Présentation du modèle d établissement attractif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation du modèle d établissement attractif"

Transcription

1 Présentation du modèle d établissement attractif L institution attractive se définit autour de trois axes communs : le sens d une mission commune et partagée par les directions médicale, infirmière et administrative de l établissement ; la révision de la position de l institution «entreprise qui apporte l emploi aux travailleurs» en «entreprise qui apporte un support organisationnel à ses collaborateurs»; et, la stratégie d ouverture vers l extérieur. SENS DE LA MISSION Lien 3 Lien 1 SUPPORT ORGANISATIONNEL AUX PERSONNES Lien 2 OUVERTURE VERS L EXTERIEUR 1. le sens d une mission commune et partagée par les directions médicale, infirmière et administrative de l établissement. La mission de l'établissement se définit différemment selon le type d institution (hôpital universitaire, centre hospitalier régional, hôpital spécialisé, hôpital public, maison de repos, maison de repos et de soins, centre de soins à domicile ) et tenant compte de l environnement de l établissement (situation géographique et démographique, statut public ou privé, offre de soins externe à l établissement). L institution définit sa mission en accordant une place centrale au patient. Cette mission est visible et permet de reconnaître l établissement comme centre d excellence au niveau des soins médicaux, infirmiers, de l humanisation des soins au patient, des technologies et des équipements. 2. la révision de la position de l institution «entreprise qui apporte l emploi aux travailleurs» en «entreprise qui apporte un support organisationnel à ses collaborateurs». L établissement est une entreprise à part entière, confrontée à des contraintes budgétaires et au respect des législations. Malgré ces contraintes, l institution modèle reste soucieuse du bien-être, de l épanouissement et du développement de ses collaborateurs. L institution modèle développe une philosophie originale de management en privilégiant la confiance aux hommes et aux femmes de terrain. Elle sait tirer le meilleur parti des particularités et des compétences de chacun, et favorise leur développement au profit de l individu et de l organisation. Ceci par souci d amélioration permanente de la prise en charge des patients, dans le cadre des contraintes qui lui sont imposées et de ses objectifs stratégiques. Finalement, l institution modèle est celle qui est parvenue à établir des arrangements d intérêt réciproque pour elle-même et pour l individu et qui crée ainsi des cercles vertueux. Les dirigeants de l établissement ont opéré une transformation fondamentale, qui se reflète dans la perte de la verticalité au profit de l horizontalité et du partenariat. 1

2 3. la stratégie d ouverture vers l extérieur. L institution modèle est une entreprise citoyenne qui, au-delà de ses activités directes, se solidarise de l équilibre et du destin de la communauté dans laquelle elle vit et dont elle vit. L institution témoigne d une grande ouverture permettant des échanges d informations, de services, de savoirs ce qui facilite aussi les flux de patients. L établissement cherche à créer des réseaux de partenariat avec des professionnels (médecins traitants, médecins référents, scientifiques, experts en soins de santé, soins à domicile, MR / MRS, hôpitaux ), d autres établissements, des centres d expertise et les institutions de financement des soins de santé. Dans ces stratégies d ouverture, l établissement cherche à s associer d autres pôles d excellence afin d optimaliser son offre de services au patient. Cette ouverture correspond à une stratégie de gain réciproque de l établissement avec des partenaires plutôt qu à une stratégie de repli sur soi ou à une position concurrentielle. C est par l ouverture que l établissement obtient sa reconnaissance de centre d excellence par rapport aux autres établissements, de la part des médecins et des patients. 2

3 PREMIER AXE LE SENS DE LA MISSION Quels que soient le type d établissement (hôpital universitaire, centre hospitalier régional, maison de repos, maison de repos et de soins, centre de soins à domicile ), son statut (public ou privé) et son environnement (situation géographique et démographique, offre de soins externe à l établissement), l institution modèle définit clairement sa mission en accordant une place centrale au patient. Cette mission vise à rendre accessibles des soins et des services généraux et/ou spécialisés de haute qualité. La mission de l établissement est le fondement de la vision stratégique. Dans sa vision d avenir, l établissement entend assumer les responsabilités qui lui sont dévolues en vertu de son statut (hôpital universitaire / spécialisé / de proximité / hôpital public / MR / MRS /M soins à domicile). A ce titre, en collaboration avec ses partenaires, et dans la perspective d une reconnaissance mutuelle de l expertise de chacun, l établissement entend offrir à ses usagers la meilleure qualité des soins et des services, selon les standards internationaux les plus élevés ; un milieu stimulant et valorisant tant pour ses usagers que pour son personnel ; un centre dynamique de mise en commun, de partage et de diffusion des savoirs ; un centre de référence pour des activités de soins spécifiques (maternité, pédiatrie, santé mentale, revalidation, chirurgie orthopédique, traitement du cancer, ) ; un centre où les soins et services, la recherche, l évaluation et le transfert des savoirs s enrichissent mutuellement de façon continue. Cette mission est visible et permet de reconnaître l établissement comme centre d excellence au niveau des soins médicaux, infirmiers, de l humanisation des soins au patient, des technologies et des équipements. La mission est internalisée par les membres de l institution et devient un ensemble de valeurs communes. Les professionnels, soignants, gestionnaires, techniciens contribuent à la réalisation de la mission de l établissement. Ils assurent la qualité et la sécurité des prestations délivrées tout au long du parcours du patient, depuis l accueil jusqu au retour à domicile ou au transfert vers une autre structure de soins. L institution s engage à respecter les droits et la dignité du patient et promeut sa participation active au projet thérapeutique le concernant. La vision stratégique, la clarté des décisions, la rapidité de réaction, la délégation de pouvoir et la responsabilisation, la capacité à faire partager un projet et à motiver les acteurs de l entreprise constituent les clés du succès des établissements attractifs. Le sens de la mission Valeurs Vision stratégique Politiques claires Qualité de leadership des dirigeants Activités de recherche Image des soins infirmiers 3

4 PREMIER AXE SENS DE LA MISSION Dimension 1 : Valeurs, vision stratégique, et politiques claires Référence 1 L établissement définit sa/ses mission(s) et en dérive des orientations stratégiques 1.1_1. L accomplissement de la mission nécessite la définition d orientations stratégiques et d une politique d établissement claire. 1.2_1. Le comité de direction définit collégialement les lignes stratégiques de l établissement. 1.3_1. Les orientations stratégiques prennent en compte les besoins de la population desservie par l établissement et sont définies en complémentarité avec les autres établissements de santé (soins et prévention) de la région. La participation à des réseaux de santé est un objectif poursuivi par l établissement. 1.4_1. Chaque direction de département définit son plan d action et formule les moyens qu il mettra en œuvre pour l année à venir. 1.5_1. La direction met en œuvre tous les moyens nécessaires pour que le plan stratégique soit connu des membres du personnel. 1.6_1. La conception et la mise en œuvre de la politique s organisent aux différents niveaux de l établissement (département, service, unité de soins / secteur). Référence 2 - La structure organisationnelle de l établissement est horizontale et favorise la prise de décisions au niveau de l unité. 2.1_1. La direction infirmière appartient au comité de direction aux côtés des autres membres de la direction. 2.2_1. L organigramme est en adéquation avec les activités, les objectifs et les missions de l établissement. Il est régulièrement mis à jour et connu de tous. 2.3_1. L établissement s organise en «unités fonctionnelles» centrées sur la fourniture de soins et de services au patient et dans lesquelles les fonctions médicales, administratives et infirmières sont intégrées. Référence 3 Dans la définition de sa mission, l établissement centre ses activités sur les besoins du patient et de sa famille. 3.1_1. Le plan stratégique reflète l engagement de l établissement à l égard des personnes soignées. 4

5 o Le plan stratégique met en exergue la disponibilité du personnel, son respect de la personne soignée (quels que soient sa nationalité, son appartenance religieuse ou les choix qui relèvent de sa vie privée), son engagement à dispenser des soins de qualité qui répondent aux normes scientifiques et à l évolution de la science et des technologies. o Une charte est éditée à l attention des patients, relevant les engagements prioritaires de l institution et des professionnels à l égard des patients (soins de qualité, prise en charge globale, confidentialité, consentement, transmission des dossiers au médecin traitant, qualité des services hôteliers) ainsi que la collaboration attendue du patient et de sa famille (attitude positive à l égard du personnel et des stagiaires, respect des heures de visite, des autres patients et du matériel de l établissement). o Une charte qualité, fondée sur une philosophie de soins, est élaborée en interdisciplinarité. Elle décrit les responsabilités des intervenants à l égard des patients et de leur famille, mais également à l égard des collaborateurs. L expression du patient est encouragée. 3.2_1. Des enquêtes de satisfaction auprès des patients sont conduites de manière systématique. 3.2_2. Les résultats des enquêtes de satisfaction sont traités prioritairement par les unités / secteurs concerné(e)s. o La satisfaction du patient est mesurée par des questionnaires spécifiques selon la nature de l hospitalisation (hospitalisation classique ou hospitalisation de jour), la qualité du patient (enfant ou adulte), et sa langue maternelle. Les formulaires de satisfaction sont complétés à la fin du séjour et déposés dans une boîte aux lettres afin de préserver l anonymat du patient. Un rapport régulier est édité pour les unités concernées. L évaluation de la satisfaction du patient porte sur : l information et l éducation, les soins infirmiers, médicaux et paramédicaux (attention aux besoins des patients, disponibilité, rapidité de l intervention, partage d informations, compétence, soins techniques, coordination et communication avec les autres professionnels, préparation à la sortie, ), la prise en charge de la douleur, la qualité de l infrastructure, le temps d attente, le secteur des polycliniques : accessibilité aux parkings, accueil aux guichets d inscription, signalisation, accueil par le personnel infirmier et les médecins, qualité des soins, clarté et précision des explications, délai pour obtenir un rendez-vous, respect des horaires de rendez-vous, information relative au temps d attente, qualité de l environnement et propreté des locaux. o Les représentants ou associations de patients participent à l évaluation de la qualité des soins et services en participant à des groupes de travail thématiques. 3.2_3. L institution a mis en place la fonction de médiation pour la gestion des plaintes formulées par les patients et leur famille. 5

6 3.2_4. En collaboration avec les acteurs des autres départements, l action du médiateur vise à détecter les dysfonctionnements, à les enregistrer, les analyser et à mettre en place les actions correctives nécessaires. 3.3_1. Des projets visant l humanisation des soins et des services sont mis en oeuvre. o Une politique d évaluation et de prise en charge de la douleur est définie afin d assurer la prévention, l évaluation et le traitement de la douleur : des infirmières sont spécifiquement formées à la gestion de la douleur ; des protocoles spécifiques «douleur» sont élaborés et validés par intervention chirurgicale ; des moyens antalgiques pharmacologiques ou non (jeux, musique, massage, aromathérapie, ) sont mis à disposition des unités de soins. o Une fonction de médiation interculturelle est prévue dans l établissement. o Outre l aspect thérapeutique (diagnostic et traitement de pointe), la prise en charge du patient cancéreux concourt au bien-être du patient (prise en charge multidisciplinaire de la fatigue, soins esthétiques, diététique, ) o Des protocoles sont mis en oeuvre pour éviter l acharnement thérapeutique des patients en fin de vie en collaboration avec le comité d éthique biomédicale. 3.4_1. La politique institutionnelle soutient et encourage l'éducation et l'information du patient. 3.4_2. Le développement de programmes d éducation à l autonomie permet d assurer une meilleure implication du patient dans son processus de soins. o Les infirmières ressources dans de nombreux domaines cliniques jouent un rôle éducatif important auprès des patients. o Plusieurs dispositifs de soutien à l éducation du patient sont construits (brochures, vidéos, DVD). Certaines brochures sont éditées dans plusieurs langues. o L accueil et la prise en charge de la parturiente et de son bébé sont assurés aux stades préper- et post-natal par une équipe multidisciplinaire (gynécologues, anesthésistes, pédiatres, accoucheuses, infirmières, kinésithérapeutes, psychologues, ). L organisation de sessions d information permet d apporter à la future maman un programme éducatif complet sur les soins du nourrisson et l allaitement maternel. 3.5_1. L approche personnalisée des soins et services répond au profil des patients et à leurs besoins spécifiques. o Les patients présentant une obésité morbide sont référés au centre d orthonutrition qui assure une prise en charge personnalisée du patient en accord avec le médecin référent. 6

7 o L encadrement du patient cancéreux est assuré par une équipe multidisciplinaire (oncologue, psychologue, infirmière experte dans la gestion de la douleur) utilisant un programme complet de prise en charge de la douleur et de la fatigue en période de chimiothérapie. 3.6_1. La continuité des soins est assurée. o La présence d un dossier global du patient contribue à la continuité des soins. o Lorsqu un groupe de patients présente des similitudes au plan de ses besoins et au plan de l utilisation des ressources requises pour contribuer à les satisfaire, l hôpital adopte une filière de soins qui favorise la continuité des soins. Cette approche intègre les patientèles hospitalisées et ambulatoires et regroupe aussi les patientèles dont les liens sont indissociables afin d obtenir des avantages supérieurs aux plans de l accessibilité, de la continuité et de la qualité des soins et services (filières cardiologie / chirurgie cardiaque, neurologie / neurochirurgie, mère / enfant, filière psychiatrie, ). o La plupart des filières de soins comportent différents volets. Les interventions vont de la prévention au maintien des acquis en passant par le dépistage, l évaluation, le traitement, l adaptation ou la réadaptation et l intégration sociale. Les soins et services sont dispensés en extrahospitalier sur un mode ambulatoire et en hospitalisation lorsque la condition de la personne l exige. Référence 4 L établissement s engage à délivrer des soins de qualité et à conduire une politique d évaluation et d amélioration de la qualité et de la gestion des risques. 4.1_1. Délivrer des soins de grande qualité est une priorité organisationnelle. 4.1_2. L institution compte un ou plusieurs centres d expertise reconnus pour être à la pointe dans la prise en charge multidisciplinaire du patient. o cancer, lutte contre la douleur, malformations vasculaires congénitales, cardiopathies congénitales, pathologie ano-rectale de l enfant, pathologie sexuelle masculine, prise en charge HIV, mucoviscidose, AVC et revalidation, obésité, diabète, asthme. 4.1_3. Les professionnels soignants s appuient sur des référentiels tels que l Evidence Based Medicine et l Evidence Based Nursing dans le choix des pratiques de soins, des mesures de prévention et de surveillance. o Application des standards de soins pour les soins de plaie, les escarres, l isolement protecteur ou infectieux, l antibiothérapie et l antibioprophylaxie. o Application des principes du NIDCAP en néonatalogie (Newborn Individualised Development Care Assessment Program). o Application des normes HACCP dans les cuisines et les biberonneries (Hazard Analysis and Critical Control Point), 7

8 4.1_4. Le département infirmier participe aux projets qualité initiés par des instances fédérales, régionales ou d expertise (Services Publics Fédéraux Santé Publique, Institut d Hygiène et d Epidémiologie, ). o Projets BIOMED, campagne nationale hygiène des mains 4.2_1. Les responsabilités concernant la gestion des risques sont décrites dans les profils de fonction ad hoc. 4.3_1. Des processus d évaluation et d amélioration de la qualité permettent d améliorer la qualité des soins délivrés dans l organisation. 4.3_2. L institution développe des indicateurs de qualité des soins. L analyse de ces indicateurs et l enregistrement des incidents (infections nosocomiales, chutes, escarres, brûlures, accidents, lésions dentaires, accidents transfusionnels, ) donnent lieu à des rapports aux équipes concernées. 4.3_3. Une stratégie d amélioration des résultats est définie en concertation avec les équipes de soins. o le Programme d'evaluation de la Qualité des Soins Infirmiers est mis en œuvre dans les unités de soins. Ce programme assure un audit interne de l'activité infirmière évaluée sur les ressources, les processus et les résultats. o Enregistrement des escarres : études de prévalence conduites 4X/an dans toutes les unités et comparaison sur base nationale ; évaluation de la qualité sous l angle des ressources des unités : infirmières de référence, protocoles de prévention et d identification du risque, protocoles de traitement, matériel prophylactique ; évaluation de la qualité sous l angle des processus des unités : mobilisation, surveillance de l état nutritionnel, éducation du patient et de la famille ; évaluation de la qualité sous l angle des résultats : patients avec escarres / patients hospitalisés, patients à risque / patients hospitalisés, patients avec escarres / patients à risque ; origine de l escarre ; description de l escarre ; description de la localisation. o Enregistrement des chutes identification du risque de chute du patient âgé par l épreuve de Tinetti ; recensement semestriel par unité par un formulaire standardisé ; enregistrement des moyens de contention physique. o Enregistrement des infections nosocomiales études d incidence des septicémies et comparaison des taux de septicémies avec une base de données nationale (base annuelle) ; suivi des germes multirésistants par un enregistrement continu ; enregistrement des isolements infectieux et de leur durée ; suivi des résistances aux antibiotiques. o Enregistrement des erreurs de médication et erreurs de traitement évaluation ponctuelle du système de distribution des médicaments dans les unités de soins afin de déterminer les erreurs d administration. 8

9 o Evaluation de l état nutritionnel le service de gériatrie procède à une évaluation de l état nutritionnel par le Mini Nutritional Assessment. o Evaluation de l état de stress en pédiatrie : score d évaluation de l angoisse lors d un entretien à 7-8 mois ; instrument de recherche clinique pour l évaluation des états affectifs du jeune enfant (profil kia) ; en maternité : questionnaire sur la dépression post-partum ; en gériatrie : utilisation du Geriatric Depression Scale. o Evaluation de l état confusionnel utilisation du Mini Mental State (Parke-Davis) ; enregistrement de l aide infirmière apportée au patient désorienté dans le cadre du RIM. 4.3_4. La promotion continue de la qualité des soins est conduite avec le souci d une culture de non-sanction. 4.3_5. Un programme de surveillance et de prévention du risque infectieux est en place. Référence 5 L établissement utilise des modèles professionnels de soins qui visent à optimiser et à améliorer l efficience de la prise en charge du patient. 5.1_1. Les modèles de soins apportent aux infirmières responsabilité et autonomie pour la délivrance et la coordination des soins. 5.1_2. Les infirmières sont incitées à exercer une pratique consistante par rapport aux normes de pratique reconnues. o Des itinéraires cliniques sont élaborés pour des pathologies fréquemment prises en charge dans l établissement ou en pratique ambulatoire et pour lesquelles des variabilités de prise en charge sont importantes et des recommandations professionnelles accessibles (prothèse totale de genou, prothèse totale de hanche, hernie discale, varices, accouchement par voie basse, accident vasculaire cérébral, obésité, hystérectomie abdominale, cancer du sein, cancer du rectum, revascularisation myocardique, bronchiolite, hernie inguinale par laparoscopie, endartérectomie, implantation d un pacemaker ). o Une équipe d infirmières coordinatrices de soins a pour missions principales de : coordonner le suivi du patient au cours de son chemin clinique dans un secteur d activités ; être un relais, une référence entre les praticiens hospitaliers dans l approche pluridisciplinaire du patient ; optimiser et individualiser le chemin clinique du patient dans un souci d efficience des soins. o Des indicateurs cliniques sont définis afin de mesurer l efficacité de l itinéraire clinique : analgésie post-opératoire processus de coordination des examens au cours du cheminement clinique éducation du patient et autonomie pour les soins corporels, pour la mobilisation durée moyenne de séjour satisfaction du patient à l égard de la prise en charge de la douleur et de la préparation à la sortie 9

10 o Des indicateurs d équipe sont envisagés : satisfaction du personnel à l égard de la planification des activités de soins et des examens communication entre professionnels de soins et entre services 5.2_1. Les infirmières participent activement à la révision des pratiques et à la simplification des processus. 5.2_2. Les infirmières adoptent une approche-patients (selon les besoins) plutôt qu une approche organisationnelle (routine, actions systématiques). 5.2_3. L approche-patients nécessite du personnel adéquatement formé, capable de s adapter aux besoins du patient. 5.3_1. Des protocoles de soins sont appliqués pour une grande diversité d actes et de soins. Référence 6 - Le respect mutuel entre les disciplines résulte en des relations interdisciplinaires positives. 6.1_1. Des groupes de travail multidisciplinaires sont mis sur pied afin de travailler sur des thématiques communes. 6.1_2. Des lieux de rencontre et de discussion sont prévus, afin d'y aborder les questions de coordination et d'intégration entre les différentes fonctions de l'unité de soins / du secteur. o Mise sur pied de groupes de travail ayant pour thèmes l identification, l enregistrement et la réduction des incidents ; l actualisation des procédures de travail ; la prise en charge de la douleur aiguë et de la douleur chronique ; la réanimation des prématurés, o Les programmes de formation continue sont, pour la plupart, organisés en interdisciplinarité afin d optimaliser le processus de prise en charge du patient. Cette gestion des formations permet de comprendre l expertise de chacun et d apprécier la complémentarité des rôles mais aussi d optimaliser la prise en charge globale du patient. o L élaboration des ordres permanents résulte d une collaboration pluridisciplinaire qui implique concertations et échanges tout au long du processus de la conception. o Une fois par semaine, un staff médical institutionnel est organisé à l intention des équipes médicales, infirmières et paramédicales. Des cas cliniques y sont présentés, permettant de faire le point sur les nouvelles pathologies et options thérapeutiques. 6.1_3. L environnement de collaboration professionnelle entre infirmières et médecins se traduit par un respect mutuel de la connaissance et de la compétence réciproque et l engagement mutuel à la qualité des soins. 10

11 PREMIER AXE SENS DE LA MISSION Dimension 2 : Qualité de leadership des dirigeants Les équipes dirigeantes de l institution modèle ont réussi une délicate alchimie : elles rassemblent des individus de haut niveau et de forte personnalité, tout en maintenant une grande cohésion entre leurs membres. La constitution d une équipe de direction performante a précédé la définition de la stratégie afin de favoriser la qualité de la stratégie mais aussi de faciliter sa mise en œuvre, chacun ayant été associé à son élaboration. La complexité et la mouvance de l environnement associées au recours à des innovations technologiques permanentes semblent justifier le recours à des modèles stratégiques compliqués. Or, les institutions modèles adoptent des stratégies qui découlent d un concept très simple. Mais leur succès réside dans leur capacité à en exploiter à fond toutes les potentialités. D une part, les dirigeants sont parvenus à identifier des pôles d activités qu ils préfèrent développer en partenariat avec des établissements plus performants qu eux et ceux dans lesquels ils peuvent vraiment innover et se développer dans la réponse aux besoins des patients. D autre part, leur concept stratégique est porteur d un projet qui attire et passionne les collaborateurs. L enthousiasme ne s est pas décrété par un leader qui cherche à partager sa vision. Les collaborateurs font leur le sens de la mission institutionnelle et participent à l élaboration d un projet réellement mobilisateur. Référence 7 - Il y a un leader infirmier fort, visible, qui prend des risques et suit une philosophie cohérente lors de la prise de décisions concernant le département infirmier. 7.1_1. La direction du département infirmier développe un plan stratégique pour le recrutement du personnel infirmier en vue d assurer une dotation des équipes adéquate pour des soins sécuritaires et de qualité. o La politique de recrutement assure le respect des demandes des candidats en termes de choix d unité, de temps de travail et d ouverture aux souhaits des infirmières de vivre différentes expériences professionnelles. o La politique de recrutement évite l appel aux intérimaires. o Des avantages particuliers sont proposés aux candidats Reprise de la totalité des années d ancienneté prestées en milieu hospitalier et de la moitié des années prestées dans le secteur de soins extra-hospitalier (MR/MRS, soins à domicile) Remboursement des frais de déplacement Assurance hospitalisation et maladies graves Assurance vie individuelle Affiliation de l établissement à une centrale d achat qui permet d accéder à une large gamme de produits à des tarifs préférentiels Soins de santé : les tickets modérateurs des consultations, de la kinésithérapie et des petites prestations techniques sont pris en charge par l établissement (prestations ambulatoires) hospitalisation en chambre à deux lits au prix de la chambre commune Réductions accordées pour des abonnements sportifs Prix préférentiels pour des activités culturelles ponctuelles (théâtre) Cadeaux de mariage, de naissance et d adoption Mise à disposition d une crèche pour les enfants du personnel 11

12 Tarifs préférentiels pour des abonnements aux grands magazines nationaux et internationaux Tarifs avantageux obtenus auprès d agences de voyage pour les déplacements professionnels et personnels Droit d inscription gratuit à l université pour les enfants du personnel o Les résultats positifs de la politique de recrutement sont communiqués au personnel. 7.2_1. La direction du département infirmier développe un plan stratégique pour l intégration des nouveaux collaborateurs. Ce plan comprend un programme de sensibilisation aux valeurs et à la mission de l établissement, à l excellence et aux pratiques d évaluation (tant de la qualité des soins que des compétences professionnelles), et de mise à niveau des compétences professionnelles.. 7.3_1. La direction du département infirmier déploie un plan stratégique de rétention du personnel qui se traduit dans deux axes : développement professionnel et maintien de conditions de travail favorables (qualité de vie au travail et équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle). 7.4_1. Une politique de formation est mise en œuvre de façon à ce que chaque acteur professionnel bénéficie d un plan de formation qui lui permet d acquérir les compétences requises par une description de fonction. Ce plan de formation répond aux objectifs institutionnels et personnels, puisqu il tient compte des acquis du collaborateur. 7.5_1. Un ensemble de mécanismes de concertation vise la participation effective des infirmières aux prises de décision à tous les niveaux. Exemple tiré de la pratique o L infirmière participe, est écoutée et prend une part active à la prise de décision sur des matières liées aux soins mais aussi sur des matières non liées aux soins (comité de prévention et de protection au travail, conseil d administration, comité médicopharmaceutique, commission éthique, ). 7.6_1. La direction infirmière adopte une stratégie de communication rendant l information disponible et accessible. 7.6_2. Le développement des réseaux de communication et d information assure la mise à disposition du personnel de nombreuses informations (organigramme, politiques internes, procédures de soins, informations ponctuelles, actualité de l institution, ). L enjeu est de réduire au mieux l ambiguïté de rôle. o Développement d un réseau intranet riche et structuré, accessible à l ensemble du personnel et comportant un accès aux «Questions Fréquemment Posées». o La publication d un journal d entreprise assure la diffusion d initiatives individuelles et collectives, des projets d équipes, des résultats de recherches, des restructurations planifiées. 12

Grille d autodiagnostic des qualités managériales et des forces essentielles à l attraction et la rétention du personnel et à la qualité des soins

Grille d autodiagnostic des qualités managériales et des forces essentielles à l attraction et la rétention du personnel et à la qualité des soins Grille d autodiagnostic des qualités managériales et des forces essentielles à l attraction et et à la qualité des 1. Si vous aviez à vous définir comme hôpital magnétique, quels éléments mettriez-vous

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ 1. Synthèse Objectif : du personnel EMPLOPER recenser le nombre d ETP (rémunérés et disponibles) et le nombre de personnes,

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

LES ITINÉRAIRES CLINIQUES À L HÔPITAL ERASME : LE MODÈLE DES 4 A

LES ITINÉRAIRES CLINIQUES À L HÔPITAL ERASME : LE MODÈLE DES 4 A LES ITINÉRAIRES CLINIQUES À L HÔPITAL ERASME : LE MODÈLE DES 4 A TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif 2. Méthodologie 2.1. Introduction 2.2. Le modèle des 4A 2.3. Conclusion 2.2.1. Activity Based Observation

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé OMS-HPS Un outil à l usage des organisations Agence de la santé et des services sociaux de Montréal guide

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis Spécificités wallonne ou bruxelloise 1. Contenu de l Accord Institutionnel 3 grands volets : 1.1. Renouveau politique

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE. Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013.

PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE. Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013. PASSE, PRESENT ET AVENIR DE L ASSURANCE MALADIE Professeur A. De Wever ULB, 31 mai 2013. PLAN I. Histoire des mutuelles II. Sécurité sociale III. Financement IV. Avenir I. HISTOIRE DES MUTUELLES Avant

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences PROGRAMME 2015 PARIS Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences 1 1. OBJECTIFS" 1. Savoir" 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur

Plus en détail