Une histoire de fous! Stéphanie BARRAU Interne DESAR CHU Poi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une histoire de fous! Stéphanie BARRAU Interne DESAR CHU Poi

Transcription

1 Une histoire de fous! Stéphanie BARRAU Interne DESAR CHU Poi<ers ARCO 3/02/15

2 Mme R. 27 ans admise en réanima<on pour troubles de la vigilance Antécédents : - Asthme - HTA non traitée - No<on de péricardite dans l enfance - Obésité IMC 46 Kg/m2 => sleeve gastrectomie le 31/3/14 - oligo- spanio- ménorrhée - Infer<lité primaire - Cholecystectomie 25/6/14 Traitements : Zyrtec, Cymbalta, Temesta, Relpax en cas de migraine

3 Une histoire longue. - 2 semaines après sleeve : vomissements post prandiaux et faible alimenta<on => perte de poids de 31% en moins de 2 mois. - Parallèlement : dégrada<on état général (apathie, amnésie antérograde) jusqu à clinophilie => hospitalisa<on en service de chirurgie du 16 au 31/5 : TOGD, FOGD, TDM abdomino- pelvien : pas d anomalies 10 au 13/6 : Gastro- entérologie. Echo abdominale: sludge vésiculaire cholecystectomie 25/6

4 - Hospitalisa<on en médecine interne du 30/6 au 3/7 car «malaises» à répé<<on : perte de contact mais tonus préservé, pas mouvements anormaux Bilan é<ologique -, origine psychogène évoqué. Avis psychiatrique : troubles de la personnalité, syndrome régressif - Transfert en psychiatrie au décours

5 Finalement en psychiatrie : - Absence de contact/refus de communica<on - 9/8 : Trouble de la vigilance Glasgow 11 et fièvre En réanima<on : Glasgow 11, TA 120/80mmHg, FC 121 bpm, SpO2 98% AA, FR 20/min Trouble de la vigilance fluctuant avec Glasgow entre 8 et 14 Quelle est votre prise en charge diagnos3que?

6 Ophtalmoplégie D>G Syndrome cérébelleux

7 Troubles de l oculomotricité Syndrome cérébelleux 2) Examens complémentaires - Bilan biologique (ionogramme sanguin/ca/ph/ Mg, GDS, ammoniémie, BH), recherche de toxique sang et urines - Scanner cérébral IV - Bilan infec<eux : Hémocultures, sérologies (VIH, Whipple), Ponc<on lombaire Biologie : Glycémie normale (), pas de troubles ioniques, normocapnie, BH normal Recherche de toxiques néga<ve NFS GB TDM cérébral normal Bilan infec<eux : hémocultures néga<ves, Serologies néga<ves, culture LCR néga<f PL : Glycorachie 1,2g/L, Protéinorachie 0,52g/L, acide lac<que 4mmol/L, 2 éléments blancs. PCR HSV/VZV/entérovirus néga<ves

8 Quelles sont les é<ologies possibles et comment les rechercher vous? Causes systémiques fonc3onnelles Causes systémiques lésionnelles Causes neurologiques Pas de signe de localisa<on Signe de localisa<on Signe de localisa<on - Anoxie/ischémie - Toxique - Métabolique : Na, Ca, Ph, Mg, glycémie, Insuffisance rénale (urée)/ respiratoire(capnie)/ hépa<que (ammoniémie), caren<elle - Endocriniennes : TSH, cor<sol - Caren<elle (B1) - Press syndrome - Néoplasie - Hémopathie - Infec<eux : HSV, VIH, Creutzfeld jacob - Inflammatoire * ADEM * Auto- immun: Hashimoto, neurolupus, an<- NMDA, an< VGKC

9 Troubles de l oculomotricité Syndrome cérébelleux 2) Examens complémentaires - Bilan biologique (ionogramme sanguin/ca/ph/mg, GDS), recherche de toxique sang et urines - Scanner cérébral ± IV - Bilan infec3eux : Hémocultures, sérologies, Ponc3on lombaire (PCR HSV TDMc Normal, PL néga<ve PCR HSV néga<ve, pas de trouble ionique/capnie 3) Recherche maladie systémique/auto- immune - Bilan auto- immun sanguin: FAN, ANCA, an<corps an<- NMDA, an<- thyroglobuline, an<- TPO, an<- TRAK - Immunoéléctrophorèse protéines sang/lcr - TSH, cor<sol, dosage vitamines Aucune anomalie

10 Troubles de l oculomotricité Syndrome cérébelleux 2) Examens complémentaires - Bilan biologique (ionogramme sanguin/ca/ph/mg, GDS), recherche de toxique sang et urines - Scanner cérébral ± IV - Bilan infec3eux : Hémocultures, sérologies (VIH, Whipple), Ponc3on lombaire (PCR HSV TDMc Normal, PL néga<ve PCR HSV néga<ve, pas de trouble ionique/capnie 3) Recherche maladie systémique/auto- immune - Bilan auto- immun sanguin: FAN, ANCA, an<corps an<- NMDA, an<- thyroglobuline, an<- TPO - Immunoéléctrophorèse protéines sang/lcr - Bilan spécifique encéphalite : - TSH, cor<solv Aucune anomalie IRM EEG Tracé d encéphalopathie métabolique ou toxique

11 IRM

12

13 Hypersignal T2 corps mamillaires, hypersignal peri- aqueducal douteux Hypersignaux T2 FLAIR et diffusion noyaux caudés, putamens, 2 pulvinars, bilatéraux et symétriques => Carence vitaminique/ Creutzfeld Jacob Quelle est votre hypothèse diagnos<que?

14 Encéphalopathie de Gayet- Wernicke Antécédent de chirurgie bariatrique - Complique 0 à 30% des chirurgies - 2 type de chirurgie : Restric<ves (sleeve): î du risque Avec malabsorp<on (bypass) - Facteurs de risques : * syndrome de malabsorp<on * mauvaise compliance post opératoire * Carence préopératoire * Vomissements post opératoires Tack J. et al. Best Pract Res Clin. Gastroenterol. 2014; 28(4):

15 6mois Début de l EGW après chirurgie bariatrique (84 cas) Aasheim ET. Ann Surg 2008;248:

16 Critères de Caine : Triade (tb oculomoteurs, confusion, sd cerebelleux) + dénutri<on Galvin R. et al. Eur J Neurol Dec;17(12):

17 Clinique EGW post chirurgie bariatrique (84 p<ents) Aasheim ET. Ann Surg 2008;248:

18 IRM avec séquence FLAIR et diffusion - Hypersignaux T2 : thalamus, corps mamillaires, région periaqueducale Galvin R. et al. Eur J Neurol Dec;17(12):

19 Diagnos<c de cer<tude = dosage thiamine - Recommanda<ons de grade B : suivi B1 pendant 6 mois post opératoires. - Traitement : Thiamine IV 200mg x 3/j pendant 3j

20 Physiopathologie Réversible si traitement précoce. => déficit > 2sem : lésions irréversibles Absorp<on duodénale Déficit en thiamine =>ê thiamine pyrophosphate (coenzyme) => perturba<on glycolyse et cycle de Krebs Nardone R. et al. ScienLficWorldJournal.2013;

21 Thiamine pyrophosphate = coenzyme Dashty M. et al. Clin Biochem. 2013; 46:

22 Connaissez- vous un trigger poten<el à l EGW? Perfusion de Glucose IV => trop d apports pour peu d ac<vité enzyma<que =>anomalie contrôle passage transmembranaire glutamate => gradient osmo<que avec œdème IC => é lactate avec acidose Préven<on : Thiamine 100mg dès début de perfusion

23 dosage de vitamine B1 du mois de mai = 56nmol/L ( nmol/L). Le dosage de la protéine revient néga<f écartant ainsi le diagnos<c d encéphalopathie de Creutzfeld Jacob. Bilan caren<el (supplémenta<on vitaminique débutée) => Vitamine B1 363nmol/L

24 Transfert en neurologie Déficit moteur distal des 2 membres supérieurs, douleurs neuropathiques des membres inférieurs. ENMG : polyneuropathie sensi<vo- motrice axonale sévère, origine toxico- caren<elle très probable Un consulta<on neuropsychologique conclut en la présence d une désorienta<on temporo spa<ale, ralen<ssement psycho- moteur, amnésie antéro et rétrograde, fausse reconnaissances et confabula<ons Quel est votre diagnos3c?

25 Syndrome de Korsakoff 85 % des EGW Clinique : Triade + Dénutri<on + fausses reconnaissances et fabula<ons Pitel. et al. PLoS One. 2009; 4: e7748

26 Merci de votre azen<on

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»"

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine» «Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»" MONTESQUIEU! Jeudi 4 mars 2016" Jacquier Sophie" " " MADAME H. 23 ANS Antécédents personnels :" Appendicectomie" Avulsion des dents de

Plus en détail

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Cas clinique : Mr R. 52 ans ATCD : éthylisme chronique. Apparition aiguë de confusion, troubles de la mémoire m moire et de l él équilibre, diplopie. Anorexie Examen

Plus en détail

Alcool et troubles cognitifs

Alcool et troubles cognitifs Alcool et troubles cognitifs O. Martinaud,, S. Bioux,, E. Bliaux,, D. Pouliquen Service de Neurologie CMRR Mars 2009 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Dépendance à l alcool selon le DSM-IV Présence de trois

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012 Des convulsions réfractaires ARCO Tours Octobre 2012 HDM H 22 ans apprentissage de métallurgie. Débute un stage ATCD Traumatisme crânien grave avec fracture du rocher et hémorragie intracrânienne à 4 ans,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Je pourrais m appeler Julie

Je pourrais m appeler Julie Je pourrais m appeler Julie Thierry LHERM, Amandine LEBRUN, Olivier GONTIER, Juliette AUDIBERT, Kader OUCHENIR, Alexandre CONIA, Mouldi HAMROUNI, Pierre KALFON Réanimation, CHARTRES (28) Conflits d intérêts

Plus en détail

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009 CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009

Plus en détail

Staff Pinel. Salle Gustave Roussy et service de génétique. 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK

Staff Pinel. Salle Gustave Roussy et service de génétique. 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK Staff Pinel Salle Gustave Roussy et service de génétique 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK Histoire de la maladie Mme L., 51 ans, Depuis 2009 (46 ans), installation progressive d une dysarthrie,

Plus en détail

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne généralités déficits de protéines enzymatiques communes à de nombreux organes - organelles

Plus en détail

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 La chirurgie bariatrique Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 L obésité : une maladie chronique grave L obésité : une maladie chronique grave Reeves GK et al, BMJ 2007 L obésité : un problème

Plus en détail

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Dr Véronique TAILLARD Service MME Unité Transversale de Nutrition Clinique Chirurgie

Plus en détail

CAS CLINIQUE Hopital Mahosot. Aphonethip Aina Todisoa

CAS CLINIQUE Hopital Mahosot. Aphonethip Aina Todisoa CAS CLINIQUE Hopital Mahosot Aphonethip Aina Todisoa INFORMATIONS GENERALES Fille 11 ans Collégienne Habitant à Ban Phameuang (District Paksan Prov de Bolikhamxay) Admise le 08 Août 2007 pour fièvre et

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Les urgences neurologiques

Les urgences neurologiques Les urgences neurologiques Dr Pierre-Alexandre Baillot Service de neurologie hôpital Bon Secours à Metz Chef de clinique faculté de médecine de Nancy Pour tout patient «neurologique» Commencer par faire

Plus en détail

Dysthyroïdies et grossesse

Dysthyroïdies et grossesse Dysthyroïdies et grossesse C.Chatelet-Cheront Observation Clinique Mme B. 3ème geste, 30 ans. Pas antc. M-CH-F. 2 gr antérieures: RAS. DDR = 27/03/2011 14/05: 9 SA vomissements +++ CAT? B.S: TSH = 0,02,

Plus en détail

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Diane KEIL 1, Amandine RALLO 1, Stéphane GENNAI 1, Raphaelle GERMI 2,4, Patrice MORAND 2, 4, Olivier Epaulard 3,4 1 - Service

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

Dr Bluenn Quillerou Praticien Hospitalier Responsable des urgences psychiatriques et de la psychiatrie de liaison Service de psychiatrie adulte

Dr Bluenn Quillerou Praticien Hospitalier Responsable des urgences psychiatriques et de la psychiatrie de liaison Service de psychiatrie adulte Dr Bluenn Quillerou Praticien Hospitalier Responsable des urgences psychiatriques et de la psychiatrie de liaison Service de psychiatrie adulte Hôpital Saint Antoine INTRODUCTION (1) La psychiatrie de

Plus en détail

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES DOGME Signes infectieux + purpura avec au moins 1 élément nécrotique ou ecchymotique d une taille > 3 mm 1 ère dose d ATB active sur le méningocoque

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES LES MICROLESIONS MUSCULAIRES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC PRISE EN CHARGE Docteur CASCUA Stéphane Hôpital national de Saint Maurice Les microlésions musculaires CONTRACTURES COURBATURES crampes «brûlures

Plus en détail

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J.

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Items étudiés Diabète 2 : Item 233 (maladies et grands syndromes) HTA de l adulte :

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Une diarrhée qui dure: que faire? Dr Rodica Gincul Hépato gastroentérologie Hôpital E. Herriot Hospices Civils de Lyon

Une diarrhée qui dure: que faire? Dr Rodica Gincul Hépato gastroentérologie Hôpital E. Herriot Hospices Civils de Lyon Une diarrhée qui dure: que faire? Dr Rodica Gincul Hépato gastroentérologie Hôpital E. Herriot Hospices Civils de Lyon Diarrhée chronique : Définition et épidémiologie Diarrhée / OMS : > 3 selles molles

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS Marianne Picard CHU Limoges Définition Atteinte inflammatoire pancréatique pouvant aller jusqu à la nécrose, d étiologie variée, avec

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Cas clin 7. Djeddi D

Cas clin 7. Djeddi D Cas clin 7 Djeddi D Etienne 3 mois (Poids 5000gr) est amené aux urgences par ses parents pour vomissements depuis le matin. Il est né à terme, ses parents sont fumeurs. Les antécédents familiaux d Etienne

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS Antécédents: Antécédents médicaux: Obésité morbide: poids: 165kg, taille: 159cm, BMI: 65 Arthose scapulaire droite Syndrome dépressif depuis 2003 Antécédents chirurgicaux:

Plus en détail

Physiopathologie de l acidocétose diabétique. Dr Mazouzi A

Physiopathologie de l acidocétose diabétique. Dr Mazouzi A Physiopathologie de l acidocétose diabétique Dr Mazouzi A I / Plan II /Introduction III /Physiopathologie A/ cause rôle de la carence en insuline B/ mécanisme 1/ de l hyperglycemie 2/ l acido cetose C/

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON ATP7B S. BARGE 11/12/2009 INTRODUCTION Syndrome «hépato-lenticulaire» Maladie génétique RARE Accumulation toxique tissulaire de cuivre libre Transmission autosomique

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Expert : Dr Catherine VERGNE Animateur : Dr Michel PORTIER PEGASE. Mardi 14 AVRIL 2015

Expert : Dr Catherine VERGNE Animateur : Dr Michel PORTIER PEGASE. Mardi 14 AVRIL 2015 Expert : Dr Catherine VERGNE Animateur : Dr Michel PORTIER PEGASE Mardi 14 AVRIL 2015 ! Bien conseiller avant une grossesse! Prescrire les bons examens au bon moment! Savoir dépister les pathologies gravidiques

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Encéphalites limbiques paranéoplasiques et diagnostics différentiels.

Encéphalites limbiques paranéoplasiques et diagnostics différentiels. Encéphalites limbiques paranéoplasiques et diagnostics différentiels. C.Hubsch, S.Foscolo, E.Schmitt, L.Taillandier. Service de neurologie (Pr.Vespignani) et Service de neuroradiologie (Pr.Bracard ) CHU

Plus en détail

Imagerie de l AVC. Pierre Garnier 13 Juin 2015

Imagerie de l AVC. Pierre Garnier 13 Juin 2015 Imagerie de l AVC Pierre Garnier 13 Juin 2015 AVC nécessité d une prise en charge rapide thérapeu5ques d urgence : impact bénéfique sur le pronos5c AVC ischémique d origine artérielle : thrombolyse IV

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Y.Yazdanpanah, MD, PhD INSERM, Atip/avenir U738, Univ Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, France Service des maladies infectieuses et

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Syndrome de renutrition inappropriée

Syndrome de renutrition inappropriée inappropriée A. Van Gossum Hôpital Erasme - Bruxelles DIUE, Décembre 2009 Définition ou Syndrome de renutrition inappropriée (refeeding syndrome) Ensemble des symptômes cliniques et des perturbations métaboliques

Plus en détail

Patiente de 47 ans, schizophrène, dépression, OH. AEG depuis plusieurs mois. Récemment : anorexie, vomissements, potomanie, crises convulsives.

Patiente de 47 ans, schizophrène, dépression, OH. AEG depuis plusieurs mois. Récemment : anorexie, vomissements, potomanie, crises convulsives. Patiente de 47 ans, schizophrène, dépression, OH. AEG depuis plusieurs mois. Récemment : anorexie, vomissements, potomanie, crises convulsives. A l admission, Glasgow score =15, toxiques -, alcoolémie

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que Épilepsie Crise simple État de mal épilep/que Épidémiologie Prévalence : 8,2/1000 Incidence : 50 à 60/100000 0.7 à 3.4 % des admissions sont dues à une crise d épilepsie 2/3 à épilep/que connu 1/3 à Première

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

ARCO Tours Simon POIGNANT

ARCO Tours Simon POIGNANT ARCO Tours 2016 Simon POIGNANT CAS CLINIQUE Mr F. pa4ent de 59 ans transféré le 17 décembre pour détresse respiratoire aigue et sepsis. ANTÉCÉDENTS Orthopédique : maladie arthrosique Nombreuses chirurgies

Plus en détail

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples)

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) Mai 2007 OBJECTIF : L objectif général de ce travail

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

Les neuropathies. Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse pathologies neuromusculaires

Les neuropathies. Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse pathologies neuromusculaires Les neuropathies périphériquesriques Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse Centre de référence r rence régional r de pathologies neuromusculaires Noyau commun Syndrome neurogène atteinte motrice troubles

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Place du médecin généraliste dans l équipe pluridisciplinaire Jean-Pierre Lamandé Médecin généraliste Médecin coordonnateur du réseau ROMDES Jean-Pierre Lamandé 1 Les protagonistes

Plus en détail

Département de médecine Service d endocrinologie. Consultations générales - Endocrinologie

Département de médecine Service d endocrinologie. Consultations générales - Endocrinologie Consultations générales - Endocrinologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Patrice Perron Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!!

FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!! FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!! Clément GUYONAUD (Interne) Christophe CRACCO (PH) Réanimation Polyvalente CH d Angoulême ARCO 11 février 2014 Aucun conflit d intérêt Mme S,

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Physiologie / Régulation de la tension artérielle

Physiologie / Régulation de la tension artérielle Physiologie / Régulation de la tension artérielle Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Définitions Régime pulsatile Max: pression systolique :

Plus en détail

VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI)

VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI) VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI) AIDE A LA CONSULTATION Aide à VMNCI (Mise à jour au 12/02/2014 ) (annule et remplace «Présentation au 08/11/2012») Examen clinique

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Guillain Barré syndrome

Guillain Barré syndrome Guillain Barré syndrome GB et Strohl: il y a 1 siècle (mais avant eux Landry en 1859!) Paralysie aiguë avec aréflexie Récupération spontannée Dissociation albubinocytologique Epidemiologie Incidence: 1.2

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

MALADIE ALCOOLIQUE ET

MALADIE ALCOOLIQUE ET FORMATION APPROFONDIE EN GÉRIATRIE. 28 NOVEMBRE 2012 MALADIE ALCOOLIQUE ET TROUBLES COGNITIFS Mohamed Marwène GRIRA Introduction La maladie alcoolique: «Maladie primaire et chronique dont le développement

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

STRATEGIE D EXPLORATION D UNE DIARRHEE CHRONIQUE. Virginie GIBAUD CHRU DUPUYTREN LIMOGES

STRATEGIE D EXPLORATION D UNE DIARRHEE CHRONIQUE. Virginie GIBAUD CHRU DUPUYTREN LIMOGES STRATEGIE D EXPLORATION D UNE DIARRHEE CHRONIQUE Virginie GIBAUD CHRU DUPUYTREN LIMOGES DIAGNOSTIC POSITIF Définition : selles - trop abondantes P > 300g/j - et/ou trop fréquentes > 3/j - et/ou trop liquides

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Les troubles cognitifs alcoolo-induits

Les troubles cognitifs alcoolo-induits Les troubles cognitifs alcoolo-induits Diagnostics, étiologies, évolutions GRAA - LILLE 19 septembre 2013 Philippe TISON Docteur en Psychologie Psychologue clinicien, Neuropsychologue contact : philippe.tison@ch-carvin.fr

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Dinane Samara-Boustani Service d Endocrinologie, Diabétologie et Gynécologie Pédiatriques Pr Polak Centre des Maladies Endocriniennes Rares de la

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Des nouveaux critères nécessaires Avant 2011 : Maladie d Alzheimer (MA) : McKahnn 1984, NINCDS-ADRDA Démence fronto-temporale comportementale

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un Encéphalites Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un mode aiguë, subaiguë ou chronique Le plus

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE Journées YOPI 4-11juin 2014 Dr Valérie Bonnenfant-Mezeray TCA : définition Anomalies qualitatives et /ou quantitatives des conduites

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Dr Yves ANDUZE ACHER

Dr Yves ANDUZE ACHER Dr Yves ANDUZE ACHER REGIME ET OBSERVANCE Gerard REACH (HOPITAL AVICENNE) CRITERES D INDICATION OPERATOIRE BMI maximum supérieur 40 ou 35 en cas de co-morbidité Surcharge pondérale stabilisée depuis plus

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPOGLYCEMIE DU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE AU TRAITEMENT: METHODES ET OUTILS PHILIPPE EMY CHR ORLEANS 20/09/2013

PRISE EN CHARGE DE L HYPOGLYCEMIE DU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE AU TRAITEMENT: METHODES ET OUTILS PHILIPPE EMY CHR ORLEANS 20/09/2013 PRISE EN CHARGE DE L HYPOGLYCEMIE DU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE AU TRAITEMENT: METHODES ET OUTILS PHILIPPE EMY CHR ORLEANS 20/09/2013 DIAGNOSTIC POSITIF TRIADE DE WHIPPLE: HYPOGLYCEMIE< 0,50 G/L MANIFESTATIONS

Plus en détail