Note TDTE N 21. Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note TDTE N 21. Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts"

Transcription

1 Note TDTE N 21 1 L épargne-retraite institutionnelle en France : nouveaux enjeux Auteurs Didier Folus, Université de Paris Ouest Nanterre Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts 15 Avril 2013 «Seul le prononcé fait foi et ce compte-rendu n engage pas les intervenants» Séminaire «L impact du vieillissement sur la gestion de l épargne retraite» (2013),

2 SOMMAIRE 1 La retraite en France : faits et projections 2 Investisseurs de long terme : choix de portefeuille et préconisations 3 Orienter l épargne retraite vers les actifs corporate 2 Conclusion

3 L épargne en vue de la retraite constitue un thème récurrent de la vie économique dans les sociétés vieillissantes. Deux éléments éclairent ce thème d un jour nouveau : un contexte de taux d intérêt réels bas dans la plupart des économies développées, d une part, un système de retraite en difficulté de financement en France, d autre part. Le faible niveau des taux d intérêt implique en effet une rémunération très mesurée des capitaux investis par les épargnants et par les institutions offrant des produits de capitalisation en vue de la retraite. Cette situation pousse les investisseurs de long terme à rechercher une meilleure rentabilité de leurs placements, tout en diversifiant leur portefeuille afin d en limiter le risque. Les actifs corporate actions ou obligation privées, semblent alors indiqués, comme le préconisent les études empiriques du comportement des différentes classes d actifs sur longue période (Siegel, 2008). Pourtant, l évolution récente de la composition des portefeuilles individuels ou institutionnels n est pas conforme à ces attendus, probablement pour des raisons liées à l incertitude économique et au durcissement anticipé des règles prudentielles prochainement imposées aux acteurs institutionnels européens assurance et fonds de pension notamment. 3 En France, la retraite est financée par un système essentiellement fondé sur la répartition, même si des dispositifs de capitalisation, encore modestes en termes d encours, sont offerts au public, et que l assurance vie joue un rôle important en matière d épargne. Les récentes projections économiques du Conseil d orientation des retraites (COR, 2012) tracent un chemin chaotique pour les régimes obligatoires actuels, dans la plupart des scénarios économiques envisagés pour les prochaines décennies : l extrapolation faite à partir du scénario médian laisse entrevoir une baisse des prestations de retraite d environ 30 milliards d euros en 2030, d environ 65 milliards en 2040, par rapport au niveau actuel du ratio pension/revenu d activité. Cette perspective implique de trouver des solutions originales, afin de favoriser le développement d une offre de produits d épargne retraite adaptés. La présente note se propose donc de formuler des propositions en matière d épargne-retraite, en fonction des transitions économiques et démographiques à venir. La première section décrit les grandes lignes des régimes de retraite en France et extrapole les projections du COR publiées à la fin de l année 2012, afin de jauger le gap des prestations de retraite aux horizons 2030 et La deuxième section donne les caractéristiques des portefeuilles d actifs financiers des investisseurs de long terme et rappelle les préconisations théoriques et empiriques principales de la finance, de façon à identifier l intérêt social de l épargne-retraite. Enfin, la troisième section commente les propositions les plus récentes en matière d épargne-retraite et formule une proposition alternative qui vise deux objectifs : accroître l intérêt social des pensions en drainant vers les entreprises une épargne retraite finançant la croissance future et limiter la charge publique subséquente au financement des retraites. 1 La retraite en France : faits et projections La France de 2011 compte plus de 16 millions de retraités, le rapport démographique étant de 1 retraité pensionné pour 1,8 actif cotisant. Les prestations de retraite ont atteint 295,7 milliards

4 d euros, provenant pour 214,7 milliards des régimes de base et pour 81,0 milliards des régimes complémentaires obligatoires. Les régimes supplémentaires facultatifs ont versé environ 6,0 milliards d euros de pensions, la même année Aperçu des régimes obligatoires Les régimes obligatoires des salariés sont construits autour de régimes de base régime général, salariés agricoles et agents de l Etat et de régimes complémentaires obligatoires pour les mêmes catégories, gérés par des caisses ou regroupement de caisses de retraite ARRCO, AGIRC, RAFP, IRCANTEC. Les personnes non-salariées artisans, commerçants, industriels, exploitants agricoles, professions libérales, etc. cotisent obligatoirement à des régimes de retraite spécifiques, de base, complémentaires obligatoires et même supplémentaires obligatoires. Pour l année 2011, en voici la répartition : Les régimes de retraite obligatoires en France Source des données : AGIRC-ARRCO, OUVRIERS ET EMPLOYES DE L AGRICULTURE CADRES DE L AGRICULTURE CADRES DE L INDUSTRIE, DU COMMERCE ET DES SERVICES OUVRIERS ET EMPLOYES DE L INDUSTRIE, DU COMMERCE ET DES SERVICES SALARIES D ENTREPRISES A STATUT PARTICULIER SALARIES NON TITULAIRES DU SECTEUR PUBLIC ET PARAPUBLIC FONCTIONNAIRES CIVILS ET MILITAIRES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET HOSPITALIERE AUTRES SECTEURS (PUBLIC, PARAPUBLIC ET DIVERS) SALARIES REGIMES DE BASE REGIMES COMPLEMENTAIRES OBLIGATOIRES MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE COTISANTS RETRAITES REGIME GENERAL DE LA SECURITE SOCIALE CNAV COTISANTS RETRAITES ARRCO COTISANTS RETRAITES REGIME DES AGENTS DE L ETAT COTISANTS RETRAITES CNRACL COTISANTS RETRAITES CANSSM, ENIM, FSPOEIE, CRPCEN, RATP, SNCF, CNIEG, BANQUE DE FRANCE, COMÉDIE FRANÇAISE, OPÉRA DE PARIS COTISANTS CRPNPAC COTISANTS RETRAITES IRCANTEC COTISANTS RETRAITES AGIRC COTISANTS RETRAITES RETRAITE ADDITIONNELLE DE LA FONCTION PUBLIQUE COTISANTS LIQUIDATIONS RENTES VERSEES EN 2011

5 NON-SALARIES EXPLOITANTS AGRICOLES ARTISANS, COMMERÇANTS ET INDUSTRIELS PROFESSIONS LIBERALES MINISTERE DES CULTES REGIMES DE BASE RETRAITES MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE COTISANTS RETRAITES REGIMES COMPLEMENTAIRES OU SUPPLEMENTAIRES OBLIGATOIRES COTISANTS RETRAITES REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS COTISANTS COTISANTS RETRAITES RETRAITES CNAVPL COTISANTS REGIMES RETRAITES COMPLEMENTAIRES COTISANTS RETRAITES CNBF COTISANTS COTISANTS RETRAITES CAVIMAC + ARRCO COTISANTS RETRAITES RETRAITES REGIMES SUPPLEMENTAIRES OBL COTISANTS RETRAITES 5 L écheveau des régimes de retraite obligatoires inclut, dans le cas des professions libérales, un échelon supplémentaire. Cette originalité sera considérée dans la troisième partie de la présente note, à l occasion de la proposition de réforme systémique qui y sera faite Les régimes supplémentaires facultatifs et l assurance vie Les produits de retraite supplémentaires correspondent à des régimes facultatifs offerts aux personnes, soit via des plans souscrits individuellement, soit via des plans proposés dans le cadre d une activité professionnelle. L encours total de ces produits est actuellement modeste, environ 136 Md de provision mathématique en 2011, au regard de ceux des régimes de base et des régimes complémentaires obligatoires. La raison principale est que la France a fait le choix de promouvoir l assurance vie et non pas les fonds de pension. La bonne qualité de la gestion financière des contrats d assurance vie, alliée à une garantie en capital et une fiscalité avantageuse, en ont fait le produit phare de l épargne en France, quel que soit le motif de cette épargne, précaution ou retraite. A titre d élément de comparaison, l assurance vie concerne 24,5 millions de personnes, contre 2,1 millions pour le PERP, 1,3 pour les contrats «Madelin» ou encore 1,2 million de salariés (dans entreprises) pour les PERCO. C est pourquoi il est logique d inclure l assurance vie parmi les dispositifs permettant de financer la retraite, même si ce n est pas là son objectif premier. 1 1 La même remarque pourrait être faite à propos de l épargne salariale ; cependant son horizon temporel est généralement plus court.

6 Les tableaux suivants donnent une rapide description des principaux produits disponibles et de leur encours à la fin de l année 2011 (provision mathématique). Produits individuels Produits collectifs 6 Il est à noter que les produits d épargne retraite ont des natures réglementaires différentes et ne sont pas encadrés par les mêmes contraintes prudentielles. Leur succès commercial dépend au moins de trois facteurs : la performance des produits de capitalisation, la préférence du public pour la sécurité et sa prise de conscience de la fragilité intrinsèque du modèle des régimes de répartition. La performance financière d un produit d épargne retraite est influencée par l allocation du portefeuille en différentes classes d actifs et par les règles prudentielles, notamment les directives européennes Solvency (pour les produits d assurance) et IORP Institutions for Occupational Retirement Provision (pour les fonds de pension et plans assimilés).

7 1.3. Extrapolation des besoins futurs à partir des projections du C.O.R. Dans son document publié en décembre 2012, le Conseil d orientation des retraites (COR) a projeté l évolution des régimes de retraite en France, notamment en termes de rapport démographique, de pensions et de financement. Plusieurs scénarios ont été envisagés : 7 Source : COR, Les projections portent sur différentes variables, selon une hypothèse sur les rendements (constants ou décroissants) des régimes complémentaires AGIRC-ARRCO, à partir de l année 2011 et pour les horizons 2020 à 2050 (voir tableau ci-après). Dans la suite de l analyse, nous retiendrons le scénario médian (scénario B) 2 et les projections pour 2030 et 2040, afin d extrapoler un gap de prestations-retraite. La lecture des projections du COR à l horizon 2030 indique : - un revenu moyen qui passe de l indice 100 à l indice 123,5 ; 2 Ce choix pourrait sembler audacieux au vu de la conjoncture économique du début 2013, à la lecture des hypothèses en termes de croissance de la productivité du travail (1,5 %) et de taux de chômage (4,5 %). Rappelons qu il s agit d indications de long terme ; les extrapolations faites ici doivent donc être considérées de la même manière.

8 - qu en suivant la même progression, les pensions d un montant de 295,7 Md versés en 2011 devrait atteindre 365,2 Md, alors que la projection du COR est de 336,5 Md (indice 113,8). La prestation manquante porterait ainsi sur 28,7 Md à l horizon Un même calcul conduit à extrapoler un gap de 65,0 Md à l horizon Source : COR, Plusieurs questions découlent de l extrapolation proposée ici : - l offre de produits de retraite supplémentaire en France devrait-elle être complétée? - quelle articulation envisager entre les produits de capitalisation et les régimes de retraite par répartition? - quel rôle l Etat pourrait-il jouer dans la perspective du gap de prestations de retraites attendu? Une analyse en termes de coûts et avantages, mais également en termes de diversification des régimes de financement de la retraite est de nature à éclairer le débat. La formulation de propositions implique de s intéresser aux investisseurs de long terme, de comprendre l évolution de leur allocation de portefeuille et d analyser leurs contraintes de passif. 2 Investisseurs de long terme : choix de portefeuille et préconisations Les ménages, les institutions d assurance et fonds de pension, les fonds d investissement sont les agents économiques dont la part des placements investie en capital permanent est la plus grande. La théorie financière et les études empiriques sur de longues séries de données

9 préconisent ou suggèrent des choix de portefeuille, que la pratique ne confirme pas forcément, à la fois pour des raisons liées à une forte préférence pour la sécurité et pour des raisons réglementaires, prudentielles ou fiscales Les investisseurs de long terme Les données issues de la Banque centrale européenne permettent de ventiler la nature des avoirs financiers par bloc de grands secteurs institutionnels détenteurs, au 31 décembre Détention d actifs financiers en zone euro (en milliards d euros au 31 décembre 2012) 9 Source : Banque centrale européenne (mai 2013) et calculs de l auteur. Les ménages de la zone euro détiennent milliards d euros d avoirs financiers, dont 61 % investis à long terme, directement ou indirectement (obligations, actions et titres assimilés, parts de fonds d investissement, contrats d assurance vie et autres réserves techniques d assurance). Les entreprises d assurance et les fonds de pension détiennent 7,383 milliards d euros d avoirs, dont 80 % de titres financiers à long terme. Il ressort de ces données que les investissements de portefeuille en actifs longs sont surtout le fait des entreprises d assurance et fonds de pension, des ménages et d une partie des intermédiaires financiers non bancaires.

10 10 Pour la France, les données sont exprimées dans le tableau ci-contre, pour le troisième trimestre On notera la part très faible d actions cotées directement détenues par les ménages ou par les entreprises d assurance (moins de 4 % de leurs avoirs), même si des actions sont également détenues indirectement via des organismes de placement collectif en valeur mobilières. Les actifs des contrats d assurance vie, ces derniers constituant l essentiel de l offre d épargne financière à long terme, sont représentatifs d actions et d obligations émises par les entreprises non financières pour 20 à 30 % de leur montant (voir par exemple l étude de Durant, Guérin, Lekehal (2009)). Détention d actifs financiers en France (en milliards d euros au 30 septembre 2012) Source : Banque de France et calculs de l auteur. L évolution de la composition des portefeuilles institutionnels de long terme illustre également la part relativement faible d actifs corporate par rapport aux obligations souveraines. A titre d illustration, les entreprises d assurance d Europe gèrent un encours de placements dont l allocation évolue comme suit : Evolution de l allocation d actifs des entreprises d assurance en Europe Source : Insurance Europe, European insurance in figures, janvier 2013.

11 La part des actifs corporate y est relativement faible, souvent inférieure à 30 % du portefeuille : en effet, la majeure partie des lignes obligataires détenues sont des emprunts émis par des Etats ou par des banques, ce qui a contribué à dégrader la rentabilité des portefeuilles dans un environnement de décrue du niveau général des taux d intérêt. 11 Dans le cas des fonds de pension, l enquête Mercer (2013) fait apparaître la part plus importante des actions dans l allocation des placements (cf. graphique ci-après). Cette même enquête indique une baisse continue de la part des portefeuilles investie en actions sur les dix dernières années (notamment dans le cas des fonds de pensions britanniques) et un accroissement de la part des actifs «alternatifs» ou non-domestiques détenus par les fonds de pension gérant un encours élevé. Et dans tous les cas, la part des emprunts d Etat s est sensiblement accrue, affaiblissant d autant la rentabilité des portefeuilles dans un environnement de baisse du niveau des taux d intérêt. Allocation des placements des fonds de pension en 2012 en Europe Source : Mercer, 2013.

12 12 Plus largement, les institutions d assurance ou de gestion de fonds dédiés à la retraite font face à des contraintes de passif, notamment liées à l horizon de restitution des fonds ou de paiement des pensions et à la réglementation prudentielle Les préconisations théoriques et empiriques Théoriquement, les portefeuilles devraient être composés de façon à optimiser le couple rentabilité-risque, les investisseurs de long terme pouvant a priori accroître la part des actifs risqués avec l horizon de détention. Cependant, la pratique montre des biais, notamment celui lié à l horizon de détention et celui provenant de la réglementation prudentielle des assurances et des banques ; en outre, la question de l actif sûr (safe asset) se pose avec acuité depuis que les économies occidentales sont entrées dans une phase de croissance faible (année 2008 et suivantes) L horizon de détention Il est a priori surprenant que la part du portefeuille des investisseurs de long terme allouée aux obligations dépasse généralement celle allouée aux actions. En effet, alors que l allongement des horizons individuels (vieillissement) pourrait inciter l investisseur de long-terme à prendre plus de risque, c est en fait le mouvement inverse qui s esquisse : la part des actions, détenues directement et indirectement dans les portefeuilles institutionnels, a diminué ces dernières années. Certes, les actions sont une classe d actifs traditionnellement considérée comme plus

13 risquée, mais elles restent incontestablement plus rentables à long terme que les obligations, comme l illustrent les deux graphiques suivants : 13

14 14 Ces constatations empiriques sur l excès de rentabilité, à long terme, des actions sur les obligations, est confortée par une littérature théorique abondante, qui conclut elle aussi à l intérêt d allouer une part significative des portefeuilles en actifs longs et risqués, dès lors que l horizon de l épargnant s accroît (voir par exemple Campbell et Viceira [2002], Siegel [2005], Bec et Gollier [2008], Garnier et Thesmar [2009]). Précisément, ces travaux mettent en évidence le caractère mean reverting des actions, c est-à-dire le fait que le rendement des actions est caractérisé par une autocorrélation négative sur des périodes de 10 à 30 ans, alors que les rendements obligataires semblent être positivement autocorrélés (à cause de la persistance des chocs sur les taux d intérêt) Sur le prix des actifs financiers La littérature théorique a cherché à analyser le lien entre le vieillissement des populations et le prix des actifs financiers, notamment en termes de «prédictibilité». L intuition sous-jacente est que la période d accumulation des actifs est suivie d une période de dés-accumulation pour couvrir les besoins de vie d un nombre accru de retraités. Des travaux ont analysé cette hypothèse pour les actions, notamment Favero et al. [2009], Favero et Tamoni [2010]. Selon ces auteurs, il existerait une co-variation positive significative entre le ratio démographique de dépendance (rapport entre la population jeune et la population âgée) et le price earning ratio des actions, finançant le capital productif. A titre d illustration, Liu et Spiegel [2011] proposent le lien graphique ci-après, entre PER et M/O ratio (middle to old age). A la suite des travaux de Fama [2006] sur l identification de la composante de long terme du rendement obligataire souverain, Favero et al. [2011] présentent le lien entre cette composante obligataire et le ratio de dépendance (MYR, voir supra). Selon ces derniers auteurs, les prédictions issues de ces analyses seraient plus robustes que celles issues des modèles d équilibre général.

15 15 Compte tenu de ces perspectives, que penser des choix des investisseurs de long terme? La question de l actif safe Nombre d investisseurs recherchent, temporairement ou durablement, un actif permettant une récupération certaine du capital investi, idéalement à tout moment. Traditionnellement, les emprunts d Etat sont vus comme de tels actifs, mais l histoire économique récente (défauts de remboursement célèbres, Russie, Argentine et aussi crise de la période ) en

16 démentent la véracité. Ce phénomène est clairement illustré par l évolution des spreads souverains des principaux emprunteurs européens : Source : Agence France Trésor, juin D un point de vue théorique, la définition de l actif sans risque peut être (i) celle d un actif au rendement certain ou (ii) celle d un actif «zéro-bêta», c est-à-dire de corrélation nulle avec le portefeuille de marché (rassemblant lui-même l ensemble des actifs disponibles pour l investissement). Quelques pistes s offrent pour proposer aux investisseurs un actif répondant mieux à leur demande de sécurité : - portefeuille d emprunts de plusieurs Etats, afin de limiter l aléa moral qui caractérise le lien actuel entre un Etat empruntant facilement dans un monde aux liquidités abondantes ; - portefeuille mixte d emprunts d Etat et de titres de financement d infrastructures avec une garantie de l Etat sur ces titres, mais le risque serait alors celui d une mauvaise sélection des projets d infrastructures ; - portefeuille d emprunts d Etat indexés sur des variables comme l inflation ou un indice du rendement des infrastructures, la difficulté est alors d évaluer ces titres structurés ; - portefeuille mixte d emprunts d Etat et d emprunts privés, la difficulté étant alors d identifier une quantité suffisante d emprunts privés d excellente qualité Les contraintes prudentielles Les banques et les entreprises d assurances, les fonds de pension dans une moindre mesure, sont des entités contraintes par une réglementation prudentielle, contrairement aux entreprises non financières. Le ratio prudentiel des banques repose sur une exigence en capital, la surveillance de l appréciation du risque par la banque et la qualité de l information fournie :

17 l exigence en capital est une pondération du risque de crédit, des risques de marché et du risque opérationnel. Les fonds propres requis sont donc d autant plus élevés que la banque détient des actifs longs et le passage de Bâle II à Bâle III devrait accroître cette exigence. De même, la très prochaine réglementation prudentielle des entreprises d assurance (Solvency II, dont l entrée en vigueur semble être repoussée à 2015 ou 2016 ) reposera sur une exigence en capital, sur la gouvernance, le contrôle interne et sur la qualité de l information communiquée au marché ; les fonds propres requis seront donc d autant plus élevés que les placements se feront en actifs longs et risqués (Garnier [2011]). Le «calage» des contraintes prudentielles sur des notations financières est évidemment problématique pour diverses raisons, notamment parce que le risque de défaut implicite évolue dans le temps, pour une même note (tableau ci-contre). 17 Il semble en outre que la perspective de mise en œuvre des règles de la directive Solvency II soit de nature à réduire la part des actifs corporate dans les portefeuilles des produits d assurance, comme le montrent Arias, Foulquier, Le Maistre (2012). L ensemble des considérations précédentes plaide en faveur d un accroissement de l exposition de l épargne retraite aux actifs corporate, dans l intérêt social des futurs pensionnés. Actuellement, seuls quelques produits disponibles via les régimes supplémentaires de retraite, presque tous facultatifs, le permettent. Une articulation plus étroite avec les régimes obligatoires pourrait envisagée. 3. Orienter l épargne retraite vers les actifs corporate Plusieurs raisons rendent peu soutenable le financement de la retraite exclusivement par répartition : l évolution défavorable du rapport démographique, le besoin d ajustements paramétriques périodiques, l aléa moral provenant du comportement de l Etat et l ignorance de l intérêt social des pensions de retraite. L ampleur des besoins futurs dépasse largement les

18 visées des propositions conservatrices telles que celles du rapport Berger-Lefebvre (2013). 3 C est pourquoi, après un rapide constat, une proposition iconoclaste sera faite ici, visant à introduire une part de capitalisation dans les régimes obligatoires, de façon à prendre en compte cet intérêt social, tout en renforçant la soutenabilité des régimes fonctionnant par répartition Sur la soutenabilité du système de retraite par répartition La retraite en France est essentiellement financée par un mécanisme de redistribution, dont la variable centrale est le rapport démographique cotisants/retraités. Cette variable évoluant défavorablement, les régimes de répartition (base, complémentaires) doivent être périodiquement ajustés selon des réformes paramétriques visant à : - allonger la durée de cotisation (réformes Balladur de 1993, Fillon de 2003) ; - retarder l âge légal minimum de départ à la retraite (réforme Woerth de 2010) ; - abaisser le niveau des pensions futures (désindexation des salaires, Balladur 1993). 18 Le succès d une réforme paramétrique est à chaque fois conditionné par (1) la pertinence des prévisions ou projections économiques faite par les instances idoines (le Conseil d orientation des retraites par exemple) et par (2) l acceptation politique de l ajustement, c est-à-dire le dénouement du rapport de force entre les insiders (les bénéficiaires, cotisants et retraités actuels, des dispositions du régime avant sa réforme paramétrique) et les outsiders (les cotisants et retraités futurs, après la réforme paramétrique). Clairement, la dépendance d une réforme paramétrique de la prévision économique, exercice difficile, en fragilise inévitablement les résultats ; quant à la dimension politique de l ajustement des paramètres, elle paralyse la prise de décision qui devrait pourtant être fondée sur les seules considérations démographique, économique ou sociale (exemple de la tentative de réforme Juppé de 1995). De plus, les gouvernements successifs ont une tendance naturelle à se préoccuper de leur propre avenir politique (ce qui n a rien de choquant) et cela peut induire des choix qui vont à l encontre d un fonctionnement pérenne des régimes de retraite par répartition. Par exemple, le Fonds de réserve des retraites, créé en 1999 pour étayer le régime par répartition, s était vu attribuer par le législateur la mission de «gérer les sommes qui lui sont affectées, afin de constituer des réserves destinées à contribuer à la pérennité des régimes de retraite éligibles». Cela n empêcha pas le gouvernement de ponctionner ce fonds de précaution en 2010, au motif (discutable) que la réforme de la même année l aurait rendu inutile (Amenc et alii, 2010). Enfin, l intérêt social des pensionnés futurs est que le rendement du régime de retraite soit convenable. Face à la décroissance du ratio démographique du régime par répartition d une part, 3 Ce rapport s intéresse à l épargne en général, et non à l épargne-retraite ; une proposition y est faite d allonger la durée des contrats d assurance vie, conditionnant le maintien des avantages fiscaux attachés pour l assuré. Ces contrats seraient en échange plus largement investis en actifs corporate et garantis uniquement à l échéance. L objectif affiché serait de contraindre les contrats à encours individuel élevé à s investir plus largement en actifs risqués afin de financer la croissance économique. L esprit colbertiste du rapport fait de cette proposition un moyen d optimisation fiscale pour les patrimoines les plus importants, ne répondant ainsi pas au besoin d un produit de capitalisation-retraite pour tous. 4 Et ceci sans débattre ici de l opportunité de mettre en œuvre un mécanisme de retraite par points.

19 et compte tenu de la localisation d une part croissante du développement économique futur dans les économies émergentes d autre part, il semble raisonnable d offrir aux retraités futurs une participation à cette croissance via des produits de capitalisation Sur l intérêt social de l épargne retraite Trois éléments caractérisent l intérêt social de l épargne retraite : la rentabilité du régime choisi, le risque d inflation et le niveau de la garantie possible sur les pensions. Quant à la rentabilité : Accroître la part des actifs risqués d un fonds d épargne retraite permet d en augmenter le rendement sur longue période. Les actifs corporate tels que les actions ou les obligations privées sont un moyen d aller «chercher» de la prime de risque, comme l illustre le graphique cidessous : Prime de risque historique annualisée (%), Source : Crédit Suisse,

20 Plus encore, investir dans les actifs corporate d économies jeunes à fort potentiel de croissance, offrirait aux retraités futurs des sociétés vieillissantes une participation aux fruits de leur expansion. Ainsi, une plus grande diversification internationale de la part des portefeuilles d investissement institutionnels serait de nature à améliorer la situation des futurs pensionnés, sans en accroître le risque. Quant au risque d inflation : Un investisseur de très long terme est également sensible à la survenue éventuelle d inflation. Les différentes classes d actifs n ont pas la même sensibilité à ce risque. Le constant empirique montre que les obligations, qui constituent aujourd hui l actif majeur des portefeuilles, y sont particulièrement sensibles, les actions relativement moins, comme le montre l analyse empirique ci-contre. Rentabilité réelle des classes d actifs et inflation, Source : Crédit Suisse, Quant au niveau de garantie : La garantie de percevoir sa pension, en temps et en heure et pour le montant promis, est naturellement importante pour un retraité. Le régime d épargne offre ainsi un cadre plus ou moins protecteur. Les fonds de pension classiques à prestations déterminées ou à cotisations déterminées présentent chacun un risque important : celui d un sous-financement pour les régimes à prestations déterminées (risque de baisse du rendement des actifs face à l engagement initial), celui d une baisse des pensions pour les régimes à cotisations déterminées (risque de baisse du rendement des actifs, risque de longévité accrue des bénéficiaires). Quant à l assurance vie, elle permet une sortie en rente, dont le montant est garanti en permanence, moyennant de coûteuses contraintes prudentielles. Ces raisons conduisent à favoriser l idée d un régime d épargne à prestations cibles, dont le principe est de viser un niveau de prestations donné avec un degré de garantie élevé (mais pas absolu), au-delà duquel la performance des placements génère une élévation de la prestation. L intérêt social de l épargne retraite réside ainsi dans l optimisation du couple risque-rentabilité du/des régimes en vigueur. Le système par répartition offre un rendement essentiellement fonction de l évolution de son rapport démographique et des risques paramétriques et

21 politiques ; le système par capitalisation offre une rentabilité fonction des taux d intérêt de l économie et contient des risques d inflation et en capital. Pourquoi ne donc pas conjuguer les deux systèmes pour la partie obligatoire des régimes de retraite? 3.3. Sur la création d un fonds de pension complémentaire pour tous L idée serait de proposer au public, de façon obligatoire, un complément ou un supplément de retraite par capitalisation, en échange d un rachat par l Etat d une (petite) partie des droits à la retraite actuellement financés par répartition. Le rachat de ces droits pourrait prendre la forme d un abondement du fonds de pension complémentaire (ou supplémentaire) pour tous ainsi constitué. Les avantages d une telle solution seraient : - de faire évoluer notre système de retraite vers un meilleur équilibre entre répartition et capitalisation, sans «spolier» les acquis ; - d aller dans le sens de l intérêt social de l épargne retraite, en exposant partiellement les pensions futures à la croissance économique d économies plus jeunes et dynamiques ; - de mieux responsabiliser les bénéficiaires futurs des pensions de retraite ; - d alléger la dette publique provenant de l insoutenabilité économique des régimes actuels en France. 21 Les futurs retraités ont naturellement intérêt à disposer d une pension dont l effort de constitution aura été le moins coûteux possible ; cela rejoint l intérêt d un investissement le plus rentable possible, compte tenu d un niveau de sécurité jugé suffisant. Les fonds à prestations cibles répondent a priori à cette attente et permettre un équilibre intergénérationnel raisonnable (Brown & Meredith, 2012). Le principe des fonds à prestations cibles est de conjuguer la recherche d une cible de prestations atteinte avec un pourcentage élevé de chances (mais pas garantie) et un coût de constitution du régime connu à l avance (comme dans le cas d un régime à cotisations déterminées). Instaurer un tel mécanisme permettrait de mieux équilibrer le système de retraite français, en le rendant moins dépendant d ajustements paramétriques périodiques remettant en cause les droits promis et limiterait le coût public élevé (instabilité sociale et fiscale) des conflits politiques que ces ajustements engendrent. Ce dernier point n est en effet pas négligeable : l équilibrage du régime général des retraites coûte, chaque année, environ 30 % de la partie principale gérée par la Caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV).

22 22 Source : CNAV, Les données publiées par la CNAV en 2012 (ci-contre) montrent que l Etat abonde les produits pour 10,1 % en 2011, soit 10,3 milliards d d impôts et taxes affectés ; quant au Fonds de solidarité vieillesse (FSV), il couvre 18,8 % des produits, soit 19,1 milliards d, ses dépenses s étant élevées à 22,4 milliards d. Le FSV est un établissement public dont l objet est de se substituer à des cotisants non appelés (chômeurs), de prester des compléments (majorations de pensions, minimum vieillesse) et d assumer le minimum contributif. Structurellement déficitaire, sa dette est reprise et refinancée par la Caisse d amortissement de la dette sociale (CADES). Cette dernière émet ainsi des emprunts obligataires auprès d investisseurs domestiques ou internationaux. L article 9 de la Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011, a chargé la CADES de la reprise du déficit du FSV conjointement avec ceux du régime général pour 68 Md au titre des déficits passés, et pour 62 Md et dans la limite de 10 Md par an au titre des déficits prévisionnels des exercices 2011 à 2018 de la branche vieillesse et du FSV. Clairement, une fuite en avant s organise, dont l issue n est certainement pas de pérenniser le mécanisme de répartition actuellement en vigueur : l accumulation de droits à des pensions futures désormais partiellement financées par de la dette publique et par de l impôt (faute de cotisations), constitue une charge que les actifs futurs, proportionnellement moins nombreux, ne pourront à l évidence assumer. C est pourquoi il semble raisonnable de proposer une réduction de ces droits partiellement fictifs, dans le cadre d un rachat par l Etat, pouvant prendre la forme d une dotation initiale (ou d un abondement) à un fonds de pension pour tous. Dans un premier temps, le caractère obligatoire de ce fonds viserait à éviter qu une partie des retraités futurs, les actifs aux revenus modestes ou les actifs insouciants, deviennent un jour des retraités pauvres. Il pourrait être assigné à ce fonds, complétant le mécanisme de répartition, l objectif d atteindre un niveau minimal de pension à taux plein (ce niveau a vocation à être discuté par les partenaires sociaux et l Etat, avant une adoption éventuelle par la représentation nationale). Un régime à prestations cibles pourrait être envisagé comme cadre d installation du fonds.

Note TDTE N 44 bis. Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la Chaire TDTE

Note TDTE N 44 bis. Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la Chaire TDTE Note TDTE N 44 bis Quelle épargne-retraite en France? Une proposition out of the box 1 Auteur Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la

Plus en détail

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite 68 Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite L indicateur retenu vise à apprécier la structure de financement des principaux régimes de retraites. Il se décline en quatre

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France?

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Chapitre 2 Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Tous les systèmes de retraites appliqués actuellement dans le monde sont fondés sur quelques grands principes. Le système

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

COMPRENDRE LA RETRAITE POUR MIEUX LA PILOTER

COMPRENDRE LA RETRAITE POUR MIEUX LA PILOTER COMPRENDRE LA RETRAITE POUR MIEUX LA PILOTER TOME 1 Mis à jour en décembre 2013 Document à caractère publicitaire POURQUOI UN GUIDE SUR LA RETRAITE? SOMMAIRE Aujourd hui, vous vous posez de nombreuses

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010 ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE 30 mars 2010 Le poids de l histoire La France se distingue par l hégémonie de la répartition qui assure 85 % des revenus des retraités et par la faiblesse

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

Réforme des retraites

Réforme des retraites Réforme des retraites DIJON 22102010 1 % Les retraites dans l UE - Le contexte 70 Source : Eurostat, July 2006 Taux de dépendance des personnes âgées ratio [65 ans et + / 15 à 64 ans] 60 Le contexte démographique

Plus en détail

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-6 : Suivi de la dette sociale portée par la CADES La loi organique

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

La retraite supplémentaire facultative en France Panorama statistique

La retraite supplémentaire facultative en France Panorama statistique La retraite supplémentaire facultative en France Panorama statistique Colloque «Protection sociale d entreprise» 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise Patrick

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 AG Protect+ Select Observation 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 Obtenez le meilleur du potentiel des actions européennes 2! Les actions européennes

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement PARTIE #3 Finance & Pension Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement Orateur: Monsieur Jacques Boulet Expert membre de la Commission 2020 2040 pour la réforme des Pensions auprès du Ministre

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

pour la Retraite Collectif (PERCO)

pour la Retraite Collectif (PERCO) Plan d Epargne d pour la Retraite Collectif (PERCO) 1 Le PERCO Introduction : les enjeux de l épargne salariale Des régimes obligatoires menacés Le PERCO : Une réponse aux enjeux futurs Le PERCO : Une

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER?

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #1 FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #2 PLAN DE L INTERVENTION 1. Les grandes principes d une retraité préparée 2. Point sur

Plus en détail

LA RETRAITE ET L EPARGNE LONGUE

LA RETRAITE ET L EPARGNE LONGUE Vladimir ENICH Agent Général AXA PREVOYANCE ET PATRIMOINE LA RETRAITE ET L EPARGNE LONGUE Réalités et idées reçues, de la réflexion à l action 6 ème Forum International Economique et Financier de PARIS

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie I Données de cadrage

Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie I Données de cadrage Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 2 : Nombre de personnes percevant une pension d invalidité et dépenses d invalidité par régime 1 er sous-indicateur

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances LA RETRAITE Enjeux financiers et fiscaux Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances 5 quai Voltaire, Paris 6 ème 29 septembre 2014 2/30 Sommaire I. LA RETRAITE EN FRANCE

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

DOSSIER de presse. 16 juin 2010

DOSSIER de presse. 16 juin 2010 DOSSIER de presse Réforme des retraites dans la Fonction publique Sommaire Le relèvement de l'âge de la retraite pour les fonctionnaires et des conditions de durée pour les militaires... Fiche 1 La convergence

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

La protection sociale dans la tourmente : les retraites

La protection sociale dans la tourmente : les retraites La protection sociale dans la tourmente : les retraites Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr Ce diaporama complète celui qui est à : http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/sante/diapo-financement.pdf

Plus en détail

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA La réforme FILLON et la retraite complémentaire 2 La réforme Fillon

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 ERGO Life Assurance-rentier 1 Type d assurance-vie Assurance-vie avec versement de rente fixe (branche 21) et/ou

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

LES PRODUITS STRUCTURÉS

LES PRODUITS STRUCTURÉS DécryptEco LES PRODUITS STRUCTURÉS DE LA CONCEPTION À L UTILISATION Nicolas Commerot Responsable offre de marché et négociation SG Private Banking, Pierre Von Pine Directeur marketing Produits structurés

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail