Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé"

Transcription

1 Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé

2 Introduction Centre de recherche à l Université de Saint Gall Définition Working Capital Supply Chain Finance-Lab de la Poste L étude sur l évaluation de la performance dans le Working Capital Management (WCM) a été menée par le Supply Chain Finance-Lab de l Université de Saint Gall. Le Supply Chain Finance-Lab est un centre de recherche de la Poste, fondé à l automne 2013 auprès de la chaire de gestion logistique de l Université de Saint Gall. Il mène des recherches appliquées à l interface entre la gestion de la chaîne logistique, la logistique et les finances. L objectif est de développer des concepts innovants et des méthodes d avenir dans le domaine du Working Capital Management. La présente étude est la première d une série de publications présentées chaque année dans le cadre d un relevé systématique du Working Capital Management en Suisse. Le Working Capital Management comme objet d étude Le Working Capital est la différence entre les actifs circulants et les passifs à court terme. On le désigne également sous le terme de Net Working capital ou de fonds de roulement net. L étude emploie les deux termes comme synonymes. Compréhension et objectifs du WCM Le Working Capital Management (WCM) a deux objectifs principaux. Le premier est de contrôler le fonds de roulement net pour améliorer le cash-flow et le deuxième est de renforcer la capacité de financement interne de l entreprise. On limite ainsi la dépendance des financements externes ainsi que les risques de liquidités. Un contrôle global entraîne par ailleurs des processus plus efficaces en matière de WCM. Domaines du WCM Le cycle cash-to-cash est l indicateur le plus important du WCM. Il mesure la durée d immobilisation du capital sur la base du délai de règlement et de la couverture de stock après déduction du délai de paiement créancier. Quatre domaines WCM émanent du cycle cash-to-cash: cycle order-to-cash: gestion des débiteurs cycle forecast-to-fulfil: gestion des stocks et du transport cycle purchase-to-pay: gestion des créanciers cycle credit-to-interest: gestion des liquidités 2

3 Objectif de l étude Contenu de l étude Structure de l étude et objectif L objectif de l étude menée au premier semestre 2014 est de déterminer des indices de référence du WCM spécifiques aux différents secteurs mais aussi transversaux. Après l identification du contexte, on cherchera à comprendre la performance dans le WCM ainsi que les éventuels facteurs d influence, comme le secteur et la taille de l entreprise. On a déterminé les stratégies des entreprises aux bonnes pratiques dans le Working Capital Management, ce qui fournira des points de référence pour un WCM performant en entreprise. Six champs de performance ont été observés dans le cadre de l étude (illustration 1). Ensuite, une analyse quantitative sera menée sur la base d indicateurs. Cette analyse s appuie sur un classement du sujet au niveau de l entreprise (p.ex. stratégie et organisation). Enfin, les quatre domaines du WCM seront observés en détail. Stratégie et organisation du WCM Gestion des liquidités Cycle credit-to-interest Gestion des créanciers Cycle purchaseto-pay Actif circulant net Cycle cash-to-cash Gestion des débiteurs Cycle order-to-cash Gestion des stocks et du transport Cycle forecast-to-fulfil Indicateurs WCM Illustration 1: Domaines de performance du WCM 3

4 Groupe cible de l étude L étude est destinée aux entreprises industrielles et commerciales, aux prestataires de services ainsi qu aux collectivités publiques. Afin d aborder les différences spécifiques aux secteurs, on a élaboré des questionnaires complets adaptés aux différentes branches et mené une pondération différenciée des domaines. Au total, 62 entreprises des trois groupes cibles ont participé à l enquête (illustration 2). Secteurs principaux Chiffre d affaires (global) 16% 16% 5% 19% 41% 65% 38% Jusqu à CHF 10 millions De CHF 10 millions à CHF 100 millions De CHF 100 millions à CHF 1000 millions Plus de CHF 1000 millions Industrie et commerce (p.ex. commerce, construction de machines, biens de consommation alimentaires) Collectivités publiques (p.ex. hôpitaux, fournisseurs d énergie) Prestataires de services (p.ex. commerce, transport, assurances, médias) Illustration 2: Aperçu des participants à l étude Analyse et inter prétation des résultats de l étude L analyse et l interprétation de la recherche empirique ont tout d abord été exécutées dans une observation d ensemble pour le marché suisse. Les résultats globaux sont inclus dans l étude sur l évaluation de la performance dans le WCM. Dans un deuxième temps, les données collectées ont été anonymisées pour être exploitées dans une base de données de référence. C est sur cette base que des comparatifs de performance entre entreprises ont pu être établis. L illustration 3 présente sous forme de points le niveau de performance des participants (avec un maximum de 1000) et distingue les entreprises aux bonnes pratiques. 361 Retard 549 Standard Top performer Chiffre d affaires (en mio CHF) Entreprises aux bonnes pratiques Illustration 3: Niveau de performance des participants Définition des entreprises aux bonnes pratiques D après l illustration 3, les entreprises aux bonnes pratiques se différencient par une nette indépendance par rapport aux sources de financement externes, un faible risque de liquidités ainsi que des processus largement professionnalisés. En conséquence, elles présentent un cycle cash-to-cash réduit ainsi qu une bonne situation de liquidités et de faibles coûts. 4

5 Résultats de l étude Coûts généraux WCM de CHF 530 milliards Généralités Après une première estimation, les coûts généraux accessoires en rapport avec le Working Capital Management s élèvent pour les entreprises suisses à tout juste CHF 530 milliards. Ce montant inclut les coûts de capital pour les stocks, les débiteurs et créanciers ainsi que les dépenses de matériel, marchandises, personnel et autres frais d exploitations associés au fonds de roulement net (illustration 4). 6% Potentiel d externalisation à des prestataires externes Coûts généraux WCM: CHF 530 milliards Illustration 4: Potentiel d externalisation des coûts généraux aux prestataires externes Potentiel de chiffre d affaires pour les prestataires externes de CHF 29,5 milliards Une partie de ces coûts accessoires est externalisée à des prestataires externes, ce qui permet aux entreprises de se concentrer sur leurs compétences clés ainsi que sur leur professionnalisation. Les coûts externalisés correspondent ainsi au potentiel de chiffre d affaires pour les prestataires externes dans le Working Capital Management. La valeur estimée pour la Suisse s élève à environ CHF 29,5 milliards. Concentration sur les compétences clés du fait d une plus grande externalisation Concentration sur les processus clients du WCM L étude montre que la part d externalisation existante dans le Working Capital Management est relativement faible. Plus de 70% des entreprises n ont pas ou peu externalisé leurs processus de WCM. Les entreprises aux bonnes pratiques se différencient en sous-traitant les processus annexes, par exemple en faisant appel à un prestataire externe pour la gestion des créances. Conflits d intérêt entre les services, les coûts et l immobilisation du capital Dans les domaines WCM, les entreprises se voient toujours confrontées à des conflits d intérêt entre le service, le coût et l immobilisation du capital. Par exemple, un raccourcissement des délais de paiement pour les clients peut entraîner un conflit d intérêt avec la satisfaction de la clientèle. Ainsi, pour les entreprises aux bonnes pratiques, il est impératif de fixer des objectifs équilibrés. Potentiel inutilisé par l implication de partenaires externes Dans le cadre du WCM, la majorité des indicateurs pris en compte sont ceux propres à l entreprise tandis que les conséquences sur les partenaires externes de la chaîne logistique, comme les clients et les fournisseurs, sont négligées. Par exemple, les objectifs stratégiques de plus de 80% des entreprises ne sont fixés ni avec les fournisseurs et clients principaux, ni avec les prestataires pertinents. Les partenaires externes sont également rarement impliqués dans l optimisation des quatre domaines WCM. Pourtant, ce sont précisément les approches sur toute la chaîne logistique permettant de prendre en compte l ensemble du Working Capital comme le Reverse Factoring qui pourraient offrir un immense potentiel tous secteurs confondus. Bonnes pratiques avec utilisation de solutions innovantes Une importance particulière est attribuée au cycle order-to-cash (gestion des débiteurs) tous secteurs confondus. Des différences marquantes subsistent entre les secteurs et au sein même des branches. Le cycle credit-to-interest, c est-à-dire la gestion des liquidités, est jugé moins pertinent par les entreprises, ce qui montre l existence d un immense potentiel pour un grand nombre d entre elles. Les entreprises aux bonnes pratiques n ont pas plus d ambition que les autres. Elles se distinguent peu de la moyenne quant aux objectifs fixés. Ce qui fait en revanche la différence, ce sont leurs processus nettement plus avancés ainsi qu un controlling conséquent. En outre, elles ne se cantonnent pas aux méthodes classiques comme le Customer Relationship Management, mais font aussi fortement appel aux solutions innovantes comme le Factoring. 5

6 Evolution fondamentalement positive Indicateurs WCM En moyenne, les entreprises suisses ont pu légèrement diminuer leur durée d immobilisation du capital au cours des trois dernières années. La durée moyenne du cycle cash-to-cash varie fortement selon les différents groupes de branches (illustration 5): 94 jours pour l industrie et le commerce 47 jours pour les services 32 jours pour les collectivités publiques En cas de durée négative du cycle cash-to-cash, l entreprise a à sa disposition le capital payé par les clients pour les créances à court terme comme crédit sans intérêt. Toutefois, cela se fait généralement au détriment des partenaires externes de la chaîne logistique, comme les four nisseurs ou les clients. Temps (jours) Valeur moyenne Virtual Star Industrie et commerce Services Collectivités publiques Illustration 5: Aperçu des durées de cycle cash-to-cash en fonction du groupe de branches Total Virtual Star: entreprise fictive qui a les résultats moyens des trois meilleurs participants pour chaque domaine de performance 1 Evolution différenciée de performance Près de 30% des entreprises ont pu améliorer leurs Days Sales Outstanding (délai de règlement), Days Inventory Held (couverture de stock) et Days Payables Outstanding (délai de paiement créancier). Néanmoins, ces indicateurs se sont également dégradés pour environ 20% des entreprises interrogées. Il faut noter qu une dégradation ponctuelle de la durée d immobilisation du capital n implique pas nécessairement un mauvais WCM. Par exemple, une croissance importante d entreprise ou la reprise d une autre entreprise peuvent aussi prolonger la durée d immobilisation du capital. Distinctions entre les différentes branches et au sein d une même branche Comme il fallait s y attendre, on constate de grandes disparités entre les branches. La variance est particulièrement notable pour le facteur Days Inventory Held entre les trois groupes industrie et commerce, services et collectivités publiques. En outre, des différences significatives sont à observer au sein des branches pour les Days Sales Outstanding et Days Payables Outstanding en fonction du degré d internationalisation. Les raisons possibles à cela sont des comportements de paiement différents selon les régions ou des délais de livraison plus importants du fait d activités commerciales transfrontalières. Cela montre également que les entreprises sont loin d avoir épuisé leur potentiel et qu elles pourraient considérablement améliorer leur Working Capital en appliquant les stratégies d autres secteurs. Bonnes pratiques avec durée réduite d immobilisation du capital Les entreprises aux bonnes pratiques se distinguent par des valeurs exceptionnelles pour les trois composants du cycle cash-to-cash. Leur durée d immobilisation du capital est nettement plus faible que la moyenne. En outre, elles ont considérablement amélioré les différents composants du cycle cash-to-cash au cours des trois dernières années. 6

7 Responsabilité WCM auprès de la direction Manque d organisation et de stratégie définies de façon transversale Stratégie et organisation dans le Working Capital Management Dans la plupart des entreprises, la responsabilité du WCM est ancrée au niveau hiérarchique du conseil d administration ou de la direction. Certains acteurs des services et des collectivités publiques n ont pas de niveau hiérarchique doté d une telle responsabilité globale. Le manque d attribution de responsabilité peut s accompagner de difficultés de concertation et d un effort accru de coordination. La plupart des entreprises optimisent leur Working Capital au sein des différents cycles, sans organisation ni stratégie transversales pour le WCM. Le fonds de roulement net concerne beaucoup de fonctions différentes avec la distribution, la logistique, la production, les achats, les finances ou le controlling. Leurs objectifs sont généralement contradictoires avec ceux des trois volets service, coûts et immobilisation de capital. Une organisation et une stratégie définies de façon transversale sont ainsi utiles (illustration 6). Organisation WCM Stratégie des trois objectifs WCM Service et qualité WCM Head Conciliation/ harmonisation Objectifs Coûts Immobilisation du capital Illustration 6: Conciliation des conflits d intérêt grâce à une organisation définie Stratégie et organisation WCM claires pour les bonnes pratiques Comparativement, les entreprises aux bonnes pratiques ont déterminé une stratégie différenciée pour tous les domaines du WCM et formulé et documenté des objectifs précis. Les conflits d intérêt immanents ont été sciemment abordés et résolus (par exemple via une priorisation). La responsabilité mais aussi l exécution de toutes les tâches clés du WCM font l objet d un classement organisationnel bien précis. 7

8 Cycle order-to-cash (gestion des débiteurs) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 7: Niveau de performance du cycle order-to-cash Priorité donnée à la prévention des retards et défauts de paiement Pour la gestion des débiteurs, l accent est mis sur l optimisation de l immobilisation de capital relatif aux créances, et ce quels que soient les secteurs. Plus de 70% des entreprises accordent une importance élevée, voire très élevée à la prévention de retards et de défauts de paiement, tandis que 60% des entreprises s emploient à éviter tout ralentissement de facturation et de paiements entrants. La satisfaction de la clientèle généralement au second plan La satisfaction de la clientèle est à la deuxième place et revêt une importance faible, voire moyenne pour 60% des collectivités publiques. La prise de conscience des coûts du processus est particulièrement notable pour les entreprises aux bonnes pratiques qui évaluent ce point comme significatif par rapport à la moyenne. Focus sur la gestion réactive des débiteurs Pour toutes les entreprises, les processus de gestion réactive des débiteurs (comme un suivi de gestion des recouvrements et d encaissement) sont plus ancrés que ceux de gestion préventive des débiteurs (comme une vérification préalable de la solvabilité). Ainsi, plus de 70% des entreprises ne contrôlent pas les indicateurs anticipés de retard et de défaut de paiement. En revanche, près de 80% des entreprises ont mis en place un processus de recouvrement immédiat et conséquent. Bonnes pratiques avec gestion complète des débiteurs Les entreprises aux bonnes pratiques se distinguent par de bonnes performances aussi bien pour la gestion réactive que préventive des débiteurs. Elles impliquent fortement les prestataires externes dans leur processus de recouvrement et d encaissement. Elles font également davantage appel aux solutions de Factoring. 8

9 Cycle forecast-to-fulfil (gestion du transport et des stocks) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 8: Niveau de performance du cycle forecast-to-fulfil Importance élevée des stocks seulement pour l industrie et le commerce La gestion du transport et des stocks (logistique) est plus ou moins pertinente selon le groupe de branches. Pour les prestataires de services et les collectivités publiques, l importance est généralement limitée au profit d autres facteurs comme la satisfaction de la clientèle, la diversité des produits et les coûts de processus. L immobilisation du capital pour les stocks joue un rôle négligeable pour ces secteurs, contrairement aux entreprises des secteurs de l industrie et du commerce, pour lesquelles une diminution des stocks est importante. Degré de réalisation d objectif réduit pour la baisse des stocks Même si ces dernières estiment que des stocks bas sont très pertinents, ce point a été classé comme objectif par plus de 40% des entreprises interrogées. La raison possible peut être le conflit d intérêt avec d autres objectifs comme l amélioration du niveau de service (d une importance élevée, voire très élevée pour 70% des entreprises). Dans ce cas, si on ne procède pas à une conciliation et à une priorisation claires, il faut s attendre à une certaine inefficacité du fait de l effort de coordination accru. Faible transparence sur les coûts de processus Quels que soient les secteurs, on constate une transparence réduite sur les coûts de processus liés aux stocks le long de la chaîne logistique: près de 65% des entreprises n appliquent pas ou peu de transparence. Les entreprises des secteurs de l industrie et du commerce ont un bon aperçu de leurs stocks disponibles. Du fait de la moindre importance de ce cycle pour les entreprises de services et les collectivités publiques, les processus sont classés comme moins performants. Transparence élevée et prise en charge IT pour les bonnes pratiques Les bonnes pratiques se distinguent par une bonne transparence aussi bien sur les stocks que sur les coûts de processus, ainsi que par une intégration complète des processus côté IT. La moyenne des entreprises de services et les collectivités publiques est proche des entreprises aux bonnes pratiques. 9

10 Cycle purchase-to-pay (gestion des créanciers) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 9: Niveau de performance du cycle purchase-to-pay Accent mis sur la diminution des prix d achat En ce qui concerne la gestion des créanciers, les entreprises se concentrent sur la diminution des prix de revient de matériel et services achetés. Pour plus de 70% d entre elles, la diminution de prix d achat ou la réalisation d économies revêt une importance élevée, voire très élevée. Innovations et délais de paiement au second plan Pour l industrie et le commerce, l assurance qualité est en outre très importante. En revanche, l accès aux innovations ainsi que l allongement des délais de paiement ne jouent qu un rôle secondaire. 60% des entreprises estiment ces deux objectifs comme étant de faible à moyenne importance. Peu de transparence malgré une bonne normalisation des processus Pour toutes les entreprises participantes, peu de programmes systématiques de développement pour les fournisseurs ont été mis en place. En outre, on observe peu de transparence sur la situation financière des fournisseurs, quels que soient les secteurs. La normalisation des processus gagne quant à elle en importance. Près de 70% des entreprises ont mis en place des processus de paiement normalisés. Objectifs équilibrés et prise en charge IT complète pour les bonnes pratiques Les bonnes pratiques sont généralement identifiables auprès des entreprises des secteurs de l industrie et du commerce. Ainsi, les entreprises performantes en gestion des créanciers visent non seulement une diminution des prix d achat, mais accordent également beaucoup d importance aux innovations, aux délais de paiement et à la qualité. En outre, elles se distinguent par une prise en charge complète côté IT des processus d achat. 10

11 Cycle credit-to-interest (gestion des liquidités) Objectifs 100% Méthodes 0% Processus Controlling et IT Valeur moyenne industrie et commerce Virtual Star Valeur moyenne services Valeur moyenne collectivités publiques Illustration 10: Niveau de performance du cycle credit-to-interest Priorité à la garantie de liquidité Pour l industrie, le commerce et les services, la garantie de liquidité est l objectif essentiel du cycle credit-to-interest. Deux tiers des entreprises accordent une importance élevée, voire très élevée à cet objectif. En outre, les entreprises aux bonnes pratiques accordent de plus en plus d importance à une diminution des coûts de processus dans la gestion des liquidités. Pour les collectivités publiques, ces objectifs sont généralement moins pertinents. Avec les garanties de l Etat, elles ont généralement à leur disposition des possibilités de financement avantageuses et complètes qui diminuent la nécessité d une gestion efficace des liquidités. Des processus dans l ensemble performants Contrairement aux autres domaines WCM, la moyenne des entreprises se rapproche des entreprises aux bonnes pratiques, et ce tous secteurs confondus. Par exemple, on observe pour quasiment toutes les entreprises un contrôle régulier du statut financier. Potentiel d amélioration pour la transparence et le controlling Néanmoins, on identifie aussi quelques points faibles pour les processus. Par exemple, plus de 40% des entreprises manquent de transparence sur les coûts de transaction et d opportunité ainsi que de directives claires sur les investissements de fonds excédentaires. Les points faibles en controlling sont encore plus marqués. Près de 70% des entreprises n évaluent pas régulièrement leurs performances en matière de gestion des liquidités. Controlling complet et haut degré d automatisation Les entreprises aux bonnes pratiques font preuve d un controlling nettement avancé pour la gestion des liquidités et effectuent régulièrement une évaluation des performances. En outre, elles se distinguent par un degré d automatisation pour le relevé des indicateurs et utilisent davantage le Financial Hedging ainsi que les scénarios de risque. 11

12 Conclusion Exploiter les oppor tunités pour prévenir les situations de crise L étude montre que les moteurs principaux d une amélioration du fonds de roulement net résident dans un renforcement de l autofinancement ainsi que dans la prévention des problèmes de liquidité. Même si de nombreuses entreprises ne sont pas confrontées aujourd hui à de tels problèmes, elles devraient utiliser cette opportunité pour anticiper d éventuelles situations de crise en prenant en compte de manière systématique et globale leur Working Capital Management. Ce point est particulièrement important, car de nombreux projets du Working Capital Management ne révèlent leur impact réel qu après un certain temps. Outre une analyse continue des indicateurs de bilan pertinents comme les débiteurs, les stocks et les créanciers, une telle approche doit également porter sur l augmentation de l efficacité des processus dans le Working Capital Management. De nombreuses entreprises ne présentent toutefois pas les conditions requises, à savoir une stratégie adaptée, un ancrage organisationnel adéquat ainsi que des compétences spécialisées dans les domaines du Working Capital Management. Coordonnées des auteurs de l étude de la Poste Suisse Erik Hofmann Responsable du SCF-Lab Université de Saint Gall Supply Chain Finance-Lab c/o Chaire de gestion logistique Téléphone: Dufourstrasse 40a CH-9000 Saint Gall Fax: w ww.logistik.unisg.ch Judith Martin Collaboratrice scientifique (pf.ch) PF Téléphone: PostFinance SA Competence Center Working Capital Management Mingerstrasse Berne Téléphone w ww.postfinance.ch/wcm 12

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Etude 2015 Working Capital Management 2 Introduction p. 3 Résumé p. 4 Entreprises aux bonnes pratiques p. 6 Working Capital Management: les domaines de performance Indicateurs WCM

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants Contexte À mesure que la concurrence s intensifie à l échelle mondiale, l innovation en matière de logistique* pour les manufacturiers canadiens s étend du niveau de à la chaîne d approvisionnement. Pour

Plus en détail

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Le secteur de la fabrication de matériel ferroviaire roulant rationalise

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité Quand liquidité rime avec sécurité Plus de souplesse grâce au factoring. Votre entreprise va connaître une croissance organique, vous souhaitez vous développer à l étranger ou simplement accroître votre

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts EH Intelligence Maîtriser le risque sur le bout des doigts «Avec EH Intelligence, nous bénéficions d une visibilité en temps réel des indicateurs de suivi du poste client, ce qui améliore considérablement

Plus en détail

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SOMMAIRE A qui s adresse ce kit?...3 Introduction sur le traitement des commandes...4 Challenges...5 Solution

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

GS1 onspot chez coop@home

GS1 onspot chez coop@home Lieu d événement: GS1 onspot chez coop@home Vendredi 28 août 2015 Bussigny www.gs1.ch Ensemble pour créer des valeurs Evénement GS1 onspot chez coop@home Logistics onspot La réalisation de petits événements

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

Débiteurs Services SA. Factoring Plus Concevez votre propre solution en matière de liquidités et de gestion des débiteurs

Débiteurs Services SA. Factoring Plus Concevez votre propre solution en matière de liquidités et de gestion des débiteurs Factoring Plus Concevez votre propre solution en matière de liquidités et de gestion des débiteurs Débiteurs Services SA Une société de PostFinance SA Recherchez-vous des liquidités à des conditions avantageuses?

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Présentation PSE Lausanne, 23 janvier 2004 Jean-Marc Rossier Factors SA Une société du groupe UBS SA Active

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile

Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile Management briefing Les 3 critères essentiels d une supply chain agile Votre supply chain possède-t-elle les atouts nécessaires pour faire prospérer votre entreprise? Faites le test. Planification et optimisation

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

TOUT SIMPLEMENT UNE PRÉSENCE ACCRUE SUR LE MARCHÉ Regrouper les informations, étendre la portée, accroître les ventes

TOUT SIMPLEMENT UNE PRÉSENCE ACCRUE SUR LE MARCHÉ Regrouper les informations, étendre la portée, accroître les ventes TOUT SIMPLEMENT UNE PRÉSENCE ACCRUE SUR LE MARCHÉ Regrouper les informations, étendre la portée, accroître les ventes _ Vos informations produits sur tout le marché suisse de la santé _ NOUVEAU: avec vitavista,

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

Gardons ensemble le cap sur la. Projet GO GLOBAL

Gardons ensemble le cap sur la. Projet GO GLOBAL Gardons ensemble le cap sur la croissance! Projet GO GLOBAL Qui paie, si votre client ne paie plus? 2 Sommaire Euler Hermes Groupe Processus de demande de crédit chez Euler Hermes L'assurance-crédit en

Plus en détail

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)»

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)» «Identités numériques et gestion (IDm)» Enquête du CTIE, été 2012 auprès des cantons au sujet de : Résultats de l enquête auprès des cantons au sujet numériques 1. Observations générales concernant l enquête

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Financial Insurance Management Corp.

Financial Insurance Management Corp. Financial Insurance Management Corp. Augmenter le taux de renouvellement grâce à une solution mobile fournie en tout juste trois mois Les faits Le besoin FIMC souhaitait offrir une meilleure valeur ajoutée

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

22 ème congrès Fapics

22 ème congrès Fapics 22 ème congrès Fapics Invités par et avec la contribution de : Grâce à nos partenaires : Instituts de formation 22 ème congrès Fapics Cabinets de conseil : Grâce à nos sponsors : 22 ème congrès Fapics

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Disponibilité commerciale Octobre 2009 Nouveautés V16! 1 1 Sommaire I. Introduction II. III. IV. Couverture fonctionnelle Focus sur le recouvrement

Plus en détail

PROCONCEPT EASY START

PROCONCEPT EASY START PROCONCEPT EASY START Découvrez les avantages d une solution logicielle Suisse, développée spécialement pour couvrir l ensemble des besoins des PME DÉVELOPPÉE PAR UNE PME POUR LES PME Avec ProConcept Easy

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Exploitation du potentiel de l'audit interne

Exploitation du potentiel de l'audit interne Exploitation du potentiel de l'audit interne 18 novembre 2014 Grant Thornton LLP. A Canadian Member of Grant Thornton International Ltd Introduction de Andy Poprawa, Président et chef de la direction,

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

Examen 2011. Comptabilité / controlling

Examen 2011. Comptabilité / controlling Berufsprüfung für Verkaufsfachleute mit eidg. Fachausweis Examen professionnel pour spécialistes de vente avec brevet fédéral Esame per l attestato professionale federale di specialisti in vendita Examen

Plus en détail

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève 14.03.2014 Présentation Sébastien Collado Chef PME & Indépendants Page 1 Banque Cantonale de Genève Banque Cantonale de Genève Vous accompagner

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Éléments et processus de la comptabilité sont répertoriées dans Les transactions la comptabilité des rapports et les informations sont résumées dans

Plus en détail

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise Pour un transfert à sa pleine valeur 1 Énoncé d ouverture La vente d une entreprise est un processus complexe et potentiellement rempli d embuches.

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service OPTIMISATION DES STOCKS, DES PRÉVISIONS ET DE LA QUALITÉ DE SERVICE Objectifs : Augmenter les performances

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Sage 100 Comptabilité Edition Pilotée

Sage 100 Comptabilité Edition Pilotée Nouveau Sage 100 Comptabilité Edition Pilotée Informations, analyses, alertes pour une lecture métier optimisée Sage 100 Comptabilité Edition Pilotée est la solution de référence pour vous accompagner

Plus en détail

Factoring Know-how. PME Factoring SA, Industriestrasse 1, 8808 Pfäffikon SZ, Suisse, Phone +41 55 556 40 00, info@pmefactoring.ch, www.pmefactoring.

Factoring Know-how. PME Factoring SA, Industriestrasse 1, 8808 Pfäffikon SZ, Suisse, Phone +41 55 556 40 00, info@pmefactoring.ch, www.pmefactoring. Factoring Know-how Qui est PME Factoring SA? PME Factoring SA est un prestataire professionnel dans l affacturage PME Factoring SA est un des leaders suisses dans cette branche Nous disposons d une longue

Plus en détail

Baromètre pour les PME Évolution de la performance financière 2004-2013 Forum financier Verviers-Eupen. Vincent Trevisan Le 9 décembre 2014

Baromètre pour les PME Évolution de la performance financière 2004-2013 Forum financier Verviers-Eupen. Vincent Trevisan Le 9 décembre 2014 Baromètre pour les PME Évolution de la performance financière 2004-2013 Forum financier Verviers-Eupen Vincent Trevisan Le 9 décembre 2014 Deloitte Fiduciaire connaît le monde des PME comme nul autre Fait

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

Le factoring. Petit déjeuner du 24 juin 2005 Chambre de commerce de Genève

Le factoring. Petit déjeuner du 24 juin 2005 Chambre de commerce de Genève Le factoring Petit déjeuner du 24 juin 2005 Chambre de commerce de Genève Définition Le factoring (ou affacturage) est un ensemble de prestations professionnelles proposées par une entreprise spécialisée

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Approche, risques et valorisation

Approche, risques et valorisation Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Approche, risques et valorisation Hilde WITTEMANS Réviseur d entreprises Table des matières 1. Tendances dans

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager

Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager Ce sondage a été réalisé durant le mois de Janvier 2010 auprès de 118 credit managers. 1. La structure de l échantillon interrogé 1.1.

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail