MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE D'UN PORTEFEUILLE DE CREDITS AUX PARTICULIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE D'UN PORTEFEUILLE DE CREDITS AUX PARTICULIERS"

Transcription

1 UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, POLITIQUES ET SOCIALES LOUVAIN SCHOOL OF MANAGEMENT INSTITUT D'ADMINISTRATION ET DE GESTION MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE D'UN PORTEFEUILLE DE CREDITS AUX PARTICULIERS Mathilde FOX Membres du jury de thèse :, DE BODT Eric, Promoteur UCL et Université Lille GREGOIRE Philippe, Co-Promoteur Louvain School of Management BAUWENS Luc, Rapporteur Université Catholique de Louvain, CORE LOBEZ Frédéric, Lecteur Université de Lille VAN NAMEN Philippe, Lecteur Institut Catholique des Hautes Etudes Commerciales (ICHEC) AGRELL Per, Président Louvain School of Management

2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1. CADRE SCIENTIFIQUE 2. PORTEFEUILLE DE CREDITS : CADRE COMMUN Le courant de recherche Modèles et pratiques bancaires Cadre commun de mesure du risque d'un portefeuille de crédit «Crédit Loss» ou perte de crédit «Expected Loss» «Unexpected Loss» CONTEXTE ECONOMIQUE ET OBJECTIF DE LA THESE DEMARCHE METHODOLOGIQUE Les données de l'étude Une étude empirique 27

3 PARTIE 1 : ESTIMATION DU RISQUE DE CREDIT SYSTEMATIQUE RISQUE SYSTEMATIQUE ET CORRELATION QUANTIFICATION DES COMPORTEMENTS DE DEFAUT Le comportement de défaut Les trajectoires de comportement Données censurées Trajectoires stables ESTIMATION DES RELATIONS DE DEPENDANCE Choix de la méthode d'estimation Estimations TESTS D'INFERENCE ET VALIDITE DES ESTIMATIONS Tests en t Censure des données et corrélations moyennes Simulation de Monte Carlo Résultats de la simulation Censure et signifïcativité de la moyenne 80

4 5. STATIONNARITE DE LA SERIE Allure de la série Autocorrélations et corrélogramme Tests complémentaires de la série 94 PARTIE2 : FACTEURS POTENTIELLEMENT EXPLICATIFS DU RISQUE SYTEMATIQUE REVUE DE LA LITTERATURE Les facteurs macroéconomiques explicatifs de l'évolution du nombre de défauts de consommation aux Etats-Unis Les facteurs macroéconomiques explicatifs de l'évolution 105 du nombre de défauts de consommation au Canada 1.3. Les autres explications de l'évolution du nombre de défauts des consommateurs FACTEURS EXPLICATIFS POTENTIELS ET DISPONIBLES Critère de sélection des variables Cadre juridique belge de l'octroi de crédits aux particuliers Facteurs internes à la banque Indicateurs sur la situation socioprofessionnelle des clients 117

5 a) Statut professionnel 117 b) Etat civil 120 c) Age Indicateurs sur les autres crédits et les avoirs des clients 123 a) Autres crédits 123 b) Propriété Indicateurs sur les revenus et l'épargne des clients 125 a) Revenus professionnels 125 b) Epargne Indicateurs sur le crédit et la composition du portefeuille Indicateurs sur le risque du portefeuille Variables internes retenues dans le modèle explicatif Facteurs macroéconomiques Chômage Dépenses des consommateurs Indices de prix à la consommation Indices de conjoncture Indicateurs de confiance des consommateurs Evolution des marchés financiers Taux d'intérêt et coût du crédit Variables macroéconomiques retenues dans le modèle explicatif Analyse des corrélations 152

6 PARTIE 3 : MODELISATION DU RISQUE SYTEMATIQUE MODELE Contraintes et remarques Modèle Interprétation du modèle, Statut professionnel (HHI) Etat civil (HHI) Age du demandeur (Ecart-type) Revenus professionnels (Ecart-type) Scores (Ecart-type) Le taux de chômage (% population active) Variations de l'indice général des prix La conj oncture économique L'indice de confiance des consommateurs RESIDUS ET HETEROSCEDASTICITE Test de corrélation sérielle des résidus La statistique de DURBIN WATSON Statistique en t de DURBIN Corrélogramme des résidus Test de BREUSCH et GODFREY Amélioration du modèle et correction de 1 ' autocorrélation Hétéroscadasticité Graphe des résidus Test de White CHANGEMENT DE STRUCTURE 178

7 4. SELECTION ARBITRAIRE DE VARIABLES Les méthodes de sélection retenues Les variables arbitrairement sélectionnées 185 CONCLUSION 187 BIBLIOGRAPHIE 197 ANNEXES 207

MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE D UN PORTEFEUILLE DE CREDITS AUX PARTICULIERS

MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE D UN PORTEFEUILLE DE CREDITS AUX PARTICULIERS UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, POLITIQUES ET SOCIALES LOUVAIN SCHOOL OF MANAGEMENT INSTITUT D ADMINISTRATION ET DE GESTION MESURE ET MODELISATION DU RISQUE SYSTEMATIQUE

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS Jean Gabriel Cousin Faculté de Finance, Banque et Comptabilité Université Lille Nord de France né le 27/01/1976 1, Place Déliot 2 enfants 59000 Lille tél. : 03.20.90.76.06 courriel : jgcousin@univ-lille2.fr

Plus en détail

Une analyse économique de la banque: stratégie de financement de la politique de crédit, réglementation et systèmes d'incitations

Une analyse économique de la banque: stratégie de financement de la politique de crédit, réglementation et systèmes d'incitations Gentier Antoine Université Paris Dauphine Une analyse économique de la banque: stratégie de financement de la politique de crédit, réglementation et systèmes d'incitations PLAN DE L'ANNEXE 1 Cas étudié

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Travaux pratiques de Séries Temporelles F. Lavancier, A. Philippe

Travaux pratiques de Séries Temporelles F. Lavancier, A. Philippe Université de Nantes UFR des Sciences et Techniques Département de Mathématiques Master 2 Ingénierie mathématique 2012-2013 Travaux pratiques de Séries Temporelles F. Lavancier, A. Philippe Étude préliminaire

Plus en détail

Evolution de l'indice de Confiance des Ménages

Evolution de l'indice de Confiance des Ménages Note d information du Haut-commissariat au Plan Résultats de l enquête de conjoncture auprès des ménages Troisième trimestre 2012 Au cours du troisième trimestre de 2012, l Indice de Confiance des Ménages

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Carnet de validation pour les étudiants de l UCL

Carnet de validation pour les étudiants de l UCL Ecole doctorale en Information et Communication Carnet de validation pour les étudiants de l UCL A. INFORMATIONS PERSONNELLES Nom et prénom du/de la doctorant(e) :. Facultés universitaires / Université

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION DES INDICATEURS GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10 Section 11

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Mémoire du Master 60 en COMU * modalités et mise en oeuvre

Mémoire du Master 60 en COMU * modalités et mise en oeuvre Mémoire du Master 60 en COMU * modalités et mise en oeuvre Ecole de Communication www.uclouvain.be/comu Octobre 2014-LM Mémoire du Master 60 modalités : Table des matières Différentes formules de mémoire...

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

(mise à jour en juin 2014)

(mise à jour en juin 2014) COMPAGNIE DE L'OCCIDENT POUR LA FINANCE ET L'INDUSTRIE S.A. GOUVERNANCE D ENTREPRISES LE CONSEIL D ADMINISTRATION (mise à jour en juin 2014) COFI Société anonyme 2, rue de l Eau L-1449 Luxembourg Capital

Plus en détail

Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 2007

Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 2007 LESAUX Loïc MAROT Gildas TANGUY Brewal Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 007 Charpentier Arthur Semestre 008 Master 1 Cadoret Isabelle 1 Plan Introduction... 3 Présentation

Plus en détail

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012!

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Deux expertises, deux éclairages" Les taux du crédit immobilier! Les prix de l immobilier!

Plus en détail

UCL. Université catholique de Louvain. Métro Web : logiciel de support à l'évaluation de la qualité ergonomique des sites web.

UCL. Université catholique de Louvain. Métro Web : logiciel de support à l'évaluation de la qualité ergonomique des sites web. UCL Université catholique de Louvain Métro Web : logiciel de support à l'évaluation de la qualité ergonomique des sites web Céline Mariage Thèse présentée en vue de l'obtention du grade de Docteure en

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Double diplôme ICHEC UCL (LSM)

Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Année académique 2015 2016 Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Master en Gestion de l entreprise (120 ECTS) ICHEC Brussels Management School Master en Sciences de gestion (120 ECTS) Louvain School of Management

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles

Analyse de données multidimensionnelles Analyse de données multidimensionnelles M1 Statistique et économétrie, 2014 Projet - V. Monbet Le projet est composé de deux parties indépendantes. Les données sont disponibles sur la page web du cours.

Plus en détail

PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS DE LA CENTRALE DES BILANS CADRE REGLEMENTAIRE FONCTIONNEMENT ET UTILISATEURS DE LA CB FIABILISATION DES DONNEES

PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS DE LA CENTRALE DES BILANS CADRE REGLEMENTAIRE FONCTIONNEMENT ET UTILISATEURS DE LA CB FIABILISATION DES DONNEES 1 PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS DE LA CENTRALE DES BILANS CADRE REGLEMENTAIRE FONCTIONNEMENT ET UTILISATEURS DE LA CB FIABILISATION DES DONNEES REPRESENTATIVITE DE LA CB CONCLUSION 2 INTRODUCTION : LA CENTRALE

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

CHAMPAGNE BELLEHUMEUR GUIMOND INc. ORGANISME DE BASSIN VERSANT DU TÉMISCAMINGUE. ÉTATS FINANCIERS Au 31 mars 2015. Pages. Rapport de mission d'examen

CHAMPAGNE BELLEHUMEUR GUIMOND INc. ORGANISME DE BASSIN VERSANT DU TÉMISCAMINGUE. ÉTATS FINANCIERS Au 31 mars 2015. Pages. Rapport de mission d'examen ÉTATS FINANCIERS Au 31 mars 2015 Pages Rapport de mission d'examen Résultats Évolution de l'actif net Situation financière Flux de trésorerie Notes aux états financiers 1 2 3 4 5 6-9 CHAMPAGNE BELLEHUMEUR

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Règlement des mémoires de Master en COMU Ecole de Communication www.uclouvain.be/comu

Règlement des mémoires de Master en COMU Ecole de Communication www.uclouvain.be/comu Règlement des mémoires de Master en COMU Ecole de Communication www.uclouvain.be/comu Octobre 2014-lm/ 1 Nature du mémoire... 3 Un travail de recherche... 3 Un travail méthodique... 3 Un travail limité...

Plus en détail

assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE

assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L ASSURANCE VIE UNIVERSELLE L'assurance vie universelle réunit

Plus en détail

Complexité sur les marchés financiers

Complexité sur les marchés financiers Complexité sur les marchés financiers Par Professeur François Longin - ESSEC Business School Chaire ESSEC Edgar Morin de la complexité Mardi 9 décembre 2014 - ESSEC Complextité sur les marchés financiers

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N.

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N. Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées Maurice N. Marchon Plan de la présentation Mise en situation Enseignements

Plus en détail

Publications financières

Publications financières 1/5 L accès à un large éventail d informations en français Nous mettons à votre disposition ce document afin de vous offrir l accès à toute l information que vous recherchez, et ce en français. Vous y

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Faculté des sciences économique, sociale, politique et de communication Institut des sciences du travail VADEMECUM

Faculté des sciences économique, sociale, politique et de communication Institut des sciences du travail VADEMECUM Faculté des sciences économique, sociale, politique et de communication Institut des sciences du travail VADEMECUM Mémoire-projet dans le cadre du Master en gestion des ressources humaines version 2014

Plus en détail

Guide des indicateurs de marché

Guide des indicateurs de marché Guide des indicateurs de marché r économiques et financiers Stefan KELLER Julien BROWAEYS B 362213 DUNOD Table des matières Avant-Propos III Le guide : mode d'emploi 1 PREMIÈRE PARTIE - L'état des États

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

2011-2015 Directrice des études, Ecole d économie de Toulouse - TSE. Habilitée à diriger des recherches. Docteur en Sciences Economiques.

2011-2015 Directrice des études, Ecole d économie de Toulouse - TSE. Habilitée à diriger des recherches. Docteur en Sciences Economiques. Curriculum Vitae Catherine PORTIER Octobre 2015 Née le 9 juin 1965 à Hyères (Var). Nationalité française. Mariée, trois enfants. Adresse personnelle: 3240, West 6th Avenue, Vancouver, BC, Canada. Tél :

Plus en détail

Sommaire 2 Notre société 3 Notre équipe 4 Nos valeurs 5 Notre offre 6 Nos avantages 7 Concrètement 8 Tarifs 9 Informations pratiques 10 Accès 10

Sommaire 2 Notre société 3 Notre équipe 4 Nos valeurs 5 Notre offre 6 Nos avantages 7 Concrètement 8 Tarifs 9 Informations pratiques 10 Accès 10 1 Sommaire Sommaire 2 Notre société 3 Notre équipe 4 Nos valeurs 5 Notre offre 6 Nos avantages 7 Concrètement 8 Tarifs 9 Informations pratiques 10 Accès 10 2 Notre société Créée en 1995 à l'initiative

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE UNIVERSITE PROTESTANTE AU CONGO CENTRE CONGOLAIS-ALLEMAND DE MICROFINANCE COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE Professeur Daniel MUKOKO Samba daniel_mukoko@yahoo.fr Quelques références Droesbeke, Jean-Jacques,

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PRÊT À TEMPÉRAMENT ÉTABLI PAR ACTE AUTHENTIQUE PRÊT À TEMPÉRAMENT D'APPLICATION À DATER DU 01.06.2006 CREDIMO S.A. Weversstraat 6-8-10 1730 ASSE Tél. +32(0)2 454

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite

Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite Louis Adam, f.s.a., f.i.c.a. Professeur agrégé, École d actuariat, d Université Laval

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Communication Adhérents

Communication Adhérents Fédération Bancaire Française 18, rue La Fayette - 75440 Paris cedex 09 Tél : 01 48 00 52 52 - Fax : 01 42 46 76 40 E-mail : extranet@fbf.fr Numéro : 2008166 Communication Adhérents Date : 22/05/2008 Rédacteur

Plus en détail

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier Chapitre 8 Estimation de la valeur d un bien immobilier L estimation de la valeur d un bien immobilier est utile notamment : 1. aux acheteurs et vendeurs potentiels ; 2. aux institutions de crédit, puisque

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

C E R O M. Tableau de bord économique de la Polynésie française INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION INDICATEUR DU CLIMAT DES AFFAIRES

C E R O M. Tableau de bord économique de la Polynésie française INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION INDICATEUR DU CLIMAT DES AFFAIRES C E R O M Tableau de bord économique de la Polynésie française Juin 2013 APERÇU STRUCTUREL Population : 268 270 (RP 2012) PIB : 577,4 Mds F CFP (2007) PIB/hab. : 2,23 M F CFP (2007) Poids des secteurs

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis

Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis MPRA Munich Personal RePEc Archive Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis Albulescu, Claudiu Tiberiu Université de Poitiers 03. June 2008 Online at http://mpra.ub.uni-muenchen.de/6754/

Plus en détail

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2013 Rapport de l'auditeur indépendant Aux administrateurs de LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Nous avons effectué

Plus en détail

Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis

Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis MPRA Munich Personal RePEc Archive Romanian financial system dynamics: an aggregate stability index analysis Claudiu Tiberiu Albulescu Université de Poitiers 3. June 2008 Online at http://mpra.ub.uni-muenchen.de/6754/

Plus en détail

Simulations et Méthodes de Monte Carlo

Simulations et Méthodes de Monte Carlo Simulations et Méthodes de Monte Carlo Kam Yuen CHU Ezzoubir KODAD Responsable : Thierry RONCALLI 1 EXO 1 : Risque de marché library pgraph; @Exo1: Risque de marché@ let So=100 150 ; let theta = 1 1; let

Plus en détail

RÈGLEMENT ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU F.R.S.-FNRS DU 5 MAI 2015 CONCERNANT LE MANDAT D IMPULSION SCIENTIFIQUE (MIS)

RÈGLEMENT ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU F.R.S.-FNRS DU 5 MAI 2015 CONCERNANT LE MANDAT D IMPULSION SCIENTIFIQUE (MIS) RÈGLEMENT ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU F.R.S.-FNRS DU 5 MAI 2015 CONCERNANT LE MANDAT D IMPULSION SCIENTIFIQUE (MIS) 1 TABLE DES MATIERES CHAPITRE I : CHAMP D'APPLICATION... 4 Article 1...

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 1 GESTION INTÉGRÉE DES RISQUES HYDRO-QUÉBEC 17 juin 1999 Prévisions économiques utilisées pour le modèle financier de Hydro-Québec

Plus en détail

MASTER 2 RECHERCHE «POLITIQUE ECONOMIQUES ET MODELISATION» Responsable Scientifique : Prof. Bédia F. AKA. Responsable Académique : Dr.

MASTER 2 RECHERCHE «POLITIQUE ECONOMIQUES ET MODELISATION» Responsable Scientifique : Prof. Bédia F. AKA. Responsable Académique : Dr. RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ------------------- UFR SCIENCES ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT (SED) -------------- ECOLE DOCTORALE MASTER

Plus en détail

Quelques modestes idées pour une réforme de l impôt des entreprises

Quelques modestes idées pour une réforme de l impôt des entreprises Quelques modestes idées pour une réforme de l impôt des entreprises Philippe Malherbe Professeur à l Université catholique de Louvain Avocat (Liedekerke) Commission mixte Chambre-Sénat le 4 novembre 2013

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

MOBILITES ET CHOIX DE LOCALISATION A LONG TERME MOBLOC

MOBILITES ET CHOIX DE LOCALISATION A LONG TERME MOBLOC MOBILITES ET CHOIX DE LOCALISATION A LONG TERME EN BELGIQUE MOBLOC A. BAHRI, T. EGGERICKX, S. CARPENTIER, S. KLEIN, PH. GERBER X. PAULY, F. WALLE, PH. TOINT, E. CORNELIS SCIENCE FOR A SUSTAINABLE DEVELOPMENT

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière

Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière Mathilde Dufour, Responsable adjointe Recherche Rédigé le 16/06/2015 Fabien Leonhardt, Gérant de portefeuille Synthèse :

Plus en détail

Exigences pour les risques de marché

Exigences pour les risques de marché Page 1/7 L approche standard selon les art. 84 87 OFR Colonne 01 Colonne 02 Colonne 03 Position Facteur de Exigence Risque de marché des devises, de l or et des matières premières Ligne 001 Devises (1)

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program»

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» Année académique 2014-2015 Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» I. OBJECTIF Le monde de la finance connaît une

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv Argenta a la durabilité dans ses gènes et ses résultats Argenta peut s enorgueillir, au vu de ses résultats 2012 et de son premier

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3 TABLE DES MATIÈRES Table des matières....................................... VII Préface................................................ 1 Introduction........................................... 3 1. La

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE. LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél.

PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE. LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél. PRÉSENTATION DU CABINET VOS OBJECTIFS NOTRE DÉMARCHE LK Conseil Immeuble Louis XIV - 7 Boulevard Louis XIV - 59000 LILLE - Tél. : 03 20 93 14 43 email : contact@lk-conseil.com Site : www.lk-conseil.com

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

FRANCE_ MAROC_ BACHELORS 1 BAC+3_ E.LEARNING_ RÉSEAU

FRANCE_ MAROC_ BACHELORS 1 BAC+3_ E.LEARNING_ RÉSEAU TITRES CERTIFIÉS, RECONNUS PAR L ÉTAT FRANÇAIS NIVEAU II BAC + 3 180 CRÉDITS ECTS EUROPEAN CREDIT TRANSFER SYSTEM TITRES CERTIFIÉS, RECONNUS PAR L ÉTAT NIVEAU II BAC + 3 180 CRÉDITS ECTS EUROPEAN CREDIT

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail