10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française"

Transcription

1 10 ème Colloque International de Psychologie Sociale en Langue Française Actes du Colloque Institut de Psychologie Août Boulogne-Billancourt & Paris France

2 Association pour la Diffusion de la Recherche Internationale en Psychologie Sociale Comité d organisation Théodore Alexopoulos Ewa Drozda-Senkowska Silvia Krauth-Gruber Baptiste Subra David Vaidis Soutiens et Financements Le 10 ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française a bénéficié du soutien de : - L Université Paris Descartes - Le Laboratoire de Psychologie Sociale : Menaces et Société (EA 4471) - La Région Ile-de-France

3 Comité Scientifique Responsables Théodore Alexopoulos Ewa Drozda-Senkowska Silvia Krauth-Gruber Baptiste Subra David Vaidis Comité Themistoklis Apostolidis (Université Aix-Marseille) Sophie Brunot (Université de Rennes 2) Sabine Caillaud (Université Paris Descartes) Felice Carugati (Université de Bologne) Peggy Chekroun (Université Paris Ouest) Xenia Chryssochoou (Université Panteion) Isabel Correia (ISCTE-IUL) Stéphanie Demoulin (Université Catholique de Louvain) Christèle Fraïssé (Université de Bretagne-Occidentale) Fabien Girandola (Université Aix-Marseille) Eva Green (Université de Lausanne) Valérie Haas (Université Lyon 2) Olivier Klein (Université Libre de Bruxelles) Laurent Licata (Université Libre de Bruxelles) Diniz Lopes (ISCTE-IUL) Delphine Martinot (Université de Clermont-Ferrand) Astrid Mignon (Université de Lille 3) Isabelle Milhabet (Université de Nice) Dominique Muller (Université de Grenoble) Armelle Nugier (Université de Clermont-Ferrand) Gabrielle Poeschl (Université de Porto) Patrick Rateau (Université De Nîmes) Sandrine Redersdorff (Université de Clermont-Ferrand) Isabelle Regner (Université Aix-Marseille) François Ric (Université de Bordeaux) Odile Rohmer (Université de Strasbourg) Edith Sales-Wuillemin (Université de Dijon) Rasyid Sanitioso (Université Paris Descartes) Leila Selimbegovic (Université de Poitiers) Christian Staerklé (Université de Lausanne) Anna Tcherkassof (Université de Grenoble) Florence Terrade (Université de Rennes 2) Claudia Toma (Université de Tillburg) Didier Truchot (Université de Franche-Comté) Isabel Urdapilleta (Université Paris 8)

4 Mercredi 27 Août Jeudi 28 Août Vendredi 29 Août Samedi 30 Août 15h00 Accueil et inscriptions - 10ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française 17h00 Session Normes et valeurs sociales Session Représentations sociales I Session Apports méthodologiques Session Travail 9h00 9h00 9h30 Session Attitudes Session Relations intergroupes Session Environnement, écologie et transports Session Représentations sociales II Symposium L'illusion de l'égalité des chances : la sélection scolaire et académique comme obstacle à la réussite de tous Session Culture(s) Session Engagement, influence et innovation Symposium Approche / évitement analyse des confusions théoriques 10h45 - PAUSE CAFE 10h45 - PAUSE CAFE 11h15 11h15 11h15 - PAUSE CAFE Session Session Session Session 11h45 Genre Amorçage et Relations Psychologie du automaticité interpersonnelles consommateur Conférence de clôture Chiara Volpato Session Comparaison sociale et optimisme comparatif 13h00 - PAUSE DEJEUNER 14h00 - Session "Vintage" 14h45 Session Soi, affirmation et pouvoir Session Jugement 16h15 - PAUSE CAFE 16h30 Symposium Dissonance cognitive : recherches actuelles I Symposium Le sexisme dans les relations interpersonnelles: de la perception à la confrontation Session Menaces, régulation et performance 13h00 - PAUSE DEJEUNER 14h00 Session Persuasion Session Stéréotypes et appartenances groupales 15h45 - SESSION POSTER (PAUSE CAFE) 17h00 Symposium Dissonance cognitive : recherches actuelles II Symposium Psychologie sociale et contexte, une histoire de sociabilité Hommage au Pr. Neculau 13h00 Clôture 10 ème Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française Allocution d'ouverture 17h30 Conférence d'ouverture Ana Guinote 18h45 Cocktail Assemblée Générale ADRIPS Hommage à Nicole DUBOIS

5 Mercredi 27 Août 15h00 17h00 17h30 18h45 Accueil des participants et acquittement des droits Allocution d'ouverture (Amphithéâtre Lagache) Conférence d'ouverture (Amphithéâtre Lagache) : Ana Guinote Cocktail - Institut de Psychologie Jeudi 28 Août 9h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 A1 - Normes et valeurs sociales 1) Saint-Bauzel, R., Esnard, C., & Marrie, E. 2) Métayer, S. & Pahlavan, F. 3) Kamiejski, R., & Nugier, A. 4) Burguet, A. 5) Delmas, F. A2 - Travail 1) Cascino, N. 2) Gillet, I., Greenan, N., & Le Gall, R. 3) De Koning, M., Roques, M., & Bourguignon, D. 4) Méthivier, J. 5) Camus, G., Berjot, S., & Amoura, C. Modérateur : Delmas Modérateur : Cascino A3 - Attitudes 1) Launay, C., Brunel, M., Henry, M., Py, J., & Le Floch, V. 2) Zerhouni, O., & Begue, L. 3) Falomir, J-M., Berent, J., & Chipeaux, M. 4) Lepage, J., Begue, L., Dambrun, M., Mermillod, M. 5) Rougier, M., Muller, D., Ric, F., & Alexopoulos, T. Modérateur : Falomir 10h45 PAUSE CAFE 11h15 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 B1 - B2 - B3 - Genre S1 - Symposium Représentations Comparaison 1) Ailloud, J., & sociales I sociale et Doutre, E. "La théorie de 1) Zbinden, A., optimisme 2) Verniers, C., la dissonance Marchand, D., Martinot, D., & comparatif cognitive : Brisson, G., Dompnier, B. 1) Rusnac, N., Tassi, recherches Gauthier, M., Gauvin, 3) Gabarrot, F., Bry, P., Spitzenstetter, F. D., & Plante, S. C., De Oliveira, P., & actuelles I" 2) Bochard, N., 2) Piermattéo, A., Lo Dietz J. Muller, D., Bushman, Monaco, G., & 4) Kleinlogel, E., Organisateurs : B., & Subra B. Delouvée, S. Dennerlein, T, Dietz, Fointiat, V., 3) Atanassova, R., 3) Cerisier, B., Haas, J., & Gabarrot, F. Girandola, F., & Quiamzade, A., & Gosling, P. V., Kalampalikis, N. Mugny, G. 4) Aim, M-A., Dany, 4) Codou, O., L., & Goussé, V. Modérateur : Bonnot Milhabet, I., 5) Young, L., Guyader, C. Caillaud, S., & Haas, 5) Krzeminski, A., & V. Milhabet, I. Modérateur : Lo Monaco Modérateur : Milhabet 13h00 PAUSE DEJEUNER

6 14h00 Jeudi 28 Août Session "Vintage" (Amphi Lagache) 14h45 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 C1 - Apports méthodologiques 1) Scrima, F., & S2 - Symposium "Le sexisme dans Guarnaccia, C. les relations 2) Cohen, G. & interpersonnelles Moliner, P. : de la perception 3) Dompnier, B. à la Meier, E., Smeding, A., & Butera, F. confrontation" Modérateur : Dompnier C2 - Soi, affirmation et pouvoir 1) Degraeve, B., Lo Monaco, G., Rateau, P., Collange, J., & Muller, D. 2) Amoura C., Voisin, D., & Berjot, S. 3) Nurra, C., & Oyserman, D. Modérateur : Nurra C3 - Jugement 1) Quiamzade, A., Dufour, F., & Mugny, G. 2) Louvet, E., Rohmer, O., Carrier, A., & Swiatkowski, W. 3) Muller, D., Delmas, F., Colpaert, L., & Demoulin, S. Modérateur : Muller Organisateurs : Klein, O., & Bry, C. 16h15 PAUSE CAFE 16h30 Assemblée Générale ADRIPS Amphithéâtre Lagache

7 Vendredi 29 Août 9h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 D1 - Relations D2 - D3 - S3 - intergroupes 1) Parant, A., & Environnement, écologie et Représentations Symposium sociales II Félonneau, M-L. transports 1) Valence, A., & "L'illusion de 2) Mange, J., 1) Lalot, F., Falomir, J- Roussiau, N. l'égalité des Sénémeaud, C., M., & Quiamzade, A. 2) Piermatteo, A., Lo chances : la Margas, N., & 2) Dias, P., & Monaco, G., Moreau, sélection Sharvit, K. Ramadier, T. L., Tavani, J-L., 3) Sénémeaud, C., scolaire et 3) Chaurand, N., & Girandola, F., & Mange, J., & Paran, F. Guimelli, C. académique Somat, A. 4) Martinez-Tabares, 3) Richardot, S. comme 4) Assilaméhou, Y., C., Chaurand, N., & 4) Caillaud, S., & obstacle à la Brugaillères, P., & Delhomme, P. Haas, V. réussite de Testé, B. 5) Moliner, P., & Le 5) Poeschl, G., & tous" 5) De Guissmé, L., Moel, B. Ribeiro, R. & Licata, L. Modérateur : Sénémeaud Modérateur : Moliner Modérateur : Poeschl Organisateurs : Autin, F., & Butera, F. 10h45 PAUSE CAFE 11h15 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 E1 - Amorçage et automaticité 1) Kergoat, M., E2 - Relations interpersonnelles 1) Cova, F., S4 - Symposium Krahe, B., & Meyer, Boudesseul, J., & "La théorie de T. Lantian, A. la dissonance 2) Schimchowitsch, 2) Patard, G., cognitive : S., & Rohmer, O. Przygodzki-Lionet, N., recherches 3) Comiran, F., & Courbois, Y. Zerhouni, O., & 3) Rodrigues, D., actuelles II" Bègue, L. Lopes, D., Kumashiro, 4) Posner, A. M., & Sanitioso, R. Organisateurs : 5) Boudjemadi, V. 4) Lopes, D., & Fointiat, V., Rodrigues, D. Girandola, F., & Gosling, P. Modérateur : Alexopoulos Modérateur : Lopes E3 - Psychologie du consommateur 1) Bardin, B., Perrissol, S., Fos, Y., & Escoubès, F. 2) Coiffard, V., Meyer, T., & Legal, J- B. 3) Pasquier, H., Codou, O., & Somat, A. 4) Boussoco, J., Dany, L., Urdapilleta, I., Schwartz, C., Gaillard, A., & Giboreau, A. 5) Kervyn, N. Modérateur : Kervyn 13h00 PAUSE DEJEUNER

8 Vendredi 29 Août 14h00 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 Menaces, régulation et Persuasion 1) Coiffard, V., Stéréotypes et appartenances Symposium performances Légal, J-B., & Meyer, groupales "La psychologie 1) Anier, N., Priolo, T. 1) Elkholdi, S., & sociale et son D., & Guilbert, L. 2) Coppola, V., & Montalan, B. contexte, une 2) Dumesnil, A., & Girandola, F. 2) Kleinlogel, E. histoire de Chekroun, P. 3) Blondé, J., & 3) Dubuisson, V., & 3) Allignol, P., & Girandola, F. sociabilité. Montalan, B. Berjot, S. 4) Henry Frigout, S., Hommage au 4) Souissi, K. 4) Normand, A., & Bromberg, M. 5) Rohmer, O., & Professeur Bouquet, C., Autin, 5) Pantazi, M., Louvet, E. Adrian F., & Croizet, J-C. Kissine, M., & Klein, Neculau" 5) Blanchet, C., & O. Modérateur : Michinov, E. Rohmer Modérateur : Chekroun Modérateur : Girandola Organisateurs : Drozda-Senkowska, E., Ernst-Vintila, A., Gheorghiu, M-D., & Havarneanu, G. 15h45 PAUSE CAFE 15h45 Session Poster 17h00 Hommage à Nicole Dubois (Amphithéâtre Lagache) 20h30 Soirée de Gala

9 Samedi 30 Août 9h30 Salle 1011 Salle 1012 Salle 1013 Salle 1014 Culture(s) 1) Roebroeck, E., Engagement, influence et Symposium & Guimond, S. innovation "Approche- 2) Salhi- 1) Barbier, L., & évitement : Bencherif, H. Fointiat, V. Analyse des 3) Chauvin, B. 2) Terrier, L., & confusions 4) Mahfud, Y., Marfaing, B. Badea, C., & théoriques en 3) Legrand, E., Ngbala, A. fonction des Mignon, A. 5) Miller, S., & 4) Saint-Bauzel, niveaux Leys, C. R. d autorégulation" 5) Bordel, S., & Désiré, L. Modérateur : Chauvin Modérateur : Vaidis Organisateurs : Angel, V., & Fayant, M-P. 11h15 11h45 13h00 PAUSE CAFE Conférence de clôture (Amphithéâtre Lagache) : Chiara Volpato Clôture du 10 ème CIPSLF

10 Sommaire "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(,, , "#$%&'()*)+,-.)/'**&01-.)* # "#$%&'%'$()*+&),&)(-.$/&)0)1%%#$2+%$345)6.+5.(&5)&4)634%&7%&5)/&)5%#&55)&%)63893#%&8&4%5)/-.$/&: ::::; <.46%$344&#)(-.+%&+#)/-+4&)%#.45=#&55$34:)>%+/&)/-+4&) %&)83%$?.%$344&((&)/&5)?.(&+#5) 83#.(&5::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::; ::::::::::::::::::B C.(&+#)536$.(&)&%)4$?&.+)/-.25%#.6%$34)(.4=.=$D#&)E)6388&4%)5&)9#"5&4%&#)93+#)F%#&)#&6#+%")3+)5&) G.$#&)/&5).8$5)0::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::B "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(, "3$4'-, K%+/&)/&)(-$89.6%)/+)634%#L(&)9&#M+)&%)5%#&55)9&#M+)5+#)(.)5.%$5G.6%$34)9#3G&55$344&((&)&%)(-&5%$8&)/&) K79"#$8&4%.%$34)&4)6&4%#&)/-.99&(5)E)/$8$4+%$34)/&)(-$4%&45$%")/&)(.)5+#?&$((.46&)$4G3#8.%$*+&) $4/$?$/+&((&)&4)%&895)#"&(::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::O /+#"&0 :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::R S89.6%)/&)(Q"%.%)"83%$344&()5+#)(Q"(.23#.%$34)&%)(Q&79#&55$34)/&)(.)#&9#"5&4%.%$34)536$.(&)/+) S/&4%$%").6%+&((&)&%)G+%+#&)/&5)/&8.4/&+#5)/-&89(3$)E)638935$%$34)&%)6389.#.$534).?&6)(-$/&4%$%") /&)9&#5344&5)5.(.#$"&5: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::T "#$%&'()*((+,(*-.&'/011"',(, "6$"++1+/7)* K7935$%$34)$46$/&4%&).+)9.##.$4.=&)/.45)(&)593#%)&%)G3#8.%$34)/Q.%%$%+/&5)$89($6$%&5: :::::::::::::::::::::::U 1%%$%+/&5)93($%$*+&5A)6389"%&46&5)536$3'"83%$344&((&5)&%)53+8$55$34)X)(Q.+%3#$%": :::::::::::::::::::::::::::W 9&#59&6%$?&)/&)63=4$%$34)$46.#4"&:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::Y "#$%&',,*,.+,4*((&'/011"',(, ,( ])^$ &)#&/+6%$34)/&8.4/5)%$8&).4/)_3#`)a)bV&5%$4=&#A);YTOc)E)&GG&%5)/+)/"(.$)&4%#&)"?&$()&%) #"/+6%$34)/&)(.)/$ &)5+#)+4&).%%$%+/&)#"5$5%.4%&:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;; Z4&)/"6$5$34)93($%$*+&)9#3?3*+.4%)(.)/$ &)?$6.#$.4%&: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;B "#$%&',,*,.+,4*((&'/011"',(,, ,4

11 "#$%&"'()(*+'&,&+-*)."&,/0,$*&10",*2#.*10%"&,/)'&,.),$%&+.0(*+',/",-+'($+3"$&"&,.*%"&,4,.5"6#+&*(*+', )06,$)/*+7$%10"'-"&,"',8$)'-","(,)0,90%:"- ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<= "(,*'("'(*+'&,/E)-F)(,-+'-"$')'(,.",:+',+$/*')("0$,#+$():."; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<= /E0'",$"30",/",.),.*((%$)(0$";;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<I "#$%&"'()(*+'&,&+-*)."&,/0,#&M-F+.+L0","(,/",.),#&M-F+.+L*",-F"K,/"&,%(0/*)'(&,/",#&M-F+.+L*";;<N "#$%&'(()(*+(,)--&'./00"'(-( (3 "#$%&'()*)+,&-,&.+)/001&(1+'+,'0.&'()*) *2#)-(,/",.),7+-).*&)(*+',#$%).):.",&0$,."&,&*2*.*(0/"&,+0,."&,/*77%$"'-"&; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<Q J),-+2#)$)*&+',&+-*).",/"&-"'/)'(",#"0(P".."C,(+0(,-+22",.",#+03+*$C,)-(*3"$,.",&M&(R2", -+2#+$("2"'().,/E)##$+-F",S ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<Q U#(*2*&("C,'+03"..",7)-"((",/",.),V#"$&+'').*(%V,/",')$-*&&",S,W2+$-",.*:%$).","(,+#(*2*&2", -+2#)$)(*7;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<T J),/*2"'&*+',-+2#%(*(*3",/",.E+#(*2*&2",-+2#)$)(*7 ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;<X "#$%&'(()(*+(,)--&'./00"'(-(, (4 "6$70-* Y/"'(*(%,/",L"'$","(,&(%$%+(M#"&,-+'-"$')'(,ZF$*&(*)'",[)0:*$)C,L)$/",/"&,&-")06C,2*'*&($",/",.), ;;;;;;;;;^_ "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-( ( #4 )2"')'(,4,.),-+'7$+'()(*+'; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^< JE+##+&*(*+',)0,&"6*&2"C,0'",7+$2",/",-+'($a.",&+-*).,S ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^^ ]+0$10+*,."&,7"22"&,'E)(("*L'"'(,10",$)$"2"'(,.",&+22"(,S,J",$a.",/",.),#$+H"-(*+',/",L"'$","(, /"&,-$+M)'-"&,"&&"'(*).*&("&,/)'&,.),-+'&($0-(*+',/0,#$+(+(M#",/0,2)')L"$;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^^ -+2#+$("2"'(,&"6*&(";;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^= "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-(( %4$B((&*1,'C1D&>&/&E+F;0, #G O(,&*,'+0&,)$$b(*+'&,/50(*.*&"$,&M&(%2)(*10"2"'(,.E)').M&","',-+2#+&)'("&,#$*'-*#)."&,A#-)BS, O77*-)-*(%,/"&,2%(F+/"&,/E"6($)-(*+',/",7)-("0$&,/)'&,.E)').M&",7)-(+$*"..","6#.+$)(+*$",A"7)B; ;;;;;;;^I #"$&+'').*(%S;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^N "#$%&'(5)5*+(3)(*&'./00"'(-( %#$9&+H)22+*')1+&-01(&;I&+* #5 90)'/,.",#+03+*$,A/%&B*'F*:",c,.",$a.",/0,-+'("6(",#$*3%,3"$&0&,#0:.*-,&0$,.E"6#$"&&*+',/"&,+#*'*+'&, -+'($"P'+$2)(*3"&;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;^Q

12 "#$"%%"&#$'"$()*%%+,-*&+./$'"$#.+$"&$'"$()+/0",&+&1'"$'1$#.+$#1,$()*-.&+2*&+./$"&$(*$3",%.,-*/0"$"/$ #+&1*&+./$')405" $#.+$%1&1,$:$(;*0&+./$3,4#"/&"$<$1/"$=1"#&+./$'"$3",&+/"/0"$3#>05.(.?+=1"6 "#$%&'()*)+,(-*(+&'./00"'(1( "#$%&'()(*+,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,-. "#$05+"/#$,"##"-A("/&B+(#$2,*+-"/&$:$("1,#$-*C&,"#D E F?"/&+#-"$"&$0.-34&"/0"$<$=1"(("#$#340+%+0+&4#$'*/#$("$G1?"-"/&$#.0+*($D E H"1&B./$'"2+/",$().,+"/&*&+./$3.(+&+=1"$')1/"$3",#.//"$:$3*,&+,$'"$#./$2+#*?"$D I 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1() /0)1234&)#$56477&342*8(769':74+98(3;<:*;(3=7:397(;+42*3;27:4>((+:;:89)4?&(;2))( J*("1,#$"&$3",0"3&+./$'"#$%./0&+./#$'1$#>#&K-"$4'10*&+% LM 943*##"-"/&$2#6$*%%+,-*&+./$'"$#.+$"&$*'4=1*&+./$'"#$%+(("#$"&$'"#$?*,N./#$*1$#>#&K-"$1/+2",#+&*+," LO "#$3,*&+=1"#$'"$#4("0&+./$#0.(*+,"$0.--"$.1&+($'"$3,.'10&+./$';.,',"$#.0+*( LO "$0./%(+&$'"$0.-34&"/0"$'*/#$("$0./&"P&"$'"$(;42*(1*&+./$3*,$("#$3*+,# L7 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1(( CD$E(7:+42*34*+(>'>2&1(3,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,## H,4#",2",$(*$'+%%4,"/0+*&+./$'*/#$(*$,"0*&4?.,+#*&+./$<$';1/$0.--./$+/?,.13$:$1/$0.--./$.1&?, LL Q"(*&+./#$+/&",?,.13"#R$-"/*0"$3",N1"$"&$,43./#"#$*?,"##+2"#$'*/#$("$3*,*'+?-"$'1$G"1$'1$&+,"1, LL J*("1,$#.0+*("$'"$(*$3,4%4,"/0"$3.1,$(*$0./#+#&*/0"$'*/#$("#$,"(*&+./#$+/&",?,.13"#<$=1*/'$ ()*&&,+A1&+./$'"$0./#+#&*/0"$'43"/'$'"$(*$2*("1,$'1$?,.13" LS "$A+*+#$(+/?1+#&+=1"$+/&",?,.13"$0.--"$-*,=1"1,$#.0+*($<$"%%"&#$'"$(;1&+(+#*&+./$'1$(*/?*?"$#1,$(*$ 0*&4?.,+#*&+./$'1$(.01&"1, LS 91$#"/&+-"/&$'"$/./B,"0.//*+##*/0"$:$(*$0.-34&+&+./$2+0&+-*+,"<$("$0*#$'"#$*%,+0*+/#$#1AB#*5*,+"/#$ 2+2*/&$"/$T"(?+=1" LU 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1( C-$F*G4>2**()(*+H9;272'4((++>:*312>+3,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,#I V%%"&$'"$(;42.(1&+./$'1$#133.,&$#.0+*($3.1,$(;40.(.?+"$#1,$(;"/?*?"-"/&$'*/#$'"#$0.-3.,&"-"/&#$ 40.(.?+=1"# L8 Q"3,4#"/&*&+./#$"&$0*&4?.,+#*&+./#$#.0+.B#3*&+*("#$'"$(;"#3*0"$1,A*+/6$W/"$5.-.(.?+"$#&,10&1,*("$ "/&,"$("#$0.?/+&+./#$#.0+*("#$"&$("#$0.?/+&+./#$#3*&+*("#$D L8 X2*(1*&+./$'1$'.1A("$#"/#$0>0(*A("$"&$'1$&.1,/"$:$',.+&"$*1$%"1$<$3.+/&#$'"$21"$0>0(+#&"$"&$ *1&.-.A+(+#&"6 Y5.+#+,$("$24(.$0.--"$-.>"/$'"$'43(*0"-"/&$"/$2+(("$<$0.-3*,*+#./#$"/&,"$0>0(+#&"#$"&$/./B 0>0(+#&"#6 Q"3,4#"/&*&+./#$#.0+*("#$"&$+0./.?,*35+"$'"#$&",,+&.+,"#$(+&&.,*1P LE 6"7$8"$%&'19*11,(1*)+&'./00"'(1( C#$E(1>93(*+:+42*332;4:7(3JJ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,#K Z'4.(.?+"$"&$,4#"*1P$,"3,4#"/&*&+.//"(#$<$("$0*#$'"$(;+--+?,*&+./$"&$'"#$',.+&#$'"$(;5.--" LI V/G"1P$3(1,+B-4&5.'.(.?+=1"#$*1&.1,$'"$(*$=1"#&+./$'"$()"P3,"##+./$'"$0./&"/1#$0./&,"B/.,-*&+%#$<$ ("$0*#$'"$(*$,"3,4#"/&*&+./$#.0+*("$'"#$?+&*/# LI Q"3,4#"/&*&+./#$#.0+*("#$'"$(;.A4+##*/0"<$"P3(.,",$(*$0./'+&+.//*(+& SM

13 "#$%&'#()*+,)-+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,)+()1#(&+2&+)*+)130(4+5+(&)$/4',$0&'67)$0).$01+)*+)$0).,813#$#4'+)*0(,)$+)1305.)*%)30(*' :; <#$+-)#%)&-03'-9)=+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,)*+)$0)1#--%.&'#( :> "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) "#$%&'()*+,-.-/&.,00*1&12-2*31,4,5-6+-2(-+2(-0&247-//-088 :E F%&#G.-#.3/&'+,)7)+66+&,)*%)$'H-+G13#'2)+&)*%)*+4-/)*+)1-#80(1+,)(#-50&'"+, :I =+,,+(&'-)+&)+2.-'5+-)1+)J%+)$K#()-+,,+(&7)J%0(*)$0)*',,#(0(1+).#-&+),%-)*+,)/5#&'#(, :I L0"#-',+-)$0).-/.0-0&'#()5+(&0$+)*0(,)$+)10*-+)*+,)+(&-0M(+5+(&,),.#-&'6,)7)%(+)0..$'10&'#()*%).0-0*'45+)*+)$K38.#1-',' :: =N$+)*%),#%&'+(),#1'0$)*0(,)$+).0-0*'45+)*+)$C38.#1-','+)'(*%'& :: "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().)) O#%13+-)+&),+)$0"+-)$+,)50'(,)7)+66+&,),%-)$C0&&-'H%&'#()*+)1%$.0H'$'&/)+&)*+)-+,.#(,0H'$'&/ :P Q+%&G#()*/,05#-1+-)*+,).-#1+,,%,)5+(&0%2)0%&#50&'J%+,R)$+)*/6')*+)$0)5/*'&0&'#()S :P T#(*'&'#((+-)*+,)0&&'&%*+,)'5.$'1'&+,)(/40&'"+,)+("+-,)$C0$1##$)*+)50('U-+)(#(G1#(,1'+(&+)7)'5.01&),%-)$0)1#(,#550&'#()D)5#8+()& :V Q+-,#((+,)W4/+,)+&)0,,#1'0&'#()0%&#50&'J%+)D)$0)5#-& :V X(6-0)3%50(',0&'#()+&).+-,#((+)W4/+, :Y "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) ;:$A-/&4,*10,14-+B-+0*11-// #C ZK05#%-)(#%,)*#((+G&G'$)$+),+(&'5+(&)*K[&-+)$'H-+R)$+,)-+$0&'#(,)+(&-+)$+,)1-#80(1+,)0%)$'H-+)0-H'&-+) +&)0%)*/&+-5'(',5+)+&)$+),+(&'5+(&)*K05#%-).0,,'#((+$ :\ <'#$+(1+,)1#(]%40$+,)+&)30(*' :\ (404+5+(&^)6#10$',0&'#()-/4%$0&-'1+)+&)*/-#40&'#()*C0$&+-(0&'"+,)0&&'-0(&+,)*0(,)$+)10*-+)*%) 5#*U$+)*+)$C'("+,&',,+5+(& :_ Z+)-N$+)*+)$K+(404+5+(&)5#-0$)*0(,)$+)5#*U$+)*+)$K'("+,&',,+5+(& :_ "#$%"$&'())*)+,)-*..'(/011"().) ;D$E0F2(*/*3,-.72*10*>>&4-7+ &%*+)*%).3/(#5U(+)*C+2.#,'&'#(),/$+1&'"+)*0(,)$+)10*-+)*C%(+).-',+)*+)*/1','#()*C0130&)6'1&'"+999P; ZC+2.#,'&'#()D)%(+),#%-1+),#%-'0(&+).+-5+&G+$$+)*+)-+(6#-1+-)$0)6#-1+).+-,%0,'"+)*C%()5+,,04+).%H$'1'&0'-+)R P; F..$+`)&3'(A)a).0,)&-#.)b)*'66/-+(&9)05#-c04+)$'H/-0$)+&)011+.&0H'$'&/),#1'0$ P> Q-#2'5'&/d*',&0(1+)D)$C#H]+&)1%','(+)+&)13#'2)1%$'(0'-+,)7)%(+).+-,.+1&'"+).,813#,#1'0$ P> Z0)50-J%+)3%50'(+)R)1+)J%+)$0).,813#$#4'+),#1'0$+).+%&)0..#-&+-)$0).+-1+.&'#()*+,)50-J%+, PE "#$%"$&'()2*..'().) F*-'0()e+1%$0%^).,813#$#4%+),#1'0$)+%-#./+( PI f%0(*)$0)(#-5+)*+"'+(&).+-"+-,+)7)'-0&'#((0$'&/)1#(&+2&%+$$+)+&)"'#$0&'#(,).-/5/*'&/+,)*+,)-u4$+,) *+)1#(*%'& P: T#(&+2&+,).#$'&'J%+,)+&)-+.-/,+(&0&'#(,),#1'0$+,9)$+,)-+.-/,+(&0&'#(,)*+)$C'(]%,&'1+)+()1#(&+2&+) &#&0$'&0'-+)+&).#,&G&#&0$'&0' P: F*-'0()e+1%$0%^)%()#H,+-"0&+%-)+(404/9)ZC3',&#'-+)-/1+(&+)*+)$0)=#%50('+)+()&0(&)J%K#H]+&)*+) -/6$+2'#()+&)*K0(0$8,+).#%-)%().,813#$#4%+),#1'0$ PP

14 "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),)) "#$%&'()&*+,-./0(123'&14&,53,6(')& "#$%"&'(&)*+,+-*./"0&"1/2-.$3424*+&"*&$554,1$*4-#&'"&6$2"(,) :-(,;(-4&2")&5"11")&#"&)-#*&/$)&'")&<""=)&>&1"#$%"&'(&)*+,+-*./"&"*&/",5-,1$#%")&"#& A(,#-(*&"*&1"#$%")&4'"#*4*$4,") B CD"55"*&E&F'-(32"G*,$#%?$#*F&'"&2$&/,"))4-#&+6$2($*46"&)(,&2D$**"#*4-#&)+2"%*46" B H55"*)&'(&%-#524*&+/4)*+14;("&6)&,"2$*4-##"2&)(,&2$&%-#)*,(%*4-#&'"&2$&1+1-4,"&*,$#)$%*46"&"*&2")& /",5-,1$#%")&"#&<,-(/" I "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),) ":$;&,*/(*23' < C"&)*$*(*&'"&2$&)-(,%"&'D(#&1"))$<"&/",1"*G42&'"&,"#5-,%",&2$&5-,%"&/",)($)46"&'"&%"&'",#4",&> J K"&2$&L&5-,%"&'")&$,<(1"#*)&M&E&2$&L&5-,%"&$,<(1"#*$*46"&M&'(&1"))$<"&N&%-#)4'+,$*4-#)&*?+-,4;(")& "*&/,+)"#*$*4-#&'O(#"&,"%?",%?"&$//24;(+"&E&(#"&%-11(#4%$*4-#&"#&)$#*+&/(324;(" J P-11(#4%$*4-#)&1"#$Q$#*")&"#&)$#*+&"*&/",)($)4-#&N&+6$2(",&2"&,R2"&'"&2$&6464'4*+&'"&2$&1"#$%"7 9S :"(*G-#&%-11(#4;(",&)4#%T,"1"#*&(#"&4#5-,1$*4-#&5$())"&)$#)&*,-1/",&2O4#*",2-%(*"(,> S %,+'(24*+&"*&'"&2$&64<42$#%"&+/4)*+14;(" X "#$%"$&'()*+,,-).+*.'(/011"(),) "=$>1-,-31?4&*&1(44(,1&'(')&*.,3/4(0&* : H*('"&'"&2D"55"*&'")&$**"#*")&)*+,+-*./4;(")&24+")&E&2D$//$,*"#$#%"&'"&<"#,"&)(,&2$&,"%-##$4))$#%"& '")&64)$<") Y K4)%,414#$*4-#&N&*-(*"&(#"&$55$4,"&'"&/",%"/*4-#&Z&2"&,R2"&'(&'+)"#<$<"1"#*&1-,$20&'")&/,+W(<+)&"*& '"&2$&)4*($*4-#&'$#)&2")&%-1/-,*"1"#*)&'4)%,414#$*-4,") Y [*('"&)(,&2O"55"*&'O(#"&'-(32"&$//$,*"#$#%"&<,-(/$2"&)(,&2$&,"%-##$4))$#%"&'")&"\/,"))4-#)& 5$%4$2") ] CD4'"#*4*+&)-%4$2"&'")&W"(#")&1()(21$#)&*(#4)4"#)&"*&2")&)*,$*+<4")&4'"#*4*$4,")&'"&%?$#<"1"#*7&%$)& 'D+*('4$#*)&<$,Q-#)&"*&5422")&/,$*4;($#*)&"*&#-#&/,$*4;($#*) ] U*+,+-*./"&"\/24%4*"&"*&41/24%4*"&E&2O+<$,'&'")&/",)-##")&"#&)4*($*4-#&'"&?$#'4%$/ ^ "#$%"$&'().+*.-)7+,,'(801"%&"($"9(:;<+& ;$>&**23';3*1&, _-*",&4#'464'("22"1"#*&(#&*,$6$42&%--/+,$*45&"#*,$6"&2$&'+%"#*,$*4-#&'")&4#'464'() C$&?-*24#"&'(&/-4#*&'"&6("&'")&?-*24#",) C$&/",%"/*4-#&'")&4#"<$24*")&)-%4$2")0&2$&%-#54$#%"&"*&2"&)"#*41"#*&'D$<"#% "#$%"&'(&)*+,+-*./"&"*&,+())4*"&"#&1$*?+1$*4;(")&N&$<4,&'T)&2")&$//,"#*4))$<") `#"&,"%?",%?"&"1/4,4;("&)(,&2")&6$,4$32")&1-*46$#*&2")&/,$*4;(")&+%-G,")/-#)$32")&$(&*,$6$420&'$#)& (#&3a*41"#*&/",5-,1$#* B K"&2$&'+%-1/-)4*4-#&'"&2$&6$2"(,&)-%4$2"&$(\&3(*)&'D$%%-1/24))"1"#* B b1/$%*&'"&2$&,$'4%$24)$*4-#&)-%4-g%-<#4*46"&)(,&2")&5$(\&)-(6"#4,)&"#&,"%-##$4))$#%" i c$#'4%$/&d&1"#$%")&'(&)*+,+-*./"&41/$%*&'(&%-#*"#(&'(&)*+,+-*./" i b#)"#)43424*+&'")&+2+1"#*)&%"#*,$(\&$(\&6$,4$*4-#)&%-#*"\*("22")&4#%-#)%4"#*")n&14)"&"#&+64'"#%"&/$,& 2"&/$,$'4<1"&'"&2O$1-,Q$<"&)(32414#$2&+1-*4-##" J e'$/*$*4-#&"*&6$24'$*4-#&"#&2$#<("&$,$3"&'o(#&;(")*4-##$4,"&+6$2($#*&2")&%-#)+;("#%")&'")& *,-(32")&'"&2O"#5$#*&)(,&2$&;($24*+&'"&64"&'")&/$,"#*)&L&2"&/$,G;-2&M J C$&1-3424)$*4-#&'")&)*,$*+<4")&4'"#*4*$4,")&/$,&2")&5"11")&"#&b,$# BS

15 "#$%&"'&()&*(+,-"'-+&*()%(./)0$&(,1+%2$-'3-"()4-"516,35-/"(*%,($&*(+&,'&+5-/"*(&5($&*(1./5-/"*( */%$&71&*($/,*()4%"&(*-5%35-/"()&('/"5,8$&(*/'-3$(-"5&,6,/%+& :; :A <3("35%,&()&($43'5-/"(=(-.+$-'35-/"*(+/%,($&(+3,3)-6.&()4BC+/',-*-&(-")%-5& :A D##&5*()4%"&()1'$3,35-/"()&($-2&,51()3"*($&('3),&()4%"&(#/,.35-/"(%"-7&,*-53-,&(=(7&,*(%"("/%7&$( %*36&(+1)36/6->%&(E :F G51,1/5C+&*()&(6&",&(&5(.35B1.35->%&*(=(/%(>%3")($3('/%$&%,()%(*5C$/(H,/*&(7*9(2$&%I(#3-5(73,-&,($3( +&,#/,.3"'& :F G&(*&"5-,('/%+32$&(&5(+,/516&,($3(+$3"05&(=($4-"#$%&"'&('3%*3$&()&($3('%$+32-$-51(*%,(%"('/.+/,5&.&"5(,1+3,35&%,()&(5C+&(+,/J&"7-,/""&.&"53$ :K L1./-,&(*/'-3$&(&5('3516/,-*35-/"(*/'-3$&(=($&(,8$&()%(+3,536&()%(*/%7&"-, :K M-,%*(&5(.1)-3*(=(3%5/+*-&()N%"&(3"6/-**&('/$$&'5-7& :O P&($N355,-2%5-/"('3%*3$&(Q($N355,-2%5-/"()&(,&*+/"*32-$-51()3"*($3('353*5,/+B&()&(.+-$3(3%('/"6/J 2,3RR37-$$& :O G5,&**S(3"T-151(&5(',/C3"'&*(=($N3)B1*-/"(Q()&*(',/C3"'&*(*%+&,*5-5-&%*&*(+&%5J&$$&('/"*5-5%&,(%"&( *5,3516-&()&('/+-"6(&"(*-5%35-/"()&(*5,&**(E :U D##&5()&($N&""%-S($&()1'/%,36&.&"5(&5($&(*5,&**(*%,($N3''&+532-$-51()&*(+,/6-'-&$*()&(6&*5-/"(-"516,1*( &"(V%"-*-& :U WB/-*-,()4&"5,&,(&"(#/C&,J$/6&.&" :X <3(+,1#1,&"'&(+/%,(%"&('3516/,-&(*/'-3$&('B&R($&*(+,1*'/$3-,&*=($4-.+3'5()%(5C+&()&(5Y'B&(&5()&($3( #3.-$-3,-51()&($3('3516/,-&(*/'-3$& :X W/"5,8$32-$-51S(3-)&(7*("/"J3-)&(&5(1./5-/"*(&"7&,*(*/ :: D##&5()&($3(.&"3'&()%(*51,1/5C+&()&(6&",&(*%,($43%5/JB3")-'3+('/.+/,5&.&"53$(&5($&*( +&,#/,.3"'&*('B&R($&*(#&..&*()3"*($&(./")&()%(5,373-$ :: <&*(,&+,1*&"535-/"*(*/'-3$&*()&*("/%7&$$&*(5&'B"/$/6-&*()&($N-"#/,.35-/"(&5()&($3('/..%"-'35-/"( 'B&R()&*(&"*&-6"3"5*(5%"-*-&"*()&()-##1,&"5&*(*+1'-3$-51*9('3*()&(+,/#&**&%,*()&('/$$06&()&($3(,16-/"( )&(V%"-* :Z :Z [,,?5&R()N17-5&,()&(+3**&,(3%(,/%6&(\(]%3")(+/,5&,(%"(,/%6&(Q($07,&*(7-#(2//*5&($&*(+&,#/,.3"'&*( -"5&$$&'5%&$$&* :^ <&*(*/-*(+/**-2$&*(1>%-$-2,1*(=(%"&(+$%*J73$%&(./5-735-/""&$$&(E :^ _1*&3%(*/'-3$()&(+,/T-.-51(=($43++/,5()&*(./)0$&*(&,6.(H&T+/"&"5-3$(,3")/.(6,3+B(./)&$I Z; `&,'&+5-/"()&('B3$&%,S('/.+15&"'&(&5()4Y6&()&*(*/%*J6,/%+&*()&(+&,*/""&*(Y61&* Z; "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) "#$%&'()$*+,%%-&./0123(40$0546,578#'090'.&5:)'(&5'4/;&-(<)0'05:&5.4(&590'5(307)= [++,/'B&J17-5&.&"5(=(&"5,&(3'5-/"*S(2%5*(&5(2&*/-"* ZA a%5*()43''/.+$-**&.&"5(=(+&,*+&'5-7&*(b-*5/,->%&s('/"'&+5%&$$&(&5(b-1,3,'b->%& zf [++,/'B&,(37&'(7-6-$3"'&b17-5&,(37&'(&"5B/%*-3*.&(=()-*5-"6%&,($43++,/'B&b17-5&.&"5(&5($&*(#/'%*(,16%$35&%,* ZF "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) , CB+D)84)-0E'F <4/,-&"535-/"()&*(&"*&-6"3"5*(&"(c,3"'&(#3'&(Q($3()-7&,*-51('%$5%,&$$&(&5(,&$-6-&%*& ZK P17&$/++&.&"5(&5()-7&,*-51('%$5%,&$$&(&"5,&(/,-&"5(&5(/''-)&" ZK VB1/,-&('%$5%,&$$&(&5(+&,'&+5-/"()&*(,-*>%&* ZO )4-"516,35-/" ZO

16 ""#$%&'$()*+,*%()%-"'*+-*%#&$./(0&)%-*)(.1&'$/-*&,2*)(.1-3*41('$())-##-3*+&)3*,)-*"-.3"-%'$/-* $)'-.%,#',.-## "#$%&'()*+,)-..+./'("00$(.) "#$%&'(')*)&+,-&./0)&1))+-&&23(+-2& $-*3(%$&#-*+&)3*#-3*11(."9:*#-*%&3*+,*"$-+;+&)3;#&;"(.' < -)9&9-&)' < ABB-'3*+-*#C$1"#41-)'&'$()*+C$)'-)'$()*3,.*#&*.4&#$3&'$()*+C,)-*&%'$()*3,$/$-*+-*%()34D,-)%-3* )49&'$/ E 8$3$'-.*,)*1,34-*&/-%*+-3*'&>#-''-3*'&%'$#-3*:*3'.&'49$-3*3(%$&#-3*+-*%(11,)$%&'$()*-'*4#&>(.&'$()* +-*%())&$33&)% E %%-"'&>$#$'4*&*".$(.$*-'*&%%-"'&'$()*:*#-*%&3*+F,)*+$3"(3$'$B*'-%?)(#(9$D,-*+-*9-3'$()*+-*'.&B$%

17 Résumés

18 A1 - Normes et valeurs sociales Jeudi, 09h00-10h45, Salle Mérite-t-il que je l aide? Attributions causales en contextes de stress et comportements d aide. Saint-Bauzel, Roxane (Laboratoire perseus - université de Lorraine), Esnard, Catherine (Cerca, Université de Poitiers), Marrie, Elodie (Université de Poitiers). On sait depuis Weiner (1980) que les attributions causales régulent les attentes, émotions et comportements, notamment les comportements d aide : nous aidons davantage une personne perçue comme n étant pas responsable de ce qui lui arrive (attribution causale externe). Par exemple, un étudiant prêtera plus facilement ses cours au camarade absent à cause d un décès dans sa famille, plutôt qu à celui qui ne s est pas levé après une sortie trop arrosée. Or la littérature (Dubois, 2003) montre également que les explications causales internes sont socialement valorisées en contexte de travail. On peut ainsi se demander quel type d explication causale favorisera les comportements d aide et dans quel contexte de stress. Pour répondre à cette question, nous avons sollicité 148 élèves infirmièr(e)s. Il leur a aléatoirement été présenté un cas fictif d une personne stressée et sollicitant de l aide dans un contexte soit professionnel (hôpital), soit académique (université), soit non professionnel (voisinage). Dans chacun de ces 3 cas, nous avons manipulé le type d explications causales produite par la personne-cible, en faisant varier en inter-sujets le locus of control (interne vs externe), et la contrôlabilité de la situation (contrôlable vs non contrôlable). Nos résultats montrent que les intentions d apporter une aide, matérielle ou en termes de temps, sont d autant plus nombreuses que le stress provient d un contexte professionnel. Ces intentions sont également plus nombreuses lorsque les explications sont perçues comme externes et non contrôlables, situations dans lesquelles la personne est jugée comme moins responsable de ce qui lui arrive. C est donc l absence de contrôle interne, qui n est pourtant pas valorisée, qui favoriserait l apparition de comportements d aide. Ces résultats seront discutés à la lumière des notions d utilité et désirabilité perçues, associées à la perception de la responsabilité des individus dans des situations stressantes. Sanctionner l auteur d une transgression. Étude d une composante motivationnelle des valeurs morales. Métayer, Sébastien (Université Paris Descartes), Pahlavan, Farzaneh (Université Paris Descartes). En fixant des normes et des interdits, les valeurs morales participent du bon fonctionnement d un groupe ou d une société (Haidt & Kesebir, 2010). Lorsqu une norme sociale ou éthique est transgressée, l individu est parfois pris du désir de sanctionner l auteur de la transgression, même s il n en a pas lui-même souffert les conséquences (Chekroun & Brauer, 2008 ; Fehr & Fischbacher, 2004). Ce type de sanction aurait pour fonction de maintenir l ordre social et la coopération entre les individus (Jensen, 2010). Nous avons cherché à montrer que les valeurs morales, lorsque l individu y adhère ou lorsque le contexte les rend saillantes, peuvent motiver l individu à sanctionner les personnes qui ne les respectent pas. Pour ce faire, nous avons mesuré les intentions comportementales à l aide de vignettes moralement ambiguës dans lesquelles le protagoniste respectait une valeur morale (e.g., l équité) aux dépends d une autre (e.g., la loyauté). Dans une première étude (N = 245), nous avons ainsi pu mettre en évidence que plus les participants accordaient de l importance à une valeur, plus ils désiraient sanctionner le protagoniste ne respectant pas cette valeur. Une deuxième étude (N = 186) nous a permis de montrer que l amorçage d une valeur morale pouvait entrainer une baisse des intentions prosociales à l égard du protagoniste ne respectant pas cette valeur. Ces études nous ont aussi permis de constater que la perception d une valeur au sein des événements décrits pouvait être influencée par son degré d accessibilité, chronique ou temporaire. Dans l ensemble, ces résultats soulignent l aspect motivationnel des valeurs morales en montrant notamment qu elles peuvent être à l origine de comportements punitifs visant à les faire respecter. "

19 Adhésion aux valeurs républicaines, déviance intergroupe et légitimation des préjugés. Kamiejski, Rodolphe (Lapps), Nugier, Armelle (Lapsco). Différents apports de la psychologie sociale attestent du rôle des idéologies d intégration dans l endossement et la légitimation d attitudes défavorables aux minorités d origine immigrée (e.g. Guimond et al, 2013). En France, Kamiejski et coll. (2012) ont présenté le rôle différencié du modèle républicain sur les attitudes intergroupes au travers de deux composantes, une dimension reliée à l égalité citoyenne, l autre au principe de laïcité. L adhésion à la première s oppose à des conceptions inégalitaires dans une perspective de dominance sociale (Sidanius et Pratto, 1999), la seconde interroge quant à ses liens avec les préjugés (étude1 et 2, Kamiejski et al, 2012). Ainsi, le principe de laïcité, son usage et recours interpellent ces dernières années tant la religion musulmane en particulier et les pratiques associées cristallisent l opinion, exacerbent des tensions sociales voire des manifestations d hostilité (CNCDH, 2013). L inadéquation présentée avec le modèle politique d intégration de référence au travers de son principe de laïcité positionne musulmans et maghrébins par extension comme déviants aux valeurs et pratiques républicaines, justifiant à leur encontre l expression de préjugés. On s attend dès lors à ce que l endossement de ce principe conduise à des réactions plus fortes face à l expression et conduites religieuses déviantes pour le cadre français, augmentant le ressentiment à l égard des immigrés. Pour tester cette hypothèse, une étude réalisée en laboratoire (N=136) mesurait l adhésion aux dimensions du modèle républicain, en particulier la laïcité, puis exposait des participants à différents types de scénari d actes de déviance classique (Brauer et Chaurand, 2010) ou religieuse pour lesquels l origine de l auteur variait. Les résultats attestent d'une réaction à la déviance religieuse et surtout de l augmentation d attitudes préjudicielles visant les immigrés motivée par une plus forte adhésion à la laïcité et l exposition à un déviant d origine maghrébine. Le principe de laïcité légitimerait donc envers eux l expression de préjugés. Valeur sociale et niveau d abstraction langagière : comment se présenter pour être recruté ou se faire des amis? Burguet, Annette (Lerass equipe psycom). Des études montrent que les réponses données par les participants en situation d auto présentation varient en fonction du contexte sollicité. Ceux-ci choisiraient de communiquer une certaine valeur sociale en s appuyant tantôt sur un registre de désirabilité sociale (DS), tantôt sur un registre d utilité sociale (US) (Beauvois, 1995 ; Dubois & Aubert, 2010). Une 1ère recherche manipule le contexte d auto présentation (recrutement professionnel vs rencontre amicale) et la consigne (se faire bien voir vs se faire mal voir) sur le choix de 24 adjectifs (6 US +, 6 US -, 6 DS +, 6 DS -). Si, comme les auteurs l affirment, la DS s ancre dans des relations interpersonnelles en renvoyant à une évaluation affective et l US a trait à la valeur économique des personnes, les participants devraient choisir davantage d adjectifs DS (vs US) en situation de rencontre (vs de recrutement), et ce, selon la consigne. Les résultats en condition recrutement confirment l'hypothèse mais uniquement sur les adjectifs négatifs. En revanche, on obtient bien l effet inverse attendu en situation de rencontre mais uniquement sur les adjectifs positifs. Une 2nde recherche utilise les mêmes traits mais manipule cette fois le niveau d abstraction langagière. Selon Maass et al. (1989), nous avons tendance à décrire nos comportements positifs de manière plus abstraite et nos comportements négatifs de manière plus concrète. Nous nous attendons donc à un effet de la consigne sur la façon dont les participants se présentent. Les résultats confirment les hypothèses : en situation de recrutement comme en situation de rencontre, les participants choisissent davantage les expressions positives abstraites et négatives concrètes lorsqu ils doivent se faire bien voir que lorsqu ils doivent se faire mal voir. Cet effet est systématiquement plus marqué pour les expressions évoquant la DS, et ce, quelle que soit la condition (recrutement vs rencontre). "

20 La valeur sociale des explications causales : norme d internalité et/ou schéma causal? Delmas, Florian (Université Grenoble-Alpes). Selon l hypothèse d une norme d internalité, les explications causales internes sont plus valorisées socialement que les externes (Beauvois & Dubois, 1988 ; Dubois, 2009). Afin d éviter à l avenir tout biais de sélection des explications lors de la vérification empirique de cette hypothèse, Dompnier (2006) a proposé de construire les questionnaires d internalité en sélectionnant aléatoirement les explications. Jusqu ici, la possibilité d un semblable biais dans la sélection des événements décrits dans ces questionnaires n a pas été envisagée. Cependant, constatant la négligence d informations supposées critiques, Kelley (1972) a avancé que, pour certains événements, les gens appliquent un schéma causal préexistant et leur attribuent la cause qu'il présuppose. Cette cause peut être interne pour un événement (ne pas savoir une conjugaison), et externe pour d autres (gagner à un jeu de hasard). Ainsi, la sélection des événements présents dans les questionnaires d internalité pourrait avoir influencé incidemment les résultats expérimentaux. Pour le montrer, nous avons construit un questionnaire contenant 16 items provenant pour moitié du questionnaire d internalité pour élève de Dubois (1994). Les événements des autres items activaient chacun un schéma de causalité externe selon l estimation subjective de la probabilité causale (Morris & Larrick, 1995). Des étudiants ont évalué un élève fictif connu uniquement par ses réponses à ce questionnaire. Selon la condition, l élève était censé avoir choisi des réponses : uniquement internes (Interne), uniquement externes (Externe), internes pour les items du questionnaire de Dubois (1994) et externes pour les autres items (Schématique), externes pour les items de Dubois (1994) et internes pour les autres items (Contreschématique). En accord avec nos attentes, l élève a été le mieux évalué en condition Schématique et le plus mal en condition Contre-schématique, les conditions Interne et Externe se situant entre les deux. "

La réputation d incompétence mathématique : quelle menace pour les femmes?

La réputation d incompétence mathématique : quelle menace pour les femmes? La réputation d incompétence mathématique : quelle menace pour les femmes? Virginie Bonnot Université Paris Descartes Laboratoire de Psychologie Sociale «Journée parité en mathématiques» Institut Henri

Plus en détail

Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara

Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara Compte-rendu du stage post-doctoral de Dimitri Voisin à l Université de Californie, Santa-Barbara Stage de 5 mois (Décembre 2011-Avril 2012) Montant de la bourse ADRIPS : 800 euros Experts du dossier de

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode WOCCQ (WOCCQ) Le WOCCQ (WOrking Conditions and Control Questionnaire) est une méthode de diagnostic collectif du stress et des facteurs de stress professionnels, mise au point à l université de Liège à

Plus en détail

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION :

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : ROLE DU STYLE DE LEADERSHIP ET DU CLIMAT DE JUSTICE SUR LE HARCELEMENT MORAL ET LE STRESS A partir d une communication réalisée pour l AIPTLF BOLOGNA

Plus en détail

Autour de Jim Sidanius (Harvard University) et Felicia Pratto (University of Connecticut)

Autour de Jim Sidanius (Harvard University) et Felicia Pratto (University of Connecticut) Séance du séminaire «Inégalités et Politiques» POLINE, 28 mai 2010 Compte-rendu par C. Bachelot (post-doctorante CEE) Autour de Jim Sidanius (Harvard University) et Felicia Pratto (University of Connecticut)

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Anne-Marie GALLET et Valérie LANGEVIN BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Les Assises du CHSCT, Saint-Denis, 30 septembre 2015 Définitions n Origine du terme Burn + out = combustion totale, «carbonisation psychique»

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

POL3140 Psychologie politique. Cours 5: La personnalité du citoyen

POL3140 Psychologie politique. Cours 5: La personnalité du citoyen POL3140 Psychologie politique Cours 5: La personnalité du citoyen Votre personnalité? http://openpolitics.ca/tikipage.php?pagename=quiz-home Programme Définition Trois approches Une illustration: l autoritarisme

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Psychologie Sociale de la Vie Quotidienne :

Psychologie Sociale de la Vie Quotidienne : Psychologie Sociale de la Vie Quotidienne : J.-B. Légal Cours de Licence 2 Paris Ouest Nanterre la Défense Présentation et Organisation : 12 heures (6 x 2h) Validation : Un travail «pratique» Une validation

Plus en détail

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages 5 èmes mes JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages Les théories de la motivation : les apports de la psychologie sociale et de la psychologie du travail. A. Fernandez

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE)

Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE) APPEL A COMMUNICATIONS IV ème COLLOQUE OCRE EDC PARIS Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE) IVème COLLOQUE OCRE EDC PARIS «L entrepreneuriat : une réponse efficace à la crise économique?»

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Estelle M. Morin Psychologue et professeure titulaire HEC Montréal Professeure associée, Département de psychologie, U

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Prénom : Didier. Nom : Courbet. Liste de Publications 2009-2013 :

Prénom : Didier. Nom : Courbet. Liste de Publications 2009-2013 : Prénom : Didier Nom : Courbet Liste de Publications 2009-2013 : 1. COURBET, D., FOURQUET-COURBET M.P., KAZAN, R and INTARTAGLIA J., (2013) The Long-term Effects of E-advertising The Influence of Internet

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

Master 2 : Insertion et Risques Psycho Sociaux (I RPS)

Master 2 : Insertion et Risques Psycho Sociaux (I RPS) UNIVERSITÉ DE REIMS CHAMPAGNE-ARDENNE UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES Master 2 : Insertion et Risques Psycho Sociaux (I RPS) Responsable : Sophie Berjot Consignes pour les rapports de stages ** Tuteurs

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite:

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite: CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure Ensuite: Majeures Développement : J11 (-1,-2, -3 pour options) et J12 pour profession Sociale : J21 (-1,-2, -3

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Programme

FORMATION CONTINUE Programme Arsi Prog2015-BAT3:PF 2011 12/08/14 11:34 Page1 2 0 1 5 FORMATION CONTINUE Programme Association de Recherche en Soins Infirmiers agréée pour la formation continue 109, rue Negreneys 31200 TOULOUSE Tél.

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Perception sociale Cours 5

Perception sociale Cours 5 Perception sociale Cours 5 Les schémas permettent de préserver des ressources Macrae, Milne, & Bodenhausen (1994) Sujet doivent se former des impressions de 4 personnes tout en écoutant un document audio

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

Appel à communications. Colloque international. «Les femmes dans le monde académique» Paris, 25, 26, 27 mars 2015

Appel à communications. Colloque international. «Les femmes dans le monde académique» Paris, 25, 26, 27 mars 2015 Appel à communications Colloque international «Les femmes dans le monde académique» Paris, 25, 26, 27 mars 2015 Le colloque est une action du projet TRIGGER (transforming institutions by gendering contents

Plus en détail

Annexe A : Résumé des résultats obtenus

Annexe A : Résumé des résultats obtenus FNRS 1113-061971.00 Rapport final Annexes 1 Annexe A : Résumé des résultats obtenus Méthode et instruments de recherche Les élèves en apprentissage dual suivis dans cette étude sont issus des quatre écoles

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Regard sur nos perceptions vis-à-vis des personnes ayant reçu un diagnostic de trouble mental

Regard sur nos perceptions vis-à-vis des personnes ayant reçu un diagnostic de trouble mental Regard sur nos perceptions vis-à-vis des personnes ayant reçu un diagnostic de trouble mental Résultats du sondage sur la stigmatisation mené lors du XV e Colloque de l Association québécoise pour la réadaptation

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Master 1 Professionnel de Psychologie de Psychologie du Travail : Formation-Orientation-Evaluation

Master 1 Professionnel de Psychologie de Psychologie du Travail : Formation-Orientation-Evaluation Université Tunis-el Manar Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis Département de Psychologie Master 1 Professionnel de Psychologie de Psychologie du Travail : Formation-Orientation-Evaluation

Plus en détail

Maître de conférences en psychologie sociale

Maître de conférences en psychologie sociale Dimitri VOISIN 24 rue du Président Franklin Roosevelt 51100 Reims Tel : 06.43.36.96.01. Courriel : dimitri.voisin@univ-reims.fr Né le 17 janvier 1980 à Le Mans Maître de conférences en psychologie sociale

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

«Les Partitions sociales» en tant que stratégies identitaires. Une approche psychosociale des relations intergénérationnelles

«Les Partitions sociales» en tant que stratégies identitaires. Une approche psychosociale des relations intergénérationnelles Philippe Castel «Les Partitions sociales» en tant que stratégies identitaires Une approche psychosociale des relations intergénérationnelles Veranstaltung Introduction Approche psychosociale Psychologie

Plus en détail

Comprendre et analyser les rapports humains

Comprendre et analyser les rapports humains Comprendre et analyser les rapports humains La méthodologie RepMut en matière d électro-mobilité Marie-Françoise Lacassagne, Laboratoire SPMS, Université Bourgogne Franche-Comté Florent Mangin, SATT Grand

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1 LA RÉALITÉ ET LES ENJEUX 2 LES MODÈLES THÉORIQUES 3 - LES DÉMARCHES DIAGNOSTIQUES 4 LES ACTIONS DE PRÉVENTION

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

BTS COMMUNICATION VISUELLE options A et B CALENDRIER - SESSION 2012

BTS COMMUNICATION VISUELLE options A et B CALENDRIER - SESSION 2012 Annexe I BTS COMMUNICATION VISUELLE options A et B CALENDRIER - SESSION 2012 EPREUVES DATES HORAIRES Culture générale et expression Lundi 14 mai 2012 14h00-18h00 ECRITS Démarche créative Mardi 15 et mercredi

Plus en détail

Informations sur le programme et description des cours

Informations sur le programme et description des cours SCIENCES HUMAINES - 300.A0 Profil A3 Développement humain et société Informations sur le programme et description des cours Service de la gestion et du développement des programmes d études 2015-2016 SCIENCES

Plus en détail

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Centre de gestion 85 17, 26, 30 septembre 2014 Performance des organisations Santé au travail Déroulement de l atelier RPS : Comprendre et agir Les RPS,

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4-3 - Les résultats de l'étude... 7

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4-3 - Les résultats de l'étude... 7 JF/JPD N 111965 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com pour Les Français et l interruption volontaire

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire

Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire Formation pour les centres pénitentiaires Après 20 ans d exercice dans les métiers de sécurité, également formé aux techniques de communication,

Plus en détail

Une projection pour réfléchir aujourd hui

Une projection pour réfléchir aujourd hui Quinzièmes Journées des Archives Louvain-la-Neuve, 23 et 24 avril 2015 Les archivistes dans quinze ans Nouvelles attentes, nouvelles responsabilités, nouveaux défis Une projection pour réfléchir aujourd

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi»

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi» note d informationdécembre 11.31 «Cours le matin, sport l après-midi» est un dispositif expérimental d aménagement du temps scolaire autour de la pratique sportive. Les élèves engagés dans cette expérimentation

Plus en détail

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE CONTENU Journée 1 matin : Communication et efficacité de travail de groupe. - Approche de la communication en groupe et de ses effets sur les modes de participation,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION»

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» «Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» CDOS de Gironde Bordeaux (33) 19 Janvier Jacques LAPORTE Conseil-Formation-Coaching 1 «C est le désir qui crée le désirable et le projet

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail