LABEX G-EAU-THERMIE PROFONDE Appel à Projet 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LABEX G-EAU-THERMIE PROFONDE Appel à Projet 2015"

Transcription

1 LABEX G-EAU-THERMIE PROFONDE Appel à Projet 2015 Monitoring of a geothermal reservoir by hybrid gravimetry The project is devoted to the monitoring of a geothermal reservoir by hybrid gravimetry combining different types of gravimeters (permanent superconducting gravimeter, absolute ballistic gravimeter and micro-gravimeters). Using a repetition network will lead to the knowledge of the time and space changes in surface gravity which can be linked to the natural or anthropic activities of the reservoir. This methodology is applied to the sites of Soultz-sous-Forêts and Rittershoffen in Alsace. Report of activities in 2014 In 2014 we have realized different steps of this hybrid gravimetric approach namely (http://labexgeothermie.unistra.fr/img/pdf/hinderer_jacques-2.pdf) eight weekly repetitions of a network of 11 stations separated into 5 loops during july and august 2014 allowing to compute gravity double differences sensitive to various processes linked to the geothermal reservoir of Soultz-sous-Forêts, as well as 2 stations near Rittershoffen (ECOGI) precise leveling of the gravimetric sites of Rittershoffen (G. Ferhat) delivery of a user-friendly code Pygrav written in Python for the processing of the measurements which computes the space and time-variable gravity field in the micro-gravimetric network (CDD B. Hector) the processing of all existing data (2013 et 2014) using this code (CDD M. Calvo) a first modeling of surface gravity changes induced by geothermal density perturbations in the frame of the existing geological model of Soultz-sous-Forêt (CDD Y. Abdelfettah) Proposed activities in 2015 The 2015 project will be dedicated to the following points: the implementation of a new reference site at GPK1 with dedicated pillar and building for increased stability and larger access time periods the repetition of the microgravimetric measurements on the Soultz network with summer internships and the extension of the Rittershoffen network with the implementation of additional stations two repetitions of absolute gravity measurements at GPK1 the processing of the microgravimetric measurements using the monitoring branch of the PyGrav software developed in 2014 the delivery of a user-friendly processing software for the static branch (gravity differences corrected for drift, tide, altitude and terrain effects) of PyGrav software (3 month contract solicited) the forward modeling of surface gravity due to realistic density perturbations of geothermal origin in the Soultz and Rittershoffen context (extension of the one year fellowship shared with magnetotellurics project) 1

2 LABEX G-EAU-THERMIE PROFONDE Appel à Projet 2015 Suivi temporel par gravimétrie hybride d un réservoir géothermique Le projet consiste à effectuer un suivi d un réservoir géothermique par gravimétrie hybride combinant différent types de gravimètres (gravimètre permanent supraconducteur, gravimètre absolu balistique et micro-gravimètres) afin d obtenir sur un réseau de répétition une information spatiale et temporelle sur les variations de pesanteur en surface associées au fonctionnement naturel et anthropique du réservoir. Cette méthodologie est appliquée aux sites de géothermie profonde de Soultz-sous-Forêts et Rittershoffen en Alsace. A/ Bilan d activités (2014) Les actions menées en gravimétrie dans le cadre du projet pendant l année 2014 ont été les suivantes : la réalisation de 8 répétitions hebdomadaires pendant les mois de juillet et d août 2014 d un réseau de 11 stations micro-gravimétriques autour du site du GEIE de Soultz-sous-Forêts grâce à 4 stages «ouvriers» (2 binômes 1A EOST) et de 2 stations à proximité du site d ECOGI (ancien pont derrière le site près de Rittershoffen et une station à Betschdorf, en l absence de point de mesure gravimétrique satisfaisant sur le site ECOGI lui-même) ; des mesures de nivellement de précision sur les stations gravimétriques de Rittershoffen (G. Ferhat avec un stagiaire) La mise à disposition d un code de traitement Pygrav sous Python qui traite les données gravimétriques répétées sur un réseau (CDD B. Hector) Le traitement de l ensemble des données gravimétriques disponibles (2013 et 2014) (CDD M. Calvo) Une première modélisation des effets de gravité en surface d origine géothermale (CDD de Y. Abdelfettah). I. Résultats scientifiques préliminaires Les résultats issus de l approche gravimétrique dans le suivi temporel du réservoir géothermal de Soultz et d ECOGI ont été présentés lors du colloque EGW 2014 à Karlsruhe (Allemagne) en octobre 2014 (http://labex-geothermie.unistra.fr/img/pdf/hinderer_jacques-2.pdf). Nous reprenons ci-dessous quelques points qui nous paraissent importants. I.1. Réseau gravimétrique Les sites de mesures de notre approche de gravimétrie hybride sont décrits, de façon schématique, dans la Fig. 1. La station STJ9 (Observatoire gravimétrique de Strasbourg) est le site de référence où nous avons des mesures permanentes à l aide d un gravimètre cryogénique (échantillonnage de 1 sec) doublées de mesures absolues répétées régulièrement (typiquement une fois par mois). GPK1 est notre point central pour le réseau de répétition micro-gravimétrique de 11 stations autour de Soultz (cf. Fig. 2). Enfin, deux points intermédiaires entre STJ9 et GPK1 ont été choisis autour du site d ECOGI (RITT). 2

3 Fig. 1. Localisation des sites de mesures de gravimétrie du projet Labex. PYR2 KUTZENHAUSEN GPK1 PYR1 SOULTZ GPK2 PYR3 HOHWILLER FARM PYR4 CHAPEL Fig. 2. Localisation des stations de mesure du réseau de Soultz. 3

4 L échelle du réseau de répétition est kilométrique. Onze stations réparties en 5 boucles de 4 ou 5 stations ont été choisies (cf. tableau 1) avec la contrainte d avoir une station commune à (au moins) deux boucles. Pour l instant, nous n avons que deux sites à Rittershoffen, l un proche du site d ECOGI (ancien pont) et un autre à Betschdorf. Loop 1 GPK1 Pyr1 - Pyr2 - Kutzenhausen church GPK1 Loop 2 GPK1 Kutzenhausen church Pyr3 Soultz church GPK1 Loop 3 GPK1 Soultz church Pyr4 farm GPK1 Loop 4 GPK1 chapel- farm GPK2 GPK1 Loop 5 GPK1 Soultz church Hohwiller church GPK1 Tableau 1. Boucles du réseau de stations micro-gravimétriques de Soultz. I.2. Résultats du traitement des données gravimétriques Fig. 3. Simple différences de gravité (en milligal) par rapport à la station de référence GPK1 (code 0) des 11 stations du réseau de Soultz (1 à 11) et des 2 stations d ECOGI (12-13). 4

5 Le calcul des différences simples par rapport à une référence commune montre principalement les effets liés à la topographie (différence d altitude) et de structure géologique (densité) (cf. Fig.3) avec des amplitudes de l ordre de quelques milligal. Tous les écarts sont compris entre 0 et -17 milligals. Fig. 4. Double différences de gravité (en microgal) par rapport à la station de référence GPK1 (code 0) des 11 stations du réseau de Soultz (1 à 11) et des 2 stations d ECOGI (12-13). La répétition temporelle en 2013 et 2014 à un rythme hebdomadaire pendant l été des mesures sur ce réseau conduit au calcul des doubles différences (par rapport au temps et par rapport à l espace) en gravité : 5

6 où x 0 est une station de référence et t 0 un temps de référence. Les variations trouvées sont, quant à elles, beaucoup plus faibles (en dizaines de µgal) (cf. Fig. 4) et sont liées en principe à la déformation verticale, à la redistribution des eaux souterraines (humidité du sol + niveaux d aquifère) et au fonctionnement du réservoir géothermal. Fig. 5. Evolution temporelle des doubles différences de gravité (en µgal) en 2013 et 2014 (haut) ; zoom sur 2014 (bas). Les écart-types (SD) pour chaque campagne sont indiqués dans la partie supérieure et le rectangle bleu représente notre zone d incertitude (à ± 1 SD) des variations de gravité. 6

7 Les valeurs des écarts-types (SD) représentés sur la figure 5 sont indiquées dans les tableaux 2 et 3. L analyse statistique des campagnes de 2013 et 2014 appelle deux remarques : les valeurs de l écart-type en 2013 sont d un ordre de grandeur plus fort qu en 2014 les valeurs de l écart-type de 2014 sont faibles et varient entre 2.6 et 6.8 µgal Station Survey 1 (2/7/2013) Survey 2 (8/7/2013) Survey 3 (16/7/2013) Survey 4 (23/7/2013) Average SD Tableau 2. Ecart-type moyen (en µgal) des campagnes de gravimétrie en Station Survey 1 (1/7/2014) Survey 2 (15/7/2014) Survey 3 (23/7/2014) Survey 4 (5/8/2014) Survey 5 (11/8/2014) Survey 6 (18/8/2014) Average SD Tableau 3. Ecart-type moyen (en µgal) des campagnes de gravimétrie en Comme le protocole de mesures (nombre de stations par boucle, nombre de boucles, temps imparti à la mesure en chaque station, conditions d environnement) est identique, cette différence notoire est attribuée à l instrument lui-même qui est différent entre les deux années. Le CG5 utilisé en 2013 appartenant à l EOST est le seul disponible et était connu pour son manque de convergence des mesures et sa dérive peu stable. L instrument utilisé en 2014 est neuf et visiblement de meilleure qualité. Suite à notre étude, le CG5 de 2013 a d ailleurs été renvoyé chez le constructeur Scintrex pour réparation. Si on trace la zone d incertitude autour de la référence 0 (zone rectangulaire bleue de la fig. 5), on constate que l ensemble des variations observées sur le réseau de Soultz (à quelques exceptions près) est comprise dans cette zone et est donc non significative. En d autres termes, nous n observons pas de variations de gravité dans ce réseau qui dépasse notre précision de mesure. Par contre, les stations 12 et 13 autour de Rittershoffen sortent de cette zone et montrent une variation relative qui peut atteindre 25 µgal par rapport à GPK1 (campagne du début août 2014). Ce résultat est à prendre avec précaution car la boucle de Rittershoffen est la plus longue en distance et en temps de notre étude et peut donc être plus affectée par les erreurs d élimination de la dérive de l instrument. De nouvelles mesures ont été effectuées cet automne sur les stations 12 et 13 pour savoir s il existe réellement une corrélation entre nos variations de pesanteur et les différents tests qui ont commencé sur ECOGI au début du mois d août 2014 sur le second puits (communication personnelle ES-G). II. Modélisation gravimétrique des effets géothermaux Parallèlement à notre activité de mesures, un autre aspect important de notre projet qui a été développé en 2014 est la modélisation des effets de gravité de surface potentiellement induits par un réservoir géothermique. 7

8 Les approches simplistes sont de type point massique (Mogi) : g G M/d 2, où on suppose l anomalie de masse M concentrée en un point à une profondeur donnée d, ou de type plateau de Bouguer : g (µgal) 42 M / A, où M est en Tonnes et la surface A en m 2, cette dernière relation étant, quant à elle, indépendante de la profondeur. Nous avons choisi une autre approche beaucoup plus réaliste que les approches simplistes précitées. L objectif est de se mettre dans les conditions réelles et cela depuis le modèle géologique utilisé jusqu au calcul de l effet gravimétrique. Cette approche consiste à prendre le modèle géologique 3D de la région d étude, effectuer sa discrétisation en éléments finis (tétraèdres) puis de calculer son effet gravimétrique en utilisant les densités moyennes des structures géologiques. Le modèle géologique est ensuite perturbé suivant le type de stimulation hydraulique à prendre en compte (débit, durée, type d eau injectée, profondeur d injection, etc). A la fin, une différence est calculée entre la réponse gravimétrique du modèle initial et sa réponse après stimulation. Fig. 6. Modèle géologique préexistant de Soultz-Sous-Forêt (Baillieux et al., 2012) sans le remplissage Tertiaire et sans le socle. Le modèle local extrait est utilisé pour estimer l effet gravimétrique en surface due à une perturbation de masse de 173 MT à 2 km de profondeur. La discrétisation en tétraèdres est 8

9 également montrée (haut) ; variation de gravité en surface (en milligal) résultante de cette perturbation de masse sur une échelle locale. Le carré noir montre le prolongement en surface de la position réelle du volume perturbé en profondeur. Les points montrent les stations gravimétriques simulées (bas). Les conditions réelles sont également prises en compte dans notre modélisation, comme par exemple, le fait de mettre les stations de mesures sur la surface topographique, d utiliser les vraies valeurs de densité ainsi que le modèle géologique réel. L incertitude de la réponse gravimétrique calculée ne dépasse pas le µgal. Ce formalisme est général et applicable à tout système géothermique. A titre d exemple, la figure 6 montre une modélisation de la variation de g en surface résultant de l injection d eau à une profondeur de 2 km à un débit de 20l/s pendant 100 jours. Le modèle géologique statique utilisé est extrait du modèle de Baillieux (2012) dérivé de données sismiques et de puits de forage et consiste en 6 couches 30 x 20 x 5 km 3. On constate qu en restant sur des anomalies de densité à grande profondeur qui soient réalistes pour les sites de Soultz et Rittershoffen, la variation prédite est très faible et inférieure au µgal, donc a priori inobservable en microgravimétrie. Notons que cette amplitude de prédiction très faible pour Soultz est en accord avec l absence de variations observées significatives sur ce site, où aucune activité n a eu lieu depuis le début de l été 2013 quand nous avons commencé notre suivi gravimétrique. III. Mise au point du programme de calcul PyGrav Afin de faciliter le traitement des mesures de gravité sur le réseau de répétition, un programme a été développé (CDD B. Hector) au cours du premier semestre Pour l instant seule la branche Suivi temporel (Monitoring) est opérationnelle. Ce programme a été écrit sous Python et permet, à partir des fichiers bruts du gravimètre Scintrex CG5, de corriger de la marée lunisolaire et de la pression atmosphérique et d éliminer, par une méthode de minimisation par moindres carrés, la dérive instrumentale. La première étape conduit aux différences de g simples puis, lors des répétitions du réseau, aux doubles différences de g. L architecture du programme PyGrav est données dans la figure 7 et un exemple de fenêtre graphique traçant les points de gravité, leur erreur, ainsi que les tilts X et Y, dans la figure 8. Une sélection de valeurs à conserver peut être faite soit manuellement soit automatiquement (rejet des points d erreur supérieure à un seuil ou avec des tilts supérieurs à un seuil, ou n ayant pas la longueur de mesures voulue, etc ). 9

10 Fig. 7. Organigramme du programme PyGrav Fig. 8. Exemple de fenêtre graphique dans PyGrav 10

11 IV. Références Communications Hinderer, J., Hybrid gravimetry: on recent scientific achievements, Progress in Geodesy Research Symposium, Wuhan, China, April 2014 (invited). Hinderer, Jacques, Marta Calvo, Basile Hector, Umberto Riccardi, Gilbert Ferhat, Yassine Abdelfettah & Jean-Daniel Bernard, Monitoring of geothermal reservoirs by hybrid gravimetry, EGW 2014, Karlsruhe, November Ferhat, Gilbert, Gilles Ménard, Jean-Philippe Malet, Jacques Hinderer, Vertical ground deformation monitored by precise leveling: Ubaye, Southern Alps & geothermal exploitations sites Soultz-sous-Forêts & Rittershoffen, Alsace, G2 Workshop, Strasbourg, November Rapport DUBOIS Frédéric, NARDY Arthur, SACHET Cédric, DESCHEPPER Baptiste, Rapport de stage sur les mesures microgravimétriques autour du site de géothermie profonde de Soultz-Sous-Forêts Article Hinderer, Jacques, Marta Calvo, Basile Hector, Umberto Riccardi, Gilbert Ferhat, Yassine Abdelfettah & Jean-Daniel Bernard, Monitoring of geothermal reservoirs by hybrid gravimetry, Geothermal Energy, to be submitted. V. Bilan financier (2014) Fonds projet Montant restant ,00 244,30 Dépenses Restant Masse Fonctionnement 4 000, ,31-200,31 Masse investissement 0,00 0,00 0,00 Masse personnel , ,39 444,61 11

12 B/ Proposition d actions en 2015 Après deux ans de suivi temporel du réservoir géothermal de Soultz et de Rittershoffen par gravimétrie hybride, nous proposons de poursuivre notre investigation par les actions suivantes : Mesures de gravité Il y a une nécessité de poursuivre les campagnes de micro-gravimétrie en 2015 pour plusieurs raisons. D une part, nous avons vu que des raisons instrumentales expliquent un suivi en 2013 très peu précis au contraire du suivi de 2014 de l ordre de 5 µgal ; il nous faut confirmer ce faible niveau d incertitude et voir aussi l éventuelle variation sur une durée de 12 mois. D autre part, nous n avons de variations significatives de g à Rittershoffen qu en 2014 et de plus uniquement sur deux stations ; il est nécessaire d étendre le réseau autour d ECOGI en implantant entre 2 et 4 nouvelles stations en plus des deux existantes. Une autre raison est que nous espérons un redémarrage des activités du site de Soultz en 2015, alors que nos deux saisons de mesures correspondent à un site en arrêt. De même, des phases de test vont se présentées sur le site d ECOGI en 2015 dans la continuité de ce projet industriel et nous essaierons de caler certaines de nos campagnes en fonction d un calendrier connu de tests. La qualité d un réseau de micro-gravimétrie dépend aussi de la stabilité du point de référence (en l occurrence GPK1). Nous utilisons actuellement le local de stockage mais de nombreux objets massifs sont souvent déplacés à proximité immédiate du notre point de référence (cf. Fig. 9). Par conséquent, nous proposons: Fig. 9. Point de référence GPK1 à l intérieur du local de stockage du GEIE. 1/ l installation d un pilier et d un abri sur le site du GEIE (à proximité du local de stockage de GPK1) qui permette des mesures de référence en gravité plus stables que le local de stockage et aussi une plus grande plage de mesures en début et fin de journée notamment en été 2/ la reconduction de 2 mesures de gravité absolue (FG5) à GPK1 pour le suivi à long terme de la stabilité du site de référence 3/ la poursuite des mesures de gravité relative (CG5) sur le réseau de 11 stations microgravimétriques de Soultz-sous-Forêts 12

13 4/ l extension du réseau microgravimétrique de Rittershoffen à 4 ou 6 stations et le calage de certaines campagnes au calendrier des activités du site d ECOGI. L ensemble de ces mesures seront assurées notamment par deux stages étudiant pendant l été 2014 (1A /M1) et par l équipe de gravimétrie de l EOST en dehors de cette période. Modélisation et traitement des données En plus de ces actions de mesures, nous poursuivrons notre effort de modélisation des effets de variations spatio-temporelles de gravité attendus dans la limite des connaissances actuelles du fonctionnement des réservoirs de Soultz et de Rittershoffen. En particulier, nous quantifierons de façon plus précise les effets en gravité sur la base des informations fournies par ES-G lors des différentes phases de test d ECOGI. Ceci pourra se faire dans le cadre de la prolongation du contrat de Y. AbdelFettah (CDD de 1 an à 50 % présentée par P. Sailhac dans son projet d investigation magnéto-tellurique). Un autre aspect qui sera étudié est la modélisation des effets de gravité en profondeur en se rapprochant des sources perturbatrices. Nous prendrons également contact avec les constructeurs de gravimètres de forage (Scintrex, LaCoste Romberg) pour voir dans quelles conditions une expérience de mesures en forage peut être envisagée. La mise au point de la branche statique du logiciel PyGrav, prenant en compte les corrections d altitude et de terrain avant le calcul de l anomalie de Bouguer, reste à faire. Ceci pourra se faire en combinant le savoir-faire de Y. Abdelfettah et les compétences en langage Python d un CDD en informatique. Participants Nom Prénom Emploi actuel Rôle/Responsabilité dans le projet HINDERER Jacques DR CNRS Porteur du projet/coordination Gravimétrie hybride ROSAT Séverine CR CNRS Traitement des données de gravimétrie (marées, bruit sismique et subsismique) BOY Jean-Paul Physicien- Adjoint Modélisation des surcharges hydrologiques, atmosphériques et océaniques-modèles de marée ROGISTER Yves MdC UdS Modélisation gravito-élastique du réservoir LITTEL Fréderic AI CNRS Responsable technique des gravimètres supraconducteurs de l OGS BERNARD Jean-Daniel IE UdS Responsable technique du gravimètre absolu FG5#206 X CDD 3 mois Mise au point de la branche statique du logiciel PyGrav ABDELFETTAH* Yassine CDD 1 an Modélisation gravimétrique directe et (25 %) inverse ; approche jointe gravimétrie-mt * CDD partagé avec le projet MT de P. Sailhac 13

14 Demande budgétaire 2015 A/ Logistique Installation d un pilier et d un abri sur le site du GEIE comprenant l achat d un abri, les travaux de maçonnerie (pilier) et d installation électrique B/ Missions de mesures Missions Soultz gravimètre absolu FG5 2 missions (3 jours x 2 personnes) 960 Missions Soultz Scintrex CG5 2 stages d été (4 personnes x 2 mois) 4200 comprenant les per diem des missions sur le terrain + frais de véhicule personnel 4 missions (3 jours x 2 personnes) 1920 Sous-total Missions de mesures 7080 C/ Personnel CDD 3 mois (coût 3010 /mois)* 9030 Sous-total personnel 9030 Total demandé * la demande de CDD d un an en modélisation gravimétrique/mt concernant Y. Abdelfettah est chiffrée intégralement dans la demande de P. Sailhac. 14

Le développement de la Géothermie profonde EGS et le projet ECOGI

Le développement de la Géothermie profonde EGS et le projet ECOGI Le développement de la Géothermie profonde EGS et le projet ECOGI Bernard Kempf Directeur Développement et Relations Externes Groupe ES Président Société ES Géothermie 24 juillet 2013 Colmar La place de

Plus en détail

Plan de la partie sismicité

Plan de la partie sismicité Plan de la partie sismicité 1/ Sismicité naturelle et sismicité induite 2/ Observation de la sismicité induite 3/ Sismicité induite lors des stimulations - hydrauliques - chimiques 4/ Sismicité en condition

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

Université Joseph-Fourier Master 1 STE UE STE 4222 Méthodes et outils en gravimétrie, magnétométrie et électrique

Université Joseph-Fourier Master 1 STE UE STE 4222 Méthodes et outils en gravimétrie, magnétométrie et électrique Master M1STE 13 / 14 Université Joseph-Fourier Master 1 STE UE STE 4222 Méthodes et outils en gravimétrie, magnétométrie et électrique Examen du 26 mai 14 Durée : 2h sans document, avec calculette, sans

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés )

Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés ) Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés ) Keith F. Evans et Benoît Valley Géologie de l ingénieur/institut de géologie, Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich, ETH Hönggerberg,

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F NOTE DU LCSQA Métrologie Assurance Qualité : Intercomparaison des stations de mesures Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F F. MARLIERE (LCSQA/INERIS) Personnes

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France)

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) S. Bernardie, M.-A. Chanut, A. Abellan-Fernandez, A. Vallet, C. Levy, N. Desramaut,

Plus en détail

Journées LABEX. Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI

Journées LABEX. Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI Journées LABEX Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI 29 novembre 2012 Plan I. PRESENTATION DU RESEAU DE RITTERSHOFFEN II. CONVENTIONS III. ANALYSE DES DONNEES EN TEMPS REEL IV. POINT

Plus en détail

Innov day. Projet Mold4ProdE : les capteurs dans les outillages. Jean-François Berthier PEP 24 Avril 2014

Innov day. Projet Mold4ProdE : les capteurs dans les outillages. Jean-François Berthier PEP 24 Avril 2014 Innov day Projet Mold4ProdE : les capteurs dans les outillages Jean-François Berthier PEP 24 Avril 2014 Sommaire 1. Présentation du projet Mold4ProdE 2. Les capteurs 3. Implantation des capteurs dans l

Plus en détail

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Mesure de la couverture en propre du réseau d un opérateur mobile

Mesure de la couverture en propre du réseau d un opérateur mobile Mesure de la couverture en propre du réseau d un opérateur mobile Janvier Mars 2015 Rapport SOMMAIRE 1 SPECIFICATIONS DE L ENQUETE... 3 1.1 OBJECTIFS ET CONFIGURATION... 3 1.2 OUTIL DE MESURE ET TERMINAUX...

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Renaud Marcelpoix Fabrice Rognon www.csd.ch Février 2014 Sommaire Nouveaux standards de construction : l intérêt de la géothermie de moyenne

Plus en détail

Présentation des méthodes géophysiques. Electricité Résistivité Tomographie (ERT) Transects T1 à T6 sur l île de la Barthelasse (cf.

Présentation des méthodes géophysiques. Electricité Résistivité Tomographie (ERT) Transects T1 à T6 sur l île de la Barthelasse (cf. Présentation des méthodes géophysiques Electricité Résistivité Tomographie (ERT) Transects T1 à T6 sur l île de la Barthelasse (cf. carte) La tomographie de résistivité électrique (TRE) est une méthode

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CE RAPPORT ANNULE ET REMPLACE LE RAPPORT AF04-4864 DU 25 JANVIER 2005 Cette analyse

Plus en détail

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence Pau, le 23 décembre 2009 DGEP/SCR/RD/ MGR 09-239 TEPF/DT/EXP/10-344 Site d injection de CO de Rousse 2 Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Magneto Telluric Monitoring of geothermal reservoir ( SMT Géothermie )

Magneto Telluric Monitoring of geothermal reservoir ( SMT Géothermie ) LABEX G EAU THERMIE PROFONDE Call for Project 2014 2015 Magneto Telluric Monitoring of geothermal reservoir ( SMT Géothermie ) Project proposed by Pascal SAILHAC IPGS English Abstract Among the innovative

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL

MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL Cahier des clauses particulières (Marché à procédure adaptée en application de l article 28 du Code des Marchés Publics) 1

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

6 ème réunion du réseau Monitoring de l IEA GHG (Natchez, Mississipi, EUA) GHGT10, Amsterdam Hubert Fabriol

6 ème réunion du réseau Monitoring de l IEA GHG (Natchez, Mississipi, EUA) GHGT10, Amsterdam Hubert Fabriol 6 ème réunion du réseau Monitoring de l IEA GHG (Natchez, Mississipi, EUA) GHGT10, Amsterdam Hubert Fabriol Chaire CTSC, séminaire de restitution du 1 er décembre 2010 Présentation de l IEA GHG www.ieagreen.org.uk

Plus en détail

Présentation du Géomodeleur gocad et de son rôle dans la modélisation du rift de Corinthe

Présentation du Géomodeleur gocad et de son rôle dans la modélisation du rift de Corinthe Présentation du Géomodeleur gocad et de son rôle dans la modélisation du rift de Corinthe C. Le Carlier de Veslud,, M. Ford, A. Girard, N. Backert, G. Caumon,, D. Jousselin et S. Bourlange CRPG-CNRS CNRS

Plus en détail

L'analyse de mesures de télémétrie laser pendant le compagne de French Transportable Laser Ranging System (FTLRS) à Tahiti en 2011

L'analyse de mesures de télémétrie laser pendant le compagne de French Transportable Laser Ranging System (FTLRS) à Tahiti en 2011 L'analyse de mesures de télémétrie laser pendant le compagne de French Transportable Laser Ranging System (FTLRS) à Tahiti en 2011 Motivations: Analyser les mesures lasers pendant le compagne Tahitit Colocalisation

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX Philippe Pasquier, ing., Ph.D. Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Plan de la conférence Généralités Géothermie de

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM DEMENAGEMENTS DE PARTICULIERS Etude de prix de revient actualisée aux conditions de juin 2015 OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM Dans le cadre de sa mission d intérêt général, le CNR étudie également les transports

Plus en détail

Les géothermies en France

Les géothermies en France Les géothermies en France Christian BOISSAVY Président de l Association Française des Professionnels de la géothermie CAP 15 - Paris - Mercredi 30 Avril 2014 La géothermie et la perception du public Des

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani

Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani 1 Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani 1) TRIBID VEHICLE (Tribid C-AGV) (El) B. Kawkabani, support: A. Cassat (BCD Engineering, sàrl, Lausanne) TRIBID VEHICLE is a vehicle

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements

La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements C. Dezayes en collaboration avec R. Vernier, S. Gentier, B. Sanjuan Géoressources / Division Géothermie FRQNT - Québec

Plus en détail

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

Modélisation: outillage et intégration

Modélisation: outillage et intégration Modélisation: outillage et intégration Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin@pragmadev.com Un réel besoin Le logiciel double tous les deux ans. Le volume final rend extrêmement difficile de garantir le niveau

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 2 octobre 2014 portant proposition relative aux charges de service public liées à l achat de biométhane et à la contribution unitaire

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

Technical Service Bulletin

Technical Service Bulletin INTRODUCTION: Technical Service Bulletin June 25, 2009 Title: M.I.L. "ON" DTC P0AC0, P0AF, P0A7F, AND/OR P0AFA Models: 04-09 Prius Some vehicles may exhibit a M.I.L. ON condition with one or more of the

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N 4 (2007) 583 588 Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff F. Boukli Hacène 1, N. Kasbadji Merzouk 2 et L. Loukarfi 1 1 Faculté

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Elisabeth Macé (1) (1) Vendée Eau elisabeth.mace@vendee-eau.fr En 2000, Vendée Eau a réalisé

Plus en détail

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques?

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Alain Rorive, Nicolas Dupont Université de Mons Faculté Polytechnique - Service de Géologie Fondamentale et Appliquée 1 Quels risques de pollution

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Fil conducteur du protocole de réalisation

Fil conducteur du protocole de réalisation OUTIL D OBSERVATION REGIONAL DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES (O O R I A) Fil conducteur du protocole de réalisation Les travaux du Groupe Domaine du Plan Régional de Développement des Formations consacré aux

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

La tension et l intensité du courant électrique

La tension et l intensité du courant électrique ÉLECTRICITE 1 La tension et l intensité du courant électrique OUVERTURE Le lecteur mp3 Les élèves peuvent remarquer que ce type d indications est présent sur tous les appareils électriques. Il peut être

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Maxime Claprood. Institut national de la recherche scientifique, Centre ETE

Maxime Claprood. Institut national de la recherche scientifique, Centre ETE Intégration de données de sismique-réflexion par des méthodes géostatistiques Application pour la séquestration géologique du CO 2 dans les Basses-Terres du Saint-Laurent Maxime Claprood Institut national

Plus en détail

Tectonique des plaques et création de reliefs

Tectonique des plaques et création de reliefs PREPARATION AGREGATION INTERNE SVT TOULOUSE 27 Novembre 2013 Composition à partir d'un dossier Durée : 5 heures L'usage de tout ouvrage de référence, de tout dictionnaire et de tout matériel électronique

Plus en détail

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, Résumé MADAGASCAR Rajaomahefasoa R.E 1, Rakotondramano H S 1, Andriamirado L.C 1,2, Rasolomanana E.H

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

Algorithmique. De la seconde à la terminale

Algorithmique. De la seconde à la terminale Algorithmique De la seconde à la terminale Le calendrier Rentrée 2009 : o En seconde : nouveau programme pour tous Rentrée 2010 : o En première : aménagements en ES et S Rentrée 2011 : o En première :

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

1.2-1.3- Ex : Format AO (84cm x 118.8cm) à 1 500 Fcfp

1.2-1.3- Ex : Format AO (84cm x 118.8cm) à 1 500 Fcfp ANNEXE 1 LES DIFFERENTS TYPES DE PRODUITS PROPOSES A LA VENTE ET LES BASES DE LA REDEVANCE 1. LES DOCUMENTS IMPRIMES SUR COMMANDE 1.1- Impressions de cartes et photographies aériennes sur papier ordinaire

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1.

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Introduction Qu elles soient anthropiques ou naturelles, la présence de cavités souterraines est un risque

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

Le Métro M2 de Lausanne : site exemplaire d une application de microgravimétrie urbaine

Le Métro M2 de Lausanne : site exemplaire d une application de microgravimétrie urbaine Le Métro M2 de Lausanne : site exemplaire d une application de microgravimétrie urbaine Pier Vittorio Radogna, Raymond Olivier et Philippe Logean emails: piervittorio.radogna@ig.unil.ch, raymond.olivier@ig.unil.ch

Plus en détail

Impact de la construction de tunnels urbains sur les mouvements de sol : Incidence du mode de pressurisation du front

Impact de la construction de tunnels urbains sur les mouvements de sol : Incidence du mode de pressurisation du front Impact de la construction de tunnels urbains sur les mouvements de sol : Incidence du mode de pressurisation du front Emilie Vanoudheusden LGCIE - Département Génie Civil & Urbanisme - INSA Lyon Bât. JCA

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris S. Lopez, V. Hamm le BRGM > le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est le service géologique national

Plus en détail

Une interface graphique de modélisation basée sur le formalisme de Forrester

Une interface graphique de modélisation basée sur le formalisme de Forrester Une interface graphique de modélisation basée sur le formalisme de Forrester un plugin de modélisation GVLE Patrick Chabrier INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) (INRA) Stage Forrester

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail