Service de Néphrologie Dialyse Transplantation rénale CHU Clémenceau, Caen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Service de Néphrologie Dialyse Transplantation rénale CHU Clémenceau, Caen"

Transcription

1 INTERET DES NOUVELLES SOLUTIONS DE DIALYSE PERITONEALE Jean-Philippe RYCKELYNCK, Angélique THUILLIER-LECOUF, Maxence FICHEUX, Thierry LOBBEDEZ Service de Néphrologie Dialyse Transplantation rénale CHU Clémenceau, Caen La membrane péritonéale est au contact d environ 3000 à 4000 litres de dialysat par an. Pendant de nombreuses années, les solutions proposées se caractérisaient par un ph acide, une concentration élevée en produits de dégradation du glucose (PDG) toxiques pour le péritoine et source d effets systémiques et locaux délétères au long cours (1,2). La solution idéale doit avoir un ph physiologique, permettre une épuration et une ultrafiltration adéquates, être dépourvue de toxicité locale et générale, contenir une substance osmotique peu ou pas absorbée, n induisant pas de troubles métaboliques et être d un coût accessible. Depuis quelques années de nouvelles solutions sont disponibles mais probablement insuffisamment utilisées. Le ph est compris entre 7,0 et 7,4 la teneur en GDP est faible minimisant le risque de formation de produits de glycation, source d altérations morphologiques et fonctionnelles de la membrane péritonéale (3). Le tampon est soit un mélange de bicarbonate-lactate (B/L), soit du lactate (L), soit du bicarbonate (B). 1 Préservation de la membrane péritonéale Le CA 125 est un marqueur de la viabilité cellulaire mésothéliale que l on peut doser dans l effluent péritonéal (4). Jones et coll. étudient la concentration en CA 125 du dialysat drainé chez des patients recevant une solution conventionnelle (ph à 5,5) avec ceux traités à l aide d une solution physiologique (B/L). Au cours d un suivi de 6 mois, il est constaté une augmentation significative du CA 125 dans le groupe B/L (5). Szeto et coll. comparent deux groupes de 25 patients recevant soit une solution conventionnelle (C) soit une solution physiologique (P) à ph neutre, à faible teneur en PDG et un tampon lactate. A l issue d un suivi d un an, les patients recevant la solution P ont une teneur en CA 125 dans l effluent péritonéal plus élevée (14,30 ± 2,17 vs 7,36 ± 2,23 U/ml ; p = 0,007) et un taux plasmatique de CRP plus bas (1,77 ± 0,42 vs 7,73 ± 2,42 mg/l ; p = 0,026) que dans le groupe C (6). Dans cette même étude, les résultats concernant la teneur en acide hyaluronique dans le

2 dialysat drainé, caractérisant la régénération cellulaire mésothéliale, sont également en faveur de la solution physiologique. Enfin l étude de Théodoridis et coll. confirme les résultats précédents lors de l utilisation d une solution physiologique à tampon bicarbonate (7). Le taux de CA 125 augmente de façon significative après 6 mois d utilisation de la solution P de 15,07 ± 5,72 à 111,97 ± 66,21 U/ml qui rediminue à 22,72 ± 16,06 U/ml après 6 mois d utilisation de la solution C. Ainsi de telles constatations ont été faites avec les solutions Gambrosol trio, Physioneal, Balance et Bicavera (4). Une baisse progressive de la teneur en CA 125 dans le dialysat est observée au cours des années précédant l apparition d une péritonite sclérosante et encapsulante (PES). Cette cinétique du taux de CA 125 pourrait être un marqueur précoce de la PSE (8). Pour Augustine et coll., le ph acide et la concentration élevée en PDG constituent des facteurs pouvant initier puis accélérer le processus de sclérose péritonéale (9). La question se pose donc de savoir si les solutions physiologiques sont capables de réduire la fréquence des PSE. Aucune preuve n existe à ce jour. Néanmoins, les données du registre d Australie et de Nouvelle-Zélande montrent une diminution de la fréquence des PSE avec aucun cas déclaré chez des patients incidents au cours de la période (10). Par ailleurs, il a été montré que l utilisation d une solution bicarbonate pure permet d améliorer le taux de CA 125 dans l effluent péritonéal (11). 2 Le maintien de la fonction rénale résiduelle (FRR) L importance du maintien de la FRR n est plus à démontrer en termes d élimination des moyennes molécules et des toxines urémiques, de maintien de l équilibre hydrosodé avec un impact favorable sur la survie des patients et sur leur qualité de vie (12,13). Lysaght et coll. ont montré, il y a de nombreuses années, que le déclin de la FRR était plus rapide en hémodialyse qu en Dialyse Péritonéale Continue Ambulatoire (DPCA) sur une péritode de suivi de 48 mois (14). Il ne semble pas y avoir d impact de la modalité de dialyse péritonéale (DPCA vs DPA). Les solutions physiologiques présentent-elles un avantage concernant le maintien de la FRR? Dans une étude menée par Choi et coll., il n a été constaté aucune différence entre une solution C au lactate et une solution P au lactate avec faible teneur en PDG en ce qui concerne le rapport D/P créatinine, le niveau d ultrafiltration et celui de la FRR après un suivi de 12 mois (15). De même Fan et coll. ont évalué la FFR après 12 mois de suivi chez 57 patients recevant soit une solution C au lactate (61 patients) soit une solution P (B/L ou L). La réduction de la FRR et du volume urinaire est identique dans les deux groupes (16)

3 A l opposé, dans une étude multicentrique, ouverte, prospective et randomisée, ne prenant en compte que des patients incidents, l analyse en intention de traiter montre de façon significative une moindre baisse de la FRR en faveur de la solution biocompatible (p = 0,048) (17). Plus récemment, au cours de l étude DIUREST, le déclin mensuel de la FRR est significativement plus faible avec une solution biocompatible au lactate que celui constaté avec une solution C lors d un suivi de 18 mois (1,5% vs 4,3% ; p = 0,04) (18). Une étude est disponible à propos de l utilisation d une solution bicarbonate pure (19). Celle-ci est observationnelle, ouverte, non randomisée, prospective, au cours de laquelle les patients sont répartis en deux groupes, l un recevant une solution C et l autre la solution P au bicarbonate. La FRR passe de 7,07 à 2,29 ml/mn dans le groupe C et de 7,05 à 4,13 ml/mn dans le groupe P (p = 0,004). Elle confirme les données antérieures d une étude réalisée avec un plus faible effectif (11). Les études les plus convaincantes sont celles où les patients sont incidents en DP et chez qui la FRR n est pas négligeable. Elles excluent les patients transférés d hémodialyse chez qui la FRR est faible voire nulle. En effet, quand la FRR est déjà très faible, il est plus qu improbable qu une solution de DP puisse préserver ou restaurer des lésions avancées de sclérose rénale (20). 3 Solutions physiologiques et ultrafiltration péritonéale (UFP) Les résultats sont très discordants dans ce domaine. A partir de neuf études de la littérature, Davies rapporte que l UFP est inchangée à trois reprises, s améliore une fois et diminue quatre fois (21). Pour Pajek et coll., une étude réalisée chez 21 patients montre une moindre UFP avec une solution B/L qu avec une solution C (22). L auteur compare ses résultats à ceux de cinq autres études confirmant la discordance des résultats. Le rôle des solutions sur la FRR et les apports hydrosodés quotidiens des patients peuvent interférer avec l UFP. Pour Fan et coll., il n existe pas de différence significative de l UFP sur une période de 4 heures entre une solution P et une solution C (16). 4 Solutions physiologiques et infections péritonéales Au cours des études cliniques initiales concernant la solution B/L en DPA, il n a pas été montré de différence significative en terme d infections péritonéales (IP) en faveur de cette solution (23). De même la fréquence des IP est faible et identique si on utilise une solution lactate P ou C à savoir 0,29 épisode par an (1 épisode tous les 41 mois) avec la solution C vs 0,26 épisode par an (1 épisode tous les 46 mois) avec la solution P (p = 0,48) (24). La probabilité d être indemne d IP à 1 an est de 87,5% et de 75,3% respectivement pour les patients du groupe P et ceux du groupe C (6)

4 Seule l étude de Montenegro et coll. a montré une incidence moindre des IP avec la solution P au bicarbonate, soit un épisode tous les 35,5 mois-patient vs un épisode tous les 20,4 mois-patient avec la solution C (p = 0,017) (19). 5 Solutions physiologiques : survie des patients et de la Technique Les premiers résultats disponibles ont été rapportés par Lee et coll. (25). En effet, pour la première fois il est suggéré qu une solution physiologique plus biocompatible puisse conférer une meilleure survie des patients après un suivi de 28 mois. La cohorte comporte 611 patients traités avec une solution P et 551 avec une solution C, la survie étant de 74% et 62% respectivement (p = 0,0032). En étude multivariée selon un modèle de Cox prenant en compte l âge, le diabète et le sexe, la différence persiste (p = 0,0465). Il n y a pas de différence au niveau de la survie de la technique, ce qui est confirmé par une autre étude (16). Dans l étude de Montenegro, prospective sur 3 ans, mais non randomisée, le nombre de décès est moindre avec la solution bicarbonate pure (19). Plus récemment, une étude observationnelle réalisée en Corée du sud a recensé 2163 patients venant de 54 centres sur une période allant de juillet 2003 à décembre 2006 (26). L objectif primaire est la survie des patients et de la technique. Deux groupes de 542 patients appariés selon l âge, le diabète, les comorbidités cardiovasculaires, le statut socio-économique, l utilisation d icodextrine et l expérience du centre ont été constitués l un recevant une solution P (B/L), l autre une solution C au lactate. Les décès de causes toutes confondues sont de 9,6% et 18,9% respectivement (p = 0,04). L utilisation d icodextrine est associée de façon significative à une réduction du risque de décès. Un échec de la technique est recensé chez 6,1% des patients du groupe P et 8,9% chez ceux du groupe C, sans différence significative. Il s agit toutefois d une étude rétrospective avec une utilisation plus fréquente de l icodextrine dans le groupe P. 6 Autres D autres paramètres ont été étudiés. Il n existe pas d impact des solutions physiologiques sur les transferts péritonéaux. Il ne semble pas y avoir d effets bénéfiques réellement démontrés sur l état inflammatoire chronique. Même si l emploi d une solution P (B/L) semble réduire le taux d interleukine 6 dans l effluent péritonéal alors que le taux augmente avec une solution C, l administration d une solution P chez des patients recevant de l icodextrine et des acides aminés ne prévient pas une augmentation du taux d interleukine 6 dans le dialysat (27). Une nouvelle fois, seule l étude de Montenegro a montré une amélioration du taux plasmatique de la CRP en utilisant une solution bicarbonate pure

5 Enfin, les solutions à ph neutre permettent une meilleure correction de l acidose en DPA et DPCA, réduisent la fréquence des douleurs à l infusion de même que l inconfort abdominal (28). Au total, les solutions physiologiques disponibles ont apporté des améliorations incontestables. Leur rôle bénéfique dans le maintien de la fonction rénale résiduelle est plus que probable. Les données concernant l amélioration de la survie des patients demandent à être confirmées. Les solutions physiologiques n ont pas d impact favorable sur la survie de la technique ni sur la fréquence des infections péritonéales. Elles semblent préserver la membrane péritonéale et doivent donc être proposées chez les sujets jeunes et chez les patients susceptibles d être traités longtemps en dialyse péritonéale. C est peut-être la façon de réduire la fréquence de survenue d une péritonite sclérosante et encapsulante

6 Bibliographie : [1] Chung S, Stenvinkel P, Bergström J, Lindholm B. Biocompatibility of new peritoneal dialysis solutions : what can we hope to achieve? Perit Dial Int 2000;20(Suppl. 3):S [2] Wieslander A, Linden T. Glucose degradation and cytotoxicity in PD fluids. Perit Dial Int 1996;16: [3] Tauer A, Knerr T, Niwa T, Schaub TP, Lage C, Passlick-Deetjen J, Pischetsrieder M. In vitro formation of N(epsilon)-(carboxymethyl)lysine and imidazolones under conditions similar to continuous ambulatory peritoneal dialysis. Biochem Biophys Res Commun 2001;280: [4] Krediet RT, Sampimom DE, Vlijm A, Coester AM, StruijK DG, Smit W. Biological markers in the peritoneal dialysate effluent : are they useful. Contrib Nephrol 2009;163:54-9. [5] Jones S, Holmes CJ, Krediet RT, Mackenzie R, Faict D, Tranaeus A, et al. Bicarbonate /Lactate Study Group. Bicarbonate/lactate-based peritoneal dialysis solution increases cancer antigen 125 and decreases hyaluronic acid levels. Kidney Int 2001;59: [6] Szeto CC, Chow KM, Lam CW et al. Clinical biocompatibility of a neutral peritoneal dialysis solution with minimal glucose-degradation products - a 1- year randomized control trial. Nephrol Dial Transplant 2007;22: [7] Theodoridis M, Passadakis P, Kriki P, Gioka T, Panagoutsos S, Mourvati E at al. The alteration of dialysate Cancer Antigen 125 concentration under a biocompatible bicarbonate peritoneal dialysis solution and the preservation of the mesothelial cell viability. Renal Failure 2008;30: [8] Sampimon D, Korte MR, Lopes Barreto D, Vlijm A, de Waart R, Struijk DG, Krediet RT. Early diagnostic markers for encapsulating peritoneal sclerosis : a case-control study. Perit Dial Int 2010;30: [9] Augustine T, Brown PW, Davies SD, Summers AM, Wilkie ME. Encapsulating peritoneal sclerosis : clinical significance and implications. Nephron Clin Pract 2009;111:c [10] Johnson DW, Cho Y, Livingston BER, Hawley CM, McDonald SP et al. Encapsulating peritoneal sclerosis : incidence, predictors, and outcomes. Kidney Int 2010;77: [11] Weiss L, Stegmayr B, Malmsten G, Tejde M, Hadimeri H et al. Biocompatibility and tolerability of a purely bicarbonate-buffered peritoneal dialysis solution. Perit Dial Int 2009;2 :

7 [12] Perl J, Bargman JM. The importance of residual kidney function for patients on dialysis : a critical review. Am J Kidney Dis 2009;53: [13] Marron B, Remon C, Perez-Fontan M. Benefits of preserving renal function in peritoneal dialysis. Kidney Int 2008;73:s [14] Lysaght MJ, Vonesh EF, Gotch F et al. The influence of dialysis treatment modality on the decline of remaining renal function. ASAIO Trans 1991;37 : [15] Choi HY, Lim DK, Lee TH et al. The clinical usefulness of peritoneal dialysis fluids with neutral ph and low glucose degradation product concentration. An open randomized prospective trial. Perit Dial Int, 2008;28: [16] Fan SLS, Pile T, Punzalan S, et al. Randomized controlled study of biocompatible peritoneal dialysis solutions : Effect on residual renal function. Kidney Int, 2008;73: [17] Kim S, Oh J, Kim S, et al. Benefits of biocompatible PD fluid for preservation of residual renal function in incident CAPD patients : a 1 year study. Nephrol Dial Transplant, 2009;24: [18] Haag-Weber M, Krämer R, Haake R, Islam MS et al. Low-GDP fluid (Gambrosol trio ) attenuates decline of residual renal function in PD patients : a prospective randomized study. Nephrol Dial Transplant 2010; (on line). [19] Montenegro J, Saracho R, Gallardo I, et al. Use of pure bicarbonate buffered peritoneal dialysis fluid reduces the incidence of CAPD peritonitis. Nephrol Dial Transplant, 2007;22: [20] Locatelli F, La Milia V. Preservation of residual renal function in peritoneal dialysis patients : still a dream? Kidney Int, 2008;73: [21] Davies SJ ; Preserving residual renal function in peritoneal dialysis : volume or biocompatibility? Nephrol Dial Transplant 2009;24: [22] Pajek J, Kveder R, Bren A, Gucek A, Bucar M et al. Short-term effects of bicarbonate/lactate-buffered and conventional lactate-buffered dialysis solutions on peritoneal ultrafiltration : a comparative crossover study. Nephrol Dial Transplant 2009;24: [23] Dratwa M, Wilkie M, Ryckelynck JPh, Ter Wee PM, Rutherford P et al. Clinical experience with two physiologic bicarbonate/lactate pertitoneal dialysis solution in automated peritoneal dialysis. Kidney Int 2003 ;64(supplement 88): s [24] Lee HY, Hoon Choi HY, Park HC, Seo BJ, Do JY, Yun SR et al. Changing prescribing practice in CAPD patients in Korea : increased utilization of low GDP solutions improves patient outcome. Nephrol Dial Transplant 2006;21:

8 [25] Lee HY, Park HC, Seo BJ, Do JY, Yun SR et al. Superior patient survival for continuous ambulatory peritoneal dialysis patients treated with a peritoneal dialysis fluid with neutral ph and low glucose degradation product concentration (Balance). Perit Dial Int 2005;25: [26] Han SH, Ahn SV, Yun JY, Tranaeus A, Han DS. Mortality and technique failure in peritoneal dialysis patients using advanced peritoneal dialysis solutions. Am J Kidney Dis 2009;54: [27] Grzegorzewska AE. Biocompatible peritoneal dialysis solutions : do they indeed affect the outcome? Polskie Archiwum Medycyny Wewnetrznej 2009;119:

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 juin 2004 PHYSIONEAL 35 GLUCOSE 1,36%, solution pour

Plus en détail

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Physiologie du Péritoine ------------------------ Baxter Academy Essentials May 25 27th 2011, La Ciotat Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Transports péritonéaux - Physiologie

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

PRESCRIPTION SUIVI OPTIMISATION DE LA DIALYSE PERITONEALE

PRESCRIPTION SUIVI OPTIMISATION DE LA DIALYSE PERITONEALE PRESCRIPTION SUIVI OPTIMISATION DE LA DIALYSE PERITONEALE Jean Philippe Ryckelynck Service de NEPHROLOGIE - DIALYSE - TRANSPLANTATION RENALE CHU Clemenceau CAEN CUEN 2011 Comment choisir la modalité de

Plus en détail

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen CUEN Juin 2013 Infection du liquide de dialyse péritonéale 1 Causes de sortie de la dialyse péritonéale Les complications infectieuses

Plus en détail

QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE

QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE Hélène Theunynck 1, J.Ph. Ryckelynck 2, Th. Lobbedez 2, Janine Castel 2, Catherine Ollivier 1, B. Hurault de Ligny 2 1 Pharmacie 2 Service de Néphrologie-Dialyse-Transplantation

Plus en détail

PRINCIPES DE LA DIALYSE PERITONEALE

PRINCIPES DE LA DIALYSE PERITONEALE PRINCIPES DE LA DIALYSE PERITONEALE Jean Philippe Ryckelynck Service de NEPHROLOGIE - DIALYSE - TRANSPLANTATION RENALE CHU Clemenceau CAEN CUEN 2011 Aspect macroscopique du péritoine Membrane semi-perméable,

Plus en détail

Perte d Ultra-Filtration en Dialyse Péritonéale

Perte d Ultra-Filtration en Dialyse Péritonéale Perte d Ultra-Filtration en Dialyse Péritonéale François Vrtovsnik Hôpital Bichat - Paris Dialyse péritonéale Limites de la DP? Viabilité de la membrane péritonéale Capacité de maintenir des échanges efficaces

Plus en détail

Evaluation des Tendances

Evaluation des Tendances Etude Clinique Bilan de fin d étude, août 2002 1 Evaluation clinique du système de télémédecine DIATELIC chez les patients traités par dialyse péritonéale à domicile Pierre-Yves Durand Evaluation des Tendances

Plus en détail

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Philippe Cougnet Unité de Dialyse Extra-Hospitalière Service de néphrologie DP et prescriptions Pour réaliser une dialyse péritonéale, il faut prescrire

Plus en détail

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale 12 édition de formation en Dialyse Péritonéale Casino Royale Frais et remboursement en dialyse D R. V A N O V E R M E I R E L I O N E L V I V A L I A - I F A C - P. P A O L A M A R C H E - EN- F A M E

Plus en détail

La dialyse péritonéale (1) LA DIALYSE PERITONEALE HISTORIQUE. La dialyse péritonéale (2) HISTORIQUE (suite) DEFINITION

La dialyse péritonéale (1) LA DIALYSE PERITONEALE HISTORIQUE. La dialyse péritonéale (2) HISTORIQUE (suite) DEFINITION LA DIALYSE PERITONEALE Le rôle infirmier S. Giron D. Vergnaud IDE dialyse - Service de néphrologie Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux La dialyse (1) Historique et définition Principes : diffusion et osmose

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile Jacques CHANLIAU, François CHARPILLET, Pierre-Yves DURAND, Robert HERVY, Jean-Pierre THOMESSE, Luis VEGA Résumé. DP

Plus en détail

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Thierry PETITCLERC AURA Prescription de la séance Les objectifs de la prescription adéquate Les critères de la prescription de la séance 1 Hémodialyse conventionnelle

Plus en détail

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique 11 ème Congrès National de Néphrologie Marrakech 2013 Pr Medkouri Ghislaine Service de Néphrologie CHU Ibn Rochd medkourighislaine@hotmail.com

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

C. Gaudry et A. Durrbach Centre Hospitalier Sud Francilien ( EVRY) Hopital Le Kremlin Bicetre

C. Gaudry et A. Durrbach Centre Hospitalier Sud Francilien ( EVRY) Hopital Le Kremlin Bicetre C. Gaudry et A. Durrbach Centre Hospitalier Sud Francilien ( EVRY) Hopital Le Kremlin Bicetre «État physiologique en condition pathologique» Importance des facteurs génétiques et environnementaux (hémodynamiques)

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R Dr N. RAYNAL A.I.D.E.R Montpellier Maison de la Mutualité PLAN de la PRESENTATION 1. Quelques notions

Plus en détail

Les reins sont foutus

Les reins sont foutus Les reins sont foutus quelles sont les avenues? F O R M A T I O N C O N T I N U E Vous voyez en relance M me Bouthillier, 83 ans, atteinte d insuffisance cardiaque ischémique, d hypertension artérielle,

Plus en détail

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Professeur Michel APARICIO - Bordeaux Fréquence de la malnutrition chez les sujets âgés apparemment en bonne santé Sujets âgés ambulatoires

Plus en détail

«OnLine» en réanimation

«OnLine» en réanimation Hémo-Dia-Filtration «OnLine» en réanimation Didier DOREZ Réanimation Centre Hospitalier de la Région d Annecy HDFOL CREUF2008BB 1 OBJECTIFS DE L EER DANS L IRA CONTRÔLE VOLEMIE CONTRÔLE EQUILIBRE HYDRO-SODE

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France La dialyse chez le sujet âgé Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Cas clinique Mr J. Né le 9/7/1916 Néphropathie inconnue, HD1 5/12/2001 Vit à Langon, 30 km

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Indications et non-indications de la dialyse péritonéale chronique chez l adulte

Indications et non-indications de la dialyse péritonéale chronique chez l adulte RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Indications et non-indications de la dialyse péritonéale chronique chez l adulte ARGUMENTAIRE Juin 2007 1 Les recommandations sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Le diabète non insipide! Nice Mars 2011

Le diabète non insipide! Nice Mars 2011 Le diabète non insipide! Nice Mars 2011 Déclaration d intérêts de Mme/Mr :BRUNET Philippe.. Activités de conseil, fonctions de gouvernance, rédaction de rapports Non Société(s) : Essais cliniques, autres

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Pr Philippe Brunet, Président de la Société Francophone de Dialyse

Pr Philippe Brunet, Président de la Société Francophone de Dialyse La recherche dans le domaine de la dialyse et de l insuffisance rénale terminale en 2014 : un point à partir des demandes de bourses de recherche Pr Philippe Brunet, Président de la Société Francophone

Plus en détail

PERITONITES EN DIALYSE PERITONEALE CONTINUE AMBULATOIRE : ETUDE RETROSPECTIVE DE 351 CAS

PERITONITES EN DIALYSE PERITONEALE CONTINUE AMBULATOIRE : ETUDE RETROSPECTIVE DE 351 CAS PERITONITES EN DIALYSE PERITONEALE CONTINUE AMBULATOIRE : ETUDE RETROSPECTIVE DE 351 CAS F. BEN HAMIDA, T. BEN ABDALLAH, S. BARBOUCH, E. ABDERRAHIM, C. KAROUI, H. KAAROUD, F. BEN MOUSSA, MA. KHEDER, H.

Plus en détail

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE Diagnostic précoce pour assurer la survie Page 2. DIALYSE PÉRITONÉALE Une qualité de vie et une mobilité accrues Page 5

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE Diagnostic précoce pour assurer la survie Page 2. DIALYSE PÉRITONÉALE Une qualité de vie et une mobilité accrues Page 5 www.renal.ch INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE Diagnostic précoce pour assurer la survie Page 2 DIALYSE PÉRITONÉALE Une qualité de vie et une mobilité accrues Page 5 JUIN 2008 #1 Nouveautés pour les personnes

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE L insuffisance rénale : L insuffisance rénale chronique est la conséquence d une incapacité définitive des reins à remplir leurs fonctions. Chaque rein est composé d

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab Naissance du projet CALYDIAL, Etablissement de santé lyonnais s est lancé dans le développement d un programme de télémédecine sur tous ses domaines d activité autorisé : dialyse péritonéale, hémodialyse

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Traitement du diabète de type 2 chez l insuffisant rénal chronique

Traitement du diabète de type 2 chez l insuffisant rénal chronique Traitement du diabète de type 2 chez l insuffisant rénal chronique Dominique JOLY Néphrologie Transplantation Hôpital Necker Epidémiologie Diabétiques de type 2 avec néphropathie en France ENTRED 2007

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

Prise en charge du patient diabétique type 2 avec insuffisance rénale : quel marqueur glyco-métabolique?

Prise en charge du patient diabétique type 2 avec insuffisance rénale : quel marqueur glyco-métabolique? Prise en charge du patient diabétique type 2 avec insuffisance rénale : quel marqueur glyco-métabolique? Simohamed Belmouaz Service de Nephrologie Hémodialyse (CHU Poitiers) PLAN GENERAL DE LA PRESENTATION

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie

RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie 1 Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport. Correspondance

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale I. Insuffisance rénale... 1 II. Pourquoi adapter la posologie en cas d insuffisance rénale?... 2 III. Comment adapter la posologie en cas d Insuffisance

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

La néphropathie aux produits de contraste

La néphropathie aux produits de contraste La néphropathie aux produits de contraste Par Danielle Emond md et Pascale Robert pharm Rimouski, 22 mars 2006 Plan Physiopathologie de la NPC Facteurs de risque Incidence et conséquences de la NPC Méthodes

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Télé-surveillance des patients insuffisants rénaux dialysés

Télé-surveillance des patients insuffisants rénaux dialysés Télé-surveillance des patients insuffisants rénaux dialysés Jacques Chanliau 1, Pierre-Yves Durand 1, Luis Vega 2, Jean-Pierre Thomesse 3, François Charpillet 3. 1. Association Lorraine pour le Traitement

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Rôle du foie dans l équilibre acido-basique S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Quelques rappels ph = log (1/[H+ ]) Métabolisme aérobie Oxydation des lipides et hydrates de carbone CO2

Plus en détail

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Pr++P8Y.++Gueugniaud+ SAMU+de+Lyon+ Pôle+«+Urgences+ +Réanima)on+Médicale+ +Anesthésie8Réanima)on+8+SAMU++8+»+ GH+Edouard+Herriot+ RCP en 2014! Alerte! RCP

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Acide urique et fonction rénale

Acide urique et fonction rénale Acide urique et fonction rénale Hassan Izzedine Gilbert Deray Service de Néphrologie, Hôpital de la Pitié Salpêtrière, 75013 Paris, France Revue du Rhumatisme, 78, 2011, 134 En raison de l association

Plus en détail

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Avril 2012 1 Avantages de la thérapie par pompe à insuline Des études ont démontré que les personnes atteintes de diabète

Plus en détail

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards 1 Excellentes performances scientifiquement démontrées. Roxolid est un matériau unique

Plus en détail

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Mise en contexte «Connais-tu ça le Revia?» Pourquoi prescrit-on aussi peu de

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

Marseille, 30 sept. 2004. Maurice LAVILLE

Marseille, 30 sept. 2004. Maurice LAVILLE Atelier Formation Continue La prescription de dialyse Des recommandations à la pratique quotidienne Atelier préparé par la Commission FMC de la Société de Néphrologie, et la Société Francophone de Dialyse

Plus en détail