Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé"

Transcription

1 Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé

2 Introduction Centre de recherche à l Université de Saint Gall Définition Working Capital Supply Chain Finance-Lab de la Poste L étude sur l évaluation de la performance dans le Working Capital Management (WCM) a été menée par le Supply Chain Finance-Lab de l Université de Saint Gall. Le Supply Chain Finance-Lab est un centre de recherche de la Poste, fondé à l automne 2013 auprès de la chaire de gestion logistique de l Université de Saint Gall. Il mène des recherches appliquées à l interface entre la gestion de la chaîne logistique, la logistique et les finances. L objectif est de développer des concepts innovants et des méthodes d avenir dans le domaine du Working Capital Management. La présente étude est la première d une série de publications présentées chaque année dans le cadre d un relevé systématique du Working Capital Management en Suisse. Le Working Capital Management comme objet d étude Le Working Capital est la différence entre les actifs circulants et les passifs à court terme. On le désigne également sous le terme de Net Working capital ou de fonds de roulement net. L étude emploie les deux termes comme synonymes. Compréhension et objectifs du WCM Le Working Capital Management (WCM) a deux objectifs principaux. Le premier est de contrôler le fonds de roulement net pour améliorer le cash-flow et le deuxième est de renforcer la capacité de financement interne de l entreprise. On limite ainsi la dépendance des financements externes ainsi que les risques de liquidités. Un contrôle global entraîne par ailleurs des processus plus efficaces en matière de WCM. Domaines du WCM Le cycle cash-to-cash est l indicateur le plus important du WCM. Il mesure la durée d immobilisation du capital sur la base du délai de règlement et de la couverture de stock après déduction du délai de paiement créancier. Quatre domaines WCM émanent du cycle cash-to-cash: cycle order-to-cash: gestion des débiteurs cycle forecast-to-fulfil: gestion des stocks et du transport cycle purchase-to-pay: gestion des créanciers cycle credit-to-interest: gestion des liquidités 2

3 Objectif de l étude Contenu de l étude Structure de l étude et objectif L objectif de l étude menée au premier semestre 2014 est de déterminer des indices de référence du WCM spécifiques aux différents secteurs mais aussi transversaux. Après l identification du contexte, on cherchera à comprendre la performance dans le WCM ainsi que les éventuels facteurs d influence, comme le secteur et la taille de l entreprise. On a déterminé les stratégies des entreprises aux bonnes pratiques dans le Working Capital Management, ce qui fournira des points de référence pour un WCM performant en entreprise. Six champs de performance ont été observés dans le cadre de l étude (illustration 1). Ensuite, une analyse quantitative sera menée sur la base d indicateurs. Cette analyse s appuie sur un classement du sujet au niveau de l entreprise (p.ex. stratégie et organisation). Enfin, les quatre domaines du WCM seront observés en détail. Stratégie et organisation du WCM Gestion des liquidités Cycle credit-to-interest Gestion des créanciers Cycle purchaseto-pay Actif circulant net Cycle cash-to-cash Gestion des débiteurs Cycle order-to-cash Gestion des stocks et du transport Cycle forecast-to-fulfil Indicateurs WCM Illustration 1: Domaines de performance du WCM 3

4 Groupe cible de l étude L étude est destinée aux entreprises industrielles et commerciales, aux prestataires de services ainsi qu aux collectivités publiques. Afin d aborder les différences spécifiques aux secteurs, on a élaboré des questionnaires complets adaptés aux différentes branches et mené une pondération différenciée des domaines. Au total, 62 entreprises des trois groupes cibles ont participé à l enquête (illustration 2). Secteurs principaux Chiffre d affaires (global) 16% 16% 5% 19% 41% 65% 38% Jusqu à CHF 10 millions De CHF 10 millions à CHF 100 millions De CHF 100 millions à CHF 1000 millions Plus de CHF 1000 millions Industrie et commerce (p.ex. commerce, construction de machines, biens de consommation alimentaires) Collectivités publiques (p.ex. hôpitaux, fournisseurs d énergie) Prestataires de services (p.ex. commerce, transport, assurances, médias) Illustration 2: Aperçu des participants à l étude Analyse et inter prétation des résultats de l étude L analyse et l interprétation de la recherche empirique ont tout d abord été exécutées dans une observation d ensemble pour le marché suisse. Les résultats globaux sont inclus dans l étude sur l évaluation de la performance dans le WCM. Dans un deuxième temps, les données collectées ont été anonymisées pour être exploitées dans une base de données de référence. C est sur cette base que des comparatifs de performance entre entreprises ont pu être établis. L illustration 3 présente sous forme de points le niveau de performance des participants (avec un maximum de 1000) et distingue les entreprises aux bonnes pratiques. 361 Retard 549 Standard Top performer Chiffre d affaires (en mio CHF) Entreprises aux bonnes pratiques Illustration 3: Niveau de performance des participants Définition des entreprises aux bonnes pratiques D après l illustration 3, les entreprises aux bonnes pratiques se différencient par une nette indépendance par rapport aux sources de financement externes, un faible risque de liquidités ainsi que des processus largement professionnalisés. En conséquence, elles présentent un cycle cash-to-cash réduit ainsi qu une bonne situation de liquidités et de faibles coûts. 4

5 Résultats de l étude Coûts généraux WCM de CHF 530 milliards Généralités Après une première estimation, les coûts généraux accessoires en rapport avec le Working Capital Management s élèvent pour les entreprises suisses à tout juste CHF 530 milliards. Ce montant inclut les coûts de capital pour les stocks, les débiteurs et créanciers ainsi que les dépenses de matériel, marchandises, personnel et autres frais d exploitations associés au fonds de roulement net (illustration 4). 6% Potentiel d externalisation à des prestataires externes Coûts généraux WCM: CHF 530 milliards Illustration 4: Potentiel d externalisation des coûts généraux aux prestataires externes Potentiel de chiffre d affaires pour les prestataires externes de CHF 29,5 milliards Une partie de ces coûts accessoires est externalisée à des prestataires externes, ce qui permet aux entreprises de se concentrer sur leurs compétences clés ainsi que sur leur professionnalisation. Les coûts externalisés correspondent ainsi au potentiel de chiffre d affaires pour les prestataires externes dans le Working Capital Management. La valeur estimée pour la Suisse s élève à environ CHF 29,5 milliards. Concentration sur les compétences clés du fait d une plus grande externalisation Concentration sur les processus clients du WCM L étude montre que la part d externalisation existante dans le Working Capital Management est relativement faible. Plus de 70% des entreprises n ont pas ou peu externalisé leurs processus de WCM. Les entreprises aux bonnes pratiques se différencient en sous-traitant les processus annexes, par exemple en faisant appel à un prestataire externe pour la gestion des créances. Conflits d intérêt entre les services, les coûts et l immobilisation du capital Dans les domaines WCM, les entreprises se voient toujours confrontées à des conflits d intérêt entre le service, le coût et l immobilisation du capital. Par exemple, un raccourcissement des délais de paiement pour les clients peut entraîner un conflit d intérêt avec la satisfaction de la clientèle. Ainsi, pour les entreprises aux bonnes pratiques, il est impératif de fixer des objectifs équilibrés. Potentiel inutilisé par l implication de partenaires externes Dans le cadre du WCM, la majorité des indicateurs pris en compte sont ceux propres à l entreprise tandis que les conséquences sur les partenaires externes de la chaîne logistique, comme les clients et les fournisseurs, sont négligées. Par exemple, les objectifs stratégiques de plus de 80% des entreprises ne sont fixés ni avec les fournisseurs et clients principaux, ni avec les prestataires pertinents. Les partenaires externes sont également rarement impliqués dans l optimisation des quatre domaines WCM. Pourtant, ce sont précisément les approches sur toute la chaîne logistique permettant de prendre en compte l ensemble du Working Capital comme le Reverse Factoring qui pourraient offrir un immense potentiel tous secteurs confondus. Bonnes pratiques avec utilisation de solutions innovantes Une importance particulière est attribuée au cycle order-to-cash (gestion des débiteurs) tous secteurs confondus. Des différences marquantes subsistent entre les secteurs et au sein même des branches. Le cycle credit-to-interest, c est-à-dire la gestion des liquidités, est jugé moins pertinent par les entreprises, ce qui montre l existence d un immense potentiel pour un grand nombre d entre elles. Les entreprises aux bonnes pratiques n ont pas plus d ambition que les autres. Elles se distinguent peu de la moyenne quant aux objectifs fixés. Ce qui fait en revanche la différence, ce sont leurs processus nettement plus avancés ainsi qu un controlling conséquent. En outre, elles ne se cantonnent pas aux méthodes classiques comme le Customer Relationship Management, mais font aussi fortement appel aux solutions innovantes comme le Factoring. 5

6 Evolution fondamentalement positive Indicateurs WCM En moyenne, les entreprises suisses ont pu légèrement diminuer leur durée d immobilisation du capital au cours des trois dernières années. La durée moyenne du cycle cash-to-cash varie fortement selon les différents groupes de branches (illustration 5): 94 jours pour l industrie et le commerce 47 jours pour les services 32 jours pour les collectivités publiques En cas de durée négative du cycle cash-to-cash, l entreprise a à sa disposition le capital payé par les clients pour les créances à court terme comme crédit sans intérêt. Toutefois, cela se fait généralement au détriment des partenaires externes de la chaîne logistique, comme les four nisseurs ou les clients. Temps (jours) Valeur moyenne Virtual Star Industrie et commerce Services Collectivités publiques Illustration 5: Aperçu des durées de cycle cash-to-cash en fonction du groupe de branches Total Virtual Star: entreprise fictive qui a les résultats moyens des trois meilleurs participants pour chaque domaine de performance 1 Evolution différenciée de performance Près de 30% des entreprises ont pu améliorer leurs Days Sales Outstanding (délai de règlement), Days Inventory Held (couverture de stock) et Days Payables Outstanding (délai de paiement créancier). Néanmoins, ces indicateurs se sont également dégradés pour environ 20% des entreprises interrogées. Il faut noter qu une dégradation ponctuelle de la durée d immobilisation du capital n implique pas nécessairement un mauvais WCM. Par exemple, une croissance importante d entreprise ou la reprise d une autre entreprise peuvent aussi prolonger la durée d immobilisation du capital. Distinctions entre les différentes branches et au sein d une même branche Comme il fallait s y attendre, on constate de grandes disparités entre les branches. La variance est particulièrement notable pour le facteur Days Inventory Held entre les trois groupes industrie et commerce, services et collectivités publiques. En outre, des différences significatives sont à observer au sein des branches pour les Days Sales Outstanding et Days Payables Outstanding en fonction du degré d internationalisation. Les raisons possibles à cela sont des comportements de paiement différents selon les régions ou des délais de livraison plus importants du fait d activités commerciales transfrontalières. Cela montre également que les entreprises sont loin d avoir épuisé leur potentiel et qu elles pourraient considérablement améliorer leur Working Capital en appliquant les stratégies d autres secteurs. Bonnes pratiques avec durée réduite d immobilisation du capital Les entreprises aux bonnes pratiques se distinguent par des valeurs exceptionnelles pour les trois composants du cycle cash-to-cash. Leur durée d immobilisation du capital est nettement plus faible que la moyenne. En outre, elles ont considérablement amélioré les différents composants du cycle cash-to-cash au cours des trois dernières années. 6

7 Responsabilité WCM auprès de la direction Manque d organisation et de stratégie définies de façon transversale Stratégie et organisation dans le Working Capital Management Dans la plupart des entreprises, la responsabilité du WCM est ancrée au niveau hiérarchique du conseil d administration ou de la direction. Certains acteurs des services et des collectivités publiques n ont pas de niveau hiérarchique doté d une telle responsabilité globale. Le manque d attribution de responsabilité peut s accompagner de difficultés de concertation et d un effort accru de coordination. La plupart des entreprises optimisent leur Working Capital au sein des différents cycles, sans organisation ni stratégie transversales pour le WCM. Le fonds de roulement net concerne beaucoup de fonctions différentes avec la distribution, la logistique, la production, les achats, les finances ou le controlling. Leurs objectifs sont généralement contradictoires avec ceux des trois volets service, coûts et immobilisation de capital. Une organisation et une stratégie définies de façon transversale sont ainsi utiles (illustration 6). Organisation WCM Stratégie des trois objectifs WCM Service et qualité WCM Head Conciliation/ harmonisation Objectifs Coûts Immobilisation du capital Illustration 6: Conciliation des conflits d intérêt grâce à une organisation définie Stratégie et organisation WCM claires pour les bonnes pratiques Comparativement, les entreprises aux bonnes pratiques ont déterminé une stratégie différenciée pour tous les domaines du WCM et formulé et documenté des objectifs précis. Les conflits d intérêt immanents ont été sciemment abordés et résolus (par exemple via une priorisation). La responsabilité mais aussi l exécution de toutes les tâches clés du WCM font l objet d un classement organisationnel bien précis. 7

8 Cycle order-to-cash (gestion des débiteurs) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 7: Niveau de performance du cycle order-to-cash Priorité donnée à la prévention des retards et défauts de paiement Pour la gestion des débiteurs, l accent est mis sur l optimisation de l immobilisation de capital relatif aux créances, et ce quels que soient les secteurs. Plus de 70% des entreprises accordent une importance élevée, voire très élevée à la prévention de retards et de défauts de paiement, tandis que 60% des entreprises s emploient à éviter tout ralentissement de facturation et de paiements entrants. La satisfaction de la clientèle généralement au second plan La satisfaction de la clientèle est à la deuxième place et revêt une importance faible, voire moyenne pour 60% des collectivités publiques. La prise de conscience des coûts du processus est particulièrement notable pour les entreprises aux bonnes pratiques qui évaluent ce point comme significatif par rapport à la moyenne. Focus sur la gestion réactive des débiteurs Pour toutes les entreprises, les processus de gestion réactive des débiteurs (comme un suivi de gestion des recouvrements et d encaissement) sont plus ancrés que ceux de gestion préventive des débiteurs (comme une vérification préalable de la solvabilité). Ainsi, plus de 70% des entreprises ne contrôlent pas les indicateurs anticipés de retard et de défaut de paiement. En revanche, près de 80% des entreprises ont mis en place un processus de recouvrement immédiat et conséquent. Bonnes pratiques avec gestion complète des débiteurs Les entreprises aux bonnes pratiques se distinguent par de bonnes performances aussi bien pour la gestion réactive que préventive des débiteurs. Elles impliquent fortement les prestataires externes dans leur processus de recouvrement et d encaissement. Elles font également davantage appel aux solutions de Factoring. 8

9 Cycle forecast-to-fulfil (gestion du transport et des stocks) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 8: Niveau de performance du cycle forecast-to-fulfil Importance élevée des stocks seulement pour l industrie et le commerce La gestion du transport et des stocks (logistique) est plus ou moins pertinente selon le groupe de branches. Pour les prestataires de services et les collectivités publiques, l importance est généralement limitée au profit d autres facteurs comme la satisfaction de la clientèle, la diversité des produits et les coûts de processus. L immobilisation du capital pour les stocks joue un rôle négligeable pour ces secteurs, contrairement aux entreprises des secteurs de l industrie et du commerce, pour lesquelles une diminution des stocks est importante. Degré de réalisation d objectif réduit pour la baisse des stocks Même si ces dernières estiment que des stocks bas sont très pertinents, ce point a été classé comme objectif par plus de 40% des entreprises interrogées. La raison possible peut être le conflit d intérêt avec d autres objectifs comme l amélioration du niveau de service (d une importance élevée, voire très élevée pour 70% des entreprises). Dans ce cas, si on ne procède pas à une conciliation et à une priorisation claires, il faut s attendre à une certaine inefficacité du fait de l effort de coordination accru. Faible transparence sur les coûts de processus Quels que soient les secteurs, on constate une transparence réduite sur les coûts de processus liés aux stocks le long de la chaîne logistique: près de 65% des entreprises n appliquent pas ou peu de transparence. Les entreprises des secteurs de l industrie et du commerce ont un bon aperçu de leurs stocks disponibles. Du fait de la moindre importance de ce cycle pour les entreprises de services et les collectivités publiques, les processus sont classés comme moins performants. Transparence élevée et prise en charge IT pour les bonnes pratiques Les bonnes pratiques se distinguent par une bonne transparence aussi bien sur les stocks que sur les coûts de processus, ainsi que par une intégration complète des processus côté IT. La moyenne des entreprises de services et les collectivités publiques est proche des entreprises aux bonnes pratiques. 9

10 Cycle purchase-to-pay (gestion des créanciers) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 9: Niveau de performance du cycle purchase-to-pay Accent mis sur la diminution des prix d achat En ce qui concerne la gestion des créanciers, les entreprises se concentrent sur la diminution des prix de revient de matériel et services achetés. Pour plus de 70% d entre elles, la diminution de prix d achat ou la réalisation d économies revêt une importance élevée, voire très élevée. Innovations et délais de paiement au second plan Pour l industrie et le commerce, l assurance qualité est en outre très importante. En revanche, l accès aux innovations ainsi que l allongement des délais de paiement ne jouent qu un rôle secondaire. 60% des entreprises estiment ces deux objectifs comme étant de faible à moyenne importance. Peu de transparence malgré une bonne normalisation des processus Pour toutes les entreprises participantes, peu de programmes systématiques de développement pour les fournisseurs ont été mis en place. En outre, on observe peu de transparence sur la situation financière des fournisseurs, quels que soient les secteurs. La normalisation des processus gagne quant à elle en importance. Près de 70% des entreprises ont mis en place des processus de paiement normalisés. Objectifs équilibrés et prise en charge IT complète pour les bonnes pratiques Les bonnes pratiques sont généralement identifiables auprès des entreprises des secteurs de l industrie et du commerce. Ainsi, les entreprises performantes en gestion des créanciers visent non seulement une diminution des prix d achat, mais accordent également beaucoup d importance aux innovations, aux délais de paiement et à la qualité. En outre, elles se distinguent par une prise en charge complète côté IT des processus d achat. 10

11 Cycle credit-to-interest (gestion des liquidités) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 10: Niveau de performance du cycle credit-to-interest Priorité à la garantie de liquidité Pour l industrie, le commerce et les services, la garantie de liquidité est l objectif essentiel du cycle credit-to-interest. Deux tiers des entreprises accordent une importance élevée, voire très élevée à cet objectif. En outre, les entreprises aux bonnes pratiques accordent de plus en plus d importance à une diminution des coûts de processus dans la gestion des liquidités. Pour les collectivités publiques, ces objectifs sont généralement moins pertinents. Avec les garanties de l Etat, elles ont généralement à leur disposition des possibilités de financement avantageuses et complètes qui diminuent la nécessité d une gestion efficace des liquidités. Des processus dans l ensemble performants Contrairement aux autres domaines WCM, la moyenne des entreprises se rapproche des entreprises aux bonnes pratiques, et ce tous secteurs confondus. Par exemple, on observe pour quasiment toutes les entreprises un contrôle régulier du statut financier. Potentiel d amélioration pour la transparence et le controlling Néanmoins, on identifie aussi quelques points faibles pour les processus. Par exemple, plus de 40% des entreprises manquent de transparence sur les coûts de transaction et d opportunité ainsi que de directives claires sur les investissements de fonds excédentaires. Les points faibles en controlling sont encore plus marqués. Près de 70% des entreprises n évaluent pas régulièrement leurs performances en matière de gestion des liquidités. Controlling complet et haut degré d automatisation Les entreprises aux bonnes pratiques font preuve d un controlling nettement avancé pour la gestion des liquidités et effectuent régulièrement une évaluation des performances. En outre, elles se distinguent par un degré d automatisation pour le relevé des indicateurs et utilisent davantage le Financial Hedging ainsi que les scénarios de risque. 11

12 Conclusion Exploiter les oppor tunités pour prévenir les situations de crise L étude montre que les moteurs principaux d une amélioration du fonds de roulement net résident dans un renforcement de l autofinancement ainsi que dans la prévention des problèmes de liquidité. Même si de nombreuses entreprises ne sont pas confrontées aujourd hui à de tels problèmes, elles devraient utiliser cette opportunité pour anticiper d éventuelles situations de crise en prenant en compte de manière systématique et globale leur Working Capital Management. Ce point est particulièrement important, car de nombreux projets du Working Capital Management ne révèlent leur impact réel qu après un certain temps. Outre une analyse continue des indicateurs de bilan pertinents comme les débiteurs, les stocks et les créanciers, une telle approche doit également porter sur l augmentation de l efficacité des processus dans le Working Capital Management. De nombreuses entreprises ne présentent toutefois pas les conditions requises, à savoir une stratégie adaptée, un ancrage organisationnel adéquat ainsi que des compétences spécialisées dans les domaines du Working Capital Management. Coordonnées des auteurs de l étude de la Poste Suisse Erik Hofmann Responsable du SCF-Lab Université de Saint Gall Supply Chain Finance-Lab c/o Chaire de gestion logistique Téléphone: Dufourstrasse 40a CH-9000 Saint Gall Fax: w ww.logistik.unisg.ch Judith Martin Collaboratrice scientifique (pf.ch) PF Téléphone: PostFinance SA Competence Center Working Capital Management Mingerstrasse Berne Téléphone w ww.postfinance.ch/wcm 12

Factoring Know-how. PME Factoring SA, Industriestrasse 1, 8808 Pfäffikon SZ, Suisse, Phone +41 55 556 40 00, info@pmefactoring.ch, www.pmefactoring.

Factoring Know-how. PME Factoring SA, Industriestrasse 1, 8808 Pfäffikon SZ, Suisse, Phone +41 55 556 40 00, info@pmefactoring.ch, www.pmefactoring. Factoring Know-how Qui est PME Factoring SA? PME Factoring SA est un prestataire professionnel dans l affacturage PME Factoring SA est un des leaders suisses dans cette branche Nous disposons d une longue

Plus en détail

Passage des documents de compte électroniques à la norme ISO 20022

Passage des documents de compte électroniques à la norme ISO 20022 Passage des documents de compte électroniques à la norme ISO 20022 Avec nos documents de compte électroniques reposant sur la norme ISO 20022, vous profitez d une gestion financière plus rapide, plus simple

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Enquête Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Enquête Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique Résultats automne 2011 Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique 2 Tous droits réservés par Atradius NV Octobre

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010 Service de la promotion économique Comment optimiser sa trésorerie Introduction Les potentiels, les raisons et la portée de l optimisation des fonds de roulement et de la trésorerie sont très souvent sous-estimés

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats Université de Berne Institut d Informatique Economique Service de Gestion de l Information Prof. Dr. Joachim Griese Engehaldenstrasse 8, 3012 Berne Tél. +41 (0)31-631 47 85 Fax +41 (0)31-631 46 82 E-Mail:

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012

COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012 COMPTE RENDU DE L ENQUETE DE SATISFACTION CMS DECEMBRE 2012 62, rue Saint Lambert 75015 Paris N RCS 510 685 431 INTRODUCTION «Une société ne peut distancer ses concurrents que si elle peut établir une

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

PROCONCEPT EASY START

PROCONCEPT EASY START PROCONCEPT EASY START Découvrez les avantages d une solution logicielle Suisse, développée spécialement pour couvrir l ensemble des besoins des PME DÉVELOPPÉE PAR UNE PME POUR LES PME Avec ProConcept Easy

Plus en détail

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta?

Plus en détail

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Table des matières I II III IV V VI Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Le marché des Services de

Plus en détail

Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques

Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques Manuel e-payment Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques 499.45 fr (pf.ch/dok.pf) 12.2013 PF Manuel Modes de paiement PostFinance pour les cyberboutiques Version décembre 2013 1/14 Coordonnées

Plus en détail

ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION

ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL DE GESTION ABACUS ENTERPRISE LOGICIEL SUISSE POUR PME Travailler mieux avec un logiciel de gestion suisse qui a fait ses preuves > A fait ses preuves dans plus de 30 000 entreprises

Plus en détail

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Présentation PSE Lausanne, 23 janvier 2004 Jean-Marc Rossier Factors SA Une société du groupe UBS SA Active

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Archivage électronique

Archivage électronique Archivage électronique En raison du développement constant de la numérisation et de l augmentation croissante du nombre d informations auxquelles les entreprises sont confrontées, l accès rapide et contrôlé

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

La Poste votre partenaire en matière d e-commerce

La Poste votre partenaire en matière d e-commerce La Poste votre partenaire en matière d e-commerce De plus en plus de personnes commandent leurs achats en ligne. C est pourquoi la Poste vous soutient tout au long de la chaîne de valeur du commerce électronique.

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Gestion des liquiditøs ElØments pratiques et conseils

Gestion des liquiditøs ElØments pratiques et conseils Gestion des liquiditøs ElØments pratiques et conseils PrØsentation au Petit døjeuner du SELT Yverdon le 19.11.2010 Trésor...erie Liquid..ité 1 er cas La bonne vieille méthode de mon père Patron d une entreprise

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

22 ème congrès Fapics

22 ème congrès Fapics 22 ème congrès Fapics Invités par et avec la contribution de : Grâce à nos partenaires : Instituts de formation 22 ème congrès Fapics Cabinets de conseil : Grâce à nos sponsors : 22 ème congrès Fapics

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Anne Claire PAULET Responsable Risques Opérationnels GASELYS AGENDA PRÉSENTATION GASELYS LES RISQUES OPÉRATIONNELS CONTINUITÉ

Plus en détail

PostFinance: une base solide pour votre activité

PostFinance: une base solide pour votre activité PostFinance: une base solide pour votre activité Nos solutions pour les clients commerciaux Transactions en devises Swap, à terme, spot Trafic des paiements international depuis l étranger SEPA Standard

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Optimisation du besoin en fonds de roulement. Pour un équilibre des besoins fournisseur et acheteur

Optimisation du besoin en fonds de roulement. Pour un équilibre des besoins fournisseur et acheteur Optimisation du besoin en fonds de roulement Pour un équilibre des besoins fournisseur et acheteur Table des matières Avant-propos 3 Introduction 4 Tendances DU BESOIN EN fonds de roulement 5 PROBLÈMES

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Qu est-ce que le ehealthcheck?

Qu est-ce que le ehealthcheck? Plus la dépendance d une compagnie envers ses systèmes informatiques est grande, plus le risque qu une erreur dans les processus métiers puisse trouver ses origines dans l informatique est élevé, d où

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

TRUSTED BUSINESS UNE NOUVELLE FAÇON D AUGMENTER LA RENTABILITÉ, DE RÉDUIRE LES RISQUES ET DE RENFORCER LA FIDÉLISATION DE VOS CLIENTS

TRUSTED BUSINESS UNE NOUVELLE FAÇON D AUGMENTER LA RENTABILITÉ, DE RÉDUIRE LES RISQUES ET DE RENFORCER LA FIDÉLISATION DE VOS CLIENTS TRUSTED BUSINESS UNE NOUVELLE FAÇON D AUGMENTER LA RENTABILITÉ, DE RÉDUIRE LES RISQUES ET DE RENFORCER LA FIDÉLISATION DE VOS CLIENTS Copyright: Alex & Martin TRUSTED BUSINESS CROISSANCE & RISQUES Information

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4 REGLEMENT CONCERNANT LES PLACEMENTS DE LA CAISSE FEDERALE DE PENSIONS PUBLICA (REGLEMENT DE PUBLICA CONCERNANT LES PLACEMENTS) du 5 avril 00 (état au 8 octobre 0) Règlement de PUBLICA concernant les placements

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Prix et conditions Compte commercial pour les banques. dès le 13 er avril 2015

Prix et conditions Compte commercial pour les banques. dès le 13 er avril 2015 Prix et conditions Compte commercial pour les banques dès le 13 er avril 2015 Table des matières Page 3 Taux d intérêt et commissions sur avoirs 3 Entrée des données 3 Canal d entrée des données 3 Mandat

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig Responsable de la Communication

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile

Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile Votre supply chain possède-t-elle les atouts nécessaires pour faire prospérer votre entreprise? Faites le test. Planification et optimisation

Plus en détail

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

A Spirit of Quality. Le système Qualité de Carbagas

A Spirit of Quality. Le système Qualité de Carbagas A Spirit of Quality Le système Qualité de Carbagas A Spirit of Quality La qualité : une obligation et une responsabilité. Un engagement basé sur la conviction et une tradition orientée vers le futur. L

Plus en détail

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er août 205 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

La solution Enterprise

La solution Enterprise ABACUS Business Software La solution Enterprise ABACUS ENTERPRISE LE LOGICIEL SUISSE POUR LES PME Les logiciels de gestion ABACUS Enterprise optimisent les processus de travail. Les entreprises peuvent

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Communiqué de presse Baden, le 19 décembre 2014 Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Le faible niveau des prix sur le marché de gros de l'électricité en Europe a continué

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

Guide d analyse des risques informatiques

Guide d analyse des risques informatiques Guide d analyse des risques informatiques Support de travail pour les auditeurs de PME 8.9.2011 Processus métiers Applications IT Systèmes IT de base Infrastructure IT ITACS Training «Guide d analyse

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005 Déjeuner des PME et des Start-up Jean-Pierre Steiner, responsable du Business Recovery Services Suisse romande *connectedthinking Contenu Rôle de la trésorerie Environnement financier d une entreprise

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009 GENERIX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital social de 7.162.690 euros 6 rue du Moulin de Lezennes 59650 Villeneuve d Ascq 377 619 150 RCS Lille QUESTIONS ECRITES PRESENTEES

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris L offre de formation en supply chain Le positionnement de Centrale Paris Pourquoi Centrale Paris Executive Education a choisi un positionnement fort en supply chain L excellence reconnue du Laboratoire

Plus en détail

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification Personne ne paie volontiers le prix fort pour une assurance. A la Suva, un système astucieux veille à ce que les primes soient proportionnelles

Plus en détail

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Renseignements commerciaux Marketing Creditreform De la relance des postes ouverts au suivi des actes

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS

Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS 40 Introduction 42 1 Le marché interbancaire luxembourgeois 43 1.1 Importance

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail