Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les erythropoïétines humaines recombinantes :"

Transcription

1 Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur

2 E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie était la plus grande complication de l I.R.C. avant l E.P.O. : en règle 2 culots / mois / patient Réservée aux hémodialysés jusqu en 1999 utilisée en pré-dialyse début de l utilisation chez les greffés Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 2

3 E.P.O. en Néphrologie 2005 : La Routine E.P.O. > 90 % des hémodialysés sont sous E.P.O. au lieu des 30 % prévus en 1989 L E.P.O. reste à un prix excessif (?) L E.P.O. va-t-elle «nous» «échapper»? délivrance en officine? prescription en 2ème intention par les médecins de ville? Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 3

4 E.P.O. en Néphrologie Les «Bonnes Pratiques» de l E.P.O. NKF-K/DOQI (1996 / 2000) 26 recommandations AJKD 2001, 37, suppl 1 EBPG (1999) 18 recommandations basées sur 3 niveaux d «évidence» NDT 2000, 15, suppl. 4 Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 4

5 Recommandation n 1 Quand commencer le bilan d une anémie? Hb < 11 g/dl ( 6.9 µg/l) et/ou Ht < 33% (?) femme pré ménopausée en pré puberté Hb < 12 g/dl ( 7.5 µg/l) et/ou Ht < 37% (?) femme ménopausée homme adulte Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 5

6 Recommandation n 2 Évaluation d une anémie chez les urémiques Évaluation clinique (saignements, bonne dialyse, nutrition correcte) Évaluation biologique : Hb, indices corpusculaires (VGM, CMH, TMH..) Réticulocytes stock en fer (ferritine) et besoins en fer (TSAT) CRP VitB12, B9, Alu, Hémocult, hémolyse, myélo. Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 6

7 Recommandation n 3 Diagnostic de l anémie de l I.R.C. L anémie est due au déficit en E.P.O si aucune cause n a été détectée au n 2 Clairance de la créatinine est < 30 ml/min c/o les non-diabétiques < 45 ml/min c/o les diabétiques Le dosage de l E.P.O. est inutile Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 7

8 Recommandation n 4 Indications pour commencer l E.P.O. Tous les patients n ont pas besoin d E.P.O. la plupart des patients en pré-dialyse 20 % en hémodialyse 40 % en D.P.C.A..mais peu de patients peuvent maintenir plus de 12 g/dl sans E.P.O. Tous les patients ayant < 10 g/dl Pas besoin d E.P.O. avant 3 mois en D.P.C.A.? Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 8

9 Recommandation n 5 Cible du % Hb pour le traitement par E.P.O. 85 % des patients doivent avoir une Hb > 11g/dl, soit une moyenne ou une médiane comprises entre g/dl aucune évidence pour aller au-delà actuellement variations suivant pathologies : «cardiaques» entre g/dl drépanocytose entre 7 9 g/dl diabète ou insuffisance respiratoire entre g/dl? Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 9

10 Recommandation n 6 L administration du fer à dose efficace est nécessaire pour atteindre et maintenir : Hb > 11 g/dl Ferritine > 100 µg/l et entre TSAT > 20% et entre 30 40% GR hypochrome < 10% et < 2.5% risque de surcharge en fer si ferritine > 800? et TSAT > 50% Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 10

11 Recommandation n 7 Fréquence des examens du contrôle du fer Hb stable sans EPO : tous les 3 à 6 mois Début EPO : tous les 4 à 6 semaines EPO stable : tous les 3 mois Stop fer 8 jours avant examens Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 11

12 Recommandation n 8 Administration du fer en hémodialyse : voie IV seulement pendant la séance ( 2 dernières heures) 100 à 200 mg début : mg en 6 à 10 semaines si ferritine > 800 et TSAT > 50% : stop 3 mois si ferritine > 800 et TSAT < 20% : 1/3 dose inflammation? Maladie hépatique en pré-dialyse ou DPCA : 200 mg per os IV Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 12

13 Recommandation n 9 Voies d administration de l E.P.O. en pré-dialyse et en DPCA : sous-cutanée changer les points de ponction auto administration en hémodialyse : IV ou sous-cutanée (-30%) en DPCA : intra-péritonéal, ventre vide, fortes doses Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 13

14 Recommandation n 10 Administration initiale d E.P.O. 50 à 150 U.I. / kg / semaine (Eprex, Néorecormon ) en 3 injections 0.45 µg / kg 1 fois par semaine (Araneps ) correction en 2 à 3 mois doses > si anémie sévère ou mal supportée diminution des doses et/ou espacement des injections : 1 ou 2 / semaine, voire 1 tous les 15 j à 1/mois (Araneps ) Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 14

15 Recommandation n 11 Surveillance de Hb sous E.P.O. Au début ou après changement de dose: toutes les 1 à 2 semaines En routine : toutes les 4 à 6 semaines L augmentation doit être de 1 à 2 g / mois Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 15

16 Recommandation n 12 Modifications des doses d E.P.O. si Hb < 0.7 g/dl : augmenter dose de 50% si Hb > 2.5 g/dl : diminuer dose de 25-50% dose médiane de maintien < 125 UI/Kg/sem dose la plus basse : 50 UI/Kg/sem > 90 % des patients : dose < 300 UI/Kg/sem Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 16

17 Recommandation n 13 E.P.O. en périopératoire,transplantation pas d arrêt de l E.P.O. en cas d intervention ou de maladies intercurrentes pas d arrêt en post-greffe immédiat en cas de rejet aigu ou chronique, même prescription que c/o I.R.C. Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 17

18 Recommandation n 14 Réponses inadéquates à l E.P.O. définition arbitraire de la «résistance» à l E.P.O. = besoins > 300 UI/kg/sem cause la plus fréquente : déficit absolu ou fonctionnel en fer mais aussi : saignements, infection, inflammation, hyperparathyroïdie, aluminium, hémoglobinopathies, cancer, mauvaise dialyse, dénutrition, hémolyse, médicaments (IEC ou sartans) Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 18

19 Recommandation n 15 Management de la résistance à l E.P.O. Faire bilan des causes (R. n 2 et 14) Augmenter les doses à UI/sem. Augmenter la dialyse et améliorer la nutrition Rechercher Ac anti EPO? Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 19

20 Recommandation n 16 Transfusions sanguines indiquées en cas d anémie sévère, brutale et/ou mal tolérée baisse de Hb malgré EPO L EPO ne remplace jamais une transfusion Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 20

21 Recommandation n 17 Complications de l EPO : H.T.A. Surveillance de l H.T.A. +++ surtout en phase d initiation Maintenir le poids du patient le plus sec possible Augmentation progressive des doses d EPO Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 21

22 Recommandation n 18 Complications de l EPO : thrombose de l accès vasculaire risque de thrombose des accès vasculaire ( greffe>fav) mise sous anti-agrégants plaquettaires? risque de thrombose vasculaires +++ Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 22

23 CONCLUSIONS L E.P.O. a révolutionné la vie des I.R.C. L utilisation est actuellement bien codifiée (recommandations) Elle nécessite une correction adéquate de la consommation du fer Elle a des effets secondaires potentiels Les formes retard doivent être privilégiées Dr BARRILLON - EPO - 28 Avril 23

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR)

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR) Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Suivi de l anémie chez les patients suivis DESCRIPTION : Ajustement de la dose des agents stimulants l érythropoïèse (ASE)

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs,

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs, EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN 26 Date 11 avril 26 Contact Dr Barbara von Eisenhart Rothe, Medical Director, Vifor (International) SA Sujet Programme de développement clinique de Seul le texte prononcé

Plus en détail

Transfusion chez les thalassémiques ou drépanocytaires

Transfusion chez les thalassémiques ou drépanocytaires Transfusion chez les thalassémiques ou drépanocytaires Dr Dominique MATHIEU-DAUDÉ Établissement Français du Sang Pyrénées-Méditerranée 1 ß-thalassémies homozygotes majeures («anémie de Cooley») Ces patients

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

Comprendre.. LES REINS. Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale..

Comprendre.. LES REINS. Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale.. Comprendre.. LES REINS Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale.. www.nephro-liege-chr.be Les rôles du rein Station d épuration de l organisme - Tel un filtre, le rein élimine les déchets produits

Plus en détail

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Marie ERBAULT Chef de projet Service IPAQSS Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire La surveillance du fonctionnement de vos reins permet à l équipe néphrologique de suivre votre maladie

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

Epidémiologie de la néphropathie diabétique

Epidémiologie de la néphropathie diabétique Epidémiologie de la néphropathie diabétique Dr. Cécile Couchoud, Registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) Agence de la Biomédecine Estimation pour 2007: 4% de la population était

Plus en détail

PROTECTION RENALE ET ADMINISTRATION DE PRODUITS DE CONTRASTE. Nathalie Tescher Clara Vosgien IDE ICPS Massy

PROTECTION RENALE ET ADMINISTRATION DE PRODUITS DE CONTRASTE. Nathalie Tescher Clara Vosgien IDE ICPS Massy PROTECTION RENALE ET ADMINISTRATION DE PRODUITS DE CONTRASTE Nathalie Tescher Clara Vosgien IDE ICPS Massy DEFINITION INSUFISANCE RENALE : Diminution progressive rapide du pouvoir de filtration des reins

Plus en détail

Anémie : tableau clinique

Anémie : tableau clinique Anémie Anémie : tableau clinique Symptômes et signes : Dyspnée Palpitations Malaises, asthénie, lenteur d idéation Hypotension orthostatique, tachycardie Pâleur complications : Insuffisance cardiaque,

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE. Rôle des médecins généralistes dans la prévention

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE. Rôle des médecins généralistes dans la prévention INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE Rôle des médecins généralistes dans la prévention Insuffisance Rénale Chronique le risque de mourir d'un accident cardiovasculaire est nettement

Plus en détail

ERYTHROPOÏETINES. Réunion des Pharmaciens Ville / Hôpital Hôpital Ambroise Paré 30 juin 2005

ERYTHROPOÏETINES. Réunion des Pharmaciens Ville / Hôpital Hôpital Ambroise Paré 30 juin 2005 ERYTHROPOÏETINES Réunion des Pharmaciens Ville / Hôpital Hôpital Ambroise Paré 30 juin 2005 Dr Katalin Toth, Pharmacien, Assistant Spécialiste Dr Katayoun Jondeau, Hématologue, Praticien Hospitalier Dr

Plus en détail

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010 Métrorragies pubertaires V. Vautier JUPSO 2010 Contexte pubertaire Surviennent dans les deux ans suivant la ménarche (90%) Situation clinique fréquente Hospitalisation Prise en charge thérapeutique active

Plus en détail

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 EPO/EPO-R et Erythropoïèse Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 Philippe Rieu Service de Néphrologie- Transplanta9on CHU- Reims CFU-GEMM GM-CSF G-CSF IL-3 Early BFU-E GM-CSF IGF-1

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans.

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cas clinique 1 Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cette patiente d'origine de Taza consulte pour une asthénie d'apparition progressive depuis 6 mois associée à une dyspnée d effort. L

Plus en détail

Réunion de l APHBFC Le 20 mars 2014 CAS CLINIQUE N 1 CORRECTION

Réunion de l APHBFC Le 20 mars 2014 CAS CLINIQUE N 1 CORRECTION Réunion de l APHBFC Le 20 mars 2014 CAS CLINIQUE N 1 CORRECTION Dr SERONDE MF CHU Besançon Mme M âgée de 72 ans, est hospitalisée aux soins intensifs de cardiologie le 28 octobre 2011 pour insuffisance

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes ANEMIE DU SUJET AGE C.DAURIAC Chr Rennes DEFINITIONS DEFINITION d une ANEMIE: = définition de l OMS ( WHO) n < 13 g Hb / dl chez l homme n < 12 g Hb / dl chez la femme DEFINITION du SUJET AGE: = définition

Plus en détail

Problématique de la prise en charge des complications de la drépanocytose chez l enfant en Afrique. Pr Ibrahima Diagne

Problématique de la prise en charge des complications de la drépanocytose chez l enfant en Afrique. Pr Ibrahima Diagne Problématique de la prise en charge des complications de la drépanocytose chez l enfant en Afrique Pr Ibrahima Diagne Introduction Drépanocytose : problème majeur de santé publique en Afrique : Fréquence

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse. Pr L Frimat-Service de Néphrologie

Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse. Pr L Frimat-Service de Néphrologie Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse Pr L Frimat-Service de Néphrologie (l.frimat@chu-nancy.fr) 1. Le concept de maladie rénale chronique et d insuffisance rénale chronique Facteurs d initiation

Plus en détail

La surveillance biologique des traitements par dialyse

La surveillance biologique des traitements par dialyse La surveillance biologique des traitements par dialyse Pr Philippe BRUNET Centre de Néphrologie Assistance-Publique Hôpitaux de Marseille Hôpital de la Conception Tableaux de bord 4 points àsurveiller

Plus en détail

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Situation fréquente. Physiopathologie multifactorielle +++ : Infiltration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS, DE LA SANTÉ ET DE LA FAMILLE Arrêté du 6 mai 2005 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

Présentation. Le don de moelle osseuse. Le contexte. Quels donneurs? Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades?

Présentation. Le don de moelle osseuse. Le contexte. Quels donneurs? Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades? Présentation Le contexte Quels donneurs? Le don de moelle osseuse Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades? Le don : comment s effectue t-il? Après le prélèvement 01/04/2014 Union Nationale des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 29 juillet 2008 modifiant la fiche d information thérapeutique annexée

Plus en détail

Influence du tabagisme sur l interprétation des paramètres biologiques : application à l évaluation de la fonction rénale

Influence du tabagisme sur l interprétation des paramètres biologiques : application à l évaluation de la fonction rénale Influence du tabagisme sur l interprétation des paramètres biologiques : application à l évaluation de la fonction rénale Galanti L, Dekeyser M, François JH, Vanbeckbergen D, Donckier J, Jamart J Cliniques

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE RAPIDEMENT PROGRESSIVE SURVENANT CHEZ UNE PATIENTE SCLERODERMIQUE : QUEL(S) DIAGNOSTIC(S) RETENIR?

INSUFFISANCE RENALE RAPIDEMENT PROGRESSIVE SURVENANT CHEZ UNE PATIENTE SCLERODERMIQUE : QUEL(S) DIAGNOSTIC(S) RETENIR? 13ème Congrès Algérien de Rhumatologie de la LAAR 17-18-19 mai 2013, Sheraton - Alger INSUFFISANCE RENALE RAPIDEMENT PROGRESSIVE SURVENANT CHEZ UNE PATIENTE SCLERODERMIQUE : QUEL(S) DIAGNOSTIC(S) RETENIR?

Plus en détail

SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE. Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes

SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE. Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes SYNDROME ANÉMIQUE Ø Définition Ø Physio-pathologie Ø Sémiologie clinique Ø Sémiologie biologique Ø Classification

Plus en détail

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG Hyperplaquettose I. Définition = thrombocytose ou thrombocytémie Plaquettes > 400 G/L sur plusieurs prélèvements. - Le plus souvent secondaire : réactionnelle, transitoire, modérée - Plus rarement primitive

Plus en détail

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Rappels

Plus en détail

Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal

Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal Dr F. Debelle Service de Néphrologie - Dialyse Clinique Louis Caty Baudour Baudour 15 mars 2012 HTA et maladie rénale chronique Présent dans 80 à 85% des

Plus en détail

Impact des Nouveaux Anti-Coagulants Oraux aux Urgences du CHU Conception. Dr P.Monges C. Tamet Dr C. Bornet

Impact des Nouveaux Anti-Coagulants Oraux aux Urgences du CHU Conception. Dr P.Monges C. Tamet Dr C. Bornet Impact des Nouveaux Anti-Coagulants Oraux aux Urgences du CHU Conception Dr P.Monges C. Tamet Dr C. Bornet Problématique: Nouvelles AMM dans la fibrillation auriculaire pour les AOD Nombre de patients

Plus en détail

les femmes enceintes en fer?

les femmes enceintes en fer? Pourquoi faut-il supplémenter les femmes enceintes en fer? Dr Sara DADOUN Anesthésie sie - Paris Plusieurs raisons L anémie /carence martiale est fréquente mais banalisée Les conséquences sont pourtant

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE)

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) SYNTHESE REGIONALE 1 Sommaire Contexte de l EPP :... 4 Objectif :... 4 Méthodologie :...

Plus en détail

Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville. D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain

Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville. D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain PMSA diagnostics: Un tableau qui formalise le raisonnement clinique chez le sujet âgé

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations)

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Date de création du document 01/02/2010 QCM QUESTION 1/10 : Quels paramètres suivants sont utiles pour distinguer une anémie par carence martiale d'une

Plus en détail

Gestion de la Médecine péri opératoire

Gestion de la Médecine péri opératoire Cycle de journée de prévention du risque opératoire ARRES ASSPRO 2011-2012! Gestion de la Médecine péri opératoire Dr Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert Bourg-en-Bresse Propositions de prise en

Plus en détail

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique SOLIRIS ECULIZUMAB I. Qu est ce que le Soliris? Soliris II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique IV. Notre pratique du Soliris V. Notre

Plus en détail

AVK - HEPARINES GENERALITES :

AVK - HEPARINES GENERALITES : AVK - HEPARINES GENERALITES : Indications validées (AMM) 600 000 patients (1 % de la population) Respect posologies, durées de traitement HBPM -> remplace HFN sous cutanée Indications fonction dossier

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE GMF

ORDONNANCE COLLECTIVE GMF ORDONNANCE COLLECTIVE GMF Code : ENDO-08-GMF Date d émission : Date de révision prévue : Référence à un protocole de soins infirmiers OUI NON Objet : Ajustement de la dapagliflozine (Forxiga MD ) dans

Plus en détail

MALADIE DE FANCONI. Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce»

MALADIE DE FANCONI. Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce» MALADIE DE FANCONI Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce» H. LETUR 1. Service de BDR-AMP-CECOS APHP Tenon Paris 2. Centre de Fertilité Institut Mutualiste Montsouris Paris Association

Plus en détail

INSUFFISANCE RÉNALE CHEZ LE PATIENT ÂGÉ. J-M Krzesinski, professeur de Néphrologie Université de Liège

INSUFFISANCE RÉNALE CHEZ LE PATIENT ÂGÉ. J-M Krzesinski, professeur de Néphrologie Université de Liège INSUFFISANCE RÉNALE CHEZ LE PATIENT ÂGÉ J-M Krzesinski, professeur de Néphrologie Université de Liège Exposé fait dans le cadre de la «12 ème Journée Scientifique de la Société de Médecine de Waremme et

Plus en détail

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle Messages clés Messages clés Diagnostic / évaluation HTA = hypertension artérielle; MATA = mesure ambulatoire de la tension artérielle;

Plus en détail

Comment estimer la fonction rénale du sujet âgé? Jacques Pourrat. C.H.U Toulouse-Rangueil

Comment estimer la fonction rénale du sujet âgé? Jacques Pourrat. C.H.U Toulouse-Rangueil Comment estimer la fonction rénale du sujet âgé? Jacques Pourrat C.H.U Toulouse-Rangueil L insuffisance rénale chronique méconnue est probablement la première cause d accident iatrogène évitable chez le

Plus en détail

La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC

La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC Professeur Georges Mourad Président, Société Francophone de Transplantation Service de Néphrologie,Transplantation et Dialyse. Université

Plus en détail

reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation*

reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation* reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation* Dr Maryse Pholséna, pour Réucare le 30/04/16 *Diabetes and Metabolism 37 (2011) S1-S25 Paulette

Plus en détail

Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni

Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni AP-HP, service d Hépatologie, hôpital Cochin et Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité 1

Plus en détail

À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ personnes meurent chaque année de

À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ personnes meurent chaque année de 1 À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ 500 000 personnes meurent chaque année de pathologies hépatiques liées à l hépatite C. L infection chronique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 1 juin 2000

Plus en détail

Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin.

Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin. Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin. Antécédents: appendicectomie, thyroïdectomie sub-totale, ligatures des trompes. Aucun épisode transfusionnel.

Plus en détail

Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël

Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël CERM 2008 (Lille) Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël Physiopathologie de l anémie au cours de l IRC Erythropoïèse érythropoïétine des inhibiteurs

Plus en détail

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba APPORT DU RECEPTEUR E E SOLUBLE LE DE LA TRANSFERRINE DANS LE DIAGNOSTIC DE LA CARENCE MARTIALE Raouf HAFSIA CMH Alger Mai 2009 Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba raouf.hafsia

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Bon usage des antifongiques. Un défi au quotidien

Bon usage des antifongiques. Un défi au quotidien Bon usage des antifongiques Un défi au quotidien Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Pourquoi le bon usage des antifongiques est un cas à part De plus en plus de patients à risque Augmentation croissante

Plus en détail

Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte)

Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte) Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte) Jeudi 20 mars 2008 Dr Jean VIAL Hémovigilance - HEH 1 Caractéristiques des CGR CGR déleucocyté issu de sang total unité adulte (Arrêté du 29 avril 2003 fixant

Plus en détail

Que signifie une hyperferritinémie?

Que signifie une hyperferritinémie? Que signifie une hyperferritinémie? Denis VITAL DURAND Centre de Compétence Régional pour les hyperferritinémies et surcharges en fer Médecine Interne - Centre Hospitalier Lyon Sud Les Jeudis de l Europe

Plus en détail

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR A partir d un travail réalisé en pluridisciplinarité et présenté en formation par un gériatre hospitalier et un pharmacien

Plus en détail

Les érythropoïétines humaines recombinantes :

Les érythropoïétines humaines recombinantes : Les érythropoïétines humaines recombinantes : Aspects pharmacologiques et détection du dopage Dr Yves JACOMET Laboratoire de Pharmacologie - Toxicologie Antenne médicale de lutte contre le dopage CHU de

Plus en détail

SYNTHÈSE DES ATELIERS

SYNTHÈSE DES ATELIERS Rédigé par le Docteur Tristan CUDENNEC (Boulogne Billancourt) SYNTHÈSE DES ATELIERS Myélodysplasies (P.Chaibi, G.Albrand) Transfusion, hémovigilance (I.Devie, M.Cartier, P.Chevalet) Syndromes myéloprolifératifs

Plus en détail

CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES

CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES Pr Vincent Praloran Dr Nicolas Lechevalier Laboratoire d Hématologie CHU Bordeaux et Université de Bordeaux 1 Classification des anémies

Plus en détail

Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit

Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit PERSONNEL SOIGNANT ENGAGE DANS LA DEMARCHE Mme Cécile ZITTE Cadre de Santé Mme M.Brigitte RIVIERE IDE Mr Jim CHANE KUNE IDE EQUIPE MEDICO CHIRURGICALE

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un centre de dialyse?

Comment évaluer la qualité d un centre de dialyse? Comment évaluer la qualité d un centre de dialyse? Dr Jean-Paul ORTIZ Cabestany Conflits d intérêt Laboratoire Hémotech Laboratoire Braun Laboratoire Roche Laboratoire Amgen Médipole Sud Santé Confédération

Plus en détail

MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale

MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale Le Cycle Normal (1) Cycle menstruel : 28 jours en moyenne Durée des règles : 5 jours en moyenne Abondance : 30 ml 40

Plus en détail

Microangiopathie thrombotique secondaire à la Mytomicine C

Microangiopathie thrombotique secondaire à la Mytomicine C Microangiopathie thrombotique secondaire à la Mytomicine C Dr. M. Ciobotaru, Dr. R. Boudet - Service de Néphrologie Dialyse Dr. L. Vayre Service d Oncologie Radiothérapie CH Brive La Gaillarde Cas clinique

Plus en détail

RISQUE AÉRONAUTIQUE et COMPLICATIONS CHRONIQUES de la DRÉPANOCYTOSE

RISQUE AÉRONAUTIQUE et COMPLICATIONS CHRONIQUES de la DRÉPANOCYTOSE RISQUE AÉRONAUTIQUE et COMPLICATIONS CHRONIQUES de la DRÉPANOCYTOSE La prévention et le dépistage des complications chroniques de la drépanocytose se calquent sur le suivi des patients diabétiques, personnes

Plus en détail

Le traitement de l anémie en insuffisance rénale. Plan. Prévalence de l anémie de l IRC

Le traitement de l anémie en insuffisance rénale. Plan. Prévalence de l anémie de l IRC Le traitement de l anémie en insuffisance rénale Parce que même les meilleures intentions du monde doivent être guidées Sylvain Brunet, MD, FRCPC Néphrologue Plan Prévalence Définition Évaluation Mécanismes

Plus en détail

TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE

TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG TRANSFUSION DE CGR TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site Pitié-Salpêtrière du sujet âgé 10/05/12

Plus en détail

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Indications et contre-indications de la transplantation rénale 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Transplantation rénale Traitement de choix de l insuffisance rénale chronique terminale (IRCT)

Plus en détail

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE Sandrine Genestier, Sylvie Chiron Centre hospitalier Louis Pasteur 68024 Colmar Nous avons

Plus en détail

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL Fibrillation auriculaire en médecine générale Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE Les entretiens de médecine générale du GHICL Samedi 7 novembre 2015 Prévalence (%) Cardiologie Prévalence de la FA avec l âge

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne Parti pris. Public concerné : les médecins généralistes Examens concernés : les examens biologiques couramment prescrits en médecine

Plus en détail

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Questions/Réponses Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Version 2 - Mise à jour de Août 2017 1. A quoi sert la lévothyroxine? 2. Mon médecin m a dit que la formule de

Plus en détail

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions.

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions. DU Cas Concret Cas Clinique n 1 Dr Anne Mercadier EFS Ile de France 1 2 Cas 1 - Description Patient sexe féminin né en 1949 Antécédents : 3 grossesses, sans antécédent transfusionnel connu. Hospitalisée

Plus en détail

Définition et classification des maladies rénales chroniques

Définition et classification des maladies rénales chroniques Définition et classification des maladies rénales chroniques Christian Combe Centre Hospitalier Universitaire & Université Victor Segalen Bordeaux, France Définitions «L insuffisance rénale chronique est

Plus en détail

j ournée Les anomalies métaboliques reliées à l insuffisance rénale de néphrologie L anémie de l insuffisance rénale chronique Le cas de Mme Hétu

j ournée Les anomalies métaboliques reliées à l insuffisance rénale de néphrologie L anémie de l insuffisance rénale chronique Le cas de Mme Hétu Les anomalies métaboliques reliées à l insuffisance rénale j ournée Martin Plaisance, MD et Nathalie Langlois, MD Le cas Mme Hétu Mme Hétu, 68 ans, souffre d insuffisance rénale chronique sévère. Elle

Plus en détail

L APPAREIL TRANSONIC. Un outil indispensable pour les accès vasculaires

L APPAREIL TRANSONIC. Un outil indispensable pour les accès vasculaires L APPAREIL TRANSONIC Un outil indispensable pour les accès vasculaires Présenté par Mme Lynn Dufresne Infirmière responsable des accès vasculaires CIUSSMCQ OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION 1.Comprendre les

Plus en détail

TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller

TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller Dr M. SCHROTZENBERGER-BOOS Correspondant d Hémovigilance Centre Hospitalier Départemental de Bischwiller Présentation du CHD Bischwiller Centre

Plus en détail

DDAVP. Quand et comment l utiliser? Dr L. RUGERI Unité Hémostase Clinique- Hôpital Cardiologique Lyon DIU Hémostase -Janvier 2016

DDAVP. Quand et comment l utiliser? Dr L. RUGERI Unité Hémostase Clinique- Hôpital Cardiologique Lyon DIU Hémostase -Janvier 2016 DDAVP Quand et comment l utiliser? Unité Hémostase Clinique- Hôpital Cardiologique Lyon DDVAP: mécanisme d action (1) 1-deamino-8-D-arginine Analogue synthétique de la L-arginine vasopressine ou hormone

Plus en détail

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie Cas Clinique Mme F. Jeanne, 82 ans est hospitalisée dans le service de Gériatrie le 21/01/2004. Elle est adressée par son médecin traitant pour d aggravation de sa démence et demande de placement. ATCD

Plus en détail

Transfusion sanguine en pédiatrie. Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux

Transfusion sanguine en pédiatrie. Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux Transfusion sanguine en pédiatrie Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux Pourquoi? Quand? o Chirurgies à risque, Estimation des pertes, seuils transfusionnels, degré d urgence Combien? o Quantification

Plus en détail

Os et Insuffisance rénale. MH Lafage-Proust EM-INSERM 0366, CHU, Saint-Etienne

Os et Insuffisance rénale. MH Lafage-Proust EM-INSERM 0366, CHU, Saint-Etienne Os et Insuffisance rénale MH Lafage-Proust EM-INSERM 0366, CHU, Saint-Etienne Ostéodystrophie rénale : deux entités altérations qualitative et quantitative du tissu osseux -A- Anomalies du remodelage osseux

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement

Informations de l'unité d'enseignement Année Académique 2016-2017 (Version définitive du : 13 Septembre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Intitulé Code Bachelier en diététique Pathologies

Plus en détail

Quels sont les traitements du diabète de type 2?

Quels sont les traitements du diabète de type 2? Quels sont les traitements du diabète de type 2? Le diabète est une maladie dont la prise en charge est globale. Elle ne consiste pas seulement à normaliser la glycémie, mais aussi à diminuer les facteurs

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES. Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental

TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES. Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental 1 I-INTRODUCTIONINTRODUCTION Anémie : probablement le problème hématologique

Plus en détail

Insuffisance rénale aigüe chez les greffés d organes solides autres que le rein

Insuffisance rénale aigüe chez les greffés d organes solides autres que le rein Insuffisance rénale aigüe chez les greffés d organes solides autres que le rein Dr Lynne Senécal Néphrologue, Hôpital Maisonneuve- Rosemont 14 avril 2012 Plan et objectifs O Évaluer IRA dans un contexte

Plus en détail

BON USAGE DES MéDICAMENTS

BON USAGE DES MéDICAMENTS BON USAGE DES MéDICAMENTS après avis HAS[1] Depuis 2007, de nouvelles données ont documenté des effets secondaires majeurs des érythropoïétines (EPO), en par ticulier d événements vasculaires thrombotiques

Plus en détail

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE philippe.chassagne@chu-rouen.fr Jamais!!!! Merci pour votre attention. Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire

Plus en détail

INFORMATIONS PATIENTS. Le Centre d Hémodialyse du CHU de Nice

INFORMATIONS PATIENTS. Le Centre d Hémodialyse du CHU de Nice INFORMATIONS PATIENTS Le Centre d Hémodialyse du CHU de Nice Le Centre d Hémodialyse du CHU de Nice se situe au Pavillon S de l Hôpital Pasteur. Il prend en charge des patients en insuffisance rénale chronique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail