10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française"

Transcription

1 10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française Actes du Colloque Institut de Psychologie Août Boulogne-Billancourt & Paris France

2 Association pour la Diffusion de la Recherche Internationale en Psychologie Sociale Comité d organisation Théodore Alexopoulos Ewa Drozda-Senkowska Silvia Krauth-Gruber Baptiste Subra David Vaidis Soutiens et Financements Le 10 ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française a bénéficié du soutien de : - L Université Paris Descartes - Le Laboratoire de Psychologie Sociale : Menaces et Société (EA 4471) - La Région Ile-de-France

3 Comité Scientifique Responsables Théodore Alexopoulos Ewa Drozda-Senkowska Silvia Krauth-Gruber Baptiste Subra David Vaidis Comité Themistoklis Apostolidis (Université Aix-Marseille) Sophie Brunot (Université de Rennes 2) Sabine Caillaud (Université Paris Descartes) Felice Carugati (Université de Bologne) Peggy Chekroun (Université Paris Ouest) Xenia Chryssochoou (Université Panteion) Isabel Correia (ISCTE-IUL) Stéphanie Demoulin (Université Catholique de Louvain) Christèle Fraïssé (Université de Bretagne-Occidentale) Fabien Girandola (Université Aix-Marseille) Eva Green (Université de Lausanne) Valérie Haas (Université Lyon 2) Olivier Klein (Université Libre de Bruxelles) Laurent Licata (Université Libre de Bruxelles) Diniz Lopes (ISCTE-IUL) Delphine Martinot (Université de Clermont-Ferrand) Astrid Mignon (Université de Lille 3) Isabelle Milhabet (Université de Nice) Dominique Muller (Université de Grenoble) Armelle Nugier (Université de Clermont-Ferrand) Gabrielle Poeschl (Université de Porto) Patrick Rateau (Université De Nîmes) Sandrine Redersdorff (Université de Clermont-Ferrand) Isabelle Regner (Université Aix-Marseille) François Ric (Université de Bordeaux) Odile Rohmer (Université de Strasbourg) Edith Sales-Wuillemin (Université de Dijon) Rasyid Sanitioso (Université Paris Descartes) Leila Selimbegovic (Université de Poitiers) Christian Staerklé (Université de Lausanne) Anna Tcherkassof (Université de Grenoble) Florence Terrade (Université de Rennes 2) Claudia Toma (Université de Tillburg) Didier Truchot (Université de Franche-Comté) Isabel Urdapilleta (Université Paris 8)

4 Mercredi 27 Août Jeudi 28 Août Vendredi 29 Août Samedi 30 Août 15h00 Accueil et inscriptions - 10ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française 17h00 Session Normes et valeurs sociales Session Représentations sociales I Session Apports méthodologiques Session Travail 9h00 9h00 9h30 Session Attitudes Session Relations intergroupes Session Environnement, écologie et transports Session Représentations sociales II Symposium L'illusion de l'égalité des chances : la sélection scolaire et académique comme obstacle à la réussite de tous Session Culture(s) Session Engagement, influence et innovation Symposium Approche / évitement analyse des confusions théoriques 10h45 - PAUSE CAFE 10h45 - PAUSE CAFE 11h15 11h15 11h15 - PAUSE CAFE Session Session Session Session 11h45 Genre Amorçage et Relations Psychologie du automaticité interpersonnelles consommateur Conférence de clôture Chiara Volpato Session Comparaison sociale et optimisme comparatif 13h00 - PAUSE DEJEUNER 14h00 - Session "Vintage" 14h45 Session Soi, affirmation et pouvoir Session Jugement 16h15 - PAUSE CAFE 16h30 Symposium Dissonance cognitive : recherches actuelles I Symposium Le sexisme dans les relations interpersonnelles: de la perception à la confrontation Session Menaces, régulation et performance 13h00 - PAUSE DEJEUNER 14h00 Session Persuasion Session Stéréotypes et appartenances groupales 15h45 - SESSION POSTER (PAUSE CAFE) 17h00 Symposium Dissonance cognitive : recherches actuelles II Symposium Psychologie sociale et contexte, une histoire de sociabilité Hommage au Pr. Neculau 13h00 Clôture 10 ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française Allocution d'ouverture 17h30 Conférence d'ouverture Ana Guinote 18h45 Cocktail Assemblée Générale ADRIPS Hommage à Nicole DUBOIS

5 Mercredi 27 Août 15h00 17h00 17h30 18h45 Accueil des participants et acquittement des droits Allocution d'ouverture (Amphithéâtre Lagache) Conférence d'ouverture (Amphithéâtre Lagache) : Ana Guinote Cocktail - Institut de Psychologie Jeudi 28 Août 9h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 A1 - Normes et valeurs sociales 1) Saint-Bauzel, R., Esnard, C., & Marrie, E. 2) Métayer, S. & Pahlavan, F. 3) Kamiejski, R., & Nugier, A. 4) Burguet, A. 5) Delmas, F. A2 - Travail 1) Cascino, N. 2) Gillet, I., Greenan, N., & Le Gall, R. 3) De Koning, M., Roques, M., & Bourguignon, D. 4) Méthivier, J. 5) Camus, G., Berjot, S., & Amoura, C. Modérateur : Delmas Modérateur : Cascino A3 - Attitudes 1) Launay, C., Brunel, M., Henry, M., Py, J., & Le Floch, V. 2) Zerhouni, O., & Begue, L. 3) Falomir, J-M., Berent, J., & Chipeaux, M. 4) Lepage, J., Begue, L., Dambrun, M., Mermillod, M. 5) Rougier, M., Muller, D., Ric, F., & Alexopoulos, T. Modérateur : Falomir 10h45 PAUSE CAFE 11h15 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 B1 - B2 - B3 - Genre S1 - Symposium Représentations Comparaison 1) Ailloud, J., & sociales I sociale et Doutre, E. "La théorie de 1) Zbinden, A., optimisme 2) Verniers, C., la dissonance Marchand, D., Martinot, D., & comparatif cognitive : Brisson, G., Dompnier, B. 1) Rusnac, N., Tassi, recherches Gauthier, M., Gauvin, 3) Gabarrot, F., Bry, P., Spitzenstetter, F. D., & Plante, S. C., De Oliveira, P., & actuelles I" 2) Bochard, N., 2) Piermattéo, A., Lo Dietz J. Muller, D., Bushman, Monaco, G., & 4) Kleinlogel, E., Organisateurs : B., & Subra B. Delouvée, S. Dennerlein, T, Dietz, Fointiat, V., 3) Atanassova, R., 3) Cerisier, B., Haas, J., & Gabarrot, F. Girandola, F., & Quiamzade, A., & Gosling, P. V., Kalampalikis, N. Mugny, G. 4) Aim, M-A., Dany, 4) Codou, O., L., & Goussé, V. Modérateur : Bonnot Milhabet, I., 5) Young, L., Guyader, C. Caillaud, S., & Haas, 5) Krzeminski, A., & V. Milhabet, I. Modérateur : Lo Monaco Modérateur : Milhabet 13h00 PAUSE DEJEUNER

6 14h00 Jeudi 28 Août Session "Vintage" (Amphi Lagache) 14h45 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 C1 - Apports méthodologiques 1) Scrima, F., & S2 - Symposium "Le sexisme dans Guarnaccia, C. les relations 2) Cohen, G. & interpersonnelles Moliner, P. : de la perception 3) Dompnier, B. à la Meier, E., Smeding, A., & Butera, F. confrontation" Modérateur : Dompnier C2 - Soi, affirmation et pouvoir 1) Degraeve, B., Lo Monaco, G., Rateau, P., Collange, J., & Muller, D. 2) Amoura C., Voisin, D., & Berjot, S. 3) Nurra, C., & Oyserman, D. Modérateur : Nurra C3 - Jugement 1) Quiamzade, A., Dufour, F., & Mugny, G. 2) Louvet, E., Rohmer, O., Carrier, A., & Swiatkowski, W. 3) Muller, D., Delmas, F., Colpaert, L., & Demoulin, S. Modérateur : Muller Organisateurs : Klein, O., & Bry, C. 16h15 PAUSE CAFE 16h30 Assemblée Générale ADRIPS Amphithéâtre Lagache

7 Vendredi 29 Août 9h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 D1 - Relations D2 - D3 - S3 - intergroupes 1) Parant, A., & Environnement, écologie et Représentations Symposium sociales II Félonneau, M-L. transports 1) Valence, A., & "L'illusion de 2) Mange, J., 1) Lalot, F., Falomir, J- Roussiau, N. l'égalité des Sénémeaud, C., M., & Quiamzade, A. 2) Piermatteo, A., Lo chances : la Margas, N., & 2) Dias, P., & Monaco, G., Moreau, sélection Sharvit, K. Ramadier, T. L., Tavani, J-L., 3) Sénémeaud, C., scolaire et 3) Chaurand, N., & Girandola, F., & Mange, J., & Paran, F. Guimelli, C. académique Somat, A. 4) Martinez-Tabares, 3) Richardot, S. comme 4) Assilaméhou, Y., C., Chaurand, N., & 4) Caillaud, S., & obstacle à la Brugaillères, P., & Delhomme, P. Haas, V. réussite de Testé, B. 5) Moliner, P., & Le 5) Poeschl, G., & tous" 5) De Guissmé, L., Moel, B. Ribeiro, R. & Licata, L. Modérateur : Sénémeaud Modérateur : Moliner Modérateur : Poeschl Organisateurs : Autin, F., & Butera, F. 10h45 PAUSE CAFE 11h15 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 E1 - Amorçage et automaticité 1) Kergoat, M., E2 - Relations interpersonnelles 1) Cova, F., S4 - Symposium Krahe, B., & Meyer, Boudesseul, J., & "La théorie de T. Lantian, A. la dissonance 2) Schimchowitsch, 2) Patard, G., cognitive : S., & Rohmer, O. Przygodzki-Lionet, N., recherches 3) Comiran, F., & Courbois, Y. Zerhouni, O., & 3) Rodrigues, D., actuelles II" Bègue, L. Lopes, D., Kumashiro, 4) Posner, A. M., & Sanitioso, R. Organisateurs : 5) Boudjemadi, V. 4) Lopes, D., & Fointiat, V., Rodrigues, D. Girandola, F., & Gosling, P. Modérateur : Alexopoulos Modérateur : Lopes E3 - Psychologie du consommateur 1) Bardin, B., Perrissol, S., Fos, Y., & Escoubès, F. 2) Coiffard, V., Meyer, T., & Legal, J- B. 3) Pasquier, H., Codou, O., & Somat, A. 4) Boussoco, J., Dany, L., Urdapilleta, I., Schwartz, C., Gaillard, A., & Giboreau, A. 5) Kervyn, N. Modérateur : Kervyn 13h00 PAUSE DEJEUNER

8 Vendredi 29 Août 14h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 Menaces, régulation et Persuasion 1) Coiffard, V., Stéréotypes et appartenances Symposium performances Légal, J-B., & Meyer, groupales "La psychologie 1) Anier, N., Priolo, T. 1) Elkholdi, S., & sociale et son D., & Guilbert, L. 2) Coppola, V., & Montalan, B. contexte, une 2) Dumesnil, A., & Girandola, F. 2) Kleinlogel, E. histoire de Chekroun, P. 3) Blondé, J., & 3) Dubuisson, V., & 3) Allignol, P., & Girandola, F. sociabilité. Montalan, B. Berjot, S. 4) Henry Frigout, S., Hommage au 4) Souissi, K. 4) Normand, A., & Bromberg, M. 5) Rohmer, O., & Professeur Bouquet, C., Autin, 5) Pantazi, M., Louvet, E. Adrian F., & Croizet, J-C. Kissine, M., & Klein, Neculau" 5) Blanchet, C., & O. Modérateur : Michinov, E. Rohmer Modérateur : Chekroun Modérateur : Girandola Organisateurs : Drozda-Senkowska, E., Ernst-Vintila, A., Gheorghiu, M-D., & Havarneanu, G. 15h45 PAUSE CAFE 15h45 Session Poster 17h00 Hommage à Nicole Dubois (Amphithéâtre Lagache) 20h30 Soirée de Gala

9 Samedi 30 Août 9h30 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 Culture(s) 1) Roebroeck, E., Engagement, influence et Symposium & Guimond, S. innovation "Approche- 2) Salhi- 1) Barbier, L., & évitement : Bencherif, H. Fointiat, V. Analyse des 3) Chauvin, B. 2) Terrier, L., & confusions 4) Mahfud, Y., Marfaing, B. Badea, C., & théoriques en 3) Legrand, E., Ngbala, A. fonction des Mignon, A. 5) Miller, S., & 4) Saint-Bauzel, niveaux Leys, C. R. d autorégulation" 5) Bordel, S., & Désiré, L. Modérateur : Chauvin Modérateur : Vaidis Organisateurs : Angel, V., & Fayant, M-P. 11h15 11h45 13h00 PAUSE CAFE Conférence de clôture (Amphithéâtre Lagache) : Chiara Volpato Clôture du 10 ème CIPSLF

10 Sommaire "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(,, , "#$%&'()*)+,-.)/'**&01-.)* # "#$%&'%'$()*+&),&)(-.$/&)0)1%%#$2+%$345)6.+5.(&5)&4)634%&7%&5)/&)5%#&55)&%)63893#%&8&4%5)/-.$/&: ::::; <.46%$344&#)(-.+%&+#)/-+4&)%#.45=#&55$34:)>%+/&)/-+4&) %&)83%$?.%$344&((&)/&5)?.(&+#5) 83#.(&5::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::; ::::::::::::::::::B C.(&+#)536$.(&)&%)4$?&.+)/-.25%#.6%$34)(.4=.=$D#&)E)6388&4%)5&)9#"5&4%&#)93+#)F%#&)#&6#+%")3+)5&) G.$#&)/&5).8$5)0::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::B "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(, "3$4'-, K%+/&)/&)(-$89.6%)/+)634%#L(&)9&#M+)&%)5%#&55)9&#M+)5+#)(.)5.%$5G.6%$34)9#3G&55$344&((&)&%)(-&5%$8&)/&) K79"#$8&4%.%$34)&4)6&4%#&)/-.99&(5)E)/$8$4+%$34)/&)(-$4%&45$%")/&)(.)5+#?&$((.46&)$4G3#8.%$*+&) $4/$?$/+&((&)&4)%&895)#"&(::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::O /+#"&0 :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::R S89.6%)/&)(Q"%.%)"83%$344&()5+#)(Q"(.23#.%$34)&%)(Q&79#&55$34)/&)(.)#&9#"5&4%.%$34)536$.(&)/+) S/&4%$%").6%+&((&)&%)G+%+#&)/&5)/&8.4/&+#5)/-&89(3$)E)638935$%$34)&%)6389.#.$534).?&6)(-$/&4%$%") /&)9&#5344&5)5.(.#$"&5: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::T "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(, "6$"++1+/7)* K7935$%$34)$46$/&4%&).+)9.##.$4.=&)/.45)(&)593#%)&%)G3#8.%$34)/Q.%%$%+/&5)$89($6$%&5: :::::::::::::::::::::::U 1%%$%+/&5)93($%$*+&5A)6389"%&46&5)536$3'"83%$344&((&5)&%)53+8$55$34)X)(Q.+%3#$%": :::::::::::::::::::::::::::W 9&#59&6%$?&)/&)63=4$%$34)$46.#4"&:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::Y "#$%&',,*,.+,4*((&'/011"',(, ,( ])^$ &)#&/+6%$34)/&8.4/5)%$8&).4/)_3#`)a)bV&5%$4=&#A);YTOc)E)&GG&%5)/+)/"(.$)&4%#&)"?&$()&%) #"/+6%$34)/&)(.)/$ &)5+#)+4&).%%$%+/&)#"5$5%.4%&:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;; Z4&)/"6$5$34)93($%$*+&)9#3?3*+.4%)(.)/$ &)?$6.#$.4%&: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;B "#$%&',,*,.+,4*((&'/011"',(,, ,4

11 "#$%&"'()(*+'&,&+-*)."&,/0,$*&10",*2#.*10%"&,/)'&,.),$%&+.0(*+',/",-+'($+3"$&"&,.*%"&,4,.5"6#+&*(*+', )06,$)/*+7$%10"'-"&,"',8$)'-","(,)0,90%:"- ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<= "(,*'("'(*+'&,/E)-F)(,-+'-"$')'(,.",:+',+$/*')("0$,#+$():."; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<= /E0'",$"30",/",.),.*((%$)(0$";;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<I "#$%&"'()(*+'&,&+-*)."&,/0,#&M-F+.+L0","(,/",.),#&M-F+.+L*",-F"K,/"&,%(0/*)'(&,/",#&M-F+.+L*";;<N "#$%&'(()(*+(,)--&'./00"'(-( (3 "#$%&'()*)+,&-,&.+)/001&(1+'+,'0.&'()*) *2#)-(,/",.),7+-).*&)(*+',#$%).):.",&0$,."&,&*2*.*(0/"&,+0,."&,/*77%$"'-"&; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<Q J),-+2#)$)*&+',&+-*).",/"&-"'/)'(",#"0(P".."C,(+0(,-+22",.",#+03+*$C,)-(*3"$,.",&M&(R2", -+2#+$("2"'().,/E)##$+-F",S ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<Q U#(*2*&("C,'+03"..",7)-"((",/",.),V#"$&+'').*(%V,/",')$-*&&",S,W2+$-",.*:%$).","(,+#(*2*&2", -+2#)$)(*7;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<T J),/*2"'&*+',-+2#%(*(*3",/",.E+#(*2*&2",-+2#)$)(*7 ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<X "#$%&'(()(*+(,)--&'./00"'(-(, (4 "6$70-* Y/"'(*(%,/",L"'$","(,&(%$%+(M#"&,-+'-"$')'(,ZF$*&(*)'",[)0:*$)C,L)$/",/"&,&-")06C,2*'*&($",/",.), ;;;;;;;;;^_ "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-( ( #4 )2"')'(,4,.),-+'7$+'()(*+'; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^< JE+##+&*(*+',)0,&"6*&2"C,0'",7+$2",/",-+'($a.",&+-*).,S ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^^ ]+0$10+*,."&,7"22"&,'E)(("*L'"'(,10",$)$"2"'(,.",&+22"(,S,J",$a.",/",.),#$+H"-(*+',/",L"'$","(, /"&,-$+M)'-"&,"&&"'(*).*&("&,/)'&,.),-+'&($0-(*+',/0,#$+(+(M#",/0,2)')L"$;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^^ -+2#+$("2"'(,&"6*&(";;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^= "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-(( %4$B((&*1,'C1D&>&/&E+F;0, #G O(,&*,'+0&,)$$b(*+'&,/50(*.*&"$,&M&(%2)(*10"2"'(,.E)').M&","',-+2#+&)'("&,#$*'-*#)."&,A#-)BS, O77*-)-*(%,/"&,2%(F+/"&,/E"6($)-(*+',/",7)-("0$&,/)'&,.E)').M&",7)-(+$*"..","6#.+$)(+*$",A"7)B; ;;;;;;;^I #"$&+'').*(%S;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^N "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-( %#$9&+H)22+*')1+&-01(&;I&+* #5 90)'/,.",#+03+*$,A/%&B*'F*:",c,.",$a.",/0,-+'("6(",#$*3%,3"$&0&,#0:.*-,&0$,.E"6#$"&&*+',/"&,+#*'*+'&, -+'($"P'+$2)(*3"&;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^Q

12 "#$"%%"&#$'"$()*%%+,-*&+./$'"$#.+$"&$'"$()+/0",&+&1'"$'1$#.+$#1,$()*-.&+2*&+./$"&$(*$3",%.,-*/0"$"/$ #+&1*&+./$')405" $#.+$%1&1,$:$(;*0&+./$3,4#"/&"$<$1/"$=1"#&+./$'"$3",&+/"/0"$3#>05.(.?+=1"6 "#$%&'()*)+,(-*(+&'./00"'(1( "#$%&'()(*+,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,-. "#$05+"/#$,"##"-A("/&B+(#$2,*+-"/&$:$("1,#$-*C&,"#D E F?"/&+#-"$"&$0.-34&"/0"$<$=1"(("#$#340+%+0+&4#$'*/#$("$G1?"-"/&$#.0+*($D E H"1&B./$'"2+/",$().,+"/&*&+./$3.(+&+=1"$')1/"$3",#.//"$:$3*,&+,$'"$#./$2+#*?"$D I 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1() /0)1234&)#$56477&342*8(769':74+98(3;<:*;(3=7:397(;+42*3;27:4>((+:;:89)4?&(;2))( J*("1,#$"&$3",0"3&+./$'"#$%./0&+./#$'1$#>#&K-"$4'10*&+% LM 943*##"-"/&$2#6$*%%+,-*&+./$'"$#.+$"&$*'4=1*&+./$'"#$%+(("#$"&$'"#$?*,N./#$*1$#>#&K-"$1/+2",#+&*+," LO "#$3,*&+=1"#$'"$#4("0&+./$#0.(*+,"$0.--"$.1&+($'"$3,.'10&+./$';.,',"$#.0+*( LO "$0./%(+&$'"$0.-34&"/0"$'*/#$("$0./&"P&"$'"$(;42*(1*&+./$3*,$("#$3*+,# L7 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1(( CD$E(7:+42*34*+(>'>2&1(3,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,## H,4#",2",$(*$'+%%4,"/0+*&+./$'*/#$(*$,"0*&4?.,+#*&+./$<$';1/$0.--./$+/?,.13$:$1/$0.--./$.1&?, LL Q"(*&+./#$+/&",?,.13"#R$-"/*0"$3",N1"$"&$,43./#"#$*?,"##+2"#$'*/#$("$3*,*'+?-"$'1$G"1$'1$&+,"1, LL J*("1,$#.0+*("$'"$(*$3,4%4,"/0"$3.1,$(*$0./#+#&*/0"$'*/#$("#$,"(*&+./#$+/&",?,.13"#<$=1*/'$ ()*&&,+A1&+./$'"$0./#+#&*/0"$'43"/'$'"$(*$2*("1,$'1$?,.13" LS "$A+*+#$(+/?1+#&+=1"$+/&",?,.13"$0.--"$-*,=1"1,$#.0+*($<$"%%"&#$'"$(;1&+(+#*&+./$'1$(*/?*?"$#1,$(*$ 0*&4?.,+#*&+./$'1$(.01&"1, LS 91$#"/&+-"/&$'"$/./B,"0.//*+##*/0"$:$(*$0.-34&+&+./$2+0&+-*+,"<$("$0*#$'"#$*%,+0*+/#$#1AB#*5*,+"/#$ 2+2*/&$"/$T"(?+=1" LU 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1( C-$F*G4>2**()(*+H9;272'4((++>:*312>+3,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,#I V%%"&$'"$(;42.(1&+./$'1$#133.,&$#.0+*($3.1,$(;40.(.?+"$#1,$(;"/?*?"-"/&$'*/#$'"#$0.-3.,&"-"/&#$ 40.(.?+=1"# L8 Q"3,4#"/&*&+./#$"&$0*&4?.,+#*&+./#$#.0+.B#3*&+*("#$'"$(;"#3*0"$1,A*+/6$W/"$5.-.(.?+"$#&,10&1,*("$ "/&,"$("#$0.?/+&+./#$#.0+*("#$"&$("#$0.?/+&+./#$#3*&+*("#$D L8 X2*(1*&+./$'1$'.1A("$#"/#$0>0(*A("$"&$'1$&.1,/"$:$',.+&"$*1$%"1$<$3.+/&#$'"$21"$0>0(+#&"$"&$ *1&.-.A+(+#&"6 Y5.+#+,$("$24(.$0.--"$-.>"/$'"$'43(*0"-"/&$"/$2+(("$<$0.-3*,*+#./#$"/&,"$0>0(+#&"#$"&$/./B 0>0(+#&"#6 Q"3,4#"/&*&+./#$#.0+*("#$"&$+0./.?,*35+"$'"#$&",,+&.+,"#$(+&&.,*1P LE 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1( C#$E(1>93(*+:+42*332;4:7(3JJ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,#K Z'4.(.?+"$"&$,4#"*1P$,"3,4#"/&*&+.//"(#$<$("$0*#$'"$(;+--+?,*&+./$"&$'"#$',.+&#$'"$(;5.--" LI V/G"1P$3(1,+B-4&5.'.(.?+=1"#$*1&.1,$'"$(*$=1"#&+./$'"$()"P3,"##+./$'"$0./&"/1#$0./&,"B/.,-*&+%#$<$ ("$0*#$'"$(*$,"3,4#"/&*&+./$#.0+*("$'"#$?+&*/# LI Q"3,4#"/&*&+./#$#.0+*("#$'"$(;.A4+##*/0"<$"P3(.,",$(*$0./'+&+.//*(+& SM

13 "#$%&'#()*+,)-+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,)+()1#(&+2&+)*+)130(4+5+(&)$/4',$0&'67)$0).$01+)*+)$0).,813#$#4'+)*0(,)$+)1305.)*%)30(*' :; <#$+-)#%)&-03'-9)=+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,)*+)$0)1#--%.&'#( :> "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) "#$%&'()*+,-.-/&.,00*1&12-2*31,4,5-6+-2(-+2(-0&247-//-088 :E F%&#G.-#.3/&'+,)7)+66+&,)*%)$'H-+G13#'2)+&)*%)*+4-/)*+)1-#80(1+,)(#-50&'"+, :I =+,,+(&'-)+&)+2.-'5+-)1+)J%+)$K#()-+,,+(&7)J%0(*)$0)*',,#(0(1+).#-&+),%-)*+,)/5#&'#(, :I L0"#-',+-)$0).-/.0-0&'#()5+(&0$+)*0(,)$+)10*-+)*+,)+(&-0M(+5+(&,),.#-&'6,)7)%(+)0..$'10&'#()*%).0-0*'45+)*+)$K38.#1-',' :: =N$+)*%),#%&'+(),#1'0$)*0(,)$+).0-0*'45+)*+)$C38.#1-','+)'(*%'& :: "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().)) O#%13+-)+&),+)$0"+-)$+,)50'(,)7)+66+&,),%-)$C0&&-'H%&'#()*+)1%$.0H'$'&/)+&)*+)-+,.#(,0H'$'&/ :P Q+%&G#()*/,05#-1+-)*+,).-#1+,,%,)5+(&0%2)0%&#50&'J%+,R)$+)*/6')*+)$0)5/*'&0&'#()S :P T#(*'&'#((+-)*+,)0&&'&%*+,)'5.$'1'&+,)(/40&'"+,)+("+-,)$C0$1##$)*+)50('U-+)(#(G1#(,1'+(&+)7)'5.01&),%-)$0)1#(,#550&'#()D)5#8+()& :V Q+-,#((+,)W4/+,)+&)0,,#1'0&'#()0%&#50&'J%+)D)$0)5#-& :V X(6-0)3%50(',0&'#()+&).+-,#((+)W4/+, :Y "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) ;:$A-/&4,*10,14-+B-+0*11-// #C ZK05#%-)(#%,)*#((+G&G'$)$+),+(&'5+(&)*K[&-+)$'H-+R)$+,)-+$0&'#(,)+(&-+)$+,)1-#80(1+,)0%)$'H-+)0-H'&-+) +&)0%)*/&+-5'(',5+)+&)$+),+(&'5+(&)*K05#%-).0,,'#((+$ :\ <'#$+(1+,)1#(]%40$+,)+&)30(*' :\ (404+5+(&^)6#10$',0&'#()-/4%$0&-'1+)+&)*/-#40&'#()*C0$&+-(0&'"+,)0&&'-0(&+,)*0(,)$+)10*-+)*%) 5#*U$+)*+)$C'("+,&',,+5+(& :_ Z+)-N$+)*+)$K+(404+5+(&)5#-0$)*0(,)$+)5#*U$+)*+)$K'("+,&',,+5+(& :_ "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) ;D$E0F2(*/*3,-.72*10*>>&4-7+ &%*+)*%).3/(#5U(+)*C+2.#,'&'#(),/$+1&'"+)*0(,)$+)10*-+)*C%(+).-',+)*+)*/1','#()*C0130&)6'1&'"+999P; ZC+2.#,'&'#()D)%(+),#%-1+),#%-'0(&+).+-5+&G+$$+)*+)-+(6#-1+-)$0)6#-1+).+-,%0,'"+)*C%()5+,,04+).%H$'1'&0'-+)R P; F..$+`)&3'(A)a).0,)&-#.)b)*'66/-+(&9)05#-c04+)$'H/-0$)+&)011+.&0H'$'&/),#1'0$ P> Q-#2'5'&/d*',&0(1+)D)$C#H]+&)1%','(+)+&)13#'2)1%$'(0'-+,)7)%(+).+-,.+1&'"+).,813#,#1'0$ P> Z0)50-J%+)3%50'(+)R)1+)J%+)$0).,813#$#4'+),#1'0$+).+%&)0..#-&+-)$0).+-1+.&'#()*+,)50-J%+, PE "#$%"$&'()2*..'().) F*-'0()e+1%$0%^).,813#$#4%+),#1'0$)+%-#./+( PI f%0(*)$0)(#-5+)*+"'+(&).+-"+-,+)7)'-0&'#((0$'&/)1#(&+2&%+$$+)+&)"'#$0&'#(,).-/5/*'&/+,)*+,)-u4$+,) *+)1#(*%'& P: T#(&+2&+,).#$'&'J%+,)+&)-+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,9)$+,)-+.-/,+(&0&'#(,)*+)$C'(]%,&'1+)+()1#(&+2&+) &#&0$'&0'-+)+&).#,&G&#&0$'&0' P: F*-'0()e+1%$0%^)%()#H,+-"0&+%-)+(404/9)ZC3',&#'-+)-/1+(&+)*+)$0)=#%50('+)+()&0(&)J%K#H]+&)*+) -/6$+2'#()+&)*K0(0$8,+).#%-)%().,813#$#4%+),#1'0$ PP

14 "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),)) "#$%&'()&*+,-./0(123'&14&,53,6(')& "#$%"&'(&)*+,+-*./"0&"1/2-.$3424*+&"*&$554,1$*4-#&'"&6$2"(,) :-(,;(-4&2")&5"11")&#"&)-#*&/$)&'")&<""=)&>&1"#$%"&'(&)*+,+-*./"&"*&/",5-,1$#%")&"#& A(,#-(*&"*&1"#$%")&4'"#*4*$4,") B CD"55"*&E&F'-(32"G*,$#%?$#*F&'"&2$&/,"))4-#&+6$2($*46"&)(,&2D$**"#*4-#&)+2"%*46" B H55"*)&'(&%-#524*&+/4)*+14;("&6)&,"2$*4-##"2&)(,&2$&%-#)*,(%*4-#&'"&2$&1+1-4,"&*,$#)$%*46"&"*&2")& /",5-,1$#%")&"#&<,-(/" I "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),) ":$;&,*/(*23' < C"&)*$*(*&'"&2$&)-(,%"&'D(#&1"))$<"&/",1"*G42&'"&,"#5-,%",&2$&5-,%"&/",)($)46"&'"&%"&'",#4",&> J K"&2$&L&5-,%"&'")&$,<(1"#*)&M&E&2$&L&5-,%"&$,<(1"#*$*46"&M&'(&1"))$<"&N&%-#)4'+,$*4-#)&*?+-,4;(")& "*&/,+)"#*$*4-#&'O(#"&,"%?",%?"&$//24;(+"&E&(#"&%-11(#4%$*4-#&"#&)$#*+&/(324;(" J P-11(#4%$*4-#)&1"#$Q$#*")&"#&)$#*+&"*&/",)($)4-#&N&+6$2(",&2"&,R2"&'"&2$&6464'4*+&'"&2$&1"#$%"7 9S :"(*G-#&%-11(#4;(",&)4#%T,"1"#*&(#"&4#5-,1$*4-#&5$())"&)$#)&*,-1/",&2O4#*",2-%(*"(,> S %,+'(24*+&"*&'"&2$&64<42$#%"&+/4)*+14;(" X "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),) "=$>1-,-31?4&*&1(44(,1&'(')&*.,3/4(0&* : H*('"&'"&2D"55"*&'")&$**"#*")&)*+,+-*./4;(")&24+")&E&2D$//$,*"#$#%"&'"&<"#,"&)(,&2$&,"%-##$4))$#%"& '")&64)$<") Y K4)%,414#$*4-#&N&*-(*"&(#"&$55$4,"&'"&/",%"/*4-#&Z&2"&,R2"&'(&'+)"#<$<"1"#*&1-,$20&'")&/,+W(<+)&"*& '"&2$&)4*($*4-#&'$#)&2")&%-1/-,*"1"#*)&'4)%,414#$*-4,") Y [*('"&)(,&2O"55"*&'O(#"&'-(32"&$//$,*"#$#%"&<,-(/$2"&)(,&2$&,"%-##$4))$#%"&'")&"\/,"))4-#)& 5$%4$2") ] CD4'"#*4*+&)-%4$2"&'")&W"(#")&1()(21$#)&*(#4)4"#)&"*&2")&)*,$*+<4")&4'"#*4*$4,")&'"&%?$#<"1"#*7&%$)& 'D+*('4$#*)&<$,Q-#)&"*&5422")&/,$*4;($#*)&"*&#-#&/,$*4;($#*) ] U*+,+-*./"&"\/24%4*"&"*&41/24%4*"&E&2O+<$,'&'")&/",)-##")&"#&)4*($*4-#&'"&?$#'4%$/ ^ "#$%"$&'().+*.-)7+,,'(801"%&"($"9(:;<+& ;$>&**23';3*1&, _-*",&4#'464'("22"1"#*&(#&*,$6$42&%--/+,$*45&"#*,$6"&2$&'+%"#*,$*4-#&'")&4#'464'() C$&?-*24#"&'(&/-4#*&'"&6("&'")&?-*24#",) C$&/",%"/*4-#&'")&4#"<$24*")&)-%4$2")0&2$&%-#54$#%"&"*&2"&)"#*41"#*&'D$<"#% "#$%"&'(&)*+,+-*./"&"*&,+())4*"&"#&1$*?+1$*4;(")&N&$<4,&'T)&2")&$//,"#*4))$<") `#"&,"%?",%?"&"1/4,4;("&)(,&2")&6$,4$32")&1-*46$#*&2")&/,$*4;(")&+%-G,")/-#)$32")&$(&*,$6$420&'$#)& (#&3a*41"#*&/",5-,1$#* B K"&2$&'+%-1/-)4*4-#&'"&2$&6$2"(,&)-%4$2"&$(\&3(*)&'D$%%-1/24))"1"#* B b1/$%*&'"&2$&,$'4%$24)$*4-#&)-%4-g%-<#4*46"&)(,&2")&5$(\&)-(6"#4,)&"#&,"%-##$4))$#%" i c$#'4%$/&d&1"#$%")&'(&)*+,+-*./"&41/$%*&'(&%-#*"#(&'(&)*+,+-*./" i b#)"#)43424*+&'")&+2+1"#*)&%"#*,$(\&$(\&6$,4$*4-#)&%-#*"\*("22")&4#%-#)%4"#*")n&14)"&"#&+64'"#%"&/$,& 2"&/$,$'4<1"&'"&2O$1-,Q$<"&)(32414#$2&+1-*4-##" J e'$/*$*4-#&"*&6$24'$*4-#&"#&2$#<("&$,$3"&'o(#&;(")*4-##$4,"&+6$2($#*&2")&%-#)+;("#%")&'")& *,-(32")&'"&2O"#5$#*&)(,&2$&;($24*+&'"&64"&'")&/$,"#*)&L&2"&/$,G;-2&M J C$&1-3424)$*4-#&'")&)*,$*+<4")&4'"#*4*$4,")&/$,&2")&5"11")&"#&b,$# BS

15 "#$%&"'&()&*(+,-"'-+&*()%(./)0$&(,1+%2$-'3-"()4-"516,35-/"(*%,($&*(+&,'&+5-/"*(&5($&*(1./5-/"*( */%$&71&*($/,*()4%"&(*-5%35-/"()&('/"5,8$&(*/'-3$(-"5&,6,/%+& :; :A <3("35%,&()&($43'5-/"(=(-.+$-'35-/"*(+/%,($&(+3,3)-6.&()4BC+/',-*-&(-")%-5& :A D##&5*()4%"&()1'$3,35-/"()&($-2&,51()3"*($&('3),&()4%"&(#/,.35-/"(%"-7&,*-53-,&(=(7&,*(%"("/%7&$( %*36&(+1)36/6->%&(E :F G51,1/5C+&*()&(6&",&(&5(.35B1.35->%&*(=(/%(>%3")($3('/%$&%,()%(*5C$/(H,/*&(7*9(2$&%I(#3-5(73,-&,($3( +&,#/,.3"'& :F G&(*&"5-,('/%+32$&(&5(+,/516&,($3(+$3"05&(=($4-"#$%&"'&('3%*3$&()&($3('%$+32-$-51(*%,(%"('/.+/,5&.&"5(,1+3,35&%,()&(5C+&(+,/J&"7-,/""&.&"53$ :K L1./-,&(*/'-3$&(&5('3516/,-*35-/"(*/'-3$&(=($&(,8$&()%(+3,536&()%(*/%7&"-, :K M-,%*(&5(.1)-3*(=(3%5/+*-&()N%"&(3"6/-**&('/$$&'5-7& :O P&($N355,-2%5-/"('3%*3$&(Q($N355,-2%5-/"()&(,&*+/"*32-$-51()3"*($3('353*5,/+B&()&(.+-$3(3%('/"6/J 2,3RR37-$$& :O G5,&**S(3"T-151(&5(',/C3"'&*(=($N3)B1*-/"(Q()&*(',/C3"'&*(*%+&,*5-5-&%*&*(+&%5J&$$&('/"*5-5%&,(%"&( *5,3516-&()&('/+-"6(&"(*-5%35-/"()&(*5,&**(E :U D##&5()&($N&""%-S($&()1'/%,36&.&"5(&5($&(*5,&**(*%,($N3''&+532-$-51()&*(+,/6-'-&$*()&(6&*5-/"(-"516,1*( &"(V%"-*-& :U WB/-*-,()4&"5,&,(&"(#/C&,J$/6&.&" :X <3(+,1#1,&"'&(+/%,(%"&('3516/,-&(*/'-3$&('B&R($&*(+,1*'/$3-,&*=($4-.+3'5()%(5C+&()&(5Y'B&(&5()&($3( #3.-$-3,-51()&($3('3516/,-&(*/'-3$& :X W/"5,8$32-$-51S(3-)&(7*("/"J3-)&(&5(1./5-/"*(&"7&,*(*/ :: D##&5()&($3(.&"3'&()%(*51,1/5C+&()&(6&",&(*%,($43%5/JB3")-'3+('/.+/,5&.&"53$(&5($&*( +&,#/,.3"'&*('B&R($&*(#&..&*()3"*($&(./")&()%(5,373-$ :: <&*(,&+,1*&"535-/"*(*/'-3$&*()&*("/%7&$$&*(5&'B"/$/6-&*()&($N-"#/,.35-/"(&5()&($3('/..%"-'35-/"( 'B&R()&*(&"*&-6"3"5*(5%"-*-&"*()&()-##1,&"5&*(*+1'-3$-51*9('3*()&(+,/#&**&%,*()&('/$$06&()&($3(,16-/"( )&(V%"-* :Z :Z [,,?5&R()N17-5&,()&(+3**&,(3%(,/%6&(\(]%3")(+/,5&,(%"(,/%6&(Q($07,&*(7-#(2//*5&($&*(+&,#/,.3"'&*( -"5&$$&'5%&$$&* :^ <&*(*/-*(+/**-2$&*(1>%-$-2,1*(=(%"&(+$%*J73$%&(./5-735-/""&$$&(E :^ _1*&3%(*/'-3$()&(+,/T-.-51(=($43++/,5()&*(./)0$&*(&,6.(H&T+/"&"5-3$(,3")/.(6,3+B(./)&$I Z; `&,'&+5-/"()&('B3$&%,S('/.+15&"'&(&5()4Y6&()&*(*/%*J6,/%+&*()&(+&,*/""&*(Y61&* Z; "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) "#$%&'()$*+,%%-&./0123(40$0546,578#'090'.&5:)'(&5'4/;&-(<)0'05:&5.4(&590'5(307)= [++,/'B&J17-5&.&"5(=(&"5,&(3'5-/"*S(2%5*(&5(2&*/-"* ZA a%5*()43''/.+$-**&.&"5(=(+&,*+&'5-7&*(b-*5/,->%&s('/"'&+5%&$$&(&5(b-1,3,'b->%& zf [++,/'B&,(37&'(7-6-$3"'&b17-5&,(37&'(&"5B/%*-3*.&(=()-*5-"6%&,($43++,/'B&b17-5&.&"5(&5($&*(#/'%*(,16%$35&%,* ZF "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) , CB+D)84)-0E'F <4/,-&"535-/"()&*(&"*&-6"3"5*(&"(c,3"'&(#3'&(Q($3()-7&,*-51('%$5%,&$$&(&5(,&$-6-&%*& ZK P17&$/++&.&"5(&5()-7&,*-51('%$5%,&$$&(&"5,&(/,-&"5(&5(/''-)&" ZK VB1/,-&('%$5%,&$$&(&5(+&,'&+5-/"()&*(,-*>%&* ZO )4-"516,35-/" ZO

16 ""#$%&'$()*+,*%()%-"'*+-*%#&$./(0&)%-*)(.1&'$/-*&,2*)(.1-3*41('$())-##-3*+&)3*,)-*"-.3"-%'$/-* $)'-.%,#',.-## "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) "#$%&'(')*)&+,-&./0)&1))+-&&23(+-2& $-*3(%$&#-*+&)3*#-3*11(."9:*#-*%&3*+,*"$-+;+&)3;#&;"(.' < -)9&9-&)' < ABB-'3*+-*#C$1"#41-)'&'$()*+C$)'-)'$()*3,.*#&*.4&#$3&'$()*+C,)-*&%'$()*3,$/$-*+-*%()34D,-)%-3* )49&'$/ E 8$3$'-.*,)*1,34-*&/-%*+-3*'&>#-''-3*'&%'$#-3*:*3'.&'49$-3*3(%$&#-3*+-*%(11,)$%&'$()*-'*4#&>(.&'$()* +-*%())&$33&)% E %%-"'&>$#$'4*&*".$(.$*-'*&%%-"'&'$()*:*#-*%&3*+F,)*+$3"(3$'$B*'-%?)(#(9$D,-*+-*9-3'$()*+-*'.&B$%

17 Résumés

18 A1 - Normes et valeurs sociales Jeudi, 09h00-10h45, Salle Mérite-t-il que je l aide? Attributions causales en contextes de stress et comportements d aide. Saint-Bauzel, Roxane (Laboratoire perseus - université de Lorraine), Esnard, Catherine (Cerca, Université de Poitiers), Marrie, Elodie (Université de Poitiers). On sait depuis Weiner (1980) que les attributions causales régulent les attentes, émotions et comportements, notamment les comportements d aide : nous aidons davantage une personne perçue comme n étant pas responsable de ce qui lui arrive (attribution causale externe). Par exemple, un étudiant prêtera plus facilement ses cours au camarade absent à cause d un décès dans sa famille, plutôt qu à celui qui ne s est pas levé après une sortie trop arrosée. Or la littérature (Dubois, 2003) montre également que les explications causales internes sont socialement valorisées en contexte de travail. On peut ainsi se demander quel type d explication causale favorisera les comportements d aide et dans quel contexte de stress. Pour répondre à cette question, nous avons sollicité 148 élèves infirmièr(e)s. Il leur a aléatoirement été présenté un cas fictif d une personne stressée et sollicitant de l aide dans un contexte soit professionnel (hôpital), soit académique (université), soit non professionnel (voisinage). Dans chacun de ces 3 cas, nous avons manipulé le type d explications causales produite par la personne-cible, en faisant varier en inter-sujets le locus of control (interne vs externe), et la contrôlabilité de la situation (contrôlable vs non contrôlable). Nos résultats montrent que les intentions d apporter une aide, matérielle ou en termes de temps, sont d autant plus nombreuses que le stress provient d un contexte professionnel. Ces intentions sont également plus nombreuses lorsque les explications sont perçues comme externes et non contrôlables, situations dans lesquelles la personne est jugée comme moins responsable de ce qui lui arrive. C est donc l absence de contrôle interne, qui n est pourtant pas valorisée, qui favoriserait l apparition de comportements d aide. Ces résultats seront discutés à la lumière des notions d utilité et désirabilité perçues, associées à la perception de la responsabilité des individus dans des situations stressantes. Sanctionner l auteur d une transgression. Étude d une composante motivationnelle des valeurs morales. Métayer, Sébastien (Université Paris Descartes), Pahlavan, Farzaneh (Université Paris Descartes). En fixant des normes et des interdits, les valeurs morales participent du bon fonctionnement d un groupe ou d une société (Haidt & Kesebir, 2010). Lorsqu une norme sociale ou éthique est transgressée, l individu est parfois pris du désir de sanctionner l auteur de la transgression, même s il n en a pas lui-même souffert les conséquences (Chekroun & Brauer, 2008 ; Fehr & Fischbacher, 2004). Ce type de sanction aurait pour fonction de maintenir l ordre social et la coopération entre les individus (Jensen, 2010). Nous avons cherché à montrer que les valeurs morales, lorsque l individu y adhère ou lorsque le contexte les rend saillantes, peuvent motiver l individu à sanctionner les personnes qui ne les respectent pas. Pour ce faire, nous avons mesuré les intentions comportementales à l aide de vignettes moralement ambiguës dans lesquelles le protagoniste respectait une valeur morale (e.g., l équité) aux dépends d une autre (e.g., la loyauté). Dans une première étude (N = 245), nous avons ainsi pu mettre en évidence que plus les participants accordaient de l importance à une valeur, plus ils désiraient sanctionner le protagoniste ne respectant pas cette valeur. Une deuxième étude (N = 186) nous a permis de montrer que l amorçage d une valeur morale pouvait entrainer une baisse des intentions prosociales à l égard du protagoniste ne respectant pas cette valeur. Ces études nous ont aussi permis de constater que la perception d une valeur au sein des événements décrits pouvait être influencée par son degré d accessibilité, chronique ou temporaire. Dans l ensemble, ces résultats soulignent l aspect motivationnel des valeurs morales en montrant notamment qu elles peuvent être à l origine de comportements punitifs visant à les faire respecter. "

19 Adhésion aux valeurs républicaines, déviance intergroupe et légitimation des préjugés. Kamiejski, Rodolphe (Lapps), Nugier, Armelle (Lapsco). Différents apports de la psychologie sociale attestent du rôle des idéologies d intégration dans l endossement et la légitimation d attitudes défavorables aux minorités d origine immigrée (e.g. Guimond et al, 2013). En France, Kamiejski et coll. (2012) ont présenté le rôle différencié du modèle républicain sur les attitudes intergroupes au travers de deux composantes, une dimension reliée à l égalité citoyenne, l autre au principe de laïcité. L adhésion à la première s oppose à des conceptions inégalitaires dans une perspective de dominance sociale (Sidanius et Pratto, 1999), la seconde interroge quant à ses liens avec les préjugés (étude1 et 2, Kamiejski et al, 2012). Ainsi, le principe de laïcité, son usage et recours interpellent ces dernières années tant la religion musulmane en particulier et les pratiques associées cristallisent l opinion, exacerbent des tensions sociales voire des manifestations d hostilité (CNCDH, 2013). L inadéquation présentée avec le modèle politique d intégration de référence au travers de son principe de laïcité positionne musulmans et maghrébins par extension comme déviants aux valeurs et pratiques républicaines, justifiant à leur encontre l expression de préjugés. On s attend dès lors à ce que l endossement de ce principe conduise à des réactions plus fortes face à l expression et conduites religieuses déviantes pour le cadre français, augmentant le ressentiment à l égard des immigrés. Pour tester cette hypothèse, une étude réalisée en laboratoire (N=136) mesurait l adhésion aux dimensions du modèle républicain, en particulier la laïcité, puis exposait des participants à différents types de scénari d actes de déviance classique (Brauer et Chaurand, 2010) ou religieuse pour lesquels l origine de l auteur variait. Les résultats attestent d'une réaction à la déviance religieuse et surtout de l augmentation d attitudes préjudicielles visant les immigrés motivée par une plus forte adhésion à la laïcité et l exposition à un déviant d origine maghrébine. Le principe de laïcité légitimerait donc envers eux l expression de préjugés. Valeur sociale et niveau d abstraction langagière : comment se présenter pour être recruté ou se faire des amis? Burguet, Annette (Lerass equipe psycom). Des études montrent que les réponses données par les participants en situation d auto présentation varient en fonction du contexte sollicité. Ceux-ci choisiraient de communiquer une certaine valeur sociale en s appuyant tantôt sur un registre de désirabilité sociale (DS), tantôt sur un registre d utilité sociale (US) (Beauvois, 1995 ; Dubois & Aubert, 2010). Une 1ère recherche manipule le contexte d auto présentation (recrutement professionnel vs rencontre amicale) et la consigne (se faire bien voir vs se faire mal voir) sur le choix de 24 adjectifs (6 US +, 6 US -, 6 DS +, 6 DS -). Si, comme les auteurs l affirment, la DS s ancre dans des relations interpersonnelles en renvoyant à une évaluation affective et l US a trait à la valeur économique des personnes, les participants devraient choisir davantage d adjectifs DS (vs US) en situation de rencontre (vs de recrutement), et ce, selon la consigne. Les résultats en condition recrutement confirment l'hypothèse mais uniquement sur les adjectifs négatifs. En revanche, on obtient bien l effet inverse attendu en situation de rencontre mais uniquement sur les adjectifs positifs. Une 2nde recherche utilise les mêmes traits mais manipule cette fois le niveau d abstraction langagière. Selon Maass et al. (1989), nous avons tendance à décrire nos comportements positifs de manière plus abstraite et nos comportements négatifs de manière plus concrète. Nous nous attendons donc à un effet de la consigne sur la façon dont les participants se présentent. Les résultats confirment les hypothèses : en situation de recrutement comme en situation de rencontre, les participants choisissent davantage les expressions positives abstraites et négatives concrètes lorsqu ils doivent se faire bien voir que lorsqu ils doivent se faire mal voir. Cet effet est systématiquement plus marqué pour les expressions évoquant la DS, et ce, quelle que soit la condition (recrutement vs rencontre). "

20 La valeur sociale des explications causales : norme d internalité et/ou schéma causal? Delmas, Florian (Université Grenoble-Alpes). Selon l hypothèse d une norme d internalité, les explications causales internes sont plus valorisées socialement que les externes (Beauvois & Dubois, 1988 ; Dubois, 2009). Afin d éviter à l avenir tout biais de sélection des explications lors de la vérification empirique de cette hypothèse, Dompnier (2006) a proposé de construire les questionnaires d internalité en sélectionnant aléatoirement les explications. Jusqu ici, la possibilité d un semblable biais dans la sélection des événements décrits dans ces questionnaires n a pas été envisagée. Cependant, constatant la négligence d informations supposées critiques, Kelley (1972) a avancé que, pour certains événements, les gens appliquent un schéma causal préexistant et leur attribuent la cause qu'il présuppose. Cette cause peut être interne pour un événement (ne pas savoir une conjugaison), et externe pour d autres (gagner à un jeu de hasard). Ainsi, la sélection des événements présents dans les questionnaires d internalité pourrait avoir influencé incidemment les résultats expérimentaux. Pour le montrer, nous avons construit un questionnaire contenant 16 items provenant pour moitié du questionnaire d internalité pour élève de Dubois (1994). Les événements des autres items activaient chacun un schéma de causalité externe selon l estimation subjective de la probabilité causale (Morris & Larrick, 1995). Des étudiants ont évalué un élève fictif connu uniquement par ses réponses à ce questionnaire. Selon la condition, l élève était censé avoir choisi des réponses : uniquement internes (Interne), uniquement externes (Externe), internes pour les items du questionnaire de Dubois (1994) et externes pour les autres items (Schématique), externes pour les items de Dubois (1994) et internes pour les autres items (Contreschématique). En accord avec nos attentes, l élève a été le mieux évalué en condition Schématique et le plus mal en condition Contre-schématique, les conditions Interne et Externe se situant entre les deux. "

Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara

Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara Stage de 5 mois (Décembre 2011-Avril 2012) Montant de la bourse ADRIPS : 800 euros Experts du dossier de

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d Étude chez les prépos posés s des centres d appels d d urgence : la première phase d une d démarche de prévention des troubles de santé psychologique et musculo-squelettique squelettique Présenté par Louise

Plus en détail

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie S3 Spécialité : Recherches en psychologie UE OBLIGATOIRES UE 1 : Epistémologie et méthodes de recherche en psychologie Ce séminaire aborde plusieurs aspects de la recherche en psychologie. Il présente

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique

ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique Pierrich Plusquellec, PhD Sonia Lupien, PhD, Valérie Tourjman, MD Centre de recherche de l Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE CONTENU Journée 1 matin : Communication et efficacité de travail de groupe. - Approche de la communication en groupe et de ses effets sur les modes de participation,

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ANALYSE DE L HOMOPHOBIE DANS LE FOOTBALL PROFESSIONNEL

ANALYSE DE L HOMOPHOBIE DANS LE FOOTBALL PROFESSIONNEL ANALYSE DE L HOMOPHOBIE DANS LE FOOTBALL PROFESSIONNEL Mise en perspective avec les théories de la diversité et les politiques de lutte contre les discriminations Résumé Pour la première fois et à la demande

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur

Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur Colloque AFESA / FFS Attirer les pratiquants vers le ski fédéral et la compétition 5 OCTOBRE 2013 Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉONTOLOGIE Soumission électronique en plus de cinq (5) copies à déposer au Bureau de la recherche

FORMULAIRE DE DÉONTOLOGIE Soumission électronique en plus de cinq (5) copies à déposer au Bureau de la recherche N de dossier (usage interne) FORMULAIRE DE DÉONTOLOGIE Soumission électronique en plus de cinq (5) copies à déposer au Bureau de la recherche Chercheur Nom : Prénom : Type de demande : Projet de recherche

Plus en détail

DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS

DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS En psychologie lorsque l'on étudie des groupes on parle de psychologie sociale. Mais qu'est ce que la psychologie sociale? «La psychologie

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Stéphane Bouchard*, Ph.D. Département de Psychoéducation et de Psychologie Université du Québec

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

MEMOS en français : Cadre général du programme

MEMOS en français : Cadre général du programme MEMOS en français : Cadre général du programme Octobre 2014 Septembre 2015 N.B. : Bien que seules les dénominations masculines soient utilisées dans ce document, les dénominations féminines sont systématiquement

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts.

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. Audit des Ressources Humaines ATELIER D UNE DEMI-JOURNEE Introduction ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. ima signifie Identifier, Modifier, Adapter : les

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

«L intelligence économique dans les business models des entreprises : où en sommes-nous?»

«L intelligence économique dans les business models des entreprises : où en sommes-nous?» APPEL A COMMUNICATIONS «L intelligence économique dans les business models des entreprises : où en sommes-nous?» 18 & 19 novembre 2015 IDRAC Business School, Lyon L IDRAC Business School, dans le cadre

Plus en détail

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009 Résultats de l enquête Sport & Entreprise mars 2009 I. LE CONTEXTE DE L ENQUETE : LES RELATIONS SPORT / ENTREPRISE Une brève histoire des liens sport / entreprise La domination du modèle industriel paternaliste

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet.

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet. Signaux de vente... En 2010, les commerciaux continuent de batailler sur tous les fronts. En suivant cette idée, Krauthammer, avec l'aide du Groupe ESC Clermont, a réalisé trois rapports d étude de «l'état

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales Swiss Journal of Psychology 67 (2), 2008, 119 123 Short Research Note Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales [Test of Context Independence (TCI) and Structure of

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS-

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- Novembre 2013 PROJET M1 COLLECTIF ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- CULTURELLES EXEMPLE D UNE ETUDE CROSS-CULTURELLE SUR LE THE RESUME DU MEMOIRE TROPHEE SYNTEC 2013 Catégorie : Master 1 collectif Participantes

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité?

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? L éducation physique à l école : Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? Avril 2009 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail