Ce que nous savons duleader de 2020, c est qu il est déjà présent dans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce que nous savons duleader de 2020, c est qu il est déjà présent dans"

Transcription

1 olivier basso Directeur associé d aden Executives elisabeth lulin Directrice du cabinet Paradigmes et caetera Comment imaginer le leader d une grande entreprise du CAC40 en 2020? En nous fondant sur ce que nous savons déjà de lui (ou d elle) et sur les signaux faibles que nous percevons aujourd hui comme autant d indices de changements profonds en cours d émergence,et qui affecteront inévitablement sa fonction et son comportement. Ce que nous savons duleader de 2020, c est qu il est déjà présent dans l entreprise dont il prendra la tête demain, ou dans l une de ses homologues, et qu il yest probablement aujourd hui déjà identifié comme haut potentiel. Signes particuliers Deux paramètres ne sont pas encore clairs :d une part l âge auquel il parviendra aux commandes, et d autre part l «endogamie» plus ou moins grande de son parcours. La questiondel âgetout d abord. On aconstaté au cours des récentes années un phénomène de rajeunissement des dirigeants du CAC40, avec l arrivée de quadragénaires aux postes de direction générale (Schneider Electric, Société générale, Carrefour). Pour autant, ce constat ne saurait avoir valeur de pari sur la pérennité des dirigeants nouvellement nommés. Subiront-ils le taux de rotation moyen observé en Europe àceposte (de l ordre de cinq ans), ce qui les amènerait à céder rapidement la place à la génération suivante auquel cas nous aurions en 2020 des dirigeants eux-mêmes assez jeunes? Ou bien leur arrivée relativement précoce au pouvoir laisse-t-elle augurer un règne de longue durée auquel cas nous aurions en 2020 la génération des quadragénaires de la décennie 2000, nés dans les années 1960, âgés donc de 50 à60ans, parallèlement à un vieillissement d ensemble de la populationactiveetàunrecul inévitable de l âgede la retraite pour cause de déficit de l assurance-vieillesse? 1 er trimestre

2 Dossier :entreprise 2020 Si nous devons opter pour l un de ces deux scénarios, nous penchons pour le premier. La volatilité accrue des situations, la tolérance plus faible des actionnaires et de l opinion vis-à-vis des erreurs ou des échecs des dirigeants ainsi que la nécessité pour les grandes entreprises d offrir à leurs cadres à haut potentiel des progressions de carrière rapides sous peine de les voir s envoler vers une concurrence jugée plus prometteuse nous semblent des tendances difficiles à inverser. En d autres termes, nous parions plutôt sur le raccourcissement de la longévité au pouvoir, le rajeunissement de l âge d accès aux postes de leadership et, par conséquent, sur la nécessité d inventer un devenir pour les leaders «déchus» après leur expérience de numéro un à la direction générale d une très grande entreprise. La question del «endogamie», quant àelle, peut se formuler ainsi :leleader de demain arrivera-t-il aux commandes d une entreprise dans laquelle il aura accompli de longues années de carrière, voire l intégralité de son parcours, ou, au contraire, d une entreprise qui le recrutera «sur la ligne d arrivée»?le modèle du compagnonnage contre celui des vedettes du football. La plupart des grandes entreprises auront à coeur de se donner pour dirigeant une personne issue de leurs rangs. L observation des faits nous apporte des signaux contradictoires à ce sujet :d un côté l accent mis sur la différenciation par la culture d entreprise, sur la complexité croissante des métiers et des stratégies dans un univers globalisé plaide pour un fort enracinement dans l entreprise comme condition de la capacité du leader à la diriger effectivement ;d un autre côté la fragilisation du contrat social entre l entreprise et ses employés, la multiplication des opérations d acquisition et de cessions venant modifier le périmètre des groupes pointent dans la direction d une plus grande fluidité des entrées et sorties. Dans le contexte culturel français, qui sera encore dans douze ans plus relationnel que transactionnel (et hormis le cas particulier des entités contrôlées par l État, qui pourront éventuellement se prêter encore un peu au jeu des parachutages), nous pensons que la plupart des grandes entreprises auront à cœur de se donner pour dirigeant une personne issue de leurs rangs. Celle-ci n y aura pas nécessairement fait toute sa carrière, mais y aura passé un temps suffisant, éventuellement marqué d allers et retours avec l extérieur. À cet égard, nous voyons une prime aux sociétés qui sauront le mieux maintenir un lien avec ceux de leurs cadres à haut potentiel qui les auront quittées à un moment ou à un autre, mais qui pourraient revenir si l occasion s en présentait, enrichis d une expérience externe. 46 Sociétal n 63

3 Présents dans l entreprise depuis longtemps, fût-ce avec des interruptions, et probablement français, quelle que soit l internationalisation de celle-ci. Il y a et il y aura toujours des exceptions àcette règle (évoquons pour mémoireles destins contrastés de Patricia Russo à la tête d Alcatel-Lucent, de Lindsay Owen-Jones à la tête de L Oréal, et plus récemment de Ben Verwaayen à Alcatel-Lucent). Mais plusieurs raisons justifient un pronostic qui demeure conservateur sur ce point. D une part l ancrage des grandes compagnies internationalisées à leur territoire d origine est peu contestable : importance stratégique du marché intérieur (énergie, eau, banque), liens avec le savoirfaire ou la réputation nationale (secteurs du luxe, de la mode, des parfums), poids des commandes publiques (aviation, BTP ), force du support de l État (secteur pétrolier, armement). D autrepart, l accès au premier cerclerequiertl apprentissagedelalangue du pouvoir,et celle-ci n est pas toujours celle qui se parle dans les réunions officielles du comité exécutif.les échanges informels et occasionnels dans les couloirs du siège révèlent souvent l identité linguistique dominante de l entreprise,au-delà du fantasme managérial d une entité globale sans identité nationale. Arbitrer Le leader,dans l entreprise ou ailleurs, est supposé construire une vision, inspirer de nouvelles représentations du futur 1 et, finalement, fabriquer une stratégie qui guidera le développement de l organisation et de son activité.qu en sera-t-il en 2020? Observons tout d abord qu il y a plusieurs manières, pour une entreprise,d envisager son avenir et de construire la trajectoire qui l y mènera. Le premier modèle,que l on pourrait qualifier de téléologique,consiste à définir un futur désirable, ce à quoi ressemblera l entreprise à l horizon voulu, et à tracer de manière raisonnée,étape par étape,le chemin pour y aller :un point A (aujourd hui), un point B (le demain que l on souhaite) et une ligne droite pour se rendre de l un à l autre. Le leader est alors celui qui sait définir le point B le plus pertinent et déterminer la trajectoire pour s y rendre. Le deuxième modèle appelons-le essais/erreurs consiste à aborder l avenir non pas en définissant de manière univoque un futur unique,bien délimité,représentant. Cf.«À la recherche des nouveaux leaders», Sociétal, avril 2003, n er trimestre

4 Dossier :entreprise 2020 l objectif à atteindre, mais en choisissant une direction : on ne préjuge pas du terme du voyage, mais du moins sait-on reconnaître qu il se trouve ici une bifurcation et que, parmi les voies proposées, celle-ci est plus prometteuse que celle-là. Dans ce modèle, la capacité spécifique du leader est, d une part, d être attentif aux bifurcations, de savoir se rendre compte des grandes options ouvertes à un instant donné et, d autre part, d être capable de reconnaître une erreur, de prendre conscience qu une mauvaise direction a été prise et d accepter d en changer.il ne s agit plus véritablement d un talent pour prévoir l avenir ou le construire de manière quasi démiurgique, mais d une vigilance face aux signaux faibles, d une imagination suffisamment plastique pour concevoir des alternatives et d une certaine humilité pour accepter de se remettre en cause. il deviendra évident que la complexité du dispositif ne se prête plus à un pilotage par un seul chef. Le troisième modèle enfin, plus darwinien, consiste à considérer que le moteur d une entreprise n est pas une vision énoncée d en haut, mais une multiplicité d initiatives prises localement, sur chaque marché, chaque segment de clientèle,chaque pays et que la stratégie est une rationalisation ex post de ces initiatives, dont certaines réussissent, et sont alors encouragées par plus d allocation de capital, plus de prééminence organisationnelle, plus de liberté de manœuvre, tandis que d autres échouent et sont alors éliminées. Le rôle du leader est de créer un contexte organisationnel qui permet tout d abord l éclosion de ces initiatives (donc autorise l expérimentation etadmet le droit àl erreur,mais sans favoriser non plus une prise de risque excessive), et qui entraîne ensuite leur évaluation, le tri entre celles qui méritent d être promues et celles qui doivent être arrêtées, l adaptation permanente de l entreprise pour valoriser le plus vite et le plus pleinement possible les initiatives les plus prometteuses. Le dirigeant devient alors un régulateur. Nous pensons qu en2020 le premier type de modèle et le type de leader associé n existeront quasiment plus. L environnement des grandes entreprises multinationales, actives sur plusieurs métiers, plusieurs marchés, plusieurs géographies, qui est déjà aujourd hui complexe et instable le sera plus encore. Les raisons qui ont conduit, il y a quelques décennies, à considérer que la planification centralisée au niveau de l État n était plus opérante auront les mêmes conséquences au niveau des grandes entreprises :il deviendra évident que la complexité du dispositif ne se prête plus à un pilotage par un seul chef. 48 Sociétal n 63

5 Selon la nature de leur métier, nous pensons que les entreprises de 2020 s organiseront selon deux modèles. Le premier sera fortement capitalistique, requérant des montants unitaires d investissement élevés pour développer un nouveau produit, se prêtera mal à une approche darwinienne.le deuxième correspondra aux entreprises de services, reposant fortement sur le dynamisme de petites équipes, s en accommodera fort bien. En tout état de cause, cela signifiera des leaders moins autocentrés, plus ouverts sur l environnement, plus arbitres et régulateurs d une équipe que réalisateurs individuels. Au-delà des dimensions personnelles 2 (traits de caractère etqualités propres) et des modalités de l exercice du pouvoir 3 (constituer une équipe, décider en contexte d incertitude), le dirigeant de l an 2020 devra aussi maîtriser deux grandes problématiques dont ses prédécesseurs d aujourd hui se déchargent souvent sur leurs collaborateurs : l attractivité de l organisation, actuellement souvent sous-traitée au directeur des ressources humaines, et l inscription sociétale de l entreprise,confiée au directeur du développement durable. Inspirer Le rôle d «architecte organisationnel», traditionnellement dévolu au dirigeant, nous semble devoir évoluer vers celui d «attracteur». Les tendances à l œuvre aujourd hui au sein des grandes entreprises remettent manifestement en question la nature du lien qui rassemble les salariés dans l enveloppe organisationnelle. Les contrats juridiques et psychologiques qui unissent un salarié à son organisation se sont diversifiés et affaiblis, notamment en France. La multiplication des dénonciations concernant le stress au travail ou l insécurité des statuts peut être rapprochée des discours en faveur de l entrepreneuriat personnel (Me Inc.) et de la demande croissante d individualisation des parcours professionnels dans l entreprise.evoquons également l émergence de la notion de «marque personnelle» (personal branding), de «réputation numérique» 4 et l apparition d agences de talents. Lire par exemple Steven B. Sample, Jossey-Bass, The Contrarian s Guide to Leadership, 2001 (traduction française, Devenez un grand leader,eyrolles, 2005).. Olivier Basso,Catherine Blondel, Profession PDG. Que font nos dirigeants?,village mondial, Lire à cet égard l article remarquable de Géraldine Bordère, «Comment faire pour être bien vu sur le Web», Le Monde,10avril er trimestre

6 Dossier :entreprise 2020 qui se proposent d agir comme imprésarios, intermédiaires entre les hauts potentiels conscients de leur valeur et leurs futurs employeurs avec sans doute une parenthèse en période de récession, mais guère plus. Cette conjonction de phénomènes marque une redéfinition profonde des rapports des salariés avec leur entreprise.celle-ci a perdu le statut de référentiel stable auquel elle pouvait prétendre pour des individus plongés dans un univers en recomposition (affaiblissement du lien familial, désengagement de l État, impuissance des politiques). Nous sommes désormais fort éloignés des années 1980, où l entreprise pouvait prétendre incarner l Institution par excellence et servir de modèle aux autres organisations. Elle n est plus perçue comme durable. Elle apparaît soumise aux aléas de l achatvente (cotation) et des opérations de transformation :les acquisitions, fusions et autres absorptions transfrontalières, qui ne sont plus des événements exceptionnels mais font partie de sa vie courante.elle peut ainsi être scindée ;certaines de ses parties seront intégrées, alors que d autres seront cédées sans difficulté. Ces pratiques, désormais acceptées par la société française, marquent la fin de l idéal communautaire et participatif des années L attractivité de l entreprise devient une question centrale. De ce fait, l attractivité de l entreprise devient une question centrale :comment échapper àladésaffiliation? Quelle va être lacapacité des organisations à retenir leurs talents? Les problématiques de la marque employeur,de la fidélisation rencontrent les aspirations des futurs employés :«On note une révolution dans la perception du travail par les nouvelles générations. Le salaire ou la notoriété d une entreprise ne sont plus les seules motivations des candidats, sensibles à des critères plus subjectifs comme l ambiance au bureau, l image ou les opportunités professionnelles et personnelles» 5,observe Pascale Locmane, directrice générale adjointe de Mediasystem, filiale de Publicis qui gère la communication de recrutement d Unilever, de Valeo ou de Coca-Cola. L importance croissante des classements d entreprises sur la qualité de l environnement professionnel qu elles promeuvent (a great place to work) va dans le même sens. L image de l organisation et sa réputation auprès de l ensemble des acteurs avec lesquels. Source : Stratégies n 1320, 1er avril 2004, p Sociétal n 63

7 elle interagit sont devenues des actifs intangibles très précieux : employés, présents ou passés, candidats, jeunes diplômés, consommateurs sont autant d évaluateurs en temps réel dont les jugements et les perceptions peuvent se diffuser très rapidement (via les blogs et forums de discussionsur Internet). Prenons pour seul exemple l image désastreuse de certaines SSIIdontles pratiques et la culturesontdénoncées en termes crus par les anciens employés;ces derniers évoquent ainsi librement leur expérience de manière anonyme et intime avec les candidats qui s informent des conditions de travail telles qu elles sont réellement chez leur employeur. 6 Dans ce cadre, le dirigeant apparaîtra naturellement comme le représentant de la marque de l entreprise ;il incarne l employeur et devient le garant de l attractivité. Cela n implique pas nécessairement un retour de la starisation 7 (limitée par le taux de rotation important dans la fonction), mais les faits et gestes du président seront observés avec attention ;la lisibilité de son style de leadership et sa capacité à gérer les symboles seront des atouts irremplaçables. Être acteur En 2020, le tableau de bord dudirigeant aura pleinement intégré ladimension sociétale.il ne s agit ici nullement de confondre la finalité d une entreprise avec les buts collectifs de la société civile, mais d admettre le fait que les grandes entreprises sont perçues par l opinion comme des acteurs politiques. La puissance des plus grandes d entre elles est désormais supérieure à celle de bien des États ;même si les chiffres sont difficilement comparables, mentionnons simplement le fait que le chiffre d affaires annuel d un groupe comme ExxonMobil dépasse de loin le PIB de la plupart des pays de la planète.les pouvoirs publics eux-mêmes tendent à conférer aux entreprises ce rôle politique en les invitant à des démarches de responsabilité sociale, environnementale ou citoyenne. Évoquons pour exemple l appel lancé en 1999 au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, par le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, invitant les entreprises à souscrire au Pacte mondial, par lequel elles s engagent àadopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d influence un ensemble de valeurs fondamentales qui touchent aux droits de l homme, aux normes du travail, à l environnement et à la lutte contre la corruption.. Cf.par exemple sur le site :http://www.developpez.net/forums/f597/emploi-etudes-informatique/emploi/salaires. Lire par exemple Rakesh Khurana, Searching for a Corporate Savior :The Irrational Quest for Charismatic CEOs, Princeton University Press, er trimestre

8 Dossier :entreprise 2020 La grande entreprise nepeut donc plus se tenir àl écart du cours du monde en arguant de la spécificité de ses interventions, limitées au seul monde des échanges économiques. L attention portée désormais aux effets d externalité, lamontée des inquiétudes quant au changement climatique,la raréfaction des ressources naturelles placent la grande entreprise dans une situation où tout ce qu elle fera, ses actions comme son éventuelle inaction ou abstention, sera interprété, commenté, éventuellement critiqué. En 2020, le dirigeant aura face à lui une opinion publique dont une large part aura été éduquée dans la prise de conscience des risques climatiques et la défense du patrimoine terrestre, et dans l évidence,àcet égard, de la responsabilité des entreprises. L opinion publique demandera de plus en plus de comptes aux entreprises sur leur implication dans les grandes questions du monde moderne. L opinion publique demandera de plus en plus de comptes à ces dernières sur leur implication dans les grandes questions du monde moderne. Les entreprises pétrolières et minières devront plus que jamais répondre de leur responsabilité environnementale, les entreprises agroalimentaires et pharmaceutiques, de leur contribution à la santé humaine et à la lutte contre les maladies, partout et pour tous ;les entreprises de médias et d Internet, de leur engagement en faveur de la liberté d expression et contre la manipulation des consciences. Ce qui se profile derrière le label «développement durable», c est l extension du thème de la sécurité,de la préservation des droits de l homme et de la gestion des risques, tant sur le plan géographique (le village planétaire) qu au niveau de l enchaînement des causes et des responsabilités (la responsabilité des conséquences secondes, voire tierces, de ses actes). Face àcette donne, ledirigeant de 2020 devra avoir construit ses fenêtres sur le monde, ses outils d alerte et ses cadres de compréhension dans une optique allant bien au-delà du pilotage de son entreprise ;avoir identifié les points d articulation entre l activité et la société dans laquelle elle est immergée ;être en prise sur des sources d information hétérogènes, lui permettant d intégrer des angles de vue radicalement différents du sien. 52 Sociétal n 63

9 Les analyses de Michel Bauer et de Bénédicte Bertin-Mourot sur les filières de formation des grands dirigeants français parues il y a vingt ans 8 conservent à nos yeux leur pertinence. Ce n est pas tant l origine (nationalité, éducation) des dirigeants qui va évoluer que leur posture et leur manière d appréhender le monde.la planète est non seulement le terrain de jeu des grandes entreprises mais aussi le théâtre de leur représentation : leurs actions seront de plus en plus soumises à l évaluation, et leur comportement, en quelque lieu que ce soit, pourra difficilement demeurer caché. Cette nécessaire publicité des actions de la grande entreprise conduit à un changement d attitude du dirigeant :«le palais de cristal» du philosophe Peter Sloterdijk 9 exigera une capacité de clairvoyance et une préparation qui touchent à la paranoïa.. Par exemple B. Bertin Mourot, M. Bauer, Les Deux Cents, Comment devient-on un grand patron?,leseuil, P. Sloterdijk, Le Palais de cristal.àl intérieur du capitalisme planétaire,maren Sell Éditeurs, er trimestre

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) & le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e vous propose : baromètre AFUP Agence-e 2014 : Les salaires de L écosystème php en france édito : Fondée

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent

Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent Investissement Socialement Responsable Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés a performance

Plus en détail

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser 2 PLAN : 1 ère Partie : L information : un outil de gestion stratégique

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable Petit-Matin RH Adecco : «Les défis d avenir de la gestion des ressources humaines» par Florent Francoeur, CRHA Le premier Petit-Matin RH 2013 organisé par Adecco s est déroulé le 21 février dernier au

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME Gestion des Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME RH Gestion des temps Gestion du recrutement Gestion des emplois et des compétences Gestion de la Ce guide a été réalisé à l initiative

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Paris - 11 juin 2015 CONSTRUIRE L AVENIR, C EST NOTRE PLUS BELLE AVENTURE I - Présentation du Groupe 2 Profil Un groupe industriel diversifié Le groupe Bouygues propose

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

La gestion du changement : vers l entreprise numérique

La gestion du changement : vers l entreprise numérique La gestion du changement : vers l entreprise numérique Les technologies de l information transforment nos habitudes de travail quotidiennes. Elles les automatisent en partie, réduisent généralement le

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013

Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013 Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013 UNE COMMUNICATION EN COHERENCE AVEC LA PHILOSOPHIE D INTERVENTION ÉLÉMENT FONDAMENTAL DE LA STRATÉGIE DE MANAGEMENT DOIT VÉHICULER LA VISION

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours est un cabinet de Repositionnement professionnel

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr. Master Marketing et Études

27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr. Master Marketing et Études 27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr Master Marketing et Études REVENIR À NOTRE VOCATION PREMIÈRE Hervé Crès, Directeur adjoint, Directeur des études et de la scolarité

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

Université d Ottawa. ÉCOLE de GESTION TELFER. La haute performance. Ça part d ici : le MBA Telfer

Université d Ottawa. ÉCOLE de GESTION TELFER. La haute performance. Ça part d ici : le MBA Telfer Université d Ottawa ÉCOLE de GESTION TELFER La haute performance Ça part d ici : le MBA Telfer La haute performance À propos de l École de gestion Telfer de l Université d Ottawa L École de gestion Telfer

Plus en détail

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Public concerné Dans l exercice de vos fonctions de manager qu elles soient nouvelles pour vous ou déjà expérimentées vous avez pu mesurer

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail