Le marché des Assurances :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché des Assurances :"

Transcription

1 GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Le marché des Assurances : bilan et perspectives Note de conjoncture 2013 Réunion des Marchés 19 septembre 2013 Document confidentiel Ne pas diffuser sans autorisation

2

3 Sommaire 1 Introduction 3 Bilan du marché de l assurance Les tendances du marché IARDT en France Les tendances du marché CPC à Londres Les tendances du marché des spécialités Les tendances du marché des Assurances de Personnes Conclusion : points de vigilance et recommandations Annexe : les chiffres clés du marché mondial

4 Sommaire Introduction...1 Bilan du marché de l assurance Les chiffres Clés du marché français Marché Mondial...6 Les tendances du marché IARDT en France Dommages aux Biens et Pertes d Exploitation Automobile Maritime - Transport Responsabilité Civile Générale Atteinte à l Environnement Responsabilité des Dirigeants Rapports Sociaux - Fraude Construction...19 Les tendances du marché CPC à Londres Construction market review Property market review Liability market review Les tendances du marché des spécialités Distribution d assurance Risques Spéciaux Institutions Financières Cyber Risques Financements alternatifs Risques Politiques Kidnap and Ransom Crédit...40 Les tendances du marché des Assurances de Personnes Individuelle Accident Prévoyance et Santé La Retraite...45 Conclusion : points de vigilance et recommandations...47 Annexe : les chiffres clés du marché mondial...49

5 Introduction 1

6 Introduction Gilles Beneplanc Directeur Général Délégué Gras Savoye Dans les tout premiers cours d économie, on apprend que les prix d un marché s ajustent en fonction de l offre et de la demande. L observation des marchés d assurance montre que la réalité n est pas aussi simple : l ajustement des prix obéit à des processus complexes, parfois difficiles à comprendre et encore davantage à prévoir. Pourtant, les facteurs déterminants des prix sont connus. Les résultats des assureurs sont à l origine des politiques de souscription futures mais ils sont fortement influencés par des événements de fréquence faible : catastrophes naturelles, sinistres moyens ou émergence de risques nouveaux. La demande des entreprises va, elle, être fortement influencée par leur degré d aversion au risque, souvent lié à leur résultat et à leur cash flow. 2 L assurance et la réassurance restent très sensibles à la situation générale des marchés financiers : capital disponible, rendement des actifs et en particulier niveau des taux d intérêt. Face à cette réalité mouvante, l objectif de cette note est de partager avec nos clients et partenaires les observations et analyses des spécialistes de Gras Savoye et de Willis, et de leur fournir des grilles de lecture et des pistes d action en préparation des renouvellements de fin d année. Toutes nos équipes se tiennent à votre disposition pour approfondir les sujets de cette note qui vous intéresseraient particulièrement et vous accompagner dans vos réflexions en cette période stratégique. Bien à vous, Gilles Bénéplanc

7 Bilan du marché de l assurance 3

8 Bilan du marché de l assurance Stéphanie Martin Directrice Direction des Marchés Gras Savoye 1. Les chiffres Clés du marché français Dans un environnement économique de plus en plus complexe, les marchés de l assurance et de la réassurance doivent faire face à de nombreux défis : nla crise financière qui affecte les résultats des assureurs. nune exigence accrue en fonds propres en lien avec Solvency II. nune rentabilité modeste des marchés vie et non vie dans un environnement de taux d intérêt durablement bas. 4 Les Assurances de Personnes conservent un poids prépondérant sur le marché de l assurance (73% avec 131,3Mds d euros) est la troisième année consécutive marquée par une baisse des cotisations et une hausse des prestations. Cependant, les 5 premiers mois 2013 laissent présager une meilleure année : +.6.7% de cotisations (+ 8.8% en ADP et + 2.5% en IARD). Tandis que l ADP voit son chiffre d affaires dimininuer progressivement depuis 2010, l IARD est en légère croissance depuis Le marché non vie Malgré une sinistralité en hausse (+4.2% entre 2011 et 2012), les cotisations 2012 sont en hausse par rapport à 2011, et les 5 premiers mois de l année 2013 présentent une tendance identique autour de 2.5%. Données chiffrées : Source FFSA

9 Bilan du marché de l assurance Le marché des Biens et des Responsabilités est en croissance, les 5 premiers mois 2013 affichent une croissance à 2.5%. En l absence de catastrophes majeures et en présence de fortes capacités sur le marché, les prix pourraient continuer à s éroder, de fortes disparités se créant entre les branches. Autant de facteurs qui devraient contribuer à créer des conditions de marché soft pour nombre d entre elles. Le développement contrasté des branches Automobile et Dommages est révélateur des schémas de croissance en Europe de l Ouest. En France, la croissance la plus forte a été réalisée en Dommages et en Automobile, malgré un marché Construction en perte de vitesse (-2.8% d affaires directes) et un marché des ventes de véhicules neufs déprimé. Cette croissance des primes est due à des hausses tarifaires dans les branches Automobile et Dommages principalement. Le marché des Assurances de Personnes Les cotisations sont en recul, sous l effet des moindres versements en assurance vie. Les 5 premiers mois 2013 laissent présager une meilleure année (à ce jour hausse des cotisations de 8.8% et baisse des prestations & rachats de 13.9%). 5 Données chiffrées : Source FFSA Déjà impacté en 2011 par un recul de l assurance vie, l année 2012 connaît une nouvelle baisse du fait d une collecte nette négative estimée à -6.5 Mds. C est un fait très nouveau et inquiétant. Les affaires nouvelles des contrats à prime unique ont très fortement baissé, en partie à cause des banques qui offrent des produits de substitution à des conditions plus attractives. En revanche, le secteur Maladies et Accidents est pour sa part en croissance de 4.5 % par rapport à Les organismes d assurances ont versé 103Mds de prestations sociales en 2012 (ce qui représente17.7% des 582 Mds versés tous régimes confondus). Les cotisations des Maladies et Accidents sont très légèrement supérieures aux prestations versées, l année 2012 restant donc en légère croissance. Et les 5 premiers mois 2013 montrent une croissance de 9.5% par rapport à Les provisions Retraite pour 2012 ont été de 151.4Mds, un niveau de collecte proche de 2008.

10 Bilan du marché de l assurance Dominique Boinot Directeur Réassurance Facultatives Gras Savoye Corporate Risk management Jean-Christophe Lapeyre Executive Director, CPC, Construction, Property and Casualty Willis 2. Marché Mondial Résultats financiers du deuxième trimestre 2013 des assureurs et réassureurs Les résultats du deuxième trimestre 2013 sont en amélioration par rapport à l année précédente (pour la même période). 6 Les primes nettes émises ont continué à augmenter début 2013; ce qui s explique, en partie, par une courte période de hausse des taux de primes aux Etats-Unis. Ces hausses ont désormais tendance à s atténuer, et les taux retrouvent leur niveau de Les ratios combinés sont repassés en dessous de 100% dès 2012, et ont tendance à se stabiliser, ce qui permet aux assureurs de durcir leur politique de provisionnement. Les derniers rapports indiquent une légère réduction du niveau des capitaux propres. Cette situation a été provoquée par des dépréciations sur les portefeuilles d actifs causées par l anticipation de la hausse des taux d intérêt et des rendements obligataires. La Réserve Fédérale Américaine a en effet évoqué l éventuelle inflexion progressive de sa politique monétaire. Il y a eu une dégradation de la sinistralité (événements naturels & autres) entre le 1er et le 2nd trimestre 2013, principalement causée par les inondations en Europe (centrale et orientale) et en Alberta (Canada). Malgré la baisse des produits financiers, et l augmentation de la charge sinistre, les assureurs restent raisonnablement confiants dans leur capacité à atteindre leurs prévisions de bénéfices pour la fin de l année. Pas de redressement des prix attendu à court terme. Des projets ou opérations de fusions-acquisitions redémarrent sans que cela ait, à ce stade, d impact sur les capacités disponibles. La gestion du capital demeure un facteur clé dans l environnement actuel. AIG a par exemple annoncé ses premiers dividendes depuis sa prise de contrôle par le gouvernement américain (après la crise financière mondiale), et a autorisé un rachat de 1Md$ de ses propres actions. Dans un environnement politique et économique incertain, les assureurs ont des chiffres d affaires qui augmentent et ont démontré leur capacité à restaurer leurs marges après une année catastrophique (2011). Ils continuent à attirer des capitaux et à offrir de la capacité. Et c est l abondance de capacité qui continue à exacerber la concurrence, et qui maintient une pression forte sur les tarifs.

11 Les tendances du marché IARDT en France 7

12 Les tendances du marché IARDT en France Gérard Guendafa Directeur Dommages Gras Savoye Corporate Risk Management Frédéric Durot Directeur Technique Dommages Gras Savoye Corporate Risk Management 1. Dommages aux Biens et Pertes d Exploitation Tendances 2013/2014 : le marché demeure compétitif de façon sélective sur les affaires de qualité. 8 nl année 2012 a apporté des résultats bénéficiaires pour le marché Dommages. Il est en nette amélioration par rapport à l année 2011, dégradée en raison de la sinistralité liée à la ligne Evénements Naturels. nglobalement, on note les mêmes tendances qu en 2012/2013 : un marché soft, voire opportuniste, sur des affaires ciblées. nréactivité sur les affaires présentant une sinistralité dégradée et/ou des activités sensibles et/ou des expositions à des Evénements Catastrophiques, qu ils soient d origine climatique, géologique ou la conséquence de violences politiques. Capacité / Appétits La capacité théorique totale reste très importante (3 Mds ) à laquelle s ajoute le marché de la Réassurance Facultative (500 M ) et le marché de Londres (500 à 700 M ). nlégère érosion de la capacité directe avec le retrait du Gan (acheté par Allianz, fusion effective en juin 2013) et de Torus (arrêt de la souscription dommages en avril 2013). nen contrepartie, il y a un apport de capacités nouvelles en réassurance : Kiln à Paris, Arch ré à Zurich et Sompo à Bruxelles.

13 Les tendances du marché IARDT en France Prix et Franchises Même tendance qu en 2012, avec une compétition importante sur les affaires de qualité et des opportunités de baisse et, a contrario, un marché réactif sur les affaires sinistrées ainsi que sur certaines activités et/ou expositions jugées sensibles. Le processus de raidissement en cours depuis 2011 a néanmoins été ralenti du fait des bons résultats des assureurs au plan mondial en 2012, malgré l impact important de l ouragan Sandy. Le niveau historiquement bas des taux d intérêt, la crise financière, le ralentissement de la croissance mondiale et le processus Solvency II sont des points de vigilance. Garanties Confirmation de la tendance à la baisse des limites pour les garanties suivantes : névénements naturels catastrophiques dans les zones jugées sensibles ; nsupply chain ; nexpositions sensibles en grèves, émeutes et mouvements populaires. Souplesse 9 Le recours aux referrals ainsi qu aux modélisations Cat ralentit les prises de décision, les souscripteurs étant beaucoup plus tributaires qu auparavant des parties prenantes. Divers Développement du recours aux marchés spécialisés des risques Cat : nintérêt croissant à rechercher des capacités complémentaires sur les marchés spécialisés, que ce soit sur les expositions Cat Nat ou Violence Politique & Terrorisme. nrecours généralisés des assureurs & réassureurs, aux modélisations Cat en amont de leurs études de souscription.

14 Les tendances du marché IARDT en France Christian Danel Directeur Automobile Gras Savoye Corporate Risk Management 2. Automobile Les conditions de marché ont peu évolué en un an. Nous avons toujours à résoudre une «équation impossible» entre la recherche d un retour à l équilibre par l ensemble des assureurs et la nécessité de réduction des coûts de la part des assurés. Des économies sont réalisables par une approche globale de réduction des coûts de la flotte. 10 Capacité / Appétits nmarché des acteurs principaux stable. npercée de Zurich. nvolonté affichée de certains grands assureurs en retrait ces dernières années de retravailler sur des risques de qualité. nsuppression d un acteur avec le regroupement Gan/Allianz. Prix L équilibre technique demeure une priorité pour les assureurs, ce qui entraîne des augmentations tarifaires, notamment pour les risques déséquilibrés. Augmentation des taxes au 1er Juillet (+0,8 %) reportée sur les primes aux échéances. Augmentation du forfait IDA à 1242, longtemps resté sans augmentation. Fin de l indexation des rentes du Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO).

15 Les tendances du marché IARDT en France Franchise Tendance à l augmentation des parts d autofinancement pour limiter les hausses budgétaires. Garanties Maintien de la qualité des garanties proposées par les assureurs. Souplesse L approche des assureurs est technique avec peu de souplesse et toujours une pénurie d acteurs pour certains secteurs (Transport Public de Marchandises, Transport Public de Voyageurs, Location Courte Durée). Divers Les solutions d économie sont à rechercher au niveau du coût complet de la flotte : nen diminuant les coûts de réparations et les délais d immobilisation : notamment via des solutions d Accident Management nen maîtrisant la fréquence des sinistres par une politique de prévention adaptée et la pertinence des reportings. 11 nen limitant le transfert vers le marché par l augmentation des niveaux d auto-assurance.

16 Les tendances du marché IARDT en France Guillaume Touchard Directeur Maritime et Transport Gras Savoye Corporate Risk Management 3. Maritime - Transport Le naufrage du Costa Concordia et son coût historique pour le marché Marine (on parle de plus de 1,5Mds$), ou plus récemment la perte du MOL Comfort, ne semblent pas avoir affecté le marché de l assurance Marchandises Transportées, qui confirme une tendance stable sur la plupart de ses indicateurs, comme l année passée. 12 Capacité / Appétits Le rachat de Groupama Transport a scellé la disparition d un acteur majeur du marché français. Si la politique de souscription d Helvetia, le repreneur, n est à ce jour pas explicitement définie, elle semble être dans la ligne de celle de Groupama Transport. Le nombre déjà important de compagnies présentes sur le marché transport, ainsi que l arrivée de nouveaux acteurs issus de la réassurance (comme Concept Special Risk, souscrivant pour le compte de Munich Re ou bien de Swiss Re), ne laissent aucun doute sur le niveau suffisant des capacités disponibles (sauf cas spécifique des accumulations en stockage). Parallèlement, l intérêt des assureurs pour le middle market se confirme. Prix Ni les sinistres exceptionnels de 2012/2013, ni la crise qui se prolonge ne semblent avoir d effet haussier sur les prix. Les assureurs sont attentifs à leurs résultats techniques, mauvais en Corps de Navires, meilleurs en Facultés. Cependant, ils ne peuvent générer de chiffre d affaires supplémentaire qu en réalisant des affaires aux prix fixés par le marché. Or la concurrence, aiguisée par l arrivée de nouveaux acteurs, maintient les taux de prime à des niveaux attractifs pour les assurés. Franchise Pour certains risques Facultés ou RC Transport, générant traditionnellement de la sinistralité de fréquence, l augmentation des niveaux de rétention est un moyen supplémentaire de faire baisser les niveaux de prime. Ceci permet non seulement d alléger la charge sinistre transférée aux assureurs, mais également de réduire d autant leurs coûts de gestion, paramètre désormais communément pris en compte.

17 Les tendances du marché IARDT en France Garanties Déjà assez complètes dans l étendue des garanties accordées, les polices Marchandises Transportées et RC Transport, évoluent relativement peu. En revanche, sous l impulsion des courtiers, certains assureurs s adaptent de mieux en mieux aux activités des clients et proposent des garanties packagées couvrant des risques étendus : Stockage, Pertes d Exploitation et autres formes de pertes financières, Bris de Machine, RC Professionnelle, RCAE, etc. Souplesse Les résultats techniques acceptables en Marchandises Transportées et la concurrence toujours vive contribuent à pérenniser la souplesse reconnue du marché Transport. Divers non note un retour à la coassurance sur certains grands comptes nécessitant des engagements importants ou présentant un profil de risque atypique. nles pleins stockages en tous lieux, non dénommés, sont fortement réduits et les accumulations de valeurs doivent être clairement identifiées pour bénéficier de limites plus importantes. 13

18 Les tendances du marché IARDT en France Sophie Rodier Directrice Responsabilité Civile Gras Savoye Corporate Risk Management Isabelle Dufort Responsable Technique RC Gras Savoye Corporate Risk Management 4. Responsabilité Civile Générale La capacité théorique mondiale est estimée à 1.9 Mds. Cette capacité est relativement stable, même si quelques marchés tendent à réduire leurs participations sur les risques dits «catastrophiques». 14 Aux renouvellements 2013 seuls quelques assureurs ont su se montrer agressifs, et ce sur des risques de qualité très ciblés. Capacité / Appétits La capacité théorique du marché continental est de l ordre de 1.5 Mds. Cette capacité se concentre sur les lignes d excess. Toutefois la concurrence entre les leaders de 1ère ligne demeure sur certains segments d activité, notamment lorsque le risque est de qualité et que l affaire est «commercialement visible». Les capacités théoriques individuelles s étendent entre 30 M et 200 M, l engagement de l assureur variant selon le segment d activité considéré.

19 Les tendances du marché IARDT en France Prix Le prix d achat de la capacité n a pas varié significativement depuis Les exigences en matière de reporting et de compliance (guidelines, referrals, Solvency II), rendent toujours les assureurs plus prudents sur les approches tarifaires agressives. Malgré une tentative générale de stabilisation, le marché conserve une tendance baissière maitrisée. Toutefois, les affaires qui bénéficiaient depuis quelques années de conditions très compétitives et qui n ont pas eu de résultats concluants sont renouvelées à la hausse. Franchise Le niveau de franchises demeure stable quel que soit le segment d activité considéré. Garanties Les textes demeurent larges lorsque les risques sont bien documentés, les assureurs acceptant même d innover dans certains domaines (nucléaire, responsabilité contractuelle, risques psychosociaux, propriété intellectuelle, aéronautique ). Souplesse 15 Malgré la pression financière toujours plus forte, les assureurs continentaux ont su conserver suffisamment d autonomie et de marge de manœuvre pour maintenir un niveau de souplesse de souscription qui demeure performant, notamment grâce à l arrivée de Référents Techniques Europe issus du marché français chez certains acteurs. Divers Il est désormais habituel pour Gras Savoye de demander aux assureurs de démontrer leur capacité à articuler le plus finement possible les programmes de Responsabilité Civile avec d autres branches (RC Atteintes à l Environnement, RC Aéronautique, Contamination de Produits ), pour améliorer la performance des programmes, notamment dans le cadre de la gestion d un sinistre connexe, mais également dans un souci d optimisation budgétaire. La conduite d un audit préalable est menée par les équipes techniques du Pôle Responsabilité Civile de Gras Savoye.

20 Les tendances du marché IARDT en France Sophie Rodier Directrice Responsabilité Civile Gras Savoye Corporate Risk Management Jean-Baptiste Popot Consultant Environnement Gras Savoye Risk Consulting Gras Savoye Corporate Risk Management 5. Atteinte à l Environnement Le marché reste animé et concurrentiel grâce à quelques assureurs leaders. 16 L évolution de la législation se poursuit dans le sens d un durcissement de la responsabilité environnementale (élargissement du champ des garanties financières obligatoires, projet avancé d inscription de la réparation du Dommage causé à l environnement dans le code civil). Capacité / Appétits La capacité théorique du marché continental est de l ordre de 400 M, les capacités individuelles par assureur variant entre 25 M et 76 M par période d assurance. Les appétits varient entre les différents assureurs. Il est toutefois à noter que la garantie des prestations hors site, notamment en cours d exécution de prestations matérielles sur site de Tiers, se banalise chez la plupart des assureurs n adhérant pas au pool Assurpol. Le déploiement de programmes internationaux se généralise, y compris sur les territoires nord-américains, les assureurs leaders disposant localement de départements Prévention efficaces, leur permettant d acquérir une bonne visibilité du risque.

21 Les tendances du marché IARDT en France Prix Le prix d achat des capacités est extrêmement compétitif pour les assureurs hors Assurpol, et souvent plus élevé pour les assureurs membres du pool, mais le marché reste globalement baissier. Franchise Les franchises varient selon les expositions au risque et se situent entre et Garanties Généralisation des garanties des Dommages et Intérêts mis à la charge personnelle des dirigeants, des Dommages Environnementaux qui ne résultent pas d un fait de pollution, de la pollution subie par un site assuré du fait d une source extérieure aux activités assurées, des activités d épandage, etc Mise en place de garanties pluriannuelles de 2 ou 3 ans, qu elles soient sous forme d accord de durée avec reconstitution annuelle des garanties ou sous forme de stretch. Souplesse La souplesse du marché est constatée dans la négociation des textes de police, mais l approche des risques est devenue plus technique. 17 Divers Afin d apporter une expertise technique sur les risques environnementaux, Gras Savoye propose de faire intervenir le Pôle Environnement du département Risk Consulting. Ceci pour permettre par exemple : nd aider nos clients à faciliter et minimiser l intégration de leurs sites SEVESO dans leur police. nde garantir, à l aide d une analyse pointue des risques, le passif environnemental, une opération de dépollution, des frais de prévention ad hoc, etc. nd accompagner nos clients dans le calcul et la mise en place de garanties financières.

22 Les tendances du marché IARDT en France Christine Becue Directrice Adjointe Finex Lignes Financières Gras Savoye Corporate Risk Management 6. Responsabilité des Dirigeants Rapports Sociaux - Fraude Le marché est globalement stable et aucun signe perceptible n annonce un éventuel changement de tendance. Capacité / Appétits 18 nle marché continue à être concurrentiel dans la mesure où certains acteurs cherchent à développer leurs parts de marché tant pour les Grands Risques que pour le Middle Market. npossibilité de profiter d un marché «soft» pour acheter de la capacité «Excess» pour les garanties Responsabilité des Dirigeants à moindre coût. nvolonté de développement marquée de la souscription Fraude de la part de certains acteurs. Prix nune relative stabilité des primes pour les affaires non sinistrées ou sans évolution des risques. nles baisses de primes sont plus rares et les mises en concurrence confortent parfois l assureur tenant. nles écarts de tarification sont parfois importants d un assureur à l autre en matière de Fraude. Franchise npas d évolution concernant le niveau des franchises, même si celles-ci restent élevées pour les Rapports Sociaux (réclamations aux Etats-Unis). npour la Fraude, les assureurs continuent à avoir peu d appétit pour des franchises basses. Garanties npas d évolution contractuelle notable à l exception de la Responsabilité des Dirigeants, à propos de laquelle certains acteurs cherchent à se démarquer de la concurrence ou à adapter leur offre à celle des leaders du marché.

23 Les tendances du marché IARDT en France Nathalie Dautry Directrice Construction Gras Savoye Corporate Risk Management Claude Noël Directeur Développement Construction Gras Savoye 7. Construction 2013 a confirmé, s il le fallait, la crise actuelle du BTP. Le climat conjoncturel restant défavorable avec une baisse prévisible de l activité de 3 à 3,5% sur l année. Le nombre de mises en chantiers est en baisse, les carnets de commande sont, a priori, largement inférieurs à la normale avec une baisse des prix concomitante. 19 Points d attention en 2013 : nle report de grands projets (ex : Tour Hermitage Plaza, Stadome, Tour Phare, Tour triangle, Tour Aire 2, Rolland Garros, Stade de Lyon). nla frilosité du secteur bancaire par peur des défaillances de paiement, que ce soit des particuliers ou des entreprises. nla défaillance des ETI et même des PME familiales. nle bon maintien des majors avec surtout une politique de croissance à l international et de diversification d activités. nla poursuite de la politique de redressement des résultats techniques des assureurs historiques avec des hausses tarifaires et surtout une politique de résiliation sans états d âme pour les risques déficitaires. nla baisse des offres des opérations de bureaux, y compris depuis peu en Ile de France.

24 Les tendances du marché IARDT en France Toutefois, parallèlement, de nouveaux acteurs tentent de pénétrer la niche de la RC Décennale. En 2013, les acteurs historiques ont tenté de renouveler leurs offres avec des contrats globaux ciblés métiers (promoteurs : DO - Dommage Ouvrage, CNR Constructeur Non Réalisateur, TRC Dommages aux Biens, Foncières ). Perspectives 2014 : ndes perspectives peu favorables au niveau des résultats financiers des entreprises de BTP, avec de grandes incertitudes sur le montant des investissements privés. npoursuite de la baisse des investissements publics malgré une poursuite intéressante des investissements PPP (partenariat public-privé). nnécessité pour les assureurs de se renouveler pour se différencier de la concurrence. Remontée prévisible à terme des taux DO, CNR et TRC sur les polices de chantiers, pour sécuriser les résultats techniques de la branche et contrebalancer la baisse globale de primes. 7.1 RC Décennale 20 Du fait de la spécificité du risque, les assureurs demeurent sélectifs et les mouvements d affaires sont limités. Les conséquences des garanties de performance énergétique en RCD n ont pas encore entrainé d innovations majeures. Gras Savoye est moteur sur ce point par ses actions de participation à des groupes d études et de promotion de solutions. Capacité / Appétits Fort appétit sur les PME jusqu à 50 M. Prix Pas de généralité, la qualité du dossier est le facteur déterminant. Souplesse C est un marché étroit et sélectif qui permet de délivrer des solutions sur mesure, notamment sur les polices d activités. Imposition générale des CCRD (contrats collectifs de responsabilité décennale).

25 Les tendances du marché IARDT en France Divers Prix en forte baisse sur les affaires Dommages Ouvrage : les assureurs veulent compenser la baisse de CA du secteur par la prise de parts de marchés, notamment sur des accords cadres pluri-annuels. 7.2 Chantiers Le placement d affaires majeures par Gras Savoye, tant en France qu à l étranger, a démontré un contexte favorable tant en termes de capacité et de prix, que de qualité des garanties. Capacité / Appétits ntrc et Accords Cadres Chantiers : prix à la baisse et marché concurrentiel. ntrc Montage Essais : forte concurrence et offre de capacités y compris à l international. 21 ngrands chantiers bâtiments : le marché reste partagé entre quelques acteurs de références. nmarché ouvert et compétitif pour des polices ponctuelles de RC Maître d Ouvrage et Lignes Excess. Prix La compétition vive entre les acteurs amène une pression à la baisse sur les prix. Garanties Les couvertures peuvent être négociées sur mesure et amener des solutions plus larges en 2013, notamment sur les risques de sol ou les pertes financières consécutives. RC Maître d Ouvrage : capacités et garanties en hausse. Souplesse La concurrence entraîne l acceptation de dossiers techniquement difficiles d une part et de wordings plus souples d autre part.

26 22

27 Les tendances du marché CPC à Londres 23

28 Les tendances du marché CPC à Londres Edouard Marron Executive Director Willis Construction Risks Willis 1. Construction market review 2013 After 12 months of benign natural catastrophe events compared to previous years, there has been no significant impact on the global construction (re)insurance market. Losses borne by the market are within the construction market s modelled expectations; however, there is an increased focus on ensuring those projects in Cat exposed areas to make sure they are modelled accurately with adequate reinsurance protections sourced. 24 Capacity / Appetite We do not anticipate the rating level to rise in the forthcoming months as the pressure on insurers is likely to continue until the end of the year. nthe construction market generally continues to deliver positive underwriting returns, and there remains an abundance of global underwriting capacity. nthe global market capacity for onshore construction business is circa USD 3.65 billion on an EML basis. Price Natural perils have had little impact but there remain a number of technical engineering losses specifically in those projects with large elements of tunnelling and wet work/civil engineering exposures. ngenerally rates are stable or reducing by single digit percentages. nnatural Catastrophe rates are also reducing from their 2012 highs, following 2011 which was the second worst year for Natural Catastrophes for the global (re)insurance market. nemphasis on risk engineering and loss control QA/QC and the role this plays in risk mitigation and transfer. nthose projects that implement loss control to high levels are being rewarded with the most competitive terms.

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

Communication Financière. 12 Mai 2014

Communication Financière. 12 Mai 2014 Communication Financière 12 Mai 2014 1 Introduction: Les Faits marquants de l année 2013 Les Performances 2013 Les Perspectives 2014 et la Stratégie de développement sur le restant du plan 2014-2016. Augmentation

Plus en détail

CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES

CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Les marchés de l assurance en 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES Gras Savoye, Note de conjoncture 1 ST Insurance Broker in Africa Conférence des Marchés 9 Septembre

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL A LANCER LA

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE «LES EVENEMENTS NATURELS» AMRAE JOURNEE DES COMMISSIONS- 20/05/2011 Partie 1 : Evénements

Plus en détail

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT L EXPERIENCE NNE Àla Compagnie Centrale de Réassurance -Algérie ALGERI E I- Brève présentation

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9 RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE Le mot du président page 5 Le conseil d administration page 6 Le rapport d activité page 6-8 Chiffres clés page 9 Comptes annuels page 10-11 Bilan actif/passif page 12-13 3 LA DIRECTION

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Présentation générale Underwriting & International Risk Management

Présentation générale Underwriting & International Risk Management Présentation générale Underwriting & International Risk Management Assurances de personne Biens & Responsabilités des Entreprises Production audiovisuelle Schéma général 1 PRESENTATION GENERALE L association

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

BIENVENUE CHEZ CHUBB

BIENVENUE CHEZ CHUBB BIENVENUE CHEZ CHUBB BIENVENUE CHEZ CHUBB Pourquoi choisir Chubb? Depuis 1882, Chubb est reconnue pour sa qualité de service et la stabilité de ses excellentes notations financières. Intégrité, qualité

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances Les Sinistres Corporels : Analyser, Maîtriser et Manager leur Démesure, un Enjeu de Gouvernance Marie-Bénédicte TRAWALÉ www.enass.fr Remerciements Je remercie Pierre

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol 17 Mars 2010 Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance Présentation Intersol Dans quelles situations? Problématique Redéveloppement > Pression continue sur le foncier

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES 1 2 INTERVENANTS Cédric LENOIRE Manager Business Risk Consulting Frédéric DUROT Directeur Technique Dommages

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local < Picture to go here > Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local Lloyd s France Guy-Antoine de La Rochefoucauld, Directeur Général Gloria Rolland, Responsable du Développement et des Relations de Marché

Plus en détail

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Risk Manager Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Avant - Propos Chers Membres de l Amrae, Nous réfléchissons depuis quelques temps à la manière de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de «

Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de « Atelier B5 Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de «prise de risques» des assureurs : l étude de l'auto-assurance, malgré un encadrement plus strict, n'est-elle

Plus en détail

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer Solutions PD Parez au risque Rente sans rachat des engagements (Assurente MC ) Transfert des risques pour régimes sous-provisionnés Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in»)

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009 Numéro 42 Avril 2010 Lettre d information Actionnaires Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général Grâce à l ensemble de nos partenaires, nous avons développé l activité sur toutes les zones où nous

Plus en détail

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé Communiqué de presse Paris, 26 mars 2009 Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé - En 2008, le résultat net d exploitation de LeasePlan Corporation s élève à 208 millions

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004 Le marché de l épargne-retraite Septembre 23, 2004 Stratégie de développement des produits d épargne-retraite L épargne-retraite est un investissement de long-terme pour la retraite. Il s agit d un investissement

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients

Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients Henri Vidalinc 23 juin 2006 Suduiraut - H. Vidalinc 23/06/2006-1 Sommaire AXA Way nous permet d offrir une excellente qualité

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 METHODOLOGIE Notre position de courtier spécialisé sur les risques encourus par

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Important Automobile Insurance Information. Assurance Automobile Renseignements Importants

Important Automobile Insurance Information. Assurance Automobile Renseignements Importants Important Automobile Insurance Information Assurance Automobile Renseignements Importants Email / courriel : World wide 24 hour service / 24h/24, partout dans le monde : Windshield claim / Sinistre relatif

Plus en détail

Présentée par Jean-Christophe Matagne, Client Manager Daniel Habousha, Liability Manager. Le 25 septembre 2012. Réf : CSCH-2011-065-OB/LF-PLO/LD

Présentée par Jean-Christophe Matagne, Client Manager Daniel Habousha, Liability Manager. Le 25 septembre 2012. Réf : CSCH-2011-065-OB/LF-PLO/LD Présentation de Aon dans le cadre du Colloque «Quelles aides financières pour l'assainissement des sols» : Atteintes à l environnement et assurances Responsabilité Civile Présentée par Jean-Christophe

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-36 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 9 août

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Quelle place des assureurs dans les réponses? Des conséquences probables sur les réseaux de distribution et les organisations internes dans ce secteur. Juin 2014

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Un environnement porteur pour les conseillers financiers?

Un environnement porteur pour les conseillers financiers? E N Q U E T E M O R N I N G S T A R P A T R I M O N I A 2 0 1 5 Un environnement porteur pour les conseillers financiers? www.patrimonia.fr Résultats complets Septembre 2015 Document réservé aux conseillers

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES GILBERT BRAT Année universitaire 2012-2013 COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES INTRODUCTION Historique Définition Le risque, c est un danger éventuel plus ou moins prévisible. Entreprise Ressources

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE Projet de stratégie 2015-2020 Mai 2015 1 SOMMAIRE Introduction Place internationale assurance/réassurance Diagnostic de place Plan de développement

Plus en détail

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Chaque Expert a eu à un moment ou à un à un autre une réflexion sur la nécessité de la souscription d un contrat garantissant sa responsabilité civile professionnelle.

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

La réassurance mondiale est en bonne santé. La Réassurance maintient le cap! REPÈRES. Expertise courtage

La réassurance mondiale est en bonne santé. La Réassurance maintient le cap! REPÈRES. Expertise courtage La Réassurance maintient le cap! L année 2008 avait été considérée par les réassureurs comme importante en termes de catastrophes mondiales : on en avait dénombré 137 d origine naturelle et 174 d ordre

Plus en détail

courtier grossiste en assurances affinitaires

courtier grossiste en assurances affinitaires courtier grossiste en assurances affinitaires SOLUTIONS SUR MESURE DES CONTRATS CLES EN MAIN FIDELISATION ET VALEUR AJOUTEE NOS ENGAGEMENTS POUR DES CONTRATS EQUILIBRES GESTION COMPLETE ET EFFICACE LE

Plus en détail

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Jean Goncalves 44 rue Paul Valery 75116 Paris Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Note pour les investisseurs résidents

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail