Gestion des antiagrégants plaquettaires en période périopératoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des antiagrégants plaquettaires en période périopératoire"

Transcription

1 Gestion des antiagrégants plaquettaires en période périopératoire Francois SZTARK Pôle d Anesthésie Réanimation CHU de Bordeaux Anesth Analg 2005;101:971-3 Femme de 44 ans opérée d une hystérectomie. Stent Cypher sur la CD posé 2 semaines avant la chirurgie. Aspirine + Plavix arrêtés le soir avant la chirurgie (Arrêt 1 dose) Thrombose aiguë de stent en postopératoire immédiat 1

2 Auer J. JACC 2004;43:713 Arrêt des AAP (clopidogrel + aspirine) 3 mois après mise en place d un stent nu et 2 stents au paclitaxel 2 heures après la chirurgie, IDM : Thrombose des 2 stents actifs, stent nu intact 4 cas d arrêt des AAP jours après stent (Taxus / sirolimus) pour chirurgie Thrombose de stent J4-J14 Stent classique non occlus Thrombose tardive d une endoprothèse coronaire pharmacoactive après arrêt des AAP Un homme de 57 ans : en mai 2003 un syndrome coronarien aigu Sténose sévère de l artère interventriculaire antérieure proximale associée à des lésions diffuses dans le territoire circonflexe, Angioplastie coronaire avec pose d une endoprothèse à élution de paclitaxel Traitement antiplaquettaire : aspirine (160 mg) plus clopidogrel (75 mg). Reprise d une activité normale. Decoene et al. Ann Fr Anesth Réanim 2005; 24 :

3 Thrombose tardive d une endoprothèse coronaire pharmacoactive après arrêt des AAP Decoene et al. Ann Fr Anesth Réanim 2005; 24 : Janvier 2005 : programmation d un éveinage de la jambe droite Epreuve d effort négative 5 jours avant l intervention, arrêt de l aspirine et du clopidogrel, relais par nadroparine 2850 UI Poursuite du traitement bêtabloquant Geste opératoire sans particularité. Au deuxième jour postopératoire (7 jours après l arrêt de la bithérapie) : infarctus antérieur étendu Coronarographie : thrombose de l endoprothèse coronaire. Thrombolyse immédiate non efficace sans possibilité de revascularisation chirurgicale (lit d aval grêle). Évolution : décompensation cardiaque (FEVG 10%) assistance circulatoire (4 mois), transplantation cardiaque, décès Etude angioscopique 3 à 6 mois après l implantation du stent Endothélialisation plus complète avec les stents métalliques nus par rapport aux stents pharmaco-actifs (p<0.0001) Kotani JI, J Am Coll Cardiol 2006; 47:

4 Risques de l arrêt des AAP Rebond biologique de l agrégation plaquettaire 11 patients / 181 cas d ischémie aigue mb inf avaient arrêté l aspirine (Anesth Analg 2004;99:440-3) 4,5% des cas d AVC en rapport avec un arrêt des AAP, 6-10 jours après l arrêt (Neurology 2004;62:1187-9) N=103; 3 centres ; stents coronariens Maintien des AAP en périopératoire (ASA±clopidogrel) ou relais avec HBPM ou HNF dose moyenne et arrêt des AAP 3 j 45% de complications (toutes cardiaques sauf 2 de type hémorragique) 5% de mortalité Risque d autant plus élevé que le délai stent-chirurgie est court (<35j) Pas d information sur le type de stent 4

5 Maintien ou non des AAP avant une intervention Apprécier individuellement le rapport bénéfice-risque Risque Hémorragique Risque Thrombotique Arrêt des AAP Hématome cervical après chirurgie carotidienne Homme 70 ans (pontage aorto-bifémoral, HTA, FA, BPCO) Traitement : Tareg, Vastarel, Cordarone, Plavix, Serevent, Surbronc, Stilnox AIT : sténose carotidienne gauche à 80% indication chirurgicale retenue : Thrombo-endartériectomie carotidienne gauche 5

6 Hématome cervical après chirurgie carotidienne Le clopidogrel est poursuivi. L intervention se passe sans difficulté particulière. Apparition en post-opératoire d un hématome cervical malgré la présence d un redon. Le patient est repris en urgence dans la soirée pour hématome compressif avec dysphagie et dyspnée. Intubation très difficile avec des épisodes de désaturation importante. Transfusion de deux culots globulaires. Sortie des soins intensifs à J27 (sevrage difficile, pneumopathie ). Éléments à prendre en compte Risque thrombotique lié à l arrêt de l AAP Nature de l acte chirurgical : risque hémorragique potentiel Type d anesthésie : générale ou locorégionale 6

7 Prévention primaire Neurochir AOMI?? Ophtalmo Urologie Prévention II aire: IDM Prévention II aire: AVC + Ortho Cardiaque Synd Coro Aigu Stent Stent actif Vasculaire? Thrombose à l arrêt? Hémorragie au maintien? D après Piriou V. Quelles recommandations? Médecine factuelle Aucune étude de niveau I ou II Etude Stratagem en cours Cas cliniques Avis d experts 7

8 8

9 Comparaison de deux stratégies : - arrêt de l aspirine 15 j avant chirurgie vasculaire périphérique - pas d arrêt de l aspirine Etude de la littérature 138 articles Poursuite aspirine : Compl. hémorragique (mineures): + 2,5% Mortalité: 2,8 2,1 % 20% Stratégie préférée Pas d Aspirine Aspirine Conclusion: the practice of routinely stopping aspirin in the perioperative period should be strongly questioned 1% 1% 10% Neilipovitz DT Anesth Analg 2001;93: Objectif : comparer l influence de l arrêt ou du maintien préopératoire des agents antiplaquettaires sur le risque thrombotique et hémorragique périopératoire. 9

10 AGENTS ANTIPLAQUETTAIRES ET PERIODE PERIOPERATOIRE SOCIETE FRANCAISE D ANESTHESIE ET DE REANIMATION CONFERENCE D EXPERTS 2001 AGENTS ANTIPLAQUETTAIRES ET PERIODE PERIOPERATOIRE Situation complexe Arrêt ou non des AAP avant l intervention Quelle substitution si arrêt? Quand les reprendre? Association aux autres traitements antithrombotiques 10

11 Les agents antiplaquettaires majorent-ils le risque hémorragique périopératoire en chirurgie? Risque variable selon l acte Conséquences fonctionnelles ou vitales du saignement Risque hémorragique plus important sous thiénopyridines par rapport à l aspirine L association aspirine plus héparinothérapie augmente le risque en postopératoire Les agents antiplaquettaires majorent-ils le risque hémorragique périopératoire en chirurgie? Augmentation du risque hémorragique Neurochirurgie Chirurgie carcinologique Segment postérieur de l œil Chirurgie de la prostate Amygdalectomie Chirurgie de la hanche? Pas ou faible augmentation du risque hémorragique Chirurgie vasculaire Cataracte 11

12 Venous thromboembolism and mortality after hip fracture surgery: the ESCORTE study. Cardiovascular Mortality at 6 months : 15% N (%)/ (29.32) %/Overall population (N=6860) 4.30% Neurologic Pulmonary Pulmonary embolism Hemorrhages complication Other 200 (19.88) 79 (7.85) 41 (4.08) 16 (1.59) 375 (37.28) 2.92% 1.15% 0.60% 0.23% 5.47% J Thromb Haemost Sep;3(9): Anesthésie rachidienne chez un patient traité par agents antiplaquettaires? L aspirine n est pas une contre-indication à la condition : Que le patient n ait reçu aucun traitement anticoagulant avant la ponction De préférer la rachi-anesthésie à la péridurale Qu il n existe pas d anomalie associée de l hémostase (interrogatoire ) Que la surveillance neurologique soit rigoureuse Anesthésie rachidienne déconseillée avec les thiénopyridines (avis d experts) 12

13 Endoscopie digestive 13

14 14

15 Propositions du groupe d experts L arrêt des AAP est un facteur de risque majeur de thrombose pour tous les stents, mais en particulier de thrombose tardive pour les EC pharmacoactives. Le double traitement par agents anti-plaquettaires (AAP) doit être maintenu au moins quatre à six semaines après l implantation d une endoprothèse coronaire (EC) nue, et au moins six à douze mois en cas d EC pharmacoactive. Propositions du groupe d experts Avant l implantation d une EC pharmaco-active, la possible réalisation d une chirurgie ultérieure doit toujours être évoquée. Dans l optique d une intervention chirurgicale dans les 6 à 12 mois, la pose d une EC nue est préférable. 15

16 Propositions du groupe d experts Une discussion pluridisciplinaire (cardiologue, spécialiste de l hémostase, chirurgien ou le médecin réalisant l acte, anesthésiste) est obligatoire pour guider la prise en charge et la gestion périopératoire des AAP chez ce type de patients. Le risque hémorragique, en cas de chirurgie réalisée sous AAP, et le risque thrombotique, en cas d arrêt d un AAP, doivent être discutés afin de décider des modalités de prise en charge periopératoire du patient voire d un report ou d une annulation du geste invasif. Un relevé de conclusions de cette concertation multidisciplinaire doit être rédigé et doit être disponible facilement dans le dossier patient. Le malade devra être informé des conclusions de cette concertation. Propositions du groupe d experts En présence d une EC pharmacoactive et d une double thérapeutique anti-plaquettaire, la poursuite de l aspirine est hautement souhaitable et une fenêtre très courte de cinq jours d arrêt du clopidogrel peut être retenue. Cette proposition ne repose sur aucune étude prospective mais découle uniquement d un compromis entre la durée de vie des plaquettes (10 jours), le risque hémorragique lié à la poursuite du traitement et le risque thrombotique lié à son interruption. La reprise postopératoire doit être la plus précoce possible, avec éventuellement une dose de charge de clopidogrel d au moins 300 mg. 16

17 Propositions du groupe d experts Dans les cas où il n est pas possible de laisser en place une thérapeutique antiplaquettaire, l arrêt complet du traitement (bithérapie) doit être discuté au cas par cas car il expose le patient à un risque thrombotique redoutable. L interruption totale des AAP pourra éventuellement conduire à une substitution même si cette attitude ne repose que sur une recommandation d experts. AINS (Flurbiprofène : 50 mg x 2, arrêt 24 h avant la chirurgie) HBPM à dose anticoagulante efficace (avec un risque hémorragique périopératoire non négligeable) Endoprothèse Coronaire (EC) Pharmaco-active Risque hémorragique de l intervention (à évaluer avec le responsable du geste invasif ou le chirurgien) Majeur Intermédiaire Mineur Risque de thrombose du stent (à évaluer avec le cardiologue) Majeur Modéré Reporter l intervention au-delà de 6 mois à 1 an après la pose de l EC si impossible : Arrêt aspirine-clopidogrel 5 jours ou Arrêt aspirine-clopidogrel 10 jours maxi et substitution Arrêt aspirine-clopidogrel 5 jours ou Arrêt aspirine-clopidogrel 10 jours maxi et substitution Risque hémorragique: Majeur: Intervention ne pouvant être réalisée sous AAP Modéré: Intervention réalisable sous ASA seule Mineur: Intervention réalisable sous ASA et Clopidogrel Reporter l intervention au-delà de 6 mois à 1 an après la pose de l EC si impossible : Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Maintien aspirine et clopidogrel Maintien aspirine et clopidogrel ou Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Risque de thrombose d EC pharmaco-active Majeur: Mise en place depuis moins de 6 mois à 1 an ou patient nécessitant un traitement par aspirineclopidogrel ou patient avec facteur de risque Modéré: Mise en place depuis plus de 6 mois à 1 an Dans tous les cas, l intervention doit être reportée au-delà de 6 semaines d un syndrome coronaire aigu dans la mesure du possible 17

18 Propositions du groupe d experts Il est proposé de mettre en place un registre sur la survenue d événements périopératoires chez ces patients porteurs de stent. Une carte de liaison pour les patients traités au long cours par AAP est en cours de diffusion. Sur cette carte seront précisés : Les motifs de prescription des AAP, le type et le nombre d AAP, et la durée les coordonnées du médecin à contacter si une interruption des AAP doit être envisagée. 18

19 Livret patient Conclusion Evaluation du risque thrombotique et du risque hémorragique Décision multidisciplinaire Maintien au moins de l aspirine et reprise précoce des autres AAP 19

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES Le point de vue de l anesthésiste M. Haccoun HISTORIQUE (1) Enquête d anesthésie sur 3 jours en France en 1996 : 8 M d actes anesthésiques/an 39%

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien Dix à 15 % des

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien Environ 13 % des

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Evaluation des pratiques

Evaluation des pratiques Evaluation des pratiques professionnelles : le registre reco Emmanuel Marret (1, 4), Vincent Piriou (2, 4), Pierre Albaladejo (3, 4) (1) Département d anesthésie-réanimation, Hôpital Tenon 4 rue de la

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE Dr Fr.GOUBAULT - N. OUACHENE 1 ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES Evaluer le risque d hémorragie

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Aucun conflit d intérêt Événements cardiaques après chirurgie non

Plus en détail

Anesthésie du patient coronarien

Anesthésie du patient coronarien Anesthésie du patient coronarien Objectifs de la prise en charge de l opéré coronarien 1975 2008 Risque vital Prévention de l infarctus postopératoire Risque fonctionnel : espérance de vie Dr SARRABAY

Plus en détail

Stent nu ou actif : quelle différence?

Stent nu ou actif : quelle différence? Le point de vue d une autre spécialité Bare metal or drug-eluting stent: What difference? Michèle Bertrandy-Loubat Service d anesthésie et réanimation, hôpital Nord, Assistance publique Hôpitaux de Marseille,

Plus en détail

Evaluation pré opératoire, prémédication. Benoît Plaud

Evaluation pré opératoire, prémédication. Benoît Plaud Evaluation pré opératoire, prémédication Benoît Plaud Objectifs pédagogiques Buts de l évaluation pré opératoire Aspects pratiques Examens complémentaires Règles du jeûne, Prémédication DESAR Caen-Rouen

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

GESTION DU TRAITEMENT ANTI-PLAQUETTAIRE ORAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D ENDOPROTHESES CORONAIRES

GESTION DU TRAITEMENT ANTI-PLAQUETTAIRE ORAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D ENDOPROTHESES CORONAIRES GESTION DU TRAITEMENT ANTI-PLAQUETTAIRE ORAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D ENDOPROTHESES CORONAIRES Propositions du groupe d experts, 31 mars 2006 Organisation et direction du groupe Pierre Albaladejo,

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de façon universelle l infarctus du myocarde. «L infarctus

Plus en détail

Frédérique PRIEM Elodie MAZOCKY REANIMATION NEUROCHIRURGIE OUEST

Frédérique PRIEM Elodie MAZOCKY REANIMATION NEUROCHIRURGIE OUEST Frédérique PRIEM Elodie MAZOCKY REANIMATION NEUROCHIRURGIE OUEST CAS CLINIQUE Mr D, 49 ans, admis pour prise en charge d un anévrisme de la communicante antérieure, non rompu, asymptomatique, de découverte

Plus en détail

Mortalité cardiaque postopératoire : 3ème cause de mortalité aux Etats-Unis. 1/3 des décès postopératoires.

Mortalité cardiaque postopératoire : 3ème cause de mortalité aux Etats-Unis. 1/3 des décès postopératoires. 200 millions d interventions chirurgicales /an dans le monde chez les adultes. Risque de l anesthésie diminué par 10 en 10 ans Risque de complications cardiaques postopératoires : 1,5 % = > Plus de 10

Plus en détail

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie 1 M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E 2 0 1 2 Contexte 2 Sur la base du rapport HAS «Evaluation des

Plus en détail

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Université Joseph Fourier Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année

Plus en détail

ALR et Hémostase. Olivier Choquet D.A.R. Conception AP - HM

ALR et Hémostase. Olivier Choquet D.A.R. Conception AP - HM ALR et Hémostase Olivier Choquet D.A.R. Conception AP - HM Plan Préliminaires Gestion stent AAP anticoagulants Anesthésie centrale Un peu d histoire AVK Antiplaquettaires... HNF - HBPM Blocs périphériques

Plus en détail

Anesthésie du patient coronarien

Anesthésie du patient coronarien Anesthésie du patient coronarien Dr Philippe SARRABAY SAR II DES Anesthésie Réanimation Module Cardiovasculaire Evénements Coronaires Définitions: Mortalité globale Mortalité cardiaque Infarctus du myocarde

Plus en détail

Gestion des agents antiagrégants chez les patients porteurs de stent endovasculaire

Gestion des agents antiagrégants chez les patients porteurs de stent endovasculaire Gestion des agents antiagrégants chez les patients porteurs de stent endovasculaire Christine Mouton 1, Gérard Janvier 2 1 Service d Hématologie Biologique, 2 Service d Anesthésie Réanimation II, CHU de

Plus en détail

AVC per procédure : Quelle conduite à tenir?

AVC per procédure : Quelle conduite à tenir? AVC per procédure : Quelle conduite à tenir? «Time is muscle» but «Time is brain» too. 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi 29 mars 2013 - Paris Homme, 54 ans, sans antécédent, tabagisme

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER

Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER CONFLITS INTERÊTS : Daiichi Sankyo, Astra Zeneca,, Boehringer Ingelheim ( Expertises et Team Board) INFARCTUS AVEC

Plus en détail

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Janvier 2013 José Labarère 1. Quel est l objectif de cette étude? Comparer

Plus en détail

TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu)

TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu) TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu) Professeur Mohamed TEMMAR Ghardaïa Docteur Meriem CHARIFI CHU Douera EL MENIA Octobre 2009 TRAITEMENT DE LA POUSSEE D INSUFFISANCE

Plus en détail

Arrêt des antiagrégants plaquettaires : un nouveau facteur de risque de syndrome coronaire aigu?

Arrêt des antiagrégants plaquettaires : un nouveau facteur de risque de syndrome coronaire aigu? Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 37.44.207.60 le 26/01/2017. mt cardio 2005 ; 1 : 308-13 Arrêt des antiagrégants plaquettaires : un nouveau facteur de risque de syndrome

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

Transfusion de plaquettes : produits, indications Transfusion de plaquettes dans le contexte périopératoire Octobre 2015

Transfusion de plaquettes : produits, indications Transfusion de plaquettes dans le contexte périopératoire Octobre 2015 Transfusion de plaquettes : produits, indications Transfusion de plaquettes dans le contexte périopératoire Octobre 2015 Un seuil de numération plaquettaire (NP) justifiant la transfusion dans un contexte

Plus en détail

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 MALADIE THROMBO EMBOLIQUE VEINEUSE : CONSTAT DE SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations Bon usage des agents antiplaquettaires Juin 2012 PRINCIPAUX MESSAGES Ces recommandations ne concernent que 4 antiplaquettaires : l aspirine, le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor.

Plus en détail

Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes

Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes Colloque multidisciplinaire Cardiologie, Chirurgie cardio-vasculaire et Cardiopédiatrie HUG Jeudi 1 mars 2007 Pierre

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Utilisation des stents coronaires en France en Etude à partir des données du SNIIRAM

Utilisation des stents coronaires en France en Etude à partir des données du SNIIRAM Utilisation des stents coronaires en France en 2014 Etude à partir des données du SNIIRAM E. Schapiro-Dufour 1, A. Tricotel 2, G. Emery, H. Galmiche, R. Dray-Spira, M. Zureik 2 1 HAS - Service Evaluation

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/2014 38700 LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1 2ème semestre 2013-2014 --------------------- Enseignant responsable du sujet d examen : Pr Gérald VANZETTO Sujet

Plus en détail

CNCHG 21/22 novembre 2008

CNCHG 21/22 novembre 2008 CNCHG 21/22 novembre 2008 Pourquoi changer nos habitudes? Goût du changement Goût de l exotisme Nouveau défit Ou véritable avancée Faisabilité Expérience Européenne 1.457 Patient (43% de la totalité),

Plus en détail

Gestion de la Médecine péri opératoire

Gestion de la Médecine péri opératoire Cycle de journée de prévention du risque opératoire ARRES ASSPRO 2011-2012! Gestion de la Médecine péri opératoire Dr Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert Bourg-en-Bresse Propositions de prise en

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 27 avril 1999 - (J.0. du 04

Plus en détail

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011 SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants Les Recommandations 2010 Nicolas Delarche Biarritz le 09/06/2011 Conflits d intérêt: consultant pour Medicine Company Guidelines

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

REFERENTIEL DE BON USAGE DE DMI. Implants vasculaires Endoprothèse coronaire à libération de principe actif

REFERENTIEL DE BON USAGE DE DMI. Implants vasculaires Endoprothèse coronaire à libération de principe actif Rédaction Vérification Approbation-Mise à jour Nom(s) : Dr Arnaud Sudre : cardiologue interventionnel Pr Eric Van Belle : cardiologue interventionnel Dr Cédric Delhaye : cardiologue interventionnel Dr

Plus en détail

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE Sommaire SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE 51 AAG et anticoagulants 52 Accouchement 53 Allaitement 54 AVC 55 Coloscopie 56 Dissection aortique 57 Dissection artérielle

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

5 THROMBOPROPHYLAXIE DES EVENEMENTS VEINEUX.

5 THROMBOPROPHYLAXIE DES EVENEMENTS VEINEUX. PLAN : 5 THROMBOPROPHYLAXIE DES EVENEMENTS VEINEUX. - 5.a. : Le risque thromboembolique. - 5.b. : Prise en charge de la thromboprophylaxie. 5. a. Le risque thromboembolique. Epidémiologie. Ce tableau montre

Plus en détail

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Les HBPM Gestion pendant la grossesse D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Modifications coagulation Augmentation Filtration Rénale Augmentation Volume Plasmatique Augmentation poids Gène retour veineux Normalisation

Plus en détail

Revascularisation carotidienne précoce après AVC. Pierre-Edouard Magnan Michel Bartoli Service de chirurgie vasculaire Hôpital la Timone, Marseille

Revascularisation carotidienne précoce après AVC. Pierre-Edouard Magnan Michel Bartoli Service de chirurgie vasculaire Hôpital la Timone, Marseille Revascularisation carotidienne précoce après AVC Pierre-Edouard Magnan Michel Bartoli Service de chirurgie vasculaire Hôpital la Timone, Marseille Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt estime

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 1 juin 2000

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Dr Adnan El Jabali, Cardiolgue,CH Bagnols-sur-Cèze Il existe actuellement 3 molécules : - (Pradaxa), inhibiteur direct du facteur IIa (ou de la thrombine). - (Xarelto),

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Les stents actifs sont-ils dangereux?

Les stents actifs sont-ils dangereux? Controverse Sang Thrombose Vaisseaux 7 ; 9, n : -5 Les stents actifs sont-ils dangereux? Jean-Philippe Collet, Jean-ichel Juliard Institut de cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 7565 Paris cedex 3

Plus en détail

Infarctus du myocarde Coronaropathie

Infarctus du myocarde Coronaropathie Infarctus du myocarde Coronaropathie Dr Julien Fabre Service de Cardiologie USIC CHU de Martinique ÉPIDÉMIOLOGIE 1 ère cause de mortalité en France (5000 pré-hospitalier, 7000 intra-hospitalier) Enjeu

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz Un beau relais Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz La consultation Rdv anesthésiste pour chirurgie réglée d un canal carpien gauche La patiente habituelle Femme de 66

Plus en détail

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch Prise en charges des hémorragies graves sous AVK B Tremey, Hôpital Foch Efficacité des AVKs Seules molécules anticoagulantes par voie orale Nombreuses indications ACFA - PVM - TVP/EP Efficacité démontrée

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 19 décembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 26 Février 1999 (J.O du 04 mars 1999) KARDEGIC

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires. Didier Leys (Lille)

Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires. Didier Leys (Lille) Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires Didier Leys (Lille) Généralités sur les AVC AVC: quelques chiffres Par million d habitants /an: 2400 AVC (75%: 1er AVC) 500 AIT A 1

Plus en détail

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Seminaire DES 19/11/2010 O. Colussi Antagrégants: Introducton Problème d actualité: 1 million de porteurs de stents coronaires

Plus en détail

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne EPP SCA Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne POURQUOI? HAS Mars 2012: Indicateurs de pratique clinique IDM Nouveaux Antiagrégants plaquettaires ESC 2011: Recommandations sur le SCA ST+ ESC

Plus en détail

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LES LESIONS DU TRONC COMMUN Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LE DIAGNOSTIC DE STENOSE DU TCG EST VITAL Les patients ayant une sténose du tronc commun (TC) ont un pronostic très péjoratif

Plus en détail

La Chirurgie Cardiaque

La Chirurgie Cardiaque La Chirurgie Cardiaque La chirurgie cardiaque a connu un essor fulgurant dans les deux dernières décennies, et se pratique maintenant de manière courante avec des résultats fiables et reproductibles. Cette

Plus en détail

Examens complémentaires préinterventionnels

Examens complémentaires préinterventionnels Examens complémentaires préinterventionnels systématiques Recommandations formalisées d experts Inserm EA 3065 Définition Examens réalisés en «routine», en dehors de signes d appel anamnestiques ou cliniques,

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Geste d angioplastie en 2011 Quasiment plus de limites techniques (CTO, Tronc commun, Tritronculaire, FE basse, lésions calcifiées ) Complications per-procédures

Plus en détail

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations 2007 2008 de l HAS Dr JF ALBUCHER Service de Neurologie Vasculaire (Pr F Chollet) CHU TOULOUSE

Plus en détail

URGENCES HYPERTENSIVES

URGENCES HYPERTENSIVES Touggourt le 08 /01/2016 URGENCES HYPERTENSIVES Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda INDICATIONS SPECIFIQUES Accident

Plus en détail

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Marseille, le 31.01.2013 Les alternatives au DES chez le coronarien diabétique

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Adhésion et activation plaquettaire

Adhésion et activation plaquettaire Platelet Adhesion and Activation GP IIb/llla GP Ib/IX Endothelium Antiplaquettaires GP Ia/IIa Collagen von Willebrand Factor Activation Fibrinogen or von Willebrand Factor Charles Marc SAMAMA Services

Plus en détail

RFE SFAR/SFC Prise en charge du patient coronarien en chirurgie non cardiaque

RFE SFAR/SFC Prise en charge du patient coronarien en chirurgie non cardiaque RFE SFAR/SFC 2011 Prise en charge du patient coronarien en chirurgie non cardiaque Pr. Jean-Luc Fellahi fellahi-jl@chu-caen.fr Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU, CHU de Caen UFR de Médecine, Université

Plus en détail

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations État des lieux de l anesthésie pédiatrique : «Enquête 3 jours d anesthésie en France» 7 937 000 anesthésies en 1996 Ann Fr Anesth Réanim 1998-12 % ( 1 000 000) d anesthésie pédiatriques - 7,4 % (630) d

Plus en détail

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur

Plus en détail

Dans mon cas : stent ou

Dans mon cas : stent ou Dans mon cas : stent ou pontage coronaire? Pour rétablir une circulation sanguine normale dans les artères du cœur, il existe 2 types d intervention. Pourquoi une intervention est-elle nécessaire? Les

Plus en détail

Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux

Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux Risques liés à une chirurgie précoce I. Infectieux : Risque de récurrence

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Complications neurologiques post opératoires. N Bruder Marseille

Complications neurologiques post opératoires. N Bruder Marseille Complications neurologiques post opératoires N Bruder Marseille Un risque d AVC: l anesthésie OR: 3,9 OR: 2,9 G Wong et al. Anesthesiology 2000; 92:425 Chirurgie non cardiaque 0,08 % - 0,7 % AVC post-opératoire

Plus en détail

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen?

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen? Patiente de 92 ans douleurs abdominales brutales flanc droit sans défense ni contracture ni trouble du transit en juillet 2006 patiente vivant seule à domicile.arrivée aux urgences avec les pompiers prévenus

Plus en détail

RMM Infectiologie, septembre 2013

RMM Infectiologie, septembre 2013 RMM Infectiologie, septembre 2013 Complications neurologiques des endocardites infectieuses (EI). Dr Levent. EOH Référent antibiotique.chsa. Dr Dewilde. Urgences, CHSA. Références bibliographiques. 1.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE POUR MACROBIOPSIE MAMMAIRE, DES PATIENTES SOUS ANTI-AGREGANTS PLAQUETTAIRES ET SOUS ANTI-COAGULANTS.

PRISE EN CHARGE POUR MACROBIOPSIE MAMMAIRE, DES PATIENTES SOUS ANTI-AGREGANTS PLAQUETTAIRES ET SOUS ANTI-COAGULANTS. Journées Françaises de radiologie. PARIS 2007. PRISE EN CHARGE POUR MACROBIOPSIE MAMMAIRE, DES PATIENTES SOUS ANTI-AGREGANTS PLAQUETTAIRES ET SOUS ANTI-COAGULANTS. (DEMARCHE D EPP) V.DIEU, S.LEMERY, V.BOUSSION,

Plus en détail

Cœur et substituts nicotiniques. Isabelle Jamin Cardiologue tabacologue CHR Citadelle Liège

Cœur et substituts nicotiniques. Isabelle Jamin Cardiologue tabacologue CHR Citadelle Liège Cœur et substituts nicotiniques Isabelle Jamin Cardiologue tabacologue CHR Citadelle Liège Sécurité cardiovasculaire de la substitution nicotinique SN outil essentiel d efficacité démontrée dans le sevrage

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDIATIONS Nadine Ajzenberg, Anne François, Thomas Lecompte, Georges Mion, Nathalie Nathan-Denisot, Alexandre Pitard, Jean-François Schved et Marc Samama TRANSFUSION

Plus en détail

Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013

Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013 Maladie veineuse thrombo-embolique : Quelle durée d anticoagulation? Dr Loig Varron Soirée Médicale 21 Novembre 2013 Introduction Incidence annuelle des thromboses veineuses : 1/1000 Embolie pulmonaire

Plus en détail

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler?

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Docteur Christian PETITJEAN Unité de chirurgie carotidienne Clinique Alleray-Labrouste PARIS Les sténoses asymptomatiques:

Plus en détail

Surveillance des Infections du Site Opératoire

Surveillance des Infections du Site Opératoire Surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats de l interrégion Ouest 2015 Rapport disponible sur le site du CClin ouest : Surveillances\ISO\Résultats http://www.cclinouest.com/pages/surveillance-iso3-2.html

Plus en détail

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI COCKROFT GAULT HOMME 1.23 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) FEMME 1.04 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) MDRD LA MOINS

Plus en détail

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique La prévention des embolies en cas de fibrillation auriculaire repose avant tout sur un traitement antithrombotique (antivitamine K ou antiagrégant plaquettaire). (n 245, p. 849) Lire aussi les Idées-Forces

Plus en détail

ANGIOPLASTIE CAROTIDIENNE EXPERIENCE AIXOISE

ANGIOPLASTIE CAROTIDIENNE EXPERIENCE AIXOISE ANGIOPLASTIE CAROTIDIENNE EXPERIENCE AIXOISE Dr RAHAL Youssef Dr JOUVE Bernard Centre hospitalier du pays d Aix. Service de cardiologie et maladies vasculaires. Dr B.JOUVE Dr L.BOULAIN Dr J.TAIEB Dr T.BENCHAA

Plus en détail

Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale

Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale D.U. de pathologie mini-invasive; Bordeaux, 8 mars 2011 Dr Jérôme Berge, Service de neuroradiologie diagnostique et thérapeutique, Hôpital

Plus en détail