Suivi de la Performance du Cluster Sécurité Alimentaire en RCA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi de la Performance du Cluster Sécurité Alimentaire en RCA"

Transcription

1 Suivi de la Performance du Cluster Sécurité Alimentaire en RCA 1. Introduction Rapport final - Décembre 2014 Le suivi de la performance du cluster (Cluster Performance Monitoring) est un processus qui s inscrit dans le cadre de l Agenda Transformatif (Transformative Agenda) pour améliorer la coordination et la redevabilité des actions humanitaires. Ce processus doit être appliqué au sein de tous les clusters dans les différents pays où des clusters sont activés. Il est important de souligner que ce suivi de la performance est un suivi de la coordination sectorielle, et non un suivi de la réponse programmatique des partenaires ou du système humanitaire dans son ensemble. Ce suivi vise à évaluer la performance de la structure de coordination sur la base des six fonctions clés qu un cluster doit exercer, telles que définies par l IASC : (i) Soutenir la fourniture de services ; (ii) Guider le/la coordinatrice humanitaire (CH) et l équipe humanitaire pays (EHP) dans la prise de décisions stratégiques relatives aux interventions humanitaires ; (iii) Planifier et élaborer une stratégie ; (iv) Défendre les intérêts/plaidoyer ; (v) Effectuer un suivi et établir des rapports ; et (vi) Planifier des mesures d'urgence, se préparer aux situations d'urgence/plan de contingence. La redevabilité envers les populations affectées est un volet transversal à ces six fonctions et fait également l objet de cette évaluation. 2. Objectifs et outputs de cette évaluation 1) Evaluer ce qui fonctionne bien et ce qui doit être amélioré au sein du cluster sécurité alimentaire en RCA (niveau national). 2) Permettre aux membres du cluster de s imprégner des fonctions clés et outputs du cluster, d identifier les bonnes pratiques et ce qui peut être amélioré, et de suivre les tendances dans la performance. 3) Elaborer de manière consensuelle des points d action pour l amélioration de la performance du cluster sécurité alimentaire en 2015, en complémentarité avec l exercice de planification stratégique du SRP 2015 tout juste achevé et avec le développement en cours du Plan d action du Cluster pour l année ) Renforcer la redevabilité envers le/la CH, l EHP et les autres parties prenantes, ainsi qu envers les acteurs nationaux et les populations affectées. 3. Méthodologie Ce suivi de la performance du cluster sécurité alimentaire en RCA a été initié en octobre 2014 par l équipe de coordination du cluster, avec l appui du Global Food Security Cluster (gfsc) à Rome. D abord, le processus de suivi de la performance du cluster a été présenté lors d une réunion du cluster au cours de laquelle les membres ont été sensibilisés sur le déroulement de l évaluation, la méthodologie et les objectifs de ce suivi. Ce travail de sensibilisation revêt une importance capitale pour mobiliser les partenaires, et aurait dû être plus approfondi pour encourager davantage la participation des membres du cluster qui est restée relativement faible (les taux de réponse pour cet exercice sont présentés dans le Tableau 1 ci-dessous). Ensuite, deux questionnaires d enquête ont été soumis à l équipe de coordination du cluster, un premier questionnaire relatif à la description du cluster, de sa structure et de ses outputs, et un deuxième questionnaire pour l évaluation de la performance du cluster. Le même questionnaire d évaluation de la performance du cluster a également été soumis aux membres du cluster. 1

2 A partir des réponses que les participants ont fournies dans les questionnaires, des scores ont été attribués à chaque fonction clé du cluster 1. Ces scores ont été compilés dans un rapport préliminaire, généré automatiquement, qui synthétise le niveau de performance tel qu il a été évalué pour chaque fonction clé (Annexe 1 et 2). Un rapport de description du cluster a également été généré automatiquement sur la base des réponses fournies par l équipe de coordination du cluster (Annexe 3). Les deux rapports ont été produits le 05 novembre 2014, puis présentés en plénière aux membres du cluster lors d une réunion de restitution qui s est tenue le 02 décembre Une seconde réunion a ensuite été organisée le 16 décembre 2014, afin de discuter des résultats de ce suivi et de définir des points d action pour améliorer la performance du cluster. Au cours de cette réunion, les participants (36) ont été divisés dans deux groupes de travail (chaque groupe travaillant sur 3 fonctions clés), afin d identifier les bonnes pratiques et les opportunités/obstacles ; de s'accorder sur des actions prioritaires pour les fonctions centrales jugées peu satisfaisantes dans le but d'améliorer les performances ; d identifier les personnes responsables du suivi des mesures d'amélioration, fixer les délais y afférents et solliciter un appui si besoin ; et enfin de soulever les éventuels problèmes qui n'auraient pas été abordés dans le questionnaire et identifier en fonction des observations émises les raisons pour lesquelles les performances d une certaine fonction ont été surévaluées ou sous-évaluées, ou ne s'applique pas à ce cluster spécifique. Les résultats de ces discussions et les points d action définis par les participants lors de cette réunion ont été compilés par l équipe du cluster dans le Tableau 2 du présent rapport, et une version draft du rapport a été transmise aux partenaires à des fins d'observations/de validation dans les 2 jours suivant la réunion (soit le 18/12). Une semaine a ensuite été accordée aux partenaires pour qu'ils émettent leurs observations (soit avant le 26/12). Enfin, la présente version finale du rapport de suivi des performances du cluster a été diffusée aux agences co-lead du cluster (PAM & FAO), à la Coordonnatrice humanitaire (CH), à l'équipe humanitaire pays (EHP), à l inter-cluster et aux autorités nationales. 4. Analyse des résultats et points d action Tableau 1 : Taux de réponse des membres du cluster Type de partenaire mbre de partenaires répondant mbre total de partenaires Taux de réponse (%) ONG Internationales % ONG Nationales % Agences NU 0 2 0% Autorités Nationales 0 3 0% Bailleurs de fonds 0 1 0% Autres 0 0 0% Total % Résumé des résultats de l évaluation S agissant du processus, le taux de participation au questionnaire d évaluation est resté faible, bien que cet exercice ait été globalement bien reçu par les partenaires. Il est donc suggéré de reconduire cet exercice mi-2015 (date qui coïncidera avec la fin prévue de la L3) afin de suivre la progression des points d action établis dans le présent rapport et l amélioration de la performance du cluster. Il faudra à ce moment-là veiller à bien sensibiliser les partenaires sur le processus et les mobiliser activement pour améliorer le taux de participation. S agissant des résultats des questionnaires d évaluation de la performance du cluster, la majorité des souscatégories de fonctions ont été jugées «bonnes» ou «satisfaisantes» par les répondants/membres du cluster 1 Consulter la note explicative Coordination Performance Report Explanatory te on Questionnaire and Analysis pour plus de détails sur l attribution de scores (http://www.humanitarianresponse.info/coordination/clusters/improve-cluster-performance) 2

3 (10/13). Trois sous-catégorie ont été jugées «peu satisfaisantes» (au sein des fonctions Plaidoyer et Redevabilité envers les populations affectées). Aucune sous-catégorie n a été jugée «faible». Les principaux points d action et d amélioration formulés par les partenaires lors des discussions sont les suivants: (i) Soutenir la fourniture de services Formaliser la mise en place d une coordination décentralisée et multisectorielle Encourager les partenaires à faire des présentations lors des réunions de coordination du cluster Identifier des partenaires lead sur chaque groupe de travail pour responsabiliser les membres du cluster Proposer des formations pour renforcer les capacités des partenaires (not. cycle de projet pour ONG nationales) (ii) Guider la CH et l EHP dans la prise de décisions stratégiques relatives aux interventions humanitaires Elaborer et/ou partager des outils standards pour harmoniser les évaluations : base de données sur les indicateurs clés, méthodes de collecte des données, cadres d analyse communs, check list de ce qui doit apparaître dans une évaluation de sécurité alimentaire. Appuyer l organisation d évaluations : augmenter les capacités d évaluation des partenaires, et le nombre d évaluations menées par les partenaires et coordonnées par le cluster (conjointes si pertinent). Mettre en place une matrice de suivi des évaluations planifiées, réalisées (résumé des résultats) et des réponses proposées et/ou acteurs indiqués pour améliorer la planification de la réponse. (iii) Planifier et élaborer une stratégie Mettre en place un groupe de travail ad hoc (incluant le gouvernement) pour l élaboration du plan d action du cluster pour Coordonner la soumission sur OPS de macro-fiches programmatiques et multipartenaires pour la réponse à l appel humanitaire (SRP 2015). Assurer une mise à jour régulière des besoins de financement, des financements obtenus, et des opportunités de financement à explorer (en particulier pour les ONG nationales). Réfléchir dès maintenant à la stratégie de sortie du cluster et aux indicateurs de suivi. (iv) Défendre les intérêts/plaidoyer Définir une stratégie de plaidoyer qui devra notamment permettre de faciliter les relations des ONG avec les acteurs étatiques. Développer des outils de plaidoyer axés sur les actions collectives pour améliorer la visibilité des activités du cluster et de ses membres et pour la mobilisation des ressources; encourager les partenaires à contribuer au contenu de ces outils. (v) Effectuer un suivi et établir des rapports Harmoniser les indicateurs de suivi utilisés par les partenaires avec ceux du SRP 2015 Définir un plan d analyse annuel avec un calendrier de reporting (sur la base du calendrier saisonnier) Organiser une nouvelle évaluation de la performance du cluster mi-2015 (évaluation de la coordination) Discuter avec les partenaires sur la mise en place d ici fin 2015 d une évaluation conjointe des interventions de l ensemble des acteurs du secteur (évaluation des programmes). (vi) Planifier des mesures d'urgence, se préparer aux situations d'urgence/plan de contingence Développer un plan de contingence commun pour le cluster Renforcer les capacités et l information des partenaires en matière de préparation à l urgence Plaidoyer et communication pour avoir des moyens spécifiques bloqués pour des mesures urgences Encourager la participation des partenaires au mécanisme de surveillance et d alerte précoce en sécurité alimentaire (vii) Redevabilité envers les populations affectées Former les partenaires, développer et/ou partager des outils pratiques, et les encourager à intégrer les questions de redevabilités dans leurs projets. Parmi les recommandations émises par les partenaires, il est intéressant de noter qu un certain nombre de points font écho à des actions que le cluster avait essayé de mettre en place début 2014, mais qui n ont ensuite pas reçu le soutien nécessaire au cours de l année. La reformulation de ces demandes de la part des ONG aujourd hui semble donc annoncer un dynamisme positif au sein du cluster et une opportunité à saisir pour

4 Tableau 2 : Plan d action élaboré sur la base des discussions avec les partenaires lors de la réunion qui s est tenue le mardi 16 décembre 2014 à Bangui. mbre de participants à la réunion pour discuter des résultats du suivi : 36 Représentation des partenaires au cours de la réunion : ONG internationales (13), ONG nationales (16), Organisations des Nations Unies (1), Autorités nationales (1) Légende Vert Jaune Orange Rouge IASC fonctions clés Classification Bon, nécessite quelques améliorations mineures Peu satisfaisant, nécessite des améliorations majeures Faible Caractéristiques de la fonction 1. Soutenir la fourniture de services 1.1 Création d'une plate-forme permettant de s'assurer que la fourniture des services s'aligne sur les priorités stratégiques convenues Mécanisme de coordination établi et pertinent qui tient compte des systèmes de coordination nationaux, sous-nationaux et de la notion de coresponsabilité/ facilitation; participation régulière et efficace de la part des partenaires ; participation active du coordinateur du cluster dans les réunions intercluster (ICC) et réunions associées Statut de la performanc e Bon Statut de la performance Contraintes et commentaires: Circonstances imprévues et/ou facteurs de succès et/ou bonnes pratiques identifiées 1) Sur les mécanismes de coordination sous-nationaux : le cluster a initié en août 2014 un travail d identification de points focaux au niveau des provinces (FAO, PAM et ONG) pour assurer le partage d informations entre les provinces et Bangui (alertes, rapports d évaluation, CR de réunion, etc.). Cependant, cette initiative n a pour l instant pas été suivie d actions concrètes. Selon les partenaires, avoir des points focaux travaillant sur une base seulement volontaire ne sera pas suffisant pour assurer à la fois le partage d informations et une coordination effective. Des ressources doivent être mobilisées, et la coordination au niveau décentralisé doit être plus formelle si l on veut obtenir des résultats concrets. Points d action (lorsque le statut est rouge ou orange) et/ou si un appui extérieur est nécessaire 1) Sur les mécanismes de coordination sous-nationaux : (i) mettre en place un mécanisme de coordination décentralisée formel dans les principales zones de présence des acteurs SA, qui devra assurer le partage d informations, la coordination (des programmes mais aussi des évaluations, etc.), et le lien avec les services étatiques décentralisés. (ii) Promouvoir une approche multisectorielle (en joignant par ex. sécurité alimentaire, nutrition, WASH, santé, livelihoods), pour mutualiser les efforts de coordination et les ressources. Cela pourrait permettre de mobiliser les ressources de plusieurs agences UN via leurs sous-bureaux (PAM, FAO, UNICEF, PNUD, OMS). (iii) Se rapprocher du cluster santé qui a déjà mis en place un tel mécanisme décentralisé pour capitaliser sur les bonnes pratiques et voir les passerelles possibles pour mutualiser les efforts. 2) Groupe de travail «ONG nationales» : acter l abandon de ce groupe et réintégrer pleinement les ONG nat. aux réunions de coordination générales. Responsable du suivi avec les partenaires sur le terrain Délai Janvier- Février 2015 Décembre

5 2) Groupe de travail «ONG nationales» : un groupe de travail dédié aux ONG nationales avait été mis en place pour faciliter leur participation au cluster tout en évitant de trop allonger les réunions de coordination générales. Deux ONG de ce GT étaient chargées de faire remonter les discussions lors des réunions de coordination. Ce GT n est plus actif depuis quelques mois, et la question de sa pertinence a donc été soulevée. Il en est ressorti que les partenaires, aussi bien nationaux qu internationaux, ne sont globalement pas favorables à cette séparation ONG nationales/ internationales et recommandent que ce GT soit abandonné et les ONG nat. pleinement réintégrées dans les réunions générales (ce qui est déjà le cas de facto depuis quelques mois). Ceci est très important pour le transfert de compétences et l accompagnement des ONG nat. et pour permettre également au cluster d évaluer les compétences de ces ONG pour voir les points forts, les faiblesses et les besoins de formation. 3) Autres groupes de travail : identifier un partenaire lead sur chaque groupe pour responsabiliser les membres du cluster. 4) Contenu des réunions de coordination : encourager les partenaires à faire des présentations sur leurs expériences, bonnes pratiques, les résultats d évaluations ou encore sur des thématiques techniques. Un document sera circulé pour que les partenaires puissent indiquer les présentations qu ils souhaiteraient faire ou avoir. 5) Renforcement des capacités des partenaires : * Formations pour les partenaires nationaux : 4W ; faire circuler un document pour évaluer les autres besoins de formation. * Propositions de formations pour l ensemble des partenaires: protection, redevabilité auprès des populations affectées (AAP), communication avec les communautés (CwC). Faire circuler un document pour confirmer les besoins de formation. La possibilité d un appui extérieur pourra être envisagée en fonction des capacités disponibles sur place. Partenaires avec appui équipe cluster (demandes/ besoins de formation) Janvier 2015 pour groupes existants puis pour chaque GT qui sera créé En continu Lancement dès janvier 2015 puis en continu 1.2 Mise au point de mécanismes visant à éviter la duplication dans la fourniture des services Participation des membres du cluster à l inventaire géographique et par activités de leurs interventions (4W) ; partage d informations avec les autres clusters en ligne avec les Objectifs L harmonisation du langage utilisé dans la matrice 4W (intitulés standards pour les activités) est jugée comme une bonne pratique à maintenir. Si une activité ne figure pas dans la liste les partenaires peuvent en faire part au cluster pour voir la possibilité de l ajouter. 1) Matrice 4W : finaliser le remplissage de la matrice par tous les acteurs asap et poursuivre avec les mises à jour mensuelles pour permettre l utilisation effective de la matrice dès que possible. Partenaires Décembre 2014 puis en continu 5

6 stratégiques communs 2. Guider le CH/l'EHP dans la prise de décisions stratégiques relatives aux interventions humanitaires 2.1 Évaluation des besoins et analyse (intersectorielle et sectorielle) des lacunes dans la réponse Utilisation des outils d évaluation en accord avec les standards minimums convenus ; diffusion des résultats des évaluations/ enquêtes des partenaires et/ou réalisation conjointe d évaluations/enquêtes Pas assez d évaluations sur le terrain en matière de sécurité alimentaire Des évaluations ont été faites, mais les zones insécurisées ne sont pas ciblées. Il faut trouver des mesures pour faire des évaluations dans les zones difficiles d accès. 1) Elaboration et/ou partage d outils standards pour harmoniser les évaluations : * Partager des outils (questionnaires) et indicateurs de base communs, et créer une base de données sur les indicateurs clés disponible pour les partenaires (encourager un partage plus large des données par le PAM). * Harmonisation des méthodes pour la mesure/le calcul de ces indicateurs de base. * Proposer des cadres d analyse communs. * Elaborer une check list de ce qui doit apparaître dans une évaluation de sécurité alimentaire éléments minimum de reporting (harmonisation du reporting pour une meilleure transmission des résultats). * Favoriser l obtention de données géo-référencées (sensibilisation, formation SIG). (groupe de travail suivi & évaluation) Janvier Mars ) Appui à l organisation d évaluations : * Augmenter les capacités d évaluation des partenaires (renforcement de capacités, formations - possibilité d un appui du PAM/VAM à envisager). * Augmenter le nombre d évaluations menées par les partenaires et coordonnées par le cluster (conjointes si pertinent). * Mettre en place des mesures spécifiques d évaluation pour les zones non sécurisées (à inclure dans le système de surveillance). Appui équipe En continu cluster, mise en œuvre partenaires (surveillance) Janvier-Mars ) Renforcer le partage de l information : * Mettre en place une matrice de suivi des évaluations planifiées par les partenaires pour permettre d identifier les possibilités d évaluation conjointes et ajouter systématiquement ce point à l agenda. * Ajouter à cette matrice un résumé des résultats des évaluations réalisées (besoins et recommandations) pour améliorer/augmenter le partage de ces résultats. Dès janvier

7 2.2 Analyse visant à identifier les lacunes, obstacles, duplications et questions transversales et à y apporter une réponse 2.3 Établissement des priorités en s'appuyant sur l'analyse des interventions Analyse conjointe des risques actuels et anticipés, des besoins, des gaps, des contraintes ; prise en compte des thèmes transversaux (âge, genre, environnement et VIH/sida) dès le début des interventions Analyse conjointe soutenant la planification de la réponse et la priorisation à court et à moyen terme 3. Planifier et élaborer une stratégie 3.1 Élaboration des plans sectoriels et définition des objectifs et indicateurs appuyant la mise en œuvre des priorités stratégiques du CH/de l'ehp 3.2 Mise en œuvre et respect des normes et directives en vigueur Plan stratégique fondé sur les priorités identifiées, élaboré conjointement avec les partenaires, qui établit des liens avec d'autres secteurs conformément aux objectifs stratégiques, qui traite des questions transversales et intègre les discussions relatives à la stratégie de sortie du cluster ; plan stratégique mis à jour régulièrement et servant de cadre aux interventions. Mise en œuvre des normes et directives nationales en vigueur (lorsque cela est possible) ; les normes et directives ont été convenues, sont Bon Bon 1) Solliciter l appui d experts pour identifier les critères et modalités d intégration des thèmes transversaux dans les analyses des besoins et les interventions en sécurité alimentaire (création de groupes de travail ad hoc pour cela à envisager) 2) Mieux intégrer la problématique de l agropastoralisme au sein du cluster : mettre en place un sous-groupe au niveau du cluster pour alimenter la plateforme. 1) Ajouter dans la matrice de suivi des évaluations une partie réponse proposée et/ou acteurs indiqués pour améliorer la planification de la réponse. 2) Mettre en place un suivi des recommandations de la matrice et des actions correctrices lors des réunions du cluster. 1) Plan d action sectoriel : remettre en place un groupe de travail ad hoc (incluant le gouvernement) pour l élaboration du plan d action du cluster pour 2015, puis partage et validation en plénière comme cela avait été fait en ) Pour la réponse à l appel humanitaire (SRP 2015) : encourager et faciliter la soumission sur OPS de 4-5 macro-fiches programmatiques et multipartenaires (campagne agricole principale, contre-saison, résilience, conflits agropastoraux / transhumance, analyse/évaluation et coordination) ; inclure le gouvernement dans la validation/sélection des projets. 3) Stratégie de sortie du cluster : le cluster doit commencer dès maintenant à réfléchir à cette stratégie et aux indicateurs qui permettront d en faire le suivi. Janvier Mars 2015 Dès maintenant Dès janvier 2015 avec partenaires avec partenaires avec partenaires Janvier 2015 Janvier 2015 Février Mars

8 3.3 Clarification des besoins de financement, des priorités et des contributions des clusters concernant les dispositifs de financement mis en place par le/la CH (CERF, ERF, CHF, etc.) respectées et font l'objet de rapports. Identification, avec les partenaires, des besoins de financement ; affectation des fonds en respect des critères et des priorités conjointement établis ; suivi de la situation de financement et diffusion de l'information. 4. Effectuer un suivi et établir des rapports Suivi et établissement de rapports sur la mise en œuvre de la stratégie spécifique à chaque secteur et sur les résultats ; le cas échéant, identification des mesures correctives Utilisation des outils de suivi conformément aux normes minimales convenues ; diffusion périodique de rapports ; évaluation des progrès par rapport au plan stratégique convenu ; identification des mesures correctives nécessaires. 5. Défendre les intérêts/plaidoyer 5.1 Identification des Identification, avec les partenaires, des Peu satisfaisant 1) Faire une mise à jour régulière des besoins de financement, des financements obtenus, et des opportunités de financement à explorer (en particulier pour les ONG nationales) ; ce point devra être ajouté de façon systématique à l agenda des réunions de coordination. 1) Suivi & évaluation * Travail d harmonisation entre les indicateurs de suivi utilisés par les partenaires et ceux du SRP 2015 pour faciliter le monitoring et le reporting. * Renforcer les compétences pour le suivi-évaluation. * Renforcer les compétences SIG pour avoir plus de données géo-référencées. * Organiser une nouvelle évaluation de la performance du cluster mi-2015 ; renforcer le travail préparatoire de sensibilisation auprès des partenaires pour améliorer le taux de participation. * Discuter avec les partenaires sur la mise en place d ici fin 2015 d une évaluation conjointe des interventions de l ensemble des acteurs du secteur (évaluation conjointe des programmes sur le terrain). 2) Analyse des données * Définir un plan d analyse annuel avec un calendrier de reporting (sur la base du calendrier saisonnier) * Analyse des données transmises par les partenaires par des personnes avec un niveau de compétence élevé, et représentatives des partenaires du cluster. 1) Définir une stratégie de plaidoyer : il faut d abord déterminer les objectifs du plaidoyer à effectuer par le Janvier 2015 (groupe de travail suivi & évaluation) Janvier- Février 2015 Juin 2015 Août/ Septembre 2015 Janvier- Février 2015 Janvier- Février

9 préoccupations en matière de plaidoyer pour les intégrer aux messages et mesures conçus par le CH et l'ehp; préoccupations en matière de plaidoyer (y compris les insuffisances, l'accès et les besoins en termes de ressources). cluster (à quoi va servir ce plaidoyer) : (i) Il est important que le cluster défende les intérêts de ses membres, mais le plaidoyer doit aussi servir à lancer des appels et faire du plaidoyer sur certaines problématiques spécifiques, régionales et internationales. (ii) Le plaidoyer doit aussi avoir pour but de faciliter les relations des ONG avec les acteurs étatiques et pour cela encadrer et faciliter l établissement de relations entre les ONG et les agences étatiques et paraétatiques (déploiement des fonctionnaires, conventionnement). 5.2 Mise en place des activités de plaidoyer pour le compte des membres du cluster concerné et des personnes affectées. Campagne de plaidoyer convenue d'un commun accord et mise en œuvre par l'intermédiaire des partenaires. Peu satisfaisant 6. Planifier des mesures d'urgence, se préparer aux situations d'urgence/plan de contingence Plan de contingence /préparation à l urgence pour les nouvelles catastrophes ou catastrophes à répétition, ou cela est pertinent/faisable Plans de contingence nationaux identifiés et partagés ; évaluation et analyse des risques effectués (multisectorielles, si nécessaire) ; niveau de préparation optimisé ; diffusion régulière des rapports d alerte précoce. 2) Identifier les préoccupations : envisager des missions plus fréquentes du/des IMs et du coordinateur/cofacilitatrice sur le terrain pour la collecte de témoignages de bénéficiaires ou populations vulnérables. 1) Développer des outils de plaidoyer : * Remise en route du bulletin du cluster (périodicité à voir) ; axer le bulletin sur les actions collectives des membres du cluster (évaluations conjointes, etc.) ; encourager les partenaires à contribuer au contenu. * Prévoir un rapport annuel succinct /brochure sur 2014 pour améliorer la visibilité des activités du cluster et de ses membres (appui gfsc pour mise en page et impression à considérer) * Organisation d une présentation semi-annuelle des activités du cluster aux bailleurs pour la mobilisation des ressources. 1) Etablir un plan de contingence pour le cluster selon les étapes suivantes : * Travail d harmonisation sur le concept et la méthodologie de plan de contingence * Analyse de scénario * Développer un plan de contingence commun : - quel type de réponse (quel type de kit) pour quel type de situation - anticiper les différents types de situation - travailler sur le pré-positionnement et faire un mapping En continu Dès Janvier 2015 puis en continu Mars

10 des capacités de contingence réelles - essayer d obtenir des données spécifiques à la RCA pour l anticipation des risques (par ex. données météo (FewsNet, REACH) et couverture végétale) 7. Redevabilité envers les populations affectées La population sinistrée dirige ou participe activement à des réunions périodiques au sujet de la planification et de la mise en œuvre de l'intervention humanitaire ; les organisations ont mené une enquête auprès des partenaires sectoriels et, le cas échéant, ont adapté leurs interventions en fonction des commentaires reçus à propos de l'aide apportée. Peu satisfaisant 2) Plaidoyer, communication et renforcement de capacités sur la préparation à l urgence : * Identifier des bailleurs prêts à financer un plan de contingence et faire un plaidoyer pour avoir des moyens spécifiques bloqués pour des urgences. * Développer un document d information pour les partenaires du cluster. * Proposer une session généralisée de renforcement des compétences sur la contingence (OCHA, ICC, HCT) * Proposer des moyens de motivation/incitation pour la participation des partenaires au mécanisme de surveillance et d alerte précoce en sécurité alimentaire (avec le cluster et sous le lead de la FAO) * Travail du cluster pour l implication des ONG nationales et des partenaires locaux dans la surveillance et la préparation aux urgences 1) Former : Organiser une nouvelle formation/atelier sur la redevabilité (appui du gfsc à considérer) ; l idée serait d avoir plutôt des exercices pratiques montrant concrètement comment assurer la redevabilité des projets envers les populations affectées. 2) Faciliter/appuyer : développer et/ou partager des outils pratiques 3) Encourager : le cluster doit encourager les ONG à intégrer les questions de redevabilités dans leurs projets, notamment en exigeant leur intégration dans les projets financés par CHF, etc. et surveillance Mars 2015 Février 2015 Février-Mars 2015 En continu 10

11 6. Annexes Annexe 1 Scores détaillés par fonction clé Score par question (plus le pourcentage est haut plus le niveau de performance de l activité est élevé) 1. Soutenir la fourniture de services Scores cumulés en % 1.1 Création d'une plate-forme permettant de s'assurer que la fourniture des services s'aligne sur les priorités stratégiques convenues Bon La liste des partenaires a été régulièrement mise à jour 100 Des réunions sectorielles ont été régulièrement organisées 100 Les partenaires sectoriels ont participé aux réunions sectorielles 100 Les membres du personnel présents aux réunions sectorielles disposaient d'un pouvoir de décision Les conditions favorables à la participation des parties prenantes nationales et internationales étaient réunies Score Des comptes rendus des réunions sectorielles, contenant des points d'action, ont été rédigés 100 Les réunions sectorielles ont permis de discuter des besoins, des insuffisances et des priorités 75 Des décisions stratégiques importantes ont été prises au sein du groupe sectoriel 75 Le coordinateur du cluster a participé aux réunions de l'equipe Humanitaire Pays et de l ICC 100 Le cluster a soutenu/a travaillé avec les mécanismes de coordination nationaux Mise au point de mécanismes visant à éviter la duplication dans la fourniture des services 100 L inventaire des interventions des partenaires par zone géographique et par activité a été mise à jour en fonction des besoins 50 Les partenaires ont régulièrement contribué à l inventaire de leur présence et de leurs activités 50 Les partenaires ont été impliqués dans l'analyse des besoins non couverts et des duplications découlant de l inventaire des interventions des partenaires par zone géographique et par activité L'analyse des besoins non couverts et des duplications découlant de l inventaire des interventions des partenaires par zone géographique et par activité a servi au processus de prise de décisions Score Guider le CH/l'EHP dans la prise de décisions stratégiques relatives aux interventions humanitaires 2.1 Évaluation des besoins et analyse (intersectorielle et sectorielle) des lacunes dans la réponse Les outils et les directives convenus ont été utilisés dans le cadre des évaluations des besoins 100 Les partenaires ont été impliqués dans les évaluations conjointes des besoins 50 Les partenaires ont diffusé leurs rapports d'évaluation Analyse visant à identifier les insuffisances, obstacles, duplications et questions transversales et à y répondre Bon Les analyses de situations ont été réalisées avec les partenaires sectoriels 100 Les analyses de situations ont permis d'identifier les risques 75 Les analyses de situations ont permis d'identifier les besoins 100 Les analyses de situations ont permis d'identifier les besoins non couverts 75 Les analyses de situations ont permis d'identifier les capacités d intervention 50 Les analyses de situations ont permis d'identifier les obstacles liés à l'intervention 50 L'âge (question transversale) a été pris en compte dans les analyses 100 Le genre (question transversale) a été pris en compte dans les analyses 100 La diversité - outre l âge et le genre - (question transversale) a été prise en compte dans les analyses

12 Les droits de l'homme (question transversale) ont été pris en compte dans les analyses 50 La protection (question transversale) a été prise en compte dans les analyses 100 L'environnement (question transversale) a été pris en compte dans les analyses 100 Le VIH/sida (question transversale) a été pris en compte dans les analyses 50 Le handicap (question transversale) a été pris en compte dans les analyses Établissement des priorités en s'appuyant sur l'analyse des interventions humanitaires Les analyses conjointes ont soutenu la planification de l'intervention Planifier et élaborer une stratégie 3.1 Élaboration des plans sectoriels et définition des objectifs et indicateurs appuyant la mise en œuvre des priorités stratégiques du CH/de l'ehp Bon Un plan stratégique a été élaboré 100 Les partenaires ont participé à l'élaboration du plan stratégique 100 Le plan stratégique sectoriel énonce les objectifs, les activités et les indicateurs 100 Le plan stratégique sectoriel a été revu en fonction de la stratégie du gouvernement de l État d accueil 100 L'âge (question transversale) a été pris en compte dans le plan stratégique 100 Le genre (question transversale) a été pris en compte dans le plan stratégique 100 La diversité - outre l âge et le genre - (question transversale) a été prise en compte dans le plan stratégique 100 Les droits de l'homme (question transversale) ont été pris en compte dans le plan stratégique 50 La protection (question transversale) a été prise en compte dans le plan stratégique 100 L'environnement (question transversale) a été pris en compte dans le plan stratégique 100 Le VIH/sida (question transversale) a été pris en compte dans le plan stratégique 75 Le handicap (question transversale) a été pris en compte dans les analyses 50 Le plan stratégique sectoriel met en évidence des liens avec d autres secteurs 100 Le plan stratégique sectoriel a servi de cadre aux interventions des partenaires sectoriels 75 Des critères de désactivation et de retrait du groupe sectoriel ont été convenus avec les partenaires sectoriels Score 3.2 Mise en œuvre et respect des normes et directives en vigueur Les normes et directives nationales et internationales ont été identifiées et adaptées, le cas échéant Score Des normes et directives techniques ont été convenues et mises en œuvre par les partenaires sectoriels Clarification des besoins de financement, des priorités et des contributions des cluster concernant l'ensemble des dispositifs de financement mis en place par le/la CH (CERF, ERF, CHF, etc.) La hiérarchisation des propositions par rapport au plan stratégique a été déterminée d un commun accord avec les partenaires sectoriels selon les critères transparents établis La hiérarchisation des propositions par rapport au plan stratégique a reflété les intérêts des partenaires sectoriels Le groupe sectoriel a favorisé et facilité l'accès des partenaires sectoriels à des sources de financement 75 Des rapports sur la situation de financement du groupe sectoriel ont été soumis régulièrement Effectuer un suivi et établir des rapports Des normes relatives au suivi du programme et à l établissement de rapports ont été convenues et mises en œuvre par les partenaires sectoriels Les rapports diffusés par les partenaires sectoriels ont été pris en compte dans les rapports du groupe sectoriel Des rapports intérimaires ont été régulièrement publiés sur la base des indicateurs convenus pour le suivi

13 des interventions humanitaires Des bulletins du groupe sectoriel ont été publiés régulièrement 75 L évolution des besoins, des risques et des insuffisances a été mise en évidence dans les rapports du groupe sectoriel et a été prise en compte dans le processus décisionnel Les activités de suivi et les interventions du groupe sectoriel ont pris en compte les capacités, les contributions et les besoins particuliers des femmes, des filles, des hommes et des garçons Défendre les intérêts 5.1 Identification des préoccupations en matière de plaidoyer pour les intégrer aux messages et mesures conçus par le CH et l'ehp Les questions nécessitant un travail de plaidoyer ont été identifiées et ont fait l objet de discussions avec les partenaires sectoriels 5.2 Mise en place des activités de plaidoyer pour le compte des membres du cluster concerné et des personnes affectées. Peu satisfaisant 50 Peu satisfaisant Des activités de plaidoyer ont été convenues et mises en œuvre avec les partenaires sectoriels Plan de contingence /préparation à l urgence pour les nouvelles catastrophes ou catastrophes à répétition, ou cela est pertinent/faisable Des plans de contingence nationaux ont été mis au point et communiqués Les partenaires sectoriels ont contribué aux évaluations et aux analyses des risques Score Score Les partenaires sectoriels ont participé à l'élaboration des plans de préparation aux situations d urgence Les partenaires se sont engagés à mettre à disposition des ressources et/ou du personnel susceptible(s) d être mobilisé(es) en cas d activation des plans de préparation aux situations d urgence Les rapports d'alerte précoce ont été diffusés aux partenaires sectoriels 75 Score Score 7. Être redevable envers les populations affectées Peu satisfaisant Des mécanismes ont été convenus pour consulter et impliquer les populations dans le processus de prise de décisions, et ces mécanismes sont utilisés par les partenaires sectoriels Des mécanismes ont été convenus pour recevoir, examiner et donner suite aux réclamations concernant l aide apportée, et ces mécanismes sont utilisés par les partenaires sectoriels 50 Score 13

14 Annexe 2 Commentaires détaillés des participants de l enquête Table 4b Coordinator Comments Section Comments from coordinator 1. Supporting service delivery 2. Informing strategic decision-making of the HC/HCT for the humanitarian response 3. Planning and strategy development 4. Advocacy La collecte d'informations en vue de la réalisation d'un inventaire des interventions des partenaires (3W) a connu certaines difficultés et retards pendant les 6 derniers mois d'activité du cluster, et bien qu'une matrice 3W ait été élaborée, le remplissage par les partenaires est resté très limité. Pour remédier à ces difficultés, une nouvelle matrice 3W a été élaborée par le cluster, basée sur les objectifs et activités du SRP 2014 révisé et du Plan d'action du cluster, afin de permettre une harmonisation de l'inventaire des interventions. Cette matrice a ensuite été partagée avec l'ensemble des partenaires du cluster pour validation et appropriation, et a été finalisée début octobre. La matrice est désormais en cours de remplissage par les partenaires et compilation par le cluster. Cet inventaire sera ensuite partagé avec l'ensemble des partenaires pour permettre l analyse des capacités et de la complémentarité (identification des besoins non couverts et des duplications) et informer la planification des programmes pour 2015 et la prise de décisions par les partenaires. Il est important de souligner qu'en dehors de cet inventaire, certains mécanismes visant à coordonner la fourniture de services et éviter la duplication ont été mis en place dans des domaines d'intervention spécifiques, en particulier via le groupe de travail "Semences besoins et planification des distributions", ainsi que via les groupes de travail sur les interventions monétaires, le maraîchage et l'agropastoralisme. Ainsi le Cluster, aux côtés de la FAO, a apporté un soutien majeur dans la coordination des programmes de relance de la production agricole pour "sauver la campagne agricole 2014". Ce travail important a porté sur l'identification des partenaires et l'animation d'un groupe de travail visant à faciliter la coordination et l'harmonisation des projets. Cette coordination a permis d assurer non seulement l homogénéité de l aide apportée, mais aussi de faciliter un travail conjoint entre les ONG, la FAO et le PAM (pour la distribution de rations de protection des semences), en assurant une division des taches qui a fait le succès de ces programmes, avec chaque acteur intervenant dans sa fonction, selon ses forces respectives et manière conjointe et complémentaire. 5. Monitoring and reporting 6. Contingency planning/preparedness 7. Accountability to affected population 8. Any other information important to reflect the work of the cluster Annexe 3 14

15 Rapport de description du cluster Cluster description for Central African Republic National vember Establishment of the Cluster Cluster formally activated Date of activation January Cluster integrated into national coordination structure Organisation appointed to lead the cluster Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) Organisation appointed to co-lead the cluster World Food Programme (WFP) Working arrangement for cluster coordinators Number of Coordinators 1 Coordinator 1 Coordinator 2 Employed by FAO N/A Working modalities N/A Other duties N/A N/A Attended training N/A Working arrangement for staff supporting the coordination Number of supporting staff Employed by Support Provided Working modalities Support Staff 1 ACTED Co-facilitatrice N/A Support Staff 2 FAO Information Management Support Staff 3 N/A N/A N/A Support Staff 4 N/A N/A N/A Support Staff 5 N/A N/A N/A N/A Strategic and Technical Advisory Groups Strategic Advisory Group Name Topics Organisations belonging to this group Technical Working Group 1 Suivi & Evaluation - Mecanismes de surveillance - Indicateurs du Cluster FS Technical Working Group 2 N/A N/A N/A FAO PAM ACF NRC ACTED OXFAM Technical Working Group 3 N/A N/A N/A 15

16 Technical Working Group 4 N/A N/A N/A Technical Working Group 5 N/A N/A N/A Participation in the cluster of identified focal points for cross-cutting issues Age Gender Diversity (other than age & gender) Human rights Protection, including sexual and gender based violence Environment HIV/AIDS Disability ne of the above Do not know Chairing or co-charing of meetings Organisations chairing or co-chairing the meetings Number of cluster participants (including observers) Cluster-lead organisation, Co-lead organisation International NGOs 21 National NGOs 17 UN agencies 2 National authorities 3 Donors 1 Other 0 Organisations participating in the cluster (observers identified by an *) ACDA ICASEES FNEC FAO WFP ACF ACTED AHA COHEB International Concern Worldwide COOPI Cordaid CRS DRC Intersos IOM IRC Mercy Corps NRC Oxfam PU-AMI Solidarites International Tearfund Triangle GH WHH World Vision International ACAMSEP ACAPE AIDE AIEC ARND ANDE CEDIFOD Codicom ECHELLE "FADEC - Femme Action et DÃ veloppement en Centrafrique" JUPEDEC NDA ONFR/FC (Org. Nat. Femmes Rurales) KAGA Construction SOJED TABITHA Vitalite Plus Deliverables Available Link List of partners (including observers) Cluster meeting minutes Mapping of partners geographic presence and programme activities (e.g. 3W) Analysis of gaps and overlaps derived from the mapping of partner geographic presence and programme activities N/A 16

17 Inter-cluster strategic intervention matrices N/A Needs assessment tools and guidance Joint sectoral analyses of situations Sectoral strategic plan Cluster deactivation criteria and phasing out strategy N/A Technical standards and guidance N/A Report on funding status of cluster against needs N/A Press releases on behalf of cluster Programme monitoring tool indicators N/A Progress/monitoring reports against strategic plan N/A Progress/monitoring reports against work plan N/A Cluster bulletins Sectoral situation reports N/A Risk assessment analysis N/A Preparedness plan N/A Review of cluster accountability to affected population N/A Framework of cluster accountability to affected population N/A Others N/A Communication Available Link Cluster information available on a cluster specific website Cluster information available on a cluster specific webpage on an inter-agency website Other Mailing list N/A ne of the above N/A Comments - FIN DU RAPPORT - 17

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Module de référence pour la coordination sectorielle au niveau national

Module de référence pour la coordination sectorielle au niveau national Module de référence pour la coordination sectorielle au niveau national Sécurité Alimentaire PAM & FAO Santé OMS Logistique PAM Télécommunications d urgence PAM Nutrition UNICEF Éducation UNICEF & Save

Plus en détail

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014 Introduction Ce document est établi suivant la méthodologie du Cadre de Gestion des Risques (Risk Management Framework) proposé

Plus en détail

Rapport de la 1 ère visite du pays

Rapport de la 1 ère visite du pays Page 1 sur 11 Protection a l enfance en urgence Suivi de situation et de l intervention Rapport de la 1 ère visite du pays 25 Août 06 Septembre, 2014, Bangui, République Centrafricaine (RCA) Page 2 sur

Plus en détail

La Réforme Humanitaire

La Réforme Humanitaire La Réforme Humanitaire Edifier un système de réponse humanitaire plus efficace et prévisible é Lancée en 2005 par le Coordonnateur des Secours d Urgence ERC, USG Affaires Humanitaires. La réforme cherche

Plus en détail

Rapport de la première visite pays

Rapport de la première visite pays Page 1 sur 10 La protection de l enfance en urgence Suivi de la situation & de la réponse Rapport de la première visite pays 14-31 Octobre, 2014, Bamako, Mali Page 2 sur 10 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du vendredi 29 mai 2015

Compte-rendu de la réunion du vendredi 29 mai 2015 Compte-rendu de la réunion du vendredi 29 mai 2015 Ordre du jour : Revue de l ordre du jour et des points d action de la dernière réunion - dont Attaques contre les écoles (MENET, Cluster) Bref compte-rendu

Plus en détail

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Agenda : réunion 14 janvier 2014 1. Présentation des participants et validation de l agenda 2. Suivi des points d action de la réunion

Plus en détail

De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement

De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement 44 w Dossier De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement Par Blanche Renaudin Une étude portant sur l intégration de l environnement dans le secteur humanitaire 1 a été commanditée

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Cluster Coordination : Note d orientation sur la coordination sectorielle pour les bureaux de UNICEF dans les pays

Cluster Coordination : Note d orientation sur la coordination sectorielle pour les bureaux de UNICEF dans les pays Cluster Coordination : Note d orientation sur la coordination sectorielle pour les bureaux de UNICEF dans les pays Cluster Coordination : Note d orientation sur la coordination sectorielle pour les bureaux

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RESEAU DE LA SOCIETE CIVILE DU MOUVEMENT SUN (RSC SUN)

PLAN DE TRAVAIL DU RESEAU DE LA SOCIETE CIVILE DU MOUVEMENT SUN (RSC SUN) PLAN DE TRAVAIL DU RESEAU DE LA SOCIETE CIVILE DU MOUVEMENT SUN (RSC SUN) Les organisations de la société civile ont, collectivement, une voix très puissante et peuvent apporter un soutien depuis la base,

Plus en détail

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL Atelier de planification opérationnelle du Projet COMIFAC-FAO relatif aux «systèmes de surveillance et de MNV nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo» Libreville 14 & 15

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013 Le Mercredi 10 Juillet 2013 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Déniba de l UNICEF, la 13 ème réunion de l année 2013 de Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Mme Anne

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

Annex 1: OD Initiative Update

Annex 1: OD Initiative Update Fondements du D Cadre de travail stratégique Stratégie de Stratégie de programmes rédigée et Projet de stratégie de programmes partagée avec la Commission programmes Consultative Statut Commentaires/problèmes/

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

3. Actions de suivi sur Mozayik/Canaan (DSRSG/RC/HC)

3. Actions de suivi sur Mozayik/Canaan (DSRSG/RC/HC) Equipe Humanitaire du Pays (HCT) Bureau d OCHA, 22 janvier 2014 1. Mot d'introduction du DSRSG/RC/HC - Le DSRSG/RC/HC a informé qu une équipe de New York effectue actuellement une visite en Haïti pour

Plus en détail

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project)

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Dr. Sabin Guendehou, Regional Project Coordinator Cluster Francophone

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires»

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires» COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires» Date : 2 Mai 2013 Lieu : Bureau ONG ASB / quartier Camping Participants : ACF Espagne - ACTED - ASB - CaLP -CFS (Cellule

Plus en détail

Le 04 Décembre 2013. 1. Rappel sur les différents dispositifs de veille

Le 04 Décembre 2013. 1. Rappel sur les différents dispositifs de veille Compte rendu Atelier thématique N 2 : Quel dispositif de veille sur internet pour la gestion de l information et la communication sur le développement agricole et rural? Le 04 Décembre 2013 Le mercredi

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours

TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours Aide médicale d'urgence en faveur des populations de la Province Orientale, DRC affectées par les conflits - continuation et exit convenable

Plus en détail

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines NMAM 01.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Inclus les amendements Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Coordinateur Programme National de Déminage

Plus en détail

STRONG NKV RAPPORT SUR LA MICRO EVALUATION DU PARTENAIRE «ALDI» kinshasa ASSOCIATION LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE

STRONG NKV RAPPORT SUR LA MICRO EVALUATION DU PARTENAIRE «ALDI» kinshasa ASSOCIATION LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRE 8 bis, Mongala street Kinshasa Gombe P.O. box 16713 Kinshasa 1 Democratic Republic of Congo N Impôt : A 0702050 M Phone : + 243 89 89 19 645 + 243 15 146 741 E-mail : audit@strong-nkv.cd RAPPORT SUR LA

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000

Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau Services HP Données techniques Le service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau offre l'installation

Plus en détail

GUIDE SUIVI EVALUATION RIDER SUODE

GUIDE SUIVI EVALUATION RIDER SUODE GUIDE SUIVI EVALUATION RIDER SUODE Ce document, réalisé dans le cadre du GT5 «suivi / évaluation», est un guide pour les experts du Comité Scientifique. Les critères et indicateurs choisis dans ce document

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

2010 Resident Coordinator Annual Report Togo

2010 Resident Coordinator Annual Report Togo UNDG 2010 Resident Coordinator Annual Report Togo Le Togo fait partie de la catégorie des Etats dits «fragiles», particulièrement exposés aux crises, il doit mener de front le chantier du développement

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de Travail sur le Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme (MAWG) Révision basée sur l examen du cadre de responsabilisation

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de l axe n 2 du projet

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

ANNEXE 1. I - CONTEXTE

ANNEXE 1. I - CONTEXTE I - CONTEXTE Caribbean Export Development Agency (Caribbean Export) s'est vu confier par les gouvernements de République Dominicaine et d'haïti, et par l'union Européenne la gestion du «volet commercial»

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1.1. Pays bénéficiaire... 1 1.2. Autorité contractante... 1 2. CONTEXTE...

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION Lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et renforcement des systèmes de santé et des systèmes communautaires Partie 1 : Exigences du système de suivi et d évaluation

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider

Plus en détail

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT GUIDE PRATIQUE D INTEGRATION DES ASPECTS LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LA CONCEPTION, L ELABORATION, LA MISE EN ŒUVRE ET LE SUIVI DES PLANS DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Cahier des charges des projets horizontaux

Cahier des charges des projets horizontaux Cahier des charges des projets horizontaux Le 7 juillet 2015 Table des Matières Introduction... 3 Pourquoi des projets «horizontaux»?... 4 Qui peut en faire partie?... 5 Quels objectifs? Quels résultats

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

Conditions de l'examen

Conditions de l'examen Conditions de l'examen Gestion des selon la norme ISO/CEI 20000 Consultant/Manager (IS20CM.FR) Date de publication 01-07-2010 Date de parution 01-07-2010 Résumé Groupe cible Le qualification Consultant/Manager

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN

------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN Organisation de l Aviation Civile Internationale, Bureau Afrique Occidentale et Centrale ------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN 1 Historique 1.1 Dans

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Plan de formation Personnel de l UCE

Plan de formation Personnel de l UCE Plan de formation Personnel de l UCE Juin 2015 Sommaire Contexte Termes de référence du consultant Environnementales et Sociales Termes de référence pour l archivage électronique des documents Proposition

Plus en détail

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE ------------------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------------------------

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION CONSOLIDEE 2010. ONUSIDA Division du Travail

NOTE D ORIENTATION CONSOLIDEE 2010. ONUSIDA Division du Travail NOTE D ORIENTATION CONSOLIDEE 2010 ONUSIDA Division du Travail 20 Avenue Appia CH-1211 Geneva 27 Switzerland +41 22 791 4577 unaids.org TABLE DES MATIERES RÉSUMÉ i INTRODUCTION 1 JUSTIFICATION DE LA RÉVISION

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Rédaction des résultats. Dossier de l apprenant

Rédaction des résultats. Dossier de l apprenant Sécurité alimentaire : l information pour l action Sécurité alimentaire Rapporter l information Leçon 2 Rédaction des résultats Dossier de l apprenant Ce cours est financé par l Union Européenne et développé

Plus en détail

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique 1 I. Introduction Le Fonds NEPAD pour le changement climatique a été créé en 2014 par l Agence de la planification et de coordination du

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

2. Pourquoi évaluer la coordination et la communication d une réponse à l urgence?

2. Pourquoi évaluer la coordination et la communication d une réponse à l urgence? RAPPORT DE FIN DE MISSION SIMEX Haïti 2011 25 Juillet 2011 Rédigé par Guillaume Simonian Chargé de programme UNICEF Unité d analyse prévisionnelle et capacité de réaction 1 LISTE DES ACRONYMES COUC : Centre

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 07 Novembre 2012

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 07 Novembre 2012 Compte-Rendu de la Réunion du Le mercredi 07 novembre 2012 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Déniba de l UNICEF, la 32 ème réunion de la Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

1 Examen des rapports des États IOR 40/014/2008 ÉFAI

1 Examen des rapports des États IOR 40/014/2008 ÉFAI Communication conjointe des ONG à la 7 e Réunion intercomités des organes créés en vertu d'instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, juin 2008 Dans cette communication conjointe à la 7

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail