La Région relance le logement social

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Région relance le logement social"

Transcription

1 CÉLINE (PAGE 2) A.-ARTHUR (PAGE 2) CLAUDIA (PAGE 3) NADER (PAGE 3) CLAIRE (PAGE 6) ROMAIN (PAGE 6) CHARLINE (PAGE 6) ÉRIC (PAGE 20) ARMAND (PAGE 20) LE JOURNAL DU CONSEIL RÉGIONAL constructions et réhabilitations La Région relance le logement social L'avenir dans les abeilles Agnès Rortais, spécialiste des insectes, étudie la biodiversité en Île-de-France... P. 3 Budget du conseil régional En 2006, il donne la priorité aux transports, aux lycées, au logement, à l'emploi... P. 4 Le slam donne de la voix aux mots Bars, lycées, prisons... les joutes de poésie urbaine se multiplient. Reportage... P. 17 Février 2006 N 3

2 2 SOMMAIRE Février EN VUE Walid Lahoual, 19 ans, décroche un emploi sur le chantier du TGV Est. Agnès Rortais étudie la biodiversité. P FAITS ET GESTES Face-à-face : Jean-Paul Huchon dialogue avec deux Franciliens. Baromètre : ce que pensent les Franciliens. Sondage LH2 (Louis Harris). P À LA UNE LOGEMENT constructions et réhabilitations : la Région relance le logement social. REPORTAGE Les tours de la Saussaie, à Saint-Denis, réhabilitées. P. 9 TROIS QUESTIONS À Jean-Luc Laurent, vice-président du conseil régional. P BIEN VIVRE Brie et chèvre en vedette. Au coin de la rue : la BD de Gaudelette et Chauzy. P RENDEZ-VOUS Les bons plans loisirs en Île-de-France. 16 HISTOIRE Du Pont-Neuf à la passerelle Simone-de-Beauvoir. 17 TENDANCES Le slam donne de la voix aux mots. Innovation : anticiper l'avenir numérique. P PLANÈTE Les futurs ambassadeurs de la la région. L'avenir de l'agriculture francilienne vu par Christian Thibault. P. 21 Tribune des groupes politiques. P EN VUE SOPHIE CHIVET/AGENCE VU LIBRES PAROLES DE FRANCILIENS BALISES À L AFFICHE text bref 000lettrine ha sont utilisés pour l agriculture, dont 3950 pour le biologique. C'est la moitié de la superficie de la région C'est le nombre d'entreprises artisanales en Îlede-France, employant salariés. Je veux vivre seulement à la campagne, car j y ai grandi et j y ai ma famille! Mais pour venir à Paris, c est long les transports en commun. CÉLINE PILLON, COURCELLES-SOUS-JOUARRE (77) espèces de 1400 plantes, un tiers de la flore française, sont présentes dans la région. Elle abrite aussi les deux tiers des espèces d oiseaux! 002-text L environnement bref 01 représente désormais une filière économique clé pour l Île-de-France. Les activités liées à ce secteur concernent entreprises et emplois, soit un tiers des emplois nationaux, pour un chiffre d affaires de 15 milliards d euros. Avec 300 laboratoires spécialisés, la région est le premier pôle européen de recherche dans ce domaine. PORTRAIT Walid Lahoual, 19 ans, avait décroché de l école Remis sur les rails En arrivant ici, j ai été bien accueilli. Mais c est difficile de trouver un logement décent quand on est ouvrier avec quatre enfants! AUGUSTIN-ARTHUR ESSAMA, CLICHY-SOUS-BOIS (93) Walid prépare les poteaux caténaires de la ligne à grande vitesse Est européenne sur la base ferroviaire d Ocquerre. La fin de la galère. SOPHIE CHIVET/AGENCE VU SOPHIE CHIVET/AGENCE VU Île-de-France, journal bimestriel du conseil régional, 35, bd des Invalides, Paris. Tél. : Directeur de la publication : Jean- Paul Huchon. Directeur de la publication délégué : Hervé Marchal. Comité éditorial : Jean-Michel Thornary, Sophie Mougard, Patricia Blanchard-Bouvelot, Hervé Marchal, Xavier Panon. Directeur de la rédaction : Xavier Panon. Secrétaire générale de rédaction : Isabelle Chouffet. Ont collaboré à ce numéro : Caroline Coq-Chodorge, Pascale Éliabel, Frédéric Lombard, Claude-Marie Vadrot, Alain Le Pors, Saïd Taki, Julie Védie. Photo de couverture : Sophie Chivet/Agence Vu. Conception : Rampazzo et Associés. Réalisation : Citizen Press/Franck Widling. Impression : Île-de-France est édité à exemplaires sur papier recyclé 57 g par Groupe Lenglet, Paris, Caudry. ISSN en cours. Dépôt légal à parution. À 17 ans, Walid a dû quitter l école à la suite d un accident malheureux. Deux ans plus tard, il obtient un premier emploi sur le chantier du TGV Est. LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE h «Vous voyez les isolateurs en haut et là, où passent les câbles?» Walid Lahoual, 19 ans, explique, avec une fierté contenue, comment il prépare «ses» poteaux, les poteaux caténaires qui jalonnent la ligne à grande vitesse Est européenne et disparaissent au loin, à travers les champs de Seine-et-Marne. S il travaille actuellement à une heure de route, près de Reims, c est ici, sur la base ferroviaire d Ocquerre qu il a débuté, voici un an, avec plusieurs copains de son quartier du square Montmirail, à La Ferté-sous- Jouarre. Une semaine de formation, et puis 32 poteaux à préparer chaque jour : percer, passer les câbles, ne pas se tromper sur les tailles et les pièces «Pas trop dur», affirme le jeune homme, plutôt content d avoir trouvé ce travail après de longs mois de galère. De l intérim à l emploi À 17 ans, sa vie d écolier bascule à la suite d un coup de ciseau malheureux qui lui sectionne un nerf de la main. Il doit lâcher l atelier de son BEP productique-mécanique, et ne trouve de place ni en BEP vente ni en CAP ni pour un stage, même gratuit. Il cherche alors à travailler, passe son permis de conduire, mais personne ne veut de lui : «Sans diplôme, c est normal», dit-il. Il réussit finalement à s inscrire dans une société d intérim et se retrouve sur ce chantier du TGV : «Ça me plaît beaucoup, j apprends des choses nouvelles tous les jours. À la fin du chantier, en juin, ils prendront les meilleurs. J espère» Chef d équipe, un jour? Walid sourit, il aimerait bien. «En tout cas, grâce à ce premier travail, la suite sera plus facile.» XAVIER PANON

3 SOPHIE CHIVET/AGENCE VU SOPHIE CHIVET/AGENCE VU 81 % des chefs d entreprise sont satisfaits d'être ici. Ils jugent complexes les cinquante-deux dispositifs d aides. Je n envisage pas de faire ma vie ailleurs qu en Île-de-France! Quand je partirai de chez mes parents, j irai à Antony. CLAUDIA SAINT-LÉGER, THIAIS (94) EN CHIFFRES FOCUS C est la 16 % hausse du trafic fluvial pour le port autonome de Paris où transitent 7 millions de passagers. PORTRAIT Agnès Rortais, docteur en biodiversité L avenir dans les abeilles Agnès Rortais, spécialiste du comportement des insectes, participe à une grande étude sur la biodiversité en Île-de-France, qui devra aider la région à faire avancer le développement durable. RECHERCHE h Agnès Rortais est une chercheuse qui aime mettre le nez dehors. Cette biologiste de formation a bien vite quitté son Vesoul natal pour courir les terrains d étude du comportement animal : le macaque au Japon, puis la punaise en France, avant de consacrer une thèse aux scarabées en Australie. À 37 ans, elle est aujourd hui entomologiste, c'est-à-dire spécialiste des insectes : «des animaux mal connus alors qu ils représentent une bonne majorité de la diversité des espèces et sont essentiels au maintien des milieux naturels.» Francilienne depuis 2002, elle travaille sur les abeilles au laboratoire Populations, génétique et évolution (PGE) du CNRS à Gif-sur-Yvette. Au sein d une équipe de sept chercheurs, 73 % des services informatiques sont dans la région. Ils atteignent 85 % pour les grands groupes, 40 % pour les PME. elle a disséqué et broyé des milliers d abeilles des quatre coins de la France pour analyser leurs gènes et déterminer les différentes espèces qui butinent dans nos contrées, pour l'essentiel des abeilles noires. Cette mission presque terminée, Agnès Rortais s attelle déjà à la prochaine. Elle a obtenu de la Région une allocation doctorale de recherche pour participer à une grande étude sur la biodiversité en Île-de- France, pilotée par le forum Fragile qui regroupe, entre autres, le CNRS, le laboratoire C3ED de l université de Saint-Quentin-en-Yvelines et le Muséum d histoire naturelle. L occasion d ausculter la santé des insectes franciliens, comme la fourmi, et bien sûr l abeille : «L abeille est porteuse d un message sur notre environnement : très sensible à la pollution, elle nous aidera à en déterminer l impact. Et le pollen qu elle butine dit beaucoup sur la biodiversité végétale.» L avenir de l Île-de-France dans les abeilles, c est pour CAROLINE COQ-CHODORGE Pour Agnès Rortais, l abeille est porteuse d un message sur notre environnement. SOPHIE CHIVET/AGENCE VU Dans mon quartier, transports et commerces sont à proximité. Le vrai problème à Paris, ce sont les logements trop chers! NADER KERDAOUI, PARIS (XVIII E ) L Île-de-France est la première d Europe en démographie, production et innovation. Son PIB progresse moins vite que celui de Londres ou de Madrid. H (75) PARIS Les singes du nouveau zoo de Vincennes feront la grimace en 2008! Le site doit être entièrement rénové à hauteur de 130 millions d euros! (77) BARBIZON Unique et moins chère, l'entrée du musée : 3 euros en tarif réduit! Les quatre autres musées départementaux affichent le même prix d entrée. (78) SAINT- QUENTIN- EN-YVELINES Adieu pigeons et obscurité! La partie souterraine de la gare routière fait peau neuve. Fin des travaux prévue au début de l été. (93) DRANCY- LE BOURGET Ouverture du chantier de la médiathèque intercommunale. Les m 2 abritant livres et DVD sur quatre étages ouvriront début BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU DAVID SAUVEUR/AGENCE VU P. E. WECK TEMPS FORTS EN VUE 3 GENNEVILLIERS PARIS 94 THIAIS GIF-SUR-YVETTE Un lycée ultramoderne à Gennevilliers Atteindre apprentis d ici à Le nouveau lycée Galilée de Gennevilliers surprend par son architecture élégante et futuriste. Les 900 élèves en chimie et plasturgie disposent de laboratoires et d équipements ultramodernes, dans un établissement qui s étend sur 3,5 hectares. Galilée forme les élèves depuis le CAP jusqu'au BTS, et à la licence professionnelle. Les baccalauréats scientifiques, et économique et social y sont aussi représentés. Un coup de pouce aux meilleurs bacheliers Ils sont 273 issus de milieux modestes à avoir obtenu la mention très bien au baccalauréat. La Région leur offre un coup de pouce : une bourse de euros, reconductible pendant quatre ans, pour les récompenser de leurs efforts et les encourager à poursuivre des études supérieures en Île-de-France. Cette année, 55 % des lauréats ont intégré des classes préparatoires aux grandes écoles. Développer l'apprentissage pour atteindre contrats dans les cinq ans : Jean- Paul Huchon, pour la Région, et Jean-Louis Borloo, au nom de l État, qui ont signé ce contrat d objectifs et de moyens, y consacrent 400 millions d euros chacun. Journées portes ouvertes CFA en mars. Téléphone : Avis du Cesr : www. cesr-iledefrance.fr

4 DENIS DARZACQ/AGENCE VU DENIS DARZACQ/AGENCE VU DENIS DARZACQ/AGENCE VU 4 FACE-À-FACE JEAN-PAUL HUCHON Nous aidons les villes en difficulté h Marie Ferrini, documentaliste. h Michel Hezard, conducteur de travaux. FAITS ET GESTES «Faciliter l accession à la propriété» Choisis par l institut CSA, Marie Ferrini, 28 ans, documentaliste à Paris (XX e ), et Michel Hezard, 45 ans, deux enfants, conducteur de travaux à Clamart (92), ont rencontré Jean-Paul Huchon, président du conseil régional. Après une question sur les compétences de la Région, ils ont évoqué le logement. MARIE FERRINI : Pouvez-vous agir directement sur le logement? JEAN-PAUL HUCHON : Nous finançons des réhabilitations d immeubles et des programmes de constructions, avec une priorité au logement social. Nous mettons des conditions à nos aides : là où il n y a pas 20 % de logements sociaux, nous aidons les programmes qui, sur quatre logements, en prévoient trois en secteur social. Nous consacrons cette année 200 millions d euros au logement. MARIE FERRINI : Vous soutenez aussi les villes qui ne respectent pas la loi? JEAN-PAUL HUCHON : Nous aidons les villes à réaliser les 20 %, mais nous sommes équitables en n imposant rien à celles qui sont déjà au-delà des 40 % de logements sociaux. MICHEL HEZARD : J ai acheté une maison grâce à un prêt intéressant. Mais comment font les autres? JEAN-PAUL HUCHON : Nous souhaitons faciliter cette année l accession à la propriété avec une idée : la création d un prêt à taux zéro qui s ajouterait aux autres prêts et permettrait à des personnes, dans certaines limites de revenus, d accéder à la propriété. Un tel dispositif est coûteux et complexe. Nous allons y travailler. MARIE FERRINI : À propos des événements du mois de novembre dans les banlieues, avez-vous pris des initiatives? JEAN-PAUL HUCHON : Nous avons débloqué dans l urgence 22 millions d euros pour reconstruire des bâtiments publics et aider les gens dont les voitures ont brûlé. Cela, c est de la réparation. Nous aidons aussi les villes et les départements en difficulté et qui en ont le plus besoin. Cela va du soutien aux associations aux prolongements de lignes de métro vers certains quartiers. MARIE FERRINI : Je trouve que les infrastructures de transports sont mal adaptées aux handicapés. JEAN-PAUL HUCHON : Pour les bus, nous finançons le programme RATP pour les rendre accessibles. Pour les gares, 200 sont déjà accessibles et on en prévoit une trentaine d autres cette année. MARIE FERRINI : Encore faut-il que les ascenseurs fonctionnent! JEAN-PAUL HUCHON : C est vrai. C est aux sociétés de transports de les entretenir. Une autre difficulté concerne les trains dans lesquels les handicapés ne peuvent pas monter. Nous cherchons un système fiable. Nous venons aussi d installer le conseil des handicapés qui fera des propositions pour améliorer leur vie quotidienne. LES NOUVEAUTÉS ET LES PRIORITÉS DU CONSEIL RÉGIONAL EN 2006 Le budget atteint 3,67 milliards d euros Transports, constructions scolaires, logements, emplois et formations, environnement. Le budget 2006 du conseil régional veut traduire ces cinq priorités, et réduire les inégalités sociales et territoriales. DÉCENTRALISATION h Le budget s élève à 3,67 milliards d euros, en augmentation de 385 millions par rapport à 2005, soit une hausse de 11,7 %. Il porte la marque d une année capitale pour la Région, première année de plein effet de la décentralisation. La Région devient une collectivité de plein exercice. Pour la première fois, les dépenses de fonctionnement sont majoritaires. À 1,94 milliard d euros, elles atteignent 51,9 % des dépenses totales contre 43,7 % en Cette montée en puissance s opère dans un contexte économique difficile : croissance médiocre, perte d autonomie fiscale, compensations insuffisantes des coûts de la décentralisation, désengagement de l État. Les charges directement liées à la décentralisation, évaluées à 739 millions d euros, s accroissent de plus de 90 % : entrée au Stif, transfert des personnels TOS et des formations sanitaires et sociales. Pour autant les autres interventions en fonctionnement ne sont pas négligées. Elles progressent de 8,3 %. L investissement représente 1,76 milliard d euros, soit 48,1 % du total du budget. La légère diminution par rapport à 2005 (- 4,6 %) s explique de deux façons : les retards constatés dans la mise en œuvre du contrat de plan du fait des gels de crédits opérés par l État et la livraison de chantiers qui mobilisent moins de crédits de paiement. Les autorisations de programme en faveur de nouveaux projets sont en croissance forte, atteignant 1,94 milliard d euros. Impôts : hausse de 28,3 % La stratégie financière de la Région vise à ménager l avenir en augmentant ses ressources propres et en préservant sa capacité d endettement. Le budget, financé par les recettes permanentes et l emprunt, a été construit sur la base d une hausse de la fiscalité de 28,3 %. Elle est répartie entre la taxe foncière, la taxe professionnelle pour les entreprises et la taxe sur les cartes grises. Ce budget permettra de financer notamment l augmentation des charges de fonctionnement du Stif liées aux nouveaux projets de développement des transports. Pour les particuliers, l augmentation de 18,7 % de la taxe foncière concerne 3,4 millions de ménages propriétaires de leur logement. Globalement, les taux d imposition directs régionaux seront de moitié inférieurs à ceux des autres régions. TRANSPORTS, LYCÉES, LOGEMENT, EMPLOI, ENVIRONNEMENT Les nouveautés du budget h POUR LES TRANSPORTS, 2006 sera une année charnière : entrée au Stif, le Syndicat des transports d Île-de-France, mises en service du tramway des maréchaux, du TVM Rungis-Croix de Berny et de la ligne tram-train des Coquetiers Aulnay-Bondy, ouverture de 11 nouveaux chantiers. Autres nouveautés : élargissement de l offre de transports dans le métro et les bus (réseau Mobilien et Transilien), développement de l accessibilité, limitation des hausses tarifaires, mise en place d une tarification sociale, renforcement de la sécurité. h LES LYCÉES : deux seront construits cette année et un plan de rénovation concernera 163 établissements. h LE LOGEMENT : cette année marquera «l an 1» de la nouvelle politique régionale (lire notre dossier pages 7 à 10). h EMPLOI ET FORMATION : lancement du plan régional de formations, mise en œuvre du contrat d objectifs de apprentis, dispositifs d insertion et nouveaux emplois-tremplin. Mobilisée pour les pôles de compétitivité et pour le soutien à la création d entreprises, la Région joue le rôle de chef d orchestre du développement économique. h ENVIRONNEMENT : élaboration du plan régional de gestion des déchets, création de deux parcs naturels régionaux, des premières réserves naturelles régionales et de l Observatoire de la biodiversité, lancement de l association Bruitparif. Des initiatives marquantes vont concerner la culture, le sport, la recherche, le développement de l économie sociale et solidaire, la politique de la ville, l aménagement du territoire et la démocratie régionale.

5 ASSOCIATION POUR LE DROIT À L INITIATIVE ÉCONOMIQUE (ADIE) Baïla Sy, le 5000 e créateur aidé par l Adie Baïla Sy décore des vêtements et conçoit des jeux de société. Il est soutenu par l Association pour le droit à l initiative économique (Adie), fondée en 1988 par Maria Nowak pour aider chômeurs et RMistes à créer leurs microentreprises. MICROCRÉDIT h «Être le 5000 e créateur? C est un symbole et un encouragement.» Du haut de ses 29 ans, Baïla Sy a le sourire en ce jour de fête de l association qui lui a accordé un prêt de euros en août. Mais la confiance n a pas toujours été là. «Depuis des années, je mène un combat difficile», confie simplement le jeune homme de Champigny-sur- Marne. Après son bac pro en maintenance électrique, le service militaire et un emploi de médiateur social, il se retrouve au chômage. L envie de s en sortir, un petit goût pour les textiles et les teintures africaines, et Baïla se lance dans les tee-shirts et chemises brodés ou sérigraphiés. Il met à profit ses contacts associatifs pour diffuser sa propre marque intitulée «Qori», comme les coquillages qui servaient de monnaie en Afrique. Il mise aussi sur quelques jeunes footballeurs pour s assurer un sponsoring gratuit. Et, à côté du textile, il développe sa passion, la création de jeux de société liés au sport. Il doit en concevoir un pour la 40 e édition des jeux du Val-de-Marne. Par ses conseils et son prêt, l Adie lui a témoigné sa confiance, comme elle l a fait pour 900 Franciliens. Maria Nowak estime que personnes en situation difficile pourraient ainsi créer leur microentreprise. La Région, qui a accordé près de 1 million d euros à l Adie depuis 2000, a promis d accentuer son soutien à ces porteurs d espoir. Baïla Sy réalise des sérigraphies Baïla sur des Sy tee-shirts réalise des et sérigraphies des chemises. BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU FAITS ET GESTES 5 AGENDA JUSQU AU 5 MARS Salon de l agriculture, à Paris. Expo Porte de Versailles. 8 MARS Journée de la femme. DU 14 AU 17 MARS Salon de l immobilier Mipim à Cannes. Sous le label «Paris Région», les acteurs franciliens participent à ce salon sous la coordination de l Agence régionale de développement. DU 17 AU 22 MARS Salon du livre sur le thème de la francophonie. 24 MARS Conférence régionale de l emploi et de la formation des métiers territoriaux. Hôtel de Ville de Paris. DU 28 MARS AU 6 AVRIL Cinquante centres de formation des apprentis (CFA) participent à Pub sur scène, à la Cigale, Paris. 29 MARS Convention d affaires sur le développement durable et solidaire. Hémicycle du conseil régional PARIS CLAMART 94 CHAMPIGNY-SUR-MARNE CAMPAGNE D INFORMATION DU 13 AU 19 MARS Santé mentale et citoyenneté SENSIBILISATION h Comment faire pour que les personnes atteintes de maladies mentales se sentent citoyennes à part entière? C est la question qui réunit spécialistes et familles pour la Semaine d information sur la santé mentale entre le 13 et le 19 mars, avec pour thème cette année : la santé mentale dans la cité. Les malades souffrant de troubles psychiques représentent 1 % de la population francilienne. La Région s engage et fait campagne pour faciliter la vie de ces personnes au quotidien, avec plusieurs pistes de travail : accès aux transports, au logement Information sur La campagne d affichage pour la Semaine d information sur les maladies mentales. BAROMÈTRE CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS Le bonheur de vivre en Île-de-France Actuellement, êtes-vous heureux ou pas de vivre en Île-de-France? Le climat économique Diriez-vous qu en ce moment, l activité économique en Île-de-France est Les relations entre les gens Là où vous vivez en Île-de-France, est-ce que les relations entre les gens entre sont les gens sont Le logement Actuellement, À votre avis, aujourd hui, là où vous vivez en trouve-t-on Ile-de-France, un logement diriez-vous que en Île-de-France les inégalités sociales sont L environnement En Êtes-vous Ile-de-France, très satisfait, pensez-vous plutôt satisfait, qu un plutôt jeune insatisfait puisse ou trouver très insatisfait un de premier la qualité emploi de l environnement? Très heureux Assez heureux Pas vraiment heureux Pas du tout heureux (Ne se prononcent pas) Très dynamique Assez dynamique Pas vraiment dynamique Pas du tout dynamique (Ne se prononcent pas) Très bonnes Plutôt bonnes Plutôt mauvaises Très mauvaises (Ne se prononcent pas) Très facilement Plutôt facilement Plutôt difficilement Très difficilement (Ne se prononcent pas) Très satisfait Plutôt satisfait Plutôt insatisfait Très insatisfait (Ne se prononcent pas) 29 % 55 % 11 % 4 % 1 % 6 % 52 % 32 % 7 % 3 % 16 % 67 % 11 % 3 % 3 % 1 % 9 % 41 % 46 % 3 % 6 % 50 % 32 % 10 % 2 % Inquiets pour le logement Retrouvez dans chaque numéro le baromètre des Franciliens, réalisé pour le magazine Île-de-France. Cette nouvelle vague du baromètre des Franciliens souligne, tout comme la précédente, la forte satisfaction des habitants d Île-de-France de vivre dans leur région. Plusieurs indicateurs convergent vers ce constat. 84 % des Franciliens se déclarent «heureux» de vivre dans leur région. Ce score élevé révèle la constance du sentiment puisqu en septembre et octobre 2005 ils étaient respectivement 84 % et 82 % à aller dans ce sens. Les Franciliens expriment également une forte satisfaction à l égard de la qualité de vie dans la région : 83 % jugent «positives» leurs relations avec les gens là où ils vivent et une majorité d entre eux (56 %) sont satisfaits de la qualité de l environnement. Ce dernier point est très accentué dans les communes de moins de habitants (64 %). Enfin, le climat économique est qualifié de «dynamique» par 58 % des interviewés. La question du logement en Île-de-France est perçue par la population comme un véritable problème : une très large majorité (87 %) des Franciliens estiment qu il est difficile de trouver aujourd hui un logement dans la région et un sur deux très difficile, contre seulement 10 % qui considèrent la démarche plutôt facile. Les plus pessimistes sur le sujet sont les catégories sociales les plus modestes telles que les ouvriers (94 %). FRANÇOIS MIQUET-MARTY, DIRECTEUR DES ÉTUDES POLITIQUES, INSTITUT LH2 (LOUIS-HARRIS). SONDAGE RÉALISÉ PAR TÉLÉPHONE POUR LE JOURNAL ÎLE-DE-FRANCE DU 23 DÉCEMBRE AU 14 JANVIER 2006 PAR L INSTITUT LH2 SUR UN ÉCHANTILLON DE 767 PERSONNES, REPRÉSENTATIF DE LA POPULATION FRANÇAISE ÂGÉE DE 18 ANS ET PLUS, SELON LA MÉTHODE DES QUOTAS.

6 6 FAITS ET GESTES EN DIRECT DU CONSEIL RÉGIONAL BALISES personnes habitent en Île-de-France, selon le dernier recensement de l Insee, soit de plus qu en Le taux de fécondité Les nouveaux chèques culture Depuis le mois de janvier, apprentis et lycéens franciliens peuvent commander des chéquiers culture. Pour 15 euros, ces derniers donnent accès à des entrées gratuites et à des réductions. Rendez-vous sur le www. iledefrance.fr/chequeculture ou au y est de 2,04 enfants par femme (contre 1,94 enfant par femme au niveau national) : l Îlede-France est la région où l on fait le plus de bébés. Les cent quarante membres du Conseil régional des jeunes (CRJ) sont entrés dans le vif du sujet. Deux préoccupations ressortent de la dizaine de dossiers discutés : les transports et le logement. EN DISCUSSION h Parmi les réflexions susceptibles de toucher la jeunesse francilienne, et qui, à ce stade, doivent encore être soumises au conseil régional, celle de la commission Transports et Environnement porte sur le dézonage de la carte Imagine R pour le vendredi soir. Cette idée permettrait aux jeunes abonnés de voyager librement sur l ensemble du réseau de transports, quel que soit le nombre de zones de leur abonnement. «Les animations culturelles ont très souvent lieu le vendredi soir et impliquent des déplacements dans le sens banlieue-paris», explique Lydie Morin, présidente de la commission Transports et Environnement du CRJ. Actuellement, une subvention de la Région permet déjà ce dézonage les samedis, dimanches et jours fériés, ainsi que pendant les vacances scolaires. Une étude de faisabilité est en cours pour le vendredi soir. Faciliter l accès au logement Autre piste : l instauration d un dispositif facilitant l accès des jeunes au logement. Un organisme régional se porterait garant pendant les trois ans de la durée de bail et avancerait immédiatement la caution que le jeune locataire rembourserait petit à petit. «Les garanties demandées par les bailleurs privés sont vraiment trop difficiles à réunir pour les jeunes, commente Salim Saifi qui préside la commission Logement du CRJ. Ce dispositif permettrait d équilibrer le rapport de forces avec les agences immobilières qui imposent leurs conditions.» JULIE VÉDIE personnes vivent dans Paris intramuros, soit habitants de plus qu en 1999 (+ 0,9 %). La population des villes de la petite couronne augmente aussi, surtout en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne et les Hauts-de- Seine : + 17,3 % à Issy-les Moulineaux. CONSEIL RÉGIONAL DES JEUNES Logement, transports Les idées des jeunes conseillers OLIVIER COULANGE/AGENCE VU OLIVIER COULANGE/AGENCE VU h Claire Bonnefoi, Melun (77) «J aimerais louer un appartement. Mais réunir une caution, c est impossible quand on est étudiant! Quant à la carte Imagine R, l idée du dézonage n est pas mal, mais ça ne change rien pour moi : je paie de toute façon pour sept zones!» Romain Coissard, Villeneuve-Saint- Georges (94) «Aider les jeunes à se loger, bonne idée. Quand j ai cherché un appartement à Paris, mon père fonctionnaire et ma mère sans emploi devaient se porter garants, mais ça ne suffisait pas!» h Charline Lemou, Colombes (92) «Je vais souvent passer le weekend chez des copines qui habitent plus loin que moi. Alors, si la carte Imagine R est dézonée dès le vendredi soir, je partirai plus tôt en week-end!» h OLIVIER COULANGE/AGENCE VU PHILIPPE DUMAS H (75) PARIS Allez la formation Handisport! Pour former les profs de sport qui veulent travailler avec les personnes handicapées, un centre de 500 m 2 sera construit dans le XX e. (77) SÉNART Après Mickey et Astérix, voici les poissons! Le grand aquarium de Sénart, troisième pôle de loisirs francilien, devrait ouvrir ses portes en septembre (92) COURBEVOIE Premier servi à la future cité des loisirs : le gymnase ouvre en mars. La fête suivra avec une salle de spectacles de places. (94) VILLIERS- SUR-MARNE Escale pour les jeunes en déshérence! L espace socioculturel et d aide à l emploi proposera ses services dès le mois d avril : santé, formation, loisirs (95) FRANCONVILLE Les trains dessus, les voitures dessous : deux souterrains vont remplacer les passages à niveau situés en plein centre-ville. Télé et radio franciliennes France 3 Île-de-France centre a installé son premier bureau décentralisé à Melun, avec l aide de la Région, pour couvrir la Seine-et-Marne et le sud de l Essonne. Un autre bureau sera ouvert fin 2006 à Cergy. Radio France a aussi lancé France Bleu Île-de-France. C EST LANCÉ Création du Conseil des citoyens handicapés Un pavé dans la mare de l indifférence : le nouveau Conseil régional consultatif des citoyens et citoyennes handicapés (CRCCH) vient d être installé. Il veut placer les personnes handicapées au cœur de la vie régionale. Unique en France et présidé par Michèle Valladon, il est composé de douze membres d associations, de douze experts et de vingt-quatre élus handicapés. Lignes prolongées La ligne 4 du métro sera prolongée jusqu à la mairie de Montrouge d ici au mois de mai 2010, soit 12 km de plus. La Région a également voté le prolongement de la ligne 12, qui ira jusqu à la mairie d Aubervilliers à l horizon 2010, avec trois stations supplémentaires. Côté tramway, le T2 dépassera Issy-les-Moulineaux pour aller jusqu à la Porte de Versailles en juin Enfin, le bus 304, qui traverse Nanterre, roule désormais jusqu à 2 heures du matin. Guérir les maladies du cerveau L Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), en partie financé par la Région à hauteur de 15 millions d euros sur 60, représente un espoir pour les malades atteints d Alzheimer, de Parkinson, de sclérose en plaques ou autres pathologies du système nerveux (photo). Pôle d excellence scientifique unique au monde, il permettra à 900 chercheurs du monde entier, regroupés dans un nouveau bâtiment de m 2, au cœur de l hôpital de la Pitié-Salpêtrière, de concentrer leurs efforts de recherche fondamentale mais aussi clinique. Ouvert en 2009, l ICM, qui fonctionnera en partenariat public-privé, accueillera, dès cette année, sous son propre label, plusieurs équipes de recherche. P. E. WECK DENIS DARZACQ/AGENCE VU

7 À LA UNE 7 SOPHIE CHIVET/AGENCE VU Pour enrayer la crise du logement, le programme régional privilégie l habitat social. 82 % des logements subventionnés par la Région relèveront de ce programme social constructions, réhabilitations La Région relance le logement social Le jugement des Franciliens est sans appel. Dans notre sondage LH2 (Louis Harris) présenté en page 5, ils sont 87 % à juger très difficile ou difficile l accès au logement. Les demandeurs sont d autant plus nombreux que la construction est en panne. La Région lance un plan d'un montant de 200 millions d'euros en URBANISME h «Je suis à Paris depuis cinq ans. Seul, sans famille à charge, j ai pourtant dû passer d un logement correct, place de la République, à un appartement beaucoup moins décent, Porte de Clignancourt», constate Nader K. «Heureusement qu un ami qui travaille dans une agence immobilière m a aidé à trouver un petit F3 à 800 euros par mois pour installer ma famille de quatre enfants, sinon avec mon salaire d ouvrier, je ne sais pas comment j aurais fait», confie Augustin-Arthur Essama, 42 ans, domicilié à Clichy-sous-Bois. La crise du logement touche ainsi des millions de Franciliens. Elle constitue, dans tous les sondages, leur principal motif d insatisfaction. La Fondation Abbé-Pierre dénonce la situation extrême des personnes contraintes de louer un habitat indigne à des marchands de sommeil. Si tous ne sont pas touchés avec la même gravité, bien d autres habitants éprouvent eux aussi des difficultés. On compte plus de demandeurs de logements sociaux en attente, alors qu en raison du chômage et d une insuffisance croissante de revenus près de 3 millions de ménages sont éligibles à un logement social ou très social. La flambée des prix et des loyers a bloqué ce qu on appelle la «chaîne du logement». Si l on pouvait auparavant passer d un appartement à un autre, louer puis acheter, ce parcours résidentiel ne fonctionne plus, ce qui conduit certains à chercher un toit en province. Se loger relève donc du parcours d obstacles, comme l explique un récent rapport du Conseil économique et social. On construit beaucoup trop peu pour répondre, notamment, à la hausse de la population ou à la modification de la composition des ménages dont un sur deux divorce. Moins de logements ont été réalisés ces dix dernières années quand le schéma directeur de 1994 en avait prévu ! L'édification de

8 8 À LA UNE LOGEMENT DAVID SAUVEUR/AGENCE VU à HLM chaque année en Île-de- France est donc loin de satisfaire les besoins. Cette panne de la construction a plusieurs causes. Pénurie et cherté des terrains constructibles? Sans doute, mais Gérard Lacoste, directeur général adjoint de l Iaurif (lire l'interview page 9), observe que la baisse de la construction a été la plus forte au moment où la surface urbanisable avait pourtant été accrue de hectares! Le problème, c est que ces terrains n avaient pas été localisés au bon endroit. La demande se porte en fait dans la zone centrale, sur les territoires de proche couronne, bien desservis et susceptibles, pour diverses raisons, de se valoriser. «Les démarches administratives, la rareté des permis de construire, la frilosité de certains élus, les recours qui se multiplient allongent aussi les délais et font monter les prix», note un professionnel. À quoi il faut ajouter des causes financières qui ont affecté les promoteurs privés, les investisseurs institutionnels, puis les bailleurs sociaux conduits à racheter des immeubles et à réhabiliter leur patrimoine plutôt qu à bâtir du neuf. Il faut dire aussi que l outil réglementaire et financier qui avait permis de construire a été À Vitry, 15 hectares de terrains ferroviaires seront consacrés à la construction de logements. cassé. L État n est pas pour rien dans cette situation de blocage. Du coup, et face à une crise du logement qui aggrave les fractures sociales et géographiques, le conseil régional, sans en avoir la compétence directe, a décidé d intervenir. Pour marquer un tournant, il propose moins une politique du logement social qu une «politique sociale du logement». Avec des objectifs chiffrés : nouveaux logements sociaux d ici à 2010 et réhabilités dans la même période (lire le reportage page 9), logements pour les jeunes (lycéens, apprentis et jeunes travailleurs), L'édification de nouveaux logements sociaux constitue l une des priorités du plan régional. PLAFOND DE RESSOURCES ANNUELLES POUR UN FOYER DE DEUX PERSONNES : PLAI (prêt locatif aidé d intégration) : euros. PLUS (prêt locatif à usage social) : euros. PLS (prêt locatif social) : euros chambres pour les étudiants et chambres construites ou rénovées pour les situations de détresse sociale. Les dispositifs d aides en faveur des logements dits intermédiaires, des loyers maîtrisés et de l accession sociale à la propriété seront examinés dans le courant Le financement de ce programme global se veut à la hauteur de l ambition affichée : la Région met 200 millions d euros sur la table dès cette année. Solidarité territoriale Sur la base du rapport élaboré par Jean-Luc Laurent, le vice-président (lire l interview page 10), la Région fixe de nouvelles priorités correspondant mieux, à ses yeux, aux besoins des Franciliens. Les logements financés seront, à 82 %, de l'habitat social et très social : 35 % d entre eux relèveront de la catégorie prêt locatif aidé d intégration (PLAI) et 47 % de la catégorie prêt locatif à usage social (PLUS). Ce tournant représente en fait une «rupture» avec la politique de l État qui privilégie la construction de logements intermédiaires de type prêt locatif social (PLS). La relance du logement social par la Région s appuie également sur une volonté de solidarité territoriale, compte tenu du fait que la moitié du parc social se trouve dans 8 % seulement des communes. Pour rendre possible une meilleure répartition des HLM dans les municipalités, les aides seront donc modulées selon une nouvelle clé de distribution : par exemple, les collectivités qui ont construit moins de 20 % de logements sociaux devront, pour bénéficier de financements, réaliser trois logements sociaux (PLUS et PLAI) pour un logement PLS (lire l'encadré ci-dessous). D autres aides sont, par ailleurs, prévues pour que l'habitat social soit synonyme de qualité sur le plan environnemental et de qualité de vie, avec le financement de paraboles collectives et du câblage Internet (lire le reportage page 10). Le plan régional en faveur du logement social implique un nouvel élan global des constructions, y compris privées, et une volonté partagée avec tous les autres acteurs, y compris l État. Il pourra s appuyer sur un outil nouveau, l Établissement public foncier régional, et sur la prise de conscience, plus aiguë après une série de drames, que le logement constitue l une des clés de l avenir de l Île-de-France. XAVIER PANON HLM Égalité territoriale Financement Rééquilibrer la répartition des HLM dans les communes Chaque ville doit proposer au moins 20 % de logements sociaux selon la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain), entrée en application en Pour inciter les maires à construire davantage de logements sociaux, la Région a fixé de nouvelles clés de répartition pour ses financements. Elle veut ainsi assurer un meilleur équilibre territorial. Dans une ville qui propose moins de 20 % DAVID SAUVEUR/AGENCE VU de logements sociaux, la Région participe au financement d'un logement PLS si la ville prévoit trois logements PLAI/PLUS. Dans une ville offrant entre 20 et 40 % de logements sociaux, la Région finance un logement PLS si la commune prévoit un logement PLUS et un logement PLAI. Enfin, dans une ville qui propose plus de 40 % de logements sociaux, la Région finance un logement PLS sans autres conditions.

9 DAVID SAUVEUR/AGENCE VU TÉMOIGNAGES Saint-Denis REPORTAGE 276 logements sont concernés Les tours de la cité de la Saussaie réhabilitées Beaucoup d immeubles ont vieilli. La réhabilitation de logements sociaux constitue un volet essentiel de la politique du conseil régional, comme ces tours de la cité de la Saussaie à Saint-Denis en cours de rénovation. Reportage. RÉNOVATION h Après la Tour bleue, c est à la Tour verte de résonner du bruit des travaux, avant qu ils ne commencent dans la Tour rose. Cette réhabilitation, la cité de la Saussaie, à Saint-Denis, l attendait depuis vingt-deux ans. Mois après mois, les locataires ont été conviés à des réunions d information, pour choisir matériaux et couleurs. Un appartement témoin a vu défiler tous ceux qui voulaient se faire une idée. Puis un questionnaire individuel a circulé : chaque locataire a pu choisir les travaux à effectuer dans son logement, en plus de ceux qui étaient systématiques, comme le changement de toutes les fenêtres, la mise aux normes de l électricité et de la plomberie, la rénovation des peintures extérieures À raison de 100 points attribués par logement, il a fallu que chacun fasse ses comptes : changer le meuble évier et sa faïence équivaut à 34 points, refaire le sol des toilettes à 5 points. Chaque locataire a rempli un questionnaire indiquant ses choix, et les travaux ont pu commencer. «Les fenêtres n étaient plus étanches, il y avait des fuites quand il pleuvait», témoigne Mathilde, 18 ans, qui habite un F3 au LOGEMENT À LA UNE 9 5 e étage de la Tour bleue avec sa mère. «Tous les sanitaires ont été changés et ce n était pas du luxe», ajoute Christian, locataire d un F2 au 4 e étage, satisfait du travail des ouvriers. Une journée par corps de métier, c est la formule qui a été retenue pour ne pas importuner les locataires. «Un jour le plâtrier, le lendemain les électriciens, le jour d après les plombiers», explique Bruno Gillet, le chef de chantier, qui précise que fenêtres et baies vitrées ont été remplacées en une seule journée pour chaque logement. Des boîtes aux lettres incrustées Quant aux parties communes, elles sont entièrement repensées : plus de lumière, plus de sécurité avec un digicode supplémentaire, et même l ajout d un local pour les poussettes et les vélos. Dans la Tour bleue, les boîtes aux lettres sont incrustées dans le mur, et l ensemble est entièrement carrelé en gris et bleu. «Les locataires ont choisi de conserver les couleurs qui font l identité de chaque tour», ajoute Bruno Gillet. De l avis général, la réhabilitation était la meilleure solution pour la Saussaie. Sylvie Perra, présidente de l amicale des locataires, habite la Tour rose depuis vingt et un ans et y a élevé ses quatre enfants. «Il y a toujours des râleurs : ceux qui trouvent que ça ne sert à rien, que ça fait trop augmenter les loyers Mais ces travaux s imposaient!», affirme-t-elle, balayant des yeux sa cité, qui, d ici à la fin de l été, aura pris un sacré coup de jeune. JULIE VÉDIE Même les parties communes des trois tours de la Saussaie, qui datent de 1972, sont refaites. REPÈRES logements sont recensés en Île-de-France, dont sont vacants. On compte 46 % de propriétaires, près de 23 % de locataires HLM, 25 % de locataires hors HLM et près de 5 % de personnes logées gratuitement logements sociaux hébergent 3 millions de personnes, soit un quart de la population. La moitié des HLM se trouvent sur 8,5 % des communes franciliennes. 20 % de demandes supplémentaires de logements sociaux en dix ans. Ils sont demandeurs en attente. La durée moyenne pour avoir satisfaction est d au moins trois ans demandeurs de logements sociaux vivent à Paris, dont 40 % de personnes seules et 21 % de familles monoparentales. 21 % d augmentation du nombre des ménages à bas revenus. Un ménage sur deux dispose d un revenu équivalant à 1,5 smic pour un couple avec un enfant. 26 % des ménages franciliens comptent parmi les plus démunis. 34 % des programmes de logements sociaux récents sont réalisés en maisons individuelles, autant que dans le secteur privé. 108 millions d euros : c est le coût des nuitées d hôtel prises en charge en 2004 par la collectivité pour les défavorisés. 32,2 % des logements ont été achetés par les cadres en 2004, contre 21 % en Acheteurs ouvriers et employés sont passés de 40 % à 34 %. DENIS DARZACQ/AGENCE VU EXPERTISE Urbanisme CONSTRUCTION Créer une machine à construire NOM GÉRARD LACOSTE PROFESSION DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE L IAURIF* h La relance de la construction de logements est indispensable pour répondre à l accroissement de la demande, à l augmentation régulière du nombre d habitants et de ménages. Malgré cette forte demande, la construction est en panne, ce qui accentue la flambée des prix et des loyers. Du coup, dans le budget des ménages, la charge du logement augmente. Beaucoup se retournent vers le logement locatif social ou très social, et la rotation dans le parc HLM se ralentit. h Certains expliquent la pénurie de logements sociaux par le manque de terrains et leur cherté, ainsi que par le peu de volonté des maires. Pourtant, le schéma directeur de la Région Îlede-France (Sdrif) de 1994 avait ouvert de nouveaux terrains à l urbanisation, mais ils étaient mal localisés, trop loin de la zone centrale où les gens veulent désormais être logés. h Le plan du conseil régional pour relancer le logement social est volontariste. Il est «jouable» à la condition que cet effort s inscrive dans une reprise globale de la construction. Cela suppose une action coordonnée des pouvoirs publics. Il faut créer une «nouvelle machine à construire», adaptée à la répartition actuelle des pouvoirs et permettant de redonner cohérence à l action publique. Une convergence entre l État et la Région sur leurs programmations de logements sociaux est aussi nécessaire. La création de l Établissement public foncier régional et le futur Sdrif donnent des raisons d espérer s ils favorisent, dans la zone dense, une meilleure utilisation de l espace constructible. * Institut d aménagement et d urbanisme de la Région Île-de-France.

10 10 À LA UNE LOGEMENT SAVOIR + BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU INTERVIEW TROIS QUESTIONS À JEAN-LUC LAURENT «Un programme de 200 millions d'euros» NOM JEAN-LUC LAURENT PROFESSION VICE-PRÉSIDENT, CHARGÉ DU LOGEMENT ET DE L ACTION FONCIÈRE, MAIRE DU KREMLIN-BICÊTRE (VAL-DE-MARNE) «Le logement, que nous voulons de qualité, est à nos yeux une grande cause régionale.» IDF : Que compte faire le conseil régional pour aider les Franciliens à se loger? J.-L. LAURENT : La crise du logement est la plus grave que l'on ait connue depuis l hiver 1954 et le fameux appel de l abbé Pierre. Nous lançons donc une politique volontariste de construction de logements sociaux, très sociaux, intermédiaires et d accession sociale à la propriété. Nous consacrons à ce programme 200 millions d euros en Cette politique sociale du logement veut répondre aux besoins des Franciliens, en fonction de leurs ressources, et les aider dans leurs parcours résidentiels. Nos objectifs? Créer, d ici à 2010, logements sociaux, en réhabiliter , construire logements sociaux pour les jeunes travailleurs, apprentis et lycéens et chambres pour les étudiants, développer l hôtellerie sociale en construisant ou en rénovant chambres pour les personnes en détresse. Outre l égalité entre citoyens, nous visons aussi l égalité territoriale en conditionnant nos aides à une juste répartition des logements sociaux. IDF : Mais comment ce qui n a pas été possible auparavant le serait-il désormais? J.-L. LAURENT : Nous avons une difficulté : l État, qui a la responsabilité d assurer le droit au logement, met moins d argent que la Région et les collectivités locales pour la construction et la rénovation. Par ailleurs, les citoyens et les élus se rendent compte qu il faut davantage de solidarité et d égalité territoriale. Nos nouveaux dispositifs d aides ont été concertés avec tous les acteurs du logement et correspondent aux attentes des Franciliens. Pour répondre aux besoins, il faut nouveauxlogements sociaux privés par an. Pour ces raisons, notre politique sera incitative, partenariale et autonome vis-à-vis de l État. Et l agence foncière régionale, qui sera créée cette année, permettra l achat de terrains pour la construction de logements diversifiés en priorité. Bien sûr, pour bâtir l égalité, être efficace et pallier l émiettement des acteurs publics, la Région aurait préféré être reconnue comme l autorité organisatrice du logement. Cela n est pas le cas, mais le bon sens prévaudra un jour! Et d ici là, elle agit. IDF : La construction de logements sociaux est-elle compatible avec le souci de qualité? J.-L. LAURENT : Oui, d ailleurs les bailleurs sociaux sont souvent à la pointe de l innovation pour le développement durable et les économies d énergie, avec un effet positif sur les quittances des locataires. Le label de haute qualité environnementale (HQE) s imposera progressivement à partir du 1 er janvier 2008 pour les logements neufs et les réhabilitations. Les logements seront aussi adaptés aux personnes handicapées, et nous financerons des paraboles collectives, des locaux à vélos, l accès à l Internet haut débit. Vous le voyez, le logement, que nous voulons de qualité, est à nos yeux une grande cause régionale. S INFORMER - Aides et actions en faveur du logement sur rubrique «Ville/habitat». Informations pratiques sur le logement social : - À Paris : thème «Solidarité», puis rubrique «Logement et hébergement». - Dans les départements : agences départementales pour l information sur le logement (Adil) : www. adil75.org, org, www. adil93.org, org, - Connaître l'indice des loyers : gouv.fr/ CHERCHER Demande auprès des organismes HLM : - l Union nationale pour l habitat recense les logements département par département : www. union-habitat.org - l Association des organismes HLM d Îlede-France les recense commune par commune : ou 15, rue de Chateaubriand, Paris. LOGEMENT D'URGENCE La Fondation Abbé-Pierre tient une permanence d information et d aide. Espace Solidarité Habitat, 78/80, rue de La Réunion, Paris XX e. Renseignements au POUR LES ÉTUDIANTS - Toutes les infos sur Le site national des crous donne les coordonnées des crous académie par académie. - Logements de la Cité internationale universitaire de Paris : POUR LES ANS QUI TRAVAILLENT L Association pour le logement des jeunes travailleurs propose des petits meublés dans toute la région : PARTICIPER À LA CRÉATION DE LOGEMENTS ET TROUVER UN EMPLOI DANS LE BÂTIMENT : Comme ici à Ormesson-sur-Marne (94), les logements de Courtry (77) seront écologiques. NORME HAUTE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Des logements sociaux et écologiques Concilier logement social et construction de qualité. De plus en plus de logements sociaux franciliens sont construits selon les normes HQE (haute qualité environnementale). Exemple à Courtry, en Seine-et-Marne. Des maisons en bois avec terrasses et jardins Ce n est encore qu une maquette, mais on se croirait dans la campagne suédoise! Ce sont pourtant des logements sociaux, de type PLAI et PLUS, qui vont garnir ce terrain du centreville de Courtry (77) : treize maisons individuelles et huit logements collectifs, construits aux normes HQE (haute qualité environnementale) par les Foyers Seine-et-Marne, avec l aide de la Région. «Lors des réunions de quartier, certains habitants étaient agréablement surpris que l on construise du logement social de qualité, et écologique en plus!», explique Olivier Barry, responsable du développement et du patrimoine des Foyers Seine-et-Marne. Les maisons, de trois ou quatre pièces (de 65 à 91 m 2 ), disposent d un jardin, tandis que les appartements, du studio de 37 m 2 au trois-pièces de 68 m 2, bénéficient d une terrasse ou d un jardinet privatif. L isolation, renforcée grâce à l utilisation du bois, permettra des économies de chauffage (électrique) de 15 %, tandis que garages et abris de jardin sont équipés de lampes à basse consommation. Des installations comme des réducteurs de pression réduiront également la facture d eau. Le tri sélectif est prévu dès la construction, avec des abris-poubelles communs et individuels, pour inciter au recyclage. Et de tels exemples commencent à se répandre en Île-de-France! À Fontenay-sous-Bois (94), c est une maison bourgeoise du xix e siècle qui est réhabilitée pour créer huit logements PLAI, avec un système de récupération des eaux de pluie pour un jardin public. À Sevran (93), les 420 logements de la cité basse du Pont-Blanc sont réhabilités dans un souci de confort et d écologie : 850 m 2 de panneaux solaires sont installés sur les toits des barres d immeubles. JULIE VÉDIE OLIVIER COULANGE/AGENCE VU

11 BIEN VIVRE 11 LABRE W. CÈDRE/COMITÉ RÉGIONAL DU TOURISME TERROIR Spécialités 93 MEAUX MONTREUIL SOPHIE CHIVET/AGENCE VU FROMAGE Plus de cent variétés se fabriquent dans la région Brie et chèvre en vedette À l usine de moulage du brie de Meaux à Saint-Rémy-de-la-Vanne (77), le fromage est moulé à la pelle selon la tradition. L Île-de-France est le berceau d une grande variété de fromages, à pâte molle, fraîche ou salée, triple crème ou frais. Avec une star, le brie, et une nouveauté, un chèvre. FABRICATION ARTISANALE h L innovation, cette année, vient des chèvres : cinq éleveurs caprins se sont regroupés pour fabriquer le «P tit chèvre d Île-de-France». Ce n est qu un début : ils pourraient bientôt être une douzaine à produire ce petit fromage doux au goût, fabriqué avec du lait cru et affiné pendant dix jours. Avec son étiquette indiquant le nom de chaque producteur, il a une apparence inédite : ni crottin, ni pyramide, il épouse les contours et le nom d Île-de-France! Peut-être parviendra-t-il un jour à détrôner la star incontestée des fromages de la région : le brie, baptisé au début du xix e siècle «Roi des fromages» et «fromage des Rois»! Petit moulé, laitier, de Nangis, de Meaux fermier, de Meaux affiné, de Melun frais ou de Melun bleu, ses origines remontent à Charlemagne : douze siècles d Histoire en ont fait une légende! Le brie, ancêtre du camembert C est en Seine-et-Marne qu il puise ses racines, dans cette terre de Brie réputée pour sa douceur. Mais sa renommée dépasse largement le département. Le brie serait même un ancêtre du camembert! Bref, de quoi en faire tout un fromage et deux AOC (appellation d origine contrôlée), attribuées en 1980, l une au brie de Meaux, l autre au brie de EN CHIFFRES L Île-de-France a produit plus de tonnes de fromages en 2004, dont 760 tonnes de brie de Meaux, avec environ fromages. Quant au brie de Melun, fabriqué en Seineet-Marne, sa production s est élevée à 240 tonnes en 2004, soit environ fromages. Le fromage de chèvre francilien représente 150 tonnes. Melun. Épais de 2,5 à 3 cm et d un diamètre de 35 à 37 cm, le brie de Meaux est fabriqué à partir de lait cru, et affiné entre quatre et neuf semaines. Le brie de Melun est plus petit et plus épais, et surtout moins connu : il y a cent ans, tandis que le brie de Meaux se vendait à Paris et s exportait dans toute la France, son cousin de Melun n était qu une spécialité très locale. En raison de son goût particulier et de son affinage plus complexe, il reste méconnu. Le brie n est pas le seul à se partager les faveurs des Franciliens. Ses collègues, le coulommiers, le brillatsavarin ou encore le fontainebleau, figurent aussi en belle place sur les plateaux. En tout, près de cent spécialités fromagères se fabriquent en Îlede-France. J. V. Renaissance des pommes marquées 77 MELUN La Société d horticulture de Montreuil relance la tradition du marquage des fruits. Cette technique date du XII e siècle. En juin, les pommes sont couvertes d un sachet et restent dans le noir pendant quelques semaines. Un pochoir est ensuite posé sur chaque fruit, libéré de son sac. Le pochoir est ôté vingt jours plus tard, quand le soleil a coloré la pomme, sauf la partie cachée par le pochoir. En 1893, lors de l exposition universelle de Saint-Pétersbourg, la Société d horticulture de Montreuil offre au tsar Nicolas II des pommes marquées de son portrait et reçoit une médaille! La mode s étend alors aux monuments de Paris marqués sur les fruits. Dans les années 1950, la pratique s interrompt, le fruit de luxe n étant plus adapté. Aujourd hui, la Société d horticulture de Montreuil, qui a ouvert un jardin pédagogique, fait découvrir cette spécialité aux curieux. En 2004, pommes ont été marquées en Île-de-France. POUR EN SAVOIR PLUS : Le dessin apparaît grâce à un pochoir. SRHM

12 12 BIEN VIVRE 93 LE RAINCY ACTION - GÉRARD BLONDEAU 91 MILLY-LA-FORÊT 77 SAINT-FARGEAU-PONTHIERRY ENVIRONNEMENT Observation FAUNE Ouest de Paris Le retour du faucon pèlerin Le Falco peregrinus dépasse les 250 kilomètres à l'heure lorsqu il plonge sur sa proie. Le faucon pèlerin avait disparu de la région depuis Mais les efforts de protection organisés par la loi de la nature l incite à reconquérir les espaces naturels des environs de la capitale. Un couple s est s installé à l ouest de Paris. OUEST PARISIEN h Les protecteurs de la nature sont heureux : le faucon pèlerin est de retour en Île-de-France. Depuis un an et en un lieu que les ornithologues de la Ligue pour la protection des oiseaux préfèrent garder secret. Philippe Dubois, l un des conseillers scientifiques de l association, rend régulièrement visite au couple qui s est installé : «Il s agit de deux oiseaux matures et on peut espérer qu ils se reproduiront prochainement. À condition qu on les laisse tranquilles. C est pourquoi nous gardons le secret sur leur repaire. Disons que le couple vit à l ouest de Paris. Les derniers faucons pèlerins de la région parisienne ont disparu vers 1947, victimes de l urbanisation et surtout des chasseurs.» L année dernière, signe encourageant, un autre couple a élevé trois petits à la lisière de la région Îlede-France, à une centaine de kilomètres de Paris. Champion de France de vitesse, ce Falco peregrinus peut dépasser les 250 kilomètres à l'heure lorsqu il plonge, les ailes collées au corps, sur sa proie, en général un oiseau de la grosseur moyenne d un pigeon. Il l attrape en vol après avoir brutalement freiné sa course, les serres brusquement projetées en avant, tout en ouvrant ses longues ailes (plus d un mètre d envergure) qui claquent dans l air comme un coup de fouet entendu à plusieurs centaines de mètres. Les «victimes» ont en général peu de chance d échapper à ce fonceur, qu il s agisse d un moineau ou parfois d un canard, voire d un héron cendré. D ailleurs, il ne quitte son poste que lorsqu il est sûr du résultat! Il ruse alors en s envolant, l air de rien, dans la direction opposée, prend de l altitude à une vitesse déjà fantastique, puis plonge sur sa proie en calculant son angle de descente. Le reste du temps, il veille à son poste de guet sur une haute branche ou un promontoire rocheux. On a le temps de l observer : un corps couleur d ardoise avec des stries et une grosse tête bien ronde presque noire, de superbes moustaches de chaque côté du bec qui contrastent avec le poitrail blanc. À vos jumelles donc, car Falco peregrinus se déplace beaucoup dans l ouest parisien. CLAUDE-MARIE VADROT DR Des animations nature gratuites Faire découvrir aux Franciliens la richesse d espaces naturels situés à côté de chez eux, c est le but des animations gratuites organisées par vingt et une propriétés régionales. Visite guidée ou jeu de piste, chaque animation est encadrée par un spécialiste autour d un thème : les oiseaux, les insectes, la botanique, la géologie, la gestion des milieux Le calendrier de toutes les animations est disponible sur le site ou au Travaux de la promenade de la Dhuis Le chemin de la Dhuis part de Gagny (93). Le chemin de terre, de 10 à 20 mètres de large, qui suit le tracé de l aqueduc de la Dhuis (Champagne), sera aménagé en un ruban vert bordé de deux allées piétonnes et cyclistes. La promenade traversera treize communes et deux départements (Seine- Saint-Denis et Seine-et- Marne) sur une distance de 27 km, entre la Marne et Le Raincy. Les travaux d aménagement sont financés par l Agence des espaces verts de la Région d Île-de- France (AEV) pour un montant de 5,5 millions d euros. L ouverture au public est prévue à l automne C est Napoléon III qui avait fait construire l aqueduc souterrain de la Dhuis, long de 131 km, pour alimenter Paris en eau potable. Le rocher du cul du chien est un paysage de sable de grès, typique du Gâtinais. BALADE À pied dans le Gâtinais Au sud de l Île-de-France, partagé entre l Essonne et la Seine-et-Marne, le parc naturel régional du Gâtinais français permet de découvrir ce «pays des mille clairières et du grès». POUR LES SPORTIFS h La balade «Quand l École entre en Seine» permet de découvrir la vallée de la rivière École, quand elle rejoint la Seine. Au départ à la gare RER de Saint-Fargeau-Ponthierry, on suit le balisage jaune qui longe la Seine vers la gauche. Niché dans un méandre du fleuve, le lavoir de Tilly est le plus original des nombreux lavoirs de la région. Au niveau de la N7, il faut franchir l École en direction de Nainville-les- Roches, puis de Moulignon, où l on peut s attarder à la maison des insectes installée dans l ancien château. Le balisage jaune continue dans Jonville direction Pringy, où le parc du château, traversé par l École, mérite un arrêt. La fin de la balade se fait en suivant le balisage rouge et blanc qui ramène à la gare en suivant la rivière. Durée 3 h 40, 14,5 km. AVEC DES ENFANTS h Le sentier d interprétation agricole permet de découvrir les richesses des cultures du Gâtinais. Point de départ et d arrivée : le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales, aromatiques et industrielles de Milly-la-Forêt. De Milly à Oncy-sur-École puis à Noisy-sur-École, quatorze points d observation se succèdent, matérialisés par des tables de lecture du paysage : menthe poivrée, colza, cresson Toute l agriculture gâtinaise est relevée! Grande boucle de 8,5 km ou deux petites boucles de 4 et 4,5 km. À VÉLO h Le sentier d interprétation agricole est accessible aux cyclistes, ainsi que le GR32 qui traverse le parc du nord au sud en passant par Saint-Fargeau-Ponthierry et alterne les paysages de champs, de forêts le long de la rivière École, de chaos rocheux et de vallées h Plaquettes et topoguides disponibles à la Maison du parc, place de la République, Milly-la-Forêt, , STÉPHANE PERERA/ALIZARI IMAGES/CRIF

13 CHRONIQUE BIEN VIVRE 13 Conjuguer le tourisme au futur JOSETTE SICSIC, JOURNALISTE ET CONSULTANTE Attirés pour la grande majorité d entre eux par les fastes de la capitale française qui réussit à garder l avantage sur sa grande rivale Londres, les 44 millions de touristes en DR visite en Île-de- France ne sont vraiment pas tout seuls! S ils représentent 90 % du public du Louvre ou de la tour Eiffel, par exemple, ils croisent les quelque 11 millions d individus que compte la région. Dans les cafés, les restaurants, les parcs et les jardins, l accroissement du temps libre En 2006, près de touristes américains seront de retour en Île-de-France. aidant, les visiteurs et les Franciliens voisinent de plus en plus souvent. Mais avec plus ou moins de bonne humeur. Tandis que les touristes demeurent bienvenus sur les sites dédiés et dans les quartiers où ils restent minoritaires, ils ne font pas toujours le bonheur de certains résidents. Sans revenir sur les problèmes complexes que pose le tourisme urbain, gardons à l esprit que les choses n iront pas en s améliorant quand le tourisme international, développé par les professionnels du secteur, aura triplé ses effectifs. En 2006, près de touristes américains seront de retour en Île-de-France, ainsi que les visiteurs japonais «manquants» par rapport à l'an De nouvelles clientèles, venues de Chine, d'inde, de Russie et de Corée, sont appelées à se développer et viennent déjà légitimement goûter aux charmes de notre douce Île-de-France. Certains quartiers ne pourront supporter de tels assauts de la fréquentation touristique en augmentation constante. Ce phénomène, pour l instant non anticipé, exigera pourtant des solutions. Lesquelles? Aux Franciliens d y réfléchir d ores et déjà. Collectivement s entend!

14 14 À VOIR ET À FAIRE EN PLUS RENDEZ-VOUS P.E. WEEK Histoire de naissances Comment naissons-nous en France et ailleurs? À travers les lieux, les gestes et les témoignages de mères, l exposition aborde tous les thèmes liés à la venue au monde. Jusqu au 4 septembre 2006, sauf les mardis et les jours fériés. Musée de l Homme, 17, place du Trocadéro, Paris. La francophonie à l'honneur Artistes, entrepreneurs, scientifiques et intellectuels célèbrent la diversité de 63 États et gouvernements membres ou associés de la francophonie. Le festival est présent au Salon du livre de Paris, du 17 au 22 mars, la Journée internationale de la francophonie étant le 20 mars. Du 16 mars au 9 octobre Programme détaillé sur 08 MARCHÉ Fête des Plantes vivaces Yvelines 17 Val d Oise PARIS Hautsde-Seine Seine- St-Denis Val-de- Marne Seine-et-Marne La fête des Plantes vivaces, c est avant tout l histoire d une passion pour les plantes et les jardins. h Du 28 au 30 avril 2006 Domaine, Saint-Jeande-Beauregard. Tél. : ou sur www. domsaintjeanbeauregard.com 09 EXPOSITION Puits et lavoirs, seaux et battoirs Essonne LETORCY EQUESETRIO D SPECTACLE La bataille des remparts Ce spectacle historique, empreint de pédagogie et d humour, montre quelles étaient les armes utilisées au Moyen Âge, qu elles soient offensives ou défensives. h Du 24 avril au 4 juillet 2006 Les lundis, mardis, jeudis et vendredis à 11 heures. Remparts de Provins. Tél. : ou sur www. provins.net ou 02 PÂQUES Chasse aux œufs Près de œufs en chocolat sont cachés dans plus de 200 communes du département, en attendant d être dégustés par les enfants! h Le 16 avril 2006 Nombreuses communes du département. Tél. : ou sur 03 TERROIR Foire internationale aux fromages et aux vins Plus de 250 producteurs venus de la France entière sont présents pour des dégustations et ventes de produits du terroir. Un rendez-vous incontournable pour découvrir les fromages de Seine-et-Marne. h Du 7 au 10 avril 2006 Halle de Coulommiers. Tél. : MUSIQUE Mes scies à moi Jean-Paris Gerintes, virtuose de la scie musicale, inventeur à ses heures, joue toutes les versions imaginables de l instrument. h Le 28 avril 2006 à 20 h 45 Théâtre des Sablons, 6, rue des Sablons, Fontainebleau. Tél. : EXPOSITION Splendeur de Dresde, la cour de Saxe à Versailles Tableaux, bijoux, argenterie et cristaux témoignent de l ampleur des échanges artistiques entre la cour de France et celle de Dresde, dont Voltaire disait qu elle était «la plus brillante d Europe, après celle de Louis XIV». Fermé le lundi. h Jusqu au 23 avril 2006 Château de Versailles. Tél. : ou sur 06 CONCERT Dee Dee Bridgewater : J ai deux amours La Mer de Trenet, Ne me quitte pas chanté par Brel La formidable chanteuse de jazz Dee Dee Bridgewater rend hommage à sa terre d accueil, la France. DLM-FOIRE NATIONALE DE LA BROCANTE h Le 11 mars 2006 à 20 h 45 Théâtre Alexandre-Dumas, Jardin des Arts, place André-Malraux, Saint-Germain-en-Laye. 07 BROCANTE Foire à la brocante et aux jambons Cette foire biannuelle (mars et octobre) est devenue en trente-deux ans la plus importante du genre, avec plus de huit cents brocanteurs venus de tout le pays. h Du 10 au 19 mars 2006 Île des impressionnistes, Chatou. Tél. : ou sur Proposée par la Maison de banlieue et de l architecture, l exposition revient sur l histoire de la collecte de l eau dans les villages de l Essonne avant l arrivée de l eau courante. h Jusqu au 26 avril 2006 Maison de banlieue et de l architecture. 41, rue Geneviève-Anthonioz-de- Gaulle, Athis-Mons. Tél. : ou sur 10 JEUNE PUBLIC Ciné-Goûter, les dix ans Quelque 27 salles des Hauts-de-Seine proposent 20 films aux enfants de 3 à 11 ans lors de 250 séances exceptionnelles, suivies d un goûter! h Jusqu au 30 juin 2006 Dans tout le département Programme au et sur MDEBA

15 SOPHIE CHIVET/AGENCE VU Orchestre national d Île-de-France Cette formation de 90 musiciens a pour mission de diffuser l art symphonique en Île-de-France, en particulier auprès de nouveaux publics. Chaque année, près de 100 concerts sont donnés dans la région. Au programme en mars : Barbe-Bleue à Massy et Évry (91), mais aussi Ravel et Saint-Saëns à Vélizy-Villacoublay (78). Programme détaillé : l RENDEZ-VOUS 15 JARDINS SECRETS Trois personnalités révèlent en exclusivité leur lieu de prédilection en Île-de-France et leur coup de cœur, ou l événement récent qui les a le plus marqués. VILLE DE MONTROUGE-SERVICE COMMUNICATION DR 11 ART 51 e Salon d art contemporain Le Salon de Montrouge présente un panorama unique de la création contemporaine en train de naître. Les visitesconférences sont une bonne occasion de se familiariser avec ces œuvres. h Du 27 avril au 17 mai 2006 Théâtre de Montrouge. Place Émile-Cresp 12 JAZZ Banlieues bleues Pour sa 23 e édition, le festival Banlieues bleues propose un plateau artistique de renommée internationale, dédié au jazz, aux musiques improvisées et à la création. h Du 25 février au 7 avril 2006 Nombreux lieux dans tout le département. Tél. : Programme détaillé sur 13 BANDE DESSINÉE Avions et vaisseaux spatiaux Les 2 es Rencontres de la bande dessinée aéronautique et spatiale réunissent les auteurs français et étrangers qui mettent en images aviateurs et astronautes. h Les 4 et 5 mars 2006 Musée de l Air et de l Espace, aéroport de Paris Le Bourget, Le Bourget. Tél. : ENTREPRISE Et voilà le travail! Cette 10 e édition prend du volume : près de 100 entreprises, dans les secteurs les plus divers, ouvrent leurs portes au public, pour des visites guidées avec les professionnels. h Jusqu au 30 juin 2006 Nombreux lieux dans tout le département. Programme et réservations au ou sur 15 CINÉMA Films de femmes Le 28 e Festival international de films de femmes rassemble 110 réalisatrices du monde entier offrant leurs talents et développant de nouvelles alternatives. h Du 10 au 19 mars 2006 Maison des arts et de la culture. Place Salvador- Allende, Créteil Tél. : THÉÂTRE Les Théâtrales Charles-Dullin CHANTAL DEPAGNE Ce festival met à l honneur les jeunes auteurs contemporains et francophones, et offre un aperçu de la création en France, en Belgique et en Suisse. h Du 23 février au 26 mars 2006 Dans 19 salles du Val-de-Marne. Programme au ou sur 17 ART FLORAL Festival de l Iris Quatrième édition du festival qui regroupe dans le parc du château expositions, concours d art floral, présentation d un mur végétal h Du 18 mars au 28 mai 2006 Château, rue de Léry, Auvers-sur-Oise. Tél. : festivaliris 18 MUSIQUES L Oreille du monde Pour écouter et découvrir des artistes du Sénégal, du Mali, du Cap-Vert et de Madagascar, d Ismaël Lo à Fantani Touré, et vibrer au son d instruments traditionnels. h Les 11, 24 et 25 mars 2006 Salle Jean-Vilar, 9, boulevard Héloïse, Argenteuil. Salle Maurice-Sochon, rue Yves-Farges, Orgemont Tél. : EXPOSITION Cézanne et Pissarro ( ) Portraits, natures mortes et paysages de Cézanne et de Pissarro réunis pour restituer la convergence CHATEAU D'ANVERS de la vision des deux peintres, liés par une amitié de vingt ans. h Du 28 février au 28 mai 2006 Musée d Orsay. 1, rue de la Légion-d Honneur, Paris. Tél. : FÊTE 10 e Nuit de la Saint-Patrick La Saint-Patrick ponctue dix ans de rendez-vous festifs impulsés par le Festival interceltique de Lorient, pour souligner le grand mouvement de réappropriation des cultures celtiques. h Le 18 mars 2006 à 20 heures. Palais omnisports de Paris-Bercy (POPB), 8, boulevard de Bercy, Paris. Tél. : Billetterie au (0,34 /min). 21 CINÉMA Festival Jules-Verne des films d'aventure Depuis quatorze ans, ce festival rend hommage à l esprit d aventure, à l exploration scientifique, ou encore à l imaginaire romanesque dans la tradition de Jules Verne. h Du 22 au 27 mars 2006 Cinéma Le Grand Rex. 1, boulevard Poissonnière, Paris. Tél. : (0,34 euro TTC/min). Plus d informations sur le site PHILIPPE GRESLÉ DR MARTHE LEMELLE DAVID MERLE GÉRARD KLEIN Acteur de cinéma et de télévision, notamment dans la série L Instit, auteur, éleveur et même aubergiste auvergnat, tout en étant Francilien depuis une trentaine d années! l LIEU PRÉFÉRÉ? «La forêt de Rambouillet parce que j aime les bois en général et qu ici l espace est bien entretenu, tranquille, vaste. Je l ai même parcourue à cheval.» l COUP DE CŒUR? «Le musée d art contemporain Mac/Val de Vitry-sur-Seine. Un événement. Ni prétentieux, ni snob, voilà un lieu de vraie culture de l art à la portée de tous.» RACHIDA KHALIL Comédienne au cinéma et au théâtre. Auteur avec Guy Bedos de son one woman show La Vie rêvée de Fatna. Elle repart en tournée jusqu au mois de mai. l LIEU PRÉFÉRÉ? «Le petit marché de Mantes-la-Jolie, ville de mon enfance. Il est resté le même, alors que tout a changé autour. J ai découvert aussi La Roche- Guyon, son château, un petit restau au bord de la Seine. C est la campagne, reposante» l COUP DE CŒUR? «Les événements dans les banlieues m ont fait mal au cœur. Sans me faire l avocate du diable, j ai été affligée puis révoltée par le dialogue de sourds. Il faut faire une place à ceux qui se sentent marginalisés, arrêter de se voiler la face.» MOUSS DIOUF Né à Dakar, CAP de serrurier, boxeur amateur, puis acteur de cinéma et de séries télévisées, notamment dans Julie Lescaut. Il reprend son one man show Avant, quand j étais un Noir. l LIEU PRÉFÉRÉ? «J aime Bobigny. J y ai grandi et beaucoup de mes souvenirs d enfance y sont attachés. J aime aussi la nature dans cette région très arborée, où il y a de nombreux parcs, comme à Chantilly, et je n oublie pas tous les parcours de golf!» l COUP DE CŒUR? «Le coup de colère en banlieue. Difficile de vivre l avenir sans avenir et puis attention aux mots Le métissage des peuples, c est ce qui fera que les gens seront plus proches. Je me souviens des familles qui m ont invité, au fin fond du Vercors. La France est plurielle.»

16 16 HISTOIRE LE QUART D HEURE HISTORIQUE 1607 Création de la place Dauphine. Elle consacrera la fin de la construction du Pont-Neuf. Les maisons qui formaient la partie orientale de la place furent démolies en 1874 pour ouvrir la perspective vers le Palais de justice Installation des premiers bouquinistes sur les quais La Samaritaine est remplacée par un nouveau système d alimentation en eau. Ce château d eau, première pompe de relevage d eau à Paris, était orné d un bas-relief représentant la Samaritaine versant l eau à Jésus, qui lui a donné son nom Percement de la nouvelle rue du Pont-Neuf Émile Cognacq-Jay fonde le grand magasin de la Samaritaine. Il avait créé son premier magasin Au Petit Bénéfice, rue de Turbigo, en Construction du bâtiment actuel de la Samaritaine, fermé en Christo «emballe» le Pont-Neuf. PMVP BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU PARIS Ponts ARCHITECTURE Du Pont-Neuf à la passerelle Simone-de-Beauvoir Quatre siècles enjambent la Seine Le Pont-Neuf (à gauche) a toujours été un lieu de vie et de spectacle pour les Parisiens. La passerelle Simone-de-Beauvoir (à droite) reliera la ZAC Paris-rive gauche au parc de Bercy, deux quartiers en plein renouveau. BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU RUNGIS Naissance du plus grand marché mondial Aujourd hui, Rungis accueille tous les jours plus de tonnes de produits frais pour 18 millions de consommateurs. En 1962, pourtant, l endroit n est encore qu un vaste terrain de 600 hectares, à cheval sur les communes de Chevilly-Larue, Rungis, Thiais et Orly, dans le Valde-Marne. Le 13 juillet, Michel Debré décide, à la demande du général de Gaulle, de déplacer les halles de Paris, devenues trop exiguës. Le premier coup de pioche est donné le 11 février Il faut niveler trois millions de mètres cubes de terre, déplacer les aqueducs de la Vanne, du Loing et de Lunain, regrouper des lignes à haute tension, raccorder le réseau routier, le réseau ferroviaire, construire 25 kilomètres de voirie et 35 hectares de parking, poser plus de 66 kilomètres de canalisation, et installer lignes de téléphone. À l époque, les halles de Paris débordent : en plus des dix pavillons qui abritent les produits, le marché s étend sur 15 hectares de voie publique! À Rungis, quinze pavillons sont d abord construits : un pour les produits de la mer et d eau douce, neuf pour les fruits et légumes, quatre pour les produits laitiers, et un pavillon pour les fleurs et les plantes. Les 3 et 4 mars 1969, le marché d intérêt national de Rungis ouvre officiellement ses portes. En 1973, avec l arrivée des produits carnés, Rungis devient le plus grand marché de produits frais du monde. De la nouvelle passerelle Simone-de-Beauvoir, jetée entre les quartiers de Bercy et de Tolbiac, au Pont-Neuf, Paris compte désormais trente-cinq ponts. CONSTRUCTION h Dernière-née, la passerelle Simone-de-Beauvoir sera ouverte au public en juillet. Fine, élancée, gracile même, elle répond à quatre fonctions : relier la ZAC Paris-rive gauche au parc de Bercy, améliorer l accès à la Seine et la fréquentation des berges, créer un nouveau lieu de contemplation du fleuve et de son environnement, accueillir des activités et des animations temporaires. La proximité de la future piscine, petite fille de la défunte piscine Deligny, ajoutera encore à la convivialité du lieu. À force de restaurations, l'ancêtre est neuf Quant à l'ancêtre des ponts de Paris, le Pont-Neuf, il est né il y a quatre cents ans, sous le règne du roi Henri IV. Considéré comme achevé en 1607, sa construction ne fut pas simple. Troubles politiques, guerres de religion et manque d argent ont retardé le chantier. Il était pourtant urgent de doter Paris d un pont digne de ce nom pour améliorer le trafic entre les deux rives, qui n était possible que par deux ponts anciens et en mauvais état. Décidée sous Henri II, commencée sous Henri III en 1578, la construction du Pont-Neuf ne fut achevée que sous le règne d Henri IV qui devait tomber sous le poignard de Ravaillac. Après la mort du roi, une statue équestre du souverain fut érigée en 1614 à la pointe occidentale de l île de la Cité. Elle fut la première du genre à orner Paris, ce qui ne lui évita pas d être déposée et fondue à la Révolution. Elle renaquit à l identique en 1818 à la demande de Louis XVIII. Le sculpteur, hostile au régime, y avait dissimulé une statuette de Napoléon et La Henriade, de Voltaire, auteur honni par les royalistes. Restauré souvent, modifié parfois, le Pont-Neuf s offre depuis plusieurs années une toilette complète. ALAIN LE PORS H À VISITER La salle Raguenet du musée Carnavalet sur le Pont-Neuf. À VOIR Le site de l office du tourisme de Paris : www. parisinfo.com À SUIVRE Les conférences sur l histoire des ponts : parisiens.com Au milieu du XX e siècle, les halles de Paris débordent sur la voie publique. DR

17 TENDANCES 17 TERRITOIRES Culture Slam JOUTES VERBALES Un art urbain en plein essor Le slam donne de la voix aux mots CERGY-PONTOISE SOPHIE CHIVET/AGENCE VU SAINT-DENIS LA COURNEUVE BRIE-COMTE-ROBERT 77 Né à Chicago, le slam est chez lui en France dans les bars alternatifs ou les cafés huppés, et jusque dans les écoles et les prisons. Dans ces joutes amicales s affrontent d authentiques poètes urbains. POÉSIE URBAINE h Ils sont étudiants, cadres supérieurs, chômeurs, enseignants, arrivent des beaux quartiers ou des de La Courneuve. Rien ne les destinait à se rencontrer. Rien, sauf la scène slam du mardi au café Chéri(e), dans le XIX e arrondissement de Paris. C est le triangle d or d un art oratoire urbain né dans les années 1980, à Chicago. La traduction littérale du slam serait «claquer» ou «balancer», comme on balance des mots qui rebondissent sans point à la ligne. Là-bas comme ici, cette poésie issue du rap se pratique sous la forme de joutes verbales. Dans des lieux parfois improbables, les orateurs viennent déclamer des textes souvent griffonnés dans l instant. Urbains, excentriques, poétiques, politiques, les thèmes d inspiration sont infinis. Un tournoi doit respecter trois principes : offrir un verre par poème dit, bannir tout accompagnement musical, ne pas excéder cinq minutes par prestation. H DES SCÈNES SLAM Café Chéri(e), 44, boulevard de la Villette, Paris XIX e. Tous les mardis. Téléphone : Café culturel, 11, allée des Six-Chapelles, Saint- Denis. Le 2 e vendredi du mois. Téléphone : Théâtre 95, allée du Théâtre, Cergy-Pontoise. Téléphone : Plébiscité par l Éducation nationale pour raccrocher les élèves à la langue française. SITE INTERNET com, pour tout savoir sur le slam, son histoire, ses règles, ses portedrapeaux, la programmation des principales scènes. Chez Rabah, à Paris (XX e ), chacun dit son poème, avec ou sans texte écrit. La scène est animée par Jacquot, slameur de premier ordre. nisé», avec le Grand slam national, à Nantes. Le slam est même plébiscité par l Éducation nationale qui lui a ouvert les portes des écoles. C est un moyen ludique de raccrocher les élèves à la langue française. «J ai été scotchée lorsque j ai entendu mon premier slam, dans mon bahut», confie Mama Louifi. Enfant, cette étudiante en BTS au lycée agricole Bougainville de Brie-Comte-Robert (77) a été nourrie aux répertoires de Cabrel et d Aznavour. «Mes textes parlent de l amour, des HLM, de Clichy-sous-Bois où je vis.» À Auber- Un «sport» collectif «Tout le monde peut monter sur scène et s exprimer», assure Rabah, du bar de la Réunion dans le XX e arrondissement. Et si, là, résidait la clé du succès? Sur ce terrain démocratique se mêlent d authentiques poètes urbains et des acrobates de la langue française. «Le slam est un sport collectif fondé sur le rassemblement de gens différents», rappelle Pilot le Hot, son pionnier dans l Hexagone. L exercice s est aussi «championvilliers (93), Hocine Ben considère son art «comme un espace où les barrières sociales s abolissent». Cet artiste professionnel fait partie du 93 Slam Caravane qui organise des scènes et anime des ateliers d écriture en banlieue nord. Catherine Duval est prof à mi-temps le jour et K-trin-D le soir. Tombée dans le slam après une session dans un club à Pigalle, cette ex-danseuse classique ne nourrit qu un regret : «Il y a beaucoup de slameurs et trop peu de slameuses, alors bougez-vous les filles!» FRÉDÉRIC LOMBARD SOPHIE CHIVET/AGENCE VU LIBRES PAROLES Il y a autant de slams que de slameurs Le slam pour moi, c est un moment de partage d un texte à l oral, celui d une émotion, des mots et de l amour du verbe mis en poésie. Le slam, c est utiliser sa voix et ses oreilles. C est pourquoi il est aussi important d écouter les paroles des autres. En une soirée, on peut devenir un slameur parce qu on aura réussi à vaincre son appréhension et à monter sur la scène. C est sa force et son succès. GRAND CORPS MALADE, SLAMEUR À SAINT-DENIS (93) ET ORGANISATEUR DE SCÈNES SLAM. WILLY VAINQUEUR

18 SOPHIE CHIVET/AGENCE VU 18 IDÉES TENDANCES SANTÉ Mieux informer sur la greffe de moelle osseuse La greffe de moelle osseuse chez un enfant comporte de nombreux risques et soulève bien des interrogations. L association Capucine aide les familles en les informant sur cette opération délicate. Avec l aide des médecins de Bicêtre (Faculté Paris-XI), elle réalise un livret d information mieux adapté pour répondre aux questions et à l inquiétude des familles. Ce projet fait partie des douze Picri (Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l innovation) financés par la Région en VITRY-SUR-SEINE Un chauffage plus écologique Un chauffage moins cher et plus écologique pour logements de Vitry-sur-Seine et de Choisyle-Roi? C est possible grâce à la nouvelle station d échange thermique de Vitry. La vapeur du réseau de chauffage parisien, obtenue notamment grâce à l usine d incinération d ordures ménagères d Ivry-sur-Seine, chauffe l eau qui alimente le réseau de chauffage urbain de Vitry et de Choisy. Ce système, novateur en France, va permettre 15 % d économies sur la facture des habitants concernés. Il supprime une pollution équivalente au passage de voitures! H PREMIER ÉCOPÔLE RÉGIONAL Une nouvelle zone d activité sera aménagée d ici à 2007 à Combs-la- Ville, Lieusaint et Moissy- Cramayel (77). Elle regroupera des entreprises dont l activité est liée au développement durable et aux énergies renouvelables. LE WIMAX EN ÎLE-DE-FRANCE Quinze candidats franciliens ont déposé une demande de licence Wimax auprès de l Autorité de régulation des télécoms (Arcep). Grand frère du Wi-fi, le Wimax permet une connexion sans fil à haut débit sur un large périmètre. Le conseil régional suit la question de près, en veillant à ce que les candidats s engagent à couvrir l ensemble du territoire. LA FAC DE CERGY S AGRANDIT Le nouveau bâtiment Saint-Martin 2 accueille étudiants en sciences, des équipes de recherche (physique théorique, maths, géométrie et biologie), un restaurant universitaire UN LOGICIEL GRATUIT À LA RÉGION Les ordinateurs du conseil régional sont équipés d un logiciel libre : Firefox. Ce navigateur gratuit est déjà utilisé par des millions d internautes. com. BERTRAND DESPREZ/AGENCE VU VU ET APPROUVÉ PAR VOUS INNOVATIONS Multimédia Initiative de la Région PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ Un marché de 200 milliards d euros Anticiper l avenir numérique Face à la concurrence internationale, le pôle de compétitivité Image, multimédia et vie numérique (IMVN), soutenu par la Région, veut relever le double défi technologique et industriel, avec un programme de 150 millions d euros sur trois ans et la création de près de emplois. CONTENUS MULTIMÉDIAS h Les rongeurs qui envahissent une cuisine dans le film Lemming de Dominik Moll sortent d un ordinateur. Ces prouesses visuelles, on les doit à des PME franciliennes de création d images numériques. Des sociétés d avenir qui se sentent pousser des ailes grâce au lancement du pôle de compétitivité Image, multimédia et vie numérique (IMVN). Une trentaine de grandes entreprises (Lagardère, TF1, Thalès, etc.), 200 PME et 30 écoles et universités à travers 50 laboratoires de recherche se sont regroupées au sein de ce pôle de compétitivité à vocation mondiale. Leur but : faire de l Île-de-France un leader dans le domaine de la création, de la communication et des services pour les contenus numériques et multimédias : jeux vidéo, films, logiciels, images en trois dimensions «La french touch est reconnue à l international», explique Boris Hertzog, directeur d Attitude Studio, entreprise d animation 3D, installée à Saint-Denis (93). Le pôle de compétitivité va nous permettre de mettre en commun nos ressources en recherche et développement et d élaborer de Avec IMVN, tout est en place pour faire évoluer notre secteur et développer des rencontres propices à la création. Les acteurs du jeu vidéo travaillent davantage ensemble sur les nouveaux contenus de demain. La volonté politique est là, ainsi que l appui financier. QUANTIC DREAM DAVID CAGE, CRÉATEUR DU JEU VIDÉO FAHRENHEIT (QUANTIC DREAM) nouveaux outils, même si nous restons concurrents.» Un autre projet du pôle, le Digital Life Lab, concerne les usages des technologies numériques. Réviser ses maths sur son téléphone mobile ou se connecter à Internet sur une console de jeux vidéo portable, ce sera banal dans peu de temps! «On sait quelles technologies vont arriver, mais pas comment les gens vont les utiliser, s interroge le professeur Serge Fdida, professeur au laboratoire d informatique de l université Paris-VI (LIP6). Et surtout comment adapter les contenus à ces futures technologies?» Ce projet est suivi par LIP6 et France Télécom. «Quand la fonction SMS a été installée sur les téléphones mobiles, on n avait pas imaginé que les ados en feraient un tel usage! rappelle Olivier Muron, directeur de la recherche et du développement chez France Télécom. C est ce qu on essaie aujourd hui d anticiper avec d autres outils.» Des six projets d IMVN, le plus ambitieux est certainement InfoMagic : mettre au point un moteur de recherche capable de concurrencer l incontournable Google, qui pourrait trouver en même temps des textes, des images et des vidéos sur le Web ou sur toute autre base de données multimédia. «Le pôle répond à une attente des professionnels de la création numérique», conclut Jean-Pierre Cottet, le président d IMVN. JULIE VÉDIE h Chez Attitude Studio, spécialisé dans l animation 3D, les mouvements des comédiens vêtus de combinaisons munies de capteurs sont transmis à un ordinateur pour donner plus de réalisme aux personnages virtuels.

19 PLANÈTE 19 IAN TEH/ AGENCE VU INTERNATIONAL Mobilité des jeunes Échanges universitaires ACCUEIL Boursiers venus des quatre coins du monde Les futurs ambassadeurs de la région 75 PARIS FRANCOPHONIE Parution d'un atlas mondial SOPHIE CHIVET/AGENCE VU Quelques-uns des 125 boursiers étrangers qui ont choisi l Île-de-France, en 2006, à la Cité internationale universitaire, à Paris. Depuis quatre ans, la Région a financé les études de 332 étudiants étrangers à Paris. Ils sont originaires d une dizaine de régions du monde, partenaires de l Île-de-France. TROISIÈME CYCLE h José, 25 ans, vit un rêve éveillé. Cet assistant social chilien a décroché une bourse de la Région pour étudier les politiques d intégration françaises. Un sujet de recherche qui fait écho à des problématiques dans l'hexagone et au Chili : «Mon pays commence à devenir une terre d immigration. Mais nous n avons pas encore de véritable politique d accueil.» Peut-être trouvera-t-il en France de bonnes idées à mettre en œuvre au Chili. Oumar, un sénégalais de 26 ans, est doctorant en littérature française du xvii e siècle à l université de Villetaneuse (93) : «C est un rêve pour moi d assister aux séminaires des professeurs de littérature que je lisais religieusement à Dakar. À l issue de mon doctorat, je rentrerai enseigner à Dakar, et j entretiendrai des échanges avec l université française.» Un pont de plus jeté entre l Île-de-France et le Sénégal. Échanges culturels Élias, un libanais de 22 ans, étudiant ingénieur à Télécom Paris, compte bien faire fructifier son expérience française : «J espère trouver un premier emploi en France. Ce sera un atout de plus avant de rentrer au Liban.» Pour l instant, Élias mesure la richesse humaine de cette expérience. Les 125 boursiers résident tous à la cité internationale universitaire, à Paris, et des liens très forts se sont noués entre eux : «Nos échanges culturels abattent beaucoup de préjugés. Je me sens différent, plus ouvert sur les autres.» Élias ne regrette qu une seule chose : «La Cité universitaire est tellement belle que l on en sort peu pour profiter de Paris!» En France depuis deux à trois mois seulement, ils apprécient en tout cas les moyens matériels mis à leur disposition, la qualité de l enseignement, et la simplicité des échanges avec les professeurs. Échanges et coopération sont en effet au cœur de la politique d octroi de bourses à ces étudiants étrangers de troisième cycle sélectionnés pour leur brillant parcours dans des domaines très divers : génie civil, électronique, lettres modernes, anthropologie, égyptologie, cinéma De quoi se faire ensuite, dans leur pays, les ambassadeurs de la région qu ils ont choisie et aimée. CAROLINE COQ-CHODORGE HAIDES À LA MOBILITÉ Une bourse peut être accordée aux étudiants inscrits dans les établissements franciliens, et désirant faire un stage ou une formation à l'étranger. www. iledefrance.fr ADRESSE Cité internationale universitaire. Téléphone : Le français est la langue maternelle de 125 millions de personnes dans le monde! Cette année est celle de la francophonie, et l Île-de-France compte bien la fêter! Le 16 mars prochain, l inauguration du Salon du livre sera l occasion de présenter l Atlas mondial de la francophonie réalisé par Ariane Poissonnier, Gérard Sournia et Fabrice Le Goff pour la cartographie et coédité par les éditions Autrement, RFI et la Région. L ouvrage sera distribué dans les centres de documentation et d information (CDI) des lycées et des CFA franciliens, ainsi que dans les établissements scolaires aidés par la Région dans les pays francophones. D'autres manifestations devraient être organisées pendant toute l'année. Collection «Mini Atlas», 80 pages, 15 euros. DR

20 20 PLANÈTE Nouveau musée Salvador-Allende au Chili Le nouveau musée Salvador-Allende de Santiago du Chili, prochainement inauguré, proposera, entre autres, quelques œuvres de Miró et de Picasso. La maison, réhabilitée avec l aide de la Région, a été transformée en centre culturel, avec des espaces pour organiser colloques, pièces de théâtre et expositions. Des artistes franciliens pourront y être accueillis. SRI LANKA Tsunami Débat Des tensions politiques compliquent la solidarité Semences de gingembre, d ananas et de légumes, petits équipements hydrauliques : des paysans de Princomalee, au nord-est du Sri Lanka, relancent leur activité de maraîchage. Les aides sont apportées par l ONG Agri-Sud et financées par la Région pour un montant de euros. Il s agit de la première traduction concrète de la solidarité qui avait conduit le conseil régional à voter une aide exceptionnelle de 3 millions d euros sur trois ans. On est donc loin du compte! Un an après le tsunami, la situation politique au Sri Lanka et dans la province du Nord- Est complique, en effet, les projets de relance du développement économique local. Un possible accord de partenariat direct avec la province laisse toutefois espérer un déblocage et un réel déploiement de l aide, sans céder à la surenchère entre ONG. UN FRANCILIEN À L'ÉTRANGER MONTRÉAL À Québec, les barrières professionnelles sautent Éric Soulier, directeur artistique, a créé son studio de graphisme en moins d un an. Rencontre. IDF : Quelle caractéristique de la vie de Montréal vous a le plus surpris par rapport à Paris? É. SOULIER : Le calme. C est une ville à dimension humaine où l on se déplace facilement. Il y a beaucoup de parcs. Rien à voir avec le bruit, la pollution et l agressivité de Paris. Les gens sont détendus, l ambiance est conviviale. Les Québécois travaillent moins que chez nous, mais ils sont plus réactifs et peu cloisonnés. Les barrières professionnelles n existent pas, la polyvalence est recherchée. Ici, c est possible de repartir de zéro et de grimper vite dans l échelle sociale. IDF : Est-ce que l Île-de-France est connue en tant que telle? É. SOULIER : Pas vraiment. Les Québécois ont une vision approximative de la géographie française. Ils imaginent Paris et sa région comme un DR Éric soulier, 38 ans, vit à Montréal depuis deux ans. Eldorado, et sont surpris de voir des Parisiens venir s installer chez eux. Cela dit, ils font tout pour attirer des francophones. Du coup, certains immigrants français débarquent en terrain conquis, et sont traités de «maudits Français» à cause de leur arrogance. IDF : Quels aspects de l IDF attirent le plus les Québécois? É. SOULIER : La culture et les monuments, symboles d un passé auquel ils se rattachent avec la même irréductibilité que le village gaulois de Goscinny. Sans parler du vin! H PARTENARIAT ENTRE LA RÉGION ET LA MAURITANIE Les élus locaux mauritaniens ont exprimé leurs attentes lors des récentes Assises de la coopération décentralisée. Ils souhaitent développer un partenariat avec la Région afin qu elle les accompagne dans la gestion de leurs mairies, des services publics et dans la mise en place de formations. LUTTE FRANCO- QUÉBÉCOISE Les Québécois, les Régions Aquitaine et Île-de-France ont confronté leurs pratiques pédagogiques pour lutter contre le décrochage scolaire, lors d une réunion de travail. La suite de ces échanges d expériences aura lieu en juin prochain à Québec. Pour l Île-de-France, les lycées Jean-Lurçat (75) et le microlycée de Sénart (77) participent à ce dialogue. SOPHIE CHIVET/AGENCE VU UN ÉTRANGER EN ÎLE-FRANCE Arrivé du Portugal à 17 ans en 1961, Armand Lopes dirige aujourd hui 200 salariés à travers sept sociétés, dont une station de radio, Radio Alpha, et un club de football, l US Créteil Lusitanos. IDF : Quels souvenirs gardez-vous de votre arrivée en Île-de-France? A. LOPES : C était toute une aventure de quitter un régime totalitaire pour cette région dont mon grandpère m avait tant parlé! Je voulais rester deux à trois ans, et gagner de l argent pour aider ma mère et mes frères et sœurs restés au Portugal. Et je ne suis jamais reparti du Val-de-Marne, et de Saint-Maur en particulier : quarante-quatre ans plus tard, j habite toujours dans la même rue! J ai travaillé partout : à Joinville, à Champigny, dans les carrières de Créteil, qui n était alors qu une grande plaine sans un pavillon. J ai même travaillé SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS SÉNART SAINT-MAUR «Je me suis toujours senti Francilien» Armand Lopes, 61 ans, vit à Saint- Maur depuis quarante-quatre ans. sur le chantier de Marne-la-Vallée où il n y avait que des champs! Ma famille me manquait beaucoup Et il a fallu apprendre la langue! IDF : Qu est-ce qui vous a le plus étonné à l époque? A. LOPES : La gentillesse de l accueil des Franciliens. Notre grande chance à nous Portugais, c est que nous avons une culture commune avec les Français, notamment à travers la religion et le sport. J allais à la messe à l église de Saint-Maur avec mes amis français, et c était un moment de partage. IDF : Qu est-ce qui vous plaît le plus dans la région? A. LOPES : Je suis amoureux de l Îlede-France! Paris est une très belle ville, mais je ne pourrais pas y vivre. J y vais régulièrement, notamment parce que nous travaillons sur le tramway, mais j ai besoin de la campagne, des bords de la Marne J ai des amis dans toute la région, je connais 80 % des maires grâce à mon travail et au football. Chaque commune a son cachet : c est cela la richesse de l Île-de-France! IDF : Quel regard portez-vous sur l évolution de la région? A. LOPES : Ce qui me touche, c est combien cette région a changé depuis mon arrivée, combien elle s est développée! Beaucoup d efforts ont été faits en matière de transports, d espaces verts, de culture En tant que Francilien d origine portugaise, je suis fier d avoir participé à ce développement. Je suis amoureux de l Îlede-France. Chaque commune a son cachet : c est cela qui fait la richesse de l Île-de-France.

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football Je vais profiter de ce rapport pour, toutes et tous, nous ramener 14 ans en arrière et à la période de l adoption de la loi SRU en décembre 2000. En 2000, comme pour nous aujourd hui dans cette assemblée,

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement PREMIER MINISTRE Service Communication Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement Paris, jeudi 26

Plus en détail

Rapport d utilitésociale

Rapport d utilitésociale Rapport d utilitésociale 2013 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 2013-3 Aiguillon construction, c est : Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax Le 11 octobre 2013 à St Paul les Dax PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le vendredi 11 octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables Pôle ressources sur l habitat et la ville durables 1 UNE MAISON AU SERVICE DE TOU-TE-S LES ESSONNIEN-NE-S LA MAISON DÉPARTEMENTALE DE L HABITAT Pôle ressources sur l habitat et la ville durables, la Maison

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois,

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois, ÉDITO Chères Clermontoises, Chers Clermontois, La municipalité de Clermont a fait le choix d accorder une place importante à la préservation de l environnement et du cadre de vie des Clermontois en maintenant

Plus en détail

Les villes nouvelles adoptées par leurs habitants

Les villes nouvelles adoptées par leurs habitants ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 255 - Octobre 2005 Aménagement urbain Les villes nouvelles adoptées par leurs habitants Les villes nouvelles ont bientôt 40 ans. Aujourd hui, leurs habitants jugent

Plus en détail

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local.

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local. Atelier Habitat - Equipement 17 novembre 2014 Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme Révision du Plan Local d Urbanisme 1 Situation et structuration Plan réalisé par CAZAL Source : Département

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 4 e vague Novembre 2010 Contexte Presque 2 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale L e d o s s i e r La solidarité Centre communal d action sociale au quotidien Chômage, contrats précaires, ruptures familiales comment faire pour vivre quand on n a pas assez d argent? Quand on ne sait

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20

RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20 13 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20 l Chiffres clés // 3 l Éditorial // 4 l Faire vivre la dimension sociale // 6 l Soutenir l économie locale // 8 MÉSOLIA HABITAT C EST * : l Accompagner les populations //

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

Quartier Centre Ville /Marat /Parmentier

Quartier Centre Ville /Marat /Parmentier Quartier Centre Ville /Marat /Parmentier Date et lieu Mardi 9 octobre 2012 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe (Centre Jeanne Hachette). Participants R. Marchand, Maire adjoint délégué au développement

Plus en détail

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu Le baromètre de l opinion des Français sur la mobilité durable Prospective à 2030 - Vague 3 du baromètre de l'institut CSA dans le cadre des 5 ème Ateliers de la Terre, Forum International pour le Développement

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir www.iledefrance.fr En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir 600 000 étudiants, 480 000 lycéens et plus de 100 000 apprentis : les jeunes ont de l avenir

Plus en détail

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE OCTOBRE 2011 Institut Viavoice 9 rue Huysmans 75006 Paris Tél : 01 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com Synthèse des enseignements

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram RESIDENCE WAGRAM BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram PRESENTATION DU PROGRAMME La résidence WAGRAM est située au 17 rue de WAGRAM, en plein centre ville, à 500m du RER A qui relie notamment aux gares de

Plus en détail

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Enquête Ménages Déplacements 213 Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Le poids de l histoire L avènement de la voiture s est accompagné d une offre

Plus en détail

Dans Paris, un déplacement sur deux se fait à pied

Dans Paris, un déplacement sur deux se fait à pied ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 368 - Septembre 211 Population Dans Paris, un déplacement sur deux se fait à pied Les Parisiens effectuent des trajets plus courts que les autres Franciliens mais ils

Plus en détail

Programme Social Thématique Départemental

Programme Social Thématique Départemental DELEGATION DE LA LOIRE PREFECTURE DE LA LOIRE CONSEIL GENERAL DE LA LOIRE Programme Social Thématique Départemental Convention d opération Entre : Le Département de la Loire représenté par Monsieur Pascal

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

Un toit pour les familles qui n en ont pas

Un toit pour les familles qui n en ont pas Un toit pour les familles qui n en ont pas contrastwerkstatt Avec votre entreprise, investissez dans un projet solidaire et durable Le Logement un besoin de première nécessité 3.5 millions de personnes

Plus en détail

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Les Franciliens et le logement dans leur région

Les Franciliens et le logement dans leur région Les Franciliens et le logement dans leur région Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique Opinion

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. ICF Habitat La Sablière inaugure 98 logements sociaux neufs au cœur du 17 ème arrondissement de Paris. Date : 2 juillet 2015

DOSSIER DE PRESSE. ICF Habitat La Sablière inaugure 98 logements sociaux neufs au cœur du 17 ème arrondissement de Paris. Date : 2 juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE ICF Habitat La Sablière inaugure 98 logements sociaux neufs au cœur du 17 ème arrondissement de Paris Date : 2 juillet 2015 Contact presse ICF Habitat La Sablière Martine GILLOT 01 55

Plus en détail

Un projet d habitat convivial, multi-générationnel, écologique et accessible dans le centre de Montpellier

Un projet d habitat convivial, multi-générationnel, écologique et accessible dans le centre de Montpellier La Coopération à tous les étages Un projet d habitat convivial, multi-générationnel, écologique et accessible dans le centre de Montpellier Contact Association loi 1901 «Habiter c est Choisir» Sébastien

Plus en détail

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG)

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) SCoT des Coteaux et du Val de Seine Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) Dominique Gaudron dominique.gaudron@algoe.fr Nicolas

Plus en détail

Guide de l HABITAT durable PRÉSENTATION

Guide de l HABITAT durable PRÉSENTATION Guide de l HABITAT durable 2012 PRÉSENTATION Un habitat durable pour tous Promulguée le 12 juillet 2010, la loi portant «engagement national pour l environnement» dite Grenelle 2 a inscrit des objectifs

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Samedi 7 juillet 2012 Sauveterre de Guyenne. De 9h45 à 11h45

Samedi 7 juillet 2012 Sauveterre de Guyenne. De 9h45 à 11h45 Samedi 7 juillet 2012 Sauveterre de Guyenne De 9h45 à 11h45 Inaugurations et Visites de : la Mairie et de l Office de tourisme rénovés, la Porte Saint-Léger restaurée la nouvelle résidence La Petite Bastide

Plus en détail

Choix d implantation et vision de l environnement de travail : quel Pari(s) pour demain? TNS Septembre 2013 18TJ56

Choix d implantation et vision de l environnement de travail : quel Pari(s) pour demain? TNS Septembre 2013 18TJ56 Rappel de la méthodologie Mode de recueil Echantillon Dates de terrain Interviews réalisées par téléphone. L échantillon est construit à partir des dernières données de l INSEE. Sa représentativité est

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

7RAISONS POUR LE LOGEMENT SOCIAL DE DIRE NON À LA HAUSSE DE LA TVA UN LOGEMENT DE QUALITE POUR TOUS, GRANDE CAUSE NATIONALE?

7RAISONS POUR LE LOGEMENT SOCIAL DE DIRE NON À LA HAUSSE DE LA TVA UN LOGEMENT DE QUALITE POUR TOUS, GRANDE CAUSE NATIONALE? UN LOGEMENT DE QUALITE POUR TOUS, GRANDE CAUSE NATIONALE? 7RAISONS DE DIRE NON À LA HAUSSE DE LA TVA POUR LE LOGEMENT SOCIAL Le Gouvernement précédent avait déjà pénalisé le logement social en faisant

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Une grande majorité des Français souhaitent acquérir leur logement car devenir propriétaire est synonyme de placement financier, de sécurité pour l avenir

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE Plan de l intervention Introduction et contexte : 15 min Présentation du questionnaire Identification / échanges : 20 min Présentation du questionnaire

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 22 nouveaux studios meublés pour accueillir des personnes isolées ou en couple en situation d exclusion

DOSSIER DE PRESSE. 22 nouveaux studios meublés pour accueillir des personnes isolées ou en couple en situation d exclusion DOSSIER DE PRESSE Architecte : AKTIS Architecture Adoma propose des solutions de logement et d hébergement aux publics qui traversent des difficultés économiques ou d insertion et ne trouvent pas à se

Plus en détail

A L F O R T V I L L E

A L F O R T V I L L E ALFORTVILLE L écluse d Alfortville Le dynamisme et la douceur de vivre dans une ville d avenir! Alfortville réunit tous les atouts d une commune où il fait bon vivre. À seulement 3 km (1) de la Porte de

Plus en détail

La démarche de conception et de concertation

La démarche de conception et de concertation Ont contribué à cet atelier : Paris Batignolles Aménagement : Catherine CENTLIVRE, Marie JOUDINAUD, Corinne MARTIN Atelier Grether : François GRETHER DAC communication : Gaëlle BARBE et Gilles VRAIN. Environ

Plus en détail

VILLE. Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale

VILLE. Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale Avec la par ticipation de l'etat, du Conseil Régional et du Conseil Général VILLE Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale L objectif premier de l action mise en œuvre par l équipe

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Jean-Louis BORLOO, Valérie LETARD et Benoist

Plus en détail

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée Des informations pour votre logement Quel habitat demain? p. 2 Rénovation urbaine du quartier de la gare à Pamiers p. 4 Restructuration du quartier de Ginabat à Montoulieu p. 6 Du 21 novembre au 4 décembre,

Plus en détail

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1 Familles Rurales de Saint-Avé 1 Introduction Après le succès de la première édition en 2008, Familles Rurales a décidé d organiser le deuxième salon de l habitat durable les 18 et 19 avril 2009 à Saint

Plus en détail

Journée d étude normande

Journée d étude normande Journée d étude normande Contexte global, la gestion du vieillissement Enjeu démographique Pyramide des âges de la population alsacienne en 2007 et 2040 Population âgée du Bas-Rhin (au1 er janvier2012)

Plus en détail

Notre fonctionnement. Nos missions. dle Conseil d Administration. dune équipe de 328 collaborateurs, sous la responsabilité du Directeur Général

Notre fonctionnement. Nos missions. dle Conseil d Administration. dune équipe de 328 collaborateurs, sous la responsabilité du Directeur Général Notre fonctionnement Réhabilitation de la Résidence Anne de Bretagne - Sanitas dle Conseil d Administration de 23 membres dont 4 membres élus par les locataires pour un mandat de 4 ans. Il forme en son

Plus en détail

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France Les entreprises et les associations de l économie sociale et solidaire ont comme point commun de ne pas

Plus en détail

NUANCES. Fourchette de rentabilité locative. Document non contractuel. CHOISY LE ROI (94) - Ile-de-France. Powered by TCPDF (www.tcpdf.

NUANCES. Fourchette de rentabilité locative. Document non contractuel. CHOISY LE ROI (94) - Ile-de-France. Powered by TCPDF (www.tcpdf. CHOISY LE ROI (94) - Ile-de-France NUANCES Gestionnaire Fourchette de rentabilité locative Date de livraison Actabilité Fourchette de prix Fiscalité SERGIC 3.32-3.74 % 4IEME TRIMESTRE 2016 ACTABLE 363

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues...

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues... Sommaire Le cadre du pays................................................................................... 15 Présentation du pays.................................................................................

Plus en détail

Les projets de rénovation urbaine. Parcours des ménages concernés par le relogement L UNION SOCIALE POUR L HABITAT CONGRÈS 2011 27-29 SEPTEMBRE

Les projets de rénovation urbaine. Parcours des ménages concernés par le relogement L UNION SOCIALE POUR L HABITAT CONGRÈS 2011 27-29 SEPTEMBRE Les projets de rénovation urbaine Parcours des ménages concernés par le relogement CONGRÈS 11 27-29 SEPTEMBRE L UNION SOCIALE POUR L HABITAT Introduction...2 1. Profil des ménages relogés...4 Poids plus

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015

CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015 CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015 PROGRAMME Soirée animée par Sébastien Hembert 17h30 INTRODUCTION «Au terme d une année consacrée au diagnostic du territoire, le Plan Local d Urbanisme Intercommunal

Plus en détail

Emmaüs Norges-France CONTEXTE

Emmaüs Norges-France CONTEXTE Emmaüs Norges-France Nom : Communauté Emmaüs Norges Type de structure : communauté Nombre de personnes accueillies:110 compagnons Sur Norges, 11 salariés équipe encadrement, 20 contrats aidés CUI, environ

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Restructuration d un Foyer de Jeunes Travailleurs de 50 logements 41, Rue du Moulin de Pierres à Clamart (92)

DOSSIER DE PRESSE Restructuration d un Foyer de Jeunes Travailleurs de 50 logements 41, Rue du Moulin de Pierres à Clamart (92) DOSSIER DE PRESSE Restructuration d un Foyer de Jeunes Travailleurs de 50 logements 41, Rue du Moulin de Pierres à Clamart (92) Crédit Photo : Stanislas AMAND 27 novembre 2015 Contact : Communication 92/98,

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION RAPPORT ANNUEL 2013 MESSAGE DES PRÉSIDENTS Jean-Paul Foucault Président du conseil d orientation et de surveillance Didier Patault Président du directoire Le sens

Plus en détail

Éco-quartier de Louvres & Puiseux-en-France. Cultivez la ville

Éco-quartier de Louvres & Puiseux-en-France. Cultivez la ville Éco-quartier de Louvres & Puiseux-en-France Cultivez la ville A1 Éco-quartier de Louvres et Puiseux-en-France De nouveaux quartiers à vivre Situé à 4 km de l aéroport de Paris-Charlesde-Gaulle, hors Plan

Plus en détail

Issy-les-Moulineaux mai 2011

Issy-les-Moulineaux mai 2011 Issy-les-Moulineaux mai 2011 Notre Evêque Gérard Daucourt nous avait interpellés il y a 5 ans dans sa «Lettre à tous les baptisés», où il nous demandait «Est-ce que tu favorises le programme de logements

Plus en détail