Méthadone et Syndrome d Apnées du Sommeil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthadone et Syndrome d Apnées du Sommeil"

Transcription

1 Récherche Originale Méthadone et Syndrome d Apnées du Sommeil Philippe Durst, MD 1, Jérôme Palazzolo, MD, PhD 2, Jean-Pierre Peyrelong, MD 3, Michel Berger, MD 4, Michel Chalabreysse, MD 5, Michel Billiard, PhD 6, André Vialle, MD 7 Position du problème : Le syndrome d apnées du sommeil se définit par la survenue, pendant le sommeil, d arr ts respiratoires de durée supérieure ou égale 10 secondes, selon un index supérieur ou égal 5 par heure. Cliniquement, il se caractérise par la présence de ronflements nocturnes sonores continus ou entrecoupés de pauses avec reprise respiratoire bruyante. Le sommeil est agité, entrecoupé d éveils, peu reposant. Il existe une hypersomnolence diurne avec présence d endormissements involontaires répétés et souvent méconnus par le sujet. Description clinique : Dans cet article, une observation de syndrome d apnées du sommeil d origine centrale chez une patiente en thérapeutique de substitution par opiacés est décrite. Méthodologie : Une analyse du tracé polysomnographique avant et apr s sevrage de méthadone est réalisée chez cette patiente. Discussion : L étiologie et la physiopathologie de ce diagnostic font l objet d une approche critique. Le rappel d une attention nécessaire de la part du clinicien face de tels patients dans le cadre du traitement de troubles du sommeil induits est posé. Conclusion : La présence d apnées centrales est une contre-indication la prescription de benzodiazépines durant le sevrage d opiacés de type méthadone. (Rev can psychiatrie 2005;50: ) L énoncé précisant la source de financement ou le soutien obtenu, à la fin du texte avant les sources de référence. Implications cliniques Nous avons examiné l influence de la méthadone sur les cycles de sommeil. Nous avons mis en évidence un effet iatrog ne de la méthadone peu connu : le syndrome d apnées centrales du sommeil. Il est nécessaire de fournir une prescription plus adaptée chaque patient, fonction d un suivi clinique et d une observation fine de son sommeil. Limites Ce travail ne porte que sur un seul cas. Des travaux complémentaires portant sur une cohorte plus étendue seront nécessaires. Mots clés : méthadone, polysomnographie, substitution, syndrome d apnées du sommeil Depuis quelques années, en raison de programmes de substitution de plus en plus développés, le suivi clinique régulier de patients prenant de façon contrôlée des produits opiacés am ne les cliniciens rencontrer et observer de mani re plus fréquente les effets secondaires de ces produits. En effet, l action des produits de substitution opiacés et donc de nature chimique semblable l héro ne est mieux identifiée et contrôlée. Parall lement, la responsabilité du prescripteur est engagée dans la prévention de complications secondaires, celles-ci apparaissant d autant plus facilement que les co-prescriptions sont fréquentes (par exemple, benzodiazépines et hypnotiques). Nous nous intéresserons ici un effet secondaire spécifique, savoir l action de ces produits de substitution opiacés sur la respiration pendant le sommeil. Cet effet secondaire Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March

2 The Canadian Journal of Psychiatry Récherche Originale respiratoire (dépression respiratoire) est important connaître en raison de l accroissement important des protocoles thérapeutiques de substitution par méthadone. Ainsi, la méconnaissance d un tel effet secondaire sur la respiration n emp chera pas une prescription parall le de médicaments hypnotiques (benzodiazépiniques ou non benzodiazépiniques) en réponse une plainte d insomnie (1,2). Or, les hypnotiques benzodiazépiniques sont susceptibles d aggraver les troubles respiratoires nocturnes (3). De plus, la présence de ces effets secondaires respiratoires peut entraîner une mauvaise appréciation médicale de l état clinique du sujet, et limiter l adhésion de ce dernier un schéma de sevrage progressif aux opiacés en raison de la chronicité des troubles du sommeil. Ainsi, la somnolence et la fatigue diurnes vont-elles démobiliser le patient dans son entreprise de sevrage et entraîner une poursuite voire une reprise de la consommation de produits toxiques opiacés (4). L effet dépressog ne des dérivés opiacés sur la respiration est connu de longue date (5). Beaucoup de publications le mentionnent, tant chez l animal (6) que chez le nouveau-né de m re toxicomane (7) ou l homme (8). Les troubles rapportés sont variables selon qu il s agit de sujets pharmacodépendants ou non aux opiacés. La dépression respiratoire est mentionnée dans l ensemble des publications comme effet indésirable chez les sujets non dépendants physiquement aux opiacés, ou lors d un surdosage avec signes multiples d intoxication (9,10). Cette action sur la respiration va s aggraver avec l accroissement de la dose de méthadone et est surtout présente en cas de pathologie cardiaque ou respiratoire associée (11). En cas de sujets pharmacodépendants et en phase d entretien dans le cadre d une substitution contrôlée la prise d opiacés, les effets indésirables mentionnés sont diffus, et les troubles du sommeil sont particuli rement mentionnés (12). Mais la mention de troubles respiratoires, en particulier nocturnes, n est quasiment pas faite (13). L action de dérivés morphiniques comme la méthadone peut devenir suffisamment importante pour entraîner un trouble respiratoire encore trop méconnu, le syndrome d apnées centrales du sommeil. Celui-ci peut survenir en cas de traitement de substitution et en dehors d une pathologie cardiaque ou respiratoire primaire associée. Il est par ailleurs important de noter que des troubles du sommeil sont rapportés dans 61 % des cas lors de traitement par opiacés (14). La survenue possible d un syndrome d apnées du sommeil lors de thérapeutique substitutive par méthadone doit ainsi conduire des précautions lors de la prescription de ce médicament, en particulier en cas d associations médicamenteuses. Les publications concernant le traitement du syndrome d apnées centrales du sommeil traitent ce sujet dans son ensemble (15). Au cours du travail présenté ici, nous nous 154 sommes donc restreints au cadre particulier du syndrome d apnées du sommeil lors d un traitement de substitution aux opiacés. L objectif de cette étude est de permettre aux praticiens d adopter une attitude thérapeutique adaptée et spécifique chaque patient. Vignette clinique Mademoiselle B, âgée de 29 ans, est admise dans un Centre de soins et de sevrage pour toxicomanes (CSST) dans le but de bénéficier d un sevrage de méthadone et d une post-cure. Elle est m re de 2 enfants, âgés de 2 et 6 ans, dont elle n a pas la garde. L histoire de la toxicomanie débute lorsque la patiente est âgée de 22 ans; elle consomme de l héro ne par voie nasale et un peu de coca ne. Apr s un séjour de 7 mois en 1992 en Algérie, durant lequel elle arr te toute prise de produit illicite, elle passe apr s son retour en France l injection intraveineuse d héro ne et de coca ne. Grâce un traitement de substitution par méthadone instauré en octobre 1998, elle pourra surseoir la prise d héro ne, mais consommera parall lement encore de la coca ne pendant 4 ans. Les doses utiles de méthadone seront progressivement augmentées, la patiente bénéficiant de 110 mg/j son entrée au CSST. On rel ve dans les antécédents personnels de Mademoiselle B. la présence d une hépatite C, diagnostiquée en 1993 mais non traitée. Les antécédents familiaux sont pour l essentiel une m re âgée de 67 ans, ob se (1 m 67 pour 90 kg) appareillée par pression positive continue depuis un an en raison d un syndrome d apnées obstructives du sommeil. La symptomatologie l admission consiste en des troubles de l éveil avec asthénie diurne importante et maximale le matin, une certaine fatigabilité, des assoupissements et/ou des endormissements rapides durant les périodes de repos tout moment de la journée, en un sommeil de courte durée avec activité onirique intense. Par ailleurs, le sommeil nocturne est entrecoupé de courtes pauses respiratoires observées par l entourage familial et le personnel soignant, mais également par de courts éveils avec description concomitante de cauchemars. La patiente se plaint d hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques. On note encore de tr s légers d mes périphériques bilatéraux, en particulier au niveau des mains. Un examen ORL ne montre pas d hypertrophie amygdalienne, pas d anomalie de la cloison nasale, il n y a pas de dysmorphie cranio-faciale. Les contrôles biologiques sont normaux, sans anomalie neuroendocrinienne. L électrocardiogramme montre un rythme sinusal à 74 battements par minute. Le traitement à l admission est le suivant : paroxétine (20 mg/j) hydroxyzine (150 mg/j) lévopromazine (50 mg/j) Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March 2005

3 Méthadone et Syndrome d Apnées du Sommeil témazepam (20 mg/j) méthadone (110 mg le matin) L existence de ces troubles de la vigilance diurne conduit dans un premier temps effectuer un sevrage total de la médication benzodiazépinique. Apr s 15 jours, devant la persistance de la symptomatologie diurne et nocturne, un enregistrement polysomnographique est proposé. Méthode Dix-huit jours apr s l arr t des benzodiazépines, le sommeil de la patiente est enregistré avant et apr s sevrage de méthadone (7 jours apr s l arr t). Le traitement lors du premier enregistrement est le suivant : méthadone (110 mg/j) lévopromazine (55 mg/j) paroxétine (40 mg/j) hydroxyzine (25 mg/j) bromocriptine (5 mg/j) Un test itératif de latence d endormissement (TILE) est effectué apr s le premier enregistrement polysomnographique (Note 1). Le traitement lors de l enregistrement de contrôle comprend : hydroxyzine (300 mg/j) paroxétine (40 mg/j) clonidine (0,30 mg/j) alimémazine (45 mg/j) Le montage est constitué de dérivations électroencéphalographiques (EEG) C3A2 et C4A1, électrooculographiques (EOG) droite et gauche, électromyographiques (EMG) et tibiales antérieures afin d identifier les stades de sommeil selon Rechtschaffen et Kales (10). Le flux aérien est contrôlé B l aide de capteurs placés devant les orifices nasaux et buccal, les mouvements respiratoires thoraciques et abdominaux sont enregistrés grâce B des sangles munies de capteurs piézoélectriques. Les événements respiratoires sont retenus partir de 10 secondes d absence de flux aérien, les pauses respiratoires centrales étant caractérisées par l absence de mouvements respiratoires. Les hypopnées sont mises en évidence lorsque l amplitude des mouvements respiratoires se situe en dessous de 50 % de l amplitude de ces m mes mouvements observée durant une période stable de 3 minutes en association avec une désaturation en oxyg ne supérieure 3 % et/ou une réaction d éveil. Les micro-éveils sont définis de la mani re suivante : apparition d une activité EEG alpha de 3 10 secondes avec ou sans modification du tonus musculaire. Résultats Analyse du tracé polysomnographique avant sevrage de méthadone La latence d endormissement est de 17,5 minutes. La latence du sommeil paradoxal (SP) est également normale, d une durée de 58 min. La durée (247 minutes) et le pourcentage (39 %) de sommeil S2 sont normaux. Par contre, les variations de ces param tres sont opposées pour ce qui concerne le sommeil ondes lentes (SOL) et le sommeil paradoxal; ainsi, l analyse montre une nette augmentation du SOL 271,5 minutes soit 44 % du temps de sommeil total (TST) et une lég re diminution du SP 93 minutes soit 15 % du TST. Par ailleurs, la répartition des cycles au cours de la nuit montre une relative uniformisation de leur composition, avec un SOL apparaissant jusqu au cinqui me cycle de sommeil et une quantité de SP déj importante d s le deuxi me cycle de sommeil. Le nombre de changements de stade est élevé (227), entraînant par conséquent un sommeil instable tant au cours du SOL qu au cours du SP. Ceci se traduit également par une importance des micro-éveils (126, soit 12,2 par heure de sommeil) malgré un nombre d éveils intra-sommeil normal (7). Par conséquent, l index d efficacité du sommeil reste élevé, 96 %. Les param tres respiratoires sont également altérés. Le nombre d apnées (738) est important : 732 se produisent au cours du sommeil lent, et seulement 6 au cours du sommeil paradoxal. Ces apnées sont essentiellement d origine centrale (374) ou mixte (355), seulement 9 apnées obstructives étant mises en évidence. Elles sont caractérisées par une courte durée (la durée moyenne est de 15,3 s, la plus longue dure 24,83 s). L index d apnée est 73,7. Les événements hypopnéiques sont au nombre de 180, dont 11 d origine obstructive, 128 d origine mixte et 41 d origine centrale; ceci permet de calculer un index d apnée-hypopnée (IAH) 91,14. L évolution de la saturation du sang en oxyg ne (SaO 2 ) au cours de la nuit se caractérise par 399 épisodes de désaturation de plus de 3 % par rapport la ligne de base, mais dont 393 ne s abaissent pas au-dessous de 90 %. Seuls 2 épisodes de désaturation sont notés entre 85 et 90 %, 2 entre 80 et 85 %, et 2 autres entre 75 et 80 %. En durée totale, les épisodes de désaturation descendant au-dessous de 90 % ne représentent que 2,6 min. Les mouvements de jambes répertoriés sont de 2 types : les mouvements périodiques (MPJ, selon les crit res internationaux) et les mouvements de jambes non périodiques. Les MPJ apparaissent 169 fois au cours du sommeil, avec un index horaire 17,63/h. Il est intéressant de souligner leur quasi-absence au cours du SOL, alors que 125 épisodes sont notés en SP, et 40 en sommeil léger (S1 et S2). Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March

4 The Canadian Journal of Psychiatry Récherche Originale Ce tracé sous médication opiacée montre donc une augmentation importante de la durée totale du SOL, tant dans les cycles de début de nuit que dans ceux de deuxi me moitié de nuit. C est durant ces périodes de SOL que les apnées sont multiples, entraînant de nombreux micro-éveils. Elles sont essentiellement mixtes ou centrales, de durée br ve, et les désaturations sont peu profondes. Une analyse du tracé selon les seuls crit res de Rechtschaffen et Kales n aurait pas permis d inscrire ces phénom nes d instabilité majeure du sommeil, ni de noter l existence d apnées d origine centrale. D s le deuxi me cycle de sommeil, le SP est en quantité relativement importante (28,7 minutes). Par ailleurs, c est au cours de ce SP que le maximum de mouvements périodiques de jambes (MPJ) apparaît, ces derniers n étant pas pour autant associés des épisodes d apnées. Toutefois, c est au cours de cette période qu apparaissent les désaturations les plus profondes. Analyse du test itératif de latence d endormissement avant sevrage de méthadone La patiente s endort chaque séance du test d endormissement, mais aucun endormissement n a lieu en sommeil paradoxal. La latence moyenne est de 5,3 minutes. Ainsi, malgré une quantité importante de sommeil profond nocturne, la patiente présente un endormissement rapide, témoignant d une hypersomnie. Évolution clinique Un sevrage progressif de la méthadone, par palier de 10 mg par semaine, est effectué jusqu 60 mg/j. Les d mes périphériques (mains et pieds) s aggravent tr s nettement au cours de ce sevrage. Puis, lors d une hospitalisation en milieu psychiatrique (et sous surveillance médicale continue), un arr t total et rapide est proposé. Cet arr t est optimisé par l adjonction de clonidine la dose de 0,30 mg/j. L observance de la patiente est bonne, et Mademoiselle B note progressivement une nette amélioration de ses capacités d attention diurne, de son endurance physique, mais également de la qualité subjective de son sommeil : le réveil s effectue dans de bonnes conditions physiques, et les cauchemars et les phénom nes hallucinatoires sont totalement disparus. Un deuxi me enregistrement polysomnographique est effectué apr s 7 jours d arr t de méthadone. Analyse du tracé polysomnographique apr s sevrage de méthadone Quantitativement, le sommeil présente toujours des variations de composition malgré une durée totale normale. La continuité du sommeil macroscopique est plus altérée dans cet examen de contrôle, et le nombre d éveils intra-sommeil (17) est plus important. Toutefois, les micro-éveils ont totalement disparu. Le SOL total, quoique encore prolongé 199 min, est 156 diminué par rapport la nuit initiale (39 % du TST). Celui-ci n est plus interrompu par des micro-éveils, ni fragilisé par des phénom nes respiratoires de type apnée/hypopnée. La latence du SP est allongée 278 min, sa durée est lég rement raccourcie 72 min. Les param tres ventilatoires sont quant eux totalement normalisés. Il n y a plus ni apnée, ni hypopnée durant le sommeil apr s sevrage de méthadone. L évolution de la saturation en oxyg ne ne montre plus de variation pathologique. L analyse des dérivations EMG au niveau des muscles jambiers témoigne de la disparition totale des mouvements périodiques (MPJ) et non périodiques. Discussion Une complication iatrog ne peu connue, savoir un syndrome d apnées centrales du sommeil, est présentée dans cette étude. Il s agit ici d une jeune patiente suivie dans le cadre du sevrage d une thérapeutique de substitution d opiacés. Cet effet secondaire a peu été souligné jusqu ici en raison des difficultés habituelles de suivi régulier des sujets toxicomanes (16). Toutefois, l importance des actions de santé en faveur de ces patients dans le cadre de la politique de traitement des pharmacodépendances permet actuellement un suivi longitudinal plus aisé, ainsi qu une prescription contrôlée de doses parfois élevées de médicaments substitutifs (17). La détection précoce de cet effet secondaire peu connu, pouvant aller jusqu au déc s du patient, est donc importante (18). Plusieurs mécanismes physiopathologiques pouvant participer la gen se de cette complication secondaire respiratoire sont évoquer. Les hypoth ses s appuient sur une action au niveau des commandes centrales de la respiration, voire au niveau des effecteurs périphériques. Le mécanisme d action centrale fait intervenir la sensibilité aux pressions partielles en O 2 et CO 2 (19). L action centrale de la méthadone induit une diminution de la sensibilité des centres respiratoires la baisse de la pression partielle en O 2 et surtout l augmentation en CO 2. Ces apnées épisodiques pourraient tre interprétées comme l aggravation d une respiration de Cheyne-Stockes. La fonction de détection d écart lors de la régulation de la ventilation, mise en évidence par la détermination des PaO 2 et PaCO 2 (15), est perturbée dans ce désordre métabolique. Lors de cette alternance réguli re de diminution et d augmentation de l amplitude ventilatoire, une majoration de ces variations cycliques a lieu suite aux micro-éveils induits par l hyperventilation. Ceci serait le mécanisme déclenchant de ce type d apnée centrale, dite idiopathique (20). La méthadone, en induisant un ralentissement de la transmission de cette sensibilité accrue des centres respiratoires, alt re donc la réponse ventilatoire. Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March 2005

5 Méthadone et Syndrome d Apnées du Sommeil Il est étonnant de noter l importance quantitative du sommeil ondes lentes de la patiente. La majoration importante du sommeil aux stades 3 et 4 peut tre mise en relation avec l interaction des morphiniques avec la protéine Gi, et son couplage négatif avec l adénylate-cyclase (21). Cette majoration peut conduire une propension anormale au sommeil et une perte de son caract re circadien. Toutefois, cette action centrale ne peut refléter l ensemble des phénom nes. En effet, l enregistrement ne montre pas d alternance crescendo/decrescendo de l amplitude respiratoire. Mais l absence d enregistrement de la pression endooesophagienne au cours de la respiration nocturne ne permet pas de conclure précisément. Le mécanisme d action périphérique possible de la méthadone aboutissant la création d une apnée peut s apparenter aux mécanismes connus dans les pathologies obstructives. Ainsi, l obstruction des voies aériennes supérieures, mais également les broncho-pneumopathies obstructives ou les maladies musculaires et squelettiques (22) peuvent conduire la création de situations cliniques dont la description est semblable aux syndromes apnéiques d origine centrale. De plus, une contraction active avec collapsus de la lumi re pharyngée peut accroître l effet de cette action (23). Un autre facteur envisager est une chronologie discordante entre le moment o les muscles des voies aériennes supérieures sont sous tension et le moment d application des pressions négatives inspiratoires. Il peut en résulter une asynchronie sur les effecteurs respiratoires avec contribution au collapsus des voies aériennes supérieures. Mais nouveau, cet effet devrait s exprimer le plus fréquemment durant les phases de sommeil paradoxal, ce qui n est pas le cas ici (24). Dans le cas de notre patiente, le déséquilibre ventilatoire se traduit de façon épisodique par des apnées et des hypopnées qui, contrairement d autres cas de pathologies pulmonaires primaires, sont plus fréquentes lors des phases de sommeil lent. De plus, les apnées mixtes débutent par un phénom ne central d installation soudaine, et ne sont pas la conclusion d un déséquilibre hypopnéique progressivement aggravé par des phénom nes de lutte, comme il existe dans les pathologies obstructives incompl tes avec effort respiratoire. Dans le cas de notre vignette clinique, il est intéressant de noter que les apnées les plus longues avec désaturation maximale apparaissent bien durant les phases de sommeil paradoxal. Toutefois, la fréquence des phénom nes apnéiques est beaucoup plus importante durant le sommeil lent, car 732 épisodes respiratoires contre 6 apparaissent au cours des épisodes de SP. Les apnées mixtes sont nombreuses (351), représentant environ la moitié du nombre total des phénom nes apnéiques. L examen de la microstructure du sommeil de notre patiente souligne l importance et les répercussions de ces phénom nes respiratoires. Durant les phases de sommeil lent, de tr s courtes pauses respiratoires d origine centrale (qui durent entre 3 et 10 secondes) s ajoutent au nombre important d apnées; ces pauses ne sont pas comptabilisées lors d une analyse effectuée selon les crit res classiques. La somnolence diurne importante peut tre le témoin de la mauvaise qualité du sommeil lent profond et des nombreux micro-éveils. Celle-ci est bien objectivée au TILE (moyenne 5,3 minutes, sans endormissement en SP, sans description d hallucinations hypnagogiques ou hypnopompiques). Ces altérations de la vigilance diurne seront totalement réversibles apr s l arr tde la méthadone. De m me, les MPJ sont importants au cours du premier enregistrement. Ils apparaissent de façon dissociée par rapport aux apnées, et donc sont surtout présents durant les phases de sommeil paradoxal (les apnées surviennent surtout lors du sommeil lent). Ces MPJ disparaissent apr s l arr tde la méthadone. Ainsi, le déficit d oxygénation secondaire aux apnées malgré l action des opiacés et de la bromocriptine au niveau du muscle, effets qui devraient plutôt permettre une sédation de ces phénom nes peut expliquer tout ou partie de ces mouvements phasiques (25). Conclusion La présence d apnées centrales est pour bon nombre d auteurs une contre-indication la prescription de benzodiazépines durant le sevrage d opiacés de type méthadone, par exemple lors de l apparition de troubles du sommeil, et ce m me dans l optique d une instauration de courte durée comme le préconise la conférence de consensus de 1984 propos des médications visée hypnotique (1). Une solution de rechange pourrait alors tre la prescription d un antidépresseur agoniste sérotoninergique, ou agoniste/ antagoniste sérotoninergique comme la mirtazapine qui réduirait le nombre d apnées centrales reliées au sommeil paradoxal et au sommeil non paradoxal (26). Quoi qu il en soit, cette hypoth se reste vérifier sur le plan clinique par des études appropriées. Un tel effet secondaire doit tre envisagé chaque fois qu un patient présente un sommeil non réparateur ou une somnolence diurne excessive (27). La connaissance de celui-ci doit permettre une prescription plus adaptée chaque patient, prescription effectuée en fonction du suivi clinique régulier, de l observation fine du sommeil, ainsi que de l évaluation de la qualité diurne des fonctions cognitives (28). Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March

6 The Canadian Journal of Psychiatry Récherche Originale Note 1. Le fait de réaliser un TILE sous lévopromazine et sous hydroxyzine est tout fait discutable, mais l état de la patiente ne permettait pas un sevrage total de ses médicaments psychotropes. Bibliographie 1. Palazzolo J. Neurobiologie des fonctions du sommeil et de ses troubles. Application la clinique psychiatrique. Ann Psychiatrie 2000;15: Palazzolo J. Troubles du sommeil et prescription d hypnotiques : données actuelles et perspectives. Nervure 2001;14(6): Palazzolo J, Tourte M, Chabannes JP. Oxygénothérapie au long cours et pathologie psychiatrique. Nervure 1996;(8): Dyer O. Doctors should do more for drug addicts, committee says. BMJ 2002;324: Tarumi Y, Pereira J, Watanabe S. Methadone and fluconazole: respiratory depression by drug interaction. J Pain Symptom Manage 2002;23: Schlitt SC, Schroeter LM, Wilson FE, Olsen GD. Methadone-induced respiratory depression in the dog: comparison of steady-state and rebreathing techniques and correlation with serum drug concentration. J Pharmacol Exp Ther 1978;207: Hamunen K. Ventilatory effects of morphine, pethidine and methadone in children. Br J Anaesth 1993;70: Prieto IJ, Poyo-Guerrero R, Fernandez R, Ochoa E. Ultrarapid high-dose methadone detoxification. Psychopharmacology 2003;165: Sporer KA. Strategies for preventing heroin overdose. BMJ 2003;326: Walsh SL, Preston KL, Bigelow GE, Stitzer ML. Acute administration of buprenorphine in humans: partial agonist and blockade effects. J Pharmacol Exp Ther 1995;274: Seifert J, Metzner C, Paetzold W, Borsutzky M, Passie T, Rollnik J, et autres. Detoxification of opiate addicts with multiple drug abuse: a comparison of buprenorphine vs methadone. Pharmacopsychiatry 2002;35: Lyvers M, Yakimoff M. Neuropsychological correlates of opioid dependence and withdrawal. Addict Behav 2003;28: Farney RJ, Walker JM, Cloward TV, Rhondeau S. Sleep-disordered breathing associated with long-term opioid therapy. Chest 2003;123: Mintzer MZ, Stitzer ML. Cognitive impairment in methadone maintenance patients. Drug Alcohol Depend 2002;67: Krieger J. Les syndromes d apnées du sommeil. In: Billiard M, editeur. Le sommeil normal et pathologique.2e édition. Paris: Masson; p Watanabe S, Tarumi Y, Oneschuk D, Lawlor P. Opioid rotation to methadone: proceed with caution. J Clin Oncol 2002;20: Eich-Hochli D, Oppliger R, Golay KP, Baumann P, Eap CB. Methadone maintenance treatment and St John s wort a case report. Pharmacopsychiatry 2003;36: Eap CB, Buclin T, Baumann P. Interindividual variability of the clinical pharmacokinetics of methadone: implications for the treatment of opioid dependence. Clin Pharmacokinet 2002;41: Xie A, Wong B, Phillipson EA, Slutsky AS, Bradley TD. Interaction of hyperventilation and arousal in the pathogenesis of idiopathic central sleep apnea. Am J Respir Crit Care Med 1994;158: Javaheri S, Parker TJ, Wexler L, Liming JD, Lindower P, Roselle GA. Effect of theophylline on sleep-disordered breathing in heart failure. N Engl J Med 1996;335: Shinsuke S, Hitoshi M, Osamu H. Involvement of adenosine A2A receptor in sleep promotion. Europ J Pharm 1998;351: Weitzenblum E, Chaouat A, Charpentier C, Ehrhart M, Kessler R, Schinkewitch P, et autres. Sleep-related hypoxaemia in chronic obstructive pulmonary disease: causes, consequences and treatment. Respiration 1997;64: Badr MS, Toiber F, Skatrud JB, Dempsey J. Pharyngeal narrowing/occlusion during central sleep apnea. J Appl Physiol 1995;78: Hudgel DW, Harasick T. Fluctuation in timing of upper airway and chest wall inspiratory muscle activity in obstructive sleep apnea. J Appl Physiol 1990;69: Montplaisir J, Nicolas A, Lapierre O. Les impatiences musculaires de l éveil et les mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil. In: Billiard M, editeur. Le sommeil normal et pathologique. 2e édition. Paris: Masson; p Carley DW, Radulovacki M. Mirtazapine, a mixed-profile serotonin agonist/antagonist, suppresses sleep apnea in the rat. Am J Respir Crit Care Med 1999;160: Palazzolo J. Observance médicamenteuse et psychiatrie. Paris: Elsevier; Palazzolo J. Dire pour vivre. Pathologies psychiques : témoignages au quotidien. Paris: Ellebore; Manuscrit reçu en juillet 2003, révisé, et accepté en novembre Psychiatre, Centre Hospitalier Sainte Marie, Réseau ERAHSM, 19, cours 2 Psychiatre, Docteur en anthropologie, Centre Hospitalier Sainte Marie, Réseau ERAHSM, 87, avenue Joseph Raybaud, BP 1519, Nice cedex 01, France. 3 Psychiatre, Centre Hospitalier Sainte Marie, Réseau ERAHSM, 19, cours 4 Psychiatre, Centre Hospitalier Sainte Marie, Réseau ERAHSM, 19, cours 5 Psychiatre, Centre Hospitalier Sainte Marie, Réseau ERAHSM, 19, cours 6 Professeur des universités, CHU Gui De Chauliac, 80, avenue Augustin Fliche, Montpellier cedex 05, France. 7 In memoriam Demandes de tirés part : Dr J Palazzolo, CH Sainte-Marie, 87 Av Joseph Raybaud, BP 1519, Nice Cedex 01, France courriel : Résumé : Methadone and sleep apnea syndrome Background: Sleep apnea syndrome occurs when, during sleep, breathing stops for 10 seconds or longer, with an index of 5 times or more an hour. It is clinically characterized by loud snoring at night, continuous or interrupted by pauses followed by loud breathing. Sleep is fitful, broken by arousals, and yields little rest. There is daytime excessive sleepiness with repeated involuntary falling asleep, often unknown by the subject. Clinical description: In this article, we describe an observation of central sleep apnea syndrome in a female patient receiving an opiate replacement therapy. Method: An analysis of the before and after methadone withdrawal polysomnograhic tracing was done for this patient. Results: This diagnosis etiology and physiopathology are critically approached. Clinicians should be careful in treating induced sleep disorders in such patients. Conclusion: Prescribing benzodiazepines during an opiate withdrawal of the methadone type is not recommended when central apnea occurs. 158 Can J Psychiatry, Vol 50, No 3, March 2005

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation 8 ème CFP 2 A 16 novembre 2012 Syndrome d apnées du sommeil Explorer : de la prescription à l interprétation Nicole Beydon, Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau, Paris Conflits d intérêt Obligation

Plus en détail

Indication et limites de la Polygraphie

Indication et limites de la Polygraphie Indication et limites de la Polygraphie M. Piot,A. Juchet, B Sablayrolles Pneumopédiatrie B Gardini, S Lagleyre, F Martin ORL. Clinique Sarrus Teinturiers Toulouse Troubles de la respiration pendant le

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL

ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL Patient : Mme X - 18/04/2007 ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL Heure extinction lumières (EL) : 22:32 Heure de fin du sommeil : 06:28 Durée de l'enregistrement de EL->fin de l'enregistrement : 477 min Heure

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Dr Schaff Jean-Luc Laboratoire du sommeil et de la vigilance Service de Neurologie CHU Nancy. Cas cliniques

Dr Schaff Jean-Luc Laboratoire du sommeil et de la vigilance Service de Neurologie CHU Nancy. Cas cliniques Dr Schaff Jean-Luc Laboratoire du sommeil et de la vigilance Service de Neurologie CHU Nancy Cas cliniques Mme S. A., 67 ans Insomnie chronique (endormissement et réveil) Crampes, pollakiurie nocturne

Plus en détail

Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil

Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil Réseau Morphée Protocole de soins du Réseau Morphée Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil Mai 2006 Démarche diagnostique devant une suspicion de : SYNDROME D'APNEES OBSTRUCTIVES

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail

TROUBLES DU SOMMEIL DE L ENFANT ET DE L ADULTE

TROUBLES DU SOMMEIL DE L ENFANT ET DE L ADULTE Item 43 TROUBLES DU SOMMEIL DE L ENFANT ET DE L ADULTE MODULE 3. MATURATION ET VULNÉRABILITÉ N 43 - Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

Somnolence diurne: que faire après exclusion d un syndrome d apnées du sommeil?

Somnolence diurne: que faire après exclusion d un syndrome d apnées du sommeil? Somnolence diurne: que faire après exclusion d un syndrome d apnées du sommeil? José Haba-Rubio, Raphael Heinzer Service de pneumologie, Centre d investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS), CHUV,

Plus en détail

La servo-ventilation : Principe et Indication

La servo-ventilation : Principe et Indication La servo-ventilation : Principe et Indication Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille Ile d Oleron - Avril 2012 La servo-ventilation : Principe et indication

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent

Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent U-628 Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent Patricia Franco Unité de Sommeil Pédiatrique Centre de Référence Narcolepsie-Hypersomnie Idiopathique Hôpital Femme Mère Enfant

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

INTRODUCTION L HISTORIQUE L HISTORIQUE DÉFINITION DU SAOS DÉFINITION DU SAOS 14/05/2010. CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A.

INTRODUCTION L HISTORIQUE L HISTORIQUE DÉFINITION DU SAOS DÉFINITION DU SAOS 14/05/2010. CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A. INTRODUCTION CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A.MOUMENI SAOS(Syndrome d Apnées Obstructives du Sommeil : affection fréquente 5% de la population. L obstruction au niveau des VAS( Voies Aériennes

Plus en détail

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie Prévention et traitements des troubles du sommeil S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie CHU Grenoble Rencontres Nucléaire, Rayonnements et Santé 2010 Prévention et Traitement des Troubles du

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Atelier Sommeil Enfant SNCLF-SFRMS Paris 12 Mars 2009 Quel enjeu? Sommeil:» 1/3 de la vie des

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Journées Internationales Jérôme Lejeune Familles et

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS rthèse Narval.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAS Traitement du SAS par orthèse Narval.R.M. Entre 19 et 27% 1-2 des patients apnéiques traités par pression positive continue

Plus en détail

Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit

Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit L apnée du sommeil, loin d être de tout repos! Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit Rebecca Langlais 1 Carole s inquiète, car son mari, Martin, souffre d hypertension asymptomatique et

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT Cette formation peut vous permettre de valider votre obligation annuelle de DPC SYNDROME

Plus en détail

Syndrome des jambes sans repos (SJRS) et les mouvements périodiques du sommeil

Syndrome des jambes sans repos (SJRS) et les mouvements périodiques du sommeil Syndrome des jambes sans repos (SJRS) et les mouvements périodiques du sommeil AFVP Restless legs syndrome (RLS) Dr Bernard Etcheverry, Mont de Marsan Congrès de Dalat, 10 novembre 2010 SJSR : Généralités

Plus en détail

L anxiété et les troubles anxieux

L anxiété et les troubles anxieux L anxiété et les troubles anxieux JOUR 2 Extrait de la présentation PowerPoint pour consultation par participants à l atelier organisé par le Service populaire de psychothérapie de Laval) avec Jorge Vasco,

Plus en détail

Sommeil, vigilance et travail. Dr MF Mateo Marseille 24/11/09

Sommeil, vigilance et travail. Dr MF Mateo Marseille 24/11/09 Sommeil, vigilance et travail Dr MF Mateo Marseille 24/11/09 1 Introduction Sommeil = 1/3 de la vie Temps de travail = aujourd hui 1/3 de la vie Trait d union de ces 2 temps est la vigilance Mauvaises

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N M A T I N PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin 9, Av du Parc 33120 ARCACHON 15 et 16 Novembre 2013 24 et 25 Janvier

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic ÉDITION //// 1/2013 Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic Faits relatifs à l apnée du sommeil En Suisse, env. 150 000 personnes souffrent d apnée du sommeil. Symptômes les plus

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Plan DéfiniCon Les troubles du sommeil Benzodiazépines et apparentés AnChistaminique H1= alimémazine Mélatonine Autres (phytothérapie) RecommandaCons

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil Mai 2012 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

L atelier du Médicament en psychiatrie

L atelier du Médicament en psychiatrie L atelier du Médicament en psychiatrie Pharmacie du CH Ste MARIE CLERMONT FD Françoise BLANDIN Pharmacien Chef de Service Catherine CUSSAC Pharmacien Adjoint Les textes officiels La loi du 4 mars 2002

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue Formation Professionnelle Continue 58bis Allée des Grands Champs - 33470 GUJAN MESTRAS Tél : +33 (0)5.56.22.28.23 - Fax : +33 (0)5.56.66.70.04 Mail : contact@macsformation.com Site Internet : www.macsformation.com

Plus en détail

La narcolepsie cataplexie Maladie de Gélineau

La narcolepsie cataplexie Maladie de Gélineau Maladie de Gélineau La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Atelier interprétation polysomnographie

Atelier interprétation polysomnographie Apnée obstructive du sommeil Atelier interprétation polysomnographie Vincent Jobin MD Professeur agrégé de clinique U de M Co-directeur clinique sommeil CHUM ASMIQ -- Mai 2014 Conflits d intéret potentiels.

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Pourquoi comprendre la physiologie du sommeil? Pour respecter le rythme et les besoins de chaque enfant de la naissance jusqu à l adolescence

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DU PATIENT Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 1 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan avec Miel 3 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 3 mg/ml sirop Bromhydrate

Plus en détail

Les troubles respiratoires de l obèse

Les troubles respiratoires de l obèse Les troubles respiratoires de l obèse DR Anne Mallart Hôpital Calmette - CHRU LILLE Clinique des Maladies Respiratoires Unité de Sommeil 3 Juin 2010 Les conséquences respiratoires de l obésité sont à la

Plus en détail

Narcolepsie. professionnelle. et Orientation. Centre de Référence Hypersomnies Rares

Narcolepsie. professionnelle. et Orientation. Centre de Référence Hypersomnies Rares Narcolepsie et Orientation professionnelle Centre de Référence Hypersomnies Rares Narcolepsie et orientation professionnelle La narcolepsie est un trouble de l éveil sévère, caractérisé essentiellement

Plus en détail

Toux chez l enfant. Séminaire de formation continue Jeudi 09.02.2006. Jean-Daniel Krähenbühl

Toux chez l enfant. Séminaire de formation continue Jeudi 09.02.2006. Jean-Daniel Krähenbühl Toux chez l enfant Séminaire de formation continue Jeudi 09.02.2006 Jean-Daniel Krähenbühl Toux chez l enfant. Quelles sont les causes de toux chez l enfant? Parmi tous les enfants qui toussent, comment

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr Douleur & Addiction Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012 Dr Nicolas AUTHIER nauthier@chu-clermontferrand.fr LIENS D INTERETS Financiers : AUCUN Amicaux : AUCUN Familiaux : AUCUN en rapport avec les médicaments

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Tiré de : «Suboxone, puisque vous êtes prêt à commencer un traitement.», par Reckitt Benckiser, 2008. Le traitement par Suboxone Pour traiter

Plus en détail

D Marie-Christ s i t ne Dj D ian U ité t Do D uleur CHS H A - Paris

D Marie-Christ s i t ne Dj D ian U ité t Do D uleur CHS H A - Paris DOULEURS DANS LA MALADIE DE PARKINSON Dr Marie-Christine Djian Unité Douleur CHSA - Paris MALADIE DE PARKINSON Eléments majeurs Akinésie Hypertonie Autres Dépression (70%) DOULEUR (50%) Tremblements CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil. Guide d exercice du Collège des médecins du Québec

Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil. Guide d exercice du Collège des médecins du Québec Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil Guide d exercice du Collège des médecins du Québec Mars 2014 Table des matières Résumé... 4 Glossaire... 6 Préambule... 10 Introduction...

Plus en détail

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée Les traitements médicamenteux Réseau Morphée Le suivi de l insomnie Repérage Evaluation Mesure des effets -sur le patient -sur l entourage Recherche causes Traitement Traitement des insomnies Insomnies

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil

Syndrome d apnées du sommeil Faculté de médecine de Sfax Cours de Pneumologie Syndrome d apnées du sommeil DCM1 Dr. Sameh MSAAD Cours Page 1 Objectifs éducationnels 1. Définir le syndrome d apnées du sommeil (SAS) 2. Préciser ses

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO Dr Philippe DUMAS Pourquoi un traitement de substitution? Quand la dépendance aux opiacés est certaine elle demande a être prise en charge. Pour

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 22 mars 2011 Bulletin no 5 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La cinquième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 22 mars 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

SOMMEIL ET TRAVAIL 6

SOMMEIL ET TRAVAIL 6 6 SOMMEIL ET TRAVAIL AVANT-PROPOS En médecine du travail, 20 à 40% des salariés se plaignent de leur sommeil avec pour principale conséquence la somnolence et son corolaire la baisse de vigilance. Les

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

EEG en Pédiatrie: ça bouge

EEG en Pédiatrie: ça bouge EEG en Pédiatrie: ça bouge A. Kaminska, P. Plouin, C. Soufflet NEM / Evolution EEG // maturation cérébrale rapide à cet âge, (croissance du PC, acquisitions psychomotrices) d autant plus rapides que l

Plus en détail

SOMMEIL UN CARNET POUR MIEUX COMPRENDRE

SOMMEIL UN CARNET POUR MIEUX COMPRENDRE 1 SOMMEIL UN CARNET POUR MIEUX COMPRENDRE QU EST-CE QUE LE SOMMEIL? Le sommeil représente plus d un tiers de notre vie. Il est déterminant pour la croissance, la maturation cérébrale, le développement

Plus en détail