Pathologies respiratoires du sommeil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologies respiratoires du sommeil"

Transcription

1 Pneumologie fondée sur les preuves : actualisations SPLF Séminaire n 5 Pathologies respiratoires du sommeil Sommaire Pathologies respiratoires du sommeil Les apnées centrales P. Escourrou (Expert), J.C. Meurice (Rapporteur) Troubles respiratoires non apnéïques du sommeil R. Kessler (Expert), J.C. Meurice (Rapporteur) Le syndrome d apnées obstructives du sommeil F. Gagnadoux (Expert), J.C. Meurice (Rapporteur) Rev Mal Respir 2007 ; 24 : SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 665

2 Les apnées centrales P. Escourrou 1 (Expert), J.C. Meurice 2 (Rapporteur) Les différents types de syndrome d apnées centrales dans la 2 e classification internationale des troubles du sommeil (ICSD2) Le syndrome d apnées centrales (SAC) du sommeil primaire ou idiopathique Définition Il se définit par la survenue d apnées sans effort respiratoire. Critères diagnostiques a) Survenue d apnées sans effort respiratoire plus de 5 fois par heure de sommeil. b) Chez un patient qui se plaint soit de somnolence diurne excessive (SDE), soit d éveils fréquents ou d insomnies, soit d éveils avec sensation d étouffement. c) Pas d autre explication au trouble. La respiration périodique de type Cheyne-Stokes 1 Hôpital A Béclère, Laboratoire du Sommeil, Clamart, France. 2 Service de Pneumologie, CHU Poitiers, France. Correspondance : P. Escourrou 157 rue de la Porte Trivaux, Clamart Cedex. Définition Survenue récurrente d apnées et/ou d hypopnées alternant avec des passages d hyperpnée au cours desquelles le volume courant augmente et diminue graduellement suivant un pattern crescendo decrescendo. Critères diagnostiques a) La polysomnographie objective au moins 10 apnéeshypopnées centrales par heure de sommeil avec le pattern caractéristique accompagné d éveils fréquents ou de modification de la structure du sommeil. b) Bien que souvent rapportés : la SDE, les éveils nocturnes fréquents, la plainte d insomnie ou des éveils avec étouffements ne sont pas nécessaires au diagnostic. c) Ce trouble survient en même temps qu un trouble médical sévère : insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral ou insuffisance rénale. 666 Rev Mal Respir 2007 ; 24 : Doi : /

3 Les apnées centrales Le syndrome d apnées centrales dû à des conditions médicales sans respiration de Cheyne-Stokes Ce sont le plus souvent des apnées centrales secondaires à des lésions du tronc cérébral : accident vasculaire, lésion de myélinisation néoplasique, dégénération ou traumatisme, parfois trouble cardiaque ou rénal. La respiration périodique d altitude Elle peut survenir au cours d ascension récente au-delà de 3 000/4 000 mètres. C est une adaptation normale à l altitude pouvant s accompagner d éveils fréquents et de sensations de fatigue. Le syndrome d apnées centrales du sommeil lié à la prise de drogues Ou de substances opioïdes : morphine, méthadone. Le diagnostic Nécessite la réalisation d une polysomnographie enregistrant les états de vigilance (EEG, EOG, EMG). Le mécanisme central des événements respiratoires doit être affirmé par une des techniques suivantes : sonde œsophagienne : technique de référence montrant l absence de dépression intrathoracique inspiratoire (2 bandes) ; pléthysmographie d induction correctement positionnée au niveau du thorax et de l abdomen montrant l absence de décalage de phase entre les mouvements thoraciques et abdominaux ; le temps de transit du pouls montre l absence de variation significative ; l EMG diaphragmatique : absence d activité inspiratoire phasique ; sons trachéaux : pression médiastinale constante. La distinction des hypopnées centrales vs obstructives est souvent difficile, il faut donc utiliser une ou plusieurs des techniques ci-dessus. Épidémiologie Le syndrome d apnées centrales idiopathique Sa prévalence est inconnue dans la population générale. Certaines données en laboratoire de sommeil citent une prévalence pouvant atteindre 10 % des malades apnéïques explorés (4). La respiration périodique de Cheyne-Stokes et le SAC secondaire à des accidents vasculaires cérébraux La prévalence semble importante au moment de la phase aiguë de l AVC : 30 % des patients. Sa fréquence diminue à distance de l AVC (3.4). La respiration périodique de Cheyne-Stokes et le SAC associé à l insuffisance cardiaque (IC) Les publications antérieures à 2004 chez des IC traités par les médicaments vasodilatateurs donnent des valeurs de : 40 à 80 % pour les SAC isolés (4) ; 20 à 60 % pour la respiration de CS (4). La prévalence chez les IC traités par les bêtabloquants est encore inconnue. Pronostic Les apnées centrales liées à l insuffisance cardiaque ont un impact négatif sur l évolution de la maladie cardiaque : la mortalité est supérieure dans le groupe de patients avec CS (2), la surmortalité existe lorsque l IAH central est supérieur à 30/h (2), le risque d extrasystoles ventriculaires et de tachycardie ventriculaire non soutenue est augmenté (4). Traitement La pression positive diminue la mortalité sur une période moyenne de suivi de 2,2 ans dans certains groupes de patients (2). La pression positive continue incomplètement efficace entraîne une surmortalité en comparaison au traitement médical au cours de la première année (2). La ventilation auto-asservie améliore la fraction d éjection et la qualité de vie sur 6 mois plus efficacement que la PPC (2). La stimulation ventilatoire par l acétazolamide améliore la qualité du sommeil et la fatigue après un traitement de 7 jours (2). L oxygénothérapie nocturne pendant 12 semaines améliore la fraction d éjection et la qualité de vie (2). L augmentation de la pression alvéolaire de CO 2 par l utilisation d un espace mort inspiratoire pendant une nuit améliore l index d apnées-hypopnées et la qualité du sommeil (4). Questions non résolues Prévalence des apnées centrales et de la respiration de Cheyne-Stokes chez les insuffisants cardiaques traités par les nouveaux bêtabloquants. Caractéristiques des patients insuffisants cardiaques bons candidats pour la PPC. Effets à long terme de la ventilation auto-asservie sur la morbidité et la mortalité des insuffisants cardiaques SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 667

4 P. Escourrou Les syndromes d hypoventilation hypoxémie L hypoventilation alvéolaire non obstructive idiopathique au cours du sommeil Signes cliniques Sommeil de mauvaise qualité : insomnie, cauchemars, éveils fréquents ; fatigue diurne, somnolence, perte d énergie ; baisse des performances intellectuelles. Critères diagnostiques La PSG : épisodes d hypoventilation de plus de 10 secondes associés à des désaturations en O 2 et à des éveils fréquents, secondaires aux troubles respiratoires ou à une bradycardie ; les signes cliniques fréquents : SDE, éveils nocturnes, plaintes d insomnie ne sont pas obligatoires ; il n y a pas de maladie pulmonaire, de malformation squelettique, de pathologie neuromusculaire susceptible d altérer la fonction pulmonaire. Le syndrome d hypoventilation alvéolaire centrale congénital (anciennement syndrome d Ondine) Il est lié à une perte du contrôle central automatique de la respiration au cours du sommeil mais parfois aussi dans la veille en l absence de maladie pulmonaire ou d atteinte des muscles respiratoires, débutant à la naissance ou tôt dans la vie. Critères diagnostiques Périodes d hypoventilation, cyanose ou apnée à début périnatal ; hypoventilation plus importante pendant le sommeil que pendant la veille ; la réponse ventilatoire à l hypoxie ou l hypercapnie est diminuée ou absente ; la PSG montre des hypercapnies et des hypoxies sévères, le plus souvent sans apnées. L hypoventilation-hypoxémie au cours du sommeil due à une pathologie du parenchyme pulmonaire ou à une pathologie vasculaire pulmonaire Diagnostic Aux EFR et bilan radiologique (pathologie du parenchyme) ou échographie et cathétérisme (maladie vasculaire pulmonaire). Hypoxémie prolongée en l absence d apnées, d hypopnées, de limitations de débit ou ronflement. Critères diagnostiques Maladie du parenchyme (maladie interstitielle) ou hypertension artérielle pulmonaire primitive ou secondaire. Polysomnographie : a) SpO 2 < 90 % pendant plus de 5 minutes avec un nadir de 85 % ou inférieur ; ou b) plus de 30 % du sommeil avec SpO 2 <90%, ou PaCO 2 élevée ou augmentée de façon disproportionnée à la valeur de veille. L hypoventilation-hypoxémie au cours du sommeil secondaire à une obstruction des voies aériennes intrathoraciques : BPCO Critères diagnostiques identiques a l hypoventilationhypoxémie au cours du sommeil due à une pathologie du parenchyme pulmonaire ou à une pathologie vasculaire pulmonaire, avec signes d une BPCO aux EFR. Hypoventilation-hypoxémie au cours du sommeil secondaire à des pathologies neuromusculaires ou de la paroi thoracique Liée à une déformation anatomique de la paroi de la cage thoracique, obésité (syndrome de Pickwick) ou à une maladie neuromusculaire affectant la pompe ventilatoire incapable de maintenir la PaCO 2 au-dessous de 45 mmhg. L existence d un SAOS est un facteur aggravant. Critères diagnostiques Pathologie neuromusculaire ou déformation de la cage thoracique qui est la principale cause de l hypoxémie. PSG : critères Soit SPO 2 < 90 % pendant plus de 5 minutes avec nadir de 85 % au moins. Soit SPO 2 < 90 % pendant plus de 30 % du temps de sommeil. Soit PaCO 2 élevée au cours du sommeil ou proportionnellement trop élevée compte tenu des niveaux observés dans la veille. 668 Rev Mal Respir 2007 ; 24 : 666-8

5 Troubles respiratoires non apnéïques du sommeil R. Kessler 1 (Expert), J.C. Meurice 2 (Rapporteur) Le sommeil induit chez la personne normale des modifications physiologiques de la respiration. Ces modifications de la ventilation au cours du sommeil peuvent se révéler délétères chez un patient présentant une pathologie respiratoire. À l inverse, les maladies respiratoires peuvent par elles-mêmes affecter la qualité du sommeil par les perturbations qu elles entraînent au cours du sommeil. Les éléments pour comprendre 1 Pneumologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, France. 2 Service de Pneumologie, CHU, Poitiers, France. Correspondance : R. Kessler 1 avenue Molière, Strasbourg Cedex. Les effets du sommeil sur la respiration. Chez le sujet normal [1], le sommeil lent induit : Une franche augmentation de la résistance des voies aériennes supérieures (X2) ; une diminution de la ventilation alvéolaire (de 0,5 à 1,5 l/ min) ; une majoration des inégalités ventilation/perfusion surtout dans les bases pulmonaires ; une diminution de la PaO 2 (-5 mmhg), de la SaO 2 (- 2 %) et une augmentation de la PaCO 2 (+ 5 mmhg) Ces modifications sont présentes également au cours du sommeil paradoxal, qui de plus, s accompagne d une respiration irrégulière. Enfin, ces modifications de la ventilation peuvent être influencées par de nombreux facteurs comme le sexe, l âge, la grossesse, l altitude et certains médicaments. Dans les circonstances pathologiques, le sommeil peut induire [2] : La survenue d apnées obstructives (SAOS) ou centrales ; une hypoventilation alvéolaire ; une majoration des inégalités ventilation/perfusion. Dans la suite de cet article, nous nous intéresserons exclusivement aux désaturations non apnéïques survenant au cours du sommeil ; le syndrome d apnées du sommeil est traité par ailleurs. Rev Mal Respir 2007 ; 24 : Doi : / SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 669

6 R. Kessler Évolution des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil Les troubles respiratoires non apnéïques du sommeil surviennent la plupart du temps au cours de l évolution de maladies chroniques pouvant toucher la fonction respiratoire. L histoire naturelle de la survenue de ces troubles respiratoires est assez bien connue dans le cadre de certaines d entre elles, en particulier les maladies neuromusculaires. Ainsi dans la maladie de Duchenne de Boulogne, le degré d hypoventilation nocturne est bien corrélé avec le degré d atteinte de la fonction respiratoire [3]. La plupart du temps, l hypoventilation nocturne précède l apparition d une insuffisance respiratoire hypercapnique chronique. Les études ont ainsi montré que parallèlement à la dégradation de la fonction respiratoire, on observait la survenue d hypopnées (au cours du sommeil paradoxal), puis à un stade plus avancé, une hypoventilation prolongée au cours du sommeil paradoxal ; cette hypoventilation s étend ensuite au cours des différentes phases du sommeil et devient finalement permanente (Niveau de preuve : 2). Dans les maladies obstructives, comme la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) [4] ou la mucoviscidose [5], les troubles respiratoires au cours du sommeil semblent assez précoces. Les symptômes à type de toux, d encombrement bronchique ou de bronchospasme perturbent la qualité du sommeil. Les désaturations nocturnes sont assez fréquentes, souvent prolongées, même chez des patients dont la PaO 2 diurne est supérieure à 60 mm Hg le jour (Niveau de preuve : 2). Manifestations cliniques en rapport avec les troubles respiratoires non apnéïques du sommeil Ces manifestations cliniques sont principalement en rapport avec les perturbations du sommeil, induites par les évènements respiratoires non apnéïques. Ces manifestations ne sont pas spécifiques. Ces symptômes doivent attirer l attention chez des patients suivis pour une pathologie chronique susceptible d engendrer des troubles respiratoires nocturnes. À titre d exemple, c est sur la recherche de ces symptômes qu est basée en partie la surveillance respiratoire des patients neuromusculaires. Les symptômes sont notamment d ordre neuropsychologiques avec : un sommeil de mauvaise qualité avec de nombreux éveils, des cauchemars, une nycturie ; des sueurs nocturnes; des céphalées au réveil ; une anorexie au petit-déjeuner ; une asthénie, une fatigue, une sensation de lassitude ; une somnolence diurne excessive ; un trouble de l humeur (irritabilité, état dépressif) ; une diminution des performances intellectuelles (troubles de la mémoire et de la concentration) ; Ces symptômes sont également d ordre respiratoire : dyspnée d effort ou aggravation d une dyspnée d effort préexistante ; orthopnée; Ces symptômes peuvent diminuer ou disparaître (Niveau de preuve : 4) avec le traitement des troubles respiratoires non apnéïques [6]. Les moyens d investigations des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil Les méthodes objectives Ce sont principalement : L oxymétrie nocturne permet de mettre en évidence les épisodes de désaturation, quel qu en soit le mécanisme. L oxymétrie nocturne est bien adaptée à la mise en évidence des désaturations nocturnes dans la BPCO (Niveau de preuve : 2) [7]. En ce qui concerne les désaturations en rapport avec une hypoventilation alvéolaire, cet outil est peu sensible, car la saturation en oxygène n est pas proportionnelle à la PaO 2, et de plus l hypoxémie est souvent beaucoup plus modérée que celle observée dans les inégalités ventilation/perfusion. En principe, l hypoventilation alvéolaire s accompagne d une désaturation prolongée, souvent de plusieurs minutes. Plusieurs définitions de la désaturation nocturne ont été proposées : une SaO 2 < 90 % pendant au moins 30 % du temps d enregistrement ou une SaO 2 moyenne <90% au cours du sommeil. Cette définition est surtout proposée dans la BPCO ; une désaturation de 3% ou 4% en dessous de la SaO 2 d éveil, quelle que soit sa durée. Cette définition est surtout utile pour le diagnostic du SAOS ; une SaO 2 <88% plus de 5minutes consécutives. Cette définition sert surtout à l indication de la ventilation non invasive nocturne chez les patients restrictifs. Il s agit souvent d hypoventilation au cours du sommeil déjà sévère. La mesure de la PCO 2 transcutanée nocturne est une méthode beaucoup plus adaptée au dépistage d une hypoventilation nocturne, mais l utilisation de cette méthode reste encore limitée du fait d une assez mauvaise précision (Niveau de preuve : 2) de ces appareils [8]. La polysomnographie est l examen de référence pour le diagnostic du syndrome d apnées du sommeil. Cependant, l étude des paramètres ventilatoires peut permettre de visualiser les épisodes d hypoventilation, soit de façon indirecte (par le capteur de pression nasale) ou de façon directe, mais dans ce cas il faut utiliser un pneumotachographe. Les méthodes subjectives sont basées sur des questionnaires Les questionnaires de qualité du sommeil, comme le questionnaire de Pittsburgh ; les questionnaires de somnolence diurne comme le questionnaire d Epworth. 670 Rev Mal Respir 2007 ; 24 :

7 Troubles respiratoires non apnéïques du sommeil Les caractéristiques de ces questionnaires sont bien connues dans des pathologies fréquentes comme le syndrome d apnées obstructives du sommeil. Mais leur validité dans la recherche d une hypoventilation nocturne n a pratiquement pas fait l objet d études publiées. Principales étiologies des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil (listes non exhaustives!) Les maladies conduisant à un trouble ventilatoire restrictif les maladies neuromusculaires myopathies (dystrophie musculaire de Duchenne, de Steinert, myopathie des ceintures) le syndrome post-poliomyélite la sclérose latérale amyotrophique la paralysie diaphragmatique bilatérale l hypoventilation alvéolaire centrale (syndrome d Ondine) les maladies de la paroi thoracique, de la plèvre et du poumon cyphoscoliose séquelles mutilantes de tuberculose résections chirurgicales pulmonaires étendues le syndrome obésité hypoventilation certaines associations avec le syndrome d apnées obstructives du sommeil sont fréquentes et occupent une place particulière : l association SAOS et BPCO [9] encore connue sous le nom d overlap syndrome ou encore l association SAOS et syndrome obésité hypoventilation. Les maladies avec un trouble ventilatoire obstructif La BPCO La mucoviscidose Les dilatations de bronches Pronostic des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil Il n est pas certain que les troubles respiratoires non apnéïques du sommeil affectent le pronostic vital indépendamment de la maladie causale. Dans la BPCO, les désaturations nocturnes sont fréquentes, y compris chez des patients avec des PaO 2 >60mm Hg. Chez des patients BPCO dont le niveau de gravité est identique (en terme d obstruction bronchique), la survenue de désaturations nocturnes ne semble pas avoir d effet sur l hémodynamique pulmonaire ni sur l espérance de vie [10]. (Niveau de preuve : 2). Traitement des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil D un point de vue physiopathologique, le traitement des troubles respiratoires non apnéïques du sommeil peut relever soit de l oxygénothérapie, soit de la ventilation assistée nocturne. Le traitement par oxygénothérapie nocturne de la désaturation nocturne dans la BPCO Les études NOTT et MRC des années 1980 ont bien montré que l oxygénothérapie de longue durée à domicile chez les patients insuffisants respiratoires chroniques par BPCO améliore leur pronostic vital (PaO 2 < mmhg). Par contre, Chaouat et coll. [11] n ont pas trouvé de bénéfice en terme de pronostic à traiter un patient par oxygénothérapie nocturne lorsqu il présente des désaturations nocturnes isolées avec une PaO 2 diurne > 60 mmhg (Niveau de preuve : 2). Le traitement par ventilation assistée Au cours des deux dernières décennies se sont développées des techniques de ventilation non invasive en pression positive par une interface nasale ou bucco-nasale. Ces techniques de ventilation au long cours à domicile ont amélioré le pronostic vital (Niveau de preuve : 4) de certaines maladies, en particulier celui de certaines maladies neuromusculaires ou le syndrome obésité-hypoventilation [12]. Néanmoins nous ne disposons pas d études randomisées dans ce domaine. Une étude comparant la ventilation précoce à la ventilation de nécessité chez des patients myopathes avait conclu à un effet défavorable (Niveau de preuve : 2) de cette ventilation précoce [13]. Les troubles respiratoires nocturnes non apnéïques sont fréquents et apparaissent souvent au cours de maladies évolutives comme les maladies neuromusculaires et accompagnent généralement les maladies respiratoires chroniques comme la BPCO. Ces troubles respiratoires nocturnes se révèlent par des désaturations nocturnes souvent en rapport avec une hypoventilation nocturne. Ces troubles respiratoires nocturnes ne semblent pas aggraver le pronostic de l insuffisance respiratoire. Références 1 Orem J, Kubin L : Respiratory physiology : central neural control. In Principles and practice of sleep medicine. Kryger MH, Roth T and Dement WC Ed. Elsevier Saunders, 4th ed., 2005, pp Becker HF, Piper AJ, Flynn WE,. McNamara SG, Grunstein RR, Peter JH, Sullivan CE : Breathing during sleep in patients with nocturnal desaturation. Am J Respir Crit Care Med 1999, 159: Ragette R, Mellies U, Schwake C, Voit T, Teschler H : Patterns and predictors of sleep disordered breathing in primary myopathies. Thorax 2002 ; 57 : Levi-Valensi P, Weitzenblum E, Rida Z, Aubry P, Braghiroli A, Donner C, Aprill M, Zielinski J, Wurtemberger G : Sleep-related 2007 SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 671

8 R. Kessler oxygen desaturation and daytime pulmonary haemodynamics in COPD patients. Eur Respir J 1992 ; 5 : Milross MA, Piper AJ, Dobbin CJ, Bye PT, Grunstein RR : Sleep disordered breathing in cystic fibrosis. Sleep Med Rev 2004 ; 8 : Masa JF, Celli BR, Riesco JA, Hernandez M, Sanchez De Cos J, Disdier C : The obesity hypoventilation syndrome can be treated with noninvasive mechanical ventilation. Chest 2001 ; 119 : Sliwinski P, Lagosz M, Gorecka D, Zielinski J : The adequacy of oxygenation in COPD patients undergoing long-term oxygen therapy assessed by pulse oximetry at home. Eur Respir J 1994 ; 7 : Kagawa S, Severinghaus JW : Errors in monitoring transcutaneous PCO 2 on the ear. Crit Care Med 2005 ; 33 : Chaouat A, Weitzenblum E, Krieger J, Ifoundza T, Oswald M, Kessler R : Association of chronic obstructive pulmonary disease and sleep apnea syndrome. Am J Respir Crit Care Med 1995 ; 151 : Chaouat A, Weitzenblum E, Kessler R, Schott R, Charpentier C, Levi-Valensi P, Zielinski J, Delaunois L, Cornudella R, Moutinho dos Santos J : Outcome of COPD patients with mild daytime hypoxaemia with or without sleep-related oxygen desaturation. Eur Respir J 2001 ; 17 : Chaouat A, Weitzenblum E, Kessler R, Charpentier C, Enrhart M, Schott R, Levi-Valensi P, Zielinski J, Delaunois L, Cornudella R, Moutinho dos Santos J : A randomized trial of nocturnal oxygen therapy in chronic obstructive pulmonary disease patients. Eur Respir J 1999 ; 14 : Janssens JP, Derivaz S, Breitenstein E, De Muralt B, Fitting JW, Chevrolet JC, Rochat T : Changing patterns in long-term noninvasive ventilation: a 7-year prospective study in the Geneva Lake area. Chest 2003 ; 123 : Raphael JC, Chevret S, Chastang C, Bouvet F : Randomised trial of preventive nasal ventilation in Duchenne muscular dystrophy. French Multicentre Cooperative Group on Home Mechanical Ventilation Assistance in Duchenne de Boulogne Muscular Dystrophy. Lancet 1994 ; 343 : Rev Mal Respir 2007 ; 24 :

9 Le syndrome d apnées obstructives du sommeil F. Gagnadoux 1 (Expert), J.C. Meurice 2 (Rapporteur) Les éléments pour comprendre Physiopathologie Le syndrome d apnées obstructives du sommeil (SAOS) est caractérisé par des symptômes, dominés par la somnolence diurne excessive, en rapport avec la survenue d épisodes répétés d un collapsus pharyngé au cours du sommeil [1] en rapport avec un déséquilibre entre les forces d ouverture et de fermeture du pharynx et/ou une diminution de calibre du pharynx [2] favorisée par la diminution d activité volontaire et réflexe des muscles dilatateurs pharyngés au cours du sommeil [3]. Définitions 1 Département de Pneumologie, CHU d Angers, France. 2 Service de Pneumologie, CHU Poitiers, France. Correspondance : F. Gagnadoux 4 rue Larrey, Angers Cedex 01. La définition du SAOS retenue en 1999 par le panel d expert de l American Academy of Sleep Medicine associe une somnolence diurne ou au moins 2 symptômes évocateurs (ronflement bruyant, éveils nocturnes répétés, sommeil non récupérateur, fatigue diurne, troubles de concentration, arrêts respiratoires nocturnes) et plus de cinq évènements respiratoires anormaux par heure de sommeil lors d un enregistrement polysomnographique [4]. Trois types d évènements respiratoires anormaux sont considérés dans cette définition. L apnée est définie par une interruption des débits de plus de 10 secondes. Elle est dite obstructive ou centrale selon qu elle s accompagne d une persistance ou d une interruption des efforts respiratoires. L hypopnée est définie par une diminution du signal de débit de plus de 50 % ou par une diminution de moins de 50 % accompagnée d une désaturation ou d un micro-éveil. Sont également pris en compte les éveils liés à une augmentation de l effort respiratoire définis par une dépression œsophagienne progressivement croissante se terminant par un micro-éveil. Rev Mal Respir 2007 ; 24 : Doi : / SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 673

10 F. Gagnadoux L ampleur du problème Prévalence, facteurs prédisposant et évolution naturelle du SAOS Il est possible d estimer à environ 20 % la prévalence d un index d apnées-hypopnées (IAH) 5 lors d un examen polysomnographique au sein d une population caucasienne [5, 6]. Dans les mêmes études, la prévalence du SAOS défini par l association d un IAH 5 ou 10 et d une plainte de somnolence diurne est comprise entre 1,2 et 3 % chez les femmes et entre 3,4 et 4 % chez les hommes (Niveau de Preuve (NP4)). La prévalence du SAOS est 2 à 3 fois plus élevée chez l homme que chez la femme [6] (NP4). La prévalence des troubles respiratoires au cours du sommeil augmente avec l âge [6] (NP4). Ainsi un IAH 10 est constaté deux fois plus fréquemment au-delà de 65 ans (24 %) que dans la tranche ans (12 %). Toutefois, les symptômes de SAOS seraient moins fréquents et la proportion d apnées centrales plus élevée chez les sujets de plus de 65 ans. La prévalence du SAOS passe de 12 % pour un index de masse corporelle (IMC) < 25 à 32 % pour un IMC > 31 kg/m 2 [7] (NP4). Inversement, le pourcentage d obèses passe de 41 % chez les sujets ayant un IAH entre 5 et 15 à 61 % pour des IAH > 30 [8]. Le suivi de cohortes épidémiologiques objective une augmentation spontanée de l IAH au cours du temps (NP2), pouvant atteindre, au sein de la Wisconsin Sleep Cohort Study, une valeur de 2,7 ± 8,2 en 8 ans, cette augmentation naturelle de l IAH étant plus marquée chez les sujets présentant une obésité [9]. Conséquences du SAOS Les conséquences neurocognitives du SAOS sont dominées par la somnolence diurne qui est accompagnée de perturbations de la qualité de vie et de troubles cognitifs [10]. L utilisation de l échelle de somnolence d Epworth (ESE) permet de retrouver un score plus élevé chez les patients porteurs de SAOS que chez des sujets ronfleurs sans SAOS [11] (NP3). Une somnolence diurne excessive est présente chez 35 % des sujets ayant un IAH 30 contre 21 % des sujets ayant un IAH < 5 [12] (NP4). Elle peut également être évaluée par des tests objectifs (tests itératifs de latence d endormissement, tests de maintien d éveil). La principale complication de la somnolence diurne associée au SAOS en terme de santé publique est représentée par les accidents automobiles avec un risque relatif de 6.3 (95 % CI : ) d accident de voiture [13] (NP3). Le SAOS est associé à une augmentation de la morbidité cardiovasculaire avec une influence du SAOS, et de sa sévérité, sur l existence ou l apparition d une HTA, indépendamment de ces cofacteurs [14] (NP2). et la mise en évidence d une baisse de la pression artérielle sous traitement par pression positive continue [15, 16] (NP2). Il existe une relation statistique indépendante entre l IAH et la présence d une maladie coronarienne, d une insuffisance cardiaque, d une arythmie cardiaque ou d une pathologie cérébrovasculaire [17, 18] (NP4), associé à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire [19] (NP2) et du risque de survenu d un décès d origine cardiaque au cours de la nuit [20] (NP3). Le SAOS constitue un facteur de risque indépendant d insulinorésistance [21] (NP4) et il est fréquemment associé à un syndrome métabolique (NP3) susceptible d influer sur le risque vasculaire. Diagnostic Conformément aux recommandations de 1999 [4], le diagnostic de SAOS repose sur des éléments cliniques et des données d enregistrements nocturnes. Éléments cliniques de présomption Le diagnostic de SAOS est évoqué devant l association de symptômes non spécifiques dominés par le ronflement, la somnolence diurne et les apnées constatées par l entourage [22]. Un périmètre cervical élevé (> 48 cm) en rapport avec une obésité à prédominance faciotronculaire est évocateur du diagnostic [23] (NP4). Enregistrements nocturnes Le diagnostic de SAOS repose nécessairement sur un enregistrement nocturne dont le gold standard est représenté par la polysomnographie (PSG) en laboratoire de sommeil. La PSG en laboratoire de sommeil est un examen dont la complexité est inadaptée à la prévalence élevée du SAOS et contribue à un retard diagnostic évalué entre 2 et 60 mois selon les pays [24] (NP4). Confrontée à la PSG en laboratoire, la polygraphie ventilatoire limitée à l enregistrement des débits aériens, des efforts respiratoires et de la saturation oxyhémoglobinée a une sensibilité de 82 à 94 % et une spécificité de 82 à 100 % pour le diagnostic de SAOS (NP2). L oxymétrie seule permet une détection indirecte des apnées et hypopnées à partir des désaturations qu elles occasionnent. En fonction des performances de l oxymètre utilisé, et des seuils d IAH choisis, l oxymétrie à une sensibilité de 36 à 100 % (87,4 ± 3,8 %) et une spécificité de 23 à 99 % (64,9 ± 6,7 %) pour le diagnostic de SAOS (NP2). Elle ne permet pas de différencier les apnées centrales des apnées obstructives [25] (NP2). Traitement Pression positive continue nasale L application au cours du sommeil d une pression positive continue (PPC) par voie nasale ou nasobuccale s oppose au collapsus inspiratoire du pharynx grâce à un effet d «attelle pneumatique» [26]. Une méta-analyse cochrane publiée en 2006 a répertorié 36 études randomisées évaluant l effet de la 674 Rev Mal Respir 2007 ; 24 : 673-6

11 Le syndrome d apnées obstructives du sommeil PPC sur une durée minimale de deux semaines [27]. La PPC diminue les évènements respiratoires au cours du sommeil [27] (NP1), elle améliore la vigilance diurne, la qualité de vie (NP1), les troubles cognitifs et elle entraîne une baisse des pressions artérielles systolique et diastolique [27] (NP2). Elle s accompagne d une diminution de la fréquence des accidents automobiles [28] (NP3) et d une diminution de l incidence des évènements cardiovasculaires [19] (NP3). Le taux de refus initial de la PPC est compris entre 5 et 50 % et 12 à 25 % des patients abandonnent le traitement dans les 3 ans ce d autant qu ils ont peu d évènements respiratoires au cours du sommeil et/ou qu ils sont peu somnolents [29] (NP2). Les phénomènes d intolérance nasale à la PPC sont fréquents et sont améliorés par l humidification chauffante [29] (NP2). La PPC autopilotée est équivalente à la PPC constante en terme d impact sur l IAH et sur l échelle d Epworth et en terme d observance thérapeutique [30] (NP1). Orthèses d avancée mandibulaire L avancée de la mandibule par une orthèse endobuccale permet d augmenter la surface et de diminuer la collabsibilité du pharynx durant le sommeil. Une méta-analyse cochrane publiée en 2006 a répertorié 16 études randomisées évaluant l effet des orthèses d avancée mandibulaires (OAM) [31]. Le traitement par OAM permet de diminuer l IAH, d améliorer la vigilance diurne et la qualité de vie [31] (NP2) et s associe à une diminution de la pression artérielle (NP2). Le sexe féminin, la faible sévérité et le caractère positionnel du SAOS constituent des facteurs prédictifs d efficacité des OAM [32] (NP4). Les OAM sont inférieures à la PPC en terme d impact sur l IAH [31] (NP1) mais bénéficient d une meilleure acceptation initiale (NP2). Les effets secondaires locaux sont fréquents de même que les abandons de traitement [33] (NP2). Leur utilisation prolongée entraîne des modifications de l articulée dentaire [33] (NP2). Chirurgie Le traitement chirurgical du SAOS est insuffisamment évalué par des études randomisées [34]. L uvulo-palato-pharyngoplastie (UPPP) s accompagne d une diminution de l IAH à court terme de 38 % en moyenne, avec un impact sur l IAH inférieur à celui de l OAM [35] (NP2). La deuxième approche, représentée par la chirurgie des bases osseuses (avancée maxillo-mandibulaire) a une efficacité globale sur l IAH comprise entre 75 et 100 % à court terme [36] (NP2). Règles hygiéno-diététiques Les liens étroits qui unissent le SAOS et l obésité militent en faveur d un impact favorable de la réduction pondérale sur les troubles respiratoires au cours du sommeil. Différentes stratégies de prises en charge de l obésité, comportementales, médicamenteuses ou chirurgicales aboutissent à des réductions du poids de 5 à 50 % s accompagnant de diminutions parfois importantes de l IAH, associées à des améliorations du sommeil et de la vigilance [37] (NP2). Plus de 50 % des SAOS sont caractérisés par des évènements survenant préférentiellement en décubitus dorsal (NP4) pouvant être accessible à un traitement positionnel visant à réduire le temps de sommeil en décubitus dorsal s accompagnant d une diminution de l IAH toutefois moins importante que sous PPC [38] (NP2). Les grandes questions non résolues Comment augmenter (et donc simplifier) l offre diagnostique du SAOS dans la population générale et dans les populations à risque (cardiologiques, métaboliques)? Quelle est la part de responsabilité des troubles métaboliques très fréquemment associés au SAOS dans le risque vasculaire lié à cette maladie? Quelles sont les indications et modalités de traitement du SAOS modéré et/ou peu symptomatique? Références 1 Stradling JR, Davies RJ : Obstructive sleep apnoea/hypopnoea syndrome: definitions, epidemiology, and natural history. Thorax 2004 ; 59 : Watanabe T, Icono S, Tanaka A, Tanzawa H, Nishino T : Contribution of body habitus and craniofacial characteristics to segmental closing pressures of the passive pharynx in patients with sleep-disordered breathing. Am J Respir Crit Care Med 2002 ; 165 : Fogel RB, Malhotra A, White DP : pathophysiology of obstructive sleep apnoea/hypopnoea syndrome. Thorax 2004 ; 59 : Sleep-related breathing disorders in adults : recommendations for syndrome definition and measurement techniques in clinical research. The Report of an American Academy of Sleep Medicine Task Force. Sleep 1999 ; 22 : Young T, M. Palta, J. Dempsey, J. Skatrud, S. Weber, Badr S : The occurrence of sleep-disordered breathing among middle-aged adults. N Engl J Med 1993 ; 328 : Bixler EO, Vgontzas AN, Lin HM, Ten Have T, Rein J, Vela-Bueno A, Kales A : Prevalence of sleep-disordered breathing in women : effects of gender. Am J Respir Crit Care Med 2001 ; 163 : Nieto FJ, Young TB, Lind BK, Shahar E, Samet JM, Redline S, D Agostino RB, Newman AB, Lebowitz MD, Pickering TG : Association of sleep-disordered breathing, sleep apnea and hypertension in a large community-based study. JAMA 2000 ; 283 : Young T, Shahar E, Nieto FJ, Redline S, Newman AB, Gottlieb DJ, Walsleben JA, Finn L, Enright P, Samet JM ; Sleep Heart Health Study Research Group : Predictors of sleep-disordered breathing in community-dwelling adults. Arch Int Med 2002 ; 162 : Young T., Peppard P., Gottlieb DJ. : Epidemiology of obstructive sleep apnea. Am J Respir Crit Care Med 2002 ; 165 : Engleman HM, Douglas NJ. : Sleepiness, cognitive function, and quality of life in obstructive sleep apnoea/hypopnoea syndrome. Thorax 2004 ; 59 : Johns MW : Daytime sleepiness, snoring, and obstructive sleep apnea. The Epworth Sleepiness Scale. Chest 1993 ; 103 : Gottlieb DJ, Whittney CW, Bonekat WH, Iber C, James GD, Lebowitz M, Nieto FJ, Rosenberg CE : Relation of sleepiness to respi SPLF. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 675

12 F. Gagnadoux ratory disturbance index : the Sleep Heart Health Study. Am J Respir Crit Care Med 1999 ; 159 : Teran-Santos J, Jimenez-Gomez A, Cordero-Guevara J, and The Cooperative Group Burgos-Santander : The association between sleep apnea and the risk of traffic accidents. N Engl J Med 1999 ; 340 : Lavie P, Herer P, Hoffstein V : Obstructive sleep apnoea syndrome as a risk factor for hypertension: population study. BMJ 2000 ; 320 : Pepperell JCT, Ramdassingh-dow S, Crosthwaite N, Mullins R, Jenkinson C, Stradling JR, Davies RJO : Ambulatory blood pressure after therapeutic and subtherapeutic nasal continuous positive airway pressure for obstructive sleep apnoea: a randomised parallel trial. Lancet 2001 ; 359 : Becker HF, Jerrentrup A, Ploch T, Grote L, Penzel T, Sullivan CE, Peter JH. : Effect of nasal continuous airway pressure treatment on blood pressure in patients with obstructive sleep apnea. Circulation 2003 ; 107 : Shahar E, Whitney CW, Redline S, Lee ET, Newman AB, Nieto FJ, O Connor GT, Boland LL, Schwartz JE, Samet JM for the Sleep Heart Health Study Research Group : Sleep-disordered breathing and cardiovascular disease. Am J Respir Crit Care Med 2001 ; 163 : Gami AS, Pressman G, Caples SM, Kanagala R, Gard JJ, Davison DE, Malouf JF, Ammash NM, Fiedman PA, Somer VK : Association of atrial fibrillation and obstructive sleep apnea. Circulation 2004 ; 110 : Marin JM, Carrizo SJ, Vicente E, Agusti AG : Long-term cardiovascular outcomes in men with obstructive sleep apnoea-hypopnoea with or without treatment with continuous positive airway pressure: an observational study. Lancet 2005 ; 365 : Gami AS, Howard DE, Olson EJ, Somers VK : Day-night pattern of sudden death in obstructive sleep apnea. N Engl J Med 2005 ; 352 : Ip MS, Lam B, Ng MM, Lam WK, Tsang KW, Lam KS : Obstructive sleep apnea is independently associated with insulin resistance. Am J Respir Crit Care Med 2002 ; 165 : Schlosshan D, Elliott MW : Clinical presentation and diagnosis of the obstructive sleep apnoea hypopnoea syndrome. Thorax 2004 ; 59 : Stradling JR, Crosby JH : Predictors and prevalence of obstructive sleep apnoea and snoring in 1001 middle aged men. Thorax 1991 ; 46 : Flemons WW, Douglas NJ, Kuna ST, Rodenstein DO, Wheatley J : Access to diagnosis and treatment of patients with suspected sleep apnea. Am J Respir Crit Care Med 2004 ; 169 : Series F, Kimoff RJ, Morrison D, Leblanc MH, Smilovitch M, Howlett J, Logan AG, Floras JS, Bradley TD : Prospective evaluation of nocturnal oximetry for detection of sleep-related breathing disturbances in patients with chronic heart failure. Chest 2005 ; 127 : Sullivan CE, Issa FG, Berthon Jones M, Eves L : Reversal of obstructive sleep apnea by continuous positive airway pressure applied through the nares. Lancet 1981 ; 1 : Giles TL, Lasserson TJ, Smith BH, White J, Wright J, Cates CJ : Continuous positive airways pressure for obstructive sleep apnoea in adults. Cochrane Database Syst Rev 2006 ; 3 : CD George CF : Reduction in motor vehicle collisions following treatment of sleep apnea with nasal CPAP. Thorax 2001 ; 56 : Engleman HM, Wild MR : Improving CPAP use by patients with the sleep apnoea/hypopnoea syndrome. Sleep Med Rev 2003 ; 7 : Ayas NT, Patel SR, Malhotra A, Schulzer M, Malhotra M, Jung D, Fleetham J, White DP : Auto-titrating versus standard continuous positive airway pressure for the treatment of obstructive sleep apnea: Results of a meta-analysis. Sleep 2004 ; 27 : Lim J, Lasserson TJ, Fleetham J, Wright J : Oral appliances for obstructive sleep apnoea. Cochrane Database Syst Rev ; 1 : CD Marklund M, Stenlund H, Franklin KA : Mandibular advancement devices in 630 men and women with obstructive sleep apnea and snoring: tolerability and predictors of treatment success. Chest 2004 ; 125 : Marklund M : Predictors of long-term orthodontic side effects from mandibular advancement devices in patients with snoring and obstructive sleep apnea. Am J Orthod Dentofacial Orthop 2006 ; 129 : Sundaram S, Bridgman SA, Lim J, Lasserson TJ : Surgery for obstructive sleep apnoea. Cochrane Database Syst Rev 2005 ; 4 : CD Walker-Engstrom ML, Tegelberg A, Wilhelmsson B, Rinqvist I. 4-year follow-up of treatment with dental appliance or uvulopalatopharyngoplasty in patients with obstructive sleep apnea: a randomized study. Chest 2002 ; 121 : Ryan CF : an approach to treatment of obstructive sleep apnoea/ hypopnoea syndrome including upper airway surgery. Thorax 2005 ; 60 : Strobel RJ, Rosen RL : Obesity and weight loss in obstructive sleep apnea: a critical review. Sleep 1996 ; 19 : Jocik R, Klimaszewski A, Crossley M, Sridhar G, Fitzpatrick MF: Positional treatment vs continuous positive airway pressure in patients with positional obstructive sleep apnea syndrome. Chest 1999 ; 115 : Rev Mal Respir 2007 ; 24 : 673-6

Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil

Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil Réseau Morphée Protocole de soins du Réseau Morphée Diagnostic devant une suspicion de syndrome des apnées de sommeil Mai 2006 Démarche diagnostique devant une suspicion de : SYNDROME D'APNEES OBSTRUCTIVES

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

INTRODUCTION L HISTORIQUE L HISTORIQUE DÉFINITION DU SAOS DÉFINITION DU SAOS 14/05/2010. CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A.

INTRODUCTION L HISTORIQUE L HISTORIQUE DÉFINITION DU SAOS DÉFINITION DU SAOS 14/05/2010. CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A. INTRODUCTION CHU de SETIF W.ZAHDA A.BOUDRIOUA M.AHMED AZI A.MOUMENI SAOS(Syndrome d Apnées Obstructives du Sommeil : affection fréquente 5% de la population. L obstruction au niveau des VAS( Voies Aériennes

Plus en détail

Indication et limites de la Polygraphie

Indication et limites de la Polygraphie Indication et limites de la Polygraphie M. Piot,A. Juchet, B Sablayrolles Pneumopédiatrie B Gardini, S Lagleyre, F Martin ORL. Clinique Sarrus Teinturiers Toulouse Troubles de la respiration pendant le

Plus en détail

Les troubles respiratoires de l obèse

Les troubles respiratoires de l obèse Les troubles respiratoires de l obèse DR Anne Mallart Hôpital Calmette - CHRU LILLE Clinique des Maladies Respiratoires Unité de Sommeil 3 Juin 2010 Les conséquences respiratoires de l obésité sont à la

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

La servo-ventilation : Principe et Indication

La servo-ventilation : Principe et Indication La servo-ventilation : Principe et Indication Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille Ile d Oleron - Avril 2012 La servo-ventilation : Principe et indication

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

Dépistage simple et convivial des apnées du sommeil. ResMed.com

Dépistage simple et convivial des apnées du sommeil. ResMed.com Dépistage simple et convivial des apnées du sommeil ResMed.com L Apnée du Sommeil Le Syndrome d Apnées du Sommeil (SAS) est une pathologie fréquente dont la prévalence augmente avec l âge. Elle est estimée

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation 8 ème CFP 2 A 16 novembre 2012 Syndrome d apnées du sommeil Explorer : de la prescription à l interprétation Nicole Beydon, Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau, Paris Conflits d intérêt Obligation

Plus en détail

Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit

Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit L apnée du sommeil, loin d être de tout repos! Docteur,mon mari ronfle et arrête de respirer la nuit Rebecca Langlais 1 Carole s inquiète, car son mari, Martin, souffre d hypertension asymptomatique et

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie Prévention et traitements des troubles du sommeil S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie CHU Grenoble Rencontres Nucléaire, Rayonnements et Santé 2010 Prévention et Traitement des Troubles du

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

O Perte pondérale. O Traitement positionnel. O Traitement par pression positive continue (PPC) O Orthèse d avancée mandibulaire (OAM)

O Perte pondérale. O Traitement positionnel. O Traitement par pression positive continue (PPC) O Orthèse d avancée mandibulaire (OAM) L apnée du sommeil, loin d être de tout repos! Au menu,le traitement du syndrome des apnées obstructives du sommeil Paul Verschelden 4 Menu du jour Le traitement du syndrome des apnées obstructives du

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil

Syndrome d apnées du sommeil Faculté de médecine de Sfax Cours de Pneumologie Syndrome d apnées du sommeil DCM1 Dr. Sameh MSAAD Cours Page 1 Objectifs éducationnels 1. Définir le syndrome d apnées du sommeil (SAS) 2. Préciser ses

Plus en détail

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS rthèse Narval.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAS Traitement du SAS par orthèse Narval.R.M. Entre 19 et 27% 1-2 des patients apnéiques traités par pression positive continue

Plus en détail

Les directives de la Société canadienne de thoracologie

Les directives de la Société canadienne de thoracologie Directives de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et traitement des troubles respiratoires du sommeil de l adulte John Fleetham MD, Najib Ayas MD, Doug Bradley MD, Kathy Ferguson MD, Michael

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

du diagnostic au traitement

du diagnostic au traitement Syndrome d Apnée du Sommeil et interaction cardio/pneumo : du diagnostic au traitement Dr N. Combes, Cardiologue, Clinique Pasteur, Toulouse Dr D. Jaffuel, Pneumologue, Polyclinique Saint-Privat, Béziers

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

Atelier interprétation polysomnographie

Atelier interprétation polysomnographie Apnée obstructive du sommeil Atelier interprétation polysomnographie Vincent Jobin MD Professeur agrégé de clinique U de M Co-directeur clinique sommeil CHUM ASMIQ -- Mai 2014 Conflits d intéret potentiels.

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil Mai 2012 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO Dr Marjolaine Georges Dr Jésus Gonzalez-Bermejo Pr Thomas Similowski Unité d appareillage respiratoire de domicile Service de Pneumologie et Réanimation

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI???

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? 2émes Journées Pratiques Respiration Sommeil 24 et 25 Septembre 2010, Montpellier Dr L. LEROUSSEAU Service de pneumologie, CHG d Antibes Juan les Pins Dr D.

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil

Syndrome d apnées du sommeil Syndrome d apnées du sommeil I. Diagnostic Epidémiologie 2% femmes et 4% hommes, 2 millions de français Facteurs de risque : homme, ménopause, age (60-70ans), obésité, anomalies maxillo-faciales, obstruction

Plus en détail

Propositions pour une éducation thérapeutique du patient apnéique

Propositions pour une éducation thérapeutique du patient apnéique 298 Éducation thérapeutique V. Barthassat, M. Chambouleyron, A. Golay Service d enseignement thérapeutique pour les maladies chroniques, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse. Propositions pour une

Plus en détail

Pulsoxymétrie nocturne avec sauvegarde des résultats

Pulsoxymétrie nocturne avec sauvegarde des résultats Pulsoxymétrie nocturne avec sauvegarde des résultats Un instrument pratique en médecine de famille Thomas Rothe Zürcher Höhenklinik Davos Quintessence Depuis janvier 2012, les internistes généraux peuvent

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX ÉVALUATION ECONOMIQUE

RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX ÉVALUATION ECONOMIQUE RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX ÉVALUATION ECONOMIQUE Évaluation clinique et économique des dispositifs médicaux et prestations associées pour la prise en charge du syndrome d

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant Série «Ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, A. Cuvelier et J.-L. Pépin L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant B. Fauroux 1, F. Lofaso 2 1 Service de pneumologie pédiatrique

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N M A T I N PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin 9, Av du Parc 33120 ARCACHON 15 et 16 Novembre 2013 24 et 25 Janvier

Plus en détail

Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil. Guide d exercice du Collège des médecins du Québec

Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil. Guide d exercice du Collège des médecins du Québec Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil Guide d exercice du Collège des médecins du Québec Mars 2014 Table des matières Résumé... 4 Glossaire... 6 Préambule... 10 Introduction...

Plus en détail

Syndrome d'apnées du Sommeil

Syndrome d'apnées du Sommeil Collaboration Labo : ASTRAZENECA Page 1 sur 7 Article de synthèse réalisé le 28 Avril 2001_Patrick Lévy, Jean Louis Pépin, Bruno Lepaulle Secteur Sommeil et Respiration. CHU Grenoble 38043 France Syndrome

Plus en détail

Comment investiguer les troubles respiratoires du sommeil chez l enfant?

Comment investiguer les troubles respiratoires du sommeil chez l enfant? pratique Comment investiguer les troubles respiratoires du sommeil chez l enfant? Rev Med Suisse 2008 ; 4 : 515-22 I. Rochat S. Guinand C. Barazzone G. Hafen INTRODUCTION How to investigate sleep related

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil

Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil REVISION DES DESCRIPTIONS GENERIQUES DE LA LISTE DES PRODUITS ET PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil Mai 2012 Service évaluation des

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

ORTHESES BUCCALES RESULTATS CLINIQUES. T.Petitjean LTRS. CHU du Nord LYON

ORTHESES BUCCALES RESULTATS CLINIQUES. T.Petitjean LTRS. CHU du Nord LYON ORTHESES BUCCALES RESULTATS CLINIQUES T.Petitjean LTRS. CHU du Nord LYON APRES L ATTELLE PNEUMATIQUE: LA STABILISATION MECANIQUE? % PATIENTS CPAP ORTHESES Monobloc Trd Mad 1902 1981 1982 1989 1991 1995

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue Formation Professionnelle Continue 58bis Allée des Grands Champs - 33470 GUJAN MESTRAS Tél : +33 (0)5.56.22.28.23 - Fax : +33 (0)5.56.66.70.04 Mail : contact@macsformation.com Site Internet : www.macsformation.com

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge

Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge J.C. Raphael* Points forts Il existe de nombreuses myopathies susceptibles de provoquer une atteinte

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT Cette formation peut vous permettre de valider votre obligation annuelle de DPC SYNDROME

Plus en détail

Le syndrome d apnées du sommeil associé à un

Le syndrome d apnées du sommeil associé à un Syndrome d apnées du sommeil chez l obèse : mécanismes et conséquences 1 Sleep apnoea in obese subjects: mechanisms and outcomes I. Poirot* 1 Correspondances en Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition

Plus en détail

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46 Table des matières SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS REMERCIEMENTS ii vii ix xi INTRODUCTION 1 CONTEXTE THÉORIQUE 5 Le système vasculaire cérébral 6 L'ischémie cérébrale transitoire 9

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

Marseille 21 > 23. Novembre

Marseille 21 > 23. Novembre Marseille P a R C C H A N O T 21 > 23 Novembre 2013 PROGRAMME PROVISOIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION Conférences plénières Le sommeil des animaux I. Tobler Syndrome d apnée : potentiel des biomarqueurs

Plus en détail

C.Veyssier-Belot, CHI Poissy-St-Germain. Pas de conflits d intérêts

C.Veyssier-Belot, CHI Poissy-St-Germain. Pas de conflits d intérêts C.Veyssier-Belot, CHI Poissy-St-Germain Pas de conflits d intérêts 1 2 Am J Med 2014 : 127 : 124-31 3 4 Méta analyse primaire Stratégies de transfusion (libérale / restrictive) études randomisées où le

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Les jeudis de l Altitude

Les jeudis de l Altitude Les jeudis de l Altitude 17 Septembre 2009 22 Octobre 2009 26 Novembre 2009 Centre d Expertise sur l Altitude Rhône Alpes (EXALT) Acclimatation & MAM Jean-Pierre Herry Hugo Nespoulet Bruno Tollenaere Centre

Plus en détail

Service de pneumologie. centre hospitalier de Montélimar. Docteur Dominique Martineau. Novembre 2014. Fat Joe. syndrome de Pickwick 1956 Burwell

Service de pneumologie. centre hospitalier de Montélimar. Docteur Dominique Martineau. Novembre 2014. Fat Joe. syndrome de Pickwick 1956 Burwell Service de pneumologie centre hospitalier de Montélimar Fat Joe Docteur Dominique Martineau Novembre 2014 syndrome de Pickwick 1956 Burwell 1 - Physiologie du sommeil normal - Investigations des troubles

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue Formation Professionnelle Continue Abonnement à partir de 75 58bis Allée des Grands Champs - 33470 GUJAN MESTRAS Tél : +33 (0)5.56.22.28.23 - Fax : +33 (0)5.56.66.70.04 Mail : contact@macsformation.com

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne!

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! C est le Vendée Globe des Ateliers d Arcachon! Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! Soyez prêt pour un départ le 13 novembre 2014! PROGRAMME 2014-2015 ATELIER 1 ATELIER 2 ATELIER 3

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

Prise en charge de l apnée du sommeil en France

Prise en charge de l apnée du sommeil en France Prise en charge de l apnée du sommeil en France Version du 29 mars 2012 Rencontres sur le syndrome d'apnées du sommeil Conseil économique, social et environnemental 1 Plan Observance: comparaison de 6

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18

Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18 Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18 Lundi 18 Octobre 2010 (Responsable MF Vecchierini )

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail

Quelle évaluation préthérapeutique d un patient avec SAHOS nouvellement diagnostiqué?

Quelle évaluation préthérapeutique d un patient avec SAHOS nouvellement diagnostiqué? ISSN 0761-8425 Organe Officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française www.splf.org Numéro réalisé avec le soutien institutionnel de l Antadir Société Française de Cardiologie Maladies Revue des

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

Classification des troubles du sommeil ICSD-2

Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Insomnies Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Troubles respiratoires du sommeil Hypersomnies non dues à un trouble respiratoire du sommeil Troubles circadiens du rythme veillesommeil Parasomnies

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent

Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent U-628 Apprentissage et Sommeil: un enjeu majeur pour l enfant et l adolescent Patricia Franco Unité de Sommeil Pédiatrique Centre de Référence Narcolepsie-Hypersomnie Idiopathique Hôpital Femme Mère Enfant

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Traitement des troubles respiratoires du sommeil en cas d insuffisance cardiaque

Traitement des troubles respiratoires du sommeil en cas d insuffisance cardiaque Traitement des troubles respiratoires du sommeil en cas d insuffisance cardiaque BiPAP autosv Advanced Auteurs : S. Coughlin, B. Favier et F. Abdenbi Prévalence des troubles respiratoires du sommeil chez

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Chantal Karila Hôpital Necker Enfants malades, Paris CP 2 A - 2009 Dyspnée d effort Symptôme fréquent, qui peut prendre différentes expressions Une

Plus en détail

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap L atteinte respiratoire lors de polyhandicap Jean-Christophe Dubus, Marion David Unité de Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM pédiatrique & CNRS, URMITE 6236 CHU Timone-Enfants, Marseille Sujet difficile

Plus en détail