniel L. Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l'estrie en 2007, décembre 2007, Direction régionale de l'estrie du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ). 3 Voir à ce sujet le guide Combien louer votre terre agricole? publié en 2015 par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) : 3

4 Statistiques sur les répondants et les locations Les taux de réponses et de location de terres agricoles varient selon les MRC. Le plus grand nombre de répondants et de locateurs proviennent des MRC du Granit et de Coaticook. Ensuite viennent Le Haut-Saint-François, Le Val-Saint-François et Les Sources. Finalement, Memphrémagog et Sherbrooke sont les plus faiblement représentés. Tableau I Nombre de répondants et pourcentage relatif Nombre % du total % de l échantillon MRC de Coaticook Sherbrooke MRC du Granit MRC du Haut-Saint-François MRC du Val-Saint-François MRC des Sources MRC de Memphrémagog Total Les données sur l utilisation des terres agricoles totales en Estrie, louées ou non, montrent que le fourrage occupe les plus grandes superficies, 45,96 % des terres agricoles. Il est suivi par l acériculture, 19,37 % et les pâturages, 17,48 %. Ces trois productions sont également les plus répandues sur les terres en location, soit 34,18 %, 27,90 % et 11,96 % respectivement. Les proportions de terres occupées par les céréales sont faibles (terres totales et terres louées). Le soya, le maïs-grain et les arbres de Noël occupent peu de terres agricoles. Cependant, le soya et le maïs-grain apparaissent assez bien représentés par rapport à la location. Notons que nous ne pouvons pas tenir compte ici des données sur les cultures regroupées dans les fiches d enregistrement agricole sous les catégories Petits fruits et autres, car nous avons reçu trop peu de réponses les concernant. Tableau II Répartition de l utilisation des superficies en location 4 et des superficies totales des terres en Estrie3F Superficie en location (%) Superficie totale Estrie 2010 (%) Fourrages (ensilage, foin sec) 34,2 46,0 Acériculture 27,9 19,4 Pâturages 12,0 17,5 Céréales (avoine, blé, orge) 5,7 6,1 Soya 10,5 3,7 Maïs-grain 7,3 3,5 Arbres de Noël 2,3 3,3 Total Profil de l Estrie 2010, MAPAQ, 4

5 Coûts de location faits saillants Les résultats de notre enquête montrent une nette augmentation des coûts de location, pour la majorité des productions, depuis la mise à jour de Les plus fortes hausses concernent les pâturages, le maïs et le soya avec respectivement 167 %, 163 % et 102 % d augmentation. En comparant les variations et , il apparaît clairement que les coûts pour le foin et les céréales se sont largement accrus (-3 % à +39 % et -3 % à +56 %). Seule l acériculture a connu des coûts assez stables de location à l entaille. Tableau III Évolution des coûts moyens de location suivant la production en dollars par hectare Coûts Coûts Coûts Écart Variation (%) Écart Variation (%) 2004/ha 2007/ha 2015/ha Maïs Céréales Fourrages Pâturages Soya Tableau IV Évolution des coûts moyens de location en acériculture en dollars par entaille Coûts Coûts Coûts Écart Variation (%) Écart Variation (%) Acériculture 0,82 0,83 0,81-0, Diverses raisons pourraient expliquer les différentes évolutions observées dans les coûts de location en Pour les céréales en général et pour le maïs et le soya en particulier, nous pouvons raisonnablement les rattacher à la forte demande et à l augmentation des prix4f5 sur le marché entre 2008 et 2012, mais également aux prévisions de hausse à moyen terme des prix mondiaux des céréales et des oléagineux5f6. Notons toutefois que ces prix sont actuellement assez stables et ont même tendance à baisser6f7. Entre 2004 et 2007, les coûts ont en général connu de fortes baisses. S agissant du maïs, des pâturages et du soya cependant, avec des variations de -52 %, -66 % et -43 %, la baisse semble anormalement prononcée par rapport à l évolution observée pour les autres productions. Cette situation pourrait suggérer l existence de conditions particulières au moment de l enquête Quant aux locations pour les fourrages et les érablières, une demande modérée sur le marché ou la durée des baux pourraient expliquer leurs taux en Le graphique de la page suivante donne un aperçu de l évolution des coûts de location dans le temps selon la production. 5 ftp.fao.org/docrep/fao/012/i0854f/i0854f01.pdf /?id=

6 Évolution des coûts de location dans le temps selon la production (Axe vertical de gauche : coûts par hectare; axe vertical de droite : coûts par entaille) Présentation des résultats Pratique de location Selon les données d enregistrement des exploitations agricoles, la location de terres agricoles concerne 47,8 % des producteurs agricoles. Divers modes de location sont possibles et nous les avons classifiés en deux catégories : les locations avec débours d argent et les locations en nature. Les locations avec débours d argent Ce sont les modes conventionnels de location et ils sont les plus répandus. Le locateur paie un loyer annuel par unité de surface, par entaille ou par arbre commercialisable à la récolte pour les plantations d arbres de Noël. Le loyer est versé en argent au propriétaire. Il peut équivaloir à la valeur locative sur le marché des terres ou au montant du remboursement des taxes foncières. Nous n avons pas pris en compte comme locations effectives celles concernant les bâtiments agricoles, l autolocation, les forfaits familiaux et les productions comme la pisciculture ou la foresterie (terrains boisés) bien qu elles se fassent contre de l argent. Les locations en nature (sans débours d argent) Lors de locations en nature, les échanges financiers sont remplacés par des prestations de service (entretien de la terre le plus souvent). Nous n avons pas tenu compte de ce type de location dans les calculs afin de minimiser les biais. Taux de location des terres culture, fourrage et pâturage Pour obtenir des résultats comparables à ceux de 2007, nous avons conservé les mêmes méthodes de calcul, les mêmes ratios, la même présentation, etc. Ainsi, dans les tableaux qui suivent, vous trouverez : le nombre de locations recensées; la moyenne mathématique de toutes les valeurs déclarées sans aucune pondération pour tenir compte des superficies; 6

7 le prix minimal représentant le 25 e percentile des résultats; cette valeur est utilisée afin d éliminer les valeurs minimales extrêmes; le prix maximal représentant le 75 e percentile des résultats; cette valeur est utilisée afin d éliminer les valeurs maximales extrêmes. Notion de percentile En répartissant les 362 réponses obtenues en 100 portions égales, chaque portion est un percentile7f8. Un percentile représentant 1 % des données, le 25 e représente 25 % des réponses et le 75 e, 75 % des réponses. L utilisation de cette unité permet de réduire l effet des données extrêmes. Les formules utilisées pour les calculs, avec des valeurs généralement admises8f9, sont : (moyenne-coûts) x (écart-type) pour le 25 e percentile et (moyenne-coûts) x (écart-type) pour le 75 e percentile. Lecture des tableaux Les résultats sont présentés par production et par MRC. Nous avons exclu les données insuffisantes, par exemple trois résultats ou moins pour une MRC; nous avons inscrit «nd» pour non disponibles. Une présentation par municipalités aurait été beaucoup plus fragmentée et détaillée, mais pas forcément pertinente. Dans les tableaux qui suivent, la signification des abréviations est la suivante : N bre : nombre de locations selon les réponses obtenues lors de l enquête et retenues pour l étude. Min. et max. : le minimum représente le 25 e percentile tandis que le maximum équivaut au 75 e percentile. Tableau V Taux de location exprimé en dollars par acre Fourrage Céréales Pâturages N bre Moy. Min. 2 Max. N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. $/acre $/acre $/acre Estrie MRC Coaticook Sherbrooke nd nd nd 3 nd nd nd Le Granit Haut-Saint-François Val-Saint-François nd nd nd Les Sources Memphrémagog Qu est-ce qu un percentile? Page Web consultée le 4 novembre 2015,

8 Maïs Soya Arbres de Noël N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. $/acre $/acre $/acre Estrie MRC Coaticook Sherbrooke 1 nd nd nd 1 nd nd nd 0 nd nd nd Granit nd nd nd 3 nd nd nd Haut-Saint-François 2 nd nd nd nd nd nd Val-Saint-François nd nd nd Les Sources 2 nd nd nd nd nd nd Memphrémagog nd nd nd Tableau Vl Taux de location exprimé en dollars par hectare Fourrage Céréales Pâturages N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. $/hectare $/hectare $/hectare Estrie MRC Coaticook Sherbrooke nd nd nd 3 nd nd nd Le Granit Haut-Saint-François Val-Saint-François nd nd nd Les Sources Memphrémagog Maïs Soya Arbres de Noël N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. N bre Moy. Min. Max. $/hectare $/hectare $/hectare Estrie MRC Coaticook Sherbrooke 1 nd nd nd 1 nd nd nd 0 nd nd nd Granit nd nd nd 3 nd nd nd Haut-Saint-François 2 nd nd nd nd nd nd Val-Saint-François nd nd nd Les Sources 2 nd nd nd nd nd nd Memphrémagog nd nd nd 8

9 Taux de location des érablières Le coût de location des érablières varie en fonction du nombre d entailles louées. Lorsque le nombre d entailles augmente, le coût par entaille diminue. La valeur maximale de location est atteinte pour les érablières de à entailles. Sur la base des réponses obtenues, la relative faiblesse des coûts de location pour les érablières de à entailles peut s expliquer par leur situation en majorité sur des terres publiques. Les tarifs sur ces terres sont plus avantageux que ceux pratiqués sur les terres privées. D autres raisons pourraient justifier les coûts de location des érablières : l emplacement de l érablière louée par rapport au site principal d exploitation : l éloignement d une érablière peut occasionner des surcoûts d investissement en transport d eau, en maind œuvre, en transfert et installation de matériel, etc.; l aspect fonctionnel ou non : les érablières prêtes à être exploitées et celles en création ne demandent pas le même niveau d investissement; la durée du bail, etc. Tableau Vll Coût de location des érablières en Estrie selon le nombre d entailles en dollars par entaille Entailles N bre Moyenne Min. Max. Moins de ,95 0,67 1,23 De à ,98 0,71 1,24 De à ,81 0,52 1,11 De à ,50 0,34 0, ou plus 6 0,68 0,26 1,11 Toutes catégories 77 0,81 0,51 1,11 Tableau Vlll Coût de location des érablières par MRC selon le nombre d entailles en dollars par entaille MRC N bre Moyenne Min. Max. Coaticook 9 0,89 0,69 1,09 Sherbrooke 54 0,74 0,45 1,02 Granit 4 1,14 0,80 1,48 Haut-Saint-François 6 1,14 0,74 1,54 Val-Saint-François nd nd nd nd Les Sources nd nd nd nd Total Estrie 77 0,81 0,51 1,11 9

10

Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en 2007

Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en 2007 Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en 2007 par Daniel L. Charron, agronome en collaboration avec Réjean Gilbert, technicien agricole Jacques Blanchet, technicien

Plus en détail

Guide de gestion Programme de supplément au loyer

Guide de gestion Programme de supplément au loyer Détermination du loyer de base D 6 1 Afin de faciliter le calcul des subventions de supplément au loyer, la SHQ a conçu un «logiciel sur le calcul informatisé du loyer ou de la subvention». Celui-ci est

Plus en détail

Agriculture et agroalimentaire. Ville de Sherbrooke

Agriculture et agroalimentaire. Ville de Sherbrooke Agriculture et agroalimentaire Ville de Sherbrooke Profil d ensemble En 2010, on dénombre 73 exploitations agricoles enregistrées sur le territoire de la Ville de Sherbrooke, ce qui représente 2,8 % du

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens

Plus en détail

EXPLOITER UNE BLEUETIÈRE ET FAIRE DE L ARGENT EST-CE POSSIBLE?

EXPLOITER UNE BLEUETIÈRE ET FAIRE DE L ARGENT EST-CE POSSIBLE? EXPLOITER UNE BLEUETIÈRE ET FAIRE DE L ARGENT EST-CE POSSIBLE? Par Raynald Lapointe,, agronome Conseiller régional en économie et développement du bioalimentaire Dolbeau-Mistassini 23 mars 2005 PLAN DE

Plus en détail

Faits saillants de l enquête sur les intentions d achat et de vente des Québécois

Faits saillants de l enquête sur les intentions d achat et de vente des Québécois Faits saillants de l enquête sur les intentions d achat et de vente des Québécois Pour une quatrième année consécutive, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a mandaté la firme Léger

Plus en détail

Profil 2010 de l industrie agricole

Profil 2010 de l industrie agricole Profil 2010 de l industrie agricole La MRC Lac-Saint-Jean-Est regroupe 14 municipalités. La zone agricole couvre une superficie de 98 779 hectares (ha) dont 38 848 ha sont en culture. Les municipalités

Plus en détail

Évaluation du potentiel de production de biogaz par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield.

Évaluation du potentiel de production de biogaz par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield. Évaluation du potentiel de production de par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield Résumé Fédération régionale de l Union des Producteurs Agricoles de Saint-Jean-Valleyfield

Plus en détail

Société des éleveurs de mouton de race pure du Québec. Coût de production pour élever des sujets (mâles et femelles) de race pure (groupe paternel)

Société des éleveurs de mouton de race pure du Québec. Coût de production pour élever des sujets (mâles et femelles) de race pure (groupe paternel) Société des éleveurs de mouton de race pure du Québec Coût de production pour élever des sujets (mâles et femelles) de race pure (groupe paternel) Présenté à Société des éleveurs de mouton de race pure

Plus en détail

Profil 2010 de l industrie agricole

Profil 2010 de l industrie agricole Profil 2010 de l industrie agricole La MRC du Fjord-du-Saguenay regroupe 13 municipalités réparties sur la rive nord et sud du Saguenay. La zone agricole couvre une superficie de 59 821 hectares (ha) dont

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 5.11 Revenu agricole Compétence législative Paragraphe 7 (3) de la Loi. Paragraphe 39 (1), article 48, et dispositions 1 et 6 du paragraphe 54 (1) du Règlement

Plus en détail

Impôts. Impact fiscal au niveau du locateur

Impôts. Impact fiscal au niveau du locateur BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Impôts IMP. 80-10 Montants payés par un locateur ou un locataire en contrepartie de l acceptation, de la

Plus en détail

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010 Dares Analyses MARS 2013 N 015 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les salariés effectuant des heures rémunérées en 2010 En 2010, 49 % des salariés

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL PREMIER MINISTRE MINISTERE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ DILTI Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Travail Illégal BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE

Plus en détail

Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour

Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour La MRC de Bécancour est située au nord-ouest de la région du Centre-du-Québec et longe le fleuve Saint- Laurent et le lac Saint-Pierre. Elle regroupe douze

Plus en détail

Analyse de groupe lait bio

Analyse de groupe lait bio 2015 Analyse de groupe lait bio Préparé par MC Bourgault, agr. Agrigo conseils inc. 20 janvier 2017 Aquarium de Québec Page 1 sur 17 Une présentation du : Avec la collaboration de : UNE COLLABORATION FINANCIÈRE

Plus en détail

Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en Corrections aux tableau 8 et 14.

Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en Corrections aux tableau 8 et 14. .------- Coût de location et opinion sur la valeur des terres agricoles de l Estrie en 2004 Corrections aux tableau 8 et 14 Tableau 8 -Taux de location exprimé en dollars par hectare Taux de location exprimé

Plus en détail

Les charges. Source : RICA. C1.2 - Les charges courantes en 2010 Valeurs moyennes par exploitation, toutes orientations confondues

Les charges. Source : RICA. C1.2 - Les charges courantes en 2010 Valeurs moyennes par exploitation, toutes orientations confondues C1 Les charges courantes : structure et évolution En 2, les charges courantes s élèvent, en moyenne, à 161 7 euros par exploitation, en diminution de 2,2 % 1 par rapport à 29. La baisse sensible des dépenses

Plus en détail

Les surplus d engrais de ferme, état de la situation

Les surplus d engrais de ferme, état de la situation Les surplus d engrais de ferme, état de la situation Pierre Beaudet Direction de l environnement et du développement durable Plan de la présentation Positionnement des bassins priorisés Facteurs principaux

Plus en détail

BOURSE D AIDE À LA RELÈVE AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE DU CLD DOMAINE-DU-ROY «LA RELÈVE DU ROY»

BOURSE D AIDE À LA RELÈVE AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE DU CLD DOMAINE-DU-ROY «LA RELÈVE DU ROY» BOURSE D AIDE À LA RELÈVE AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE DU CLD DOMAINE-DU-ROY «LA RELÈVE DU ROY» 1. Objectifs La Bourse d aide à la relève agricole et agroalimentaire du CLD Domaine-du-Roy «La Relève du

Plus en détail

DSE 16 Aide pour la residence principale DSE 16 Aide pour la residence principale 01-06-2003 01-07-2005 INDEX

DSE 16 Aide pour la residence principale DSE 16 Aide pour la residence principale 01-06-2003 01-07-2005 INDEX DSE 16 Aide pour la residence principale DSE 16 Aide pour la residence principale 01-06-2003 01-07-2005 Introduction L employeur veut accroître la mobilité du fonctionnaire en facilitant l acquisition,

Plus en détail

LE TACTICIEN CTI-RTI UN CHANGEMENT DE MÉTHODE DE RÉPARTITION EST-IL POSSIBLE? Dans ce numéro

LE TACTICIEN CTI-RTI UN CHANGEMENT DE MÉTHODE DE RÉPARTITION EST-IL POSSIBLE? Dans ce numéro LE TACTICIEN BULLETIN SUR LA TPS/TVH, LA TVQ ET LES AUT RES TAXES CANADIENNES Mois 2 011 Volume IX, Numéro? Février 20 12 Volume X Numéro I CTI-RTI UN CHANGEMENT DE MÉTHODE DE RÉPARTITION EST-IL POSSIBLE?

Plus en détail

pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments agricoles.

pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments agricoles. MILIEU AGRICOLE Le milieu agricole regroupe les ventes de pesticides : pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures Faits saillants Particuliers 1. Dons de bienfaisance 2. Accélération du plan de réduction de la contribution santé en vue de son abolition en 2018 3. Réduction de 50% de la contribution additionnelle à

Plus en détail

ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES

ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES 1. PRIX MINIMA DE VENTE 2013 1.1 Les prix minima à payer au producteur sont les suivants : Catégorie de maïs crème et grain Maïs sucré «CRÈME ET GRAIN» Prix

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC de Mirabel. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC de Mirabel. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC de Mirabel Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant le territoire

Plus en détail

Le logement des habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon. L introduction de l allocation logement

Le logement des habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon. L introduction de l allocation logement Le logement des habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon. L introduction de l allocation logement La présidente de la Caisse de prévoyance sociale s est tournée vers l ANIL / agence nationale pour l information

Plus en détail

Gestion du risque financier et opérationnel d une cannebergière. Jean Olsthoorn, agr., producteur de canneberges

Gestion du risque financier et opérationnel d une cannebergière. Jean Olsthoorn, agr., producteur de canneberges Gestion du risque financier et opérationnel d une cannebergière Jean Olsthoorn, agr., producteur de canneberges Plan de la présentation 1. Définition 2. Statistiques 3. Risque d implantation d une cannebergière

Plus en détail

L état des cultures au Québec

L état des cultures au Québec Rapport nº 4 Bilan au 14 juin 2016 Parution le 20 juin 2016 Publié par La Financière agricole du Québec En bref La première semaine de juin a été caractérisée par des températures supérieures à la normale,

Plus en détail

L état des cultures au Québec

L état des cultures au Québec L état des cultures au Québec Le 21 octobre 2014 Rapport n o 12 Publié par La Financière agricole du Québec En bref La période du 6 au 19 octobre a été caractérisée par des épisodes de beau temps, de pluie

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises Service Gouvernance et gestion de la PAC Sous-direction Gestion des aides de la PAC Bureau des soutiens directs 3, rue

Plus en détail

Fiche 5 Densification pavillonnaire & Bail à construction

Fiche 5 Densification pavillonnaire & Bail à construction Direction Territoriale Normandie Centre/ Direction Territoriale Ile de France Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 5 Densification

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC Les Moulins. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC Les Moulins. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC Les Moulins Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant le territoire

Plus en détail

1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Assurance récolte Foin, céréales, maïs fourrager Page 1 1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1 Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

Portrait statistique agricole de l agglomération de Montréal. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de l agglomération de Montréal. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de l agglomération de Montréal Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant

Plus en détail

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro*

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* Elixis 3 Une nouvelle potion pour vos placements À souscrire avant le 10 décembre 2009 Éligible au PEA Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* * En cas de hausse de l indice jusqu

Plus en détail

Fiche de lecture du milieu Fonction agricole

Fiche de lecture du milieu Fonction agricole Fiche de lecture du milieu 8 juin 2015 CONTEXTE La zone agricole de Boucherville fait partie d un ensemble plus large, celui de l agglomération de Longueuil, qui ceinture le territoire. Elle constitue

Plus en détail

ÉTUDE SUR LES COÛTS DE PRODUCTION DU PORC ET DU PORCELET

ÉTUDE SUR LES COÛTS DE PRODUCTION DU PORC ET DU PORCELET ÉTUDE SUR LES COÛTS DE PRODUCTION DU PORC ET DU PORCELET Rapport de l Étude coût de production 2014 Les Éleveurs de porcs du Québec Maison de l UPA 555, boul. Roland Therrien, bureau 120 Longueuil (Québec)

Plus en détail

pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments agricoles.

pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments agricoles. 1 MILIEU AGRICOLE Le milieu agricole regroupe les ventes de pesticides : pour la production végétale (au champ, en cultures abritées et en contenants); pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments

Plus en détail

Portrait agroalimentaire de la MRC d Arthabaska

Portrait agroalimentaire de la MRC d Arthabaska Portrait agroalimentaire de la MRC d Arthabaska La MRC d Arthabaska est située dans le sud de la région du Centre-du-Québec. Elle regroupe 23 municipalités et couvre une superficie de 1 886 km 2, ce qui

Plus en détail

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 1. Y a-t-il eu des éléments exceptionnels ou des éléments non récurrents dans vos résultats du 1 er trimestre? Non. Les bons résultats du 1 er trimestre sont

Plus en détail

Simulation Loueur en Meublé Non Professionnel

Simulation Loueur en Meublé Non Professionnel 2015 Simulation Loueur en Meublé Non Professionnel XXXXX XXX SIX-FOURS LES PLAGES CMF CONSEIL & EXPERTISE 524 CHEMIN DU COLONEL PICOT 83160 LA VALETTE DU VAR Vos informations Questionnaire immobilier Nom

Plus en détail

BUDGETS DE CULTURE 2008 - INTRODUCTION Guy Beauregard, agronome, M.Sc., consultant privé

BUDGETS DE CULTURE 2008 - INTRODUCTION Guy Beauregard, agronome, M.Sc., consultant privé BUDGETS DE CULTURE 2008 - INTRODUCTION Guy Beauregard, agronome, M.Sc., consultant privé Ces budgets de production ont été réalisés à l'intention des agronomes et des technologistes agricoles des centres

Plus en détail

Compter avant d investir

Compter avant d investir Compter avant d investir Jean-François Drouin MBA, agronome Le 30 janvier 2010 Plan Le CRAAQ Quelques définitions Le budget chèvre laitière Le budget chèvre de boucherie Outils et sources d informations

Plus en détail

Dépenses et note au dossier Capsule de formation 4

Dépenses et note au dossier Capsule de formation 4 Dépenses et note au dossier Capsule de formation 4 Mai 2014 Traitement des données financières Table des matières 1. Agri-stabilité... 3 1.1 Dépenses admissibles... 3 1.2 Dépenses inadmissibles... 3 2.

Plus en détail

Du foin commercial, c est quoi? Est-ce intéressant dans ma rotation?

Du foin commercial, c est quoi? Est-ce intéressant dans ma rotation? Du foin commercial, c est quoi? Est-ce intéressant dans ma rotation? Laurence Gendron, agronome Conseillère en économie et gestion MAPAQ Mauricie Huguette Martel, agronome Conseillère en grandes cultures

Plus en détail

Budgets de cultures 2013 Guy Beauregard, agronome, 3 mars 2015 Liste des budgets présentés dans ce document

Budgets de cultures 2013 Guy Beauregard, agronome, 3 mars 2015 Liste des budgets présentés dans ce document Budgets de cultures 2013 Guy Beauregard, agronome, 3 mars 2015 Liste des budgets présentés dans ce document Introduction Avoine d'alimentation animale Avoine plante-abri Avoine nue Avoine d'alimentation

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 1 Table des matières Sommaire 3 Méthodologie et échantillonnage 8 Profil des répondants 10 Mesures de rémunération 18 Avantages sociaux

Plus en détail

Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI EDISSIMMO DÉCOUVREZ LES AVANTAGES DE SCPI EDISSIMMO L opportunité de souscrire à une SCPI de bureaux parmi les leaders du marché français L accès à l immobilier d entreprise au travers d un patrimoine

Plus en détail

La production végétale dans les pays partenaires méditerranéens continue d'augmenter

La production végétale dans les pays partenaires méditerranéens continue d'augmenter Agriculture et pêche Contact : Rosemary MONTGOMERY Statistiques en bref 12/2009 La production végétale dans les pays partenaires méditerranéens continue d'augmenter Les principales productions végétales

Plus en détail

Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000

Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000 Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000 En 2000, 3 438 entreprises agricoles envisageaient une vente ou un transfert pour la période allant jusqu à 2005. La proportion des entreprises qui

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 05/05/2013 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 26 mars 2013 N de pourvoi: 12-11643 ECLI:FR:CCASS:2013:C300351 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

Portrait statistique agricole de l agglomération de Longueuil. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de l agglomération de Longueuil. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de l agglomération de Longueuil Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant

Plus en détail

Comparaison des coûts de production de fourrages annuel

Comparaison des coûts de production de fourrages annuel Comparaison des coûts de production de fourrages annuel Par : Sylvain Pamerleau, agronome MAPAQ-Outaouais Déléage, 23 février 2006 Objectifs de la présentation Entreprise ciblée : 70-75 vaches avec 100

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC de Rouville. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC de Rouville. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC de Rouville Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant le territoire

Plus en détail

Document d information Budget du Québec 2015-2016

Document d information Budget du Québec 2015-2016 Document d information Budget du Québec 2015-2016 27 mars 2015 LE BUDGET EN BREF 3 FORMATION ET ÉDUCATION Déclarations pertinentes Discours sur le budget 4 Explication des mesures 5 1- Adapter la formation

Plus en détail

Dossier. Figure I Pourcentage de dentistes selon le taux de satisfaction à l exercice de la profession. J.P. Lussier, DDS, PhD et M.

Dossier. Figure I Pourcentage de dentistes selon le taux de satisfaction à l exercice de la profession. J.P. Lussier, DDS, PhD et M. J.P. Lussier, DDS, PhD et M. Benigeri, PhD Les dentistes du Québec portent jugement sur la situation actuelle et sur les difficultés à prévoir dans un proche avenir Résultats du sondage de l ODQ de 2006

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

Constatations principales

Constatations principales Chapitre 7 Constatations principales Dépenses des ménages par Sylvie Jean Les dépenses des ménages nous renseignent sur leurs goûts, leurs besoins, leurs habitudes de consommation, mais aussi sur leur

Plus en détail

Perspective. Logement. Grand Montréal. LOGEMENTS LOCATIFS : hausse du taux d inoccupation et des mises en chantier dans le Grand Montréal

Perspective. Logement. Grand Montréal. LOGEMENTS LOCATIFS : hausse du taux d inoccupation et des mises en chantier dans le Grand Montréal Logement Perspective Grand Montréal n o JUIN Bulletin de la Communauté métropolitaine de Montréal La hausse du taux d inoccupation dans le Grand Montréal et dans l ensemble du Québec se poursuit Forte

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2014 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2014 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2014 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

ASRA OU AGRI? L ART DE DÉSHABILLER LES PRODUCTEURS

ASRA OU AGRI? L ART DE DÉSHABILLER LES PRODUCTEURS ASRA OU AGRI? L ART DE DÉSHABILLER LES PRODUCTEURS Par: Charles-Félix Ross Rassemblement des producteurs de l'abitibi-témiscamingue Le 25 avril 2016 L ART: parce que c est une démarche savamment pensée

Plus en détail

Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : ***** DIRECTION DE L INTERPRÉTATION RELATIVE AUX ENTREPRISES DATE : LE 10 JANVIER 2012

Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : ***** DIRECTION DE L INTERPRÉTATION RELATIVE AUX ENTREPRISES DATE : LE 10 JANVIER 2012 Direction générale de la vérification, des enquêtes et du registraire des entreprises Direction principale des lois sur les impôts Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : ***** DIRECTION DE L INTERPRÉTATION

Plus en détail

Profil financier des exploitations agricoles canadiennes (Données des déclarants de 2005 Estimations provisoires)

Profil financier des exploitations agricoles canadiennes (Données des déclarants de 2005 Estimations provisoires) Profil financier des exploitations agricoles canadiennes (Données des déclarants de 2005 Estimations provisoires) Mars 2007 Profil financier des exploitations agricoles canadiennes (Données des déclarants

Plus en détail

Préparons ensemble la formalisation de votre projet

Préparons ensemble la formalisation de votre projet feuille de route Préparons ensemble la formalisation de votre projet Conseils - Modalités d immatriculation - Tableaux financiers 2 Nos conseils pour présenter votre projet La fiche d identité du créateur

Plus en détail

LES AIDES POUR FACILITER L ACCES OU LE MAINTIEN DANS UN LOGEMENT LOCATIF

LES AIDES POUR FACILITER L ACCES OU LE MAINTIEN DANS UN LOGEMENT LOCATIF LES AIDES POUR FACILITER L ACCES OU LE MAINTIEN DANS UN LOGEMENT LOCATIF Marseille le 15 novembre 2016 LES AIDES ACTION LOGEMENT LES AIDES LOCA PASS LA GARANTIE VISALE LE MOBILI JEUNE LE CIL PASS ASSISTANCE

Plus en détail

Reconnaissance du mérite. partenariat globalité stratégie

Reconnaissance du mérite. partenariat globalité stratégie Reconnaissance du mérite partenariat globalité stratégie Programme de reconnaissance du mérite des conseillers des Garanties collectives 2015 Un programme de reconnaissance unique pour la rémunération

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC de L'Assomption. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC de L'Assomption. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC de L'Assomption Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant le territoire

Plus en détail

Entente Canada-Québec information générale sur le traitement des taxes. Exercices financiers 2015-2016 et 2016-2017

Entente Canada-Québec information générale sur le traitement des taxes. Exercices financiers 2015-2016 et 2016-2017 Entente Canada-Québec information générale sur le traitement des taxes Exercices financiers 2015-2016 et 2016-2017 1 er avril 2016 Gouvernement du Québec Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Plus en détail

ECHANGES COMMERCIAUX ALGERIE INDE. Avril 2015

ECHANGES COMMERCIAUX ALGERIE INDE. Avril 2015 ECHANGES COMMERCIAUX ALGERIE INDE Avril 2015 PRESENTATION DU PAYS PARTENAIRE : Pays Nom officiel Président Capitale Superficie km 2 Habitants (2013) Inde République de l Inde Pranab Mukherjee New Delhi

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC de Deux-Montagnes. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC de Deux-Montagnes. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC de Deux-Montagnes Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant le

Plus en détail

RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC 2015-2016

RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC 2015-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC 2015-2016 Le 26 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Table des matières Introduction Mesures touchant les particuliers Mesures pour favoriser le développement et stimuler l investissement

Plus en détail

La culture des arbres de Noël au Québec, une production distincte

La culture des arbres de Noël au Québec, une production distincte La culture des arbres de Noël au Québec, une production distincte nom André Pettigrew, agronome MAPAQ-Estrie 22 septembre 2010 New Richmond PLAN DU COURS Sujets Heure Nb diapo Régie : vue d ensemble 9:00-9:25

Plus en détail

Introduction. 5. Revenu des familles et des ménages. Caractéristiques des ménages et des logements.

Introduction. 5. Revenu des familles et des ménages. Caractéristiques des ménages et des logements. Introduction Au cours des années, le Québec a structuré son territoire en trois paliers pour faciliter la gestion de son aménagement et de son développement. Le niveau de base regroupe près de 1 600 entités

Plus en détail

Portrait statistique agricole de la MRC de Marguerite- D'Youville. Version modifiée Décembre 2012

Portrait statistique agricole de la MRC de Marguerite- D'Youville. Version modifiée Décembre 2012 Portrait statistique agricole de la MRC de Marguerite- D'Youville Version modifiée Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte... 3 Définition des territoires à l étude... 4 Faits saillants concernant

Plus en détail

Enquête sur les dépenses des ménages, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le mercredi 29 janvier 2014

Enquête sur les dépenses des ménages, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le mercredi 29 janvier 2014 Enquête sur les dépenses des ménages, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le mercredi 29 janvier 2014 En 2012, les ménages canadiens ont dépensé en moyenne 56 279 $ en biens et services,

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

Rencontre publique dans le cadre du référendum sur l aliénation des terres Iqaluit

Rencontre publique dans le cadre du référendum sur l aliénation des terres Iqaluit Rencontre publique dans le cadre du référendum sur l aliénation des terres Iqaluit 23 mars 2016 Lieu : Frobisher Inn, salle Koojesse Sont présents : environ 44 membres du grand public; Atsainak Akeeshoo,

Plus en détail

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X Prospectus simplifié : commun de placement X Présentation du fonds commun de placement 1. Dénomination : X 2. Date de constitution : xx/xx/xxxx 3. Durée d existence : durée illimitée (ou jusqu au xx/xx/xxxx)

Plus en détail

Fiche technique particularités fiscales en Corse

Fiche technique particularités fiscales en Corse Fiche technique particularités fiscales en Corse Cette fiche de présentation et chacune des fiches techniques qui suivent ont été élaborées par la Direction des Services Fiscaux de Corse-du-sud pour être

Plus en détail

Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage

Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage aux États-Unis Aux États-Unis, il existe des lois définissant les normes de travail. Les normes de travail déterminent

Plus en détail

Propriétaires, professionnels, politiques : ce que veulent les locataires en 2017

Propriétaires, professionnels, politiques : ce que veulent les locataires en 2017 Une étude pour Propriétaires, professionnels, politiques : ce que veulent les locataires en 2017 Expérience et enjeux liés à la location d un logement? Quelles relations les locataires entretiennent-ils

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES NOVEMBRE 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2013 Analyses nationale et régionale Sommaire INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble

Plus en détail

Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours)

Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours) Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Définition des revenus fonciers... 4 Les revenus imposables... 4 Les revenus exonérés...

Plus en détail

*Le Prêt à Taux Zéro :

*Le Prêt à Taux Zéro : *Le Prêt à Taux Zéro : Prêt réservé aux primo-accédants pour l achat d un logement en résidence principale et soumis à conditions de revenus. DANS LE CADRE DU PRÊT À TAUX ZÉRO + DANS LE NEUF Le prêt à

Plus en détail

NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION

NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION 1 NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 2 PREAMBULE Nantes Métropole a confié la gestion

Plus en détail

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans Dares Analyses mars 2014 N 023 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des descendants d immigrés en 2012 En 2012, 3,9 millions de personnes

Plus en détail

Présenté par : Chantal St-Laurent, agr. MBA Conseillère régionale en développement du bioalimentaire. AGRI-RENCONTRE 19 novembre 2014

Présenté par : Chantal St-Laurent, agr. MBA Conseillère régionale en développement du bioalimentaire. AGRI-RENCONTRE 19 novembre 2014 Présenté par : Chantal St-Laurent, agr. MBA Conseillère régionale en développement du bioalimentaire AGRI-RENCONTRE 19 novembre 2014 Le Bas-Saint-Laurent! 1,7% du territoire québécois! Zone agricole :

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

LES FRAIS ET LES CHARGES

LES FRAIS ET LES CHARGES Les fiches LOCATION Bail de résidence principale Les frais et les charges Fiche n A10 LES FRAIS ET LES CHARGES Les frais et les charges couvrent l ensemble des dépenses relatives aux parties communes d

Plus en détail

Mouvements de l encaisse des entreprises agricoles

Mouvements de l encaisse des entreprises agricoles N o 21-018-X au catalogue Mouvements de l encaisse des entreprises agricoles Statistiques économiques agricoles Juillet 2010 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements

Plus en détail

Règlement numéro 10-2014 Établissant les taux d imposition pour l année 2015

Règlement numéro 10-2014 Établissant les taux d imposition pour l année 2015 Règlement numéro 10-2014 Établissant les taux d imposition pour l année 2015 Adopté lors de la séance ordinaire tenue le 15 décembre 2014 Entré en vigueur le 24 décembre 2014. Codification administrative

Plus en détail

ENQUÊTE 2010 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2010 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2010 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES Société canadienne d hypothèques et de logement AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête de 2010 L Internet : outil important pour

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. FERME PORCINE NAISSEUR-FINISSEUR (100,22 kg) MODÈLE 2012 COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. FERME PORCINE NAISSEUR-FINISSEUR (100,22 kg) MODÈLE 2012 COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES FERME PORCINE NAISSEUR-FINISSEUR (100,22 kg) MODÈLE 2012 COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2014 Page 1 Page 2 FERME PORCINE NAISSEUR-FINISSEUR

Plus en détail

Morgins Tourisme. Taxes de séjour et d hébergement : mode d emploi. Morgins Tourisme +41 (0)24 477 23 61 touristoffice@morgins.ch. www.morgins.

Morgins Tourisme. Taxes de séjour et d hébergement : mode d emploi. Morgins Tourisme +41 (0)24 477 23 61 touristoffice@morgins.ch. www.morgins. Morgins Tourisme Taxes de séjour et d hébergement : mode d emploi www.morgins.ch Morgins Tourisme +41 (0)24 477 23 61 touristoffice@morgins.ch 2 Morgins Tourisme - Taxes de séjour et d hébergement : mode

Plus en détail

Le Bail Rural Un outil pour mettre en valeur mon patrimoine foncier. Guide à destination des propriétaires fonciers

Le Bail Rural Un outil pour mettre en valeur mon patrimoine foncier. Guide à destination des propriétaires fonciers Le Bail Rural Un outil pour mettre en valeur mon patrimoine foncier Guide à destination des propriétaires fonciers Décembre 2014 Le contexte réglementaire national et ses applications locales tendent

Plus en détail